Les " clés libératrices " en ligne font l'objet de constantes mises à jour et nouveaux enrichissements. Leur formulation n'engage que leur auteur, qui puise tant dans ses recherches et sources d'information que dans son imaginaire leurs révélation et libre mise à disposition suivant la forme et la rédaction retenues.

Il n'y a de ce fait rien à prendre pour argent comptant, seulement à laisser faire en soi le processus d'ouverture de conscience par le discernement, soit le juste équilibre entre cœur et raison. Celui-ci conduira à les invalider, à les valider, à les compléter par d'autres ajouts et compléments. Il est ainsi conseillé de se référer à des relais ou officines de la doxa scientifique officielle tel Psiram.com, le Wikipédia des croyances irrationnelles, dont l'objectif est de discréditer tout ce qui ne correspond pas à sa ligne de pensée académique. Sans prendre parti pour une croyance contre l'autre, il s'agit de prendre de la hauteur et de se forger sa propre opinion, par son propre travail de recherche, libre et indépendant.

C'est ainsi que procède le chercheur de vérité.

 

 

Compréhension de la conspiration prédatrice

L'Ouroboros prédateur des âmes
L'Ouroboros prédateur des âmes

Le terme même de conspiration * ou de ses dérivés - conjuration, cabale, intrigue, machination - est devenu un sujet de crispation sociétale majeure, entre les partisans des théories qualifiées de conspirationniste ou complotiste, et les partisans de l'autre bord, le modèle institutionnel " établi ", qui caractérise tel qu'enseigné le fonctionnement de la civilisation humaine au sens large, mondial et supra-national, comme au sens plus étroit, national et local. Il ne peut en être autrement dans la Matrice involutive de la 3ème dimension terrestre, caractérisée par la dualité des forces opposées, antagonistes *². Tant que celles-ci ne sont pas transcendées par l'éveil de la conscience à l'unité du Tout, l'être humain demeure prisonnier des boucles de la cyclicité du temps, sous la coupe du système prédateur qui le manipule et l'asservit *³.

* Du latin conspiratio (" accord ", " complot ").

Cf. La dualité décodée.

*³ Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante, Contrôle mental & Prédation manipulatoire.

La conspiration étant une pratique avérée et constante de la civilisation humaine, expliquée tant sur le plan historique que sur le plan psychologique, la nier relève de l'hypocrisie et de l'imbécillité. D'un autre côté, la dénoncer de manière enflammée, qu'elle soit réelle ou supposée, ne fait qu'entretenir le fonctionnement délétère du système et justifier les mesures en cours visant à la circonscrire dans les " démocraties " par le renforcement de l'arsenal juridique répressif, tel que la loi sur les " fake news ".

Seule la compréhension de l'origine extra-dimensionnelle de ce " modèle " *, de nature entropique car profondément vicié à sa source, explique qu'il ne peut ni se réparer ni s'inverser, contrairement aux croyances inculquées par l'humanisme des Lumières et ses promesses de liberté démocratique ou par les religions et leurs promesses de paradis. La clé échappatoire réside uniquement en soi, par l'éveil de conscience à Qui Nous Sommes vraiment et notre transformation intérieure *², non dans le combat extérieur qui ne fait qu'alimenter l'égrégore astral du système prédateur.

C'est en remontant aux sources de la Tradition, bien évidemment cachées dans les mythes et le symbolisme, que sont données les clés explicatives de ce qu'il convient d'appeler plus justement la conspiration prédatrice, celle-ci utilisant leur puissance à des fins occultes, non de révélation ...

* Cf. Vérité civilisationnelle.

Cf. Le cheminement de l’Âme & Processus de transformation de conscience (1).

 

Le calendrier cyclique des temps

La " conspiration prédatrice " qui caractérise le fonctionnement de la planète Terre, autrement nommée Matrice de réalité, est établie par ses maîtres artificiers - le corpus prédateur de la 4ème dimension de réalité et ses relais terrestres inféodés * - à partir du fonctionnement cyclique de l'univers et d'un calendrier cosmique y afférent.

* Par généralité simplificatrice ils sont appelés " Illuminati ", qu'il conviendrait plutôt de nommer " Obscurati ". Seul le " haut " de la hiérarchie pyramidale terrestre correspond à cette qualification, leurs autres relais terrestres étant pour la plupart manipulés et inconscients de la véritable nature du système. Cf. La nouvelle religion universelle.

 

Cyclicité temporelle

Toutes les anciennes doctrines civilisationnelles de sagesse enseignent la cyclicité du temps, soit un temps dégagé de tout hasard, ce dernier servant de paravent à l'ignorance de celles et ceux le mettant en avant pour justifier ce qu'ils sont incapables d'expliquer, faute de trouver en eux-mêmes la réponse. Il répond en matière de vitesse à des conditions beaucoup plus vastes et profondes que la seule multiplication des moyens de communication à travers le monde qui donnent l'illusion de son accélération. Les Mayas, par exemple, avec leur fameux calendrier (photos 1 et 2), avaient compris et prévu le phénomène de l’accélération du temps, et savaient quelle signification lui accorder. Ils raisonnaient en un temps cyclique et spiralé - un vortex sphéroïde (photo 3) - ordonné selon des sauts évolutionnaires successifs, survenant à un rythme croissant et suivant une logique itérative, un petit cycle reprenant le déroulement d’un grand cycle sur une durée toujours plus courte et plus rapide. Ainsi chaque changement de cycle consiste en un bond évolutionnaire, un saut qualitatif améliorant le degré d’autonomie des espèces et leur niveau de conscience.

Ces cycles reproduisent chacun un déroulement similaire en périodes d’égale durée, mais sur une période moindre d’un cycle à l’autre. De ce fait, à l’intérieur de chaque nouveau cycle, les événements sont beaucoup plus nombreux et surviennent à une cadence beaucoup plus élevée.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

La tradition hindoue

Cette conception du temps se trouve dans la tradition hindoue, qui qualifie le temps par des cycles temporels dont la vitesse caractérise les événements qui s'y déroulent selon des phases. Il en ressort que suivant les différentes phases de chaque cycle, des séries d’événements comparables entre elles ne s’y accomplissent pas dans des durées quantitativement égales. Cela apparaît surtout nettement quand il s’agit des grands cycles, d’ordre à la fois cosmique et humain. Ils sont appelés les quatre Yugas, leur ensemble formant le Manvantara, le cycle de manifestation universelle. Ainsi les quatre Âges ou Yugas de l’humanité se déroulent à une vitesse croissante. Si l’on représente le Manvantara par un total de 10 unités, le premier Âge dure 4 unités, le deuxième en dure 3, le troisième 2 et le dernier ne dure qu’1 unité. Il s’agit, dans la tradition occidentale, de l’Âge d’or, l’Âge d’argent, l’Âge de bronze et l’Âge de fer.

 

Agenda cosmique

Le ciel, la voûte céleste, ont toujours été utilisés pour expliquer le mystère du vivant, de la Création, de Ce Qui Est. Il en découle un grand principe connu des initiés, celui de correspondance *. Son axiome est " Tout ce qui est en haut (le macrocosme) est comme ce qui est en bas (le microcosme) ". Par ce principe, il en découle que si une culture civilisationnelle géographique en relation avec le cosmos et les constellations est utilisée pour la compréhension de la création du monde, elle est aussi et avant tout le matériel pour la compréhension de l'au-delà avec les astres et la voie lactée. Ceci explique les constellations antiques, comètes et étoiles, que l'on trouve sur les très anciennes tombes d’Égypte *², la religion égyptienne fondant à son origine un culte aux divinités célestes - les constellations, non les archétypes de dieux et déesses - et non une croyance, contrairement aux religions qui par la suite s'établirent.

Cette cosmogonie initiale édifiée sur la structure du ciel a été tout naturellement améliorée avec les découvertes successives de l'astrophysique. Il en a découlé l'élaboration du zodiaque, mot d'origine grecque signifiant " cercle animal ".

* Cette Loi de Correspondance a pour origine les Tablettes d’Émeraude d’Hermès Trismégiste.

L'astro-théologie d’Égypte est la plus ancienne comme l'atteste le plafond astronomique de la tombe de Sénènmout, architecte de la reine-pharaon Hatchepsout de la XVIII° dynastie, qui contient des représentations de constellations stellaires plus précises que celles des époques postérieures, car vierges de toute influence sumérienne, babylonienne ou hellénique. Il n'y a pas de débat sur les origines. Notre culture et notre civilisation occidentales viennent de l’Égypte, les Égyptiens venant eux-mêmes d'une autre civilisation.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Le Zodiaque de Denderah, premier outil de la conspiration prédatrice

Le Zodiaque de Denderah * est la pierre angulaire de plusieurs grandes civilisations de l'Antiquité, base de la formation du calendrier, de la fixation des fêtes et de la constitution des ères. Il permet une connaissance de toutes les influences célestes sur 25.920 années, appelée la Grande Année cosmique. Selon la Tradition, les signes du zodiaque explicatifs du fonctionnement de l'univers ont été initialement apportés par les survivants de la chute de la civilisation atlante, Adam, son fils Seth, puis Enoch fils de Seth, avant le déluge (aux alentours de 7.000 ans avant J.-C.), tous trois considérés comme les premiers patriarches par la Bible. Leur sens a été transmis à Noé, qui a préservé les écritures selon la littérature hermétique sur un prisme d'émeraude caché en Égypte, nommé le " Zodiaque de Denderah ". Censé expliquer la création de l'univers, sa structuration, son fonctionnement et le mystère de l'être humain, il constitue la " Pierre Philosophale ", la fameuse substance de la quête alchimique *².

Mais à partir du moment où la " main " de l'homme décide de nommer les choses, d'attribuer un nom à un symbole, le risque de manipulation est grand ... S'il est construit au départ à partir des signes des anciens Égyptiens, il va faire progressivement l'objet d'une reforge importante par la prêtrise en charge - la prêtrise dite de Ptah (Temple de Memphis) initiée aux mathématiques divines -, au service des Rois (Pharaons) régnants, ceux-ci créant avec sa complicité la fausse trinité divine pour expliquer et justifier la soi-disant onction céleste à leur gouvernance despotique. De nouvelles figures apparaissent et d'autres s'effacent, avec sans doute l'apport de connaissances technologiques qui permettaient d’amplifier, de moduler ou d’atténuer au besoin certains influx célestes spécifiques (ex. chute de météorites ou astéroïdes). C'est ainsi que les traces du zodiaque initial retrouvées sur les tombes des anciens Égyptiens montrent qu'il n'a jamais été parfaitement un cercle avec 12 signes de 30°, ceux-ci étant d’origine babylonienne (600-475 av. J.-C.). C'est sa version profondément dénaturée, datée environ de -700 avant notre ère et coïncidant avec l'invention du judaïsme *³, qui cale la nouvelle histoire (génératrice de notre ère contemporaine) destinée à être racontée aux humains, celle voyant quelques siècles plus tôt, en Égypte, vers -1200, Moses ou Moche (Moïse) être adopté en tant que fils du Pharaon. C'est un astrologue, qui va fuir dans le désert avec le supposé Tabernacle originel, soit la Table d'Alliance du peuple Juif avec Dieu. Entretemps, cette science a été successivement transmise aux Mésopotamiens, Babyloniens, Grecs, Romains, Arabes et au reste de l'Europe, toujours avec des changements de signes et de symboles qui ont continué à détourner la source initiale de son enseignement, empêchant par là-même les êtres humains d'accéder à la connaissance. Quant à la liste finale des 48 constellations y figurant - sur un total de 88 ... -, elle a été établie à l’époque de Ptolémée (90/vers 168 ap. J.-C.).

* Il a été retrouvé en 1799 par l'armée française lors de la campagne d’Égypte de Bonaparte. L'occultisme des sociétés secrètes trouve enfin la source explicative de la matrice, base du système politico-religieux dominant. Le Zodiaque de Denderah est au Louvre, une réplique étant visible au Musée Rose-Croix à San José, Californie.

Cf. Le chemin alchimique.

*³ Cf. Le Judaïsme décodé.

Le cercle cosmique appelé le Zodiaque, en l'occurrence limité au champ de l'astral de notre galaxie solaire, et ses signes enfermant les êtres humains dans une matrice, est depuis utilisé par toutes les religions et pouvoirs politiques liés à des fins de domination et d'asservissement *. Il constitue notre système de référence culturelle, et, par sa prégnance psychique dans notre inconscient, contribue à notre enfermement. C'est pourquoi il est autrement appelé " la Matrice asservissante ". C'est ainsi que toute la construction psychologique de la relation des êtres humains à l'univers, présente de manière symbolique sur le Zodiaque égyptien de Denderah, est largement faussée à cause de la précession des équinoxes (base du temps cyclique, elle va à rebours de la linéarité historique) ainsi que par une mauvaise utilisation du disque de Denderah (inversé ou incliné à 90°) et de ses figures. Il en résulte notamment les thèmes mythologiques *² classiques de la naissance d'un dieu solaire, couvé dans un œuf, avec incubation, puis renaissance. Là se trouve le cœur de la mystification des élites (Pharaons, Rois, Empereurs, Présidents...), celle de leur identification à un dieu masculin immortel qu'elles incarnent sur Terre en s'assurant, à défaut d'immortalité physique, de l'immortalité par la reproduction consanguine. Autant dire que cette vision blasphématoire du divin a été profondément ancrée dans l'inconscient collectif, et, lorsque sont honorées les ténèbres, l'état des lieux ne peut être celui de la lumière de la pensée dans le vécu commun.

* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen.

Les douze signes zodiacaux donneront entre autres les douze travaux dans la légende d'Héraclès (grec) / Hercule (latin) ou les douze apôtres - les " astropôtres " - dans celle de Jésus-Christ.

Établissement du système politico-religieux

Les anciennes traditions juive et arabe indiquent que les descendants d’Adam, Thot (Hénoch ou Enoch) et Seth, ont donné leurs noms aux étoiles et aux constellations explicatives de la carte du ciel, tout comme elles affirment que les signes du zodiaque représentent les douze tribus depuis l'antiquité. Ces descendants seraient ainsi nos deux " Pères " de la civilisation, avec le concept du bien (Thot) et du mal (Seth), les deux forces nécessaires au fonctionnement du monde même si elles sont généralement mal comprises et grossièrement caricaturées.

Quand les Égyptiens commencent à instaurer un système politico-religieux à vocation asservissante (soit les deux mamelles de l'administration de la Cité sur Terre) à partir de leurs figures dans le ciel, la matrice explicative d’origine liée au culte des morts - l'immortalité de l'âme - est touchée, le Pharaon Roi alias Osiris sur Terre se prenant vraiment pour " le " Dieu créateur. Le culte de cette déification incarnée sera petit à petit reforgé et renforcé avec l'invention de nouvelles constellations combinant les entités " angéliques " et " démoniaques ", et le retrait de la carte de figures initiales essentielles comme celle de la constellation du Horus d'Annu (ou Anu), afin de cacher aux hommes un " secret " essentiel, celui de leur immortalité (pas celle du corps physique s'entend) par le biais de leur évolution interdimensionnelle (changement successif de dimension avant le retour à l'Unité première). C'était évidemment leur retirer un pouvoir d'être essentiel, et les entraîner dans la soumission aux puissances gouvernantes, autrement dit les " élites ", en tout cas certaines d'entre elles, prisonniers de la matrice involutive tridimensionnelle ...

Comme dans la plupart des premières cultures humaines, les habitudes et les comportements du ciel ont conduit à la création d'un certain nombre de mythes pour expliquer les phénomènes astronomiques et les mystères. Pour les Égyptiens, la pratique de l'astronomie est allée au-delà de la légende : d'énormes temples et les pyramides ont été construits pour avoir une certaine orientation astronomique et servir de lieux d'initiation. De même, le nom de leurs divinités a été donné aux différents éléments de la carte du ciel que sont les étoiles (Horus est le Soleil, Isis est Sirius, Osiris est Orion). Ainsi s'est construit, étalonné sur des millénaires, ce que l'on appelle l'inconscient collectif, avec toutes ses variantes et spécificités locales même si l'explication originelle manipulée et dénaturée du monde reste la même. Les civilisations vont également progresser à l'aide de l'astronomie, à des fins terrestres pour l'agriculture ou la navigation. La dernière étape a consisté à étudier l'astronomie uniquement pour le bien de l'acquisition de connaissances, en règle générale le fait d'une minorité de personnes, le bagage scientifique nécessaire dissuadant le plus grand nombre de faire les efforts nécessaires ...

Notre système politico-religieux * basé sur les constellations est de fait faux, car trafiqué au fil du temps s'étendant sur des millénaires. Si les Égyptiens utilisaient la Grande année cosmique de 25.920 ans pour leur création et l'origine des premiers dieux, la Genèse biblique utilise le cycle solaire de l'année et des saisons. Ce cycle constitue une matrice qui simule les constellations afin de correspondre aux interprétations de l’univers servant les intérêts de ceux qui contrôlent l’organisation mise en place. Ainsi, le travail de nombre de chercheurs a pu établir une quantité incroyable d'erreurs historiques et de falsifications afin de faire coïncider le culte égyptien avec les religions de la Bible (judaïsme et christianisme) pour permettre à l'édifice sa mise en place.

Le disque gréco-égyptien retrouvé dans les fouilles archéologiques de Denderah ne constitue absolument pas une vérité. De ce fait, il démontre comment nos civilisations se sont construites en partie sur des croyances et des mensonges qui perdurent aujourd'hui, même chez nombre de prétendus initiés (Cf. loges maçonniques *²) qui n'ont jamais réinterrogé en profondeur l'enseignement leur étant dispensé. Les Égyptiens ont ainsi accepté des rois et des empires modifiés selon des époques astrologiques. C’est le cas du mythe " Osirien " et de sa triade (trinité) Osiris - Isis – Horus, éléments récents dans l'histoire de l’Égypte. Comme tout est caché, le mystère de l’Égypte est appelé encore à perdurer …

* Il en est de même pour la plupart des sciences dites divinatoires (astrologie, voyance, médiumnité, canalisation ...), qui bien que découlant de praticiens souvent bien intentionnés, utilisent un référentiel bancal, dénaturé, qui ne livre aux êtres humains illusionnés (et moyennant finances) non les clés de leur évolution mais de leur asservissement. Ou comment payer des " charlatans " pour être asservi !

Avec la découverte du Zodiaque de Denderah lors de l'expédition française sous Napoléon, l’élite de la Nation française composée principalement de grandes familles et de francs-maçons commence alors à changer d'orientation dans le domaine de l'ésotérisme. C'est ainsi que plusieurs loges s’inspirent désormais de l'Égypte Ancienne, de nombreuses " loges égyptiennes " apparaissant en France puis en Angleterre.

 

Le calendrier occulte de la Matrice prédatrice

La grande année cosmique de 25.920 ans (la valeur proposée par la science astronomique moderne est de 25.776 ans), correspond à l’oscillation de l’axe de la Terre pour faire un tour complet. Selon la Tradition, elle correspond à une respiration terrestre qui a lieu deux fois sur cette période, témoignant de l’adéquation entre macrocosme et microcosme. Il en est ainsi de même avec la durée de vie moyenne d’un homme, 72 ans, qui multipliée par une année symbolique de 360 jours équivaut à 25.920 jours. Ou encore à sa respiration, en moyenne 18 fois par minute. Comme il y a 1440 minutes sur 24 heures, là encore le produit de 18 x 1440 équivaut à 25.920 respirations humaines par jour.

Cette grande année a été divisée sur cette base de l'axis mundi en douze périodes, dites ères ou âges, d'une durée moyenne de 2160 ans (2148 de nos jours). Elles sont figurées sous forme d'un archétype, en l'occurrence un signe solaire, les êtres humains portant en eux un peu de chaque. Chacune correspond à un cycle d'évolution de la conscience humaine, puisque l'être humain par l'âme incarnée * dans une dimension de réalité, en l'occurrence la 3ème dimension, expérimente Ce Qui Est. Toutefois, le corpus prédateur l'ayant amputé d'une grande partie de ses facultés et potentialités par la manipulation de son ADN biologique, il se retrouve en état d'inconscience, ignorant tant la prédation qui le domine sur un autre plan de fréquence que sa capacité à reconstituer son ADN par l'accès à ses mémoires.

C'est sur la base de cette Grande Année qu'est calculée la " Fin des Temps ", dont parle entre autres l'Apocalypse *² ...

* Cf. Le cheminement de l’Âme.

Cf. Prophétie du changement.

Précession des équinoxes

L’astronomie montre que l'axe de rotation de la Terre ne pointe pas continuellement au même point de la voûte céleste. Il y a 5.000 ans, par exemple, il pointait vers la constellation de la sphère céleste dite du Dragon ; actuellement il pointe vers celle nommée Polaris (l'Étoile polaire), et dans 5.000 ans, il pointera vers Alpha-Céphée. On appelle ce phénomène la précession des équinoxes. La conséquence principale est que les points de l'orbite où se trouvent les équinoxes et les solstices changent dans le temps. Du fait de la précession des équinoxes autour de l'écliptique, soit le point du milieu de la sphère céleste, l'origine du référent zodiacal astronomique Bélier (ou point vernal) rétrograde sur un axe symbolique de 360° d'environ 1° tous les 72 ans (l’homme en bonne santé a 72 pulsations cardiaques par minute…), de sorte que le signe du Bélier se situe aujourd'hui dans la constellation des Poissons. Le décalage convenu est d'un signe zodiacal tous les 2.160 ans, ce qui est erroné, dans la mesure où le temps de passage du Soleil dans une constellation n'est pas uniforme, celles-ci n'ayant pas la même largeur. La position fait un tour complet en 25.920 ans.

 

Le dévoiement des ères

Chaque ère correspond à un signe du Zodiaque, la falsification du calendrier cosmique réalisé conduisant à en inverser le sens, lui donnant par-là même un caractère nuisible à la compréhension du fonctionnement de l'univers. Cette précession cyclique naturelle est ainsi à rebours de la linéarité zodiacale sur laquelle communique le système asservisseur, entraînant de ce fait une confusion psychologique pour les êtres humains qui s'y réfèrent (images 1 et 2).

Même si la datation à cette échelle rend incertains les repères chronologiques, nous sortons actuellement de l'ère des Poissons, correspondant aux grandes religions institutionnelles basées sur les livres sacrés (Bible, Coran ...) *, et entrons dans celle dite du Verseau (image 3), annoncé par les prophètes dévoyés du New Age comme un âge d'or, un âge extraordinaire de fusion, d'harmonie, de bonheur et de progrès sur tous les plans, tout particulièrement technologique ... C'est ici que se présente le premier piège de cette fin des temps pour les êtres humains illusionnés. En effet, les Poissons sont un signe d'eau, reliés par la queue et séparés par la tête (image 4), représentant de ce fait la fusion et l'harmonie de l'humanité composée d'êtres devenant de plus en plus indépendants, capables de penser par eux-mêmes.

L'ère du Verseau est ainsi un appât, pour attirer les personnes en quête de vie intérieure et d'éveil et qui, peu " instruites " de ce qui leur est volontairement dissimulé, peuvent ainsi mordre à l'hameçon du bonheur tout " Amour et Lumière " et de ses promesses à venir ... *² Ils en ont ainsi plein la bouche tous ceux (conférenciers, auteurs, médiums ...) qui se gargarisent de la "nouvelle ère en approche ", vendant de la poudre aux yeux avec l’âge du Verseau comme leurs stages autour des nouvelles énergies en approche. Comme toutes les idéologies en -isme (capitalisme, communisme, socialisme ...), le transhumanisme est un leurre qui, annonçant des lendemains de joie, cache une réalité toute autre, une " prison parfaite " ! *³

Nous ne sommes pas les " hommes nouveaux " d’un Nouvel Âge, mais les hommes d’un univers en trompe-l’œil qui s’écroule, les héritiers d’un monde finissant, les acteurs d’un théâtre qui joue sa dernière pièce et met en scène son dernier acte.

* Cf. Le Judaïsme décodé et L’Église romaine décodée. Depuis 1969, nous sommes dans la douzième et dernière phase de l’Ère Poissons-Vierge, soit la phase Poissons, censée s'achever en 2149, date d'entrée dans l’Ère Verseau-Lion.

Cf. Prédation spirituelle et voie de sortie.

*³ Cf. Conscience du XXI° siècle.

Or un véritable connaisseur du sujet ne parlera pas de l’Ère du Verseau, mais de l’Ère Verseau-Lion. En effet, une ère précessionnelle possède en réalité deux polarités énergétiques et un point de bascule. Par ailleurs, elle se déroule en trois phases distinctes (Cardinale, Fixe et Mutable) et par douze sous-périodes.

C'est ainsi que sur le zodiaque de notre champ astral, le Verseau a un opposé, le Lion. Selon la Tradition, celui-ci correspond à l'Age où serait apparue la nouvelle humanité, dite ère adamique * (l'Homo-Sapiens, puis le Sapiens-Sapiens). C'est pourquoi dans le signe des Poissons le Christ incarné est appelé " Fils du Lion " ou " Fils d'Adam ", soit le soleil, la conscience divine qui vient plonger dans les profondeurs, dans ce qu'il y a de plus intérieur, pour sortir les êtres humains (les Poissons) de l'eau et sauver l'humanité de son asservissement par le corpus prédateur reptilien ou archontique. Contrairement à ce que propagent ses dévots manipulateurs et ses chantres illusionnés, le Verseau ne clôt pas le cycle zodiacal. Il le démarre ! L'ère du Verseau correspond en effet au tohu-bohu de la " pré-Création ", de toutes les énergies nécessaires à sa mise en place, le Capricorne qui suit correspondant au premier jour de la Création tel que raconté dans la Genèse biblique ... Cette compréhension est fondamentale pour sortir du cycle entropique de la réincarnation, la " Roue de Samsara " *² ... En résumé, les Poissons représentent, si l'enseignement de ses religions dévoyées est compris, la lumière, la conscience, alors que le Verseau représente l'inconscient *³, les ténèbres. Tout l'inverse comme à l'accoutumée de l'histoire du Monde enseignée, et qui n'est que sa face inversée, le démon ...

* Cf. Vérité civilisationnelle.

Le saṃsāra, dans le bouddhisme, est le cycle des existences conditionnées par le karma. C'est la roue du temps et des réincarnations.

*³ Le Verseau est annoncé comme l'ère triomphante de la technologie, de la machine. En latin, " machina " signifie l'inconscient ...

Le Verseau n'est pas un porteur d'eau - un " porteau " -, mais comme son nom l'indique un verseur d'eau. L'eau dont il s'agit est celle de la conscience christique ... Le Verseau est un " pompier ", qui éteint le feu du Lion, celui de la conscience, de la lumière. Si ceci n'est pas fondamentalement nuisible en début d'un cycle, cela le devient par la suite ... d'où l'indispensable transmutation intérieure à réaliser pour changer de dimension de réalité ! *

* Cf. Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ? & Processus de transformation de conscience (1).

 

L'Archétype entropique dissimulé

Derrière le grand cycle du Zodiaque se cache l'entité du dieu grec Kronos (ou Cronos), qui figure le temps que l'on nomme physique. Il est un temps chronologique, cumulatif et sédimentaire. Dans la mythologie romaine, le dieu du temps est Saturne, dont l'anneau ophidien marque la séparation entre le monde d'en-haut, la Matrice évolutive, celle du temps éternel, et celui d'en-bas, la Matrice involutive, où le temps est celui de la linéarité, celle du temps illusoire qui passe. Si Kronos * dévore ses enfants - les êtres humains - (polarité négative), tout comme la baleine (Cetus) connue pour avaler sa proie dans sa bouche énorme, il renvoie également à la couronne d'olivier (polarité positive), celle-ci étant attribuée à l'individu (Héraclès/Hercule) qui sait transcender le temps. Encore faut-il le comprendre et savoir comment devenir le Héros de sa vie *² ...

Les Phéniciens l'appelaient Bel, qui a donné Bélial. Chez les Judéo-islamo-chrétiens, il est Satan, adversaire de l’Éternel et maître du temps.

*² Cf. Le Jeu de la Vie.

Au début du cycle, Kronos/Saturne domine le Verseau. Il est le maître de l'Age d'Or, qui donne tout ce dont les ères ou autres âges à venir ont besoin pour se développer. Cependant, au fur et à mesure de l'avancée du temps, les êtres humains vont s'éveiller. Ils vont vouloir échapper par leur supposé libre arbitre et l'appel de leur Soi supérieur à son emprise pour devenir Ce Qu'Ils Sont, des êtres multidimensionnels libres. C'est pourquoi Kronos/Saturne les dévore sans cesse, pour les garder sous son emprise (ils constituent la nourriture du système prédateur) ... Autant dire une histoire bien différente que le soi-disant âge libérateur du Verseau raconte !

Les figurations de Kronos/Saturne

Satan (Kronos/Saturne) étant le maître du Verseau, ses manifestations sont à comprendre selon les symboles le représentant dans les mythes et les textes sacrés. C'est ce que cache la description des Élohim dans la Bible, autrement dit la présence exo ou supra-terrestre *. La Bible raconte en effet l'arrivée sur notre planète d'une race extra-terrestre, la Genèse évoquant notamment dans son chapitre 6 que les Élohim, les " fils des dieux " extraterrestres s'entend, trouvaient les filles des hommes belles et qu'ils les épousèrent, ce croisement engendrant des héros célèbres comme des monstres. Les Elohim sont ni plus ni moins que les anges des religions - les anges sucrés du Verseau à la sauce New Age -, non dans leurs formes figuratives ailées mais sous forme d'OVNI, la technologie prédatrice, expliquant leurs diverses traces depuis l'aube des civilisations *² ! En d'autres termes ils sont les démons. Il va sans dire que ceci se heurte aux soutiens sans faille de la version classique ... 

Autre entité clé satanique est le " Roi du Monde " (ou Prince), autrement dit l'Antéchrist, qui réside dans l'Agartha, cité, royaume ou monde souterrain mythique dont la description est apparue dans la littérature au XIX° siècle au sein d'ouvrages romancés témoignant de légendes et de mythes hindouistes et bouddhistes. Cette légende liée aux mythes des mondes disparus (Hyperborée, Atlantide, Lémurie) a été adoptée par des mouvements New Age, qui le présentent comme un monde idéal dépositaire de connaissances ou de pouvoirs surnaturels. Elle annonce tout simplement l'arrivée du dictateur suprême du Nouvel Ordre Mondial, alliance des pouvoirs temporel et spirituel *³, le système entropique donnant toujours aux êtres humains les clés du jeu mortifère les concernant ...

Travaux de Mauro Biglino. Cf. Le Judaïsme décodé.

*² Cf. Vérité civilisationnelle.

*³ Cf. Prophétie du changement.

Les pièces du puzzle sont ainsi (re)constituées, leur mise en application étant assurée par les sociétés secrètes * qui travaillent à l'élaboration de la société. Celles-ci se divisent en deux. Les premières, minoritaires, sont les gardiennes de la Tradition, s'attachant à préserver les clés de la Connaissance et à les faire fructifier en des cœurs et mains pures, soit les " contactés " ou (saint) " Bernard ". Les secondes, majoritaires, sont dédiées à l'établissement et à la réalisation du calendrier diabolique. En leur sein se trouvent nombre d'adeptes illusionnés et inconscients de leur contribution à l’œuvre de Satan. Elles sont composées d'"initiés ", plus exactement des " Bernés " ...

Loin de correspondre à l'Age d'Or, l’ère du Verseau est bel et bien l'Age Noir, le Kali Yuga des Hindous, autrement dit l’anti-humanité, l'inverse de son pendant le Lion !

Cf. La nouvelle religion universelle.

 

La réalité OVNI et ses conséquences à venir

Les OVNI sont millénaires, même si réellement portés à notre connaissance depuis 1947. Toutes les Traditions rapportant que les " dieux " sont venus par leur intermédiaire nous apporter la Connaissance, mêlant le faux à la vérité, il s'agit d'une réalité divine de nature reptilienne, telle que figurée par l'Ouroboros grec (le nœud ophidien de Saturne) enroulé autour de la Terre, sa barrière fréquentielle se situant dans la 4ème dimension de réalité, celle qui gouverne par le mental aux êtres humains *. C'est pourquoi l'on retrouve le symbole du serpent dans tous les peuples, y compris chez les Esquimaux (peuples autochtones de l'Arctique vivant en Alaska, dans le Grand Nord canadien, au Groenland et en Sibérie orientale) !

Ce sont ces mêmes dieux anciens qui tentent de réapparaître aujourd'hui, afin de boucler le cycle entropique et nous maintenir attachés à la matière, dans les limites étroites de l'espace-temps. Ils s'attachent à reproduire à l'identique par leur folle technologie ce qui avait conduit la précédente civilisation, l'Atlantide, à sa disparition par le nettoyage diluvien probablement à la fin de l'ère des Gémeaux, avant celle du Lion qui ré-initiait un nouveau cycle civilisationnel. 

Cf. Décryptage de l'égo.

Les clés des légendes communes à tous les peuples

Deux légendes se retrouvent communes à tous les peuples de la Terre. La première est celle du déluge. La seconde est celle des " dieux " descendus du Ciel dans leur vaisseau de feu et qui, rebelles à l'harmonie cosmique, se sont enfouis vers le nord pour se réfugier au-delà des glaces. C'est ainsi que chez les Assyriens, les légendes racontaient qu'on y trouvait de petits êtres laids, disgracieux, sentant la pourriture, avec une grosse tête, menteurs, industrieux et fabriquant des vaisseaux magiques. Ils réclamaient des dons d'animaux ... *

Il est à noter les nombreux cas de mutilations animales (organes génitaux), notamment de bétail, non expliquées.

Astro Boy
Astro Boy

L'entropie scientiste

La quête de l'immortalité par la technologie scientifique est la marque du système prédateur déconnecté de sa reliance au grand champ de conscience universel, l'Esprit unitaire de Ce Qui Est. Elle conduit l'actuelle civilisation humaine dans l'ère du transhumanisme, clou final avant le reset mémoriel (la réalisation de l'Apocalypse telle que narrée par Saint-Jean), comme elle avait conduit la précédente civilisation atlante à sa destruction.

Pour le comprendre, la tradition shintoïste japonaise nous enseigne, considérant que les robots, comme les plantes, les arbres ou les humains, ont un esprit ! Il en découle que les robots sont très bien acceptés, les questions éthiques ne venant pas se poser en barrière à leur développement. C'est pourquoi les japonais et d'autres cultures asiatiques comme la Corée du Sud vouent depuis les années soixante-dix du XX° siècle une vraie passion pour les robots, leurs ingénieurs ayant été bercés par les Manga (forme d'expression artistique en bande dessinée comme Astro Boy (Cf. photo), un robot au physique d’enfant créé dans les années 1950 par Osamu Tezuka. Petit à petit, cette culture à prégnance mortifère s'est diffusée dans un Occident désacralisé, conduisant à la réalisation prophétique de la cyclicité du temps de notre dimension de réalité sous gouverne du corpus prédateur extra-dimensionnel.

 

L'épopée des " sauveurs " se termine, la nature des déchus s'affirme ...

La maîtrise de la technologie par les dieux reptiliens leur permet d'assurer tout particulièrement le contrôle mental des êtres humains *, et tout particulièrement des membres des sociétés secrètes, prioritaires à leurs yeux quant au respect du calendrier destructeur. Sous le monceau de fausses vérités chaque jour assénées, l'homme un tant soit peu intelligent et capable de discernement ne saurait disconvenir que la puissance à venir sera manifestement de nature dictatoriale, n'hésitant de ce fait à faire périr quiconque ne l'adorera pas. Tel a toujours été le cas à travers les âges et cultures, le souhait d'une adoration étant le signe de tous les orgueilleux et autoproclamés êtres supérieurs recherchant la valorisation que leurs attitudes, paroles et actes leur ont enlevée ... 

Cette puissance temporelle passant naturellement par l'imposition d'une certaine forme de croyance spirituelle, celle-ci sera, et de très loin, la plus importante que l'homme n'ait jamais connue, celle qui aura le plus d'impact, puissance technologique oblige. Point d'orgue du cycle entropique, elle se logera, déguisée, sous les atours de la foi et de l'évolution spirituelle pour le supposé accès au silence divin apparent et aux Mystères qui en sont comme un prolongement adouci. La venue de cet Antéchrist, Prince du Monde, s'apparentera à de la sur-naturalité, tout en le montrant de manière visible. Elle le verra mettre ses facultés et ses aptitudes à la disposition de l'homme, en lui promettant par son intermédiaire son élévation, même purement psychique. Nul doute alors que cette perspective attirera les volontaires en grand nombre, partout et très rapidement ! Même et surtout si, de par certaines situations dramatiques qui amoindriront la raison en chacun, cette démarche ne sera qu'un culte envers un mouvement idéologique, soi-disant salvateur ... 

Cf. Contrôle mental & Prédation manipulatoire.

Cette démarche ayant besoin d'être codifiée, c'est tout le travail de montée en puissance des sociétés secrètes à travers leurs dogmes, rituels et hiérarchie, aux fins d'assurer les bases d'une confession religieuse solide, tout comme l'expression d'une légitimité supérieure extraordinaire, capable de réaliser un syncrétisme absolu par la convergence de forces sensibles et de forces imperceptibles. 

Fort logiquement, tous les partisans des religions institutionnelles traditionnelles, celles d'un Dieu intervenant au sens strict du terme (mais pas lorsqu'il s'agit de remédier à leurs propres failles intérieures !), tous ces gens de nature " autoritarienne " * et ignorants des principes régissant l'universel, seront des proies faciles. D'autant plus en raison du chaos sociétal et des multiples horreurs générées par la guerre totale, la raison ayant de ce fait bien du mal à s'exprimer. Comme la priorité des priorités en ces instants consistera à retrouver une certaine harmonie et paix existentielle, à survivre et à satisfaire ses besoins vitaux, la porte de la déviation globale sera dès lors grandement ouverte, et beaucoup s'y engouffreront avec empressement ... 

Cf. Le contrôle du robot biologique.

Cette nouvelle religion, fondée sur des assises fortes car reliée (fut-ce faussement) à une croyance révélée et à un groupe humain sinon élu au moins choisi, soutenue par des prodiges et artifices technologiques sans nombre et une " illumination " nouvelle offerte à l'ensemble des êtres humains, pervertira grandement la foule immense qui l'acceptera. Sous son joug seront pourchassés par les nouveaux croyants eux-mêmes tous ceux qui refuseront d'y souscrire ... Ce sera le paroxysme ultime de la guerre de tous contre tous. Comme il est écrit (Matthieu [10] 34–39) " Chacun aura pour ennemis les gens de sa maison ". Le père s'opposera au fils, les mères à leurs filles, et les plus ultimes fondements de la tradition seront ainsi battus en brèche. Sans parler de l'humanité ... 

Cela durera un temps, jusqu'à ce qu'une opposition de plus en plus cohérente voie le jour et que les ennemis de toute transcendance, voyant les choses leur échapper, décident de laisser parler leur véritable nature de façon accentuée ... La séduction ne fonctionnant plus, il ne restera que la violence indiscriminée. 

Surgiront et seront alors rendues visibles l'ensemble des forces méphitiques, démoniaques. Entités négatives, hommes ignorants et marqués, et tous les séides du corpus prédateur paraîtront et feront tout pour anéantir le petit reste de l'humanité fidèle aux sain(t)s Principes ... 

La soumission au faux Dieu libérateur

En 1971, le futur que trace la Matrice dans l'inconscient humain pour en permettre la réalisation * révèle avec THX 1138, film américain réalisé par George Lucas (dont c'est le premier long métrage) et produit par Francis Ford Coppola la nouvelle religion universelle appelée à être imposée à tous. Dans une société souterraine du futur, univers uniforme dont la couleur dominante est le blanc, l'humanité composée de matricules dépersonnalisés vit sous sédatifs, socialement soumise par un pouvoir totalitaire et invisible détenu par une sorte de caste qui dispose d'une force de renseignement et de répression terrible. Les dirigeants ont ainsi accès aux conversations des gens, pouvant les voir et les entendre à l'aide de caméras. Ils disposent même d'un contrôle mental sur la population à travers une onde sonore aiguë qui conduit à leur hypnose. La délation est largement encouragée à partir de petites boites destinées à accueillir les dénonciations. 

La religion est personnifiée par une grande image lumineuse bleue christique (photo 4) dans laquelle est glissée la figure de l'Antéchrist (photos 2 et 3), qui se trouve dans une sorte de confessionnal, sous forme dʼune petite salle fermée par des parois transparentes. Un haut-parleur diffuse à intervalles réguliers durant l'entretien individuel des phrases rassurantes qui encouragent le monologue du confessé et lui donnent l'impression d'être écouté. Tout ce qu'il dit est enregistré et écouté ultérieurement, afin de repérer d'éventuels écarts ou déviances à la législation en vigueur. Bien évidemment, tout ceci relève totalement de la science-fiction, bêleront doctement les moutons préférant brouter le pâturage aux ogm toxiques de la Matrice asservissante !

* Cf. Le cinéma de la Matrice (2) La science-réalité.


L'Ekklésia des Kataugues, clé majeure de compréhension de la conspiration

Prêtre défroqué, médecin, alchimiste, compagnon d'armes de Hernan Cortez, aventurier ... Ulrich de Mayence (1486-1558 - photo 1) fut le maître est inspirateur de Michel de Nostredame (Nostradamus - image 2). Il connut une première moitié de vie mouvementée. Après son voyage dans le Nouveau Monde, où il côtoya Mayas, Aztèques et Indiens d'Amérique du Nord, il revint en Europe, détenteur d'une immense fortune. Sa vocation de prophète et d'initiateur religieux s'affirme alors. Maître d'une redoutable puissance occulte, il fonde en 1532 une société mystico-politique, l'Ekklésia des Kataugues (du grec " katauguès " -illuminé, éclairé), qui demeure aujourd'hui encore la plus secrète de tous les temps. Élitiste, elle regroupait uniquement les hauts gradés de toutes les sociétés secrètes, les regroupant en un Conseil, sorte de gouvernement mondial avant l'heure pour la mise en orbite de l'" homme nouveau ", de l'" humanité nouvelle ", concepts précurseurs à l'époque. Il parviendra même à s'infiltrer au sein de la toute puissante Eglise catholique. Ses conceptions métaphysiques correspondent assez parfaitement avec celles de la Magie du Chaos d'un certain Edward Alexander Crowley (Aleister Crowley), le mage noir ... En 1540, il arme une flotte et, de Cadix, part pour un extraordinaire voyage d'étude en Extrême-Orient. Il traversa les Indes, visitera tous les lieux sacrés et rencontrera même le troisième dalaï-lama. A son retour, il se consacrera, avant de disparaître mystérieusement le 7 avril 1558, à la rédaction de son grand ouvrage, l'Arbor Mirabilis *, que beaucoup considèrent comme la Bible de l'an 2000 tant sont nombreuses et précises les prophéties et prédictions sur l'avenir de l'Humanité, le plan d'actions de ces Illuminés étant conçu jusque très exactement ... 2023, même date butoir des prophéties de Nostradamus !

Les 300 exemplaires de ce livre gigantesque (46 livres sur 1136 pages) qui fut imprimé vers 1556, en même temps que le Pantagruel de Rabelais, ont tous été brûlés sauf deux exemplaires dont l’un se trouverait à Düsseldorf et l'autre à Montségur, en pays cathare.

Cf. " Ulrich de Mayence (1485-1558). La Bible de l'An 2000, le maître de Nostradamus ", livre de Michel de Roisin (1997).

 

Le message de l'Apocalypse

Bien que se prêtant à nombre d'interprétations, le message délivré par Jean dans l'Apocalypse transparaît explicitement pour le chercheur de vérité. Le fameux 666, marque de la Bête, est centré dans le texte autour de trois éléments : les sept trompettes, les sept sceaux, et les sept coupes, celles-ci étant la conséquence des deux autres qui s'y déversent.

La trompette est ce qui clame, qui annonce. La sixième trompette est figurée par une tête de lion, symbolisant une autorité intellectuelle qui règne par le verbe, autrement dit les gens du savoir, les élites.

Le sixième sceau parle des riches et des moins riches, qui luttent ensemble pour " l'avoir " avant de se réfugier sous une montagne qui va les ensevelir. Il symbolise les possessions matérielles.

La sixième coupe, celle qui se déverse, parle d’Armageddon *. Elle concerne les luttes, les conflits et les guerres pour le pouvoir. SAVOIR - AVOIR - POUVOIR, ce sont les trois maux qui sapent l'humanité *², le 666 de la Bête. 

* Terme biblique mentionné dans le Nouveau Testament, est un lieu symbolique du combat final entre le Bien et le Mal.

*² Ils se retrouvent figurés par les trois Gunas chez les Hindous.

Le message final de la statue de la Liberté entropique

" La Liberté éclairant le monde " (Liberty Enlightening The World), plus connue sous le nom de statue de la Liberté *, est le flambeau que la Franc-Maçonnerie européenne des Lumières des XVII° et XVIII° siècles a transmis à son homologue américaine pour sceller les deux révolutions des Illuminés (Robespierre, Franklin, Cagliostro, Lafayette, & Cie), l'américaine prenant le relais pour indiquer quel était désormais le nouveau phare civilisationnel de la Matrice entropique, avant que le chapitre de la fin des temps tel que prévu par les prophéties ne s'accomplisse. Baptisée ironiquement statue de la Liberté et exposée à la vue de tous en souriant gentiment, elle signifie la grande idéologie des sociétés secrètes : prise de possession (AVOIR) de la lumière, charte et livre des connaissance sous le bras (SAVOIR), couronne sur la tête (POUVOIR). Ce sont bel et bien sous couvert de (fausse) lumière les trois maux du système prédateur infligés à ses esclaves humains ...

* Elle fut construite en France et offerte en signe d'amitié entre les deux nations pour célébrer le centenaire de la Déclaration d'indépendance américaine le 28 octobre 1886 en présence du président des États-Unis, Grover Cleveland. Elle est l’œuvre du sculpteur français Auguste Bartholdi. 

 

Triomphante dans ce bas-monde, la fausse Liberté conduit au monde dystopique et à son inéluctable effondrement. Seuls les " élus " ayant opéré leur transformation de conscience s'extirperont du piège de la Matrice cyber.


La boucle refermée entre l'Alpha et l'Oméga

La vingt-et-unième lettre de la kabbale hébraïque est la lettre Shin (image 2), soit W (le vingt-trois de notre alphabet *). Elle est une lettre de feu, et de ce fait d'action. Sa puissance est dévastatrice et créative à la fois. C'est le pouvoir créateur ! Il est dit que les trois lettres " mères " que sont Aleph, Mem et Shin ont créé tout ce qui existe. Elles représentent les trois éléments que sont l'air, l'eau et le feu.

Shin représente le " 666 " bénéfique. Lorsque le " h " figuré par le point est déplacé du milieu vers la gauche, il lui est retirée. Shin devient Sin, et par là-même sa vibration devient négative. Il en est de même avec Satan, qui en hébreu s'écrit Shedan. Il devient maléfique au moment où son h disparaît ...

* Cf. Symbolisme des nombres.

L'étude de la tradition hébraïque met très étrangement en lumière sa filiation avec la Chine, qui à l'époque était le phare de la civilisation. C'est précisément à Kaifeng, ville se trouvant au milieu de la province du Henan, que des Hébreux furent autorisés à venir étudier et recevoir les secrets de cette civilisation en pleine lumière. Le lien peut ainsi être établi avec la lettre " Shin ", tout comme avec le mont " Sinaï " que les Hébreux gagnèrent de retour sur leur terre, ce mont célèbre dans la tradition biblique pour avoir été le lieu où Moïse rencontra Dieu - Yahvé - pour la première fois au buisson ardent (Ex 3,1-4,17), et où il reçut les Dix Commandements (ou Dix Paroles, en Ex 20,1-17) et de nombreuses autres lois pour le peuple hébreu (Exode 19,1-31,18) ... Ce même Yahvé, qui exigeait des sacrifices d'animaux, et dont l'odeur qui montait lui était agréable ...

Rien ne se fait par hasard dans la Matrice involutive, tout y étant déjà écrit, de l'Alpha à l'Oméga, où tout finit toujours par revenir au point de départ ...

 

 

La vraie thérapie, c'est à tout moment, en toutes conditions, et certainement pas guidée par quelqu'un que nous payons, mais par sa propre guidance supérieure qui place les expériences dont nous avons précisément besoin sur notre chemin.

 

  

Vous avez aimé cet article ?

Alors partagez-le avec vos connaissances en cliquant sur le bouton de votre choix.