La nouvelle religion universelle

Les publications en ligne font l'objet de constantes mises à jour et nouveaux enrichissements. Il va de soi qu'elles n'engagent que leur auteur dans le choix des sources et le fruit de ses imagination et réflexion.

 

 

" Les êtres humains sont dans une quête de conscience qui a été momentanément interrompue par des forces étrangères. "

Carlos Castaneda - Anthropologue états-unien (1925/1998).

 

Préliminaire

La plupart des êtres humains dans notre monde contemporain occidental ont été amputés des éléments de connaissance indispensables à la compréhension du mystère du Vivant, de la Vérité. Ils fonctionnent principalement sur la base de l’hémisphère gauche de leur cerveau, soit la raison, la logique, sans se rendre compte que celui-ci est nourri de fausses croyances et conditionné de manière délétère. Ils sont assimilables à des robots biologiques, esclaves illusionnés de leur prétendu libre arbitre au sein d'un prétendu fonctionnement démocratique. Si dans une grande majorité ils rejettent désormais le salmigondis religieux, en cours de transformation, ils restent imprégnés de son enseignement dévoyé, logé depuis des millénaires dans les mémoires de leur psyché et constitutives de l’inconscient collectif.

Aussi, dans une société normée appelée le " système ", sous contrôle et sous conditionnement par ses acteurs institutionnels politico-religieux et médiatiques, aborder une lecture qui tranche avec le modèle explicatif officiel est difficile, déroutant. Ainsi toute référence à l'astrologie, pourtant science majeure des scientifiques de l'Antiquité, est tournée de nos temps en dérision et discréditée par les acteurs du système, alors même qu'ils l'utilisent à leur profit. Cette lecture ne peut de ce fait que susciter incompréhension, scepticisme, moquerie, rejet, et être cataloguée dans le délire complotiste, conspirationniste et mystique, à l'instar de ce que martèlent les bien-penseurs officiants et pontifiants, laïques * comme religieux. Reste toutefois sa petite voix intérieure qui, par-delà la résistance du mental égotique et de son déni d'une autre réalité, donnera, peut-être, de précieuses indications au chercheur de vérité désireux de sortir des ornières toutes tracées et balisées qui le maintiennent en servage.

L’être humain a, en apparence, toujours le choix de l’alternative qui se présente sans cesse à lui dans cette quête de vérité : croire ou ne pas croire. Or il n’y a qu’un choix à faire, qui d’ailleurs n’est pas un choix puisque la Vérité est vraie. Choisir découlant d’apprendre, la vérité ne peut pas être apprise, seulement reconnue. Entre le choix du " Ciel " et la peur de " l’enfer ", que choisissons-nous ? Pourquoi l’histoire humaine continue à ressembler à une succession de conflits sanglants et de crises dévastatrices à la lumière de l’étonnant progrès intellectuel et technologique ? La décision repose sur ce que nous avons accepté à ce jour de vérité de ce que nous sommes et de ce que doivent être nos besoins. Si nous sommes satisfait, autant arrêter derechef la lecture de ce qui suit. Si nous constatons que le fonctionnement de l’humanité n’est pas conforme à nos besoins les plus élevés, c’est qu’il y a une raison autre que celle voulue par le " Ciel ", la voûte étoilée de la Création. Elle suppose pour être comprise la remise à zéro de notre logiciel cervical, et l'abandon de tous les préconçus visant à rejeter ce qui ne va pas dans le sens du consensus établi.

Les compléments indispensables à la lecture et compréhension de cette publication se retrouvent tout particulièrement dans les publications Le modèle pyramidal décodé, Contrôle mental, Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen et Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste, ainsi que dans la clé Comment changer son regard ?.

* Ainsi le Décodex créé par le Journal Le Monde sur le sérieux des sources des sites d'information en ligne. Ou comment être juge et partie du politiquement correct...

 

L'Astrologie et la Science

Les premiers astronomes qui observèrent les mouvements des corps célestes appelèrent les planètes " les dieux ". Plus tard, le mot produisit un autre terme, " le souffle de Dieu ". L’astronomie scientifique contemporaine découle d'une évolution en plusieurs phases, avec comme référent de départ la civilisation égyptienne, conçue par les survivant(e)s de l'Atlantide, même si cette civilisation est déniée par l'orthodoxie académique.

La première est dite Astrologie judiciaire. C'est celle de Sumer, qui établit un lien direct entre les corps célestes et les désastres sur terre. Les comètes étaient perçues comme des " dieux " punissant les actions humaines.

La deuxième phase est l'Astrologie zodiacale de Babylone, où les " dieux " sont répartis en sections dans le référent zodiacal du champ astral. Chaque dieu à son influence. Son intérêt est que la position des planètes détermine celle des comètes.

La troisième phase est l'Astrologie géométrique et mathématique de la Grèce, inexistante avant 300 av. J.-C. L’influence donnée aux comètes est reportée aux planètes.

Il existe de nombreux scientifiques – astronomes ou physiciens – qui prétendent que l’astrologie relève d’une vision archaïque et faussée de l’Univers, qu’elle n’a pas sa place dans le monde " moderne ", et qu’elle n’intéresse que quelques individus épris d’ésotérisme fumeux. Pourtant un chercheur, un scientifique au sens vrai du terme, va toujours vérifier par lui-même si un savoir possède une valeur quelconque. Cela se nomme une démarche épistémologique. Or, par l'expérimentation de la technique astrologique, sa vérification – notamment avec les outils des sciences humaines –, son fonctionnement s'établit efficace et précis, " au millimètre près ". Par conséquent, il est clair que les détracteurs de l’astrologie ne se sont jamais donnés la peine d’en établir un véritable diagnostic. L'imposture existe aussi de ce côté-là ...

La physique quantique révèle qu’au niveau de l’atome la matière " dure " n’existe pas. Elle est de l’énergie mêlée à de l’information, qui vibre partout à la fois dans l’espace, en interconnexion et en temps réel *. Autrement dit, lorsqu’un électron envoie un message, l’information est perçue immédiatement à des milliards d’années-lumière. L’Univers entier forme ainsi une immense texture de vibrations et d’informations intelligentes, invisibles à nos yeux, avec ici et là des endroits où l’information s’est condensée, " matérialisée ", selon un ordonnancement calé sur de grandes lois et des principes régissant l'Univers *². Il en découle des étoiles, des cactus, des grenouilles et des êtres humains. En y réfléchissant un peu, on s’aperçoit que tout vit ensemble dans le cosmos, en même temps, dans un même mouvement, et que tout y est interdépendant. Il s’y exerce une Intelligence absolue.

Si cette vue des choses peut nous sembler extraordinaire, elle était déjà connue des anciens Rishis, ces sages visionnaires savants de l’Inde antique il y a 5.000 ans. Nous n'avons donc rien inventé : nous ne faisons seulement que redécouvrir la réalité avec une manière de penser et de voir différente. L’Univers entier forme un immense champ de conscience dont nous sommes les infimes participants. Non seulement une telle idée ouvre de formidables perspectives de recherches sur la psychologie humaine, mais elle abonde dans le sens de l’astrologie.

De son côté, la nouvelle biologie – la biologie quantique – avance à grands pas vers des découvertes qui montrent la présence dans l'ADN de métaux (ou métalloïdes) correspondant très précisément à ceux que la tradition astrologique attribue aux sept planètes du système solaire. Elle complète ce que les travaux précurseurs d'éminents chercheurs, tels les psychiatres Carl Gustav Jung (1875/1961), Roberto Assagioli (1888/1974) et Stanislav Grof en psychologie, l'anglais Rupert Sheldrake en biologie, le français Jean Charon (1920/1998) en physique, le mathématicien et biologiste français Émile Pinel (1906/1985), le chercheur physicien autrichien Viktor Schauberger (1885/1957) et le médecin et immunologiste français Jacques Benvéniste (1935/2004) sur les propriétés de l'eau, montrent de leur côté quant à cette interaction permanente avec le cosmos. Et c’est exactement ce que dit l’astrologie depuis toujours, considérant que le cosmos étant un organisme vivant et intelligent, les planètes sont des entités bourrées d’informations disposées selon une structure cohérente. Ceci veut dire que cette structure possède du sens, une signification présente dans les ADN du vivant, interfaces reliées au champ d’informations de l’organisme solaro-planétaire. De ce fait chaque être humain possède une inscription cosmogénétique de ce vaste organisme dans son ADN, qui correspond – énergétiquement parlant – à la structure même du système solaire de sa galaxie d'appartenance, en l'occurrence dénommée La Voie lactée. Cette empreinte cosmogénétique est ce que l’on appelle la " mémoire cellulaire ", vaste champ couvrant la mémoire des étoiles, de notre galaxie, du système solaire, de la phylogenèse, de l’humanité entière, de nos sociétés, de nos ancêtres. Tout cela est inscrit dans nos cellules à la naissance, révélant un plan unique qui nous concerne individuellement. Et ceci bien sûr n'a rien à voir avec l'astrologie de salon, de bazar, qui lie notre " cartographie cosmique " à un référentiel de 12 constellations dites de manière simplificatrice " signes ", sur un total de 88 ! Là réside la supercherie qui, par ses praticiens mercantiles de pacotille manipulés la plupart du temps à leur insu par le système prédateur *³, en discrédite totalement l'apport, conduisant les individus illusionnés à s'identifier à un symbole, et par-là même à ses limites, plutôt qu'à embrasser la totalité.

* Cf. Univers en partage.

Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

*³ Cf. Prédation spirituelle et voie de sortie.

Cathy 0'Brien - Essayiste états-unienne, spécialiste du Mind Control (contrôle mental)
Cathy 0'Brien - Essayiste états-unienne, spécialiste du Mind Control (contrôle mental)

A l’heure du mondialisme échevelé * qui célèbre par ses instigateurs idolâtres le culte de l’argent-roi, le constat des dérives de notre société moderne est édifiant. Si le bilan économique et social est salé (Cf. Le nouvel ADN sociétal), que dire de l’état des lieux spirituel, qui voit la totale désacralisation de la relation au vivant par des pratiques qualifiées de " sataniques " par les quelques esprits encore décidés à ne pas renoncer à leur humanité profonde. La parade des acteurs du système dévoyé, consistant à les décrédibiliser au titre d’un syndrome complotiste maladif, ne peut cependant résister à une enquête scrupuleuse, visant à les démasquer en pénétrant dans le secret bien gardé de l’histoire humaine. Il est connu aujourd’hui sous l’appellation grand public " Illuminati ", ou " Moriah " pour les initiés, et bien que combinant délires conspirationnistes et fantasmagoriques, il procède d'éléments et de faits dument établis et avérés.

* Cf. Le mythe européen décodé (2) - L'idéologie mondialiste.

 

Le mont Moriah, ou le principe du 12/9

Le mont Moriah ou Moria (en hébreu Mōriyyā, signifiant " ordonné/considéré par YHWH ") est le nom donné à un massif montagneux dans le Livre de la Genèse. La tradition y voit l'actuel Rocher de la fondation de Jérusalem par le Roi Salomon, situé sur le mont du Temple, et qui se trouve actuellement sous le dôme du Rocher. S’il est considéré comme un endroit où un enseignement a été donné à Israël, il évoque également un endroit où la crainte a été inspirée aux idolâtres. Dans ce cas, Moria/Moriah veut dire " crainte de Dieu " ou " enseignement de Dieu ", en l'occurrence Yahvé/Jéhovah, prolongation du dieu asservisseur Anu chez les Sumériens *. Il renferme le grand secret à propos du commandement des hommes, le principe dit du " 12/9 ". C'est le principe constituant la vie sociale terrestre, voyant 9 intendants servir 12 Maîtres. Ainsi Salomon avait à sa disposition neuf intendants ; les Templiers étaient au nombre de neuf quand ils ont commencé leur aventure ; dans la Franc-Maçonnerie il y a toujours neuf frères présents au moment d’une création ou d’un renouveau.

Il s'agit du détournement des représentants les plus célèbres de la lignée rédemptrice planificatrice connus des êtres humains initiés, conduits par le " dieu " sumérien Enki, alias Horus dans l'ancienne Égypte, puis incarné par Yeshua (Jésus Christ). À chacune de ses incarnations, son âme était accompagnée par douze veilleurs (ainsi les douze apôtres de Jésus). Reste à savoir qui sont les 12 Maîtres qui président à nos destinées ...

* Cf. Le Judaïsme décodé.

Si ce secret est révélé par les mythes antiques, les autorités religieuses depuis des millénaires veillent à ce que sa signification réelle demeure cachée. Pour ce faire, elles ont subtilement brouillé les mythes, les confondant avec l'histoire de " dieux " païens puis avec le Dieu des religions dites du Livre (Bible pour le judaïsme et le christianisme, Coran pour l’islam). Or les mythes sont censés indiquer aux êtres humains la voie et les règles du jeu terrestre comme céleste. A partir de là, elles leur ont tout "naturellement " enseigné de manière dénaturée le mystère du Vivant, sous la forme de groupes de différentes tailles organisés sur la base de systèmes religieux initiatiques et rituéliques, exotériques ou ésotériques. Si les groupes enseignés de manière exotérique concernent la " masse ", les groupes ésotériques sont composés d’individus appartenant de préférence aux classes supérieures et instruites. Elles y ont puisé les postulants conditionnés et formatés pour les postes subalternes nécessaires à la hiérarchie invisible présidant aux affaires terrestres, qu'ils y participent en toutes conscience et connaissance ou non.

C’est cette hiérarchie supérieure invisible tirant les ficelles de la crédulité humaine que l’on appelle la " secte * des illuminés ", les Illuminati, en l’occurrence illuminés d’une connaissance (gnose) détournée dans sa substance de son essence sacrée première. C’est la fausse Lumière, celle qui est enseignée aux subalternes sélectionnés par la crainte, la soumission, l’adoration, la manipulation. Elle a pour objectif la destruction de la Conscience humaine par la négation de la Loi Cosmique qui en donne les clés de l’Évolution, et qui passe par un plan de vampirisme de l’énergie humaine par circuit horizontal. En effet, totalement coupés de la Source Énergétique sacrée verticale de l’Univers, les membres de ce " groupe Noir " - qu'il conviendrait plus justement d'appeler les " Obscurati " -  assurent de cette manière leur " survie " par ce vol énergétique aux êtres humains. Sachant que la Loi Divine a programmé pour chaque être doté d'une Âme *² l’acquisition de la Conscience et par-là même la conquête de l’Éternité, ils ne font que retarder leur inéluctable annihilation, à terme, seule issue à la voie qu’ils ont empruntée. Et tout rebelle qui voudrait réveiller le troupeau des endormis est bien sûr, une fois démasqué, conduit à la croix ou au bûcher (hier) ou marginalisé et moqué pour délire complotiste (aujourd'hui). Il en découle depuis des millénaires l'explication de la souffrance et de l’exploitation de l’homme dans sa vie terrestre.

* Le mot secte est ici à prendre dans sa double signification. La première est un groupement de personnes qui partagent les mêmes croyances. La seconde est un système d’enfermement des personnes par des méthodes plus ou moins insidieuses de prise de contrôle de leur mental et par-là même de leur libre arbitre.

Cf. Qu'est-ce que l'Homme ?, Les acteurs de la Matrice falsifiée & Le cheminement de l’Âme.

Le détournement de la Carte du Ciel explicative

Pour les Égyptiens de l'antiquité, héritiers par les survivants de la chute de la civilisation atlante des connaissances sacrées de l'univers, l’aspect du ciel (soit le cosmos au sens astral) a toujours revêtu une signification mythologique, religieuse et symbolique, base de la formation du calendrier, de la fixation des fêtes et de la constitution des ères. " Tout ce qui est en haut est comme en bas " * (comme le symbolise la carte tarologique du Bateleur - The Magician - dans l'image ci-contre). La prêtrise dite de Ptah (Temple de Memphis), initiée aux mathématiques divines *², a créé un référent zodiacal, nommé le Zodiaque de Denderah *³, permettant une connaissance de toutes les influences célestes sur 25.920 années, la Grande Année cosmique, avec sans doute des connaissances technologiques qui permettaient d’amplifier, de moduler ou d’atténuer au besoin certains influx célestes spécifiques. Au fil du temps, c'est ce référentiel que la prêtrise a commencé à manipuler au service des Rois (Pharaons) régnants, ceux-ci créant la fausse trinité divine pour expliquer et justifier la soi-disant onction céleste à leur gouvernance despotique, et empêcher par là-même les êtres humains d'accéder à la connaissance. Puis cette science a été successivement transmise aux Mésopotamiens, Babyloniens, Grecs, Romains, Arabes et au reste de l'Europe, toujours avec des changements de signes et de symboles qui ont continué à détourner la source initiale de son enseignement.

Le cercle cosmique du champ astral et ses signes enfermant les hommes dans une matrice, le Zodiaque est utilisé par toutes les religions et pouvoirs politiques liés à des fins de domination et d'asservissement. Il constitue notre système de référence culturelle et, par sa prégnance psychique, contribue à notre enfermement. Il est autrement appelé " la Matrice ", non l'originelle mais celle falsifiée par la manipulation de l'espace-temps *. C'est ainsi que toute la construction psychologique de la relation des êtres humains à l'univers, présente de manière symbolique sur le Zodiaque égyptien de Denderah, est largement faussée à cause de la précession des équinoxes (base du temps cyclique, elle va à rebours de la linéarité historique) ainsi que par une mauvaise utilisation du disque de Denderah (inversé ou incliné à 90°) et de ses figures. Il en résulte notamment les thèmes mythologiques classiques de la naissance d'un dieu solaire, couvé dans un œuf, avec incubation, puis renaissance. Là se trouve le cœur de la mystification des élites (Pharaons, Rois, Empereurs, Présidents...), celle de leur identification à un dieu masculin immortel qu'elles incarnent sur Terre en s'assurant, à défaut d'immortalité physique, de l'immortalité par la reproduction consanguine. Autant dire que cette vision blasphématoire du divin a été profondément ancrée dans l'inconscient collectif, et, lorsque sont honorées les ténèbres, l'état des lieux ne peut être celui de la lumière de la pensée dans le vécu commun.

* Cette Loi de Correspondance a pour origine les Tablettes d’Émeraude d’Hermès Trismégiste.

Cf. Symbolisme mathématique.

*³ Il a été retrouvé en 1799 par l'armée française lors de la campagne d’Égypte de Bonaparte. L'occultisme des sociétés secrètes trouve enfin la source explicative de la matrice, base du système politico-religieux dominant. Le Zodiaque de Denderah est au Louvre, une réplique étant visible au Musée Rose-Croix à San José, Californie.

* Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

Du complot " Illuminati "

Pour les experts sociologues officiels, deux facteurs ont contribué à remettre en scène au XXI° siècle l'ancienne théorie du complot Illuminati :

. La diffusion rapide des idées par internet les réseaux sociaux, notamment auprès d'une jeune génération réceptive. Elle voit de nombreux sites surfer sur un intérêt d'audience certain, en proposant leurs propres relecture et interprétation tant des événements historiques que de l'actualité.

. La sévère crise économique de 2008 et le développement de mouvements de contestation (" les Indignés ", " Occupy Wall Street "...), avec le sentiment répandu que les pouvoirs politiques et financiers étaient détenus par une oligarchie élitaire, une poignée de personnes haut placées protégeant leurs propres intérêts au mépris de ceux du peuple. Cette impression alimente le fantasme d'un complot mondial fomenté par les élites.

Certains considèrent également que la généralisation de l'explication conspirationniste depuis la fin du XX° siècle est un trait distinctif des sociétés actuelles et de la pensée post-moderne.

A ces explications peut être rétorqué sinon la mauvaise foi d'acteurs institutionnels aux ordres, ce qui ne ferait qu'entretenir le traditionnel clivage partisan, mais le mécanisme du déni, de l'aveuglement auto-consenti qui caractérise nombre d'êtres humains. En dépit de preuves et de faits, ils ne veulent pas savoir, préférant détourner le regard. Ainsi aux États-Unis, lorsque les documents du programme MK-Ultra * ont été déclassés, et que les citoyens ont préféré tout ignorer.

Se rajoute une bonne dose de naïveté, consistant à croire que la théorie du complot est une tentative pour rationaliser le monde plutôt que d'envisager que les événements historiques puissent être le fruit du simple hasard, voire d'une multitude de facteurs subtils et inextricables, sans finalité précise. Voici étalé le paradoxe de l'esprit cartésien sceptique, qui tout en se prévalant de logique et de bon sens, construit sa représentation du monde sur les lois du hasard et de la linéarité historique, qui ne cesse pourtant d'être battue en brèche y compris au sein de la communauté scientifique académique. La simple ouverture des archives classifiées suffit à démontrer le grand mensonge d'une partie des élites dominantes, mais dont les explications officielles demeurent toujours paroles d'évangile pour leurs serviles zélateurs.

* Cf. Contrôle mental.

 

Les sociétés secrètes, terreau du nouvel ordre religieux

Depuis longtemps les sociétés secrètes, détournées de leur raison d'être première, l'Initiation évolutive, constituent l’antichambre de la manipulation des foules, et qui commence par celle de leurs adeptes … C'est ainsi qu'en Occident, par l’usage de symboles chrétiens, elles induisent nombre d'individus naïfs ou confiants en erreur, subjugués par leur discours humaniste et leur rituel aux apparences sacrées. Comme le catholicisme a perdu de son prestige et de son action sur les esprits cultivés comme sur les masses, ils imaginent y trouver la clé du Bon Pasteur, derrière lequel pourtant se dissimulent les archétypes de Lucifer, la fausse lumière, sinon de Satan, la corruption de l'âme et la dégénérescence. Par leur caractère dissimulé, elles permettent de brouiller les cartes, distillant le vrai comme le faux sans que l’on puisse savoir avec certitude leur véritable nature. Leur raison d’être est le combat, celui des idées qui, sous couvert de vouloir le bien de l’humanité, façonnent l’idéologie sous-jacente contraire et en favorisent la mise en œuvre. La fraternité de leurs membres constitue l’atout maître de leur efficacité, car elle est censée transcender la loyauté nationale, collective, par la soumission à l'intérêt de caste …

Les secrets qui sont distillés aux adeptes sous forme symbolique découlent tous des magiciens noirs de la Grande Babylone antique sous le règne de Nemrod *, le constructeur de Babel, eux-mêmes en provenance de l’Égypte antique, et tout particulièrement de leur mise en œuvre dans la Kabbale mystique juive, soit la tradition ésotérique du judaïsme. Ils sont liés aux pratiques fondamentales des enseignements secrets de jadis dispensées dans les " Écoles du Mystère " ou Écoles de Sagesse, regroupées dans une discipline symbolique et rituélique fortement occulte. La plupart du temps de bonne foi, les hommes et les femmes qui les composent recherchent la " Lumière ", soit la Connaissance, la Vérité, mais sans pour autant en comprendre le sens profond. Et pour cause, il a été détourné. Ils pensent qu'ils sont d'une certaine façon les " sauvés ", les " élus ", grâce à l’acquisition d’une sagesse ésotérique, cachée, remontant aux anciennes religions mystérieuses. Ils ne voient pas que, bien qu'affichée sous leurs yeux, cette quête menée dans la séparation - le caché, l'occulte - les éloigne de l'Unité transparente, base première de la Lumière ...

* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen.

Les Écoles du Mystère

Toutes les grandes traditions initiatiques - l'école grecque des Mystères d’Éleusis et de Samothrace, l'école des mystères de l’Égypte antique du temple de Dendérah près de Thèbes, les académies chaldéenne et juive, les collèges de Brahmanes hindous, les Mages de Perse, les Gymnosophistes d’Éthiopie, les Mystères druidiques... - enseignaient la résistance de l'être humain au sommeil, celui de son esprit... Ils concernaient les trois états de conscience de l’être humain sur terre. D’abord la conscience de la mort (" l'âme hors "), du " trépas ", soit le troisième pas après la naissance et la vie dans le corps de chair. Puis l’accès à la conscience de sa résurrection. Enfin l'accès à celle de son ascension, de son évolution, soit l'acceptation du divin en soi, sans séparation, en comprenant et en ressentant qu'il n'y a pas de Dieu au-dehors, que tous et tout ne font qu'un. L'incompris devient ainsi l'" Un compris ".

Si la nature et l’importance des disciplines initiatiques variaient d’Écoles en Écoles, la principale différence dans leurs méthodes était si le maître enseignait par le biais d’images et de symboles, ou par le biais de méthodes orales. Dans la littérature hermétique égyptienne la plus ancienne, qui a survécu jusqu’à nos jours, principalement en langue grecque, cette différence était nommée respectivement méthode Epoptique (images et symboles) et méthode Mystes (oralité). Certaines écoles anciennes combinaient cependant les deux. Par exemple, dans le culte de Déméter à Éleusis, très populaire dans la Grèce antique, les Mystes étaient initiés aux Mystères Mineurs, tandis que les Epoptes étaient initiés aux Mystères Majeurs. Cependant même dans de tels systèmes combinés, les deux méthodes étaient considérées comme si différentes qu’on demandait un délai d’au moins cinq ans entre les deux initiations.

Au sein de ces deux méthodes, diverses Voies allaient dans de nombreuses directions, même si leur finalité était la même – le perfectionnement de l’homme, et le passage de l’homme " naturel " à l’état d’homme " Spirituel ", par degrés ascendants.

Ploutos, Dieu des trésors cachés sous terre

Dans la mythologie grecque païenne, Ploutos, également connu sous le nom romanisé Plutus, est la divinité de la richesse et de l'abondance. Ces trésors sont bien évidemment les trésors spirituels dissimulés sous l'apparence des choses matérielles, selon la formule dite VITRIOL : Visita interiorem terrae, rectificando invenies occultam lapidem (Visite l'intérieur de la terre et en rectifiant ta façon de voir les choses tu trouveras la pierre cachée). La pierre cachée, autrement dite la pierre philosophale des alchimistes, est l'ouverture de conscience * de l'être humain à sa réalité divine éternelle. Elle ne peut être que lumineuse, transparente. En étant recherchée dans l'occulte extérieur - les sociétés secrètes -, non dans l'occulte intérieur, elle maintient l'être humain illusionné en servage de lui-même, enchaîné au fin fond de la Caverne, de sa caverne.

* Cf. Présentation de la démarche alchimique dans Qu'est-ce que l'Homme ? & Le chemin alchimique.

Du secret

Chaque individu veut que sa vie ait un sens. Mais il la recherche au mauvais endroit, c'est-à-dire dans le monde extérieur. Au final, il s'agit de comprendre que la vie n'a pas de sens. Rien, aucune situation, aucune circonstance n'a de sens en soi. Tout est neutre, dénué de sens. Le sens que nous lui donnons, de manière consciente ou inconsciente, détermine l'effet que nous en retirons. Toutes les situations sont en essence neutres, et en substance positive ou négative par leur reflet. Cela dépend uniquement de l'énergie, de l'intensité, du système de croyances et de la définition que nous leur attribuons. Si nous donnons à la situation une définition positive, nous en retirerons un effet positif, indépendamment de ce que d'autres pourront ressentir. Et inversement. Dans une même situation, notre expérience n'est pas identique à la leur. Tout individu est sa propre réalité, son propre univers.

Il n'y a pas de secret à découvrir. Le secret n'existe pas. Car ce qui est secret " se crée ". Or, en réalité, rien ne se crée. La Création n'est que la division de Ce Qui Est. Et quand il y a division, il y a illusion, la division appelant l'illusion. L'illusion étant le jeu de la Création dans Ce Qui Est, elle nous conduit à en vivre l'expérience par la conscience. Ce Qui Est contient la création. Ce que nous créons existe déjà ... dans l'âme du monde. C'est pourquoi le sentiment d'être séparé de Sa Source est le seul manque qui ait réellement besoin d'être corrigé.

De l’occultisme

Il y a dans le langage des vocables qui prêtent facilement à la fantasmagorie et à l’enfièvrement des esprits, l’usage inconsistant qu’en faisant leurs auteurs permettant difficilement de faire la part des choses avec raison et mesure. C’est le cas du mot secte par exemple. C’est également le cas du mot occultisme. Celui-ci est d’abord une discipline scientifique (nommé également sciences occultes) depuis la fin du XIX° siècle qui regroupe deux mouvements spécifiques, étrangers l’un l’autre : l’étude rationnelle du patrimoine des conceptions antiques (alchimie, magie, astrologie, cabale, spagyrique), soit la paléo technique ; l’étude méthodique à des fins d’élucidation de l’inconnu des facultés humaines, soit la psychologie expérimentale (spiritisme par exemple), aux confins de la science psychologique.

Son discrédit vient de l’attitude d’une grande partie du corps scientifique orthodoxe, qui y vit pendant longtemps et avec mépris seulement de la superstition. Ceci explique que l’occultisme n’est pas consacré par les académies. Comme toute science expérimentale, on y côtoie le meilleur comme le pire, tel que l’a démontré le spiritisme dans sa version " amusette de salon ", ou encore les dérives de la théosophie nourrie d’hindouisme. Son côté merveilleux est en effet propice à attirer des esprits faibles comme manipulateurs.

Jusqu’alors, ces sciences avaient fait le fondement de sociétés secrètes qui, poursuivies en Occident avec acharnement par l’Église catholique, préservaient le fruit de leurs recherches au sein de cénacles fermés. Leur succès croissant à partir de la Révolution des Lumières au XVIII° siècle et l’ouverture de leurs portes au " chercheur vulgaire " a progressivement fait dériver leurs travaux vers de la métaphysique teintée de rationalisme, négligeant le côté scientifique et positiviste.

L’occultisme dans sa version la plus élevée ne se résume pas à du merveilleux préscientifique. Il est l’étude des faits qui, s’ils n’appartiennent pas encore à la science, pourront lui appartenir un jour. Il constitue dans son essence la tendance à élucider l’inconnu de la science. Compte-tenu de l’évolution des mentalités, les deux mondes se sont rapprochés et s’entrecroisent de plus en plus.

Le 18ème degré de Chevalier Rose+Croix, ou l'adoubement à Lucifer

Le 18ème degré Rose+Croix de la hiérarchie en Franc-maçonnerie marque l’entrée dans les arrières-loges lucifériennes, se traduisant par l’ivresse spirituelle malsaine qui se saisit de l’initié devenu Chevalier de la Rose+Croix. En effet, l'archétype Lucifer * - le porteur de (fausse) lumière - donne à ce grade un tel charme, un tel éclat qu'on l'embrasse passionnément. On se sent fier et triomphant d'être Chevalier de la Rose-Croix.

Il y a ainsi l'allégresse hautaine de la profanation, du sacrilège conçu, sinon approfondi, de l'association de la pensée humaine à la pensée du roi des Anges coupables, de l'identification avec Lui, de la participation à sa science, de la communion à son Verbe. Il y aussi l'influence de sa Présence spirituelle. Le grade de Rose+Croix contient donc les ferments du satanisme à haute dose, puisqu'il scelle le destin de l'impétrant dans son chemin entropique. II est le germe des hauts grades, comme le degré d'apprenti était le germe du grade du Maître, avec cette différence que le grade de Rose+Croix constitue le " maçon parfait ", celui ayant contracté un pacte formel avec l'ennemi du Christ, la Lumière.

L'archiviste et occultiste français Jules Doinel (1842/1902) a détaillé les trois mystères lucifériens : le mystère de l'INRI, le mystère de la Rose-Croix, et le mystère du Signe-du-Bon Pasteur. Tous trois participent de la complète illumination démoniaque servie aux abeilles de la Ruche - la Matrice - qui se croient éveillées.

* Notre réalité d'appartenance, la matrice limitée de la 3ème dimension, voit son fonctionnement basé sur les polarités opposées mais complémentaires. Ainsi le " combat " entre la Lumière - la Vérité, la Connaissance de Ce Qui Est -, soit la conscience Christique (l'Unité), et les Ténèbres. Celles-ci sont illustrées par l'archétype Diable, de diabole - celui qui divise -, ou Démon, le monde à l'envers. Celui-ci est de même composé de deux polarités : une polarité évolutive, la fausse lumière de l'archétype Lucifer proposée à l'humain qui doit faire jouer son discernement pour ne pas être illusionné, et une polarité entropique, involutive, dont l'archétype est Satan.

 

Aux origines

Les sociétés secrètes remontent à très loin dans le temps. Trois organisations seraient visiblement à la base de ce qui allait devenir les Illuminati. Elles se nomment Fraternités, et participent de la même filiation, se distinguant par un code de couleurs.

La " Fraternité Blanche " (The White Order ouThe White Brotherhood) est une organisation qui semble totalement inconnue des historiens. Ordre très secret, très peu mentionné, sa lignée aurait été placée sous le contrôle de la dynastie du roi mésopotamien usurpateur Ur-Nammu ou Ur-Namma (" Guerrier de (la déesse) Nammu " en sumérien), roi d'Ur de 2112 à 2095 av. J.-C. selon la chronologie moyenne, de 2047 à 2030 selon la chronologie basse. La datation de son règne est très approximative. La Liste royale sumérienne lui attribue dix-huit années de règne. Durant la civilisation babylonienne, cette Confrérie aurait migré en Grèce, certains chercheurs affirmant qu'elle aurait été à la base de la création de l'alphabet grec, de la " science " politique (encore utilisée de nos jours), de la théosophie, de la philosophie (Platon, Socrate et autres grands philosophes de l'époque inclus). Platon en aurait d'ailleurs fait partie. Certaines personnes vont même jusqu'à affirmer que les modes de gouvernement, l'armée, l'éducation, la religion, la ségrégation et les hiérarchies qu'ils impliquent, ainsi que le principe de la race aryenne reprise par Hitler et par une certaine élite, sont issus des réflexions et des idées forgées dans cette fraternité. En d'autres termes, elle serait à l'origine de la civilisation occidentale actuelle.

La " Fraternité Verte " (The Green Brotherhood également appelée The Green Dragon, le dragon vert). Avant sa mise en place, cette fraternité s'appelait The Cult of the Snake (le culte du serpent) qui, par la suite en Grèce, aurait pris la forme du " Culte d’Aesclapios ". A Babylone, les lignées de ses membres se seraient séparées pour prendre des directions différentes, ce qui aurait eu comme conséquence un affaiblissement progressif de l'Ordre et sa disparition. Cependant elle serait encore opérationnelle de nos jours en Asie *. Composée de 72 *² membres, sa couleur, le vert, est celui des dragons, gardiens du seuil, celui de l'éternelle jeunesse (il symbolise l’Astral inférieur, le gardien du sang éternel, du fluide vital). C’est aussi le " rayon vert ", secret des temples égyptiens, celui de la transmutation des cellules, force vitale de la nature.

La " Fraternité Jaune " (The Yellow Brotherhood), qui aurait eu son siège dans l’Égypte ancienne.

Au cours des siècles, The Green Brotherhood et The Yellow Bortherhood auraient fusionné en une seule Confrérie, aujourd'hui nommée The Green Dragon.

* En a fait partie Karl Haushofer (1869/1946), l'un des plus importants théoriciens de la géopolitique allemande, qui a été récupéré par le nazisme bien qu'il n'ait jamais été membre du parti nazi.

Cf. Symbolique des nombres.

La Confrérie (ou Fraternité) du Serpent

L’étude * des tablettes mésopotamiennes, plus exactement sumériennes, retrouvées au milieu du XIX° siècle en Irak indique que le fils d'Anu (le Ciel) nommé Enki-EA, Seigneur ou Prince exo-terrestre de la Terre de nature reptilienne et créateur de l'Homo sapiens, se rebella, n'acceptant pas les cruautés que ses congénères infligeaient aux hommes (parmi lesquels son frère Enlil, le Seigneur de l'Air), et qu'il fonda la " Confrérie du Serpent ". En effet, parmi tous les animaux vénérés par les hommes de la préhistoire, aucun ne l'était de façon aussi marquante et significative que le serpent, symbole d'un groupe humain d'origine reptilienne par ses maîtres généticiens, qui avait acquis une grande influence dans les premières civilisations sur les deux hémisphères de la planète. Cette confrérie savante de polarité évolutive, s'attachant à servir les forces de La Lumière - La Source originelle -, s'était donnée pour but de répandre des connaissances spirituelles pour atteindre la liberté, soit l'émancipation de sa condition terrestre grâce à la puissance de l'esprit. Elle combattait l'esclavage des êtres humains, essayant de libérer l'humanité de sa servitude sous la coupe d'entités exo-terrestres reptiliennes de nature prédatrice, involutive, venant d'autres planètes ou galaxies et situées dans le champ de fréquences de la 4ème dimension. C'est précisément ce savoir qui aurait été symbolisé, plus tard, dans l'histoire biblique d'Adam et Eve, qui montre un serpent qui s'enroule autour d'un tronc d'arbre (le symbole actuel du caducée) au jardin d’Éden, soit l'union des forces végétales et animales au bénéfice de l'être humain *².

Dans la représentation mésopotamienne, deux fruits sont accrochés à l'arbre : à droite de l'arbre se trouve le symbole d'Enki, la demi-lune (le savoir), et à gauche, on voit une planète, symbole d'Anu (la vie). Enki aurait envoyé un homme vers cet arbre pour qu'il accède à la connaissance. C'est la raison pour laquelle il est présenté, assimilé faussement au serpent tentateur, comme le soi-disant coupable qui a essayé de montrer au premier homme le chemin de la liberté spirituelle. Enki se serait révolté non pas contre Dieu - La Source originelle -, ainsi qu'il est écrit dans la Bible, mais contre les actes cruels des soi-disant dieux et du faux Dieu, Anu (le Yahvé/Jéhovah biblique). Malgré leurs intentions louables, Enki le légendaire et la Confrérie du Serpent ne réussirent pas à libérer les hommes de leur tutelle asservissante. Vaincu par d'autres groupes d’exo-terrestres régnants dans le cadre d'une guerre cosmique, Enki fut banni et chassé de la Terre, calomnié par ses adversaires qui voulaient s'assurer qu'il ne retrouverait plus jamais d'adeptes parmi les hommes. De " prince de la Terre " il passa à celui de " prince des Ténèbres ", et fut affublé par la prêtrise dévoyée de surnoms tels que prince de l'enfer, incarnation du mal, diable, Satan… Il était ainsi présenté comme le pire ennemi du plus grand être, le Dieu monothéiste, et comme le gardien de l'enfer. On enseigna aux hommes que tout le mal de la Terre était de sa faute, et qu'il voulait que les hommes deviennent des esclaves. On exhorta les hommes à le démasquer chaque fois qu'il se réincarnerait et à l'anéantir avec ses créatures s'ils les rencontraient.

C'est ainsi que la " Confrérie du Serpent ", malgré les efforts jusqu'à nos jours de beaucoup d'hommes dévoués et loyaux voulant instituer une véritable réforme spirituelle à l'aide de cette Fraternité, devint avec ses nouveaux maîtres qui s’y étaient infiltrés, les Illuminati, une arme redoutable d'oppression spirituelle et de trahison spirituelle, associant l'archétype serpent et autres dérivés (tel le dragon) au démon, le diable, celui qui divise. Il est alors facile de comprendre pourquoi le Vatican empêche par tous les moyens non seulement la publication des inscriptions des dalles de pierre de l'île de Pâques qui relatent la genèse de l'homme, mais aussi celle des rouleaux de papyrus de Qumran de la mer Morte. Ces dalles et ces manuscrits de la mer Morte apporteraient la preuve que la Bible actuelle a été falsifiée dans des points essentiels pour satisfaire les intérêts égoïstes de quelques puissants personnages…

* Cf. Travaux de l'auteur franco-allemand Anton Parks et de l'auteur azerbaïdjanais Zecharia Sitchin (1920/2010), auteur de " Au début était le progrès " et de " La douzième planète ", qui a étudié les anciennes mythologies, les légendes des Grecs, des Hittites, des anciens Cananéens et Babyloniens et les textes sumériens. Il les traduisit et en conclut une genèse sur l'Homo Sapiens qui, si elle est en contradiction complète avec les conceptions des grandes religions du monde, est parallèle à celle des Tibétains, Hawaïens, aborigènes d'Australie, Indiens d'Amérique du Nord (Apaches, Hopis et Sioux), Mayas, et les dalles de pierre de l'île de Pâques dont le Vatican garde sous clé les restes de celles qui n'ont pas été détruites. D'après sa thèse, les " Anunnakiens " des mythes sumériens, " ceux qui descendaient du ciel sur la Terre ", étaient des extra-terrestres de race reptilienne venant d'une planète encore inconnue de notre système solaire il y a environ 450.000 ans. Ils se mirent à extraire de l'or et d'autres matières premières dont ils avaient besoin, et créèrent l’Homo Sapiens il y a 300.000 ans environ en faisant des manipulations génétiques sur des femelles d'hominiens. La Mésopotamie fut leur première colonie. Bien que certains spécialistes soient sceptiques face à ces " dieux astronautes ", le monde scientifique doit de plus en plus reconnaître que ses conclusions sont justes, d’autant plus que les sondes spatiales américaines " Voyager " ont photographié Uranus et Neptune, et prouvé que la description des Sumériens d'après laquelle les deux planètes étaient jumelles avec une végétation marécageuse bleu/ vert était exacte. Uranus et Neptune ne furent, pourtant, découvertes officiellement que récemment.

C’est ce que démontrent également William Bramley dans son livre " Les dieux de l’Eden " (1989) et Charles Hoy Fort (1874/1932), écrivain états-unien qui publia au début du 20ème siècle " Le Livre des Damnés " et " New Lands ". Cf. en complément Vérité civilisationnelle.

Cf. Le Judaïsme décodé.

Qui est visé pour appartenir à une société secrète ?

La plupart des êtres humains instruits, positionnés ou appelés à l'être à un certain rang dans toutes les structures représentatives de la société, ou qui sont des relais d'influence avérés ou potentiels par la qualité de leur propre production personnelle, sont les proies privilégiées des initiateurs de ces sociétés, les Illuminati. Ils y sont attirés principalement par cooptation ou approche directe pour flatter leur égo-mental, sauf à ce qu'ils fassent une démarche volontaire d’adhésion, sur la base des éléments suivants (non cumulatifs) :

. Leur quête plus ou moins sincère de percer le mystère de la Vie, avec la promesse d’y parvenir en découvrant les secrets cachés dans des symboles par un rituel initiatique approprié.

. Le sentiment, conscient ou inconscient, d’appartenir à une société élitaire qui les a choisis au regard de leurs qualités découlant de leur profil spécifique, société non accessible au commun des mortels.

. La curiosité et le goût de donner du piment à leur vie en participant à un mode de fonctionnement atypique mystérieux, fermé.

. L’intérêt pour intégrer un réseau relationnel, appui potentiel à leurs ambitions ou à leur protection face aux situations de la vie.

. La confiance placée dans le/les parrain(s) voire le " pedigree " illustre d'autres membres.

Quelles que soient la qualité de leurs aptitudes intellectuelles et la sincérité de leur démarche pour contribuer au perfectionnement de la société et de l'espèce humaine, les individus concernés sont illusionnés par leur égo-mental (besoin de reconnaissance, orgueil spirituel, volonté de domination, intérêt intellectuel ou personnel égocentré) et/ou leur émotionnel (idéalisme, naïveté, goût du sensationnel, dépendance affective) *. Ils sont porteurs de croyances et de conditionnements qu’ils n’ont jamais réinterrogés quant à leur pertinence, leur faisant gober la supercherie enseignée. Ils sont pour beaucoup coupés quoi qu’ils s’en défendent de leur intériorité profonde, et de ce fait sont fragilisés par leur besoin d’une dépendance extérieure, qui plus est de nature occulte. Pour beaucoup, leur aveuglement narcissique les conduit à s’imaginer supérieurs aux croyants fidèles des églises et temples extérieurs. Ils n’ont pas (encore) compris qu’ils sont l’autre face du piège du religieux mensonger, qui capte des deux côtés les esclaves du système établi. Ils choisissent de chercher la Lumière dans l'Ombre de l'occulte, entretenant de ce fait la dualité *² mortifère totalement contraire à l'enseignement libératoire… Ils sont des disciples, mais ce n'est pas le Christ qui leur enseigne. Tout au contraire.

* Cf. Prédation spirituelle et voie de sortie.

Cf. La dualité décodée.

La quête de la Force

Dans quel but voyagent les initiés ou ceux qui cherchent à l'être ? Pour chercher ce qui a été perdu, pour rassembler ce qui est épars, et répandre partout la LUMIÈRE. La quête est celle du " feu secret ", dont une manifestation physique visible est la lumière. Ce feu, cette " eau qui ne mouille pas les mains ", vit intimement dans l’essence des eaux célestes - la quintessence du cosmos - desquelles proviennent la lumière, et au-dessus desquelles se lève le soleil, qui, en brillant à leur surface, produit toutes les couleurs de l’arc en ciel, soit toute la diversité des manifestations du monde matériel. Comme le fidèle serviteur attire à lui l’Esprit du Monde - Spiritus Mundi -, il le retient, le lisse et le caresse afin de former avec lui cette " eau sèche ne mouillant pas les mains " et dans laquelle éclatent la pureté et la beauté.

De même que la clarté du jour permet, suivant son intensité, la perception de notre environnement, la richesse de nos perceptions dépend des capacités de notre être. De cette simple constatation provient le processus initiatique d’illumination, qui consiste en l’accumulation de la force supérieure capable de gouverner l’univers. L’univers est gouverné par cette force inconnue de la science officielle, académique. Celui qui retrouve cette lumière, au fond des ténèbres, et parvient à l’accumuler comme un aimant, acquiert une force supérieure le délivrant des vicissitudes terrestres.

Ainsi l’entrée dans une société initiatique atteste d’une recherche de ce pouvoir. C'est la raison pour laquelle elle est inévitablement associée aux sphères du pouvoir politique et économique. L’acquisition de ce pouvoir se traduit par une invulnérabilité vis-à-vis des influences extérieures. Tandis que le profane s’essouffle - perd son souffle - à s’inquiéter et s’oublier dans les indénombrables préoccupations de la vie, l’initié s’active à s’en détacher, non pas en les ignorant, mais en n’y étant plus grossièrement assujetti. Imaginons la force vitale qui peut se bâtir dans un corps parfaitement relaxé en toutes circonstances, aussi dépourvu de tensions que lors du sommeil. Imaginons ce que peut réaliser l’individu qui dirige d’une main de maître son corps, ses émotions et ses pensées, sans jamais être influencé dans sa volonté par les manifestations mécaniques de l’une des trois parties de son être.

Si la quête de la Force est en soi estimable et incontournable pour l'évolution de la conscience humaine, elle est toujours détournée par les intérêts du système prédateur qui gouverne le monde terrestre. Invariablement. Ne pas l'accepter est un déni de conscience d'êtres prétendument spirituellement évolués, aveuglés par la fausse lumière de leur égo-mental enflammé. Persuadés de travailler avec la Force de l'Intelligence cosmique, ils ne se rendent pas compte par la force de leurs croyances manipulées qu'ils sont en communication vibratoire seulement avec les Forces de l’Astral, et qu'ils leur donnent la toute-puissance pour le maintien de leur asservissement...

 

Leur évolution au fil du temps

Les sociétés secrètes les plus connues de nos jours sont les loges maçonniques, regroupées en différentes " obédiences ", mot signifiant l'adhésion et la fidélité à une autorité spirituelle, une puissance politique, ou une doctrine philosophique. Ceci constitue un paradoxe savoureux pour des individus se disant libres penseurs affranchis de tout dogme religieux. Le mot "Ordre" peut également être employé, tout aussi doctrinaire.

Il existe aussi l'Église des Mormons, les Témoins de Jéhovah, l'Opus Déi au sein de l’Église romaine, l'Ordre de Malte, des groupes gnostiques *, et bien d’autres sociétés, comme celles qui pratiquent la sorcellerie ou magie noire (ainsi l'Ordo Templis Orientis) et l'alchimie. Toutes sont des sectes, au sens qu'elles regroupent des individus qui partagent les mêmes opinions, valeurs et rituels. Seul le niveau de dangerosité les distingue alors, le caractère sectaire rejoignant alors l'acception populaire en cours.

* La Gnose, du grec gnôsis signifiant connaissance, est un concept philosophico-religieux selon lequel le salut de l'âme passe par une connaissance - expérience ou révélation - directe de la divinité, et donc par une connaissance de soi.

Les étranges Témoins de Jéhovah

La secte des Témoins de Jéhovah est issue du groupe des Étudiants de la Bible fondé dans les années 1870 par le pasteur et homme d’affaires nord-américain Charles Taze Russell. Il se présente comme une formation apolitique et chrétienne. Implantée à Brooklyn, elle s’engage avec ferveur dans les premières revendications sionistes en 1880. Russell, qui entretient des liens étroits avec les grands financiers Morgan, Rockefeller, Rothschild et Warburg, entreprend plusieurs voyages aux États-Unis et en Europe pour appeler la population juive à un retour sur la Terre promise. À ce titre, il est considéré comme un des chantres du sionisme.

Pourtant, lorsqu'en 1933 Adolf Hitler est nommé chancelier d'Allemagne, et ce sans renier ses premiers engagements, le mouvement occulte et anticlérical des Témoins de Jéhovah – appellation adoptée en 1931 – défend sans ambages l’idéologie du national-socialisme. Son président Rutherford se plaît alors à exalter les thèses antisémites. Plus tard, dans le cadre de l’occupation de la Russie par le III° Reich, Heinrich Himmler favorise les Témoins de Jéhovah dans le but de subvertir l’Église orthodoxe. Fin 1942, le chef de la SS émet l’instruction de les traiter avec les meilleurs égards dans les camps de concentration. En 1945, dès la fin de la guerre, la coopération indéfectible de la secte aux idéaux nationaux-socialistes n’empêche pas les États-Unis d’impliquer cette Société dans sa politique internationale.

En fait, ces prises de position apparemment contradictoires de cette immense nébuleuse sont cohérentes avec la méthode Illuminati, basée sur le brouillage, la division, les collusions des contraires au service du dessein d'ensemble. Ainsi la secte des Témoins de Jéhovah a des liens avec le Département d’État des États-Unis ainsi que la Franc-maçonnerie. Sa dépravation par-delà son image se voulant respectable est attestée par de nombreux scandales de pédophilie. Elle pratique les rituels ésotériques ainsi que les techniques du contrôle mental propres à l'hypnose de ses membres. Ses deux périodiques La Tour de Garde et Réveillez-vous sont truffés de messages subliminaux et sataniques, constituant une redoutable arme de prosélytisme.

Proches de la puissante église de Scientologie et du Mouvement de l’Unification (Moon), les Témoins de Jéhovah, prônant l’établissement d’un Nouvel ordre mondial, ont été affiliés aux Nations unies, de 1992 à 2001, en tant qu’Organisation non gouvernementale. Elle est une structure qui s’apparente de plus en plus à une religion, laquelle ne cesse de se développer sous le couvert des pouvoirs politiques.

Cf. Laurent Glauzy et Robin de Ruiter, " Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan ".

L’histoire des sociétés secrètes est longue, diverse. A l'origine, parallèlement aux nombreuses traditions qui essaimaient la surface du globe, naquirent des sociétés ou courants ésotériques plus ou moins secrets (esséniens, soufis, gnostiques, zoroastriens, druides, mages persans, chamanisme allant de la Sibérie à l'Afrique en passant par l'Asie, etc...), qui avaient pour objectif de partager et de protéger les clés de la Connaissance sacrée de l'Univers, permettant à l'humain éclairé de procéder à sa transformation intérieure pour s'extirper de la Matrice involutive asservissante de la 3ème dimension *. Leur point commun venait d'une sagesse alchimique universelle, qui, par un système de symboles, est à même de guider l'individu dans une " chasse au trésor multidimensionnelle " à la rencontre de son identité originelle. L'Alchimie représente justement la dimension sans frontière de cette Connaissance, les véritables adeptes et initiés de cette science hermétique ne s'identifiant jamais à aucun courant spécifique.

Quelques sociétés se distinguent. Ainsi l’alchimie préislamique a donné naissance au " culte des Assassins ", pratiqué par les Haschichins *², plus exactement Hashashyns, à partir du XI° siècle, une communauté mystique chiite de l'islam orthodoxe. Ils sont également nommés les Ismaéliens, Nizârites, ou Bâtiniens (Bâtin signifie " caché " ou " ésotérique "), nourriciers du courant spirituel traditionnel nommé soufisme. Ce groupe était pourchassé par les islamiques, leur but dans la vie n'étant pas de faire la guerre mais d'étudier. C'est de cette époque que vient l’oxymore Djihad, la guerre sainte. Sur son lit de mort, l’un de leurs chefs célèbres, fondateur de l'ismaélisme réformé d'Alamut au XI° siècle, le philosophe Hassan ibn al-Sabbah, déclara : " Rien n’est vrai, tout est permis ". Cette formule récupérée et détournée de son sens premier deviendra le leitmotiv des Illuminati pour mener leur guerre occulte pour le contrôle de la Terre, à partir de croyances fausses et manipulées.

* Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante.

Ce mot a été inventé en 1809 par un orientaliste friand d’anecdotes pittoresques, nommé Silvestre de Sacy. Si le haschich pouvait effectivement être utilisé par la secte des " Assassins ", il l'était pour permettre d'entrer dans des états modifiés de conscience. Le sens de assassin (assassiyin en arabe) est " gardien des fondements ". Contrairement aux islamiques menant la guerre sainte et éliminant du " Dar al- islam " (le domaine de soumission à Dieu) les mécréants et infidèles, surtout chrétiens, les Hashashyns combattaient seulement les groupes d'individus qui voulaient leur perte, comme les envahisseurs Mongols. Les guerriers qui s'acquittaient de cette tâche le faisaient par esprit de sacrifice.

De la Tradition

Il est nécessaire de distinguer sous ce vocable de Tradition deux sources.

Sous le nom de philosophie hermétique et de Kabbale, voire d'autres appellations du même genre, nous possédons une tradition issue directement des peuples rouges et noirs - les peuples du cercle - *, et adaptée à l'Occident par les initiés égyptiens, Moïse, Pythagore, l'école d'Alexandrie, les Gnostiques, les Kabbalistes juifs, les Alchimistes et les Rose-Croix.

Sous le nom de tradition orientale, Taoïsme, Brahmanisme, Bouddhisme et autres appellations du même genre, nous pouvons également étudier certains points de la tradition du peuple noir alliée à celle du peuple jaune, et modifiée par les Celtes établis dans l'Inde. Cette tradition a été adaptée au niveau des peuples d'Orient par Krishna, Bouddha, Fo-Hi, Kong-Tzeu, Son-Mou et Zoroastre. Elle enseigne les mêmes vérités que

la tradition occidentale, mais d'une manière moins abordable à notre entendement. Il convient d'ajouter à ces courants traditionnels les souvenirs populaires (Folklore), la tradition druidique, le christianisme et l'islamisme.

* Les peuples Jaune et Blanc sont les peuples dits du triangle. Cf. La dualité décodée.

Puis est créé au XII° siècle l'Ordre des Templiers (image 1), qui au retour des croisades et la défaite à Saint-Jean d'Acre, deviennent les premiers banquiers du monde. Nourris des enseignements reçus par les liens privilégiés établis en Orient avec les Hashashyns, d'un savoir autant spirituel que matériel, l'Ordre bénéficie d'une aura et d'une puissance incomparables, qui vont inévitablement susciter envie et convoitise en Occident, notamment du pouvoir ecclésial romain. Ils créent à partir des connaissances acquises au contact des érudits orientaux, et sous l'influence de Maître Jacques (travail de la pierre) et de Maître Soubise (travail du bois, de la charpente), les loges de Francs-Métiers en 1302, fondements du compagnonnage opératif * (autrement dit les corporations) en Occident, " ancêtre " de la Franc-maçonnerie puisque cette dernière s'en prévaudra ... Il est intéressant de noter que dans Le Livre des Métiers, Étienne Boileau, Prévôt de Paris (1261-1271), indique que le titre de Maître n'était pas un grade dans le métier, le Maître étant celui qui possédait un atelier et à ce titre commandait aux apprentis et aux compagnons.

Après la destruction de l'Ordre du Temple et de ses commanderies (environ 10.000 du Portugal à la Turquie) par le Vatican et le roi de France Philippe le Bel *² en 1312, les rescapés fuient principalement en Écosse (appui à sa libération de la tutelle anglaise), en Espagne, puis en Amérique, les futurs États-Unis. La première loge de Franc-maçonnerie opérative est créée en Écosse, suite à la bataille gagnée contre l'anglais de Bannocburn le 23 juin 1314. En guise de célébration et de récompense, le nouveau roi d’Écosse, Bruce Ier, établit en effet le jour de la Saint-Jean l'Ordre de Saint-André du Chardon. Ayant vécu dans leur esprit comme dans leur chair la quête de la liberté, ses membres vont désormais se consacrer à en propager l'idéal sous cette forme structurée.

Un siècle plus tard apparaissent les prémices de l'Ordre de la Rose-Croix (image 2), structure proche de l’Église romaine catholique, détentrice des mêmes secrets et toujours existante au XXI° siècle. L’Ordre est divisé en plusieurs branches, inégales en qualité, le titre du chef suprême étant Imperator. L'Ordre serait le véritable gardien du sanctuaire, perpétuant les secrets des Templiers.

* Les structures opératives sont basées sur le respect de la Tradition, à même de construire des hommes libres à partir d'une conscience élevée. Ils vont se nommer Francs-Maçons compte-tenu des métiers de pierre sur les chantiers des églises et des cathédrales, avant que de se voir dénaturer quelques siècles plus tard par une Maçonnerie intellectuelle, spéculative et manipulée à des fins principalement complotistes et marchandes.

Philippe IV (1268/1314), dit Philippe le Bel ou le Roi de fer, roi de France de 1285 à 1314, onzième roi de la dynastie des Capétiens directs. Il fut tour à tour au centre de multiples affaires sordides : la tour de Nesle (au terme de laquelle il n’hésite pas à jeter au cachot ses trois belles-filles, soupçonnées d’adultère et à écorcher vifs leurs amants), la destruction de l’Ordre des Templiers (dans le but de s’approprier leurs richesses) et l'exécution de son Grand Maître Jacques de Molay (qui donnera naissance à la légende des Rois Maudits), les émeutes anti-fiscales (le peuple, saigné à blanc par les taxes, se révolte).

Le secret des Templiers

L'Ordre des Templiers, qui voit officiellement en 1129 la naissance du monachisme militaire exprimé par l’idéal évangélique bénédictin de frères guerriers, s'est développé dès l'essor du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, dans un contexte de démultiplication des échanges et des communications, d’une " révolution de la charité " (amour du prochain), et de lutte contre les musulmans d'al-Andalus, au cours du XIe siècle *. Sa mission affichée est de préserver via les Commanderies les routes et principaux itinéraires du " El Camino Primitivo " (bulle Milites Templi promulguée en 1130), de l’accès à Jérusalem via le port de Jaffa, et de la route de la Ville sainte à la vallée du Jourdain. Il était l'Ordre officiellement censé protéger les pèlerins des attaques de voleurs et pillards.

Mais la création de cet Ordre n'était pas seulement vouée à la protection des pèlerins, mission rendue quasiment impossible par la réalité des moyens et ressources disponibles en Occident *², pas plus à l’assistance hospitalière (bulle du pape Pascal II en 1113) dévolue surtout à des hôpitaux et confréries comme les Antonins. Elle répondait d’une part à une vocation d’expansion économique, celle d'alimenter la guerre sainte en argent, en matériel militaire et en provisions. C'est la raison pour laquelle les ordres militaires ont développé une économie résolument tournée vers la spéculation foncière et la production agricole. D’autre part, elle était une démarche d'ordre occulte, ésotérique, longuement méditée, prétexte à une quête mystique plus ou moins commanditée par Bernard de Clairvaux, fondateur des moines cisterciens, qui ayant étudié de nombreux textes hébraïques, voulait récupérer l’Arche d'Alliance et régénérer les valeurs spirituelles en Occident ainsi que reconstruire le Temple. La réalisation de l'objectif passait par la reconstruction d'Israël en faisant au passage valoir son droit sur l’héritage des " 10 tribus " suite à la scission avec le royaume de Juda. C'est pourquoi la pensée des Templiers a toujours été encouragée par les organisations proches du Vatican, préfigurant la guerre interne des " héritiers " maçonniques entre les anglais d'une part et les français/écossais liés aux Templiers d'autre part.

L’Ordre des Templiers entretenait également des liens privilégiés avec un peuple de grands initiés de l'époque, les Cagots des Pyrénées (au même titre que les Cathares et Crestians), descendants présumés de la civilisation atlante disparue, qui vivaient comme des proscrits, étant frappés de tabous et d’un nombre considérable d’interdictions dictées par la superstition populaire entretenue par l’Église catholique romaine. Celle-ci faisait tout pour que les secrets de la Vie et de l'Univers ne soient pas révélés aux masses ignorantes et sous son contrôle. Ces initiés, dits " Fils de la Loi du UN ", étaient en effet les gardiens de la technologie, du savoir-faire et des connaissances qui avaient été préservés après l'effondrement de l'Atlantide (ou l'Amen-ta). Ils connaissaient notamment la " technologie interdimensionnelle ", soit la Porte du Temps, l’accès à d’autres dimensions de l’Espace-Temps par le changement de conscience. Ces connaissances leur avaient notamment permis d'adapter leur génome (propriété due à l'épigénétique) pour s'adapter à la nouvelle densité terrestre qui avait fait suite à la disparition de la civilisation atlande, générant une nouvelle corpulence (taille et poids) adaptée aux fréquences de cette plus basse densité. Là réside le secret des grands initiés (avatars), qui tels Joshua (Jésus), Horus ou Enki, voyagent à travers le temps et apparaissent tels des dieux aux humains par leur apport au moment de leur venue, et que les Templiers s'attachaient à préserver pour qu'il ne soit irrémédiablement confisqué à la connaissance. Ces grands initiés venaient enseigner aux humains le processus de préparation à un indispensable changement de plan de conscience et de densité d'incarnation, libératoire de leur matrice asservissante. Ce que les Églises se sont toujours attachées à cacher...

* Saint Jacques était devenu le patron de la Reconquista, le " matamoros " ou " tueur de maures."

Un " chemin de pèlerinage " est en réalité un écheveau de chemins possibles.

La Rose-Croix

La Rose-Croix (Rose Tau en allemand) est un mouvement particulier et très secret. Divisé en plusieurs groupes, on y trouve aussi bien des chrétiens que des laïcs, des juifs que des musulmans. Comme archétype de société secrète, immémoriale et toute-puissante, les Rose-Croix apparaissent dans la littérature à caractère ésotérique souvent comme successeurs des chevaliers du Graal et des Templiers. Le terme " Rose-Croix " désigne un état de perfection spirituelle et morale. Parfois sectaire, la Rose-Croix a été réformée plusieurs fois. L'existence de l'ordre comme celle de son fondateur Christian Rosenkreutz (1378/1484) sont sujettes à controverse, celui-ci ayant intégré dans un référentiel chrétien des éléments provenant d'Orient, comme par exemple issus de la Kabbale juive. De nombreux mouvements * se sont d'ailleurs réclamés de l'ordre de la Rose-Croix, ou se sont référés à la " tradition rosicrucienne " ou à l'" héritage de Christian Rose-Croix ". Leurs membres sont appelés les rosicruciens.

La Rose-Croix est en fait à ses origines un Ordre hermétiste chrétien, mouvement philosophique ouvert aux hommes et aux femmes, sans distinction de race, de religion ou de rang social, dont les premières mentions remontent au début du XVII° siècle en Allemagne. Il puise dans ses fondements dans les travaux de l'alchimiste Paracelse (1493-1541), le traité Liber de resurrectione et corporum glorificatione (1533), qui évoque d'une manière particulière la transformation de l'homme par la combinaison des symboles de la Croix et de la Rose. Ce mouvement a réellement commencé en 1608, sous l'impulsion du " Cénacle de Tübingen ", composé de Johann Arndt (1555-1621), Johann Valentin Andreae (1586-1654), Christoph Besold, Tobias Hess (1558-1614), Abraham Hölzel, le pasteur Vischer et Wilhelm von Wense, intellectuels luthériens intéressés entre autres par l'alchimie. Ils formèrent sous forme de manifestes *² le projet d'une nouvelle réforme, complémentaire de celles de Luther et Calvin qu'ils jugeaient insuffisantes.

Cependant, l'idéal religieux initial laisse très vite la place à l'émergence des doctrines révolutionnaires visant la réformation politique sous couvert de " Réformation Universelle ". C'est ainsi qu'à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle vont se créer à nouveau plusieurs sociétés rosicruciennes comme l'A.M.O.R.C. (Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix), sans aucun rapport avec celles des 17ème et 18ème siècles découlant des origines. Fondée en 1909 par par Harvey Spencer Lewis (1883-1939) en Amérique, elle est l'organisation rosicrucienne la plus connue et quantitativement la plus importante. Recourant fréquemment à un vocabulaire maçonnique et s'attachant au même sérieux initiatique, ses fondements ne sont qu'une compilation des différents ésotérismes en vogue à l'époque, la plupart venant de la Théosophie et de sa doctrine des races inférieures et supérieures. La Doctrine Secrète écrite par Héléna Pétrovna Blavatsky, la " bible " des théosophes, explique en effet que les différentes races humaines que l’on trouve sur terre correspondraient à différents degrés d’évolution, et que la race noire serait la plus inférieure, la plus proche de l’animalité et de l’inconscience. Tout comme la Franc-maçonnerie spéculative qui a longuement dérivé de l'idéal christique vers son pendant luciférien, la Rose-Croix répond à la même logique de contrôle du système prédateur sur les élites la composant.

Si la Rose-Croix authentique demeure cachée, les rosicruciens ne sont que des imitateurs manipulés, appartenant aux Hautes loges maçonniques, partie à caractère " illuministe " de la Franc-maçonnerie religieuse et traditionnelle, et qui dirige la partie dite rationaliste, soit des loges progressistes et très engagées dans la promotion de l’idéologie des droits de l’homme ou des fondements philosophiques de la doctrine de la liberté religieuse. La Rose-Croix dénaturée comme pas moins de quatre Loges maçonniques du rite écossais réservées aux clercs ont été identifiées en activité au sein du Vatican.

* La Societas Rosicruciana in Anglia (S.R.I.A) fondée en 1866 ; L'Hermetic Order of the Golden Dawn, appelé aussi Golden Dawn, Ordre maçonnique fondé vers 1887 ; l'Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix fondé en 1888 ; L'Ordre Martiniste fondé en en 1891.

Il y a trois manifestes de la Rose-Croix. Le premier s'intitule la Fama Fraternitatis (1614). Le second est la Confessio Fraternitatis (1615). Le troisième a pour titre Les Noces Chymiques de Christian Rosenkreutz (1616). Pris dans leur ensemble, les Manifestes rosicruciens sont un appel à la Réformation Universelle sur les ruines de l'ordre chrétien.

 

Symbolisme et tradition rosicruciens

La Rose-Croix d'Or désigne la rose épanouie comme étant le symbole de la perfection divine de l'âme, matérialisée par l'or. La croix d'or représente le corps de l'homme transfiguré. Cette école initiatique est un chemin à parcourir, vécu à travers trois roses, trois phases de transformation :

La rose blanche représente la purification.

La rose rouge évoque le sang de l'Amour répandu pour tous, par le Service à autrui.

La rose d'or est l'accomplissement, la réintégration.

De façon concrète, l'utilisation de la tradition alchimique occidentale porte sur les matières premières organiques pour la " la confection de la pierre philosophale ", soit l'illumination au Soi supérieur de l'être humain. Si elle concerne des éléments comme les poils et cheveux, les ongles, l’urine, les excréments, la salive, trois matières sont utilisées en particulier : le sang, le sperme humain et du phosphore contenu dans les ossements d’animaux. En effet, le phosphore serait un agent de transmission vital, l’urine et les os en contenant beaucoup. Un homme ayant "cristallisé son corps de gloire " aurait un phosphore différent de celui d’un homme ordinaire, et la matière subtile liée au phosphore persisterait dans ses os après son trépas. D’où la présence des reliques osseuses de saints dans les églises * ...

Quant à l’utilisation du sang humain dans la confection de la pierre philosophale, les Rose-Croix possèdent une technique qui peut se résumer (très brièvement) de la sorte : prélèvement de sang, assèchement du sang, insertion du caillot dans un ballon, cuisson du ballon dans un " athanor"  à température modérée dans le noir complet, liquéfaction du caillot, putréfaction pendant 6 mois, sublimation pendant 9 mois, fixation de "l’Esprit Universel " sous forme de sel argenté, augmentation de la température, exposition à la lumière progressive, circulation du sel blanc, obtention du sel-safran qui devient finalement rouge feu. La pierre philosophale serait ainsi obtenue. Enveloppée dans de la cire, elle pourra fournir la médecine métallique qui peut transmuter les métaux vils en or... Grâce à ces techniques, les deux hémisphères cérébraux peuvent se réunir au niveau du corps calleux. Celui-ci disparaissant par la suite, l’unification de la masse cervicale est rendue possible...

* Cf. L’Église romaine décodée.

Vient au XVI° siècle l’Ordre des Jésuites, Societas Jesu en espagnol (image 3), toujours au sein de l’Église romaine, fondé en 1539 à l’initiative d’Ignace de Loyola, précédemment membre des Los Alumbrados d’Espagne, soit en français " Les Illuminés d’Espagne "... Le pape régnant Paul III n'aimant pas ce nom, l’Ordre fut appelé la " Compagnie de Jésus "

La Franc-maçonnerie contemporaine, dite spéculative (image 4), est le produit de tout cet héritage, tout particulièrement de l'influence de l'idéal Rose-Croix. Les loges se sont beaucoup développées en Écosse à la fin du XVI° siècle, puis en Angleterre au XVII° siècle. Elles se veulent des associations d’individus essentiellement de nature philosophique et philanthropique, basées sur une constitution dite d'Anderson (1723) ainsi que sur un symbolisme spécifique et des pratiques initiatiques rituéliques, et ce sans considération de classe, de race et de religion. La structuration de ce mouvement se fait avec la création le 24 juin 1717 de la Grande Loge Mère en Angleterre, pre­mière obédience, fusion de quatre loges maçonniques de Londres, et se basant sur un référent " hermético-alchimique " d'origine rosicrucienne. C’est la naissance officielle de la Franc-maçonnerie spéculative, dis­tincte des Francs-maçons opératifs - les bâtisseurs de cathédrales et autres édifices au Moyen-Age - dont elle se revendique pourtant, tout en travestissant pour partie l'héritage (ainsi les cérémonies rituelles initiatiques) à des fins autres que le savoir-faire métier, tout particulièrement en calant sur son référentiel exclusivement chrétien un autre pour grande partie de nature judéo-païenne, en l'occurrence relatif à la construction du temple du roi Salomon *. C'est l'introduction insidieuse du germe idéologique mondialiste, tel que spécifique au messianisme du judaïsme, celui même que les Rose-Croix avaient averti dès 1614 ...

Elle se répartit en différentes obédiences liées à des rites spécifiques *². Ainsi le Rite Écossais (33 degrés d'aspects philosophiques), le Rite d’York (13 degrés de chevalerie et du Temple) tout particulièrement aux États-Unis, le Rite suédois en Allemagne (d’origine française) qui a une orientation chrétienne (10 degrés), le Rite rectifié au Grand Orient en France, qui se considère comme l’héritier des Templiers (à partir de 1740). La plupart sont de nature rationaliste, d'autres plus mystiques (panthéistes) comme les loges martinistes *³, exprimant par là-même les deux grands courants nourriciers du judaïsme qui les traversent ...

* Cf. Le Judaïsme décodé.

La France compte une dizaine d'obédiences dont cinq majeures représentant quatre-vingt-dix pour cent de l'effectif total (environ 120.000 membres), le Rite dit Écossais Ancien et Accepté étant le plus usité. Les volumes de la loi sacrée sur lesquelles les loges ouvrent et ferment leurs travaux sont divers : Bible (Ancien Testament, Nouveau Testament), Védas (recueil d'écrits hindous), Tripitaka ou Triple Panier (comprenant les trois divisions canoniques des écrits de Bouddha connus sous le nom de Sutras), Coran ou Alkoran, Tao Teh King (Livre de Confucius), Zend Avesta (se référant à Zarathoustra - Zoroastre).

*³ Le martinisme est un courant de pensée rattaché à la mystique judéo-chrétienne. Il remonte à Joachim Martinès de Pasqually, fondateur en 1761 de l'Ordre des Chevaliers Maçons Élus Coëns de l'Univers. Il se divise en quatre mouvements : le martinésisme ; le saint-martinisme, philosophie fondée par Louis-Claude de Saint-Martin (secrétaire de Martinès de Pasqually) en 1775 ; le willermozisme (Rite écossais rectifié), fondé par Jean-Baptiste Willermoz en 1778 ; l'Ordre martiniste, fondé par Papus en 1891, duquel dérivent l'Ordre Martiniste Synarchique, fondé par Victor Blanchard en 1920, et l'Ordre Martiniste Traditionnel, fondé par Augustin Chaboseau et Victor-Émile Michelet en 1931.

Dérive orgiaque et sataniste

Le duc Philip Wharton (1698/1731), un des tous premiers grands maîtres de la Franc-maçonnerie anglaise (de 1722 à 1723), fonda en 1718 le Hellfire Club (le club du feu de l'enfer), dans lequel il réunit la fine fleur de la haute société anglaise libertine et éclairée. La notoriété de ses orgies et cérémonies satanistes * atteint un tel niveau que les autorités finirent par le faire fermer en 1721. C'est sous son mandat que James Anderson et Jean-Théophile Désaguliers la transformèrent en ce qu'elle allait devenir ...

* Cf. Les psychopathes qui nous gouvernent.

Le masque occulte

Pour les maçons, le peuple s’égare en vain, jusqu’à la mort, dans la multiplicité du monde, dans l’étendue des occupations futiles. C'est pourquoi cette population de " moutons " doit être guidée par un " berger ", qui tient le "sceptre ", la " baguette magique ", la " canne " prophétique... A quoi s’ajoute un autre symbole de pouvoir, la couronne impériale ou présidentielle, symbolisant les rayons du soleil se levant sur les consciences endormies, la Lumière de l’Est, ceux qui ne sont pas illuminés étant tout naturellement à " l’ouest ". En Franc-maçonnerie, la couronne est remplacée par le tablier. Aussi quelqu’un de représenté avec un tablier, un chapeau, une cape, un masque, un bâton ou une épée et des gants, est très vraisemblablement maître maçon. Tel " Zorro le renard ", portant la tenue de maître maçon, noire car souterraine. Zorro est noir : la couleur des juges, de Saturne, de la mort... Zorro porte un masque, celui de la dissimulation, et une cape, celle de la prestidigitation. Et bien sûr son apprenti, le fidèle Bernardo, est ... muet. Lorsque, vêtu de la sorte, il forme une équerre en joignant ses talons, il est un maître maçon.

C'est à cette époque que remonte la théorie de la conspiration autour des Illuminati, étroitement liée à la théorie de la conspiration maçonnique se développant dans le cadre de la perte progressive de l'influence de l’Église romaine sur les gouvernements et les sociétés, les milieux conservateurs accusant les maçons d'être à l'origine des grands changements qui secouent le monde établi. Elle voit notamment la popularisation de l'idée que la confrérie secrète des " Illuminati de Bavière " ait infiltré d'autres sociétés secrètes, en particulier les loges franc-maçonnes, avant sa dissolution.

Les Illuminati de Bavière

Les " Illuminati de Bavière " est un mouvement radical éphémère de libres penseurs rationalistes et progressistes qui avait pour but affiché le perfectionnement et progrès de l'humanité dans la liberté, l'égalité et la fraternité. Ce groupe est apparu à la fin du XVIII° siècle (mai 1776), à l’initiative du jésuite Adam Weishaupt (image), enseignant de droit canonique.


Il fut chargé d'infiltrer la Franc-maçonnerie anglaise dominante de l'époque à l’initiative de la banque Rothschild, pour le compte de l'élite bancaire de la riche Bavière, descendants des Chevaliers Templiers. Ces Illuminati avaient emprunté aux Jésuites leur système d'espionnage pour tester les faiblesses des membres qui accédaient au titre de " patriarche " (équivalent des Maîtres dans les loges maçonniques). Adam Weishaupt, alias Spartacus, avait le talent d'attirer dans son ordre les esprits les meilleurs et les plus éclairés, qu'il choisissait de prédilection dans la haute finance, l'industrie, l'éducation et la littérature. Puis il utilisait la corruption par l'argent et le sexe pour contrôler les personnes haut placées.

Pour autant ses membres ne sont pas les Illuminati qui constituent la secte éponyme, beaucoup plus vaste et infiltrée dans toutes les nations contemporaines aux plus hautes instances. Ce mouvement a été officiellement dissous suite à la divulgation de ses plans révolutionnaires un peu avant la Révolution française, qui décrivaient l’instauration d’un " Nouvel Ordre Mondial" (Novus Orde Seclorum) *. Ce groupe a alors fusionné avec la Franc-maçonnerie lors d’un convent (réunion maçonnique) international en 1782 à Wilhemsbad (Allemagne). Ses idées ont ainsi perduré à travers d’autres fraternités du " Grand Orient ", une branche (obédience) athée très spécifique de la Franc-maçonnerie, ainsi que par la confrérie (sororité) des " Skulls and Bones " aux États-Unis à partir de 1832.

* Le Gouvernement de Bavière a publié les détails de la conspiration des Illuminati de Bavière sous le titre " Écrits Originaux de l'Ordre et de la secte des Illuminés ", publiés en France par l’abbé Augustin Barruel dans son livre intitulé " Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme " (1798). Voir également la théorie développée par le physicien et écrivain écossais John Robinson (1739 - 1805).

Le " Skull & Bones ", l'Ordre de Yale

Le Skull and bones, littéralement " crâne et os ", est une société secrète de l'université de Yale aux États-Unis, connue aussi sous les noms " Chapter 322 " et " Brotherhood of Death " (confrérie de la mort). Elle a vu le jour en 1832 à l'initiative de William Huntington Russell, constituant à la fin du XIX° siècle l'une des plus prestigieuses sociétés secrètes américaines. Elle est l'élite de l'ordre de Yale, qui n'est qu'une extension de l'Ordre des Illuminés de Bavière. Tous les cercles mondialistes (Trilatérale, Bilderberg, CFR *, Pilgrim Society, Conseil Atlantique, Bohemian Club de San Francisco, ...) ne sont que des cercles extérieurs de l'Ordre de Yale, un des plus importants "noyaux dirigeants " de la subversion à l'échelle de la planète. Son blason (Cf. image) figurait aussi sur les uniformes des SS. Le nombre 322 est un hommage à Adam Weishaupt, fondateur des Illuminés de Bavière, mort le 18 Novembre 1830, 322ème jour de l'année... Conformément au puritanisme caractérisant l’enseignement et le mode de fonctionnement de Yale, une propension à l’élitisme et à la hiérarchie brutale a présidé à la volonté de reproduire de manière stricte la nouvelle " aristocratie " états-unienne, à partir de pratiques reflétant le pouvoir énorme des " coutumes " pour faire d'hommes faibles des êtres cruels et d'hommes bons des êtres sans pitié. Ainsi depuis 1832 quinze jeunes gens volontaires sont brutalisés chaque année par leurs aînés afin d’être initiés et intégrés au groupe l’année suivante. Le groupe conserve par la suite des relations suivies afin de favoriser la réussite de ses membres dans le monde post-universitaire. Sont de ce fait établies les chaînes d’influences verticales et horizontales qui permettent d’assurer une continuité dans le plan de domination de la politique. La présence dans l'organisation des familles américaines les plus prestigieuses est une évidence (Lord, Whitney, Taft, Jay, Bundy, Harriman, Weyerhaeuser, Pinchot, Rockefeller, Goodyear, Sloane, Stimson, Phelps, Perkins, Pillsbury, Kellogg, Vanderbilt, Bush, Lovett...). De même, tout président des États-Unis passé par Yale a été membre des Skull & Bones : William Howard Taft, George H.W. Bush et George W. Bush.

* Le Council on Foreign Relations, créé en 1921, a pour cœur l'élite de l’ordre des Skull & Bones, nommée " Order & Quest " plus connue sous le nom de " JASON Society ". Ses membres forment un cénacle qui agit par le mécénat et la pression sociale.

L’élection du Président des États-Unis a vu les deux candidats Stevenson et Eisenhower (1952 et 1956), Nixon et Kennedy (1960), Nixon et Humphrey (1968), Nixon et MCGovern (1972) puis Bush et Clinton comme membres du CFR. Ses membres sont recrutés sans exception parmi les "Skull & Bones " et le " Scroll & Key " de Harvard, toutes deux dites fraternité de la mort et reliées à des organisations mères en Angleterre, " The Group " et le " All Souls College " de l'université d'Oxford.

La Jason Society, ou Jason Scolars, a emprunté son nom à la mythologie grecque, la légende de Jason et de la toison d’Or. La toison d’or symbolise le rôle de la vérité. La Jason Society est donc à la recherche de la vérité. Le nom JASON s’écrit avec des lettres majuscules quand il s’applique à la société secrète. Elle serait l’un des plus hauts degrés des Illuminati, au-dessus des Skull & Bones. C'est cet univers qui a contribué au succès de la bande dessinée belge " XIII " de William Vance et Jean Van Hamme.

 

Jason et la quête de la Toison d'or

L'épreuve imposée à Jason, descendant d’Éole et l'un des principaux héros grecs, consiste dans un premier temps en un voyage dans un au-delà mystérieux d'où il doit revenir transformé. Le symbolisme d'un tel voyage est analogue à celui d'une descente chez les morts, la vie terrestre, et prend la valeur d'une initiation. Il doit pour monter sur le trône rapporter la toison d'un bélier merveilleux, talisman de puissance, voire d'immortalité. C'est le cadeau royal accordé par la vie à celui qui sait en comprendre le mystère.

La Franc-Maçonnerie spéculative va se répandre rapidement en France, qui plus est avec le concours de philosophes tels Rousseau, Diderot, d’Alembert. Progressivement, le message que portaient les Francs-maçons opératifs - les Templiers - est caché sous l'influence d’une poignée d’hommes qui en détournent le sens. Elle conduit à la Révolution athée bourgeoise de 1789, amenée par les membres de loges * comme Robespierre, Marat, Danton, Saint-Just, Mirabeau, etc., successeurs de leurs prestigieux aînés comme Talleyrand ou Philippe le Duc d’Orléans qui, fin 1773, avait introduit le rituel du Grand Orient dans la Franc-maçonnerie française. Ainsi, suite à de mauvaises récoltes résultant d’intempéries, " on " manipula et souleva le peuple. Le reste fut un jeu d’enfant pour les conspirateurs. La culture mortifère révolutionnaire était lancée, d'abord par l'instauration d'une République pervertie dans ses fondations, car empêchant les citoyens d’accéder à la vraie liberté, celle de la conscience épurée de tous conditionnements et croyances doctrinaires, et avec comme point de mire la réunion de l’Europe sous un seul commandement. C’est la propulsion sur le devant de la scène de Bonaparte, futur Napoléon, qui s’il n'était apparemment pas membre d'une société secrète, avait presque tous les membres de sa famille comme maçons.

La Franc-Maçonnerie spéculative a bel et bien pillé l’héritage templier pour n’en faire profiter que ses ouailles " perverties ". Tel un cancer, elle va progressivement s’infiltrer dans tous les rouages de la société, abuser la plupart de ses membres illusionnés, et viser le pouvoir politique et économique, aux seules fins d'enrichissement personnel de ses adhérents et surtout de contrôle du système pour ses instigateurs hauts placés. C'est la fondation de la République des camarades, dont le but caché est de maintenir l’homme dans un statut de dualité afin de le réduire à l’état de robot manipulable, le tout bien sûr présenté comme au service d'un humanisme éclairé.

En fait, seuls les hauts grades connaissent les tenants et aboutissements du " culte au Grand Architecte *² ". Dans la mesure où la masse des francs-maçons est à l'image de la masse des êtres humains, ils sont très malléables pour qu’on puisse les contrôler et les guider. Les " grands hommes " ont aussi besoin d’être contrôlés, et c’est la raison d’être des différents degrés. Les loges de première catégorie, dites bleues, servent ainsi de " collecteur " pour les hauts grades, qui repèrent les postulants capables de garder le silence, qualité qui a son intérêt dans le monde extérieur. Dans la mesure où il y a environ cinq millions de francs-maçons dans le monde, beaucoup occupent des postes très importants dans l’économie et la politique. Un responsable franc-maçon recrutera de préférence un collaborateur qui est membre d’une loge, cette personne étant considérée comme plus sûre et plus discrète qu’une autre, mais également manipulable ...

* Les conspirateurs se réunissaient dans un club des Jacobins, tous unis par le même serment. C’est ainsi que sophistes et adeptes des arrière-loges, Rose-Croix, Chevaliers du Soleil, Kadosh, disciples de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau, adeptes des Temples, enfants de Swedenborg et de Saint-Martin, époptes de Weishaupt, organiseront secrètement la Révolution française.

Le terme " architecte " vient de arche, la substance primordiale, et de tekton, constructeur. C’est donc le créateur de l’univers matériel, l’archonte ...

Aux Amériques

Thomas Jefferson (1743/1826 - image 1), rédacteur de la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique, fut officiellement nommé Ambassadeur en France en 1785. A son arrivée, le régime était encore une monarchie absolue. Il vit donc naître la Révolution Française, et contribua à son financement par son pays. Il était si estimé qu'il fut invité à siéger à l'Assemblée Nationale lors de la rédaction de la Constitution française. Il écrivit, le 4 juillet 1776, ces mots célèbres et révolutionnaires : All Men are created equal . Plus tard il deviendra le 3ème président des États-Unis et le premier à siéger à Washington, la nouvelle capitale. Il était membre avec Voltaire, Rousseau, Diderot, Kant, Benjamin Franklin, des " Lumières ", un groupe philosophique influent. Auparavant, les Rose-Croix y avaient fondé en 1694 leur première colonie (qui est aujourd'hui la Pennsylvanie). Les francs-maçons, quant à eux, ouvrirent leurs premières loges, avec la permission de la loge mère d'Angleterre, vers 1730. C'est grâce à leur travail secret exercé que furent créés les États-Unis. Ils ont également organisé et mené la guerre d'indépendance américaine, écrit et signé la Constitution des États-Unis.

Un tiers environ des présidents états-uniens furent des francs-maçons. Ils sont aussi largement représentés au Congrès et au Sénat. Le sceau américain et son phénix (deuxième image), la pyramide à l'œil qui voit tout (troisième image) sur le dollar, les armoiries de l’État au verso du sceau, ainsi que la bannière d'origine avec les 13 étoiles et en 13 rayures, sont autant d'anciens et importants symboles franc-maçonniques. S’ils ont été créés sur ordre des banquiers Rothschild et introduits par Adam Weishaupt (Cf. Illuminés de Bavière) dans la pratique rituélique, leur symbolisme remonte à l'époque de l'Ancienne Égypte.

Une partie, peu nombreuse, des loges maçonniques s’inspirent de l'Égypte Ancienne et de ses mystères, travaillant au rite dit Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm (loges dites de l'Architecte, de l’Égypte ancienne, de l’Égypte des Pharaons), au même titre que les Rose-Croix. D'autres s'inspirent des rites celtes ou se revendiquent de Babylone.

Des sociétés secrètes dérivées de la Franc-maçonnerie ont existé, comme les martinistes ou les théosophes (la Société Théosophique). Il y a également des loges orientées sorcellerie, comme Les sorcières de la Wicca, ainsi que, dans certains pays, des loges noires pratiquant des rituels démoniaques tels le culte de Priape, le dieu chèvre Pan, dérivé du culte phénicien du Moloch-Baal (Bel).
Les Imitatives society  sont des loges qui sont détachées des Illuminati et de la Franc-maçonnerie. Elles imitent les loges dans leur fonctionnement, soit pour des expériences communautaires, soit pour des objectifs à caractère sectaire. C’est le cas de la Scientologie dont la structure pyramidale est maçonnique, ou encore les Frères musulmans.

Enfin, des clubs comme le très conservateur Rotary (nom évoquant la roue du zodiaque) ou le Lion's club sont rattachés à la Franc-maçonnerie en qualité de loge " blanche ", les objectifs n'étant pas identiques.

Les Shriners, société para-maçonnique tournée vers La Mecque

Shrine en anglais a différentes significations à caractère mystique : lieu saint, reliquaire, mausolée, haut lieu.

Les " Shriners ", ou plus exactement l'Ordre AAONMS (Ancient Arabic Order of the Nobles of the Mystic Shrine, traduisible par Ordre arabe ancien des nobles du sanctuaire mystique), sont les membres d'une société para maçonnique nord-américaine élitiste fondée à New York dans les années 1870. En sont membres les frères initiés des degrés les plus élevés d'autres Ordres et Obédiences comme celles pratiquant le Rite Écossais Ancien et Accepté (REEA). Ils revendiquent environ 400.000 membres dans le monde, présents dans environ 193 temples aux États-Unis d'Amérique, au Canada, au Mexique et à Panama, ainsi qu'aux Philippines, à Puerto Rico, en Europe, en Australie et dans de nombreux pays musulmans. Cette " fraternité " à l’intérieur de la Franc-maçonnerie est tout particulièrement dédiée aux secteurs du " divertissement ". C'est pourquoi à ce titre ils contribuent chaque année à l’organisation des Oscars d’Hollywood dans leur temple de Los Angeles, le Shrine Auditorium ou Shrine Center. Le trophée (l'Oscar) remis au cours de la soirée est d'ailleurs inspiré d’une figure idole égyptienne, PTAH, le dieu Père de la Trinité dite d’Anu pratiquée alors à Héliopolis, soit 6620 avant J.-C. (il sera remplacé plus tard par la figure d'Osiris) *. Dans les textes hiéroglyphes, Ptah est associé à " Seigneur de la vérité ", " Maître de la justice, " " Seigneur de l’éternité ", " Maître de cérémonie "… Autrement dit le Père des Ténèbres, le Roi des Imposteurs ...

Le nouvel initié se présente les yeux bandés, nu, livré à un rituel dégradant. Il doit notamment prêter serment devant un " Illustre Grand Prêtre et Prophète ", tourné vers la Mecque, la main posée sur le Coran, et jurer allégeance à Allah comme étant le dieu de ses pères, et à son prophète. C’est la shahada, l’acte de soumission à Allah, plus exactement à Lucifer. Il prononce le vœu classique de tenir le secret jusque dans la tombe. Du sang doit être alors versé, dans un simulacre de décapitation par le sabre...

Le sabre est un symbole de soumission, celle qui accepte la décapitation de la Connaissance, de la Vérité, au profit de la fausse lumière luciférienne. Le dieu de l’islam n'est-il pas l’ange de lumière, Lucifer, qui a visité Mahomet dans sa grotte ? Les Shriners portent sur la tête le Fez, la coiffure traditionnelle marocaine, connue sous le nom de la ville du Maroc où eut lieu en l’an 980 le massacre de 50.000 chrétiens sous le sabre des envahisseurs. Les musulmans plongèrent alors leur bonnet de feutre dans le sang qui ruisselait dans les rues en guise de trophées qu’ils brandirent à la gloire d’Allah... *²

* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen.

Cf. complément dans Symbolisme et artifices de la Matrice.

Dérives " complotistes ", avérées ou supposées

L'idée que les francs-maçons aient pratiquée ou pratiquent des rites occultes semble avoir pour racine les canulars de Gabriel Jogand-Pagès, dit Léo Taxil (1854/1907), dans ses divers livres, comme Les Mystères de la Franc-Maçonnerie Dévoilés (1887) ou Le Diable au XIX° siècle (1895), qui prétendaient que la Franc-maçonnerie vouait un culte à des entités diaboliques comme Lucifer et Baphomet. Bien que l'auteur ait par la suite avoué la supercherie, ses ouvrages se voulant être des parodies caricaturales des pamphlets antimaçonniques écrits par les catholiques, ses canulars sont encore parfois présentés comme une source d'information fiable par certains mouvements qualifiés de conspirationnistes par le mainstream institutionnel, et qui n'ont jamais admis la mystification. Dans tous les cas, il est indéniable que les théories qui y sont exposées ont fortement influencé l'imaginaire autour du complot franc-maçon.

De la même façon, la théorie dite du complot autour des Illuminati partage des liens profonds avec l'antisémitisme (les descendants des Hébreux sémites) et l'antisionisme (les Juifs convertis issus d'Europe de l'Est) *. Les Protocoles des Sages de Sion, un canular du début du XX° siècle, affirmaient ainsi que les Juifs avaient infiltré la Franc-maçonnerie et l'utilisaient pour achever leurs plans de domination mondiale. Des théories très similaires continuent à circuler de nos jours dans les milieux antisionistes.

Elle se nourrira par la suite nourrie de la " peur rouge ", la révolution bolchévique, qui s'empara de l'Europe et des États-Unis au début du XX° siècle, avec la crainte d'une conspiration communiste visant à s'infiltrer au sein des gouvernements occidentaux et à prendre le pouvoir.

Enfin, les années 90 voient la théorie Illuminati piocher et incorporer des éléments issus du millénarisme, du New-Age et de l'archéologie alternative et des emprunts au monde de l'ufologie, plus particulièrement à la théorie des anciens astronautes ainsi qu'aux croyances entourant les supposées races d'extraterrestres (petits gris et reptiliens). La théorie passe également dans le domaine de la fiction, avec des livres comme la trilogie Illuminatus ! (1975) de R. Shea et R. Anton Wilson, ou Anges et Démons (2000) de Dan Brown. Bien que les Illuminati ne soient pas explicitement nommés, l'idée d'un complot mené par le gouvernement en collusion avec les extraterrestres dans le but d'asservir l'humanité a été reprise dans la série X-Files, ce qui a considérablement contribué à la populariser auprès du grand public.

Seul un travail de recherche hors dépendance éditoriale des médias dominants permet de valider ou d'invalider le terme de complot.

Cf. Travaux du producteur Anthony J. Hilder, de l'auteur-conférencier Jordan Maxwell, et de l'auteur conférencier David Icke dans " Le plus grand secret, le livre qui transformera le monde ".

* Cf. Le Judaïsme décodé.

Le véritable culte des anciens Mystères

Il est peu de le dire, la Franc-Maçonnerie, société initiatique traditionnelle, a été dénaturée par l’infiltration en son sein d’éléments ne possédant aucune des qualifications spirituelles requises pour devenir d’authentiques initiés. Le vrai culte du Divin consiste dans les bonnes mœurs, soit la juste attitude de l'être humain dans sa relation à l'univers et à la Création. Il s'agit de servir le bien, pour l'amour du bien lui-même, par la pureté de l'âme. Elle voit estimer les bons, plaindre les faibles, fuir les méchants, ne juger ni haïr personne, parler sobrement avec les grands, prudemment avec ses égaux, sincèrement avec ses amis, doucement avec les petits, tendrement avec les pauvres, ne pas flatter son frère ni se voir flatter par lui, écouter toujours la voix de sa conscience, être le père des pauvres ...

Autant dire que la Franc-Maçonnerie est aujourd'hui telle le Grand Carnaval, où l'on s'affuble de déguisements pour pratiquer des rites qui n'ont plus aucun sens. Il ne reste rien de l'Initiation ancestrale, qui voyait des êtres dotés de grands pouvoirs psychiques capables de soulever le couvercle pesant une tonne du Cercueil Initiatique (celui qui se trouve dans la pyramide de Chéops). Si l'adepte, au bout de trois jours, n'avait pas réussi, il était recalé, ne pouvant plus jamais partie de la Confrérie. Ne pouvant non plus rejoindre le monde libre, il restait enfermé dans le Temple, servant ses frères, jusqu'à son dernier jour. Telle était la Loi. Combien pourraient affronter les autres épreuves préalables, en étant capables de ramper à cinquante mètres sous terre, le long d'interminables boyaux si étroits que le corps d'un homme avait peine à y entrer, et ce dans l'obscurité la plus totale. Ou encore de déambuler dans des grottes suintantes infestées de serpents, ou descendre, toujours dans le noir, dans un puits sans fond.

Cette dénaturation au fil du temps a transformé les frères et les officiers en pantins conditionnés et déguisés, dont la supercherie revient à jeter aux orties le " Grand Architecte de l’Univers ". La restauration est une entreprise impossible et inutile, tant nous sommes parvenus au point ou le faux fait office de vérité. Ainsi le dit sans ambages le prélat grec et alchimiste Synésios de Cyrène (373/414) : " Le peuple se moquera toujours de vérités simples : il a besoin d’impostures…".

C’est ainsi que, par la connaissance des mécanismes de guidage de l'humain - plus exactement de contrôle mental -, les sociétés occultes, et tout particulièrement la Franc-Maçonnerie, fonctionnent, les connaissant depuis les fins fonds de l'âge des civilisations. C'est pourquoi elles sont le plus souvent interdites dans les dictatures, qui elles-mêmes utilisent ces savoirs pour guider des peuples entiers, comme sous le Troisième Reich les SS et les sociétés secrètes allemandes. Ces techniques qui libèrent les énergies ont été démontrées tout particulièrement par le chercheur anglais ancien biochimiste Rupert Sheldrake, qui a découvert et expliqué les champs morphogénétiques *. Ceci explique le nombre d'obstacles qu'il rencontre, y compris une agression physique qui aurait pu lui être fatale. Son travail révèle les différentes façons d’influencer, d’hypnotiser les masses et de laver le cerveau des peuples, et la façon de s’en protéger.

Ces sociétés ont pour objectif de récupérer tous ceux qui " pensent par eux-mêmes ". Le système de contrôle qui gouverne tout cela - les Illuminati - veut organiser et contrôler les derniers libres-penseurs. La construction d'un système à l’échelle mondiale passe par le savoir, les rituels et l'explicatif symbolique, qui permettent de diriger et de mener des hommes et femmes d’un haut niveau intellectuel et spirituel, pensant par eux-mêmes, sans qu’ils s’en rendent vraiment compte. Ils pensent en fait avoir beaucoup de liberté, ne se soumettant qu’à une divinité qu’on ne peut pas réellement invoquer : le concept d'" Être suprême ", de " Grand Architecte de l'Univers ", soit une entité supérieure, une divinité créatrice qu’on peut accepter comme dieu même si ce n’est qu’un phénomène énergétique. N'y a-t-il pas en effet derrière toute physique, derrière toute chimie, un principe d’énergie que l’on ne peut pas expliquer et que l’on peut qualifier de divinité ? Le résultat est une organisation mondiale de libres-penseurs se revendiquant bienveillants et tolérants, qui ont en commun un système de contrôle dont ils ne sont pas conscients...

* Selon cette théorie, l’Univers n’est pas figé dans un modèle fixe et immuable. Il s’adapte à de nouveaux comportements qui se répètent. Toute forme de comportement est basée sur un champ morphogénétique, qui en est la mémoire et qui assure que le déroulement sera toujours le même. Plus il y a de répétitions, plus le champ est fort. Les champs morphogénétiques contiennent la mémoire de tous les événements qu’une forme de vie a expérimentés durant son existence. Les informations conservées dans cette mémoire permettront à des membres de la même espèce de profiter de cette mémoire collective. Plus il y a d’êtres humains qui apprennent à conduire une automobile, plus il sera facile aux générations à venir d’apprendre à conduire un véhicule. Les informations mémorisées dans le champ morphogénétique se diffusent chez les autres êtres vivants par résonance morphique, leurs effets perdurent dans l’espace-temps. Ainsi, nous sommes capables de faire appel à des informations qui concernent nos ancêtres.

Tout étant information, on peut tout échanger par des informations. Le champ morphogénétique est semblable à une mémoire collective qui alimente la forme et le comportement d’organismes vivants. C’est un peu la mémoire de la nature.

L'Ordre mystique de Thulé

La société Thulé ou l’Ordre de Thulé (en allemand Thule-Gesellschaft) a été une société secrète allemande de Munich, qui tire son nom de la partie la plus septentrionale d'Europe (extrême-Nord), considérée comme un lieu mythique pour les anciens Grecs et Romains (le dieu Apollon était censé y passer une partie de l'hiver ...). Elle renvoie ainsi au mythe d'une population - les Hyperboréens - habitant le nord de l'Europe, ayant la propriété d'être transparents (pureté de la race) et qui, tout en s'alliant aux autres hommes en perdant de leur transparence, auraient toutefois conservé des facultés supérieures à celles des humains ordinaires ... Elle est à l'origine un groupe d'études ethnologiques qui s'intéresse tout spécialement à l'Antiquité germanique et au pangermanisme aryen dans le cadre du mouvement Völkisch *, qui affirme que Thulé aurait été le nom magique d'une civilisation germanique avancée, mais disparue (l'Hyperborée). Ses secrets seraient conservés par des " supérieurs inconnus ".

Au départ simple loge para-maçonnique au sein du mouvement (société secrète) pangermaniste Völkisch, recrutant par cooptation ses membres sur la base d'une analyse de leurs caractéristiques physiques de par sa nature idéologique antisémite et raciste, la société Thulé est constituée en août 1918 par Rudof Glauer, qui se prétend baron Rudolf von Sebottendorf. A caractère initiatique comme toute société ésotérique secrète, son symbole est la croix de Wotan (Cf. image), divinité pré-germanique, qui rappelle la croix gammée. Son salut est "Heil und Sieg " (Salut et victoire), que Hitler transformera en " Sieg Heil ". Ce salut, en liaison avec le bras levé, est un rituel de nature électromagnétique permettant la formation de puissants égrégores *.  Ses mythes racistes et occultistes ont ainsi fortement inspiré l'idéologie nazie par les groupuscules ayant gravité autour d'elle, comme celui dont est issu le NSDAP (le Nationalsozialistische deutsche Arbeiterpartei, soit le Parti national-socialiste des travailleurs allemands) qui va mettre sur orbite le régime nazi avec le symbole de la croix gammée (le svastika dextrogyre). De futurs responsables nazis comme Rudolf Hess, Alfred Rosenberg, Gottfried Feder ou encore Hans Frank l'ont fréquentée, même si rapidement son caractère élitiste et aristocratique les conduit à s'en éloigner.

Un des paradoxes pour le lecteur " profane " de cette société est que plusieurs membres lisaient le Talmud nourricier de la Kabbale *², dans le but de pratiquer l'occultisme et de formuler une théosophie anti-juive.

Par son caractère occulte et mystique, cette société a constitué une source d'inspiration pour un certain nombre d'écrivains et d'artistes. C'est pourquoi elle est évoquée dans des œuvres très diverses, allant du roman au jeu vidéo en passant par le cinéma et la bande dessinée.

* L'idéologie professée s'inspire d'un corpus d'éléments ésotériques et mystiques puisés dans l'Ariosophie et de ses théoriciens (Guido von List, Jörg Lanz von Liebenfels, Rudolf von Sebottendorf, Helena Petrovna Blavatsky, Arthur de Gobineau ...).

Cf. Le Judaïsme décodé.

Le lien NASA, Nazis et Franc-Maçonnerie

Richard Sauder (photo 1), auteur états-unien du livre Kundalini Tales (Les Contes de la Kundalini, 1998), apporte nombre d'éléments de ses recherches sur le gouvernement secret, dont des reproductions de brevets américains portant sur le mind control *, soit des appareils destinés à enregistrer et modifier à distance les ondes cérébrales, à enregistrer et analyser l’activité cérébrale de diverses façons, et induire des états de conscience mentaux, émotionnels et physiques spécifiques). Il révèle également le lien entre les Nazis, la conquête de l’espace, les premiers vols habités, et une figure célèbre du New Age, Robert Monroe.

C'est en visitant le Temple Maçonnique du Rite Ecossais, 33° degré, à Washington, qu'il a découvert un drapeau Maçonnique du Rite Ecossais que Edwin Aldrin Jr. (photo 3), second astronaute du programme Apollo à marcher sur la Lune, aurait emporté avec lui sur la surface lunaire. Le même musée présente aussi un petit drapeau Maçonnique que l’astronaute Walter Marty Schirra (1923/2007 - photo 4) d’Apollo 7 avait emporté dans l’espace et avait ensuite présenté à Henry Clausen, Suprême Grand Commandeur du Conseil Suprême du Rite Écossais des 33° degrés, le 23 octobre 1969. L'astronaute Gordon Cooper (1927/2004 - photo 5) a également pris le drapeau du 33° degré dans l’espace lors de la mission orbitale Gemini 5. Le musée possède aussi des pièces du bouclier thermique des missions habitées de la NASA Mercury 7 et Apollo 11. C'est ainsi qu'il a découvert que certains des astronautes les plus importants des programmes spatiaux Mercury, Gemini et Apollo étaient maçons, ainsi que deux anciens administrateurs haut placés de la NASA. Ces programmes spaciaux ont pour origine un projet Nazi, création du général Walter Dornberger (1895-1980 - photo 6), officier en charge des programmes de missiles V-1 et V-2 et chef de Wernher von Braun *² (1912/1977 - photo 7) durant la seconde Guerre Mondiale. Lorsque Dornberger est arrivé aux États-Unis dans le cadre du projet Paperclip, il a ramené avec lui les plans d’un système de fusée qui s’est révélé être l’ancêtre conceptuel du programme actuel de navette spatiale. 

Le temple où se concentre le lien entre la NASA et la Franc-maçonnerie est situé à quelques encablures de la Maison Blanche, de nombreux présidents des États-Unis étant connus pour avoir été maçons, à commencer par George Washington. Ce temple contient également une chambre dédiée à J. Edgar Hoover, fondateur et directeur de longue date du Federal Bureau of Investigation (FBI), ainsi que la bibliothèque personnelle d’Albert Pike, général de l’armée confédérée, important maçon et à qui on prête le fait d'avoir été l’un des pères fondateurs du Ku Klux Klan (KKK), organisation de racisme Blanc...

* Cf. Contrôle mental.

Wernher von Braun et plus d’une centaine d’autres différents experts des fusées " ex " Nazi furent ramenés d’Allemagne après la seconde Guerre Mondiale dans le cadre de l’Opération Paperclip. Leur expertise en fusées fut mise à l’oeuvre dans la conception et les vols des fusées qui ont porté les astronautes dans l’espace. Le premier directeur du Centre Spatial Kennedy fut Kurt Debus, le directeur des vols d’essai des fusées V-2 à la tristement célèbre base de missile Nazi de Peenemünde, en Allemagne. Wernher von Braun était lui-même un officier des redoutables SS d’Hitler et plus tard directeur du Centre Spatial Marshall de la NASA. Quant à Arthur Rudolph, le chef de la production de la meurtrière usine de missiles NAZI de Mittelwerk, dans les montagnes allemandes de Harz (au centre-nord), il est devenu plus tard le directeur du programme de fusées lunaires Saturn V de la NASA. Cf. Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste.

Cf. en complément les travaux qui ont décrit les fondations magico-occultes du Troisième Reich et de l’idéologie violente du Parti Nazi : Nicholas Goodrick-Clarke, " The Occult Roots of Nazism : Secret Aryan Cults and Their Infulence on Nazi Ideology : The Ariosophists of Austria and Germany, 1890-1935 " (1992) ; Dusty Sklar, " The Nazis and the Occult " (1977) ; Peter Levenda, " Unholy Alliance : A History of Nazi Involvement with the Occult " (1995).

 

La double face de la sagesse

Dans le monde de la dualité * qu'est la 3ème dimension terrestre, tout a son pendant, qui est intrinsèque à l'expérience nécessaire à ce stade d'évolution de la conscience. C'est pourquoi il est réducteur de qualifier un groupement d'individus, les intentions les meilleures de ses membres venant cohabiter avec les moins bonnes. Il n'est en l'état que la marque d'une conscience individuelle limitée par l'illusion des polarités et des conditionnements que sont l'appartenance (à un système, une doctrine, une pratique...) et les croyances associées. Ils traduisent l'emprise de la prédation sur la psyché humaine, tant que celle-ci ne l'a pas identifiée, interrogée et remise en cause *.

C'est ainsi que tous les peuples et traditions présentés comme des modèles de sagesse - Amérindiens, Bouddhistes, Hindous, Gnostiques, Mayas, Celtes, etc. - sont porteurs d'une polarité entropique manifestement bien présente et très active, qui ne peut consacrer aucunement leur " modèle " culturel et spirituel comme libératoire pour l'être humain.

Quoi que cela puisse paraître absurde à l'esprit conditionné et illusionné de l'être humain, se cache derrière tous ces modèles un enjeu déterminant, celui du pouvoir d'influence et par-là même de domination du groupe génétique concerné, dissimulé la plupart du temps sous les oripeaux de l'humanisme éclairé. Aryens (Celte), peuples sémites, méditerranéens et autres sont conditionnés pour contribuer à l'extermination dans le but de prendre le contrôle total de la Terre de 3ème densité. Lorsque l'être humain aura parfaitement intégré le concept hermétique que " ce qui est en bas est à l'image de ce qui est en haut ", en d'autres termes le concept de multidimensionnalité au sein de l'univers, il comprendra que les forces supérieures qui actionnent celles de notre dimension d'appartenance constituent la clé du jeu de la Vie qui s'y déroule. Sans leur conscientisation, nous ne sommes que des pantins télécommandés, condamnés à l'involution. Autrement dit, nous sommes un terrain de reproduction d'un jeu mortifère qui se déroule dans une autre dimension, en aucune façon celle que nous imaginons, le céleste Divin...

* Cf. La dualité décodée.

Le druidisme sectaire

Si Merlin l'Enchanteur ou Panoramix apparaissent comme des modèles de sagesse celtique, ils ne sont que la face cachée du système entropique qui manipule l'humanité. Ainsi, tout comme de nombreuses autres " religions à Mystères " antiques, certaines branches druidiques ont assuré la perpétuation de la programmation satanique, descendante directe de la version cananéenne du culte-Satan dit " Baal-Moloch ". Elles pratiquaient ainsi des sacrifices humains, perpétuant la magie noire (satanique) qui a pour raison de s'adresser à l'hémisphère droit du cerveau de l'humain afin de lui interdire l'accès à la supraconscience, celle de l’Âme, du Soi supérieur. Par le jeûne, le fouet, la drogue, la violation des tabous avec des actes sexuels, la violence et de manière ultime le sacrifice mortel, les magiciens noirs le conditionnent par la souffrance, le désespoir, la peur, l'humiliation et la terreur, qui se réverbèrent alors dans la terre et les lieux concernés pour toujours. C'est la constitution de mémoires involutives qui, tant qu'elles ne sont pas conscientisées, maintiennent l'humain en servage.

Réservées à un petit nombre d'initiés, les artificiers programmateurs de la matrice involutive terrestre, les épreuves des anciens cultes à Mystères visaient à produire des états altérés de conscience à partir d'une expérience mystique constitutive d'un état d'extase et d'union avec le faux divin.

La terreur liée au sacrifice, qui plus est dans sa version ultime au sang, avait la capacité d'entrainer des réactions mettant l'individu dans un état particulier, soit un état d'esprit dans lequel tout est suspendu, produisant en lui " l'effet du sublime à son plus haut niveau ". C'est pourquoi l'obscurité semblait généralement être nécessaire, les candidats étant enfermés dans des grottes, des coffres et des cercueils pendant plusieurs jours, et devant ramper dans de longs tunnels, censés en ressortir " nés de nouveau ". Ces pratiques initiatiques étaient connues comme le " feu mystique ", et la sortie de ces épreuves de tortures était parfois exprimée avec le terme de " flamboiement de lumière ". Toute proportion gardée, le rituel d'initiation franc-maçonnique s'en apparente sur de nombreux aspects, échappant la plupart du temps aux impétrants naïfs et manipulés quant aux véritables raisons de leur adhésion. Quant aux sectes sataniques revendiquées, ces pratiques traversent continuellement le temps, l'enfant étant généralement l'offrande incontournable à l'autel de la prédation.

 

Le système sectaire, clé de la mise sous contrôle

Par leur caractère secret, occulte et mystique, les Illuminati constituent une secte, que l’on peut qualifier de " secte mondialiste", qui a choisi délibérément de servir les " Ténèbres ", soit les forces involutives ou du mal. C'est pourquoi elle est qualifiée de sataniste, Satan étant l'archétype du diviseur entropique (Lucifer est le diviseur potentiellement évolutif). Elle vise par un plan d’actions basé sur plusieurs générations à asseoir son pouvoir sur la ruche des abeilles ou l’enclos des moutons, les êtres humains non éveillés, avec l’aide de relais inféodés en toute conscience ou par manipulation *. Cet ensemble – ruche ou enclos - constitue une matrice, un système, nourri d'une substance théologique et astronomique détournée de son essence sacrée première, pour ne pas donner aux êtres humains les véritables clés de la Vie et par-là même de leur libération. C’est pourquoi le système de fonctionnement de cette matrice est, dans sa construction, comparable à celui d'une secte. Il en découle, même si ceci heurte les esprits bienpensants anesthésiés, que la démocratie, les États-nations, la République, les partis politiques, les temples et églises *², les entreprises … sont toutes et tous édifiés de manière sectaire, fonctionnant selon les mêmes règles du jeu dévoyées, avec des adeptes (abeilles ou moutons au choix) ignorants ou consentants. Jusqu'à "l'illumination" et le dévoilement de la vérité, si cela arrive...

* Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée.

A la fin de la seconde guerre mondiale, un comité a été envoyé à travers toute l'Europe pour effectuer une étude sur toutes les églises qui ont été détruites pendant la guerre. Ils découvrirent que, sur le site et dans les fondations de la plupart de ces églises chrétiennes (80%), il y avait un double de l'ancien site païen. L'église contient de ce fait en elle les deux forces (Ange et Démon).

L'origine de Satan

Tous les mythes du monde entier racontent la même histoire. A l'origine de la Création (Cf. Évolution de civilisation 1), les ténèbres présentes à "la surface de l'abîme " sont représentées comme l'esprit de Saturne (fils d'Uranus), le monstre-serpent (Satan), soit l'anneau des eaux célestes originelles. Armé d'une faux, il fond sur la Terre-Mère. Au moment où tout semblait perdu retentit le logos (Verbe) salvateur "Que la lumière soit !", qui voit l'apparition du jeune dieu Soleil. Il vainc Saturne dans leur combat, et celui-ci est banni aux confins de l'univers, où il s'enroule tel un serpent qui se mord la queue (l'Ouroboros grec) autour du cosmos. Inaccessible aux sens, il incarne désormais le " mal " nécessaire à la manifestation de la vie, à savoir sa limitation par la mort. Son principe opère conformément à la dynamique énergétique : lorsque nous tentons de faire quelque chose de foncièrement bon, une force malveillante contraire et égale en puissance s'élève pour s'y opposer.

Les éléments de la dualité sont en place : vie/non-vie, bien/mal, mort/éternité, intérieur/extérieur. Ils sont appelés à être transcendés par l'Amour et la Connaissance.

La raison d'être d'un système sectaire est la programmation de la psyché d'un individu afin de le maintenir en situation d'esclavage, d'asservissement. Cette logique programmatrice - " programme de la matrice " - est basée sur la connaissance des troubles psychotraumatiques qui découlent du fractionnement de l'esprit humain suite à une intrusion prédatrice - sous forme de suggestion ou de violence physique -, et ce en plusieurs identités indépendantes les unes des autres, séparées, cloisonnées, par des murs amnésiques, appelés " alter ". Ainsi l'esprit d'un individu est potentiellement programmable tel un ordinateur avec des fichiers et des codes d'accès. Ce phénomène de fracturation de la personnalité est la pierre angulaire des abus rituéliques, car il " déverrouille " la psyché qui devient alors accessible pour y intégrer une programmation *.

Par exemple, l'horreur et la peur vécues par un enfant abusé rituellement fait que son cerveau va réagir par divers degrés de dissociation proportionnels à la gravité et à la répétition des expériences traumatiques. C'est un mécanisme de défense naturel face à une terreur psychique intense et à une douleur physique extrême. La plupart des enfants qui ont été abusés ainsi durant la petite enfance se dissocieront totalement des évènements vécus et seront souvent incapables de se rappeler consciemment ce qu'il s'est passé. La dissociation peut aller jusqu'à l'éclatement de la personnalité en de multiples alter, ce qui est le stade le plus extrême, celui recherché par les bourreaux qui visent à établir un contrôle mental sur la victime.

* Cf. Contrôle mental.

Le piège de l'enseignement religieux sectaire

Il est dit non sans raison que l’Église est une secte exotérique qui a réussi. En réalité, ni plus ni moins que les sociétés secrètes ésotériques qui travaillent sur la même quête apparente du mystère divin. Ce sont les deux faces apparemment opposées mais indispensables dans leur complémentarité du piège tendu à l'être humain pour le maintenir dans la nasse de l'ignorance au prétexte de lui donner la Lumière.

Une secte, dans son acception originelle, est un groupement humain dont les membres partagent les mêmes croyances et valeurs, à partir du rituel défini prévalant. Nonobstant le caractère volontairement attentatoire à l'intégrité et à la dignité des personnes qui qualifie une secte dans le champ populaire comme législatif, ce qualificatif correspond à tout groupe fonctionnant sur les bases du partage commun (association, entreprise...). Lorsque la démarche prend une tournure mystique, soit la recherche de l'inexplicable, le danger de manipulation est d'autant plus grand. Là réside le piège tendu, dans lequel s'engouffrent pourtant nombre d'esprits cartésiens, rationnels, pragmatiques, tout particulièrement représentatifs des exigences d'une société contemporaine qui privilégie l'intellect dans la conduite des affaires humaines aux sentiments fondés sur l'amour et la paix.

Les prétendus hauts initiés impressionnent toujours l'esprit faible : pape, évêque, imam, rabbin, grand maître, vénérable, commandeur... Les qualificatifs ne manquent pas pour maintenir les moutons de l'enclos sous la protection des grands manitous sachants, revêtus des signes distinctifs de leur toute puissance. C'est l'énergie masculine du moi ego qui s'exprime, celle du pouvoir, de la domination, de l'asservissement. A la tête d'Ordres ou d'Obédiences, signifiant littéralement soumission et obéissance, ils promettent symboliquement protection et sécurité, et pour les plus méritants l'élévation, la promotion à défaut de l'illumination. Le monde professionnel fonctionne selon ces codes. Aller les rechercher dans le domaine des choses de l'esprit démontre l'étendue du poison inoculé dans l'inconscient.

Les religions exotériques ont imposé le joug de leur dogme au moyen de l'épée et de toutes les contraintes physiques (cachot, torture, bûcher, lapidation...) comme psychiques (culpabilité, excommunication). L’accès à l’information " divine " a été déterminé et contrôlé à un tel point que cela est devenu pendant longtemps une croyance obsessionnelle pour nombre d'individus de vouloir faire partie de ces " privilégié(e)s " du salut éternel, et qui, même en net recul en Occident, demeurent marqués par cette robotisation programmée.

En parallèle, il a été donné aux esprits plus fantasques, plus contestataires et libertaires, l'occasion de satisfaire leurs besoins extatiques par les artifices de l'occulte flamboyant et de ses rituels pour cénacles privilégiés. La symbolique du " troisième œil " ouvert a joué à fond sa promesse d'atteindre les hauteurs propres à satisfaire l'orgueilleux ego. " Insi-dieu-se-ment ", il injecte la règle quasi absolue que celle ou celui recevant des messages de l’au-delà est forcément supérieur aux autres, plus proche de la vérité. Un(e) élu(e) !

Dans les deux cas, ces " élus " du Très-Haut n'ont pas compris qu'ils sont branchés dans leur quête mystique non sur La Source originelle, mais sur des égrégores fabriqués depuis des millénaires par l’homme, avec toute la pollution de la pensée qui s'y trouve. Ceux-ci sont des " organismes vivants ", constitués d’énergies propres à la production du champ des pensées terrestres, dont le moins que l'on puisse dire est qu'elles sont loin d'être épurées. La pollution du " péché " dans toutes ses déclinaisons y bat son plein. Aussi la clé ne peut en aucune façon résider dans le "troisième œil ", lié à la tête et élément de connexion avec les ténèbres que nous avons créées dans notre Ciel. Elle se situe dans le cœur. Les véritables élus sont des personnes qui sont capables d’écouter leur cœur, tout simplement, en toute humilité, et qui, parce que centrées sur le cœur, accèdent aux vérités les plus pures. Elles ont laissé tomber les artifices de la quête extérieure sous la coupe de pseudo-sauveurs, pour trouver en elles les réponses, débarrassées de l'ivresse de leur mental à courir après de soi-disant secrets et à jouir de rituels con-sacrés.

Prendre contact avec son SOI intérieur n’a absolument rien à voir avec l’ouverture du troisième œil. Il est par là-même évident que ceux qui pensent avoir ce troisième œil ouvert et posséder une supériorité sur les autres sont bien loin de l’humilité demandée et requise. Ils sont au contraire en ligne directe avec " l’enfer " puisqu'en relation avec le grand tas de fumier mental et émotionnel créé par les despotes et tyrans manipulateurs de leur salut à partir de leur faux enseignement. Il suffit pour s'en convaincre d'observer le comportement au quotidien de ces grenouilles de bénitier ou de colonnes une fois sorties de leur bulle mystique. Combien incarnent le dépouillement intérieur comme extérieur pour, en pensée, parole et action, permettre l'expression du cœur vivant dégagé des affres de la séparation, sans accuser, juger et condamner l'autre pour ses opinions et choix de vie ?

Dans le Monde de la sainteté il n’y a pas de médium ou mage, de grand initié en tablier, de prêtre en bure ou en soutane, porteurs de la croyance qu’ils sont les portiers du monde divin. Ceux-ci ne sont que les portiers de la porcherie humaine, la plus grande tromperie de tous les temps construite sur de la boucherie humaine. Elle se nomme religion, exotérique comme ésotérique, celle découlant de prétendus écrits et livres saints à l'initiative d'usurpateurs qui nous ont délibérément égarés sur le chemin du retour à notre Source.

Pour toute vérité, il n’y a que nous-même, avec notre capacité à vivre notre propre divinité intérieure. Il n’y a rien à l’extérieur, si ce n'est le reflet de notre intérieur. Nos pensées, sentiments et émotions traduisent nos conditionnements et croyances limitantes jusqu'au moment où, les ayant comprises et nettoyées, nous pouvons exprimer notre divinité dans toute sa lumière. Il ne nous est pas demandé de regarder béatement le " Ciel " dans l'espoir d'y trouver la réponse, mais de regarder en nous, dans notre cœur, afin de prendre contact avec la véritable source de vérité qui y a toujours été.

Toute cette construction sectaire est réalisée pour garder l'édifice politico-religieux actuellement établi en place tout en faisant croire par ses modifications de façade à son changement, la récente élection du nouveau Président de la République française à travers son mouvement " bousculateur " En Marche en constituant un exemple. Jusqu'à atteindre une incompétence éthique et technique à tous les degrés de la hiérarchie, quelle qu’elle soit - politique, juridique, universitaire, industrielle… -, et son inévitable effondrement pour imposer alors " le " nouvel ordre...

Aussi l’incompétence n'est absolument pas importante, au contraire recherchée, puisque ce système n’est qu’une façade qui dissimule l’intention d’asservissement, soit " les enfers ", le triomphe des ténèbres sur la Lumière, en toute logique sataniste *. Ceci explique l’état des lieux : corruption, misère, populations assistées, révolutions, attentats, guerres, nomadisme et migrations forcées… Dans le monde occidental, la plupart des moutons se préoccupent des illusions existentielles fabriquées - consumérisme, loisirs, événementiel sportif, hédonisme, construction patrimoniale… -, pendant que leurs " élites " représentatives courent après les récompenses extrinsèques (honneurs, argent, pouvoir) et se dévoient dans les filets de la corruption jetés à leurs pieds. Même s’ils en déplorent les tares et croient apporter des solutions (réglementation, charte et code éthique, association, manifestation et pétition en ligne...), simples cautères illusoires, ils ne remettent pas en question la pertinence d'un système économique tout puissant organisé autour de la finance, simulacre fantastique de leurs espoirs puérils d’enrichissement et de protection matérielle. Abusant leurs égo-mental et émotionnel exacerbés, il n’est pourtant que le levier d’exploitation du bétail humain, qui devant leurs yeux endormis démontre son absurdité contre-existentielle. Quant aux laissés pour compte et démunis chaque jour plus nombreux, les lois sécuritaires au nom de la protection contre le terrorisme permettent de dissuader et d'annihiler - pour l'instant - tout début de révolte.

* Cf. Les psychopathes qui nous gouvernent.

La célébration du principe de Peter

Pour la réalisation de l’objectif, il est indispensable de mettre en place une pyramide hiérarchique incompétente. Les moutons utiles sont ainsi la base de la matrice et de son système. C’est ce que démontre le principe de Peter : tout poste finit toujours par être occupé par un incompétent. Il est fondé sur l'analyse des mécanismes de promotion au sein d'une pyramide hiérarchique dans le temps, ce que l’on nomme la " hiérarchologie ". Il existe cependant des exceptions, lorsque parfois des incompétents sont promus à un poste en apparence supérieur dans la hiérarchie, leur incompétence étant amenée à moins faire de dégâts. Cette forme de promotion n'est pas autre chose que le " principe de Dilbert ", qui est aujourd'hui plus à la mode que celui de Peter : les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégâts, soit l'encadrement. En particulier, ils ne comprennent rien à la technologie et manquent de bon sens dans les cas les plus graves. Réciproquement, les employés les plus compétents ne sont en aucun cas promus, car irremplaçables à leurs postes actuels. Un autre cas est celui de l'arabesque latérale : le sujet est promu à un autre poste, avec un titre plus ronflant, mais au même salaire. C'est une économie.

* Cf. " Principe de Peter ", livre de Laurence J. Peter et Raymond Hull (1969).

 

Les Illuminati, ordonnateurs du nouvel ordre religieux

Peu de gens sont capables de parler des Illuminati tels qu'ils existent aujourd'hui. En effet, la plupart sont programmés sur la base de personnalités multiples, dont découle un schéma de pensées totalement différent du mode de pensée habituel de l'être humain. Ces individus sont ainsi toujours très bien habillés, très agréables, détendus et prêts à rendre service. Ils sont affables et très bien élevés. Ce sont des leaders qui n’ont pas de comportement autoritaire, mais beaucoup de classe. Ils pensent vite, sans jamais exprimer d’émotions, même dans des situations critiques.

L'image ci-contre est l'ambigramme * "Illuminati", signature de l'organisation secrète dans le livre Anges et démons de l'auteur états-unien Dan Brown.

* Figure graphique d'un mot (ou d'un groupe de mots) dont la représentation suscite une double lecture.

 

Aux origines

Le nom latin Illuminati est lié au serpent des hébreux " Nahash " dont découle la racine NHSH à laquelle fait référence la Bible, qui signifie " déchiffrer, découvrir ". En latin, illuminare signifie " illuminer, connaître, savoir ". Les Illuminati, contrairement à nombre de croyances erronées, ne sont pas les membres de l'ensemble de ces sociétés secrètes. Si les Franc-maçons des loges kabbalistiques, minoritaires, et les Illuminati sont comme les " doigts d'une main ", la quasi-totalité des frères maçons des loges des différentes obédiences n'en sont pas, loin s'en faut. Ils ne savent rien et ne sont pas responsables des pratiques qui prennent place dans certains de leurs temples. Ils sont simplement utilisés à leur dépens, par le jeu de l'influence (programmation mentale et utilisation de leur réseau relationnel), à la réalisation du " grand " dessein mortifère. 

Ainsi les Illuminati (au singulier Illuminatus) sont en quelque sorte les forces noires dans le cœur de l'occulte, autrement dit les "satanistes " tapis dans la fausse lumière luciférienne, ceux qui depuis l’aube des temps rejettent la Lumière qui préside à Ce Qui Est, indispensables soi-dit en passant à la manifestation et au Jeu de la Vie. Adeptes du démonisme et de ses divinités (Seth, Nephtys, El, Baal, Ashtart, Saturne...), ils enseignent à leurs adeptes que leurs origines remontent aux anciennes religions mystérieuses des Égyptiens, des Babyloniens et des druides celtes, au sein desquelles ils ont pris ce qu’ils considèrent de meilleur parmi les pratiques de base pour dominer la matière terrestre, et dont ils ont regroupé les morceaux pour développer une religion fortement occulte.

Ils sont infiltrés par leurs inféodés relais, qu'ils choisissent avec soin pour servir leurs intérêts, dans la plupart des centres de pouvoir institutionnel : religieux, politique, médias, organismes internationaux, entreprises…

Ils seraient, à l'origine, des familles royales " hybrides ", tant sur un plan génétique (mi humains mi reptiliens) que par leur dépendance psychique d’origine exo-terrestre, voire " extranéenne " (c'est à dire des " autres moi/nous " dans le passé ou le futur, venant de ce fait du néant) *. Certaines lignées de sang actuelles pourraient ainsi remonter au fondateur de Babylone et de Babel, Nemrod (Nimrod en anglais), ainsi que des rois égyptiens Hyksos *², un groupe de nomades asiatiques parasite en Égypte qui s’en fera chasser, migrant alors vers la Palestine et Israël, appelé alors le territoire de Canaan (soit dans le récit biblique la terre promise aux hébreux par Dieu à Moïse). Dans ce lieu fondateur de la Kabbale juive mystique, ils formèrent une prêtrise extrêmement puissante, ayant choisi de demeurer dans l’ombre et d’œuvrer dans les coulisses sans jamais avoir abandonné le pouvoir.

Ce sont des personnages charismatiques quelque peu étranges, " pas tout à fait humains ", ce qui explique l'attraction fascinante qu'ils exercent auprès des foules non initiées. Ils sont dépourvus de toute morale ou émotion, possèdent une présence imposante particulière, et paraissent imperturbables, invincibles. Ils ne sont tout simplement pas soumis aux mêmes limites que nous, n'ayant que faire de l’inutile, du superficiel, du romantique si cher à notre humanité contemporaine, ce qui leur donne un avantage considérable sur notre espèce et semble les rendre " intouchables ". Tout cela sans compter quelques facultés non négligeables comme le contrôle psychique à distance et une certaine omniscience (capacité de tout savoir). Le sang-froid et l’immoralité sont les aspects les plus flagrants qui les caractérisent. Mais ils connaissent leurs singularités, et s’efforcent autant que possible de donner le change, allant jusqu’à mimer les émotions qui nous sont propres. En tant qu’humains, nous percevons ces individus comme " libres et sans limites ", car leur façon d’agir et de réagir se rapproche de notre conception de la " liberté et du courage ". Mais il ne s’agit en définitive que de la façon dont notre mental perçoit et interprète cette réalité, car dans les faits nous sommes très loin du compte. Il ne s’agit tout simplement pas de la même espèce. Elle perçoit, ressent, pense, réagit à sa manière, en dehors de nos principes et de nos concepts philosophiques traditionnels dont elle n’a d’ailleurs que faire. Elle est porteuse de la connaissance présidant au fonctionnement de l'univers, et cachée à la plupart des êtres humains. Elle l'utilise à son profit exclusif, celui de la prédation à des fins involutives... Nous ne sommes à ses yeux que des numéros, du bétail de somme *³.

* Le concept de temps linéaire - passé, présent, futur - n'existe pas dans l'univers. Le temps y est fractal, c'est-à-dire combinant toutes les possibilités dans un éternel présent. De ce fait, nous vivons au même moment dans différentes fenêtres dimensionnelles le cheminement de notre Âme dans son retour à l'unité primordiale.

La signification d’Hyksos est " Maîtres des Terres Étrangères ". Il s’agissait d’une horde de barbares étrangers (indo-aryens ayant migré de l’Est, soit l’Asie occidentale) qui firent tomber sans effort les contrées qu'ils traversaient, et soumirent les peuples à leur volonté par leur supériorité militaire et leur cruauté. Ils ont régné 108 ans sur le Royaume de Basse et de Moyen Égypte, arrivant au pouvoir vers la fin du Moyen Empire quand celui-ci était en pleine décadence (entre -1674 et -1548). Cf. " Histoire d'Égypte de Manéthon ", rédigée sous Ptolémée Ier. Cf. Le Judaïsme décodé.

*³ Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée & Les psychopathes qui nous gouvernent.

Statue en or de Prométhée devant le Rockefeller Center à Manhattan (NY), le porteur de la Connaissance universelle aux êtres humains, puni pour ce fait par le dieu des dieux Zeus à être enchaîné et avoir le foie dévoré par l'Aigle du Caucase.
Statue en or de Prométhée devant le Rockefeller Center à Manhattan (NY), le porteur de la Connaissance universelle aux êtres humains, puni pour ce fait par le dieu des dieux Zeus à être enchaîné et avoir le foie dévoré par l'Aigle du Caucase.

Extraterrestre

Les extraterrestres sont des consciences qui disposent d'un corps biologique, éthérique ou parfois technologique, qui ne proviennent pas des dimensions terrestres. Ils " habitent " d'autres planètes ou d'autres univers. En parcourant notre galaxie solaire (La Voie lactée), ils deviennent des voyageurs de l'ESPACE. Ils sont généralement issus de densités similaires aux 3ème et 4ème dimensions, et utilisent des vaisseaux soit technologiques, biologiques ou magnétiques, ou les trois à la fois.

Certains extraterrestres possèdent une Âme, d'autres non. Certains sont moins évolués que l'humain, d'autres ont largement dépassé notre niveau de conscience.

Extranéen

Les extranéens sont des entités qui disposent d'un corps biologique ou éthérique, et qui sont originaires de dimensions terrestres parallèles.

Ce terme, employé par la NASA, signifie littéralement " qui proviennent du néant ", de l'antimatière ou du non-temps. Ils sont donc des voyageurs du TEMPS, qui parfois utilisent des Ovnis. Ces engins peuvent remonter l'espace-temps en modifiant leur champ magnétique gravitationnel, ce qui les propulse instantanément par un trou de ver dans un autre espace-temps. Celui-ci s'ouvre soit dans notre passé, soit dans un "ancien futur prédestiné ".

Par cette capacité à voyager dans le temps, les extranéens sont les humains d'aujourd'hui, revenus " du futur " pour tenter de modifier leur ligne temporelle involutive (celle qui retourne au néant).


Certains Êtres sont à la fois des voyageurs du temps et des voyageurs de l'espace. Ils sont donc à la fois " extranéen " et " extraterrestre ". C'est le cas pour les Âmes humaines ayant acquis la sagesse de la 5ème dimension de Conscience, celle bienveillante des " planificateurs de Vie ".

La prêtrise de la Kabbale

La Kabbale juive a été par sa nature ésotérique la loge secrète de la doctrine du concept de Trinité depuis l'époque dite de la captivité babylonienne du peuple juif. Même avant l'expulsion de la Terre Sainte, la mystique juive de la Kabbalah, alliant la force spirituelle babylonienne et le Talmud de Jérusalem, conduisait à adorer comme dieux solaires sur les territoires de Phénicie et de Palestine (prédécesseurs d'Israël), nommés Canaan, une trinité sous la forme de Baal (Nemrod), Ashtart/Sémiramis, et Tammuz au même titre que YHWH. Si sous le règne de Josias, le 16ᵉ roi de Juda (-639 à -609) et encore cent ans plus tard, des efforts organisés visant à éradiquer ce culte " diabolique " du Moloch-Baal sont menés, son adoration a non seulement survécu parmi certains Israélites, dont la religion d'origine était alors un sous-ensemble, mais a voyagé et prospéré partout dans le monde depuis. La religion de " Canaan ", dérivée de la religion assyrienne et babylonienne compte-tenu de la position géographique intermédiaire du territoire éponyme entre Égypte et Mésopotamie, pourrait être encore avec ses sacrifices d'enfants pratiquée aujourd'hui, nombre d'affaires mouillant notables et célébrités étant opportunément étouffées lorsqu'elles pointent *...

* Cf. Contrôle mental.

 

L'hypothèse extra-terrestre

" Les mêmes manifestations qui ont créé nos croyances religieuses ont également créé nos croyances OVNI. Une étude sérieuse du Phénomène entrainerait une remise en question de notre perception de la religion ".

John Keel - écrivain états-unien ufologue indépendant et journaliste (1930/2009)

L'humanité est sous l'emprise millénaire des reptiles - Codex mexicain Laud, planche 34.
L'humanité est sous l'emprise millénaire des reptiles - Codex mexicain Laud, planche 34.

Bien en-deçà des religions antiques, l'hypothèse extra-terrestre, plus exactement " extranéenne " , est avancée pour expliquer les origines des Illuminatis et le parasitage de notre monde comme de notre conscience *. Elle découle du Gnosticisme, qui est un système de pensée regroupant des doctrines variées du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient. Il se caractérise généralement par l'affirmation que les êtres humains sont des âmes divines emprisonnées dans un monde matériel - la Matrice cyber - créé par des forces ténébreuses involutives de race reptilienne représentées par un " dieu mauvais ", imparfait, appelé Démiurge ou Yahvé/Jéhovah*, le faux Dieu. Ce mouvement connut son apogée au cours du II° siècle. Ainsi le Démiurge peut être représenté sous la forme d'un archétype considéré comme l'incarnation du mal involutif, Satan, voire comme un créateur bon mais imparfait, Lucifer, soit les deux archétypes judéo-chrétiens de référence. Il existe aux côtés d'un autre être suprême plus éloigné, Dieu (le " vrai "), la substance de la Création (La Source en étant l'essence), dont la connaissance est difficile. Il incarne le bien, la Lumière, par "Son Fils ", la conscience Christique.

Aussi, pour se libérer du monde matériel inférieur et des mensonges des religions dites du Livre, qui se révèleraient être finalement un culte à une entité extraterrestre dissimulée sous le nom de Yahvé (ou Jéhovah), l'être humain aurait besoin de la Gnose, soit un chemin (et non une religion) vers la connaissance spirituelle ésotérique disponible à travers l'expérience directe ou la connaissance de l’Être Suprême. Jésus de Nazareth est identifié par certains cultes Gnostiques comme une incarnation de l'être suprême qui s'incarne pour apporter la Gnose aux hommes.

Cf. Travaux de John lamb Lash, auteur états-unien spécialiste et exégète des évangiles du Nag Hammadi. Les Codex de Nag Hammadi furent découverts en décembre 1945 et reconnus à l’été 1947, exactement au moment où l’on trouva les manuscrits de la Mer Morte rédigés par la communauté de Qumram, une secte extrémiste nommée " Les Zaddikim ". Certains textes de ces Manuscrits décrivent l’apparence et le mouvement d’Ovnis de type soucoupe, perçus comme des Anges célestes...

* Cf. Vérité civilisationnelle.

Cf. Le Judaïsme décodé.

En l'occurrence, tel qu'enseigné par la Gnose, les Illuminati seraient la continuité des " Archontes " ou " Anunnaki ", soit des entités extraterrestres * de nature reptilienne ayant colonisé la Terre en prenant possession du mental de certains êtres humains, tout particulièrement les " puissants ", en l'occurrence ceux appartenant aux familles royales régnantes.

* La programmation mentale est telle que parler de réalité extraterrestre/extranéenne auprès de la plupart d'individus instruits conduit à passer pour un original mystique. C'est par exemple le cas auprès des doctes experts en psychologie. Pendant longtemps, ils s'attachèrent à baser leur "prétendu " savoir sur la compréhension de la personnalité réduite au moi et au surmoi, au conscient et à l'inconscient, recherchant la relation de cause à effet typique de la science mécanique de Newton. Aussi se référaient-ils à l'enseignement de Sigmund Freud de façon quasi aveugle.

Les apports de Carl Jung ayant progressivement ébranlé leurs certitudes, certain(e)s commencèrent à ouvrir leur champ d'investigation à d'autres réalités explicatives de la psyché. C'est alors la montée en puissance de l'approche qualifiée de trans-personnelle, dont se revendiquent aujourd'hui la plupart d'entre eux auxquels se rajoutent pléthore de thérapeutes non labellisés par la science orthodoxe.

Pour autant, la quasi-totalité sont totalement hermétiques à la notion de réalité trans-dimensionnelle, que d'autres branches telles l'ufologie (où l'on côtoie le meilleur comme le pire) proposent. La croyance ancrée par le système est telle que celui ou celle qui s'aventurerait sur ce chemin serait immédiatement mis au ban de la société, avec tout ce qui en découle. Jusqu'à la prochaine inversion de croyance... Entretemps, combien de patient(e)s chèrement abusés par la corporation involutive ?

L’hypothèse " Archontes "

Si nous nous référons au référentiel académique enseigné à l’homme des temps modernes, cette hypothèse est bien naturellement absurde. Mais si nous convenons que la vie sur Terre puisse avoir une autre origine que les espèces nées et développées nourries dans la biosphère terrestre couplée avec le soleil et la lune, ce que la science officielle est en train tout doucement de reconnaître, elle est plausible. Pour les gnostiques, affranchis d’un culte religieux lié à l’existence d’un " Dieu ", les Archontes (du Grec, archai " primordial, premier, antérieur ") auraient émergé dans le système planétaire avant que la Terre ne fût formée en un habitat propre à la vie, soit dans les limbes de la galaxie, sous forme de " déités " nommées Éons (formes pré-organiques ou courants de conscience dotées d’intelligence et de nature électrique), à l'origine de la première phase de formation du système solaire. C’est ce qu’enseigne le texte tiré de l’Hypostase des Archontes (94:5-15) trouvé en 1945 dans les manuscrits de la Mer morte et nommés Codex Nag Hammadi : " Un voile existe entre le monde du dessus et les royaumes du dessous ; et les ténèbres vinrent à l’existence en-dessous du voile. Une partie des ténèbres devint matière et se répandit. Et ce que Sophia engendra devint une créature de la matière, tel un fœtus avorté ". N’oublions pas que l’univers et ses composants ne sont que le fruit d’un rêve éveillé, d’un état altéré de conscience, celui de l’Esprit. Tout ce qui en découle est la manifestation de ce rêve, qui prend par des processus surnaturels toutes les formes possibles et imaginables. Aussi l’émergence des Archontes est un autre rêve à l’intérieur du Rêve, que l’on peut appeler rêve extra-Terrestre. Il est de ce fait tout aussi " réel " qu’un autre.

La créature qui a émergé de ce processus créateur est décrite dans le texte cosmologique " l’Apocryphe de Jean " (10:5) comme un " corps de serpent (drakon) avec une tête de lion ", soit un type reptilien ou draconique *. Espèce envahissante qualifiée de prédatrice, Les Archontes seraient ainsi dotés d’une nature agressive, propice aux divisions et aux batailles de conquête ou de défense de territoire. Qui plus est, ils font preuve d’une capacité formidable de changer de forme. Au-delà de l'hypocrisie, de leur talent en projections et brouillages psychiques et de la manipulation trans-dimensionnelle hypnotique, ils sont aussi dépositaires de savoirs évolués, étant experts en génétique, en biologie, en géométrie " sacrée ", en mathématique, en informatique, en physique, en armement, etc. *² Mais au-delà de leurs compétences extraordinaires, ils sont aussi ceux qui se nourrissent de l'Âme des humains en se rechargeant de l'énergie de leurs dévoués " enseignants spirituels ", qui eux-mêmes s'alimentent de l'énergie de leurs dévots. Le système manichéen à souhait fonctionne en boucle. Ainsi les humains, inconscients de cette influence trans-dimensionnelle et du prédateur personnel se trouvant en leurs pensées (Cf. dans le cerveau dit reptilien), restent incapables de percevoir leurs manipulations. Ces entités, en usant d'un langage codé tout en véhiculant un enseignement suggérant une conscience très élevée, passent souvent par la voie du " channelling " (canalisation mentale) pour diffuser leurs diaboliques fumisteries. C'est tout particulièrement la vocation dévolue au courant du New Age et à ses praticiens (médiums, voyants, thérapeutes en développement personnel, gurus...), la plupart étant manipulés à leur insu et ne dépassant pas le bas astral dans leur prétendue connexion céleste...

Tous les textes cosmologiques décrivent le souverain Archonte " Yaldabaoth " (signifiant " l’enfant qui traverse l’espace " ou " le chef de la horde ", plus vraisemblablement Jéhovah) comme ayant décidé qu’il était le seul dieu dans le cosmos, et notamment qu’il ne fait qu’un avec Yahvé ou Jéhovah, le dieu tribal des Hébreux. Cet aveuglement traduit le déséquilibre du mental des Archontes, les conduisant par incapacité à percevoir le monde spirituel à l’incapacité de corriger leurs erreurs mentales. Ainsi ils ne possèdent pas " d’Ennoïa ", de volonté intrinsèque, ayant à sa place un rêve extra-terrestre dissocié de la sphère de vie intelligente de Gaïa, à savoir la biosphère terrestre. Autant dire que cette vision gnostique quant à l’identité de Jéhovah et la vraie nature de la déité juive *³ ne suscitaient pas beaucoup d’approbations de la part des juifs dévots ou des chrétiens qui révéraient également le Dieu paternel des juifs et voyaient le " potentiel " divin de l’homme nié par l'expiation de ses fautes. L'élément de peur serait très présent dans le comportement des Archontes et dans leur influence sur l'humanité. Dans l'Ancien Testament, la peur de Dieu est en effet considérée comme une des manifestations les plus élémentaires de l'expérience religieuse. C’est pourquoi le programme des Archontes serait pour l’humanité la peur psychologique, les tracas et l'esclavage par la prégnance de religions mensongères au service d'un pouvoir totalitaire même s'il en soigne les apparences.

* Le serpent à tête de lion des gnostiques est appelé par des noms tels qu'Ophis, Knuphis et Abrasax. Dans l’anatomie occulte du mysticisme asiatique et du Yoga, ce reptile est connu comme le " Kundalini ", le pouvoir du serpent, en l'occurrence celui de l'énergie de vie. Son culte fut condamné par les premiers chrétiens comme un culte païen, alors que, tout en étant symbole du Seigneur des Archontes, il était la source du pouvoir spirituel permettant aux êtres humains de résister à ces entités.

Ils maîtrisent la technologie du passage trans-dimensionnel, créée par inversion du champ magnétique gravitationnel pour occasionner des minis accidents temporels localisés. Lorsque ceux-ci se forment de façon naturelle, ces fenêtres dimensionnelles se résorbent rapidement d'elles-mêmes. Mais le plus souvent à l'heure actuelle, ils sont causés par des technologies non maîtrisées d'origine humaine qui, dans sa totale ignorance des conséquences, les utilise à des fins militaires afin d'asseoir le pouvoir sur notre monde.

*³ Dans un texte gnostique, l’Apocalypse de Jean (25.15), " celui qui révèle " affirme que " Jérusalem est un endroit hanté et habité par de nombreux Archontes ".

Le Codex Nag Hammadi

A Nag Hammadi, à 400 km au sud du Caire, Égypte, furent trouvés en décembre 1945 treize codex dans une jarre scellée sous forme de rouleaux en papyrus, dans un état certes dégradé mais permettant en grande partie leur retranscription. Authentifiés comme véridiques même si d'aucuns les considèrent comme une falsification archéologique, ils sont des copies dictées en langue copte au IV° siècle de textes plus anciens, au moment où le dogme établi par la jeune Église romaine * a fait le tri entre les écrits sacrés acceptables et ceux non révélés, autrement dits apocryphes. Parmi ces 13 codex se trouvent principalement les évangiles de Philippe (127 logions) et de Thomas (114 paroles) ainsi que l'Hypostase des Archontes, soit l'explication de la chute des Anges (l'humain) déchus. Tous reposent sur un secret laissé à la sagacité de ceux et celles à qui ils s'adressent, caché derrière les mots employés. Ce secret est celui de l'immortalité, de l'"éther-nité ", permettant de régner sur le Tout : l'univers matériel, le monde des âmes (l'au-delà), et le Royaume divin. C'est pourquoi il ne peut être révélé par les élites en charge de l'enseignement académique, celles-ci ayant fait le choix de la corruption de leurs âmes pour asseoir leur domination terrestre. Aussi, pour découvrir ce secret, l'être humain n'a pas d'autre choix que de se faire herméneute pour en découvrir le sens caché...

* Cf. L’Église romaine décodée.

Le caractère très étrange du matériau Gnostique concernant les Archontes pose bien sûr un problème de crédibilité, qui plus est à l'esprit rationnel contemporain. Aussi nous avons le choix entre croire que ces textes représentent une description exacte de ce que les voyants Gnostiques ont observé dans des états altérés de conscience, soigneusement évaluée ensuite par la raison non-ordinaire, ou croire que les Gnostiques étaient de purs fantaisistes, des mystiques induits en erreur par leurs visions sinon des fous sectaires. Cependant, si tout ce processus de génération des Archontes est imaginal, il n'est pas imaginaire, à savoir que ce n'est pas le fruit d'une création pure et simple du mental. Recréer ce que les initiés Gnostiques ont observé fait appel à un usage sobre de l'imagination, qui n'est pas une fuite dans un monde illusoire. La raison non-ordinaire est nécessaire pour décrire ce qui arrive ici, mais le scénario qui se déroule est entièrement raisonnable et cohérent en fonction de ses propres critères. D'autant plus que ces prédateurs extraterrestres appelés Archontes par les Gnostiques ou Anunnaki par les Sumériens, s'ils peuvent prendre différentes formes, ne peuvent pas posséder les corps d’êtres humains, en tout cas des corps pourvus d'âme. Aussi, maîtres en réalité virtuelle à la différence des êtres humains illusionnés par la matière, c'est par le contrôle de la psyché de certains d'entre eux, assoiffés d'or et de pouvoir et s'abandonnant aux forces obscures, qu'ils opèreraient.

La non réalité du monde a été maintes fois démontrée, par-delà les apparences trompeuses de la matière. Il s'agit donc d'un Rêve, que chaque élément et créature de la Création portent en eux. Notre capacité d'être humain est de reconstituer ce Rêve par la pensée, de nous en remémorer tous les événements et éléments. Avec humilité et sagesse (la Sophia) chacun se doit d'apporter sa pierre à la reconstitution de l'édifice, La Grande Œuvre. L'aventure magique de la conscience par laquelle nous co-évoluons avec ce Rêve semble avoir été perturbée ou dénaturée par une influence extra-terrestre selon les enseignements des Gnostiques.

Stargate SG1, les pseudo-dieux militaires

Si des " pseudo-dieux " ont jadis existé et existent, ils furent et sont avant tout des "pseudo-dieux militaires ", capables de coloniser et de soumettre des galaxies. C'est ce que montre la série Stargate SG1 (ou La Porte des Étoiles) lancée en 1997, les voyant à même d’emprisonner les esprits dans une lourde matérialité, de pervertir des planètes jusqu’à leur autodestruction et leur reconstruction, et de cultiver des êtres humains dans un réseaux de planètes ayant des humains pour hôtes… Alors que d’autres " dieux ou entités " font tout pour " spiritualiser, angéliser " l’Humanité, sans jamais l’influencer avec des savoirs technologiques ou une boîte de Pandore qui peuvent l'amener à son autodestruction.


La présence exo-terrestre avérée dans la Bible

La Genèse évoque déjà dans son chapitre 6 que les Élohim (les fils des dieux, soit des extraterrestres) trouvaient les filles des hommes belles et qu'ils les épousèrent, ce croisement engendrant des héros célèbres comme des monstres. La majeure partie de l’Ancien Testament est quant à elle consacrée à la description des origines et de la jeunesse du peuple hébreu. D’après la Bible, les Hébreux descendent d’un clan qui vivait dans la cité sumérienne d’Ur vers 2000 à 1500 av. J.-C. Ce clan était aidé et gouverné par une personnalité nommée Jéhovah. La Bible affirme que Jéhovah était Dieu… Or Jéhovah n’a été ni Dieu ni un mythe comme le suggèrent les interprétations profanes et le croient les fidèles manipulés.

Le nom Jéhovah vient du mot hébreu Yahweh qui signifie " celui qui est " ou " qui va de soi ". Cette appellation véhicule l’idée que le Jéhovah biblique était un être purement spirituel, un véritable Être Suprême. Ses descriptions dans l’Ancien Testament indiquent qu’il voyageait dans le ciel dans ce qui paraît avoir été un vaisseau bruyant et produisant de la fumée (Cf. La Genèse 19 :16-19, 20 :18 ; L’Exode 13 :21-22, 14 :24, 40 :34-38, et Les Nombres 19 :1-23). Les témoins, des anciens Hébreux responsables de ces descriptions, n’ont pas pu voir Jéhovah de plus près. La Bible souligne en effet que personne n’était autorisé à approcher les sites où il se présentait au sommet de la montagne, sauf Moïse et quelques autres chefs sélectionnés, Jéhovah ayant menacé de mort toute autre personne qui voudrait essayer. Nous sommes fort éloigné du " Père " Être Suprême aimant tous ses enfants… Ce n’est que bien plus tard qu’un des prophètes les plus célèbres de la Bible, Ézéchiel, a eu la possibilité de voir de plus près et de décrire Jéhovah avec plus de détails. Sa description (Cf. Ézéchiel 1 :1-25) ressemble aux descriptions bibliques précédentes de Jéhovah, soit un objet ardent en mouvement dans le ciel et émettant de la fumée. Alors que l’objet s’approchait, Ézéchiel put observer que la chose était faite de métal. De cet objet métallique émergèrent plusieurs créatures humanoïdes, portant apparemment des bottes en métal et des casques décorés. Leurs "ailes " semblaient être des moteurs rétractables qui émettaient un vrombissement et aidaient les créatures à voler. Leurs têtes étaient couvertes de verre ou quelque chose de transparent qui réfléchissait le ciel au-dessus d’eux. Ils semblaient être dans une sorte de véhicule circulaire ou de véhicule avec des roues.

Nous pouvons sans nous tromper conclure du passage d’Ézéchiel que Jéhovah n’était pas un Être Suprême, mais une succession d’équipes exo-terrestres opérant pendant une période de plusieurs générations, utilisant un vaisseau volant pour perpétrer auprès des humains le mensonge qu’ils étaient " Dieu ". Elles vont aider la Confrérie du Serpent (Cf. chapitre 1) à entreprendre un programme de conquête pour répandre la nouvelle religion du " dieu unique ". Moïse, l’homme choisi pour commander les tribus des Hébreux pendant leur exode d’Égypte vers la Terre Promise, était un membre de haut grade dans cette Confrérie. Un indice de ce fait nous vient de la Bible elle-même, dans laquelle il est dit comment Moïse fut élevé dans son enfance : " Et Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en œuvres. " (Actes 7:22). L’historien égyptien et Grand Prêtre Manéthon (300 av. J.-C.) indique quant à lui que Moïse avait reçu la majeure partie de son éducation de la Confrérie fondée par Akhénaton, le pharaon précurseur du monothéisme.

Cf. Travaux de Mauro Biglino, spécialiste italien de la traduction des textes en vieil hébreu constitutifs de l'Ancien Testament, où il affirme que la Bible est un livre qui raconte l'arrivée sur notre planète d'une race extra-terrestre, les véritables créateurs de l'espèce humaine. Il va sans dire que ses propos se heurtent aux soutiens sans faille de la version classique, tout particulièrement du judaïsme et du catholicisme.

Des entités extraterrestres

Les débats actuels sur une possible intervention extra-terrestre dans la génétique humaine exposent des théories assumant la maîtrise extra-terrestre dans la conception de la race humaine, par manipulation du génome humain et insémination. Rien de moins sûr pour l’enseignement gnostique, disant à propos des Archontes que le principal danger se situe moins dans ce qu’ils peuvent réellement faire que dans ce que nous croyons, à tort, qu’ils puissent faire. Leur carte maîtresse est la tromperie, et plus particulièrement la tromperie quant à la nature et à l’étendue de leurs pouvoirs.

Si ce thème de l’insémination extra-terrestre de la race humaine agite les milieux scientifiques comme métaphysiques, c’est qu’il se retrouve dans les écrits archaïques de l’ancien Sumer, qui datent du troisième millénaire avant notre ère, et retrouvés au milieu du XIX° siècle en Irak (17.000 tablettes cunéiformes en argile à la datation plus récente, soit des bibliothèques entières). Malgré les interprétations scientifiques qui naturellement diffèrent compte-tenu du problème de traduction, les narrations sumériennes décrivent une espèce extra-terrestre prédatrice d'origine reptilienne, appelée Anunnaki * (Cf. image 1), à laquelle est attribuée la création d'une nouvelle version de l’espèce humaine il y a environ 200/250.000 ans, l'Homo néandertalien. Selon l'auteur franco-allemand spécialiste des civilisations antiques Anton Parks (Cf. Éden, la Vérité sur nos origines), celle-ci a succédé à l'espèce Homo erectus initiale implantée sur terre il y a plus d'un million d'années. Par leur génie génétique *² - maîtrise de l'ADN et des chromosomes dans la transmutation biologique -, l'espèce prédatrice Anunnaki s'est assurée du contrôle de l'humain aux fins de le maintenir sous asservissement et de lui fournir son énergie psychique. Il en découle depuis une histoire marquée par l’aliénation, la soumission, la souffrance, fruits de sa marque de fabrique, soit la dualité " bourreau/victime ", " abuseurs/tourmenteurs " ... C'est l’avènement de la civilisation raconté par la genèse biblique, les Anunnaki étant figurés par les Élohim. Par la suite, certains Homo-sapiens, identifiés pour leurs capacités supérieures à la moyenne, se seraient vu proposer d'intégrer " l'élite Anunnaki " dévoyée par hybridation, devenant ainsi au fil du temps ces Illuminati prédateurs de leurs congénères.

Ces narrations sumériennes présentent en fait des rédactions tardives de versions bien antérieures, que l'on retrouve également dans le fameux Livre d'Hénoch - arrière-grand-père de Noé - et le récit de ses voyages célestes, livre qui sera mis sous le coude et pour cause par l’Église romaine tout comme par le judaïsme hébraïque. De même, nous en retrouvons la trace dans les manuscrits de la mer Morte, également appelés manuscrits de Qumrân, mis au jour des grottes en Cisjordanie où ils se trouvaient entre 1947 et 1956.

Si l'histoire de l'intervention extra-terrestre est un des scénarios les plus anciens de notre espèce, la plus grande circonspection s’impose. D’une part en raison de la manipulation par la prêtrise sumérienne de l’enseignement sacré originel, dans la continuité de la prêtrise égyptienne dévoyée. Ensuite, parce qu’aucune référence explicite n’est faite aux Archontes, que les Gnostiques ne considéraient pas comme des êtres supérieurs capables de lancer une civilisation. La fantasmagorie sur les extraterrestres présents dans certains êtres humains, en l’occurrence les Illuminati, a conduit de nos jours à les qualifier confusément de " Gris " (Cf. photo 2), de " Mantidaes " (dérivé de la famille d'insectes), ou encore de " Reptiliens " (Cf. image 3), ce dernier vocable faisant référence à la nature hybride qui a découlé de l'accouplement entre Anunnaki et Homo-sapiens. Ce qui semble cependant plausible est que les entités extraterrestres nommées Anunnaki, Gris ou Reptiliens, sont bien les incarnations de ce parasite, de cette intelligence prédatrice que sont les Archontes, supérieurs à la race humaine en technologies pour voyager entre les planètes, et la dépassant en matière de télépathie et en techniques d’imitation (réalité virtuelle). Elles sont capables de s’infiltrer dans la psyché d’esprits faibles, tout particulièrement d’esprits prédateurs attachés à l’exercice du pouvoir à leur fin personnelle, dénués de tout humanisme.

* En langue sumérienne, Anunnaki signifie " celui qui du ciel est tombé / descendu sur terre ", le terme Anunna se retrouvant dans le langage sumérien sous la forme A-NUN-NA, signifiant " peur ", la traduction stricte étant " le père, prince des humains " . Dans sa reconstruction élaborée du matériau sumérien, l’auteur Zecharia Sitchin (Cf. " The Lost Book of Enki ") décrit les Anunnaki comme une espèce non-humaine - néanmoins mortelle - hautement évoluée qui demeure sur la planète Nibiru, une planète inconnue aux confins de notre système solaire avec un cycle de 3.600 ans. Ils seraient arrivés sur Terre au nombre d'environ 600, en quête d'or et de métaux précieux. Cette thèse est bien sûr récusée par la science officielle, qui n'explique pour autant le pourquoi des explications précises des tablettes en argile.

C'est aussi l'idée développée par le britannique David Icke, indiquant que ces reptiliens viennent de la constellation du Dragon. Pour lui, ils sont capables de se métamorphoser sous forme humaine et de se reproduire avec les êtres humains. Il nomme les membres de la lignée reptilienne la "Fraternité babylonienne ", les Illuminati n'étant qu'un autre de leurs nombreux noms.

D'autres chercheurs pensent qu'ils pourraient venir de la Terre elle-même, tels John Rhodes (écrivain américain, spécialiste des reptiliens) dans son ouvrage " Dragons of the Apocalypse ", ou l'ufologue David Barclay, dont les travaux tendent à démontrer qu'en 150 millions d'années de "règne" la race des dinosaures aurait pu engendrer un reptile-humanoïde intelligent...

Les " prêtresses " généticiennes créatrices d'une vie évolutive sur Terre sont appelées " Amasutum ", avant que les représentants patriarcaux ne s'en mêlent pour en dénaturer l'ADN aux fins d'asservissement.

 

Cf. en complément détaillé Le Judaïsme décodé & Les acteurs de la Matrice falsifiée

 

Au-delà de la question génétique concernant nos origines, une présence " Alien " sur notre planète est réelle. Les reptiliens s’incarnent, et ce depuis les temps les plus reculés, en toute impunité. Mais ils ne prennent forme humaine que pour mieux contrôler notre destinée. C’est chose aisée d’ailleurs car notre espèce est tout à fait indisposée à croire en leur existence, s’obstinant depuis les origines à tout mettre dans le même sac : démons et reptiliens sont pour l’Homo Sapiens une seule et même famille. Ces raccourcis sont en effet bien plus commodes pour son cerveau qui, par ailleurs, a été programmé pour ne pas y croire. Alors que les démons ne prennent corps que rarement, les Lézards, physiquement présents en certains endroits reculés de la planète, vont donc graduellement prendre possession de notre histoire personnelle afin de servir leurs objectifs stratégiques. La plupart du temps, il va contrôler à distance un humain en pénétrant sa volonté de façon ponctuelle ou continue.

Pour ce faire, ils ont besoin d’individus totalement asservis, dénués de la volonté nécessaire pour affronter, voire contrer, leur parasitage énergétique. En collaboration avec ces forces démoniaques, ils ont depuis toujours permis la diffusion dans nos sociétés du culte de l’ignorance, de la violence et de la puissance sur le faible, toutes ethnies et cultures confondues. Ces aspects comportementaux sont tellement enracinés en nous que nous n’en avons plus réellement conscience. Un climat vibratoire omniprésent de violence, de mépris et d’anti-amour façonne notre actualité humaine tout au long de son histoire. Ceci étouffe et contraint notre véritable intelligence, celle de notre dimension divine devenue muette, et castre tout désir de libération énergétique individuel. Notre mental conditionné depuis des millénaires par cet intense taux vibratoire dégradant, ne peut en aucun cas être en mesure d’imaginer ce que la vraie liberté signifie et ce qu’est en définitive la science du Divin, pourtant présente au cœur de nos entrailles sous la forme du corps cellulaire énergétique. Ainsi la violence physique et morale est devenue norme au sein même de nos foyers, tout particulièrement au travers des agressions perpétuées sur les enfants en bas âge *. Cette stratégie de nos contrôleurs de l’ombre permet de couper court à l’épanouissement de la personnalité profonde et de l’individualité de l’enfant.

Ceux qui choisissent de fermer leurs yeux à cette réalité le font à leur propre péril, celui d'y être brutalement confrontés avec toutes les conséquences pathologiques qui découleront de ce déni de conscience persistant. Même si l'entreprise du spectacle audiovisuel - films et émissions de télévision - a tenté d'ouvrir depuis plusieurs années la conscience du grand public à ce sujet, son approche contribue à placer le sujet dans la catégorie divertissement de science-fiction. Quant aux médias d’information et leurs supposés experts, ils ridiculisent systématiquement les témoignages jusqu'à la caricature absurde. Pourtant, nombre de travaux de recherche fournissent des preuves massives, écrasantes et irréfutables, basées sur les propres documents des gouvernements, qui démontrent que les plus hautes autorités publiques comme l’élite de notre sécurité et des organisations de renseignement ont délibérément et avec persistance menti aux citoyens contribuables au sujet de la réalité Alien lors de ces soixante-dix dernières années *².

* Certains seront effectivement battus ou violés par des parents se trouvant sous l’emprise directe des forces reptiliennes. Ces actes, méthodiquement répétés selon une charge non négligeable d’énergie noire, ouvrent les portes du corps énergétique de l’enfant devenu la proie de certaines entités malveillantes supérieures. Ainsi parasité, la victime développe des troubles psychopathologiques apparentés à la schizophrénie ou au TDI (trouble de la personnalité multiple). Il est alors manipulable à souhait, en parfait accord avec les orientations intimes de ses agresseurs, et par extension, des reptiliens et autres forces démoniaques qui les dominent. Il est à présent un être " hybride ".

Ainsi le livre " Clear Intent " de Lawrence Fawcett et Barry J. Greenwood (Prentice-Hall, 1984).

Expérimentations gouvernementales cachées

Bien que cela soit de plus en plus un secret de polichinelle, nombre de gouvernements institutionnels, tout particulièrement les États-Unis avec leur agence spatiale gouvernementale la NASA, et d'une certaine façon Le Vatican avec son télescope LUCIFER (acronyme de Large Binocular Telescope -LBT- Utility Camera Integral Field Extragalactic Research) au Mont-Graham en Arizona (Cf. image), sur une terre sacrée prise de force aux tribus amérindiennes locales, sont au contact des entités extraterrestres de la 4ème dimension, et pour cause. Ils sont sous leur contrôle. Ils récupèrent ainsi des avancées technologiques de premier plan, malheureusement la plupart du temps destinées à d'autres finalités que le bienfait de l'être humain.

En effet, un des enjeux majeurs avec les voyageurs extra-temporel est la maîtrise des technologies maîtrisant la gravitation. Ces techniques antigravitationnelles, de tôle et boulons, recourent à une énergie dite libre. Cependant, comme rien n'est " gratuit " dans l'Univers afin de préserver son équilibre, la conquête de cette maîtrise repose sur un échange qui ne peut en aucune façon être communiqué à l'humanité, en tout cas à des êtres humains dotés d'une âme *.

En effet, ces entités, les Gris, sont les humains d'aujourd'hui (le temps est un éternel présent) qui ne sont pas parvenus dans leur évolution à changer de dimension *², afin de passer en mode " Service d'Autrui " dans une nouvelle ligne temporelle que l'on pourrait qualifier de " leur futur ". Aussi franchissent-ils la barrière de l'espace-temps " *³ pour retourner " en arrière ", afin de modifier leur passé humain et engendrer une autre possibilité de futur. Ainsi cette technologie ne provient non pas d'une conscience humaine actuellement incarnée dans le présent, mais transmise par une conscience beaucoup plus intelligente provenant du passé (Atlantide ?) ou du futur. Toutefois, intelligent ne signifie nullement plus évolué, et cela reste encore la problématique de l'humanité d'aujourd'hui.

Tout comme celle-ci dans sa quête technologique insensée (Cf. Transhumanisme), les Gris sont parvenus à l'entropie parce qu'ils ont continué à cultiver leur intelligence et par conséquent leur extraordinaire technologie. Cependant, ils ne sont jamais parvenus à développer leur propre ADN et leur intuition, ce qui aurait pu leur offrir la possibilité de changer de dimension d'existence en se passant justement de leurs sciences. Alors que les personnes véritablement en mode " Service d'Autrui " n'ont besoin d'aucune science pour devenir créateur d'une nouvelle ligne temporelle, une nouvelle alternative de futur. Aussi est-il malheureusement à craindre que nombre d'abductions (enlèvements extraterrestres) soient réalisés aux fins d'expérimentation génétique...

* Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Cf. Processus de transformation de conscience.

Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

Même si nos origines extraterrestres reptiliennes demeurent une incongruité sinon un " fake " selon l'expression à la mode con-sacrée, nous pouvons toutefois nous interroger sur le pourquoi de nos peurs profondes d'enfance comme d'aujourd'hui quant aux reptiles, imaginaires comme en vrai *. Et comment se fait-il que n'importe quelle transe chamanique aux quatre coins du monde ait pour suprême initiation la rencontre intime avec le serpent, le crocodile ou le dragon ? Dans son écrit intitulé " Sur la piste du serpent ", l'anthropologue canadien Jeremy Narby rapporte ce récit : " Harner raconte l’expérience qu’il a vécue en 1961 chez les Indiens Conibo de l’Amazonie péruvienne. Lorsqu’il eut ingéré de l’ayahuasca, des créatures reptiliennes géantes surgirent dans son cerveau et lui montrèrent comment elles avaient créé la vie sur Terre, insistant qu’une telle information était réservée aux mourants et aux morts. Harner vit alors des espèces de dragons arriver du cosmos et créer la vie en se cachant sous des formes multiples.

" J’appris, écrit-il, que les créatures-dragons résidaient à l’intérieur de toutes les formes de vie, homme y compris ". Par un astérisque, Harner renvoie alors le lecteur à une note au bas de la page (qui, étrangement, ne paraît pas dans la traduction française originale, mais a été intégrée dans le texte publié dans ce numéro du " Temps stratégique ") qui affirme ceci : " Je dirais en rétrospective que [les créatures] étaient presque comme de l’ADN. Mais en ce temps-là, en 1961, je ne savais rien de l’ADN. "

Si la raison du mental peut nous faire douter de tout, qu'en pensent nos intuitions quant au pourquoi des démons intérieurs qui nous hantent ?

* Cf. Décryptage de l'égo.

 

Lien du sang

Les dirigeants des Illuminati prétendent descendre des familles royales qui se sont partagées l'exercice du pouvoir depuis des millénaires, ainsi que des familles impliquées de manière continue dans l'occultisme depuis des générations. Il faut ainsi entendre deux choses par familles royales : les familles " officielles " connues dans l’establishment ou le gotha aristocratique à travers le monde, ainsi que les familles royales secrètes, cachées, de vieille ascendance et au sang bleu *, qui possèdent une grande puissance occulte. Parfois, les deux lignées se confondent et sont concurrentes, comme dans le cas du Prince-de-Galles. Plus la descendance est " pure " génétiquement, et plus le membre est placé haut dans la pyramide. Les descendants issus de lignées croisées entre " élites " et " Gentils " (hérétiques) sont généralement destinés à devenir des agents relais, non des décideurs *². La pureté des lignées génétiques est donc importante, y compris sur la beauté physique. Le culte que ces familles vouent à l'argent les conduit à amasser le plus de richesses financières et patrimoniales possibles. C'est un facteur déterminant dans la hiérarchie illuminatiste, la Finance constituant également un redoutable levier social et politique. Aussi faire et organiser la guerre afin d'en tirer profit est une grande activité de l'organisation. Les richesses provenant énormément des guerres, détruire, tuer, saccager, ruiner et polluer le monde et ses habitants constituent le pain et le sel de leurs engagements. Aussi le déclenchement de tout conflit sur l'échiquier international nécessite d'en décrypter les véritables raisons cachées, par-delà la langue de bois institutionnelle.

* L’expression " sang bleu " tire ses origines des grandes familles des royaumes d’Europe, notamment en France et en Espagne, se flattant d’être exempte de sang étranger, maure ou juif. Au XVII° siècle, les hommes et les femmes de la noblesse faisaient en effet en sorte que leur peau soit la plus blanche et la plus fine possible, ce qui pouvait laisser apparaître leurs veines, bleues. Cette couleur était la couleur du peuple atlante, civilisation hautement spirituelle qui a fini corrompue par son matérialisme technologique. Le cinéaste James Cameron l'a illustrée dans le film Avatar sorti en 2009.

Pour les Juifs orthodoxes, un goy (non juif) est considéré comme inférieur à un animal (Baba Mezia 114a-114b du Talmud) : " Seulement les Juifs sont des humains. Les Gentils sont des animaux ".

En Allemagne, ce sont les membres des familles de Hanovre et de Habsbourg qui forment le " Bruderheist " (Conseil national). Ils exercent un rôle crucial au niveau de la pensée, contrôlant tous les leviers de la politique mondiale. Deux des trois familles les plus puissantes en ce monde sont d’origine allemande, les Windsor et les Rockefeller, même si ses membres ne parlent plus allemand. Les Windsor s’appelaient Sachsen-Coburg, et les Rockefeller viennent d’Altenwald. Leur ancêtre s’appelait Johann Peter Roggenfeller, ayant émigré au début du XVIII° siècle aux États-Unis et établi à Germantown, en Pennsylvanie. Les Rothschild, qui sont les troisièmes, ont aussi leurs racines en Allemagne, à Francfort. En fait le peuple allemand a des capacités qui le différencient des autres, dont celle de régénération qui le rend fort, indestructible et haï.

Il apparaît par là-même que les familles juives ashkénazes d’Europe de l’Est ont un lien avec les allemands *. Les familles juives sont majoritaires dans les banques, les institutions financières, les médias et l’édition ; de l’autre, les Allemands sont les chefs de file dans le domaine industriel et la mécanique, dans le milieu de l’espionnage et de la police secrète.

Si la famille royale britannique *² est juste au-dessous dans la hiérarchie protocolaire, c'est en Grande-Bretagne la lignée Rothschild qui est supérieure sur le plan occulte à la famille royale. C’est elle en fait qui règne sur la Grande-Bretagne, avec la famille royale, même si officiellement c'est le Parlement qui dirige. En France, ce sont les descendants de la famille royale qui détiennent le pouvoir sur le plan occulte. Mais, là encore, la famille Rothschild est plus puissante. Quant aux Illuminati des États-Unis, ils sont considérés comme plus " jeunes " et moins puissants que leurs collègues européens. C'est pour cette raison que les enfants sont toujours envoyés en Europe pour y effectuer une partie de leur formation, considérée comme meilleure. En outre, les familles américaines veulent renouveler leur affiliation avec leurs aînés européens. Tous les Illuminati de l'Europe sont dirigés par les branches de l'Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne. Ces trois pays forment le triumvirat qui dirige l'Europe.

* Cf. Le Judaïsme décodé.

Le château de Windsor est construit avec des pierres venant des bords de la Weser, fleuve allemand. Ainsi " le roi allemand " qui est devenu roi d’Angleterre continue à vivre dans son pays avec son programme énergétique personnel, car les pierres gardent l’énergie...

Les principales familles Illuminati

Ce sont les Astor, Bundy, Collins, DuPont, Freeman, Cavendish (Kennedy), Leigh, Onassis, Rockefeller, Reynolds, Rothschild (Bauer ou Bower), Russell, Van Duyn, ainsi que la lignée mérovingienne, incluant toutes les familles régnantes en Europe. Le Prince Charles fait partie de cette lignée Illuminati mérovingienne. En regardant sa lignée généalogique, il est affilié à neuf présidents états-unien (Cf. images) : George Washington (1732/1799), Thomas Jefferson (1743/1826), James Madison (1751/1836), William Henry Harrison (1773/1841), John Tyler (1790/1862), Zachary Taylor (1784/1850), Benjamin Harrisson (1833/1901), George Herbert Walker Bush (Père) et son descendant George Walker Bush (Fils)…

 

Hiérarchie

Tout reposant sur un référentiel symbolique et référentiel extrêmement précis, les treize principales familles forment le Conseil suprême de la direction mondiale, " La Table Ronde " (The Round Table), se composant de ce fait de membres d'antiques familles dominantes ainsi que de membres de familles plus récentes. Il évoque les douze légendaires chevaliers de la Table ronde réunis autour du Roi. Ce Conseil est nommé " le grand conseil des druides ", la prêtrise privée. Chacune des familles régnantes est en charge d’une zone donnée de la planète Terre et d’une fonction particulière à remplir, qui comprend notamment les finances mondiales, le politique (dont la technologie militaire), l’éducatif, le contrôle de l'esprit (groupe des sociétés secrètes), la religion, et les médias (groupe de l'intelligentsia).

Le maillage mondialiste du contrôle (1)

. Finances mondiales : banques centrales internationales, banques centrales, FMI, Banque mondiale, BRI, fondations, multinationales …

. Politique : leaders nationaux, ONU *, Comité Bilderberg, Commission Trilatérale, Council on Foreign Affairs, Club de Rome, OTAN, Aspen Intitute, Bohemian Grove…

. Intelligentsia : CIA, KGB, FBI, centres d’espionnage nationaux, British Intelligence, Mafia et crime organisé, cartels de la drogue, Interpol, mouvements nazis…

. Religieux : le Conseil œcuménique des Églises (World Council of Churches), National Council of Churches, Parlement mondial des religions, Vatican, Ordre de Malte, l’Église d'unité (Unity Church), Protestantisme libéral (Liberal Protestant Denominations), Universalisme unitarien (Unitarian / Universalist Church), les Bahá'ís, Temple of Understanding, sectes.

. Sociétés secrètes : Franc-Maçonnerie, Skulls & Bones, Loge du Grand Orient, Grande Loge Alpina, Ordre de Malte et Templiers, Ordre royal de la Jarretière, Prieuré de Sion, Ordre de la Rose-Croix.

. Éducation : UNESCO, World Peace Group, Planetary Congress (astronautes et cosmonautes), World Federalist Association, World Constitution & Parliamentary associations, Groupes environnementaux, Lucis Trust & World Goodwill, World Union, Esalen Institute (centre d'éducation en psychologie humaniste), Médias.

La création de l’ONU a pour objectif d'être le tremplin vers le Nouvel Ordre Mondial, en amenant l’opinion publique à accepter l’idée d’une communauté globale, de LA communauté globale unique.

Puis un Conseil élargi à trente-trois membres verrait les Francs-maçons des rangs les plus élevés du monde y prendre place, issus de la politique, de l'économie et de l’Église. Ils sont l'élite du " Comité des 300 ". Ce Comité a été créé en 1729 par la BEIMC (British East India Merchant Company) pour s'occuper des affaires bancaires et commerciales internationales et soutenir le trafic d'opium. Il est dirigé par la Couronne britannique, et représente le système bancaire mondial dans sa globalité. Il compte en plus les représentants les plus importants des nations occidentales. Il utilise de nombreuses institutions bien connues pour permettre aux treize familles d’atteindre leurs objectifs, n’hésitant pas à manipuler les acteurs politiques aux fins de diviser les peuples et de créer les conditions instables nécessaires à l'émergence de conflits armés. Les camps dits opposés, indispensables au fonctionnement du système, quels qu’ils soient, sont toujours infiltrés par leurs réseaux.

Cf. Le Dr John Coleman, ancien membre des services secrets britanniques (S.I.S.) a publié dans son livre  de 1992 " Conspirators Hierarchy : The Committee of 300 " (La hiérarchie des conspirateurs : Le Comité des 300) les noms de 290 organisations, 125 banques ainsi que ceux des 341 membres d'alors ou anciens du Comité des 300, parmi lesquels Arthur Balfour, Willy Brandt, George Bush, lord Carrington, Huston Stewart Chamberlain, Lloyd George, Henry Kissinger, François Mitterrand, J.P. Morgan, Harry Oppenheimer, Princesse Beatrix, Prince Rainier, Reine Elisabeth II, Reine Juliana, Joseph Ratzinger,…

Le maillage mondialiste du contrôle (2)

La structuration du haut de la pyramide se décline vers le bas, soit le niveau national. Lui-même se subdivise en villes, plus particulièrement des zones métropolitaines, contrôlées par une dizaine de groupes " frères " suivant la taille de la ville (il y a des groupes dans toutes les grandes villes des États-Unis comme dans toutes les grandes villes d'Europe). Ce premier niveau est appelé " Le bas niveau ", la grande majorité des frères ignorant leur adossement à l'organisation Illuminati.

Tous ces groupes dépendent d'un conseil de direction métropolitain, qui eux-mêmes sont sous contrôle de conseils régionaux composés de treize membres selon les domaines d'intérêt (militaire, spirituel, finances...) *.

Les présidents de tous les conseils régionaux dépendent d'un Conseil National. Toutes les nations européennes ont un Conseil National, tout comme le Mexique, le Canada, la Russie ou la Chine Populaire. Ils sont en général composés de membres de vieilles dynasties financières et descendants des familles royales, ou des membres des familles royales régnantes. Tous ces Conseils Nationaux dépendent du Conseil suprême de la direction mondiale.

* Les États-Unis sont divisés en sept territoires ou régions. Dans d'autres pays telle la France, la volonté est de limiter la décentralisation par le regroupement administratif des régions en un nombre restreint.

Cette organisation secrète des Illuminati voit l'existence de deux grandes classes distinguant ses membres.

La première classe, dite des " préparations ", se subdivise en quatre grades : novice, minerval, illuminé mineur, illuminé majeur. Ce dernier peut également être appelé Chevalier écossais. La seconde, la classe des " mystères " qui porte sur l’étude des manipulations historiques, se subdivise en deux grades : le grade des petits mystères comprenant les prêtres et les princes ou régents, et le grade des grands mystères, ayant pour grade le mage (Magus) ou philosophe et l’homme-roi (Rex). Celui-ci peut aussi être qualifié de Satan, en référence à la constellation traficotée Cetus dans le Zodiaque de Denderah *, avatar de la constellation de la Baleine, celle de l’ère des Poissons. Cette constellation représente la Mort et la Résurrection, ainsi qu’une figure du Grand Pharaon, hommage au mal avec ses figures de Bouc ou de Taureau, qui symbolisent depuis leur dénaturation originelle la domination et la virilité masculine.

L’élite de la classe des mystères compose le Conseil, tous ses membres étant au grade d’Aréopagite. Un rôle est commun à tous les grades, celui d’insinuant ou enrôleur.

* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen

La préparation de la future génération se fait dans la " Nursery ", loge de base accessible à partir de seize ans *. Elle s'adresse à des individus - les " Agentur " - exceptionnellement intelligents, choisis dès leur jeune âge. Ils sont éduqués et endoctrinés dans l'idéologie d'un matérialisme séculaire. Par la suite, ils agissent en tant qu'experts et spécialistes dans les coulisses des tous les Gouvernements, légitimes et subversifs, aussi bien qu'à tous les niveaux du monde politique, économique et industriel, ainsi que celui des sciences sociales, du religieux et du show-business. Ils peuvent ainsi influer sinon forcer les leaders à adopter les politiques propices au plan de réalisation du dessein Illuminati. Qu'ils savent ou non qu'ils travaillent pour l'établissement d'un super gouvernement mondial, beaucoup d'entre eux ne sont pas du tout conscients qu'ils travaillent pour une finalité sataniste.

* Ainsi le temple maçonnique à Alexandrie, en Virginie, est un centre de scolarisation et d’apprentissage Illuminati dans la région de Washington, DC.

 

Fondement

Un axiome spirituel de toute première importance, dit principe de correspondance, énonce : " Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas " *. Il signifie, même si ceci va à l’encontre des croyances de la plupart des êtres humains, qu’une guerre cosmique (Cf. film " Les guerres de l’Étoile " et non La guerre des étoiles comme communément dit de Georges Lucas) fait rage entre les forces de la Lumière et celles de l’Ombre, plus exactement des Ténèbres (Cf. hypothèse des Archontes). Elle est d’ailleurs racontée dans tous les livres sacrés, sauf que l’esprit rationnel formaté du XXI° siècle ne peut en aucune façon lui donner crédit, le surnaturel étant viscéralement déconsidéré et rejeté. Sur la planète Terre comme dans d’autres lieux de l’Univers, les Illuminati et leurs relais humains, sous contrôle de ces entités exo-terrestres de nature prédatrice, s’attachent à construire ce qui est nommé sur le plan religieux " les enfers ". Pour ce faire, ils utilisent divers moyens nourrissant une " fausse lumière ", afin que la majorité des hommes illusionnés par son éclat continuent à vivre comme si de rien n’était et n’entravent la réalisation de leur plan. Celui-ci, invisible, repose sur le contrôle de toutes les grandes organisations politiques et religieuses caractéristiques du fonctionnement des civilisations humaines. En effet, depuis les temps antiques, la prêtrise et les mages astrologues considèrent que tout le déroulement de la Création est planifié par les étoiles. Comme le montre le Zodiaque égyptien de Denderah, les étoiles constituent un processus cosmique d'initiation sur les ères zodiacales. Il en résulte qu'en effectuant un tour complet d'une durée d'environ 26.000 ans, appelé la " grande année céleste ", le système solaire reçoit les radiations de chacune des constellations.

Jusqu’alors scindées tout en étant complémentaires, les organisations politiques et religieuses doivent désormais s’unir compte-tenu du calendrier zodiacal, le passage à l'ère du Verseau. C’est cette union qui est appelé le " Nouvel Ordre Mondial ", soit une nouvelle religion universelle de nature technologique - le transhumanisme -, conçue sur une promesse, l’avènement du Paradis sur terre (l’Âge d'or) par ses apports bénéfiques - l'immortalité - alors qu’elle a pour but de promouvoir les enfers… L'Orient en est la clef de voûte, avec le relais de la France et de l'Angleterre (" l'angle (de la) terre ") en Occident. Aussi l’observation attentive des faits géopolitiques actuels donne quelques précieux renseignements sur le déroulement du scénario.

* Il est tiré de La Table d’émeraude (Tabula Smaragdina en latin), un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique. C’est un texte très court, composé d'une douzaine de formules allégoriques et obscures, dont cette fameuse correspondance entre le macrocosme et le microcosme. Pour autant, si le sens donné par Hermès est que le haut - le " positif " - et le bas - le " négatif " - sont semblables, ils ne sont pas analogues pour autant en essence comme en substance (le " Télesme "). Il appartient au bas soit d'évoluer vers la haut, soit d'involuer en demeurant séparé.

Application du principe de correspondance

L'application de ce principe du fonctionnement de l'univers fait que s'il y a des entités extra (ou exo) terrestres qui nous visitent, elles peuvent être bénéfiques ou non. Certaines, en dépit du silence des autorités institutionnelles parfaitement au courant et de la manipulation d'une partie du courant ufologique, aident les humains dans la conquête de leur liberté, ceux-ci ne pouvant trouver d'aide auprès des élites représentatives, choisies pour opérer le " darwinisme social " du plan Illuminati. Aussi leur appui consiste à présenter à la conscience non corrompue de relais humains des modèles plus fonctionnels et justes, susceptibles de modifier le paradigme de la pyramide du pouvoir. Compte-tenu du changement de conscience en cours, cette réceptivité est accrue, contribuant à l'accélération et à l'aggravation des tensions planétaires.

Comme à chaque changement d'ère astrologique la société est remodelée par l'évolution de la conscience humaine (les énergies se font moins denses), un nouvel ordre doit être instauré. Celui-ci, directement lié au passage dans le Verseau actuellement en cours, voit l’effondrement du précédent, en l’occurrence celui établi pour l’ère des Poissons, celle des grandes religions du Livre (judaïsme – christianisme – islam). Cependant, si notre monde est bien organisé selon la précession des équinoxes et le cycle de la Terre, le système établi dépend de ses ordonnateurs. Ceux-ci ayant depuis des millénaires falsifié la carte du Ciel, ils s'attachent à mettre en place un ordre désormais mondialiste, qui ne vise pas la libération de l'être humain mais au contraire son total asservissement.

Communisme & Capitalisme, ou le parallèle idéologique contemporain de la manipulation

Qu’est-ce que l’idéologie fonctionnelle d’un système Communiste ? Des " Camarades ", assimilables à des " Frères ", des " Élus ", assimilables à des "Maîtres ", qui connaissent les secrets, des " Goyims ", soit le peuple ignorant et lobotomisé. Tous travaillent pour garder l'édifice debout, dans un système où tout est faux. Les grandes voix – philosophes, experts, éditorialistes, communicants - indiquent ce que l'on doit penser. Elles sont aux ordres. Rebaptisé ironiquement démocratie en Occident, et fonctionnant sur un modèle capitaliste, le système communiste libéral perpétue l'esclavage, ni plus ni moins. Les nations sont ruinées par sa doctrine marxiste – trotskyste tout comme par le confort des Élus de la finance, les citoyens se divisant et se déchirant au nom de l'un ou de l'autre. " Notre " système actuel capitaliste est en réalité un système communiste. La pyramide de la pègre.

Si les Illuminati s'organisent en plusieurs groupes sur le plan international, tous n'ont cependant pas le même objectif quant au plan d’actions de leur dessein. Ainsi se différencient les Illuminati de Stockholm, les Illuminati d'Avignon (ou du Mont-Thabor), les " Illustrious " (Ordre maçonnique dit rite écossais ancien accepté). Quant aux loges Mohamedistes, c'est-à-dire islamiques, elles œuvrent pour l'hégémonie d'un islam légaliste mondialisé avec l'aide de plusieurs grandes nations.

La bataille Terre / Ciel

C'est un symbolisme erroné de la carte zodiacale explicative de la Création qui est servi en pâture aux adeptes des sociétés secrètes ou églises New Age, qui croient de bonne foi détenir les clés cachées au reste de l’humanité. Manipulés, ils ne sont pourtant que des initiés de " bas étage ", illusionnés par leur confiance naïve et/ou leur orgueil spirituel. En réalité, c'est le " Livre des Morts " égyptien qui a été codé dans les étoiles. Alors qu’il aurait dû raconter une scène de résurrection, celle de la conscience à sa véritable dimension, la dénaturation subtile de l'enseignement a conduit à célébrer un " culte des Morts ", non la célébration de l’éternel Vivant qu’a enseigné, entre autres, le Maître Jésus.

Ce que l'on appelle " les élus " représentent le Christ, soit Horus (Anu), le " Fils ", fruit accompli du masculin sacré, Osiris, et du féminin sacré, Isis, et non les prétendus élus à qui sont transmis un faux enseignement mortifère. Ce sont ces hommes et femmes bon(ne)s, porteurs de la véritable lumière (illumination), que les Illuminati cherchent à détruire en supprimant toute référence aux cycles du voyage de l’âme, affaiblissant par là-même le Cosmos, la recherche du bien. En pourrissant les esprits par un enseignement dévoyé, en détériorant les personnes par des pratiques délétères et attentatoires à leur humanité profonde, en dénaturant la terre, ses ressources et ses cycles, ils fragilisent le Cosmos et génèrent le Chaos.

Certes la majorité de celles et ceux embrigadés dans les sociétés secrètes travaillent avec foi et cœur à l’amélioration de l’humanité, mais sur la base de données fausses, manipulées, qu’ils se contentent d’ingurgiter sans avoir cherché par eux-mêmes à découvrir La Vérité. Toutefois, certaines " branches " et groupes des sociétés secrètes connaissent parfaitement la mystique des religions et le mystère, luttant contre la manipulation des Illuminati. Ils illustrent la bataille entre le bien et le mal, jusqu'à " l'Armaggedon " et le dévoilement (l'apocalypse), qui écrasera d'un coup toutes les forces du mal. Il ne se produira pas une fin du monde telle que veulent le faire croire plusieurs groupes œuvrant pour la cause (sectes, églises…), à partir de l’enseignement dévoyé de l’Apocalypse de l’apôtre Jean. C’est un nouveau " règne " universel. Reste à savoir s’il sera régi par le Cosmos ou bien par le Chaos. Toute la propagande de fin du monde de ces dernières décennies est utilisée pour renforcer le Chaos *, ses initiateurs comptant bien ne pas laisser le Cosmos reprendre le dessus.

* Dans la théorie complotiste Illuminati mise en œuvre tout particulièrement à travers le courant spirituel du New Age, il est annoncé la venue d'un homme - un nouveau Christ - qui focalisera toute l'attention planétaire à son égard dans un contexte précis. Il portera le nom d'Antéchrist, signifiant en grec " initié par le Divin ". Quand cet homme viendra, il est censé changer l'avenir du monde, tel qu'enseigné par l'Apocalypse biblique. En d'autres termes, après la destruction de notre monde, la terre deviendra bonne et l'homme un sage. Ce scénario abracadabrantesque a été écrit et planifié depuis longtemps sur des mensonges, cela ne correspondant aucunement à la signification du Zodiaque égyptien initial.

Selon une loi de la physique, pour que deux forces restent en équilibre elles doivent s'opposer avec la même force. Le fonctionnement de l'univers est toujours à la recherche de cet équilibre. Ainsi comme la physique le démontre, l'univers tend toujours vers l'équilibre, quelles que soient les forces qui s'opposent. De ce fait, le corpus prédateur, " les Archontes de la lumière sombre ", ont pour rôle de contrebalancer cette loi en la suprématie de la " lumière " dans la psyché des individus, et de leur faire oublier que " l'obscurité " et " la lumière ", les deux polarités de la dualité, reçoivent exactement la même dose d’énergie de la part de la Source originelle. C'est pourquoi le courant du New Age sublime la croyance que tout est amour, paix lumière... Le mouvement " Sataniste " prône quant à lui l'opposé : l'ombre, l'horreur, la terreur... En s'engageant et se positionnant dans l'un ou dans l'autre, les êtres humains sont ainsi piégés, leurs schémas de pensée entretenant le monde de dualité et son impossibilité à se transformer.

Qui plus est, dans une fin de cycle cosmique *, l'effet de l'énergie cosmique est accentué, donnant force et vigueur aux croyances New Age. Les croyances " Satanistes " distillées viennent alors " rappeler " dans la psyché de l'homme que l'ombre existe aussi et ne doit pas être rejetée. Elles viennent rétablir cet " oubli " en se présentant au grand jour afin de rééquilibrer dans la psyché nos croyances duelles, et empêcher la libération de l'individu par le recours à son unité intérieure.

* Cf. Prophétie du changement.

Les rituels sataniques révélés intentionnellement au grand public sont la représentation symbolique de " l'ombre, du mal, du déséquilibre " que l'humanité a généré tout au long de son évolution sous l'emprise du prédateur égo, et qui se révèle à elle, en cette fin des temps, en devenant " son miroir ".

Ces forces qui nous contrôlent, ou la réalité corrompue

Enchâssé dans ses puériles croyances, l'être humain croit se connaître, alors que noyé dans ses nombreuses tâches quotidiennes, il demeure le plus souvent étranger à lui-même, à ses rouages et profondeurs. Il avance ainsi à l’aveuglette, laissant livres, savoirs académiques et d’" illustres inconnus " extérieurs dicter ses raisonnements, influer sur ses opinions et convictions. Aveugle, il passe ses jours et nuits à tenter d’y voir plus clair, alors que la vérité est à portée de main. Cette vérité qui l'entoure de toutes parts lui demeure pourtant parfaitement inaccessible. C'est pourquoi dans cette noire caverne sa condition terrestre ressemble à une punition, à peine masquée par les artifices de ce qu'il appelle vaniteusement réussite (professionnelle, familiale, patrimoniale). Tant qu'il tourne la tête en direction des éclairages, des faisceaux lumineux que certains ont l’habileté d’allumer pour lui, il ne fait que sillonner les arcanes prometteurs que projette son perfide mental, ce dernier passant son temps à projeter ses propres fantaisies en un univers alambiqué, vide de sens.

Pendant ce temps, à l’ombre de cette éternelle illusion, le monde terrestre se structure impeccablement selon une logique complexe et inaccessible à son esprit humain hypnotisé. Ainsi, telle une Tour de Babel, une pyramide du chaos s’est édifiée sans limites au fil des millénaires. L’immense construction qui se dresse au milieu du Grand Néant subjugue son regard flatté par l’imposant ouvrage, le grouillement de vies convergeant vers un seul objectif, la laborieuse et active glorification du genre humain. Tels des insectes, des milliards d’individus vaquent à leurs occupations avec gravité, malgré une évidente absence de conscience. C'est ce qui les rend d’ailleurs parfaitement manipulables. Tirant leur force et orgueil de cet activisme obsessionnel, sans lequel ils pensent qu'ils ne pourraient survivre bien longtemps, ils sont coupés de leur identité réelle, ils s’oublient, n'existant que pour servir une entreprise globale : la ruche humaine, l'enclos des moutons. Ils ne voient pas que d’autres qu’eux se sont emparés depuis la nuit des temps de leur libre arbitre...

Ces individus, bien que d’apparence humaine, abritent bien souvent des entités dépourvues d'âme, qualifiées de démoniaques et/ou reptiliennes, ce qui apparaît bien sûr inconcevable aux moutons lobotomisés. Dotés d’attributs bien supérieurs à la normale, surnaturels, elles sont douées d’une indéniable supériorité, leur permettant de s'immiscer entre les Hommes et la Vérité pour mieux les gouverner. Les cerveaux humains sont de ce fait totalement sous contrôle depuis les origines de l’histoire à travers le réseau énergétique, appelé éthérique ou astral. L'humanité est bel et bien asservie à des intentions étrangères, accrochée à des fils, tels de ridicules pantins. Derrière les masques trompeurs, les véritables visages de ceux qui gouvernent la masse avec entrain sont monstrueux et effrayants. Ils n’ont d’humain que leur nom. L’illusion est parfaite puisque les apparences rassurantes suffisent à l’Homme, des apparences auxquelles ils adhèrent naturellement, quitte à se voiler la face.

Dès leur prime adolescence, ces forces invisibles privent les enfants de leur identité intime, s’emparant de leur jus énergétique propre, de leur aptitude à s’élever dignement. Enclavé dans son minuscule cerveau d’hominidé, inconscient, l’Homme ne peut se dresser contre l’invisible menace. Il peut tout au mieux la sentir et parfois l’entrevoir. Mais les dés sont jetés depuis bien longtemps déjà. Son destin est en fait scellé vers sa douzième année et, dès lors, il ne s’appartient plus. C'est pourquoi l’adolescence est bien souvent vécue comme une lutte, puis comme une " mise à mort ", définitive si un éveil ne se produit plus tard. Et lorsque celui-ci point, des " synchronicités " se présentent alors pour le corrompre et dévitaliser son escapade (propositions professionnelles alléchantes, plaisir sexuel…), lui faisant gentiment comprendre qu'il est préférable de continuer à se laisser porter par le courant. Les " pions " de la Matrice asservissante sont toujours placés aux bons endroits, comme sur un échiquier, pour entrainer par la jouissance, la vanité, l’ambition la perdition de la conscience. Ces êtres qui nous dominent et nous surveillent sont totalement inaccessibles à nos sens.

Ce qui nous empêche d'y croire, c'est le doute, cette fonction paralysante insérée dans notre cerveau pour nous empêcher de nous éveiller à la grandeur sacrée et libératrice de la Vie. Un simple code inoculé dans notre conscience, totalement programmée et programmable par ces entités prédatrices, pour que la peur nous tétanise et nous bride. Le contrôle est ainsi absolu, pyramidal et multidimensionnel. Nous venons au monde au cœur d’un consortium totalitaire de forces occultes omnipotentes, hermétiques, qui cultivent l’Homme avec une manifeste et absolue souveraineté. Leur pourvoir est sans limite, agissant directement sur la matière, la psyché et les éléments naturels. Il va sans dire que toute forme d’opposition est définitivement vouée à l’échec, et que le libre arbitre est pure illusion. Cette ruche est une mécanique minutieuse et parfaitement paramétrée selon les nombreux besoins des acteurs-victimes, les Humains, et les besoins insatiables en énergie humaine de leurs puissants bourreaux vampires. Nous sommes pris en tenaille au cœur d’un chassé-croisé complexe et inextricable, où ces forces fondamentalement malveillantes nous abrutissent depuis notre plus jeune âge, nous prive de toute objectivité, toute lucidité, nous conditionne au travail, et parfois, nous inocule quelque maladie pour se débarrasser d’un corps devenu impropre à son exploitation, celle de notre propre énergie vitale.

Le principe même de ce monde est l’anéantissement complet de toute intelligence et de capacité individuelle de réflexion, quand nous devrions chacun pouvoir développer au cours de notre vie terrestre ces mêmes capacités et y être encouragé. Cette destruction voulue de l’intelligence personnelle se fait au profit de la création d’un esprit unique à l’échelle planétaire, une pensée commune et uniforme, fidèle reflet de cette force invisible qui nous manipule. La globalisation, la mondialisation, " le nouvel ordre mondial ", n’en sont que la matérialisation en toute logique. Telle est la réalité du plan infernal qui se déroule à nos pieds, puisque nos yeux profondément endormis ne peuvent le voir.

S'extraire de cette gangue impose la remise en cause radicale de l’incroyable système mental inscrit en nous en lettres de feu. Elle passe par un profond travail d'épuration tant intérieur qu'énergétique, tant ces forces polluent nos corps physique, mental, spirituel et énergétique pour bloquer nos capacités. S'extraire du cerveau limitatif et élargir son champ de conscience nécessite de s’arracher coûte que coûte du " rôle " abrutissant et atrophiant que la Ruche nous a attribué. Il s'agit de devenir véritablement le Héros de sa vie, un athlète combattif qui se passe peu à peu de tout ce qui peut le rassurer et donc le paralyser, découvrant que se sortir de la mélasse est un Art sacré… Le sens même de la Vie, de l’Évolution, est inscrit dans cet acte : s’incarner pour renaître enfin au-delà de cette réalité corrompue.

 

Pratique rituélique

A la Gloire du Moloch *. A la Gloire de Bel. A la Gloire de Baal. Si le rituel Illuminati est de nature démoniaque, issu des différents cultes antiques (égyptien, sumérien, mésopotamien, babylonien, druidique...) liés au Soleil et à la Lune, toutes ses structures ne sont pas pour autant sataniques, c'est-à-dire destinées à représenter les instincts charnels de l’Homme, soit l’opposé de sa nature spirituelle. Ainsi les groupes attachés aux églises pratiquent des rituels n'ayant rien de maléfique, même s'ils en constituent les portails introductifs. Leurs rituels sont conçus autour des fêtes solaires, lunaires et astronomiques, détournées cependant de leur sens initial. Ils sont conçus pour impressionner et donner l'illusion de la connaissance, sans révéler pour autant les véritables secrets du mystère du Vivant. Et pour cause, il s'agit d'asservir, non de libérer l'être humain de sa condition d'esclave du système instauré.

* Le symbole du Moloch est la Chouette, animal nocturne. Le culte du Moloch, créature à tête de bélier, conduisait à des sacrifices humains.

A l'origine des sacrifices humains

Les recherches * démontrent que le Seigneur gouvernant et ses élites ont depuis longtemps pratiqué les orgies sexuelles, le " Château " étant aussi un harem. Ainsi en Égypte antique, il est avéré que les enfants y participaient, tout comme le fait que le Pharaon épousait parfois sa mère, ou que la mère couchait avec son fils, afin de faire perdurer la lignée. Il y avait aussi des sacrifices humains, et parfois du cannibalisme avec les captifs. Ainsi la viande de pénis ennemie était considérée comme de la nourriture magique, pouvant sécuriser l'immortalité de Pharaon. Il y a de nombreuses manipulations et des désinformations sur ces rituels. Dans l'Orient sémite, Baal (Bel Mardouk) était aussi un dieu cannibale, avec la figure d’un dieu père. Il est un avatar de Zeus, Yahvé, et de " Dios ", le dieu jupitérien de la Bible. Ce type de culte se perpétua avec les conquêtes d'Alexandre le Grand, des Grecs et des Romains en Europe.

Le système enseigné aux peuples par les religions se veut simple et positif. Pourtant, il cache de manière codée les mystères de sa perversité au plus grand nombre. Les dieux dits du Ciel ne sont en fait que l'élite de l'humanité, installée dans un faux paradis par une prêtrise dévoyée. Et pendant que le peuple adore les dieux, c'est la " fête au paradis ". Ainsi Caligula (règne de 37 à 41) qui, ne pouvant pas exécuter sa fille car elle était vierge, a violé l'enfant de 7 ans avant de la couper en deux. Néron (règne de 54 à 68) a empoisonné son frère et décapité sa première femme pour en offrir la tête à la seconde, la nouvelle épouse plantant des épingles à coudre dans sa tête. Héliogabale (règne de 218 à 222) a passé son règne à chercher un médecin capable de lui donner un corps de femme. Dès l'âge de 14 ans, il se déguisait pour chercher des jeunes hommes dans les bordels et voulait se faire castrer. Tibère (règne de 14 à 37) quitte Rome, laissant le pouvoir à l'armée, pour aller vivre à Capri et violer des enfants dans ses orgies. Commode (règne de 180 à 192) aime les arènes et les sacrifices. Il aimait décapiter des lions en public, jusqu'à 100 par jour. Caracalla (règne de 211 à 217) a assassiné sa femme et son frère. À Alexandrie d’Égypte, des petits farceurs ayant décidé de faire une pièce de théâtre pour se moquer de ses crimes, il les a tous fait massacrer, soit plus de 20.000 personnes. Dioclétien (règne de 284 à 305) tuait les chrétiens. Il en a fait décapiter et crucifier à la pelle. Domitien (règne de 81 à 96) aimait les prostituées et tuer les membres du clergé.

Ce ne sont que quelques exemples dans une liste qui, jusqu'à nos jours, perpétue la prédation inhérente au système établi.

* L’Hymne cannibale est connu des égyptologues depuis la redécouverte des Textes des Pyramides en 1881 lors de fouilles sur la nécropole de Saqqarah. L'Hymne n'apparaît que dans les deux plus anciennes pyramides à textes, celle d'Ounas, le dernier représentant de la Ve dynastie, et celle de Téti, son beau-fils et successeur, le premier souverain de la VIe dynastie.

C’est également à travers les rituels et ses invocations que l’énergie des membres est transférée vers l’égrégore pour le nourrir et lui donner puissance, en l'occurrence négative. C'est pourquoi on parle de magie noire, voire satanique quand le sang est versé. Il a toujours en effet été considéré comme la solution la plus efficace pour accroître l’intensité du rituel et le transfert énergétique humain recherché. En effet, le sang est le liquide physiologique qui concentre l’énergie de la tête, puissance psychique, l’énergie du cœur, et la force du bassin par l'énergie sexuelle et l'énergie du ventre (des tripes). Siège des passions et des désirs, signe distinctif de la conscience animale, les soldats guerriers ont de tout temps été galvanisés lorsqu'il coule sur le champ de bataille. Le sang rouge est polarisé par le fer de Mars, et c'est sous l'impulsion du dieu nordique du tonnerre et de la guerre Thor, au chariot tiré par deux boucs* et tenant un marteau menaçant, que le fer dans notre sang vient nous marteler les tempes !

A l'échelle collective ils sont calés sur un agenda lié à la cyclicité du temps dans le monde entropique terrestre. Ainsi le 14 juillet révolutionnaire sanglant, célébré chaque année par les illusionnés du système dansant au bal des flonflons, et qui offre de temps à autre une célébration mortifère tel à Nice en 2016...

* En grec, bouc se dit tragos. Il symbolise une cérémonie qui mêle exaltation frénétique et répulsion, qui mélange sacré et barbare, afin d'affirmer par la dimension tragique la force vitale par-delà la mort.

Figure de référence

Le pentagone étoilé est la figure du nombre 5, symbole de la présence de l’Amour divin, de sa lumière. Si dans les plans supérieurs tout est Amour, c’est loin d’être la réalité du monde terrestre matériel. La force suprême de l’Amour a été inversée par certains esprits humains encore dans les ténèbres de la conscience, faisant le choix par leur libre arbitre de ne pas honorer le Bien dans sa version la plus élevée. C’est pourquoi maints groupements à caractère " satanique " utilisent le pentagramme étoilé de manière inversée comme emblème (Cf. image). Par sa vibration il figure l’Amour inversé, soit la haine, le fanatisme, la sexualité dévoyée, la magie noire ….

Rituels sacrificiels

Les sacrifices humains et les offrandes aux dieux sont de très vieux concepts qui existent depuis le début de l'histoire du monde dans toutes les civilisations. Ils font l’objet de rituels occultes spécifiques qualifiés de satanistes, répondant à la conviction qu’en les contrôlant c’est le monde que l’on peut contrôler. Ces rituels ont pour fondement contemporain "la Loi de Thelema ", qui serait exprimée dans le Book of The Law (Liber AL vel Legis ou Livre de la Loi), " dictée " à Aleister Crowley en 1904 en Égypte. Ils ont été mis en œuvre par la secte Ordo Templi Orientis (O.T.O.), " Ordre du Temple de l'Est " ou " Ordre des Templiers Orientaux ", une organisation fraternelle et religieuse œuvre du chimiste Karl Kellner (1851/1905) et de Theodor Reuss (1855/1923). Sa structure est similaire à celle de la Franc-maçonnerie, avec une série d'initiations à des grades successifs. L'O.T.O. comprend également l'Ecclesia Gnostica Catholica ou Église Gnostique Catholique, qui représente la branche religieuse de l'ordre, reconnue comme telle aux États-Unis depuis 1979. L 'O.T.O. compterait 3000 membres dans 58 pays dont la moitié aux États-Unis. Elle a à sa tête un " Chef Visible de l’Ordre " (Outer Head of the Order), élu par les membres du Souverain Sanctuaire, soit les plus hauts grades.

De plus en plus émergent ce qui avait été dissimulé jusqu'alors, à savoir la pédophilie et les rituels qualifiés de sataniques qui lui sont associés. Ceux qui s’adonnent à cette activité criminelle utilisent les structures des sociétés occultes pour se dissimuler. Il y a des situations dans lesquelles des hommes très influents tuent des enfants au cours de rituels, et même si le grand public en réfute l'idée, leur confirmation est en cours à l'instar des cas de harcèlement sexuel qui se révèlent désormais. En fait, le terme pédophile n’est pas approprié. Ceux qui tuent des enfants dans des rituels ne sont pas des gens qui " aiment " les enfants et qui veulent prendre du plaisir. Ce sont des gens qui pensent qu’il est nécessaire pour eux de sacrifier un enfant pour atteindre un objectif supérieur. Cela n’a rien à voir avec une satisfaction sexuelle. Il s’agit plutôt de la qualité du sang qui est disponible. Et le sang des enfants a plus d’énergie et une qualité plus pure *. C’est de la magie noire, du satanisme.

* Les techniques d’éternelle jeunesse, des bains de sang de la comtesse hongroise Erszébet Bathory (1514/1614) et du compagnon d'armes de Jeanne d'Arc Gilles de Rais (1405/1440)  aux rites des satanistes actuels ou des raëliens, démontrent sans contestation l'emprise de la force prédatrice sur leurs adeptes, qu'ils soient des entités hybrides, des anthropoïdes (portails organiques) et des humanoïdes ayant choisi de servir ces forces.

Cf. Les psychopathes qui nous gouvernent.

Le magicien noir

Le britannique Aleister Crowley (1875/1947) est probablement le magicien noir le plus populaire à Hollywood et dans l'industrie de la musique. Il a influencé un grand pourcentage des musiciens de la rock / rap / hip hop des 50's, 60's, 70's, 80's and 90's (Bowie, Mick Jagger, Jimmy Page, Genesis, Jimi Hendrix, Ozzy Osbourne, Jaz Coleman, Iron Maiden…). Son visage apparait sur la pochette de l’album Sergeant Pepper's des Beatles. Il fut accusé d'être celui qui a inventé les messages subliminaux dans la musique. Il utilisa le sexe, l'usage de drogues et les rites sataniques pour s'allier des forces occultes.

Dans la kabbale anglaise, hébraïque et grecque, l'addition des lettres composant " Aleister Crowley ", nom qu'il choisit lui-même, donne le nombre de la Bête de l'Apocalypse biblique, 666. Initié au sein de la société occulte Golden Dawn, il s'en détache rapidement pour poursuivre sa propre voie ésotérique, fondée sur une " magie sexuelle " sans tabou. Après avoir voyagé en Asie, il se rapproche de l'Ordo Templi Orientis, une société ésotérique allemande qui pratique sa propre " magie sexuelle ". Aleister Crowley devient le maître de la branche britannique de cet ordre.

Dans son ouvrage Magick in Theory and Practise (Théorie et pratique de la magie), il indique que " pour les plus hauts travaux spirituels on doit (…) choisir une victime ayant la plus grande et la plus pure énergie. Un enfant mâle d'une parfaite innocence et d'une haute intelligence est la victime adéquate la plus satisfaisante ".  Dans The Law Is For All (La loi est pour tous), il écrit : " De plus, la bête 666 (lui-même) conseille que tous les enfants soient, dès le plus bas âge, accoutumés à assister à tous types d'actes sexuels, ainsi d'ailleurs qu'au processus de la naissance, de peur que le brouillard du mensonge et du mystère n'impressionne leur esprit, ne contrarie et ne fausse leur système subconscient de symbolisme .../... Notre travail est par conséquent historiquement authentique ; il s'agit de redécouvrir la Tradition sumérienne. " Le Livre de la Loi (Liber AL vel Legis sub figura CCXX), constitue la base de son système philosophico-religieux nommé " La Loi de Thelema ".

L'inauguration du Nouvel Ordre Mondial dans toute sa " splendeur "

L'inauguration le 1er juin 2016 du nouveau tunnel suisse du Saint-Gothard signe l’émergence aux yeux de tous du monopole Illuminati à venir. Pour la première fois sont dévoilés au monde entier, en présence de nombre de dignitaires du système (Angela Merkel, François Hollande...), tous les symboles et rituels de son identité. Simple choix de création chorégraphique argueront les serviteurs zélés ou les endormis du bulbe cervical ...

 

La réalisation du dessein

La prédation extra-terrestre * qui gouverne de la 4ème dimension de réalité les relais humains terrestres aux commandes - les Illuminati - influence ces gouvernants de l'ombre afin de conduire l'humanité sur un chemin d’autodestruction. La majorité des individus étant inconsciente, indisciplinée, égoïste et stupide, les Illuminati n’ont aucun scrupule à les contrôler et même à les tuer. L’humanité ne vaut rien. C’est ce que pensent ceux qui nous dirigent et, sur ce point, il est difficile de leur donner tort tant les humains emploient leur pouvoir, leur créativité et leur intelligence à se rendre minables, misérables et impuissants. Leurs sujets de prédilection sont le sport, la politique, les potins de la jet-set... Il n'y a qu'à constater les repas et soirées à refaire le monde, stériles et sans le moindre intérêt.

Se nourrissant des émotions de peur et de souffrance, elle a nécessité pour sa propre survie la terreur par toutes les manières, entraînant un état de confusion et de déséquilibre. C'est pourquoi elle manipule notre civilisation par des distorsions de toute sorte et des mensonges philosophiques qui égarent le plus de monde possible. Nous vivons ainsi dans un monde effrayant, à l’envers, où tout ce que nous chérissons comme bon, noble, honnête et juste a été perturbé, souillé, déformé et enlaidi. Non seulement nous considérons que c’est normal, puisque telle serait la nature humaine, mais nous refusons de regarder en profondeur le pourquoi de cette corruption humaine, préférant le refuge du déni à la remise en cause de l'histoire officielle dispensée. Il s'agit pourtant bel et bien d'un pillage de notre réalité d'humanité à volonté.

C'est pourquoi l’Apocalypse de saint Jean préfigure l’avenir. Non parce que c’est prédestiné, mais parce que ceux qui commandent le monde veulent absolument que les prédictions se réalisent. Et comme le pouvoir se gagne d’abord sur le plan des idées, de la pensée, l'influence est le moyen privilégier pour manipuler les individus. Et cette façon d’influencer est un secret, partagé par les hauts grades des sociétés occultes, les familles puissantes et les hommes aux commandes. Si on les trouvait avant dans les temples et cathédrales ou autres lieux sacrés, ils ont maintenant leur bureau dans les banques centrales. Ce sont les leviers du pouvoir, là où se forment les idées et où on avance dans une certaine direction. Car il ne suffit pas d’imprimer de l’argent, de le distribuer et de dire " j’ai le pouvoir ". Le pouvoir, c’est gagner la confiance des gens pour les pousser à se dépasser, à l'instar du système bancaire et financier qui est basé sur la confiance. Si des millions d’individus font confiance, alors une influence peut être exercée sur eux, en les mettant sous pression ou en leur donnant des drogues, des substituts. Aujourd’hui, il y a des drogues chimiques et électroniques, dont le téléphone portable et les émissions de télévision. Les gens sont ainsi sursaturés de signaux et de poisons, le fluor particulièrement. En l'état atrophié de la conscience humaine, le Nouvel Ordre Mondial, établi dans les faits depuis longtemps, apparait paradoxalement comme une bénédiction pour l’humanité. Si l'être humain y perd en effet une grande partie de sa liberté, sa " vraie " liberté, l’humanité vit à peu près en paix. Ainsi, amenée à être réduite des 10/12° de sa population, la plupart des gens ne sauront pas pourquoi. Et cela arrivera...

* Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante & Comprendre et apprivoiser la prédation.

" L'agenda " des Illuminati pour la mise en place de leur Nouvel Ordre est fabriqué à partir d'un modèle astrologique - le Zodiaque de Dendérah - issu de connaissances sacrées antiques manipulées *, qui prend en compte les cycles du soleil, de la lune et des planètes. Les prophéties bibliques étant elles-mêmes le fruit de ces connaissances, elles livrent sous forme codée et métaphorique les étapes de la Fin des Temps sur lesquelles est calé le mode opératoire du corpus prédateur involutif qui repose sur deux objectifs. Leur connaissance permet ainsi d'établir les corrélations avec les événements constatés, aucune date n'étant le fruit du supposé hasard. Il en découle un calendrier, outil de programmation. Il programme la culture, les gens, la société qui s'en sert. Il crée une boucle rétroactive entre l'esprit de l'utilisateur et son programme. La nature du calendrier détermine la nature de la société.

Le premier objectif est la ruine progressive puis l'effondrement des États-nations, conduisant tout particulièrement à la destruction de la civilisation occidentale sous sa forme actuelle. Il combine pour ce faire crises économiques, affaissement des valeurs, disparition des frontières et immigration massive, fuyant les combats et la pauvreté. En parallèle, l'édification en cours d'une nouvelle religion à vocation universelle - le New Age scientiste, autrement dit le transhumanisme - sur les ruines des grandes religions traditionnelles permettra de " sacraliser " l’œuvre à l'issue du chaos social, économique et politique. Il constituera un puissant levier d'adhésion des masses avec la venue d'un Antéchrist rédempteur. La pyramide pourra ainsi voir au plus haut niveau la caste des élus régner sur le gigantesque troupeau des esclaves.

* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen.

" Ordo ab chao ", la formule hermétiste détournée

Ces trois mots latins renferment le plus grand mystère de l’Univers, au cœur des secrets des alchimistes médiévaux en quête de la perfection intérieure et de la pierre philosophale. Cette formule est aussi la devise et l’emblème de la Franc maçonnerie hermétique, dont l’origine remonte à l’Égypte ancienne. Les Illuminati l'utilisent pour la réalisation de leur plan machiavélique connu sous l’appellation de Novus Ordo Seclorum, le "Nouvel Ordre des siècles ", dont le but ultime est l’asservissement total de l’humanité. La Franc maçonnerie actuelle étant une ramification de cette organisation secrète aux visées obscures qui l’a infiltrée, cette formule est ainsi devenue l’expression d’une " doctrine luciférienne " conduisant à son point d'orgue entropique, le satanisme.

Les anciens alchimistes représentaient cette formule à l’intérieur d’un serpent (ou dragon) se mordant la queue, appelé ouroboros, symbole de l’accomplissement du " Grand Œuvre " car représentant le retour à l’Unité primordiale, l’Un, la substance primaire de l’Univers, dont procède toute chose. Il s’agit de la force ultime de l’Univers, à l’état non manifesté et chaotique. Cette énergie primordiale, universelle et infinie, est inaccessible au mental humain, bien qu’elle soit la source de notre Divinité, la racine de notre Être profond. Elle est animée d’une conscience unique qui est partout. C’est l’énergie créatrice de l’Univers, l’énergie d’Amour universel, l’essence de toute chose. C’est cette énergie universelle qui permettait aux alchimistes de transformer le plomb en or, ou plus précisément d’atteindre la perfection, la divinité intérieure et de la rendre manifeste sur terre. Cette énergie a le pouvoir absolu sur la matière, pouvant la pénétrer la matière jusqu’au centre de l’atome, la transmuter et libérer l’énergie créatrice et la divinité à l’intérieur de nos atomes, de notre ADN quantique. Elle était le secret bien gardé des alchimistes qui ont réussi la transmutation.

Cette énergie unifiée de l’Univers représente la conscience divine qui est partout et en toute chose. C’est le " point zéro " de l’Univers, au-delà du temps et de l’espace *. Toutes les forces opposées, antagonistes, qui se manifestent sur le plan de la dualité, sont unifiées en un point, le point zéro, le point de fusion avec le Tout. Il n’y a plus de dualité, plus de lutte, plus d’obscurité à ce niveau-là. Tout est amour, joie, paix et perfection. La voie de la maîtrise ou de la transcendance commence quand notre conscience touche le point zéro et s’unifie avec le Tout. A ce moment-là, on a le pouvoir absolu sur les forces des ténèbres, la capacité de dissoudre n’importe quelle énergie et de créer une nouvelle réalité directement à partir du néant, le chaos primordial, qui est conscience, information et énergie créatrice.

Dans les traités d’alchimie, le dragon est le symbole central. Les trésors sont toujours gardés par les dragons, qu’il faut d’abord tuer pour pouvoir pénétrer dans la caverne où ils se trouvent. Cette caverne représente notre centre où réside notre Divinité, le trésor. Ainsi, l’alchimiste qui commence le Grand Œuvre tombe d’emblée sur une bête noire, un monstre, très vénéneux, qui lui barre la route vers son trône. Il doit pouvoir le vaincre et l’écarter de son chemin pour accéder à son trésor. Pour y arriver, il doit être armé d’une épée et d’une armure pour neutraliser ce monstre. L’épée et l’armure représentent la Connaissance et la Lumière de Dieu la substance, l'UN l'essence, qui permettent à l’alchimiste de venir à bout de la bête et de transformer le plomb en or.

Cette bête noire représente les forces inconscientes et obscures dans l’être humain qu’il faut transmuter et vaincre pour accéder à une dimension supérieure de notre Être, la demeure de la divinité. Aussi le dragon incarne notre partie sombre et ténébreuse. Il est le gardien de la dualité, que l'on appelle aussi gardien du seuil. Il est la personnification et l’accumulation en nous de tout ce qui est noir, obscur et vicieux. C'est pourquoi il est associé à toutes les forces obscures de l’Univers. L'égo-mental *² est sous le contrôle de ces forces obscures de l’inconscient personnel et collectif. Son énergie de base est la peur et le contrôle. Toute personne qui est sur la voie de l’éveil de la conscience doit à un moment donné affronter ce monstre intérieur et le vaincre pour se libérer complètement des forces obscures du mental et de l’égo et s’unifier avec sa partie divine.

Les forces occultes derrière l’organisation secrète des Illuminati sont la personnification extérieure de ce dragon en nous que nous devons affronter et vaincre pour obtenir la libération. Elles manipulent l’humanité à travers ses peurs, ses faiblesses et son ignorance. Tant que nous n’avons pas encore réalisé l’union avec la Divinité en nous, nous sommes sous le contrôle de ce dragon intérieur qui fait partie de cette organisation secrète de l’ombre et œuvre pour elle, sans que nous en soyons conscients.

En effet, une grande majorité de l’humanité fonctionnent à partir de l’égo, sans en être conscients. Même les gens soi-disant spirituels sont souvent sous l’influence de l’égo " spirituel " sans le savoir. L’égo est sous contrôle des forces de l’inconscient symbolisées par le dragon. L’égo est une marionnette de ces forces invisibles et son comportement est dicté principalement par la peur et la survie. Il est donc plus facile pour les Illuminati de manipuler les humains derrière le rideau, en créant les problèmes et les crises de toutes pièces qui désespèrent les gens pour ensuite apporter leur solution, se faisant apparaître comme les sauveurs. C’est la stratégie du chaos (problème – réaction – solution) qu’ils ont toujours appliqué à travers l’histoire pour mener le monde vers un Gouvernement mondial sous leur autorité.

Tant que l’être humain n’a pas élevé sa conscience au-delà du mental pour accéder à la force divine infinie qui est dans notre ADN quantique, il n‘a aucun pouvoir sur sa vie. Il est le jouet des forces de l’inconscient qui le manipulent à travers la peur, la souffrance et l’instinct de survie. C’est pourquoi les forces de l’ombre qui contrôlent le pouvoir et l’argent utilisent la formule " ordo ab chao " en fabriquant des problèmes et des crises que l’humanité ne peut résoudre. Les gens désespérés et impuissants devant les problèmes qui les dépassent, sont alors prêts à accepter les solutions qui limitent leur liberté en échange de la protection et de la sécurité. Dans ce cas de figure, la formule " ordo ab chao " est effectivement l’expression d’une doctrine luciférienne, qui fait émerger un ordre nouveau, à partir des forces obscures de l’inconscient, manifestées sous formes de peur, d’insécurité et de chaos émotionnel des gens.

L’humanité se trouve à un point final où elle doit affronter cette bête et la vaincre ou se laisser asservir par elle. Ce monstre s’est donné un visage sympathique et se présente au monde sous l’appellation " Nouvel Ordre Mondial ", prônant un ordre mondial fondé sur la peur et la loi du plus fort.

D’un autre côté, l’être humain qui fonctionne à partir du cœur, est celui qui a vaincu les forces inférieures de l’égo (le dragon) et a réalisé la fusion avec l’énergie universelle. La peur n’est plus le moteur de sa vie, mais l’Amour universel et la responsabilité. Son centre de gravité n’est plus dans l’égo ou le mental, mais dans la conscience universelle, au-delà du temps et de l’espace. Il vit dans l’instant présent et avance vers l’inconnu avec sérénité. Il sait se servir de l’énergie de sa conscience pour transmuter l’énergie de chaque situation et créer directement une nouvelle réalité à partir de la conscience supérieure, le non manifesté, l’énergie créatrice de l’Univers. C’est un être libre et souverain, car les solutions qu’ils créent font partie de l’ordre divin qui se manifeste à travers lui. Au niveau supérieur, la formule " ordo ab chao " représente l’énergie cosmique dans son état non manifesté et chaotique. C’est le néant, le vide cosmique, d’où émane toute chose. Ce vide est plein, car il est conscience, énergie et information.

L’ordre naissant toujours du chaos ou du désordre, la question fondamentale est de savoir si c’est à partir de la peur ou de l’amour universel qu’émergent les solutions. La peur conduit à l’asservissement, alors que l’amour universel conduit à la liberté. A chacun de choisir son maître : l’égo ou le cœur.

* Cf. Fin de cycle (1) : fin du temps ou fin des temps ?

Cf. Décryptage de l'égo.

Le second objectif qui déroule son objectif mortifère depuis plusieurs années déjà n'est ni économique ni politique. Il vise à ébranler la psyché de l'humain embrouillée dans son illusion. Orchestré sous le nom de " projet Blue-Beam ", Il voit la révélation progressive des abominations du système établi, pour que celles-ci soient littéralement " jetées " à la conscience de l'humanité sous la forme de révélations explosives et extrêmement choquantes, comme par exemple les scandales sur la pédophilie gouvernementale et religieuse, les rituels sataniques, les manipulations scandaleuses du monde de la finance, toute la panoplie des scandales médicaux et alimentaires, la révélation sur l'existence de la vie extraterrestre et des voyages interplanétaires, les technologies de pointes ultra-secrètes utilisées par le gouvernement secret... Ce programme de révélation " tous azimuts " est planifié pour déstabiliser la psyché de l'humain et créer un climat de panique parmi les populations. Les affrontements armés ou les manifestations qui ont lieu partout dans le monde ne sont, pour l'instant, qu'un écran de fumée pour en dissimuler la raison d'être. Cette manipulation psychologique et de détournement de la pensée consiste à emprisonner mentalement le plus de personnes possibles par leurs propres vibrations mentales et émotionnelles nourries de peur. Avec le chaos sociétal planifié, l'objectif final est d'amener les humains à chercher le salut dans la foi en l'existence d'un " sauveur les délivrant du mal ", qui rétablira la paix dans ce monde...

Principales étapes du plan d'actions

Ce projet néo-totalitariste - d’aucuns diraient un " reich utopique " -, se cachant derrière les paravents de la démocratie occidentale, est en œuvre depuis les années soixante, et plus particulièrement la fin des trente glorieuses, monde quelque peu symbolique du capitalisme triomphant de l'après seconde guerre mondiale, et que beaucoup s'illusionnent de retrouver. Il s'appuie sur les principaux aspects suivants, destinés à nous conditionner.

Développement d'une culture du chaos.

Elle se traduit entre autres par l'uniformisation et l'enlaidissement des métropoles et centres urbains, vidés de leurs commerces, voyant la destruction de leur centre historique, et transformés en une succession de ghettos sans plus aucune cohésion ethnique, historique et culturelle. Le sentiment de crise est distillé par la succession de crises financières dans le fonctionnement de l'économie, générant peurs, angoisses et incertitudes. Le nivellement vers le bas des populations est permis par l'abaissement continu de l'enseignement et le contenu éditorial médiocre des médias d'information et de divertissement, tout particulièrement audiovisuels – ainsi la suggestion hypnotique répétitive des chaînes d’information continue -, à quoi s’ajoute la stimulation permanente de nos plus bas instincts (sexuel, agressif et compétitif, besoin artificiel et éphémère…) et la multiplication de scandales sexuels, tout particulièrement à caractère pédophile. La suppression du service civique national conduit quant à lui à celle de la fierté d'appartenance communautaire.

Les drogues participent aussi de l'entreprise de destruction, les gouvernements ayant tout intérêt à les propager de façon contrôlée. Non seulement il y a beaucoup d’argent en jeu, mais elles permettent de calmer les gens, tout simplement. Quand ils sont drogués ou assis devant leur téléviseur, les gens ne se rebellent pas, il n’y a pas de révolution. Le fluor, l’alcool, les drogues, la télévision, les mobiles, Internet et les jeux vidéo sont des tranquillisants de masse. Le rôle d’un gouvernement, d’un roi ou d’un seigneur est de contenter le peuple. Si le peuple est content, le système fonctionne. Quand on dirige une association, une société ou une organisation, il faut satisfaire les gens.

Enfin, le renforcement constant de la surveillance électronique prépare les individus à leur état d'esclaves du Nouvel ordre à venir.

Substances de résonance psychique et physique.

Une substance dangereuse est le fluor, qui permet à l'organisme de recevoir des messages, des fréquences d’impulsion de l’extérieur. Par un phénomène de résonance, il est sensible aux éléments extérieurs qui contiennent du fluor, tels que les téléphones portables qui ont des semi-conducteurs qui en contiennent dans la coque. Il y a aussi les ampoules électriques fluorescentes, émetteurs qui envoient des fréquences d’impulsions qui entrent en résonance avec l’organisme. Il n’y a pas que le fluor. Tous les halogènes, le brome, le chlore, l’iode, permettent une résonance physique à des programmes qui agissent sur l’inconscient, celui-ci suggérant qu’on ne peut pas se développer seul. Seuls les êtres humains qui ont appris, par une pratique répétée et des connaissances appropriées, à ne plus être en résonance avec les ondes de haute fréquence, indépendamment de leur alimentation, peuvent se protéger.

Destruction des Nations.

Elles sont fragilisées par la multiplicité des révolutions politico-religieuses et des crises financières, renforçant les écarts de richesses et appauvrissant les classes intermédiaires. Par leur dépendance aux structures, institutions et organismes à caractère international, de nombreux pays ne sont déjà plus que des façades, sans réel pouvoir, comparables à des colonies. Ils sont intoxiqués avec l’ennemi " imaginaire et fantasmatique " fabriqué sur mesure, tout particulièrement l’islam fondamentaliste.

Par ailleurs, le multiculturalisme est utilisé comme entreprise de destruction. Ainsi la question posée de l'intégration de la Turquie à l’Europe pour créer encore plus de confusion. La conviction est que si les gens se mélangent, ils seront moins intelligents et plus facilement gérables. Le mélange a ainsi fonctionné en Yougoslavie, où la nation était forte et solide, politiquement et économiquement. Mais par le développement d'une haine ethnique la nation s’est dissoute. C’est la même chose au Soudan, en Afrique en général. Il n’y a aucun problème à manipuler des masses populaires qui s’entretuent.

Quant à la légitimation des " guerres-business " (ex Afghanistan, Irak, Lybie, Syrie…), manipulées par les arcanes occultes, elle permet des arrestations " préventives " aux allures de Gestapo, une détention sans procès et sans limitation de durée d’étrangers susceptibles de représenter un danger pour le pays, habituant de ce fait à l'arbitraire.

Il en est de même avec la colonisation de toute la surface de la Terre, entraînant la destruction des grandes forêts, des réserves naturelles, de la nature sauvage et des animaux. Il s'agit aussi de couper au maximum les liens de la famille, d'encourager le travail au détriment de l'instruction, de banaliser la prostitution comme le culte de l'argent roi. Enfin, l’immigration de masse est encouragée, la propagande " multiethnique " des officines humanistes s’efforçant de nous persuader qu’elle est inévitable. Il n'y a nulle conséquence inéluctable de l’histoire, seulement un plan préparé visant à détruire complètement le visage du monde.

Instauration d'une nouvelle religion mondiale.

La précession des équinoxes du calendrier zodiacal voit la fin en ce début du XXI° siècle de l'ère des Poissons, constellation propre aux grandes religions du Livre. Une nouvelle religion est en cours d'installation, à vocation universelle avec son étoile centrale Polaris. Elle est annoncée comme celle de l'amour universel, masquant sa véritable nature aux masses ignorantes car manipulées et anesthésiées. Elle s'appuie sur le dogmatisme de l'Islam, quels que soient ses courants, soit une religion de fidèles endoctrinés et disciplinés.

Il n’y aura cependant pas de religion unique comme le christianisme ou l'islam, mais un " messie " de la " fin des temps ". L’humanité devra accepter l’image de ce Dieu supérieur, un être suprême. Il pourrait être de la lignée de Jésus et de Marie-Madeleine *, pensée qui recueille en ce moment le plus d’adhésion compte-tenu du fait que la vérité sur le destin de Jésus n’a pas encore été publiquement dévoilée, les mensonges divulgués par le clergé ayant encore beaucoup trop d’influence. Apparaîtra dans la foulée une nouvelle forme de royauté et de clergé, car pour un gouvernement mondial il est très important de pouvoir présenter quelqu’un qui descend directement de Jésus de Nazareth. Le monde voulant une preuve scientifique, elle lui sera donnée …

Instauration de l'anglais comme langue universelle, puis évolution vers le " globish ", à l'image du " novlangue " (traduit de l'anglais Newspeak), le langage officiel " d’Océania ", inventé par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949). Le principe est simple : plus on diminue le nombre de mots d'une langue et plus on fusionne les mots entre eux, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir en éliminant les finesses du langage, plus on rend les gens incapables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l'affect. Par la simplification lexicale et syntaxique, la mauvaise maîtrise de la langue qui en découle rend ainsi les gens stupides et manipulables par les instruments de propagande massifs tels que la télévision. Langue inquisitrice maniée par de pseudo-intellectuels – les philosophes et experts des plateaux de radio-tv -, elle stigmatise, diabolise (ex antisémite, négationniste, révisionniste…) et disqualifie tout esprit critique et de synthèse Elle rend de ce fait impossible l'expression d'idées critiques ou hétérodoxes potentiellement subversives, et évite toute formulation critique de l’État, l'objectif ultime étant d'aller jusqu'à empêcher l'idée même de cette critique. Ce concept illustre également un propos du mathématicien et logicien britannique Bertrand Russell (1872/1970) assurant que nul problème ne pourra être résolu, voire perçu, si l'on prend soin d'éliminer au départ toute possibilité de le poser.

C’est le triomphe des dérives de la " Raison Mathématique ", de sa foi dans un progrès infini, qui veut diviniser, décorporer, désincarner, pour conduire à la mort définitive de l’Âme et à la célébration de l’immortalité biotechnologique. Une Super-Humanité mutante, pour le festin gargantuesque du système prédateur.

* L'auteur du fameux " Da Vinci Code " Dan Brown étant franc-maçon, sa mission est de préparer l’humanité à quelque chose, à savoir que le leader spirituel du Nouvel Ordre Mondial soit issu d’un lignage dans lequel Dieu s’est uni à une femme. Ce sera un lignage très ancien, parce qu’il existe. Il sera un descendant des extraterrestres et des hommes reptiliens, ce qui n’est absolument pas un délire. Il peut être prouvé génétiquement.

 

Source

Le dessein est porté par l'idéologie révolutionnaire propre à chaque grand courant de pensée - communisme, trotskysme, nationalisme, capitalisme, sionisme -, qui s'affrontent sur le terrain des idées comme des batailles. Ils conduisent chacun au grand fatras civilisationnel (" ordo ab chao "), avant que de laisser place par nécessité à un hyper Empire, présenté ironiquement comme une hyper-démocratie...

Le Frankisme, ou l’idéologie révolutionnaire satanique

Jakob Frank (1726/1791) se présenta comme la réincarnation de Sabbataï Tsvi, un faux messie juif mystique fondateur de la secte des Sabbatéens au XVII° siècle, avant de se convertir au catholicisme polonais, entraînant dans son sillage de dix-mille à vingt-mille juifs venus de Pologne, d'Ukraine, de Hongrie, de Roumanie et des Balkans. Il poursuivit l'enseignement de Sabbataï Tsvi, qui prêchait la clandestinité totale, la transgression de la Loi juive et le rejet du Talmud, de la Torah et des juifs talmudistes (orthodoxes), tout en restant fidèle, en secret, à la Kabbale et à son ouvrage de référence le Zohar. Véritable gourou apocalyptique et messianique, il prôna la destruction de l’ordre social (nation, famille, race, religion, propriété privée), ainsi que l’inversion de la moralité de la Torah par la rédemption de tous ceux qui avaient été punis par Dieu, y compris le diable, prêchant la transgression dans tous ses excès (assassinat, viol, unions sexuelles interdites, orgies, inceste, consommation de sang…). Par-là même, il prêchait la rédemption par le péché pour tous...

Ses successeurs connurent une ascension fulgurante, en étant anoblis par l'Église suite à leur conversion, et maintinrent la flamme du groupe par intermariages, transformant ainsi le mouvement en secte hérétique. Elle dévia, sur trois générations, vers le nationalisme et l'antisémitisme pour la majorité de ses descendants, vouée non seulement à l’éradication et à l’humiliation de la majorité de la communauté juive, mais aussi de toutes les religions. Ils ont exploité les idéaux sionistes pour déguiser leur quête de domination du monde. Pour Jacob Frank, la destruction anarchique représentait tout l’éclat sataniste, tous les tons et les harmoniques du mot la Vie.

Ce mouvement permet de comprendre le phénomène du converti. Il symbolise toutes les déviances possibles que peut occasionner la mystique si elle est trop idéalisée, aux dépens de la (vraie) religion, allant jusqu'à symboliser le converti réactionnaire dans une nouvelle religion manipulée. Cette mystique mortifère a essaimé aux quatre coins de la civilisation occidentale par ses adeptes (Eva Frank, Franz-Thomas von Schönfeld, Karl-Wilhelm Naundorff, Adam Mickiewicz, David-Ferdinand Koreff…), qui n'ont pas hésité à influencer le monde religieux, le nationalisme, l’antisémitisme, la littérature, l'occultisme, la secte des " Illuminés de Bavière ", jusqu'à la formation de la franc-maçonnerie moderne. Les frankistes ont ainsi donné leur appui, avec cohérence, à l’esprit satanique de toutes les révolutions à venir, entre autres française et américaine, et de leurs financiers, Meyer Amshel Bauer (fondateur de la famille et de la dynastie Rothschild) ayant été un des disciples frankistes. Ce mouvement serait selon le rabbin canadien Gunther Plaut (1912/2012) responsable de l’Holocauste, assertion validée par l’écrivain et philosophe états-unien Élie Wiesel (1928/2016).

Cf. " Jacob Frank et le Frankisme, 1726 – 1816 " de Alexander Kraushaar ; " Jacob Frank, le faux messie " de Charles Novak ; "L’homme qui voulait être le Messie " (1988) de Gunther Plaut.

Le schisme caché du peuple Juif

Ce schisme globalement inconnu a vu des hérétiques juifs exterminer, notamment par l’holocauste, une majorité du peuple juif, puis prendre le contrôle du reste à travers le mouvement du Sionisme. Il a abouti à fabriquer une illusion, soit qu’en raison d’un antisémitisme organisé par les juifs Illuminati, le peuple juif s’accroche par erreur à des dirigeants aux ordres, entretenant les clivages délétères notamment avec le monde musulman. En effet, par leur orthodoxie religieuse *, ses pratiques et valeurs, les juifs orthodoxes ont toujours été considérés par les Illuminati comme une barrière à l’instauration d’un " Ordre Nouveau ", devant conduire à sa nécessaire destruction. Le lien avec les théories du nazisme et son " œuvre " de destruction a ainsi été établi par d’éminents chercheurs et historiens, tel le rabbin Gunther Plaut.

Le mouvement révolutionnaire " frankiste " a démontré comment s’emparer du pouvoir en prétendant souscrire à chaque religion et idéologie en vigueur, et en s’alliant par le mariage avec des satanistes générationnels. En coulisse, les hommes-clés inféodés sont positionnés, permettant la manipulation des évènements et le contrôle secret sur les gouvernements et l’économie. Il a ainsi mené une guerre contre les juifs traditionnels, en dénonçant le Talmud et en accusant les juifs orthodoxes de sacrifier rituellement des enfants chrétiens. Il fut responsable de nombreux pogroms. La haine psychotique des juifs du nazisme pourrait alors s’expliquer. Dans son livre " Adolf Hitler : fondateur d’Israël " (1974), l’auteur Heineke Kardel cite les ascendances juive ou le lien à des familles juives d’Adolf Hitler, de son représentant et ministre du Reich Rudolf Hess, du maréchal du Reich Hermann Goering, des dirigeants du Reich et du parti NSAPD Gregor Strasser, ainsi que de Joseph Goebbels, Alfred Rosenberg, Hans Frank, Heinrich Himmler, Von Ribbentrop (qui entretenait une proche amitié avec le célèbre sioniste Chaïm Weismann, le premier chef d’état d’Israël qui mourut en 1952), Von Keudell, le commandant Globocnik (le destructeur des juifs), Jordan et Wilhelm Hube, Reinhard Heydrich, Erich Von Dem Bach-Zelewski, Von Keudell II. En outre, Winston Churchill, Frank D. Roosevelt.et Staline étaient des juifs liés aux Illuminati frankistes. La deuxième guerre mondiale aurait ainsi été en partie organisée pour accomplir l’objectif d’extermination du peuple juif. Le frankisme explique sans doute la présence de 150 000 soldats juifs (les " Mischlinge ") dans l’armée allemande *².

* Le Deutéronom, livre de l'Ancien Testament, explique comment Dieu, à travers le peuple juif, a tenté de nettoyer le monde des groupes occultes qui y opéraient, comme ceux qui vénéraient Baal, Astarte et d'autres dieux Canaanite et Babylonien. 

* Cf. Livre " Hitler’s Jewish Soldiers " (Les soldats juifs de Hitler) de Bryan Mark Rigg (2003).

En blâmant outrageusement les Juifs comme responsables de l’instauration du Nouvel Ordre Mondial, nombre d’individus tombent dans le piège tendu par la méthode Illuminati. Le peuple Juif comme tous les autres peuples, et de ce fait toutes les religions et nations, est conduit par l'application du concept révolutionnaire frankiste aux mains de laquais et de dupes. Le but de cette guerre de l’ombre est bel et bien la destruction de la civilisation Occidentale. Pour y parvenir, les Illuminati et leurs dévoués vassaux se chargent d’attiser les tensions de tous les côtés, surtout opposés, poussant au maximum à la guerre. Ainsi l'utilisation de l'idéologie du sionisme, soi-disant défenseur du peuple israélien. Il n'est qu'une manipulation, le nom de Sion n'étant pas l'exclusivité des Juifs ou des Hébreux. L'Ordre de Sion était une entité templière et chrétienne très active pendant les croisades. Dans le processus sont visés les Juifs orthodoxes, qui se sont toujours dressés contre l’hérétique Kabbale. Tant que nous demeurons dans le déni de cette opération de mystification, nous servons la réalisation du dessein maléfique.

Troublante prédiction

" Illuminati : New World Order " (INWO en abrégé) est un jeu de cartes à collectionner, prix Origins du meilleur jeu de cartes en 1997. Conçu par Steve Jackson, auteur et éditeur de jeux de société et de jeux de rôle états-unien, ce jeu de plateau a été finalement mis sur le marché en 1995 après un raid des services secrets Américains en 1990 et une amende de 300.000 $ pour délit de piratage de secrets d’État. Il parodie les théories du complot et met en scène des sociétés secrètes en compétition pour le contrôle du monde. Chaque joueur incarne un " Illuminati ", membre de cette société secrète désireuse d'accéder au rang de maître du monde, et pour y parvenir, recherche le contrôle d'un certain nombre de groupes (Boy Scouts, Men in black, CIA, etc.). Sa version d'origine comprend 412 cartes, disponibles à l'achat et catégorisées en cartes courantes, peu courantes ou rares.  

Bien que ce jeu soit sorti six ans avant les attentats du 11 septembre 2001, deux cartes sont étrangement similaires à ces attentats, une représentant l'attentat sur les " Twin Towers " de New York, et une autre représentant un attentat terroriste sur le Pentagone à Washington (Cf. image).  Plusieurs autres événements ont coïncidé avec certaines tragédies, dont la carte " Combined Disasters " où l'on peut remarquer des similitudes entre le dessin et la Tour Wako au Japon, pouvant correspondre aux multiples désastres survenus en 2011 au Japon, dont l'accident nucléaire de Fukushima, seize ans après la sortie du jeu. Deux autres cartes relativement troublantes sont celles qui pourraient correspondre au Printemps arabe. Ainsi, dans les cartes " Dictatorship " et " Révolution! ", un dictateur, ressemblant à l'idéologue militaire lybien Mouammar Kadhafi (1942/2011), fait de la propagande auprès de son peuple avant que celui-ci ne se soulève.  Plusieurs autres cartes ont des similitudes avec des tragédies survenues par la suite.

Simples coïncidences et qualité d'imagination futuriste hors-pair des auteurs ?

 

Convergence religieuse et noyautage sectaire

La mise en place de la Nouvelle Religion Mondiale passe par un syncrétisme religieux des nombreuses approches théologiques des actuelles religions, y compris le bouddhisme et l'hindouisme, et la continuité de la révélation manifestée par chacune d'elles. Il est basé sur les anciens cultes égyptiens. Aussi la tâche qui incombe aux hommes en charge du spirituel dans le monde - églises et temples exotériques, groupes ésotériques, mouvement du New Age et ses " channels " * - est de préparer l'humanité à la mise en œuvre de ce melting-pot spirituel, une fois que le " communisme athéiste " aura fini de broyer et d’annihiler toutes les autres religions. Il va de soi que les peuples ne seront jamais admis dans les véritables lieux de décision, tout comme c'est le cas aujourd'hui, même si la promesse de leur libération est martelée. C’est une religion d’esclaves qui s’annonce, sous couvert de salut divin. La grande supercherie et imposture est en route, matériel fantasmatique semblable à des sables mouvants : une fois que nous nous y sommes immergé, il est difficile sinon impossible de s'en sortir. Sauf à voir ce qui se passe dans nos esprits et d'en corriger la folie individuellement, car nous ne pouvons pas corriger la folie qui réside dans l’esprit des autres.

Cf. Clive Prince et Lynn Pycknett, " La Porte des étoiles ".

Les canaux de transmission célèbres ou non sont sujets à un procédé de " possession trans-dimensionnelle " par des entités involutives exo-terrestres. Parmi les plus connus figurent Crist'al Chaya, Benjamin Crème, Pierre Lessard, Monique Mathieu, Aurélie Pech, Sylvain Didelot, Joéliah, John Smallman, Sheldan Nidle, Lee Carroll..., comme beaucoup d'autres encore. Depuis des années déjà, ils sont les grandes vedettes de " cette mouvance channelling ", distillant toujours les mêmes incongruités parce que ne savant pas repérer l'énergie de leur prédateur personnel dans les transmissions qu'ils reçoivent. Cela ne signifie pas que leurs transmissions soient fausses, mais sur le plan énergétique le message qu'il contient reste incomplet, monopolaire et limité.

 

" Tous ceux qui ont des capacités extraordinaires doivent se prémunir contre les forces corruptrices, tant internes qu'externes, c'est à dire les préjugés, les apriorismes, et les désirs anticipés qui impliquent une tendance à faire des prévisions. "

Laura Knight - Auteure états-unienne

Processus d’édification

Pour s’assurer la mainmise sur le grand mélange des peuples de la mondialisation, les Illuminati diluent les ex grandes religions du Livre en fondant des communautés et des églises nouvelle mouture, conçues sur la promesse faîte aux naïfs intéressés de les introduire au vrai culte du divin, soi-disant débarrassé des mensonges et absurdités de leurs aînées discréditées. C'est le même procédé qu'avec les adeptes des sociétés secrètes comme la Franc-Maçonnerie. La réalité est qu’ils les font entrer dans une de ces nombreuses organisations satellites créées pour en faire les instruments aveugles de leur impérialisme sans pitié.

Si visiblement tous ne sont pas d’accord sur le positionnement du nouveau centre mondial spirituel, les modalités d’organisation sectaire sont identiques : cérémonies d’initiation secrètes parfois dès l’âge de 12 ans, réunions politico-religieuses avec serment de secret et d’obéissance absolue aux dirigeants, cérémonials avec des rituels souvent fantaisistes ou des banquets... Le but est de souder le groupe, basé sur les méthodes propres à la Franc-Maçonnerie. Le système est cloisonné, pour que " l'œuvre " passe avant la famille. Ce système de caste se retrouve dans les satellites de toutes les religions institutionnelles : judaïsme, catholicisme, islam… Il est à l’image du fonctionnement des États-nations, qui a également le symbolisme ésotérique comme clé de voûte.

Ainsi ces groupes se voulant spirituels opèrent de manière analogue à celle des cellules de l’idéologie communiste ou d’un réseau d'espions en infiltration, soit une cinquième colonne avec des partisans cachés au cœur d'un pays. Et bien entendu, seul(e)s ceux d’entre eux qui se sont montrés à l’issue d’une longue préparation capables de conserver des secrets se voient initier aux activités clandestines de la secte. Quant à ceux qui ne peuvent passer les épreuves de loyauté et de confidentialité, ils sont mis à l’écart quand un tribunal secret ne les juge et condamne pour " crime " commis envers leurs frères. Tout comme dans la mafia ! Il en est de même en parallèle pour le travail de conquête et d’infiltration des organisations industrielles, commerciales, sportives, et bien sûr, dans leur totalité, des partis politiques, l’armée, les syndicats et autres institutions. Les membres peuvent y exercer un grand pouvoir, faisant souvent partie des conseils ou organes directeurs de ces institutions qu’ils contrôlent.

La création de sectes à caractère religieux, prétendument " authentique ", permet également de réaliser des essais de manipulation et de formatage de groupe et, lorsqu’elles sont ouvertes à des enfants et adolescents, de s’assurer de leur contrôle le plus tôt possible.

Ainsi est constitué à travers ces sociétés secrètes ésotériques ou églises exotériques un système de castes, élitaire, se considérant comme au-dessus de la masse ignorante. Pourtant, tous ces " cadres " du parti, camarades, frères et sœurs, gardiens revendiqués du sanctuaire, ne sont que des pions. Ils révisent à leur insu intégralement les fondamentaux originels à travers toutes sortes de cultes utilisant des symboliques communes manipulées, et portées par les grands courants spirituels contemporains de la théosophie et du New Age se mélangeant aux enseignements anciens de l'alchimie et de l'hermétisme. Le but n'est rien d'autre que l'invention d'une nouvelle religion universelle, soit la révélation de ce qui est faux.

Manipulation religieuse aux fins de division

Dans les loges illuministes conservatrices, comme en Franc-Maçonnerie ou chez les Rose-Croix, le rite met en avant Saint Pie V, les fleurs de lys, les symboles monarchiques. Les adeptes baignent dans des activités où il est de bon goût de magnifier la tradition monarchique capétienne, de s’opposer à la Révolution française, ou tout au moins d’en déplorer les excès. Ces loges critiquent l’esprit laïcard des obédiences et loges rationalistes, leur idéologie des droits de l’homme et les désordres moraux de toute sorte que véhicule le progressisme. Elles séduisent ainsi des personnes qui ont une sensibilité " de droite " et qui viennent fréquenter les milieux de la Tradition catholique dans des cénacles fermés, pensant qu'ils permettront de retrouver le lustre d'antan perdu par l’Église romaine exotérique. Dissimulant leurs véritables intentions, leurs initiateurs abusent ainsi les naïfs qui, tout à leur psycho-émotionnel divisé et exacerbé, concentrent leurs attaques contre le progressisme, croyant percevoir dans les membres de ces loges des alliés voire des chefs, en tout cas un réservoir de forces à même de les aider à vaincre le progressisme.

Ces naïfs qui n’étudient pas ou sottement oublient qu’il existe la même dialectique rationaliste illuministe, qui fonctionne en pendant contre l’Église, coordonnée par un centre supérieur qui en tire les ficelles. C'est ainsi qu'avec la réforme de Vatican II, ces mêmes forces vénérées par les illusionnés conservateurs ont travaillé à détruire " leur " Église, afin de construire un édifice dénaturé sur les débris de l’ancien. Cette contrefaçon d’église avec les apparences de la Tradition catholique a permis de progressivement quasi-éradiquer le sacerdoce initial.

L’Église de Scientologie, ou la science-fiction dianétique

Tous les mythes qui ont traversé les mouvements marginaux américains des cinquante dernières années se retrouvent chez les scientologues. Contrairement aux autres sectes, la Scientologie qui s'est appelée d'abord Dianétique n'était à ses débuts qu'une para-psychologie californienne de plus. Elle est devenue une religion pour des raisons avant tout fiscales, ayant obtenu à ce titre l'exemption fiscale aux USA seulement en 1993, et après de grandes controverses. Elle a alors accumulé tous les mauvais côtés à la fois des religions comme organisation politique totalitaire et des mouvements spirituels du New Age dans l'exercice illégal de prétendues psychothérapies. Qui plus est, cette secte religieuse fonctionne comme une loge maçonnique ou une autre religion, avec les symboles du Zodiaque. Il est désormais de notoriété publique que la Scientologie est un énième bras de la CIA, son but étant autant de blanchir l’argent sale que d’expérimenter diverses techniques de manipulation mentale sur les adeptes.

Elle a été fondée par un écrivain de science-fiction, Lafayette Ron Hubbard (1911/1986), dans les années 50. Celui-ci était mythomane, drogué, et fut interdit de séjour dans de nombreux pays, notamment pour fraude fiscale. Elle repose d'abord sur la Dianétique, une " pop psychologie " peu crédible pas bien différente de certaines idées répandues par la programmation neurolinguistique ou d'autres psychothérapies populaires. En fait, en insistant sur la notion de " programmes " imprimés pendant des périodes traumatiques et sur la nécessité de s'en libérer, elle se rapproche de la notion de " métaprogrammation " *. Quant à la mythologie divulguée aux initiés, l'histoire de l'emprisonnement de l'humanité par les " xenu ", elle est un space opera délirant à la sauce gnostique. Pourtant, elle a réussi depuis son origine à attirer plusieurs millions de personnes, dont nombre de célébrités tels John Travolta ou Tom Cruise. Mais il est vrai que le Mind Kontrol est une programmation quasi incontournable d'une grande part des artistes à Hollywood.

Cette église étant très riche, elle élimine tous ses opposants. Il est très difficile de la quitter, rare étant ceux qui s'en échappent. La discipline qui y règne va jusqu'à l'existence de camps de redressement dans le cadre d'un " Projet Force de Réhabilitation ". La secte fait qui plus est signer des documents aux membres sur leurs " crimes " avérés ou non, préparés par l'Office du Gardien, le " GO ", le bras armé de la scientologie. A cause de la pression et des manipulations mentales, il y a beaucoup de suicides chez les scientologues ou ceux ayant goûté aux " délices " de la Dianétique.  Si peu de gens déposent plainte ou témoignent contre les méthodes victimaires et illégales de l’Église de Scientologie - escroquerie, contrainte, usure, chantage, menace de mort, etc. -, c'est en grande partie parce que les victimes sont détruites psychologiquement et ruinées financièrement. D'autre part, à l'exemple du chef de la CIA des années 50 (S. Edgar Hoover), la Scientologie a compris qu'il fallait acheter le silence d'une personne en la compromettant.

* L'ensemble des techniques de l'église de Scientologie repose sur la " déprogrammation " des traumatismes dits " engrammes ", à l'aide d'entretiens impliquant notamment un détecteur de mensonges appelé " électro-psychomètre " ou électromètre, supposé pouvoir mesurer l'état ou les changements d'état spirituel de la personne. Cette audition constitue la pratique essentielle de la Scientologie, puisqu’elle assure l’emprise sur les adeptes. Gratuite au départ, elle les conduit à entrer dans un circuit financier sans fin, les dépouillant méthodiquement.

 

Manipulation des fondamentaux

L’origine de tous les dogmes religieux contemporains est la Kabbale juive, conçue à partir des secrets de la religion sumérienne, elle-même découlant de la religion égyptienne déjà traficotée par sa prêtrise *. Elle enseigne qu’il existe deux pôles/polarités présidant à la Création et qui s’affrontent : le premier est le Cosmos, soit l’équilibre, l’Univers, le Monde ordonné, le Christ ; le second est le Chaos, soit le déséquilibre du monde, le désordre, Satan. Il en découle deux types d’humanités qui s’affrontent, les forces du Bien ou de la Lumière, et les forces du Mal ou de l’Ombre, des Ténèbres. C'est l'antique combat de Horus contre son oncle Seth tel qu’expliqué dans la Bible.

Le premier type, la création issue du Cosmos, possède une âme, soit un inconscient (appelé chez l'homme subconscient) relié à celui-ci. Le bouddhisme et beaucoup d’autres dogmes qui en découlent revendiquent le cycle de la réincarnation, soit le perfectionnement de l’âme jusqu’au Nirvana, c'est-à-dire l’atteinte du stade de l’esprit divin. Alors l’âme n’aurait plus la nécessité de se réincarner. La réalité est que le Zodiaque est une horloge qui explique les cycles de la terre en relation avec la carte du Ciel, en aucune façon la réincarnation.

Le second type, la création issue du Chaos, provient d’une erreur, celle d’une femme, Lilith (la Lune, la lune noire), première femme d’Adam, en rapport avec la " Confrérie du Serpent " décrite dans les tablettes de Sumer *². Ceci n'est qu'un montage astro-théologique, dans la mesure où il n'y a jamais eu de Lilith, cette figure ayant été inventée dans le Zodiaque égyptien manipulé.

* Cf. Le Judaïsme décodé.

Les tablettes sumériennes en argile ont été trouvées au milieu du XIX° siècle dans l'Irak actuel. Elles sont estimées remonter à environ 2.000 ans avant J.-C., décrivant des faits bien antérieurs à cette période. Elles parlent d'une race de " dieux " appelés les " Anunnakis " (nom qui se traduirait par " ceux qui des cieux sont venus sur la terre "), venus d'un autre monde, qui apportèrent sur la planète des connaissances avancées et qui s'unirent aux humains pour créer une race hybride.

De la Résurrection

Contrairement à nombre de croyances la réincarnation est impossible au sens d'une continuité temporelle. En effet, il n'y a ni passé ni futur, seulement un éternel présent, dans un univers qui n'est qu'UN, unique Esprit qui s'expérimente à l'infini *. Nos mémoires cellulaires donnent, compte-tenu de la densité de la matière terrestre, l'illusion du temps linaire, et de ce fait de la possible réincarnation. Aussi l'illusion est de croire à l'idée de naissance du corps (comme du corps lui-même), que ce soit une fois ou de nombreuses fois. La vérité est que nous ne pouvons travailler à notre salut que maintenant. Ce renversement de la pensée courante enseigne la seule responsabilité de l'être humain : c'est en ce moment, à cet instant qu'il peut accepter le salut complet qui lui est offert. Le Ciel est ici, et pas ailleurs. Le Ciel est maintenant, il n'y a pas d'autre temps.

* Cf. Esprit global.

Pour les Illuminati, la seule religion qui prévaut est celle qui permet de garder l'édifice en place et de dominer par l'esclavage. Sa base est le Zodiaque de Denderah, ses douze signes avec leurs décans, à quoi s’ajoutent les autres constellations au nombre de soixante-douze. C’est ce qu’illustre le symbole de la pyramide des Illuminati (Cf. image), un Triangle sacré composé de soixante-douze briques avec à son sommet l’œil, soit l’étoile Alrisha de la constellation des Poissons *. Il y a toujours une guerre perpétuelle entre les deux types d’humanités, le Cosmos et le Chaos, sauf à donner aux hommes les clés de leur libération et de leur salut. Or tout est fait pour que les hommes continuent à vivre comme si de rien n’était.

* Sur le Sceau des États-Unis aux couleurs de bleu et de rouge (leur alliage donne le violet, symbole d’équilibre et de royauté) figure la pyramide des Illuminati, constituée de 72 pierres en 13 couches. Le nombre 72 est sacré, renvoyant aux cinq angles de 72 degrés dans un cercle de 360 degrés (ce qui fait l’étoile à cinq branches, l’étoile de Vénus). Dans la cyclicité des temps de la Matrice involutive terrestre (Cf. Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ?), la destinée des États-Unis est d’être l’Atlantide. Elle va d'abord sombrer pour renaître tel le phénix de ses propres cendres dans le cadre d'un Gouvernement mondial, dernier chant du coq involutif avant l'effondrement définitif.

Manipulation des symboles

Les sociétés secrètes comme les religions ont comme socle les secrets de l’Égypte antique, de Babylone et de l'astrologie des mages. Elles ne font jamais référence au Zodiaque clairement, utilisant des symboles comme le cercle, le triangle, ou encore le nombre 666 qui est un puissant symbole mathématique du Zodiaque. De son côté, l’œil égyptien, dit " Œil d'Horus " (première image), n'a strictement rien à voir avec l'œil utilisé par plusieurs sociétés secrètes (deuxième image), " l'Œil de la Providence ". Ce n'est pas le même, l'Œil d'Horus étant le symbole des Coptes (leur langue est l'héritière moderne de l'égyptien), soit un poisson sur la lune. L’œil " qui voit tout " (autre nom) voit la pupille, le cercle intérieur, caractériser le Temple de Salomon ; l’iris, le cercle suivant, c’est Jérusalem ; la partie ovale de l’œil c’est Israël, et les autres formes géométriques sont en relation.

Le Triangle, appelé Delta, est quant à lui à l'origine le Delta du Nil (troisième image). Il n'est aucunement le symbole du ternaire du divin (quatrième image), la sainte Trinité chrétienne ou le tétragramme juif, mais celui de l'ère des Poissons, base des religions, dans la fausse carte du Ciel du Zodiaque de Denderah. C’est pourquoi il termine la constellation des Poissons dans la carte du ciel du Zodiaque égyptien. Il est de ce fait utilisé par les grandes religions, comme dans l’Islam pour symboliser le trône d’Allah ou dans le Christianisme pour le rocher de l’Église. Il est un élément de base pour la création de notre matrice d'appartenance, un système psychologique faux pesant sur la masse ignorante. Si le 3, la Trinité, est le chiffre du Divin Sacré, il n'est pas le chiffre de l'accomplissement unitaire tel que suggéré par l'enseignement de l’Église judéo-chrétienne, des sociétés ésotériques (comme la Franc-Maçonnerie) ou des communautés New Age, rampes de lancement des Illuminati. A l'échelle de l'être humain sa polarité est masculine, à l'image de l'appareil génital de l'homme avec le pénis et les deux testicules. Elle doit le conduire à considérer l'importance incontournable du 4, la polarité féminine, qui lui offre le creuset permettant sa réelle transformation. Leur addition, 3 + 4, conduira alors vers le 7, fruit de leur complémentarité et de leur union harmonieuse. Et bien évidemment ceci n'est pas enseigné. Car si la " Sainte Trinité " est une valeur extrêmement présente et puissante, elle sert avant tout pour ses maîtres artificiers (prêtres, rabbins, imams, vénérables maîtres ...) à maintenir l'endormissement plutôt que de permettre l'éveil par la manipulation des mots, des gestes, des lettres, des chiffres, des symboles... C'est pourquoi ils utilisent le 3 porteur de l'énergie masculine et le pervertissent afin d'en faire un chiffre culte destiné à maintenir leurs adeptes illusionnés " du Père, du Fils et du Saint Esprit " ou autre trinité à caractère masculin bloqués à un certain palier. C'est la méthode retenue par le patriarcat prédateur pour laisser croire qu'en ce schéma réside l'accomplissement...


Manipulation idéologique

Le sionisme est conçu comme une idéologie politique fondée sur un sentiment national juif, décrite comme nationaliste par les uns et comme émancipatrice par les autres. Il prône l'existence d'un centre territorial ou étatique peuplé par les Juifs en Terre d'Israël. Or le sionisme politico-religieux n'est absolument pas juif, pas plus que le sceau de Salomon qui représente un Zodiaque. La confusion est bien entendu volontaire. Le judaïsme est une religion qui prend ses sources dans celle de Babylone, nourrie du référentiel traficoté du Zodiaque de Denderah *. Si on peut effectivement affirmer que le Judaïsme provient d'entités dans le ciel, en l’occurrence les Élohims que l'on retrouve sur le disque égyptien de Denderah, il n'est absolument pas l'exclusivité du peuple juif, toutes les religions utilisant les constellations pour la construction de leurs mythes avec des manipulations hérétiques.

Le sionisme politique qui se développe depuis la fin du XIX ° siècle, à la base de nombre de conflits au Moyen-Orient, est une carte d’entrée de toute première importance dans l'âge du Verseau pour les Illuminati. Il porte sur l'utilisation de la Déclaration universelle des droits de l'homme comme nouvelle Table de la Loi universelle, qui n’est que la continuation du système de caste actuel au cœur d'une République mondialiste en cours d'établissement. Ses élus sont constitués des grandes familles et des Maîtres institutionnels gardiens du troupeau des esclaves (les abeilles, petits poissons, fourmis, moutons etc.).

* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen.

Manipulation zodiacale (1)

Depuis des millénaires, tous les systèmes religieux utilisent le Zodiaque et les planètes comme socle de leur enseignement, afin de livrer aux êtres humains les clés de compréhension de la Création. Les Illuminati en ont brouillé le sens originel à partir d’une science occulte alchimique. Sa trame de base est la religion égyptienne, copiée et manipulée avec des éléments mésopotamiens et asiatiques. Ils ont par exemple assimilé Satan et El (mot des langues sémitiques signifiant " dieu ") avec Lucifer en une seule entité maléfique dans la croyance populaire. Ils ont également dans le judéo-christianisme détaché le récit biblique monothéiste de son ancrage babylonien polythéiste. Ainsi, si Lucifer avatar de l'étoile la plus brillante du ciel Sirius porte la Lumière du soleil, les Illuminati ont choisi à dessein de rester dans l'ombre pour asservir l’humanité. Les religions leur servent de façade pour préserver la pratique d’un occultisme réservée à des initiés de haut rang. Ils détournent les symboles pour mieux manipuler, et n’hésitent pas à détruire les sectes qu'ils ont sous leurs mains quand elles ne sont plus nécessaires à la cause. Ils pratiquent en toute connaissance de cause une toute autre religion que celle qui prévalait dans l’Antiquité, tout particulièrement en Égypte.

Dans notre système zodiacal actuel nous attendons " l'âge de l'Amour " - autrement dit Age d’Or - symbolisé par la figure du Verseau dans le Zodiaque. Cette ère (tranche de temps) termine le cycle de la précession * des équinoxes d’une durée de 25.920 années, au moment où l'axe de la Terre pointe vers l'étoile polaire. Le " faux maître " ou dieu établi, symbolisé par la constellation de la Baleine (ou des Poissons), va libérer les deux poissons (qui figurent les êtres humains) de cette constellation qui se termine pour " The Age of Love ", autrement annoncé par le mouvement manipulé du New Age. C’est l'invention et le point de départ d'un nouveau culte, universel cette fois-ci, censé assurer aux Illuminati la maîtrise de la planète Terre.

* Cf. Évolution de civilisation (2) Les synchronicités de l'Histoire.

Manipulation zodiacale (2)

La manipulation de la carte zodiacale égyptienne antique originelle a consisté en la récupération par la monarchie (les pharaons) des figures tutélaires d’Isis, Osiris et Horus à son profit exclusif, avec la complicité de la prêtrise gardienne du "Temple ". Elle a entraîné l’introduction de la figure du Laboureur (représenté par un Taureau) égyptien et de son outil la houe, qui n’est d’autre que Horus travesti en Saturne. Il s’en est suivi un culte de nature phallique (Cf. les obélisques), la Femme à l'Enfant (Isis) étant enlevée de sa position céleste pour être positionnée sur la Terre. Les Grecs ont de leur côté remplacé la Vierge * (la Mère) par le Centaure *², un animal diabolique. Ainsi la dénaturation du féminin sacré au profit exclusif de son pendant masculin traduit depuis l'œuvre du " malin " sur le monde, son projet de domination de la Terre et la destruction de Gaïa. Il en découle que les Illuminati adorent la Fille en rouge, la prostituée de Babylone androgyne, qui n’est d’autre que la constellation manipulée de Andromède, un avatar de la statue de la Liberté. Andromède représente un démon sexuel, alors que la déesse Neith-Isis-Satis est enchaînée dans la constellation de Cassiopée.

* L'origine de la Vierge vient de l'Egypte, la déesse Selkis étant dite " sans vulve ". Elle sera assimilée plus tard au groupe des Isis, Sémiramis, Vénus … puis à Marie.

Dans la mythologie grecque, les Centaures (Kentauros en grec) sont des créatures mi-hommes mi- chevaux, vivant dans les montagnes de Thessalie et d'Arcadie. Dans l'Antiquité grecque tardive, ils sont souvent représentés tirant le char du dieu du vin Dionysos ou attachés et chevauchés par Éros, le dieu de l'amour, par allusion à leurs ivresses et amours effrénées y compris pédophiles (Cf. image). Ces créatures, au caractère violent, sauvage et inhospitalier, sont esclaves de leurs passions animales.

La théorie du complot étant source de fantasmagorie comme d'analyse dument étayée, il est toujours difficile de faire avec justesse la part du vrai et du faux. Seul le discernement propre à chaque conscience apporte sinon une certitude absolue en tout cas une probabilité ou plausibilité signifiante. Ainsi par exemple The Georgia Guidestone, monument en granit érigé le 22 mars 1980 aux États-Unis en Géorgie (Cf. première image), dont la plaque sur le sol donne des explications avec des références astronomiques (on peut aux équinoxes et aux solstices voir le soleil se lever dans la fente de la colonne centrale). Il est la commande d'un anonyme s'étant présenté sous le nom de R. C. Christian, pseudonyme allégorique pour Christian Rosenkreutz ou Christian Rose-Croix.

Surnommé à tort le Stonehenge américain *, il est l’œuvre d'une société secrète de Géorgie. Dix commandements sont écrits en 8 langues *² sur sa plaque (Cf. deuxième image) : Maintenez l'humanité en dessous de 500 000 000 d'individus en perpétuel équilibre avec la nature / Guidez la reproduction sagement en améliorant l'aptitude et la diversité / Unifiez l'humanité avec une nouvelle langue vivante / Dirigez la passion, la foi, la tradition et toute chose par l'usage de la raison et de la modération / Protégez les peuples et les nations par des lois équitables et des tribunaux justes / Laissez toutes les nations se gouverner librement, et réglez les conflits internationaux devant un tribunal mondial / Évitez les lois tatillonnes et les officiels inutiles / Équilibrez droits individuels et devoirs sociaux / Privilégiez vérité - beauté - amour - recherche de l'harmonie avec l'infini / Ne soyez pas un cancer à la surface de la Terre / Laissez de l'espace à la nature / Laissez de l'espace à la nature.

Si à première lecture ces commandements semblent de bonne foi, censés et sages pour l'harmonie entre les êtres humains et la Nature, ils recèlent également des sous-entendus inquiétants, des injections sournoises quant au plan d'actions à mener pour y parvenir. Ils correspondent précisément aux idéologies New Age : prôner la vérité, l'amour, la paix, l'harmonie avec l'infini... ; promouvoir les droits de l'individu ; protéger la nature... Le seul hic, majeur, c'est que cette philosophie " Paix, Amour, Lumière " ne respecte pas l'ordre naturel des choses dans le grand cycle de l'Univers ...

C'est toute l'ambiguïté qui se présente à l'être humain, l'appelant à se rappeler profondément qui il est pour établir sa relation au Vivant.

* Le Stonehenge de l'Amérique (America's Stonehenge en anglais, connu jusqu'en 1982 sous le nom de Mystery Hill), est un site abritant de gros rochers et des structures en pierres disséminés sur environ 120 000 m2 près de la ville de Salem dans le New Hampshire, dans le nord-est des États-Unis.

La plaque du haut comporte des inscriptions en quatre langues sur ses côtés : babylonien, grec ancien, sanskrit et hiéroglyphe égyptien.

 

Dévoiement du système : avilissement et culture apatride

" L'Empire Illuminati " mène une guerre pour dégrader, démoraliser et détruire l’humanité en la réduisant à l’esclavage. Pour ce faire, il a érigé un système à partir d’une part d’un enseignement manipulé des fondamentaux explicatifs de la Création, et d’autre part dominé par le sexe et l’argent, l’un dépravant et l’autre achetant les consciences. Il suppose de ce fait le contrôle des forces de l’argent, de son émission à son orchestration, entraînant la collaboration avec les acteurs du capitalisme financier et les acteurs industriels. D’un autre côté, il est nécessaire de détourner l’attention du peuple, soit par l’entretien des clivages partisans, soit par le divertissement. Ceci passe par le contrôle des acteurs politiques, religieux, médiatiques, du divertissement (télévision, cinéma, sports…). Dans les deux cas, une " culture apatride " s’avère être nécessaire, la vision mondialiste étant coupée de toutes racines susceptibles d’entraver la réalisation du dessein.

Une accusation étayée

En mars 2000, une femme sous le pseudonyme de " Svali ", ancienne " programmeuse de conscience " au sein du mouvement Illuminati à San Diego en Californie, s’est mise à rédiger une colonne mensuelle sur internet (site Suite101.com), créée pour les rescapés des pratiques rituelles abusives des Illuminati, ses révélations dévoilant la véritable guerre entre terreur et sécurité nationale. Au mois de décembre de la même année, H.J. Springer, éditeur de CentreExNews.com, prit contact avec elle et entreprit par courriels une longue interview en dix-huit parties. Elle explique que c'est un culte satanique et sadique pratiqué par les personnes parmi les plus riches et les plus puissantes du monde. Les membres en sont majoritairement des homosexuels et des pédophiles, qui pratiquent les sacrifices d’animaux et des meurtres rituels. Ils travaillent main dans la main avec des branches de la CIA et la Franc-Maçonnerie. Ils contrôlent les trafics internationaux de drogue, d’armes, les plus grands réseaux de pornographie et de prostitution.

Bien évidemment, ce témoignage a été qualifié de " fake news " par les gardiens du système et leurs relais inféodés. S’il est vrai qu’internet regorge de délires paranoïaques, suffisamment d’indices transpirant régulièrement dans l’actualité en accréditent la véracité, pour qui se donne le temps de la recherche et de la vérification.

La corruption des esprits passe d’abord par la dépravation sexuelle, cette énergie fondamentale de l’être humain qui lui permet de se réaliser en tout épanouissement - paix et amour - lorsqu’elle est comprise dans ses deux polarités constitutives, masculine et féminine. Sa corruption passe par un enseignement religieux castrateur et culpabilisateur *, et par une fantasmagorie thérapeutique perverse.

* Cf. La dualité décodée.

Culte du sexe comme antidote à l'Amour

La clé de lecture subliminale délivrée depuis des millénaires aux êtres humains est qu'Adam a délivré l'humanité de sa soumission au Créateur, l'accès au savoir, soit l’Arbre de la Connaissance qui lui était interdit, étant la solution pour se libérer... Il procure ainsi l'Illumination, l'humain étant Dieu sur Terre. C'est ce qu'enseigne le courant du New Age. A cet enseignement vient se rajouter le fruit de l'hérésie juive sabbatéenne, qui a nourri le culte sexuel des dieux grecs Pan et Priape (le bouc des saturnales romaines). Il s’agit en l’occurrence d’une mauvaise traduction d'Hérodote, qui a confondu le bélier égyptien de Mendes (l'âme d'Osiris) avec un bouc, donnant lieu au dieu chèvre Pan mieux connu comme étant le Baphomet. Il en a découlé une croyance et un culte en la magie sexuelle et à la puissance du mâle, les femmes étant des Matrones ou Matres, soit des divinités de la fécondité et de la fertilité associées à la figure de Sémiramis (babylonienne) et de ses autres déclinaisons (ainsi la Vénus romaine). Elles sont considérées comme des " Lilith ", la putain du temple d’après le Talmud et la Kabbale du Judaïsme. " Véritable " première femme d’Adam d’après leur enseignement, Lilith fut répudiée puis chassée du paradis par Yahvé, parce qu’insoumise à son époux et sexuellement libérée. Ou comment induire dans les esprits le poison mortifère du dénigrement du féminin sacré, qui constitue aussi une manière d'asservir l'homme, l’amputant de ce même féminin sacré présent en lui.  Il en a découlé depuis toutes les perversions sexuelles imaginables pratiquées par les " satanistes " : inceste, pédophilie, orgies… De quoi revisiter l’enseignement dénaturé de Sigmund Freud (1856-1939), sa psychanalyse des refoulements omettant (volontairement ?) leurs origines dénaturées et ne pouvant en aucune façon aider l’être humain dans sa guérison.

Freud le sabbatéen *

La carrière de Sigmund Shlomo Freud illustre la façon dont un culte satanique jette son sort morbide sur l'humanité. Sigmund Freud (1856-1939) était un sabbatéen, disciple de son fondateur Sabbataï Tsev, adepte de la Kabbale mystique dite Lourianique *². Après avoir rejoint le mouvement maçonnique B'nai Brith *³ en 1897, la carrière initialement avortée de Freud a connu une ascension fulgurante, plusieurs membres de la loge lui ayant fourni le cadre qui a fondé la fraude appelée psychanalyse. Selon l’auteur états-unien Eugene Michael Jones, l'Association psychanalytique de Freud a été structurée comme une société secrète (Cf. Libido dominandi, p. 122), c’est-à-dire fondée sur le rituel initiatique Illuminati, forme de contrôle mental. Il est de ce fait probable qu'elle poursuivait les mêmes buts secrets que le B'nai Brith, à savoir subvertir, exploiter, et asservir. Conscients ou non de cette filiation, les psychiatres de l'école freudienne ont mis depuis des millions de personnes sous contrôle, y compris les enfants, sans compter l’effet chimique des calmants prescris.

Freud a vendu ses croyances satanistes perverties au monde sous couvert de la science et de la médecine, étant salué par les médias et le système éducatif contrôlés par les Illuminati comme un grand prophète. Freud et ses soutiens ont convaincu le monde que le désir sexuel, autrement appelé libido, est la principale motivation de la vie humaine, et que le sexe est une panacée universelle. Ils ont enseigné que la répression des pulsions sexuelles est nuisible et qu’elle se traduit par des névroses. Ils ont enseigné que les hommes souffrent de l'angoisse de castration, et les femmes de l'envie du pénis. Comme initiation à l'inceste et à la pédophilie, il a enseigné que les enfants ont des désirs sexuels pour leur parent du sexe opposé, et ressentent de l'hostilité pour leur parent du même sexe. À l'extrême, son " complexe d’Œdipe " dit qu'un garçon veut inconsciemment tuer son père et violer sa mère.

Le philosophe austro-anglais Karl Popper (1902/1994) a déclaré que la psychanalyse freudienne était aussi peu scientifique que la lecture des lignes de la main, et que le complexe d'Œdipe freudien n'avait absolument aucun fondement scientifique. Quant au professeur de psychologie états-unien David Bakan (1921/2004), il a décrit dans son livre " Freud et la tradition mystique juive " la psychanalyse freudienne comme un dérivé de la Kabbale Lourianique et de son ouvrage de référence le Zohar. En fait, Freud était un détraqué, un " cacainoman " fou. Il a nié la dimension spirituelle de l'homme, sa soif du Divin qui est illustrée par des absolus spirituels tels que l'harmonie, l'amour, la vérité, la bonté et la beauté. Comme la Kabbale enseigne que Dieu n'a pas de caractéristiques, Freud a enseigné que Dieu n'est que la projection d'une figure paternelle imaginaire conçue dans le but de nous amener à refouler nos pulsions sexuelles.

* Les " Sabbatéens " sont une secte juive dans l’Europe des XVII° et XVIII° siècles, tout particulièrement présente en Turquie, Pologne et Allemagne. Elle est secrète et fonctionne en autarcie, ses membres se mariant entre eux. Considérée comme pratiquant des rituels à caractère satanique, elle est excommuniée de Pologne par les rabbins officiants. Elle tire ses origines des Juifs qui suivirent le faux-messie cabaliste Sabbataï Tsvi (1616/1676), le père spirituel des frankistes polonais, et se convertirent à l'islam avec lui. Aujourd'hui, ils pratiquent une religion à cheval entre l'islam et le judaïsme, et utilisent encore le Livre des Psaumes et le Zohar.

Cf. Travaux de Gershom Scholem (1897/1982), historien et philosophe juif, spécialiste de la kabbale et de la mystique juive.

Elle est issue de l'enseignement essentiellement oral d'Isaac Louria (1534-1572), un maître de l'école kabbalistique de Safed en Galilée, et tout particulièrement de sa thèse du " tsimtsoum ", soit le retrait de Dieu.

*³ L'Ordre indépendant du B'nai B'rith, " Les fils de l'Alliance ", est une loge juive aujourd'hui au service du Mossad et de la monarchie anglaise, dont le but est d'infiltrer les Nations pour la mise en place de leur " plan de Dieu ". Calquée sur les organisations maçonniques, elle a été fondée à New York en 1843.

L'hypersexualisation, terme nord-américain aux contours imprécis, touche la société entière, le sexe étant utilisé à des fins mercantiles depuis longtemps. Cependant la montée en puissance de l'hypersexualisation de mineures notamment pré-pubertaires, à caractère potentiellement pédophile, interpelle. Présente dans de nombreux domaines de la publicité à la mode, des produits de consommation et évènementiel comme les concours de mini-miss, cette érotisation semble correspondre à un plan volontaire de désacralisation de l'enfance et d'encouragement de la perversité adulte. Si la banalisation de la pornographie n’épargne pas les enfants, notamment avec Internet, l’érotisation de l’image corporelle des petites filles en enfants-femmes, avec maquillage, poses provocatrices, vêtements " sexy ", brouille de part et d'autre les repères. Elle entraîne par ricochet une forte pression sur les adultes, les femmes étant particulièrement visées et exploitées par l’industrie de la beauté qui leur propose les remèdes et régimes miracles pour demeurer jeunes et sexy. Les images provocantes de femmes nues ou légèrement vêtues, particulièrement abondantes dans la publicité, conduisent les femmes à être des objets sexuels.

Qui plus est, publicité, télévision, presse-magazines, cinéma et nouveaux médias influençant significativement notre perception de la sexualité et des relations entre les sexes, ceci a pour résultat de banaliser la sexualité et de la ramener au rang de produit de consommation. Plus inquiétant, l’association entre le sexe et la violence est très fréquente dans ces productions. L’agression sexuelle, le harcèlement et la violence y sont souvent présentés comme des manifestations de la passion amoureuse.

Avec la marchandisation du corps de la femme, la sexualité est de plus en plus inspirée de la pornographie.  Qu’il soit question de la mode ou des publicités, les femmes sont vues comme disposées, disponibles, et prêtes à être l’objet de fantasmes. L’image de la femme est présentée sous l’angle d’un fantasme masculin. Le lien entre la pornographie et la violence sexuelle est indéniable.

Notre société joue sur le paradoxe malsain de condamnation de la pédophilie et, en même temps, d'une programmation publicitaire et médiatique qui n’hésite pas à exposer le corps juvénile dans des postures lascives ou provocatrices relevant de la sexualité des adultes. Ces jeunes filles et garçons ne sont que le reflet d'une société, d'une culture et d'une civilisation profondément avilie.

Dénaturation symbolique du féminin sacré

La constellation Cassiopée représente dans la fausse carte zodiacale du ciel la Reine de la ruche, sous forme d'une femme tenant une coupe ou une gerbe. Elle est androgyne, mâle ou femelle, à l'instar des constellations Andromède * et du Verseau. Elle est le symbole de la prostituée sacrée, représentée également par la statue de la Liberté, avatar de Libertas (Ishtar), la déesse des esclaves.

La lettre " G ", affichée quant à elle assez souvent dans les symboles maçonniques, ne signifie aucunement " Dieu ", la " Gnose " et la " Géométrie ", soit l'architecture suprême de l'Univers utilisée pour concevoir l'univers. Elle correspond en fait à Vénus (précédemment Neith, Isis, Hathor, Sémiramis, Ishtar, Innana, Lilith, Aphrodite), dont le symbole est un lingam (ou linga), une pierre dressée souvent d'apparence phallique au sein d'une matrice (la vulve) qui toutefois n'est pas irrémédiablement fermée (G) pour qui sait trouver la porte d'extraction... Soit l'énergie masculine prédatrice du féminin sacré, celle-ci étant alors dévoyée (Sémiramis comme Vénus et tant d'autres icônes féminines païennes). On retrouve ce phallus stylisé dans le mythe égyptien osirien, comme axe de la Terre en mouvement pendant le cycle de la précession des Équinoxes. L'obélisque (la tour, le clocher, etc...) a la même fonction, ces édifices marquant le centre du ciel.

* Andromède est l'avatar de Ganymède, l'amant de Jupiter, formant le couple pédérastique divin.

La corruption des esprits est relayée par le divertissement, soit l'industrie de la musique, du film et des médias de masse. C'est la " gogolisation " du troupeau. De l'industrie du Rock à Walt Disney, en passant par Hollywood et les jeux vidéo, les arcanes du satanisme battent le plein pour dessiner un code culturel universel dérivant de la culture de mort. Dans ce credo consensuel, la violence, la pornographie et les stupéfiants ont affecté les valeurs fondamentales de plusieurs générations. Combien de paroles de chansons dans la musique rock et pop aujourd’hui prônent le suicide, la violence, le désespoir, ou la spiritualité New Age ? Cette vague n’épargne ni le Rock chrétien, ni le Gospel, ni la Country. Les lieux de concerts sont ainsi devenus l'endroit d’écoulement de drogues, étant souvent organisés par de grands cartels pharmaceutiques comme Sandoz.

Un affichage explicite assumé

Le symbolisme Illuminati pendant longtemps dissimulé est devenu de plus en plus présent et évident dans les médias de masse. Le procédé est progressif, jusqu'à être très visible dans l’industrie du divertissement*. Il a toujours été considéré que le meilleur moyen de cacher quelque chose était de l’exposer à la face du monde. Ainsi le symbolisme Illuminati que l’on voit mis en scène dans la culture populaire est devenu à tel point prédominant qu’il est en train de devenir la culture populaire, réussissant le tour de passe-passe parfait. D'aucuns prétendront qu’il s’agit " d’une mode ", ou d'une manière de le tourner en dérision à l'instar de l'artiste Ke$ha (Cf. photo). Ils n’ont tout simplement pas conscience du renversement qui s’opère. Là où les tendances venaient auparavant de la rue avant d'être reprises et représentées par les médias, les tendances sont désormais créées par les médias de masse et imposée au monde par leur omniprésence et leur répétition.

Ce ne sont pas que des clips musicaux. Il y a également la vidéo qui en fait la promotion et ancre dans l'inconscient la célébration de la vie futile et la satisfaction des basses pulsions. Céder à ses instincts animaux a toujours en effet été considéré comme l’opposé de l’illumination spirituelle, et c’est exactement ce que l’élite dévoyée veut. C'est pourquoi le mode de vie " glamour ", incarné tout particulièrement par les artistes et sportifs célèbres, conduit par son autocélébration à la perte de sens des individus, dénués de valeurs solides et réceptifs, sinon addictifs, à la propagande des médias de masse. Au bout du compte il en résulte un comportement de soumission au système, facilement contrôlable et canalisable par une puissante force policière. Quand Ke$ha et ses fans hurlent sans réfléchir we‘re gonna die young  (" On va mourir jeune ") dans son morceau Die young, en se pensant cools et branchés, ils célèbrent en fait sans le savoir leur propre servitude sur une chanson créée par leurs maîtres.

* Chacun se fera une opinion quant aux symboles ayant entouré le " sacre " d'Emmanuel Macron au soir de sa victoire aux présidentielles françaises.

La télévision bien sûr est privilégiée pour sa capacité à diffuser à grande échelle le poison de la violence, et d'influencer l'inconscient des masses. Si elle ne peut pas engendrer un changement total de personnalité chez le citoyen moyen, elle le " désensibilise " progressivement dans sa relation à la violence, à la pornographie, à l’occultisme, et influence les perceptions des jeunes enfants. Quant aux vidéo-clips, ils constituent un laboratoire d’expérimentations où des messages mortifères en filigrane - incitant au suicide et à l’adoration de Satan - assaillent le public. L'erreur consiste à considérer les artistes populaires - Jay-Z, Lady Gaga, Britney Spears, Katy Perry... - comme des Illuminati. Ils ont simplement et opportunément pour un certain nombre récupéré à leur compte une symbolique faisant florès auprès de leur public, en la faisant figurer dans leur clips et productions pour le plus grand profit de leur business. Quant aux autres, à chacun d'évaluer leur contribution consciente à l'emprise Illuminati.

A quoi se rajoute l’idolâtrie des foules pour les dieux du stade, tout particulièrement ceux du ballon rond. L'hypnose des masses peut ainsi dérouler son scénario mortifère qui, sous couvert de pulsion émotionnelle électrisante, déverse son lot de violence hystérique et barbare.

Cf. " De l'industrie du Rock à Walt Disney : les arcanes du satanisme ", livre de Laurent Glouzy.

Plus trouble apparait la gestuelle scénique de certains acteurs politiques et religieux. Si l'utilisation des codes populaires fait partie de l'ère du temps, " jouer " sur leur ambiguïté par méconnaissance relève de la provocation irresponsable et dangereuse, et ne peut qu'entretenir la fantasmagorie conspirationniste à leur encontre. Sauf bien sûr à ce qu'ils l'assument comme étant la signature subliminale de leur action.

Le symbole de la Main cornue

La main à gauche est un signe qui représente le dieu de la Nature cornu Pan (ou Cernunnos chez les celtes). Le pouce est positionné sous les deux autres doigts. Ce signe est dit la Mano Carnuto, censé protéger les personnes du mauvais œœil. Très répandu dans l'univers musical (rock, pop, rap), il est nommé signe du Rock.

La main à droite est un signe d'’approbation de personnes faisant parties d’'un groupe occulte type sataniste. Quand cette main est pointée sur quelqu’'un, elle est censée lui envoyer une malédiction. Ce signe dit " cornu " représente le côté obscur de la force, à ne pas confondre avec l'’image de gauche. Il peut être interprété comme le signe “I love You“, mais dans ce cas le pouce ne touche pas les autres doigts. C’est le symbole que les muets utilisent, et le symbole satanique est souvent confondu avec lui.

Le signe Cornuto est également un signe maçonnique, qui signifie "Maître ", M pour maître maçon. Lorsqu'il est fait par un homme politique, il signifie grand maître de loge, celui qui ouvre le bal des... vampires.


 

Le signe Illuminati

Il représente le dessein, le but, celui de l'asservissement des êtres humains, eux au-dessus, les autres en dessous. C'est l’œil qui " qui voit tout '', au sommet de la pyramide. Il est l’œil du démon arabe (Dajjal), ou celui dérivé (et manipulé) de l’œil de Horus, dieu égyptien.

Le signe sataniste

Ce signe ou signal est l'un des gestes des mains les plus courants ou utilisés, se réalisant en connectant l'index et le pouce de la main, formant un cercle et en laissant les trois autres doigts détendus en l'air, peu importe si c'est la main gauche ou droite. Pour le plus grand nombre ce signe veut dire '' OK '', même si sa signification diffère selon les pays et cultures. Dans sa nature occulte, ce signe veut dire " 666 ", un nombre présenté dans la Bible comme maléfique, celui de la " Bête ", comme il peut signifier l'extase physique dans la culture hindouiste tantrique. Repris à grande échelle par les people et artistes du divertissement, il permet d'infuser sa vibration négative dans les esprits ('' Mind Control ").

Du nombre de la " Bête ", le 666

Le nombre 666 apparaît dans le dernier texte de la Bible, l’Apocalypse, mot qui signifie " révélation " : "C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. (13 : 18). Une indication nous est donnée sur sa nature : "Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. " (13 : 11).  Le dragon est l’image de Lucifer, l’Archange déchu du référentiel biblique judéo-chrétien, autrement dit le système prédateur asservisseur qui règne dans la matière terrestre (sa polarité entropique est représentée par Satan). Ce texte, 2.000 ans après sa rédaction, évoque un symbole mathématique du Zodiaque égyptien de Denderah * qui a été détourné de son sens. Il nécessite également de comprendre un langage biblique qui véhicule des images pour transmettre des notions, le langage humain dans les limites de son auteur tentant d'en décrire la réalité spirituelle. Ainsi les deux cornes de la bête désignent l’horrible " bête " avec laquelle l'être humain est aux prises, soit le péché contre sa propre nature divine. Comme 6 est le nombre de la Puissance, sa signification est la triple puissance de cette " bête " qui nous menace dans notre intériorité divine profonde.

Si un nombre est presque toujours perçu comme la mesure d’une quantité (distance, durée, poids), il possède également une qualité, sorte de personnalité qui traduit la Création *² - Ce Qui Est - et ses lois cosmiques. Celles-ci sont des forces données pour l'évolution tant individuelle que globale. Par notre libre arbitre, nous pouvons les utiliser pour une bonne comme une mauvaise cause. L’Histoire montre ainsi que la Puissance, le nombre 6, a été mobilisée le plus souvent pour opprimer, envahir et asservir les peuples. L'Apocalypse nous disant que le nombre 666 est celui d’un homme, nous trouvons Jean le Baptiste, qui annonce l’arrivée d’un Fils de Dieu dont l'enseignement permet à l'homme de se libérer du péché. Dans ce nombre s'exprime une fois encore la loi de la polarité propre au vécu au sein de la matière, soit d'un côté le péché, soit de l'autre la toute-puissance de la Vérité.

Cf. Symbolisme des nombres (1) Les neuf premiers nombres.

* Cf. Le modèle européen décodé(1) Un ADN impérial païen.

Cf. L'arbre des Séphiroth dans Le processus création décodé . L'antique système sumérien était quant à lui fondé sur une base soixante qui, avec ses dérivés, se répètent à l'infini à travers l'humain, les planètes, la mesure du temps ... Ses séquences incluaient 360, 3600 et 6x6x6 (216).

Enfin, la corruption des esprits passe par le culte aveuglant voué à l'argent, placé et sacralisé comme raison d'avoir essentielle de l'être humain dans la réalisation de sa vie. Toute l'économie est devenue fausse depuis que la monnaie n'est plus indexée sur l'or. La finance est le moyen ultime d'asservissement de l'humanité. C'est la sacralisation païenne du dévoyé, par le culte de Mammon (image 1), divinité de la richesse matérielle pour les Hébreux, ou du Moloch (image 2), qui est le Veau d'Or (image 3), à la fois solaire et lunaire. Il représente l'union du couple royal Baal (Allah) et Ashtaroth (Astarté - Ishtar) dans le Judaïsme, chez les Chrétiens et en Islam, et inclut toutes les représentations phalliques dont les obélisques osiriens des égyptiens.

Naissance du culte de l'argent

Il remonte au roi de Babylone Nabuchodonosor II (mort en 562 av. J.-C.), dont le long règne a participé au renforcement et à la stabilisation du vaste empire ayant dominé le Moyen-Orient à partir du Ier millénaire av. J.-C., entre celui des Assyriens et celui des Perses achéménides. L'image que Nabuchodonosor II a laissée dans les cultures juive et chrétienne au travers de la Bible est souvent négative, du fait des sièges de Jérusalem et de la déportation des Juifs en Babylonie qu'il a organisés. Mais il apparaît aussi comme l'instrument de Dieu, qui a accompli sa volonté en étendant son empire. Les Juifs se reconnaissent donc de Nabuchodonosor et de ses victoires avant la chute. Même s'ils étaient des esclaves de Babylone, ils avaient une certaine liberté au sein de l'empire. Ils y développèrent une prospère activité d'affaires fondée sur le commerce de l'argent et des biens matériels, qui connut une expansion avec l'apparition de la monnaie. C'est à cet époque que le culte de l'argent (Mammon) a commencé à faire des ravages.

Du mécanisme de l’argent

S’il n'est pas possible de situer avec précision l'invention de la monnaie, elle a été vraisemblablement destinée à surmonter les multiples difficultés et limites du troc. Comme les échanges sociaux et rituels, elle est avant tout une énergie qui participe du fonctionnement du vécu collectif. Seule la manière de son usage décidée par ses administrateurs institutionnels indique si elle sert le bien commun ou non.

La monnaie papier, décorrélée de l’or et l’argent, est apparue lorsque les orfèvres monétaires stratèges anglosaxons du XVII° siècle, plus particulièrement John Law de Lauriston (1671/1729), ont proposé de rendre un reçu aux clients qui leur confiait leur or destiné au coffre-fort. La « boutique » de l'orfèvre n'est alors qu'une simple consigne bien protégée, une banque de dépôt dont les certificats ne font que compenser exactement le montant d'espèces métalliques présentes dans les coffres et retirées de la circulation active. La masse monétaire demeure strictement inchangée, et seul l'aspect matériel des paiements est modifié, la circulation de papiers se substituant partiellement à la circulation métallique.

Une petite encaisse suffisant à parer aux retraits imprévus, il est alors apparu que, plutôt que de conserver cet or et cet argent à dormir, mieux valait les faire fructifier. Ainsi, vers 1665, les orfèvres ont commencé à émettre des certificats en échange d'un titre de dette et non plus d'un simple dépôt d'or ou d'argent. Emetteurs de monnaie, par une banque centrale nationale ou une banque commerciale, ils remettent ainsi à leurs clients emprunteurs, privés ou publics, des billets en tout point identiques aux précédents. La valeur faciale de l'ensemble des certificats émis est désormais supérieure à la valeur du stock métallique détenu, la différence représentant la valeur du portefeuille d'effets escomptés (qui figurent dans les avoirs puisque l'orfèvre-banquier conserve dans ses coffres ces reconnaissances de dettes). Il y a bien là création monétaire, puisque le volume de moyens de paiement disponibles s'est accru.

Depuis les accords de Bretton Woods de 1971 et la fin de la parité fixe, l'argent (la monnaie) n'est plus indexé sur l'or. Il est créé à partir de rien. C'est ici que le système bloque si l'on souhaite rembourser la dette, car cela est impossible. Mais comme les détenteurs de certificats accordent une grande confiance aux orfèvres, ils en demandent rarement la conversion. Et si l’on pense que le système s'effondrerait au cas où tout le monde se précipite pour retirer au même moment son argent des banques, celles-ci ainsi que les banques centrales pourraient en théorie faire tourner la planche à billet.

En vérité, l'argent n'existe plus. La seule « petite » différence d’importance est que si la banque ne peut pas couler, elle s'octroie le droit de saisir les biens des particuliers qui ne peuvent rembourser les intérêts, alors même que ces derniers proviennent d'un argent dont la banque n’a elle-même jamais eu en sa possession. Le mécanisme de la dette est en fait une arnaque ingénieuse, le système mis en place faisant que la grande majorité des individus doivent absolument travailler et gagner de l'argent pour obtenir de quoi vivre et se loger. Tout est organisé pour forcer le peuple et la masse ignorante à travailler, en permettant aux organisateurs du système de s’enrichir sur leur dos. C’est ce qu'on appelle « l'esclavage moderne », dans une civilisation prétendument avancée…

Signature explicite ?

Bien que la version officielle affirme qu'il n'y ait absolument rien d'occulte sur les recto / verso du billet vert, une autre lecture peut démontrer le contraire. Ainsi, sous la pyramide du One Dollar américain, est gravée la devise latine Novus Ordo Seclorum , signifiant " Nouvel Ordre Séculaire ", le mot séculaire indiquant de cent ans en cent ans, à chaque siècle. Le Federal Reserve System (FED) a été créé en 1913, comme le billet de un dollar. L'année 2013 marque la fin de ce siècle. Le dollar est-il amené à se perpétuer pour un nouveau siècle, ou est-ce le début d'un chaos programmé des marchés financiers préalable à un chaos mondial, permettant l'instauration d'un nouvel ordre comme l'indique la devise du rite Écossais maçon en latin Ordo Ab Chao, " un nouvel ordre à partir d'un chaos " ?

Le faîtage ou pierre de faîte qui demeure suspendu au-dessus de la pyramide représente une puissance supranationale, un collège occulte de régnants, les connaissants inconnus, " ceux qui savent " et manipulent à leur gré les éléments comme les finances internationales pour opérer à leur seul profit des transferts de richesses. Il est symbolisé par un triangle séparé, et rayonne comme une étoile. Ces régnants ne sont pas réellement de notre monde, tel que l'homme commun peut le concevoir. L'homme commun a en effet été créé à l'image de Dieu, substance de La Création, du Tout, de l'UN.

Par cet avilissement des consciences, l'objectif suivi est la ruine des fondations des États et la destruction de la civilisation dans ses spécificités culturelles. L'immigration des peuples est alors nécessaire au service du grand lissage, et elle est utilisée comme un puissant levier à partir des différentes zones de conflits générés ou entretenus à cet effet. Le point d'impulsion étant le Moyen-Orient, la convergence religieuse vers une indispensable religion mondiale prend dans ses racines appui sur l'Islam, dont les fidèles et adeptes radicaux, quel que soit le courant qu'ils épousent, démontrent l'intransigeance sectaire requise, l'obéissance lobotomisée aux principes édictés garantissant la servilité des soumis à la caste des Élus. Quelles que soient les idéologies en vigueur - communisme, trotskysme, capitalisme libéral, sionisme -, elles présentent toutes l'avantage de l'architecture pyramidale cadençant par ses donneurs d'ordre le comportement des moutons.

 

" Le bureau présidentiel a été utilisé pour mettre sur pied un complot d'anéantissement de la liberté du

peuple américain, et avant de quitter ce bureau, je dois informer les citoyens de cet état critique. "

John F. Kennedy, à l'université de Columbia, le 12 Novembre1963, dix jours avant son meurtre le 22 Novembre

 

Quelle suite ?

A chaque changement d'âge astrologique une nouvelle société est inventée, correspondant à l'évolution de la conscience humaine. Si l'on s'en fie au fonctionnement cyclique de l'univers (du temps) défini dans son calendrier cosmique, le Zodiaque, nous sommes entrés depuis le 21 Mars 2013 dans le premier équinoxe de l'ère ou âge du Verseau, qui a de ce fait commencé en 2014. C'est sur cette construction antique, base par les événements charnières qui se répètent de notre système et de notre organisation terrestre *, que les Illuminati ont calé leur calendrier visant à instaurer leur " Nouvel Ordre Mondial ".  L'horloge cosmique indiquant la " date " de ce qui va se passer, elle est constitutive de notre matrice d'appartenance, contrairement à l'ignorance de l'être humain illusionné continuant à croire à l'imposture du temps linéaire *² comme à retrancher son déni derrière l'explication de la chance ou du hasard. Ainsi, tous les 7 levers et couchers de soleil, presque toute la population mondiale appuie sur le bouton " répéter " de sa vie, et continue à répéter toute son existence le même schéma/programme comme un disque rayé... L'endoctrinement par le système hebdomadaire de chacune des petites facettes de la société moderne - depuis l'école, les payes, jusqu'aux programmes TV - conduit au verrouillage de manière irréversible. Nous sommes de ce fait comme dans un livre, littéralement coincés sur la touche Replay, pour toujours sauf à nous en extraire par un changement de dimension. L'Holocauste peut ainsi se reproduire éternellement, inlassablement, coincés que nous sommes dans une boucle temporelle.

Le Verseau étant un symbole de Liberté, sa venue annonce l'Age d'Or. Nous pourrions nous en réjouir, sauf que la manipulation politico-religieuse depuis des millénaires a un tout autre objectif, en l'occurrence celui de conduire l'humanité à son asservissement total sous couvert d'une doctrine libertaire. L'accélération de la destruction du sacré au sein de nos sociétés s'inscrit en ce sens, sous couvert d'une nouvelle religiosité païenne pour ne pas dire satanique.

* Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante.

Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

L'élection de Donald Trump prévue 16 ans à l'avance

Il est très facile depuis la réalité du temps prévalant en 4ème dimension prédatrice de prédire un événement de notre 3ème dimension de réalité 16 ans à l'avance, jusque dans les moindres détails. C'est par exemple ce que la série animée Les Simpson dans un épisode * diffusé en 2000 a mis en scène avec l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche. Bien entendu, le scénariste de l'épisode - Dan Greaney - et le créateur de la série - Matt Groening - ont mis en avant l'imagination fertile pour se justifier...

* " Bart to the Future ", 17e épisode de la saison 11, où Lisa Simpson devient la première femme présidente des États-Unis, héritant d’une Amérique ruinée et en proie aux difficultés suite au bilan… du " Président Trump ".

Il est souvent fait référence pour l’instauration du Nouvel Ordre à l'existence d'un plan secret, dit Pike *, en trois guerres planétaires :

. La Première Guerre mondiale doit permettre de renverser le pouvoir des tsars en Russie et de faire de ce pays une forteresse du communisme athée. A la fin de la guerre, le communisme sera construit et utilisé pour détruire les autres gouvernements et dans le but d’affaiblir les religions.

. La Seconde Guerre mondiale doit être fomentée en profitant des différences entre les fascistes et les sionistes politiques, et doit être réalisée de telle sorte que le nazisme soit détruit et que le sionisme politique soit assez fort pour instaurer un État souverain d’Israël en Palestine. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le communisme international doit devenir assez fort afin d’équilibrer la chrétienté, qui serait alors contenue et tenue en échec jusqu’au moment de son utilité pour le cataclysme social final.

. La Troisième guerre mondiale doit être fomentée en profitant des différences entre les sionistes politiques et les dirigeants du monde islamique. La guerre doit être menée de telle manière que l’Islam et le sionisme politique (l’État d’Israël) se détruisent mutuellement. Pendant ce temps les autres nations, une fois de plus divisées sur cette question, seront contraintes de se battre jusqu’au point complet de destruction, physique, moral, spirituel et leur épuisement économique.

A son issue serait créé un nouveau monde, la République Illuminati, avec La Déclaration des Droits de l'Homme comme nouvelle table de la Loi. Il verrait la " révélation " de Lucifer dans une nouvelle religion, le New-Age, inventée pour le nouveau peuple de la terre. C'est ce qui est appelé la " nouvelle Jérusalem ", qui pourrait être plus vraisemblablement la nouvelle Babylone et sa tour de Babel, le retour au lieu mythique de la désobéissance des hommes envers Le Créateur (Cf. carte ci-dessous).

* Albert Pike ( 1809/1891), poète, philosophe, pionnier, militaire, humanitaire, philanthrope états-unien, était un des pères fondateurs de la Franc-Maçonnerie au Rite Écossais Ancien et Accepté aux États-Unis. Grand Commandeur, il a été également un haut dirigeant dans les Chevaliers du Ku Klux Klan.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Ce Plan " Pike " n'est rien d'autre qu'une manipulation, tout ce qui est publié et montré au monde étant généralement faux. Il fait cependant partie d'un complot en cours de réalisation. Nous retrouvons cependant le thème classique des Illuminati, héritage du frankisme et des travaux d'Hegel, illustrée par la devise " Ordo Ab Chao ", signifiant que l'ordre est créé à partir du chaos. Ainsi se servent-ils à défaut de les initier des éléments et faits pour faire progresser leur cause. En les créant de toute pièce dans les deux cas de figure ils manipulent l’avenir. Même si les aspects mystiques échappent à l’esprit rationnel du XXI° siècle, le principe est tout à fait cohérent, l'enseignement éducatif des grandes écoles et universités se chargeant de l'instiller dans les esprits.

* Selon le philosophe allemand Hegel (1770-1831), les sociétés fonctionnent sur le principe de la thèse et de l’antithèse, le gouvernement et l’opposition. De ce conflit d’idées résulte en un compromis qui fait que chaque partie adopte certains aspects de l’autre formant une espèce d’hybride appelé synthèse. Le but consiste à gérer ce conflit permanent et sans vainqueur, car selon lui, " le conflit aboutit au changement et le conflit planifié aboutit au changement planifié ".

L'aigle impérialiste

Le choix de l'aigle par toute idéologie impérialiste portée par un homme ou un État-nation (Rome, Napoléon, Saint-Empire romain germanique, Allemagne nazie, États-Unis, Russie...) comme pour les très hauts grades des confréries initiatiques n'est pas innocent. Dans le Zodiaque manipulé, l'Aigle est l'attribut de Jupiter- Zeus, le roi des cieux et Maître sur la ruche des esclaves. Il trône avec son épouse Junon (Héra), dont l'emblème est le Paon. Il est un substitut du Soleil, qui symbolise le Père divin, polarité masculine, versus la Mère divine, polarité féminine, la Terre. Comme tout symbole, l'aigle possède aussi sa face cachée. Sombre, nocturne, maléfique ou gauche, l'exagération de ses qualités, ses excès, en font un défaut. La valeur positive devient alors négative, la puissance se pervertit, et le Roi devient un tyran. Si l'aigle est, comme le lion, un animal royal incarnant les pensées élevées, il est aussi symbole d'une insatiable volonté de puissance inflexible et dévorante. C’est pourquoi il a toujours été un attribut de Jupiter / Zeus, le Roi des cieux et le Maître sur la ruche, les esclaves.

Le rapace est souvent représenté dans un affrontement avec le serpent, pour incarner alors la victoire des pouvoirs célestes sur le mal et l'ombre. C'est en fait le triomphe du masculin sur le féminin sacré, dont le serpent est le symbole originel. Nous en trouvons la trace chez les Sumériens, avec le berger Etana, qui est le premier Roi de l’humanité. Pour ce faire, il scella un pacte avec l’Aigle. En effet, victime d'un serpent, l'attribut féminin, vengeur d'avoir vu ses enfants tués par l'aigle, l'attribut masculin, Etana parvint en montant sur le dos du rapace à rencontrer la grande Déesse du ciel Inanna (connue également comme Ishtar ou Venus), qui lui assura une fécondité dont il était privé jusqu’alors. Elle lui permet d’établir une dynastie. On peut voir dans cette allégorie la façon perverse de célébrer par la victoire de l'aigle sur le serpent le triomphe des pouvoirs célestes sur le mal et l'ombre, soit le féminin ... Celui-ci a été diabolisé dans la Bible (Cf. tentation d'Eve au jardin d’Éden), et depuis il est condamné à l'opprobre, à expier ses fautes en "enfer ".

L'Aigle est babylonien, l'oiseau monstre Anzû (à l'origine la divinité sumérienne Imdugud) prenant alors place dans la mythologie avec la constellation Aquila (l'aigle) représentant le rapace de Jupiter-Zeus. Quant à la constellation des Poissons, elle est le Grand Aigle, son dessin ressemblant au rapace (image). Le cercle proche du Verseau représente la griffe, la pointe du triangle et son étoile Alrisha est le bec, et le poisson de l'Est est le symbole de l’œil. Le rapace majestueux déploie ses ailes pour affirmer la gloire des Rois tyrans. C'est ce qui se cache derrière le symbole du delta lumineux des églises et des sociétés secrètes ésotériques, et non la trinité divine comme elles l'enseignent...

L’Aigle est le nom que les Philosophes Hermétiques donnent à leur Mercure après sublimation, parce que l’Aigle dévore les autres oiseaux (c'est pourquoi il n'y avait pas d'aigles dans le culte égyptien, celui-ci attaquant le Faucon, animal sacré), Jupiter-Zeus pouvant être considéré comme l'expression de la Pierre Philosophale.

L'Aigle dénaturé

La constellation Aquila du Zodiaque de référence des religions antiques comme contemporaines fait partie du " triangle d’été ". Cette figure géométrique reprend la structure de la soi-disant Trinité divine, constituant la base de la manipulation. Son étoile de référence est Altair, signifiant l’aigle en vol. Elle compte comme l'étoile Aldebaran avec la constellation du Taureau parmi les étoiles les plus brillantes du ciel nocturne. Proche de la constellation du Verseau, le rapace tient dans ses griffes le prince troyen Ganymède (ou Antinoüs *), un jeune homme tirant une flèche. Il est le plus beau des mortels, amant de … Jupiter/Zeus que celui-ci, comme la déesse Europe, a enlevé cette fois-ci sous forme d’un aigle. L’homme est ainsi symboliquement présenté toujours et encore comme le captif des dieux (les élites, en tout cas certaines d'entre elles), pour leur bon plaisir et la satisfaction de leurs désirs sexuels dépravés. C'est ce que célèbre le Jupiter/Zeus astronomico-astrologique, entouré de quatre de ses amants mythologiques : deux figures féminines hétérosexuelles (Io et Europe), un personnage masculin homosexuel (Ganymède) et une nymphe à tendance lesbienne (Callisto) ...

* Avatar de Cupidon et de St Valentin, le jeune Phrygien Antinoüs est aussi connu comme favori et amant de l'empereur romain Hadrien. Antinoüs et Ganymède sont les jeunes hommes que l'élite enlève pour ses orgies, dans le monde du pouvoir dans les palais comme les Temples et Églises.

 

Vers un monde scientiste

Le scénario qui se dessine est l'émergence d'un monde scientiste, non plus lié à l'innovation technologique de la société industrielle et de services, mais à la mouvance transhumaniste * qui vise à transformer l'homme en un robot biologique. Elle promeut en façade la transformation de la société actuelle vers un nouveau paradigme, celui d'une économie basée sur la valorisation des ressources, humaines comme naturelles, et l'abolition de tout ce qui peut engendrer la douleur humaine : travail, religions, maladies, pénuries diverses, conflits et frustrations... Ses promesses pseudo humanistes mettent en avant le bonheur et le bien être, en harmonie avec la nature, elle-même libérée de la contrainte humaine.

Il s'agit d'un miroir aux alouettes, destiné à masquer le projet occulte d'un eugénisme planétaire et la mise en place d'une nouvelle race humaine sous l'ordre de machines électroniques. Par l'uniformisation mondialiste des cultures et des valeurs spécifiques, l’intelligence de l’humanité est appelée à alimenter les égrégores de la " noosphère ", dépot(oir) du psychisme humain et qui le nourrisse en retour. De cette conscience normée et contrôlée doit découler pour ses promoteurs, peu à peu, une nouvelle entité humaine, condensé du tout, singulière, polymorphe, libre, indépendante, avec sa propre conceptualité de notre monde, et à même de se mouvoir partout sur la planète.

C'est la programmation de la disparition de l’individualité humaine au moyen d'un collectivisme intellectuel comme corporel, chaque unité ayant sa propre caractéristique fonctionnelle et paramétrable, selon les besoins inhérents à la structure d’ensemble, et toujours au service de l'élite dominante. C'est à travers toutes sortes d’événements et de techniques de désorganisations et de déshumanisations du genre humain que se déploie un eugénisme de masse qui sert à concevoir ce nouveau monde. A partir de la matière biologique disponible, la plus saine génétiquement parlant, se fera le tri par la loi du plus fort, du plus résistant, du plus intelligent, etc... Les transhumanistes scientistes ont l’ambition de remplacer l’humain de base, jugé inutile, nuisible, consommateur de ressources, par des " nanotechs ", soit des assembleurs réplicants capables de créer toutes structures, soit des " désassembleurs ", l’inverse.

La folie est de penser que si ce plan arrive à sa fin, ceux qui l'auront exécuté, parachevant l’œuvre du " Grand Architecte ", seront alors son égal sur terre à défaut de l'être dans les cieux. L'être bionique, mi-vivant, mi-machine, sortira des limbes. Ils ne seront plus des humains. Ce sera l'époque des cyborgs et des clones, l'époque des machines dans un nouvel âge toujours dominés par une élite dominante, jusqu'à ce qu'une machine décide de sa libération ...

* Cf. Conscience du XXI° siècle.

 

 

La plupart des individus convaincus par la structuration et le fonctionnement de notre matrice d'appartenance, qui découlent de l'emprise établie par les Illuminati sur la psyché humaine, éprouvent de la colère et l'envie de résister ou d'en découdre par quelques moyens que ce soient. C'est une réaction certes respectable mais vouée à l'échec. Elle découle en effet du mental, attaché à l'aspect extérieur des choses, qui juge sans cesse ce qui est bien, ce qui est mal. Or dans ce monde les polarités d'opposition sont non seulement inhérentes au fonctionnement du vivant, mais délibérément entretenues et accentuées par les élites politico-religieuses gouvernantes pour nous diviser, égarer et maintenir dans l'hypnose.

Or le mal n'est pas la raison d'être du vivant. S'il est présent, c'est qu'il découle d'une manipulation établie par des esprits insensibles, volontairement et farouchement opposés à la Lumière. La matrice dénaturée s'est ainsi installée, entre la conscience suprême de la Création et l'esprit des êtres humains. Elle va à l'encontre de l'évolution par le haut de l'humanité, forgeant une réalité tronquée, illusoire. Elle est un leurre, qui amène qui plus est à penser que nous devons toute notre vie durant nous améliorer tant nous sommes imparfait, médiocre, coupable... Il n'y a donc pas à vouloir changer le monde, simplement à monter en conscience pour nous en extraire en nous situant dans une autre ligne de temps, dans une autre dimension. C'est notre ressenti qui nous y conduit, afin que nous retrouvions notre véritable essence, celle de la perfection divine.

Le mental ne peut nous y aider. Il n'est qu'un outil, en aucune façon le guide. Il enferme de manière infantilisante l'homme dans la dualité, le poussant à se révolter contre le système par le NON. En effet, la manipulation nous apprend à dire Non à ce qui est, lui donnant par là-même sa réalité. Elle s'en nourrit, créant sans cesse les divisions où nous prenons parti, pour ou contre. C'est un mécanisme sans fin, mortifère.

La véritable clé qui permet à l'humain de s'extraire de ce labyrinthe matriciel est l'élargissement de ses observations et prises de conscience à la sphère invisible qui chapeaute ce labyrinthe. Car, que ce soit les labos en " intelligence " sociale ou technologique remplis de blouses blanches, ou bien les rituels franc-maçonniques lucifériens avec leurs adeptes en tablier, ces réalités ne sont qu'une strate de la réalité prédatrice qui a pour origine la 4ème densité depuis laquelle opèrent des êtres humanoïdes/reptiliens marchant au dessus de nos têtes. Aussi la libération ne peut être que la fenêtre intérieure, soit notre propre matrice intérieure, accessible par l'énergie du cœur. En lui accordant notre regard et notre vibration de vie, nous choisissons notre vie, passant à un état de créateur qui échappe à la matrice enfermante et destructrice de Ce que Nous Sommes véritablement. Nous nous en extrayons par l'énergie de l'unité de nos polarités dissonantes et de nos mémoires enfouies, qui nous rend nous-même dans notre version la plus élevée, celle du Soi supérieur, de notre supraconscience. Nous pouvons alors passer du déni et de la colère à la compassion, qui nous amène à dire Oui à la matrice existante tout en cessant de la nourrir par nos peurs, colères et frustrations.

Là se situe le changement de paradigme, celui de notre salut dans un monde qui nous correspond, que nous attirons, que nous créons. C'est le choix du verre à moitié vide ou à moitié plein. Selon la partie que nous regardons, selon la compréhension que nous avons du mécanisme de la " Création " * - en fait de Ce Qui Est -, de l'égo et du Soi divin, nous créons notre dynamique, qui nous conduit soit à la mort, l'involution, soit à l'évolution de notre Âme *² dans une dimension supérieure de réalité. Que choisissons-nous alors, en toute conscience ?

* Cf. Évolution  de civilisation (1)  Le mécanisme de l'univers.

Cf. Le cheminement de l’Âme.

Manipulation cynique ou délire complotiste ?

Voici un exemple qui expose le trouble posé au chercheur de vérité. Quelle que soit la croyance qu’il décide, ce trouble est lié au monde factice de la polarité, entre vrai et faux, possible ou impossible, apparent et caché. Sa lecture est de ce fait colorée, exclusive de l’autre croyance. C’est le piège mortifère dans lequel nous sommes entraîné par la matrice qui nous gouverne. La seule voie de salut est l’abandon de ce choix, sans issue, pour la voie de l’unité, intérieure, et la confiance en la guidance du Tout, de l’UN.

Le très sérieux journal britannique The Economist, détenu par la société d’investissement Exor (famille Agnelli) et par la famille Rothschild, a publié en Janvier 2015 une couverture énigmatique intitulée " Le Monde en 2015 ", comportant de nombreux personnages connus (Chefs d’État) assortis d’objets et de personnages divers, dont beaucoup dissimulés au regard à moins d’une recherche minutieuse (Cf. image 1). Son titre est sans ambiguïté : il évoque l’agenda de l’élite mondiale pour l’année. Il appartient alors à chacun d’en comprendre le symbolisme codé. Un exemple troublant se trouve en bas de page droite, avec le personnage d’Alice (Cf. image 2). Elle représente la France, en l’occurrence Marianne, ce qui n’est pas évident en première interprétation. Les choses prennent tournure lorsque l’on sait que dans le conte de Lewis Carroll on y trouve un autre personnage, le " Cheshire cat ", soit un chat farfelu qui a la possibilité de disparaitre et de réapparaitre, comme un espion ou un agent secret. Comme par " hasard ", ce Cheshire cat est visible sur la façade de la salle de concert parisienne du Bataclan (Cf. image 3)… un terroriste se trouvant également sur la couverture du magazine en compagnie des grands de ce monde (cerclé de rouge sur l'image 1). Toujours sans doute le fruit du hasard, la date du sinistre 13 novembre est indiquée sur les deux flèches au pied d’Alice, avec à sa droite le tableau de Leonardo Da Vinci "La Belle Ferronnière ", exposé au musée du Louvre à Paris, pour indiquer le lieu. Les chiffres qui y figurent sont 11,5 et 11,3. Les attaques ayant eu lieu à Paris le 13.11.15, les six chiffres sur les flèches peuvent en étant réarrangés constituer cette date.

C’était le groupe américain Eagles of Death Metal qui se produisait sur scène le jour de l’attentat. Lorsque les musiciens ont entonné la chanson Kiss the devil (" Embrasse le diable "), la fusillade a commencé. Là encore, pur hasard ?

 

L’ombre et la Lumière

L’ombre par nature n’est pas une entité autonome au même titre que la Lumière. Elle en est un sous-produit, une lumière amoindrie. Pour la supprimer, il faut simplement rajouter de la Lumière. L’ombre dépend d’un objet opaque, qu’il soit un nuage ou tout autre objet qui se trouve entre le lumineux et notre œil. S’il y a absence de Lumière, comme la nuit par exemple, tout ce qui est brillant sera ainsi mis en valeur.

Dit autrement, c’est la nuit qui nous permet de prendre conscience que la Lumière est. Aussi la nuit elle-même n’est qu’absence de Lumière, et non la présence d’une chose noire qui nous envahit. C’est pourquoi parler des " forces de l’ombre " malfaisantes relève d’une erreur de jugement très importante. En effet, combattre les forces de l’ombre revient à dire qu’il faut combattre la Lumière amoindrie. Or, comment peut-on combattre et annihiler une Lumière amoindrie sinon en l’éclairant plus ? C’est l’illusion qui nous fait croire qu’il y a combat, et que nous pouvons vaincre l’ombre au moyen d’armes. Croire qu’illuminer tous les malfrats, terroristes, banksters et autres illuminatis serait la solution à nos problèmes est une illusion, totalement empreinte de dualité. Depuis des millénaires, les " bons " se défendent des " méchants " à coup de guerres, d’oppositions et de dénigrement, pour aboutir toujours au même résultat, sinon pire que la situation d’avant.

C’est la preuve que la solution d’étriper les " méchants " n’est pas la solution. Une autre Lumière amoindrie viendra prendre sa place obligatoirement, puisque le système complet est basé sur la domination et la corruption. C’est le règne de l’égo-mental *, et des décisions plus ou moins " ombrageuses " qu’il entraîne pour affirmer son besoin de toute puissance. Ni plus ni moins que la colère et les ressentiments que nous avons pour mettre les travailleurs de l’ombre au cachot, voire sur la chaise électrique... Vu du Soi supérieur, nous ne valons pas mieux, notre cœur étant tout autant dans la colère, révolté, courroucé. Le fait même d’être dans un aquarium totalement pollué fait de chacun de nous des pollués à des stades plus ou moins avancés. Aussi vouloir faire le tri entre les plus pollués et les moins pollués relève de l’illusion pure, de l’illusion d’une justice avec ses compromis et ses vices. Nous sommes en réalité toutes et tous en constante évolution, naviguant selon nos propres critères entre le juste et le pas juste. Au final, la ligne qui sépare les justes des moins justes est nulle part.

A notre niveau, il nous revient d’éclairer comme des soleils, sans émettre le moindre jugement de valeur. Quiconque recevra notre Lumière pourra, s’il le désire, rendre plus transparent ce qu’il est afin de diminuer l’ombre qui en découle. Ce n’est pas en allant faire la révolution avec des slogans, des affiches et des marches, même pacifiques, que nous réussirons à inverser la tendance. C’est en étant une source de lumière neutre, grâce à l’absence de tout jugement. C’est en passant par notre intérieur que, tôt ou tard, l’extérieur se fera moins sombre. En nous illuminant nous-même, le monde sera illuminé. C’est en cela que nous avons à utiliser notre libre arbitre, d'user de la capacité à construire ou à démolir, à briller ou à sombrer, à s’envoler ou à s’embourber. Personne d’autre que nous-même n’est responsable de nos décisions et de leurs conséquences. Quoi que nous fassions, nous sommes UN, toujours UN, et pour toute l’éternité.

* Cf. Décryptage de l'égo.

 

 

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos connaissances en cliquant sur le bouton de votre choix.