Les "clés libératrices" en ligne font l'objet de constantes mises à jour et nouveaux enrichissements. Leur formulation n'engage que leur auteur, qui puise tant dans ses recherches et sources d'information que dans son imaginaire leurs révélation et libre mise à disposition suivant la forme et la rédaction retenues.

Il n'y a de ce fait rien à prendre pour argent comptant, seulement à laisser faire en soi le processus d'ouverture de conscience par le discernement, soit le juste équilibre entre cœur et raison. Celui-ci conduira à les invalider, à les valider, à les compléter par d'autres ajouts et compléments. Il est ainsi conseillé de se référer à des relais ou officines de la doxa scientifique officielle tel Psiram.com, le Wikipédia des croyances irrationnelles, dont l'objectif est de discréditer tout ce qui ne correspond pas à sa ligne de pensée académique, et de prendre le contre-pied sur des sites comme la chaîne web Odysee.com. Sans prendre parti pour une croyance contre l'autre, il s'agit de prendre de la hauteur et de se forger sa propre opinion, par son propre travail de recherche, libre et indépendant.

C'est ainsi que procède le chercheur de vérité.

 

 

Le Jeu de (fausses) pistes de la Matrice

 

Pour découvrir la réalité illusoire de la Matrice astrale d'appartenance, le monde de la 3ème dimension gouverné par les forces involutives de la 4ème dimension de densité, l'apprenti humain sur le chemin de l'éveil à Qui Il Est vraiment va devoir soulever un à un tous les voiles de l'oubli pour déjouer les artifices de la Matrice prédatrice qui le trompe et l'asservit, en apprenant à penser différemment, à raisonner et à résonner autrement. Si un Maître doit l'accompagner comme guide éclairé tout au long de son périple, c'est son Ange ("En Je") gardien, son Âme unifiée*, voie d'accès au Soi supérieur, l'Esprit universel, qu'il invite par son cœur comme son esprit à lui remettre les clés de la connaissance de Ce Qui Est, de Ce Qu'Il Est.

* Cf. Qu'est-ce que l'Homme ?

L'initiation

Dans Fantasia réalisé par Walt Disney Productions en 1940, l'Apprenti sorcier s'attache à maîtriser les forces magiques de nature électro-magnétique lui permettant d'être le créateur libre inspiré de sa vie par le pouvoir de l'imaginaire, la projection d'images dans l'air* ! Il en est de même dans Merlin l'Enchanteur (The Sword in the Stone), le 18ème "Classique d'animation" des studios Disney sorti en 1963, adapté du livre de Terence Hanbury White - L'Épée dans la pierre - (1938), où le magicien Merlin initie le jeune roi Arthur à son indispensable transformation intérieure*². C'est aussi l'enseignement de la saga Harry Potter, qui distingue l'humain pourvu de pouvoirs magiques de celui qui en est dépourvu, le "moldu".

Entre magie noire et magie blanche, le choix que nous faisons est déterminant quant à l'anneau que nous passons avec notre âme : celui de notre asservissement, celui de notre libération. C'est l'enseignement du Conseil Blanc - les cinq Mages - qui nous en livre les clés dans l’œuvre de l'écrivain britannique John Ronald Reuel Tolkien (1892/1973), dans Le Seigneur des anneaux (The Lord of the Rings) porté à l'écran en 2001.

* Cf. Le cinéma de la Matrice (1).

Cf. Le chemin alchimique.


Il doit avoir bien compris la règle du jeu dévoyé de la Matrice astrale en l'état d'appartenance, qui consiste par ses maîtres artificiers à livrer de toutes les manières à son inconscient un symbolisme et des artifices* qui ont pour objectif le contrôle de sa conscience, leur non ré interrogation par le conscient valant acquiescement selon la mécanique éprouvée*². Aussi requièrent-ils la pleine conscience qui, s'appuyant sur la Connaissance, permet le discernement, soit la compréhension des choses tant avec le cœur (intuition) que le mental (raison). C'est alors le chemin de retour à Qui Nous Sommes réellement pour celles et ceux qui le prennent...

* Cf. Symbolisme et artifices de la Matrice.

Cf. Le cinéma de la Matrice (1).

Avertissement prémonitoire ?

Blood on the Dance Floor : HIStory in the Mix est un album du chanteur Michael Jackson (1958/2009) sorti le 20 mai 1997, l'un des plus étonnants quant à sa vision du monde et sa psychologie. S'il comprend un message de révolte, de désillusion et de désespoir ressentis par l'artiste pendant les périodes durant lesquelles il devait faire face à des accusations d'attouchement sur mineur, et à l'abandon d'une certaine partie de son public et de ses amis, la photo de sa pochette livre quelques clés précieuses à l'observateur perspicace. Sur un damier symbole du temple maçonnique, la star habillée en rouge sang porte un brassard noir, signe de deuil. Elle danse ce Murder on the dance floor ("Meurtre sur la piste de danse") avec la ville de New York - la skyline ("horizon") - en fond vers laquelle ses bras se dirigent. Une seule des Twin Towers ("tours jumelles") y figure, derrière la pyramide à droite de l'image. Un épais nuage de fumée s'étend sur la ville... En mettant un cadran de montre sur le genou levé de Michael Jackson, ses bras indiquent 9 heures (bras gauche) et 11 minutes (bras droit). Comme la date du 11 septembre 2001*...

Mais bien sûr, ce n'est qu'une simple coïncidence..., puisque pour la plupart des êtres humains illusionnés il ne peut y avoir d'agenda cosmique, au même titre que la pochette de l'album du groupe rock Supertramp Breakfast in America en 1979 (l'un des plus vendus au monde) ne pouvait glisser aucun indice avec ses lettres U et P au-dessus des Twin Towers visibles par le hublot de l'avion se dirigeant vers New York, et qui, inversées par l'effet miroir, deviennent 9 et 11, le jour des attaques aériennes au petit déjeuner (photo 3). Les tours se sont écroulées par ce qui a été appelé "the pancake effect", pâtisserie qui figurait bien sûr au menu du petit déjeuner proposé par la serveuse mimant la... Statue de la Liberté ! Diaboliquement pervers, n'est-ce pas...

* C'est à 9 h 03 que le vol UA 175 a frappé la tour sud du WTC à New York City, 9 h 37 pour le vol AA 77 sur le Pentagone (Arlington, Virginie), et à 9 h 59 que la tour sud du WTC s'est effondrée.

 

Venant des X-Files, la série The Lone Gunmen : Au cœur du complot ("Les bandits solitaires"), diffusée sur le réseau Fox de mars à juin 2001, eut un épisode tragiquement prophétique. Durant l'épisode pilote, les héros, maniaques d'informatique encore plus paranoïaques que Fox Mulder, le chasseur d'ovnis dans X-Files, essayent d'empêcher un avion de s'encastrer dans les tours jumelles du World Trade Center. "Lone Gunmen" est le nom de leur journal, destiné à dévoiler les agissements du gouvernement.


Clé 1 : Le halo nominal.

"Tout est vibration", comme il était écrit sur "La Table d'Émeraude" d'Hermès Trismégiste depuis l'Égypte ancienne. C'est ainsi que la fréquence vibratoire spécifique du moment est exprimée pour le langage humain en tant que telle par la fréquence numérique de la combinaison des voyelles et des consonnes. Autrefois bien connue, cette science des mots fait qu'ils ont une signification plus profonde que nous ne le soupçonnons. C'est la raison pour laquelle il y a de multiples façons de brouiller, voiler, occulter l'accès à la connaissance. La plus ancienne est la manière de nommer les choses. Comme tout est énergie dans l'univers, attribuer un nom, c'est donner le sens à la chose, à la créature, à l'individu, qui découle de la vibration des lettres ou sigles de l'alphabet* utilisé.

Il est à comprendre que nous sommes encodés, programmés, par notre langage par nos maîtres généticiens prédateurs et leurs relais institutionnels terrestres, les mots que nous utilisons ayant un impact sur notre ADN par l'effet de résonance produit. La Bible, le livre de référence des morts-vivants, ne démarre-t-elle pas par "Au commencement était le verbe" ?... Aussi, personnaliser en nommant oriente l'interprétation, la rendant inévitablement relative par l'acception académique qui en est faîte. Il y ainsi toujours un sens apparent, et un sens caché, qu'il revient à chacun de trouver pour s'extraire du chemin involutif de la conscience.

* Du latin alphabetum, issu du grec ancien alphábêtos formé à partir des deux premières lettres de l’alphabet grec : α (alpha) et β (bêta), et reprenant les deux premières lettres de l'alphabet hébraïque : Aleph et Beth. Le chemin est encore long pour parvenir à l'oméga, la révélation de Ce Qui Est...

 

Cinq exemples pour l'illustrer.

1. Pourquoi toutes les planètes caractérisant notre système solaire ont reçu un nom de divinité païenne (Mars - Jupiter - Mercure - Neptune - Pluton - Saturne - Uranus - Vénus), à l'exception des trois les plus emblématiques du référentiel cosmique des êtres humains : la Terre, le Soleil, la Lune ? Pour signifier qu'il n’y a pas de vie sur Vénus‚ Mars, Jupiter... et que la Terre forme avec le Soleil et le Lune la trinité du Vivant au sein de notre galaxie, La Voie lactée.

L'indéterminisme étant source d'ignorance, n'est-ce pas une manière de l'entretenir pour empêcher la révélation de la supercherie enseignée, à savoir que certaines planètes visibles dans notre système solaire recèlent des fréquences de réalités provenant d'un présent manifesté soit dans un passé, soit dans un futur de la planète Terre, un voyage dans l'espace interplanétaire revenant à voyager dans le temps et non en distance*. Sans curiosité de l'esprit, aucune porte de compréhension ne pourra s'ouvrir à la conscience de l'être humain profondément anesthésié par les croyances ingurgitées et les conditionnements assénés quant à la structuration et au fonctionnement de l'Univers...

2. Lorsque nous demandons à la plupart des individus quel est l'opposé, le contraire de la mort, ils répondent la... vie. Or le Vivant, la Vie, est la substance même de Ce Qui Est, entre connu et inconnu, visible et non visible, matière et éther. L'opposé de la mort - "l’Âme hors" de l'espace-temps de la 3ème dimension - est la naissance - "là naissent les sens" -, soit les deux extrêmes d'un cycle qui participe du fonctionnement du Vivant*². Cette fausse croyance largement entretenue par un système qui ne cesse de célébrer la mort (rendre l'âme) empêche l'être humain de s'inscrire en toute conscience dans l'éternité de Ce Qui Est. La mort dissimule en fait l'amour : par l'or qu'ils contiennent en leur sein, ils sont la clé d'accès à la Lumière lorsque la peur de l'une a été transcendée par l'autre...

3. Le diagnostic médical asséné peut nous annoncer que nous sommes porteur d'une tumeur. Autrement dit "Tu meurs !", soit le conditionnement à l'inéluctable de la Matrice des morts-vivants. Sans conscience de notre pouvoir de transformer le mal en régénération salutaire, nous sommes privé de notre force multidimensionnelle, l'"éther-nité"*³...

4. Le nom que l'on porte est un "Mantra", c'est-à-dire un son que les autres utilisent pour faire référence à nous-même. C'est de ce fait un peu de notre énergie qui est entre les mains des autres. Comme dans l'invisible se cache notre destin, il convient d'être en accord avec cette vibration. C'est ainsi que les "Grands Initiés" savent qu'ils doivent changer de nom lorsqu'ils s'engagent à tenir un nouveau rôle, à l'instar de Saul devenant Paul après sa conversion, ou Jacob devenant Israël après son combat avec l'ange. De nos jours, on voit nombre d'artistes changer de nom, afin d'attirer une nouvelle énergie dans leur vie publique. S'ils ne changent pas de nom, leur vie privée devient publique, et vice versa.

5. Il y a deux façons d'entendre l'infini. Celle correspondant à la version académique, liée à la conception du temps linéaire et son incessante extension célébrant les prouesses évolutives de l'intelligence humaine repoussant les frontières et les balises érigées. Celle de l'"Un fini", où Tout EST, le grand champ d'"Unformation" dans lequel puise sans cesse la pensée, et qui délivre sa puissance à celui/celle qui sait s'extraire des barrières de l'espace-temps.

* Si l'astronomie et la physique négligent royalement les différents types de densités de "matière" qui se trouvent autour de la Terre et dans le système solaire, c'est parce qu'elles ne les voient pas et ne les comprennent pas. L'espace galactique paraît vide, mais il consiste toutefois en un plenum composé d'une multitude de nuanciers de fréquences vibratoires qui vont de la matière la plus dense aux ondes les plus subtiles. Il en découle de multiples densités de matière, qui engendrent des réalités ou des potentiels de réalités infinies.

Cf. La dualité décodée.

Cf. Travaux du controversé docteur allemand Ryke Geerd Hamer (1935/2017), inventeur de la nouvelle médecine germanique à même de guérir les tumeurs comme le cancer en identifiant par soi-même le trauma psycho-émotionnel l'ayant déclenché.

Arbre de médecine amérindien
Arbre de médecine amérindien

La fausse Matrice insubmersible

La Matrice, comme "l'âme à tiers", la matière, récusant à l'éther sa valeur sacrée... Le jeu pervers de la Matrice asservissante consiste toujours à dissimuler à l'être humain les clés de sa libération. Pour ce faire, elle utilise la règle maçonnique du ternaire, la trinité de polarité masculine présentée comme sacrée, et cache la quatrième clé nécessaire à l'équilibre, soit le quaternaire de polarité féminine*. Il y a donc toujours un élément dissimulé, qu'il faut chercher pour s'extraire du piège.

Ainsi à titre d'exemple les 4 cheminées du paquebot Titanic qui a coulé le 15 avril 1912. La 4ème, la plus proche de la poupe (l'arrière du navire), était en réalité une cheminée factice, qui n'avait qu'une fonction esthétique et ne rejetait donc aucune fumée, toxique il va sans dire. L’aventure du Titanic est extrêmement et tragiquement illustrative de la situation du Système de la Matrice viciée lui-même. Comme les passagers du Titanic, nous fonçons dans la nuit noire en dansant et en riant, avec l'égoïsme et l'arrogance d'êtres supérieurs convaincus d'être "maîtres d'eux-mêmes comme de l'univers". Et pourtant, les signes annonciateurs du naufrage s'accumulent : dérèglements climatiques en série, pollution omniprésente, extinction exponentielle d'espèces animales et végétales, pillage anarchique des ressources, multiplication des crises sanitaires. Nous nous comportons comme si nous étions seuls au monde, comme la dernière génération d'hommes à occuper cette Terre : après nous, le déluge ?

* Cf. Symbolisme des neuf premiers nombres.

 

Les pouvoirs de l’homme vibratoire voilés

La technologie "subtile" de la puissance de l'être humain est son énergie vitale, le système vibratoire du corps se superposant au champ physique. Contrairement à notre médecine anatomique qui soigne les organes, c'est la compréhension des différents flux énergétiques qui parcourent notre organisme grâce à un réseau aussi complexe que précis qui est déterminante pour sa relation harmonieuse à Ce Qui Est*. Elle correspond à la tendance dans la nature à constituer des ensembles (unités structurales) de complexité croissante qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l'évolution créatrice. C'est pourquoi l’homme vibratoire accompagne l’homme physique et l’homme psychique, ceci formant la trilogie Corps-Âme-Esprit*². Pour son bon fonctionnement, il doit coordonner les énergies physiques, émotionnelles et spirituelles, dans le but de déparasiter le corps des déchets énergétiques passifs, à l'image du nettoyage d'un disque informatique et à la défragmentation générale du système.

Cette connaissance n'est pas enseignée, même si elle est parfaitement connue des initiés. Elle seule permet une ouverture de conscience et l’accès à de nouveaux pouvoirs perdus ou cachés. L’électromagnétisme est bel et bien le lien qui rend solidaire les particules constituant la matière, vecteur qui en permet ses changements d’état et passerelle qui permet de changer de dimension, soit l'accès à l’autre monde fait d’antimatière. Ceci signifie que toute matière y compris nous-même a un symétrique. Il n’y a rien de religieux ni de philosophique dans cette connaissance de la matière vivante et des mondes parallèles, toutes ces données définissant le flux vital dans sa réalité électromagnétique qui anime toute la matière vivante, constituant même la matérialité de l’esprit, de la parole et des images. Si un peu de cette vérité est aujourd’hui lâchée comme un os à ronger avec les recherches sur la physique quantique ou en physique moléculaire dont l’étape actuelle est la nanotechnologie, le secret de Ce Qui Est demeure un trésor caché, réservé à une élite dirigeante pour des motivations qui ne servent pas le processus d'évolution. C'est pourquoi les pratiques des druides, des chamanes et des sages des grandes traditions ont toutes disparu ou ont été dénaturées...

* Cf. Univers en partage, Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers & Fonctionnement de l'architecture du Vivant.

Cf. Qu'est-ce que l'Homme ?

 

Le culte de l'ignorance

Celle-ci est cultivée et entretenue volontairement par tous les organismes d’enseignement du monde, sous la haute autorité secrète des relais terrestres du consortium prédateur de 4ème dimension, au moyen de leur immense réseau de loges locales*. Et c’est notre ignorance personnelle, cette crédulité humaine, qui a autorisé leur domination perverse, l'information étant le pouvoir lorsqu'elle n'est pas divulguée.
L'ignorance est l’absence d’acceptation de la réalité, son déni volontaire. Non pas le simple déni de la vie humaine, mais celui de la vie globale, incluant tous les règnes, sur toutes les planètes et dans toutes les dimensions de l'univers. Elle est établie par les religions, dont la priorité est de garantir que nous ne découvrions jamais la vérité, sous peine de nous faire sortir prématurément de l’illusion du jeu pervers. Cette clairvoyance sur la vérité est uniquement réservée à l’élite des gardiens de ce jeu, consistant à acquérir la maîtrise du "Je" à leur seul profit. Ce secret a ainsi une double face : l’une est éducative, l’autre est perverse. Comme il est très facile de passer de la noble intention éducatrice à la fourbe manipulation perverse, l’humanité manque de ce fait de sens critique, acceptant comme normale l’ignorance par déni de la réalité, ce qui a pour effet néfaste de couper notre lien énergétique d’avec l’Amour de la Source et la loi de l’Un*².
* Cf. La nouvelle religion universelle.
Cf. Le mode de réalisation unifiée.

 

 

Clé 2 : Le mythe explicatif détourné.

Toute civilisation est basée sur un ou plusieurs mythes fondateurs. Sous forme d'histoires fantastiques, mêlant divinités, humains et autres créatures, objets et symboles, ils livrent les clés explicatives du jeu de la Vie. Comme au cinéma, ils mélangent fiction et réalité. Aussi seul l'inconscient - l'UN conscient - peut en percer le message, leurs traduction et interprétation par les institutions académiques correspondant rarement à leur enseignement premier. Pour en percer le mystère profond, il n'y a pas d'autre moyen que de franchir les barrières de l'espace-temps de la Matrice cyber*.

* Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

Isis et 0siris
Isis et 0siris

Le message du mythe Osiris

Les archétypes égyptiens Osiris le Père, Isis la Mère et Horus le Fils ont permis de construire dans l'inconscient collectif le mythe du sauveur extérieur sacré, afin de détourner l'être humain de sa recherche à l'intérieur de lui-même pour sa libération et son ascension. Ils sacralisent par là-même les élites au pouvoir qui se les sont appropriés par incarnation, prétendant être adoubées par la puissance divine pour sa représentation terrestre. Le mythe justifie de cette manière les conceptions de la gouvernance des affaires humaines et de la succession, et d'appréhender le conflit entre l'ordre et le désordre, entre la "vie et la mort". Cette vision exotérique profane a été poursuivie à travers d'autres légendes extraordinaires civilisationnelles, comme celle de Zeus pour les Grecs, Yahvé pour le peuple Juif, Jésus-Christ pour la chrétienté...

Osiris et son frère assassin Seth sont en fait les deux polarités expressives du fonctionnement du vivant : la partie lumineuse, quantique, positive et évolutive d'une part (Osiris), et son pendant ténébreux, mécaniste, négatif et involutif d'autre part (Seth), lui-même illustré par deux polarités que sont Lucifer (+), le porteur de fausse lumière, et Satan (-), le diviseur totalement perverti. C'est bien ce mécanisme physique du fonctionnement des lois régissant l'univers qui est raconté par les autorités politico-religieuses aux peuples d'alors guère instruits, et qui en détournent totalement le sens sacré à des fins exclusives d'asservissement des consciences. Le combat entre les deux frères - Osiris et Seth - se retrouve illustré dans la Bible par celui de Caïn et Abel, signifiant qu'ici-bas l'égo-mental triomphe toujours du cœur lumineux. Il en est de même avec Jacob et Esaü, et bien sûr avec Remus et Romulus pour la fondation de l'Empire romain...

Les quinze morceaux éparpillés d'Osiris terrassé par Seth sont retrouvés par son épouse Isis, à l'exception du phallus, illustré par l'obélisque. Le message est clair : seul le féminin sacré en soi (Isis) permet de reconstituer la fragmentation de notre âme en alter au cours de ses différentes expérimentations de la matière, en acceptant toutes les polarités du masculin (Osiris + et Seth -). C'est toute la symbolique de la croix - le chemin de croix du Christ -, qui par ses quinze stations (les voyages de l’Âme) indique à l'être humain le chemin à parcourir dans la souffrance de cet émiettement, pour s'émanciper de l'espace-temps (horizontal/vertical) limité de la 3ème dimension de réalité et ascensionner, c'est-à-dire parvenir à une dimension supérieure...

Ces mythes et légendes, même basés sur un fond de réalité*, ne sont que le message de la Vie lancé à l'homme à accomplir le quaternaire alchimique*² : crucifixion de l'égo, régénération intérieure (rencontre avec ses ténèbres), unification (fusion de ses polarités), et résurrection purifiée à notre essence véritable. Autant dire un message très éloigné de celui dispensé par les autorités ecclésiales, au service des institutions politiques régnantes même dissimulées sous le faux nez de démocraties...

* Cf. Préambule de compréhension.

Cf. Le chemin alchimique.

Le message des dix plaies et de la sortie d'exil d’Égypte

Les dix plaies préalables à la sortie d'exil d’Égypte du peuple Hébreu contribuent tout naturellement à écrire et à défendre par les exégètes rationalistes en charge le mythe fondateur glorieux d'un peuple asservi, réussissant grâce à la puissance divine à s'extraire de sa situation d'esclavage et, triomphant des dangers et de l'ennemi, à gagner sa liberté. Elles inoculent ainsi dans l'inconscient le scénario mortifère de l'histoire civilisationnelle qui va en découler et se poursuit plus de trois mille ans après* !

Les dix plaies illustrent dans un regard plus subtil les souffrances d’une situation d’esclave, soit l’être humain prisonnier de son égo-mental et de sa relation exclusive à la matière, la (fausse) lumière luciférienne, séparé de son maître intérieur, son Soi supérieur, sa supraconscience. Il se nomme dans le texte biblique l’Égyptien, soit le tortionnaire, le Moi égotique, celui qui empêche la libération de l'Hébreu, soit le Moi aspirant à devenir le Soi divin. Ces plaies constituent des épées, soit celles qui nous tuent, soit celles qui tranchent les liens qui nous asservissent et terrassent nos ombres dominantes.

Enfin, le troisième niveau de lecture est qu'autrefois dans les temps anciens, l’activité cométaire était intense et causait toute sorte de cataclysmes fréquents : tsunamis, explosions, assombrissement du ciel, refroidissement climatique, pestes, séismes, feux de forêt, etc. Les dieux de l’Antiquité racontés dans les différents mythes apparaissent ainsi comme étant un groupe de comètes, progéniture des "dieux", qui semblaient en lutte dans le ciel. C'est ce que raconte dans son livre "Mondes en collision" le psychiatre et écrivain russe Immanuel Velikovsky (1895/1979). Pour lui, le récit des dix plaies d’Égypte mentionnées dans l'Exode - texte daté approximativement aux alentours de 1300/1400 av. J.-C. - serait lié au passage d'une comète, vécue et décrite par d'autres peuples d'Europe, d'Asie et d'Amérique. Le roi égyptien de cette époque se nommait Typhon, et aurait donné son nom au phénomène. Au Mexique, les Mayas qui ont décrit la même chose l'ont appelé Hurakan, ce qui a donné ensuite le mot "Ouragan" (hurricane en anglais). Ainsi le texte hébreu aurait juste ensuite été transformé, embelli, pour donner de l'importance à un Dieu qui protégerait ce peuple "élu", comme les auteurs falsificateurs de la Bible en ont l'habitude. Dans la réalité, "Dieu" n'a pas puni seulement les Égyptiens, les témoignages rassemblés dans Monde en collision prouvant que tous les peuples de la terre, Hébreux compris, ont souffert de catastrophes dans cette période. Parmi les israélites qui avaient survécu aux premières d'entre elles, beaucoup périrent ensuite dans le raz de marée qui suivit comme le raconte le psaume 68 :  "mon peuple, qui resta dans les profondeurs de la mer". Non seulement des peuples d'Asie et d'Amérique racontent la même catastrophe, mais ils décrivent aussi la "manne", cette nourriture qui tombe du ciel...*²

* Cf. La crise civilisationnelle vue par l'enseignement des mythes.

Cf. Vérité climatique.

 

Clé 3 : La programmation de l'esprit.

Les programmateurs de la Matrice asservissante savent qu'une même chose peut être perçue de plusieurs manières. C’est pourquoi ils s'attachent à orienter l'état de nos connaissances, de notre construction mentale, pour que le sens apparent donne le sentiment de reposer sur un choix - je crois, je ne crois pas - tout en en occultant le sens profond. Ils s'attachent à ce que nous nous nous contentions de l’apparente forme, l'image extérieure, avec le sentiment d'un possible choix (vrai ou faux), sans percevoir la profondeur de chaque chose.

Le travail consiste ainsi à organiser nos croyances et par-là même nos convictions, et ce à travers un rituel répétitif de conditionnement de l'inconscient (le subconscient) par leurs acteurs-relais sous contrôle (politiques, journalistes, philosophes, scientifiques, experts divers, éducateurs académiques...). Cette dissonance cognitive débouche sur des habitudes, autrement dit le petit train-train qui crée un sentiment de sécurité envers le système, et qui progressivement annihile notre capacité à nous interroger. Tant que nous restons bien docile et assujetti au système de contrôle institué, nous avons l'illusion d'une certaine marge de confort, celle d'un choix. Dès que nous nous mettons en route pour modifier la trajectoire de notre destinée par une autre manière de penser, de percevoir, alors l'énorme machine broyeuse se met en marche pour nous en empêcher, pour nous "éliminer".

Cf. Contrôle mental & Comment changer son regard ?.

 

La religion du consentement

L'instauration de la religion babylonienne à grande échelle par les "Illuminati"*, relais terrestres du corpus prédateur de la 4ème dimension de réalité, a constitué à travers les grandes religions monothéistes le leurre de l’humanité. En consentant à ces religions et à leur enseignement dévoyé, les peuples donnent pouvoir aux entités asservissantes. En effet, une grande loi en vigueur dans le fonctionnement de l'univers*² est celle du consentement. Il peut être obtenu de manière directe, comme par exemple à chaque fois que l’on se déplace pour voter, tous les partis politiques et tous les politiciens étant sous contrôle. Aussi se déplacer pour voter c’est dire oui au système. Le consentement peut également s'obtenir de manière indirecte, par suggestion subliminale adressée à l'inconscient. C'est le rôle dévolu à la publicité, aux médias d'information comme de divertissement, tout particulièrement la télévision et le cinéma*³. Ce dernier constitue en effet une énorme programmation prédictive qui permet d’obtenir le consentement des gens, la plupart des acteurs étant sous contrôle mental total.

"Qui ne dit rien consent" est bel et bien la clé de notre esclavage sous couvert de libre arbitre et de démocratie. Nous sommes pleinement responsable de notre esclavage et c'est pourquoi la clé de notre libération est purement intérieure. Elle ne pourra JAMAIS venir de l'extérieur (Dieu, les anges, les archanges, les maîtres ascensionnés...), contrairement aux placebos spirituels que nous nous créons dans nos engagements en église, en fraternelles secrètes, et dans les méandres sirupeux des grands prophètes de l'escroquerie New Age (énergies libres, bio, écoles pour les nouveaux enfants, nouvelles entreprises "sans patrons", coaching, monnaies locales ou alternatives, écoconstructions...). Même si ces initiatives participent indéniablement de l'Évolution de l'être humain, elles ne sont que l'envers de la même matrice de 3ème densité, et de ce fait parfaitement orchestrées par les Élites au service du système prédateur. Y consentir dans l'illusion de leur justesse pour notre avenir nous maintient prisonnier de l'asservissement auquel par notre non-conscience nous consentons.

La promotion de ces technologies de bien-être, de progrès et d'amélioration de la vie, ne font que proposer une illusion alternative à notre société décadente de 3ème densité. Elle construit et impose insidieusement la prison dorée de l'Âge d'Or - l'ère du Verseau -, mais n'a rien à voir avec l'élévation de l'Âme humaine pour fusionner avec l'Esprit universel, l'Intelligence !

* Cf. La nouvelle religion universelle.

Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

*³ Cf. Contrôle mental & Le cinéma de la Matrice (1).

 

L'illusion de l'Or terrestre

L'Or symbolise l'éclat lumineux de la matière terrestre, qui fascine les êtres humains non individués en raison de la prégnance de l'entité prédatrice qui domine leur égo-mental. Elle est source de pulsions névrotiques quant à sa conquête/acquisition, et de désirs psychotiques quant à son accumulation. L'or constitue ainsi une tentation de limitation de sa souveraineté existentielle, celle qui lui permet d'être un créateur libre de la matière par la maîtrise de la science atomique, non pour la pervertir mais pour la sublimer. C'est toute la raison d'être de l'entité reptilienne involutive - le serpent tentateur biblique - que de conduire l'être humain sous hypnose à céder à la tentation sans aucune prudence, autrement dit de sauter dans le piège tendu à son âme sans regarder d’abord.

Dans le conte biblique, cette histoire de la tentation qui se déroule dans le jardin d’Éden est aussi l’histoire de l’humanité conduite aux promesses, illusions et mirages, de la croyance monothéiste, rendant l'être humain prisonnier du temps linéaire, chronologique, et de l’unidimensionnalité. En mangeant du fruit de l’arbre de la connaissance, celle du Bien et du Mal, il cède à la tentation du plaisir personnel, celui de son égo-mental sous contrôle des Forces de l'Ombre et des Ténèbres. Il est irrémédiablement piégé !

Les clés de l’Étoile mystérieuse

L'Étoile mystérieuse est le dixième album de bande dessinée des Aventures de Tintin, paru en 1942.  Il se fonde sur la chute, dans les régions arctiques, d'un aérolithe qui contiendrait un métal inconnu. Le bateau de l'expédition pour le retrouver (image 3) s'appelle Sirius, comme l'étoile double du Soleil, dont la luminosité est vingt fois plus puissante que ce dernier. La première est la véritable Lumière que nous devons chercher à l'intérieur de nous-même, afin de sortir de l'illusion de la 3ème dimension, son "faux" soleil dans le "faux" système solaire créateur de l'illusion de la Matrice asservissante. Comme toujours, les clés de la Vérité sont dissimulées sous le voile de la science-fiction *... que le chercheur de vérité, tel le professeur Tournesol, s'attache à découvrir à l'image de l'Hermite (Hermès), l'arcane VIIII du Tarot, porteur de sagesse et de connaissance (image 4)...

* Cf. Le cinéma de la Matrice (2) La science réalité.


Les moyens de la programmation reposent d'abord sur le système éducatif qui, dès l'âge de 7 ans, délivrent des savoirs qui, au-delà de la justesse ou non de leurs contenus, façonnent un esprit de raison (plus facile à programmer) au détriment de l'intuition, son pendant à part égale nécessaire au juste discernement. Puis le relais est pris par la machinerie médiatique, dont le sacro-saint journal audio-visuel, grand show de la propagande institutionnelle, cadencé précisément pour délivrer un contenu de bric et de broc à dominante émotionnelle. Le reste est centré sur le divertissement, soit l'évasion de l'esprit conscient du moment présent, et la fiction, qui mélange vrai et faux sans possibilité de les distinguer.

A ces poisons psychiques se rajoutent les toxicités reçues par la technologie, tout particulièrement les ondes électro-magnétiques des supports de communication usités, par la chimie industrielle et médicale menteuse, et par l'alimentaire dénaturé*.

* Cf. Conscience nutritionnelle.

Le contrôle mental par la science

La théorie de la relativité du physicien Albert Einstein est par nature limitante, empêchant l'être humain de s'affranchir de l'esclavagisme du temps*. Celle de l'évolution du paléontologue Charles Darwin*², bien que sérieusement remise en cause, lui inculque la loi du plus fort et de l'indispensable compétition mortifère pour sa survie. Quant à l'imposture de la vaccination du chimiste physicien Louis Pasteur (mise au point en Chine au X° siècle), elle justifie la distillation de poisons type aluminium par la "mafia" médicale, la partie inféodée au système prédateur, sans garantir nullement l'immunité contre la maladie.

* Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

C'est en fait son grand-père, le naturaliste et poète Erasmus Darwin, qui mit au point cette théorie. Il était membre à haut niveau d'une société maçonnique, la célèbre loge de Canongate à Édimbourg en Écosse...


La grande illusion

La plus grande illusion créée par la fausse matrice est celle de la Mort, célébrée dès la venue au monde de mille et une façons pour cacher à l'être humain sa véritable nature immortelle, au mieux de manière compassionnelle, au pire en la déployant dans les pratiques civilisationnelles (guerres, toxicités addictives, chimie, sacrifices...). Les religions d'essence babylonienne* sont en charge de son ancrage dans l'inconscient, comme l’Église romaine avec la crucifixion de Jésus ou le rituel de type cannibale de la communion (boire le sang et manger le corps du Christ). Ainsi sont actionnées par la force de la croyance nourrie de crainte et de peur les gènes du vieillissement et de la mort.

Quant aux grands avatars (Bouddha, Krishna, Jésus...), ils sont mis en avant par le gouvernement occulte comme caution morale du système établi - fabrication des grandes religions qui voient Dieu comme extérieur à l'être humain -, une partie de leur enseignement restant voilé. Ils sont les faux bergers des vrais moutons ...

* Cf. L’Église romaine décodée.


La boîte à outils magique de la guérison spirituelle

Dans une société qui a sacralisé les prétendus sachants, experts, tout en haut de l'échelle, nous sommes amené contre-naturellement à confier nos maux, désarrois et espoirs aux thérapeutes du corps et de l'esprit : médecins, psy-chologues ou -chiatres, hypnotiseurs, énergéticiens, magnétiseurs, médiums, voyants, tarologues, mages... Ils sont légion celles et ceux qui font commerce de notre hypnose profonde, qui nous a coupé de la guidance protectrice de notre Soi supérieur par notre Âme unifiée, et ce à travers une foultitude d'outils et méthodes, la "boîte de guérison magique" : Emotional Freedom Techniques dites E.M.T. (Techniques de libération émotionnelle), Eye Movement Desensitization and Reprocessing dit E.M.D.R. (désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires), Pyramidal Memories Transmutation dite P.M.T. (transmutation des mémoires), Thematic Apperception Test dit T.A.T. (reproductions destinées à stimuler la production imaginaire), Electrical Magnetic Fields dite EMF Balancing Therapy (harmonisation des champs électromagnétiques qui entourent et pénètrent notre corps physique), Lester Levenson (méthode de lâcher-prise et de libération motionnelle), Numen Process (procédé de programmation gestuelle pour faire circuler l'énergie ou l'information/lumière censé neutraliser les trois filtres de croyances que sont les centres intellectuel, émotionnel et primaire), Reïki (thérapie énergétique et psychocorporelle), Ho'oponopono (rituel de pardon et de réconciliation), Rolfing ("intégration structurale du corps et du mouvement", méthode musculo-squelettique avec massage des tissus profonds pour libération émotionnelle développée durant les années 1950 par une doctoresse en biochimie américaine Ida Rolf), CNV (Communication Non Violente ou transformative), Maïeusthésie (action de psychothérapie accompagnant la naissance des parts de soi restées en attente dans notre histoire personnelle ou familiale suite à des blessures de vie), Hypnose Ericksonienne, Programmation Neuro Linguistique dite PNL (ensemble de techniques de communication et de transformation de soi qui s'intéresse à nos réactions plutôt qu'aux origines de nos comportements), Satsang (discipline spirituelle à part entière qui consiste à s'asseoir en groupe face à un enseignant pour l'écouter), Karma-Yoga (yoga de l'action désintéressée), Chamanisme (médiation entre les êtres humains et les esprits de la nature quels qu'ils soient), Thérapie Quantique (énergie porteuse de l'information de guérison), Thérapie angélique (ou des archanges, maîtres ascensionnés, grands avatars...), Qi gonq (gymnastique traditionnelle chinoise et science de la respiration), Initial Path Room dit IPR (enlèvement d'implants), Mantras (phrases sacrées récitées en boucle), Sophrologie (pratique psycho-corporelle qui s'appuie essentiellement sur la détente physique), Neurofeedback (ouverture d'une brèche dans la conscience en laissant passer sa conscience trans-dimensionnelle), Operating Thetan (Thétan Opérant est un état de conscience spirituelle dans lequel l’individu est capable non seulement de se contrôler lui-même, mais aussi de contrôler son environnement d’après Scientology France), ou encore les "philosophies alimentaires" que sont le Véganisme et le Respirianisme et qui agissent insidieusement sur le génome...

Bien sûr que le praticien médical est dans de nombreux cas nécessaire lorsque la maladie qui nous ronge ou l'accident qui nous blesse nécessitent l'administration efficace de ses savoirs. Mais pour le reste, ce n'est que bien souvent du vol énergétique, celui du pouvoir que nous leur accordons et abandonnons en toute inconscience de Qui Nous Sommes véritablement. Nous autorisons alors la relation de prédation, qui peut s'établir entre "soignant" - celui qui nie son Soi - et "soigné"- qui, le Soi nié, en fait de même. C'est la partition involutive du moi immature *, celle qui établit par l'anneau de pouvoir consenti la relation de dominant à dominé, de bourreau à victime, avec l'illusion du sauveur bienfaiteur pour l'un et l'autre : le sauveur qui agit, le sauveur espéré. 

Cf. Prédation spirituelle et voie de sortie.

Le déni collectif de l'existence d’un Gouvernement Mondial Occulte

La psyché de l'être humain est, par l'inconscient qui le gouverne à 95 %*, programmable par une forte autorité dominatrice, que ce soit individuellement ou collectivement. Ce principe d’administration des masses fonctionne pour toutes sortes d’enseignements concernant la culture, à partir de dogmes qui ne sont pas exclusivement religieux : idéologies politiques, philosophiques, scientifiques, économiques... Ils sont constitutifs de croyances, source de conditionnements, inculquées facilement à travers l’enseignement dispensé, de manière directe ou indirecte par voie subliminale. Ils sont une forme de lavage de cerveau, la simple adhésion à l’autorité familiale traditionnelle en en étant le point générateur*². Ces croyances se transforment en projets sociétaux dans les jeunes cerveaux malléables, et deviennent des destinées tant collectives qu'individuelles qui se figent avec le temps. Elles constituent le cadre de la "pensée unique" pour ceux qui veulent habilement administrer une population, celle-ci favorisant grandement la stabilité sociale et politique. 

La pensée unique s'appuie sur les peurs induites tant par la forme coercitive de l'enseignement distillé*³ que les mémoires individuelles enfouies, qui fragilisent et emprisonnent l’individu. Ces peurs constituent d’excellents outils de manipulation et de chantage (ainsi contrôlons-nous les jeunes enfants difficiles par la peur de la sorcière, de l'ogre ou du loup qui viendra l’enlever). C'est l'explication du déni collectif de l'hypothétique Gouvernance Occulte, cette simple croyance étant un conditionnement basé sur la peur inconsciente, individuelle et collective, de la maltraitance et des représailles de cette immense autorité paternelle perverse qui aurait dû être protectrice et bienveillante. Le "mouton" ne pourrait en profiter correctement s’il connaissait d’avance sa destinée, celle d'être tondu, exploité, sacrifié. Aussi cette pensée inconsciente commune veut que s'il est probable que cette structure globale existe, la nommer et la critiquer seraient synonymes d’accepter son assujettissement et son impuissance. Mieux vaut alors ne pas la connaître, tellement elle est effrayante. Comme le mal absolu existe et que nous n’y pouvons rien, si ce n’est prier pour qu’il ne s’intéresse pas à nous, seule la mort est à même de nous délivrer de sa fatale emprise. En attendant, nous vivons du mieux possible notre vie en oubliant cette sinistre réalité, la dénonciation ne pouvant qu’entrainer un châtiment inutile.

C'est pourquoi cette autorité cachée et toute puissante utilise en permanence le harcèlement moral comme outil de domination. Elle protège, culpabilise, punit et récompense le tout en même temps. Qui va aller s’y opposer ou simplement la désigner ? Son principe est simple : "Plus gros est le mensonge, mieux il est accepté". C’est la loi bien connue de tous les escrocs qui pensent ainsi : "Personne ne pourra deviner que c’est faux, personne !". Il en résulte un univers violent, froid, cruel et dénué d’amour, marque de la réalité du monde secret de la Grande Gouvernance Planétaire. Ses agents et représentants terrestres ont développé des procédés de contrôle de la pensée, afin de manipuler les croyances populaires, l'éducation, les médias en charge des actualités sportives, diplomatiques ou mondaines, ces fausses informations n'étant que le prétexte de cet Ordre Mondial occulte pour "normaliser" la multitude d'ignorants et paresseux afin qu'ils restent détournés de la Réalité. Ils ont conçu des technologies méconnues du grand public, tels que les épandages chimiques par avion, le système HAARP (utilisation de la ionosphère à des fins militaires), les vaccins, les OGM, la nourriture industrielle, la nano-technologie, le contrôle de la pensée (mind control) etc. Ces technologies et procédés ont pour objectif de ralentir le potentiel d'évolution de l'humain vers sa Supra-conscience, qui n'est autre que sa conscience véritable, naturelle, légitime.

Au cœur de son système bien huilé tourne un moteur psychique, générateur d’énergie. Il fonctionne avec une énergie gratuite, celle produite en permanence par la souffrance de l’humanité, grâce à la lobotomie réalisée consistant en l'altération de la substance blanche d’un lobe cérébral. Le but recherché est la passivité et l’obéissance. Son sommet s’avère être celui d’une pyramide, clef de voûte d’un système parfait d'asservissement total qui ne rend possible aucune opposition, chacun étant sans le savoir à son service quotidiennement. Il n'est ni plus ni moins que la marque d'un gigantesque complot contre l’humanité par des forces prédatrices involutives *³.

* Cf. Esprit global & Fonctionnement du corps biologique.

Cf. Prédation manipulatoire & Le contrôle du robot biologique.

*³ Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante, Les acteurs de la Matrice falsifiée & Les psychopathes qui nous gouvernent.

 

Clé 4 : Les faux dieux psychopathes créateurs.

Toutes les grandes religions du Livre sont basées sur un grossier mensonge concernant l'explication de la Création, Ce Qui Est*. Même si la soi-disant Révolution des Lumières a érigé la pensée rationaliste comme phare de la pensée, elles continuent à nourrir l'inconscient collectif de leurs miasmes putrides, et à entretenir le jeu de la division entre croyants et non croyants, contribuant au grand festin de la prédation psychique.

Toute explication alternative est rejetée sine die par les partisans enflammés des deux camps - religieux et scientifiques -, alors même que leurs représentants ne cessent d'investir massivement dans les moyens technologiques extraterrestres, reconnaissant à mots couverts que nous ne sommes effectivement pas seuls dans l'univers.

Une fois encore, les clés explicatives sont dissimulées dans les mythes présentés comme les fables superstitieuses laissées aux peuples ignorants des civilisations antiques*². "Demandez, et l'on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l'on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l'on ouvre à celui qui frappe." Matthieu 7 et 8.

Cf. Le Judaïsme décodé & L’Église romaine décodée.

Cf. Vérité civilisationnelle.

 

Le dieu psychopathe tyrannique est un vampire assoiffé de sang, déguisé pour ses chantres lyriques illusionnés en dieu d'amour pour ses créatures. Les textes bibliques sont clairs, sans équivoque ! Yahvé (YHWH) donne l'ordre aux Hébreux de lui consacrer, pour ne pas dire sacrifier, tous leurs premiers nés mâles, hommes et animaux. Dans Exode 13:1-2, l’Éternel parle à Moïse, et dit : "Consacre-moi tout premier-né, tout premier-né parmi les enfants d'Israël, tant des hommes que des animaux : il m'appartient." Pour être clair sur ce que YHWH entend par consacrer les premier nés, Nombres 8:17 précise : "Car tout premier-né des enfants d'Israël m'appartient, tant des hommes que des animaux; le jour où j'ai frappé tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, je me les suis consacrés." Consacrer les premiers-nés pour YHWH consiste bien à les tuer, à les sacrifier, que ce soit les hommes ou des animaux. C'est clair comme de l'eau de roche !

Qui plus est, YHWH avoue que c'était pour les frapper d'horreur. Sacrifier des animaux ne les aurait pas frappé d'horreur, mais  des nourrissons de 8 jours oui ! Et c'est exactement ce qui s'est passé. Ézéchiel 20:25-26 : "Et j'allai jusqu'à leur donner des lois qui n'étaient pas bonnes et des coutumes dont ils ne pouvaient pas vivre, et je les souillai par leurs offrandes, en leur faisant sacrifier tout premier-né, pour les frapper d'horreur, afin qu'ils sachent que je suis Yahvé".

Et pour bien enfoncer le clou vicié dans les stigmates désacralisées glissé dans la psyché des fous de Dieu, "Il" demande pour déterminer la foi d’Abraham, le patriarche relais terrestre d'évangélisation des foules stupides, son allégeance en sacrifiant sine die son fils ! Homme de sagesse Abraham, tel que professé ? Soumis comme tout esclave ayant renoncé à sa souveraineté existentielle, il accepte d’obéir à cette requête ignoble. Quiconque possède un minimum de conscience saura distinguer la mascarade narrée. Ce n’est pas pour une action de grâce qu’Abraham l'enfiévré aveugle est béni par Yahvé son Dieu d'allégeance, mais pour le fait d’être prêt à ôter la vie de son propre fils !

Et la mascarade sanglante perdure depuis...

Exode (12 et 13) : signe du sang de l'Agneau

"Cette nuit-là, je passerai dans le pays d’Égypte, et je frapperai tous les premiers-nés du pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu'aux animaux, et j'exercerai des jugements contre tous les dieux de l’Égypte. Je suis l’Éternel. Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n'y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Égypte."

Alors survint la neuvième plaie, qui dura trois jours, toute l’Égypte étant enveloppée d’un voile épais et impénétrable de ténèbres qui étouffait toutes les lumières allumées. Moïse avait demandé aux Hébreux de sacrifier un agneau dans chaque maison, de prendre un peu de son sang et d'en badigeonner les poteaux de leur porte d'entrée.

Ce signe du sang a permis au fléau de la mort des premiers nés d'épargner les familles des Hébreux, Yahweh ayant envoyé une dixième et dernière plaie sur l’Égypte : tout premier-né dans le pays sera frappé à mort par l’Éternel. Mais les premiers-nés d’Israël, protégés par le sang de l’agneau de la Pâque, sont épargnés et conservés en vie...

Dès la sortie d’Égypte, "Dieu" a commencé à conduire son peuple par la colonne de nuée* le jour et une colonne de feu la nuit.

* Le lien peut être établi avec les chemtrails, ces tracés de la mort observés dans le ciel...

La marque de la "Bête"

Il y a plusieurs manières de lire le mythe de la sortie d’Égypte du peuple Hébreu. La conventionnelle, célébrant par ses exégètes leurrés ou corrompus le peuple "élu" de sa libération héroïque. L'alternative, qui y voit le message subliminal de la prédation qui gouverne le monde de la 3ème dimension prisonnier des boucles de la cyclicité des temps*.

Le faux Dieu présenté comme l’Éternel livre aux êtres humains endormis la clé même de son processus prédateur mortifère, décrit sous forme de "dix plaies" infligées à l'humanité (l’Égypte en l'occurrence). De l'innocence de l'enfance frappée par les pratiques pédocriminelles et l'éducatif dévoyé (les "premiers-nés") aux autres énumérations de la prédation des âmes, le sang est bel et bien le breuvage des "dieux" asservisseurs. Tout ce qui a déjà été révélé continue à se produire, seules les formes changeant selon les époques... La marque de la Bête est ainsi toujours apposée sur les "maisons" (les corps et les esprits) des êtres humains (les Égyptiens) par la technologie appropriée.

C'est ainsi que de nos jours, les plaies qui nous détruisent vont entre autres de la carte à puce au puçage sous-cutané, des vaccins à la puce RFID et aux drones de contrôle, d'autant plus par les implants greffés et leur membrane organique protectrice lors de notre véritable conception biologique...*² Et si l'inoculation accélérée des 11 vaccins aux nouveaux-nés de France ne signait le nouveau massacre des innocents dédiés au Moloch-Baal de l'ère contemporaine - l'Intelligence Artificielle -, les autistes Asperger en découlant s'avérant propices par leurs exceptionnelles capacités cognitives à la prise de pouvoir définitive des âmes et consciences par la monstruosité technologique de ses maîtres entropiques...

* Cf. Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ?

Cf. Vérité civilisationnelle.


Clés hollywoodiennes de la réalité extraterrestre

Contact est un film américain de science-fiction réalisé par Robert Zemeckis, sorti en 1997, adapté du roman éponyme de l'éminent scientifique et astronome états-unien Carl Edward Sagan (1934/1996) paru en 1985. Le film met en scène une chercheuse * (Jodie Foster) travaillant pour la structure étatique officielle SETI - Search for Extra-Terrestrial Intelligence - à l'observatoire d'Arecibo au Porto Rico. Elle découvre un message radio extraterrestre, que les autorités vont déchiffrer afin d'établir un contact. Pour ce faire, une machine monumentale et complexe est construite au Cap Canaveral grâce aux indications fournies, consistant en une capsule qui contient un seul humain et qui est lâchée dans trois gigantesques anneaux en rotation rapide pour traverser une série de trous de ver. La scientifique va ainsi observer des systèmes solaires et des constructions dignes d'une civilisation avancée, pour arriver finalement dans un endroit qui lui est familier. N'obtenant que des réponses évasives de l'entité extraterrestre se présentant et ayant pris l'apparence de son père, elle revient sur "Terre". Un financement continu est alors accordé à Arroway pour qu'elle poursuive son programme SETI au Very Large Array.

Le message à comprendre est que le contact extraterrestre ne peut s'établir avec l'humanité qu'en puisant de l'information dans le psychisme humain... La scientifique est simplement entrée dans le vide quantique, là où toutes les informations sont disponibles ! Physiquement, il ne peut y avoir de contact, seule la fréquence vibratoire intérieure permettant la circulation de l'information.

* Son nom dans le film est le docteur Eleanor "Ellie" Arroway. "El" signifie l'Ange divin, et "Arroway" est une contraction signifiant la flèche (arrow) qui montre le chemin (way). Autrement dit, la flèche qui nous montre le chemin du divin.

 

De deux chose l'une : le phénomène alien est, soit entièrement une question d'erreur d'identification, d'hallucinations et de mystifications*, soit un phénomène connu de la nature, par exemple, de nature météorologique. Il constitue un domaine entièrement nouveau de la connaissance de la nature, encore totalement inexplorée, aussi inexplorée et aussi non imaginée que les processus nucléaires l'auraient été il y a un siècle. C'est pourquoi continuer l'étude d'événements anomaux rapportés est important : il peut nous fournir un théorème d'existence pour les nouveaux modèles de réalité physique.

* Les manifestations alien sont les produits d'une technologie qui intègre des phénomènes physiques et psychiques, affectant principalement des variables culturelles dans notre société par la manipulation de paramètres physiologiques et psychologiques dans les témoins observateurs.

Le déguisement de la pathologie alien asservissante

D'autres manières de brouiller la réalité extraterrestre tout en l'inscrivant dans l'inconscient sont utilisées : leur présentation comme nos dieux créateurs (Alien Theory), des envahisseurs agressifs (Independence Day) ou de gentils sauveurs (ET).


C'est la machiavélique manipulation, la diabolique supercherie, visant à occulter à l’esprit qu’en réalité l’invasion a déjà eu lieu ! Les psychopathes de la 4-D comme leurs relais terrestres inféodés de 3-D sont bel et bien au pouvoir, alors que tout le monde cherche et attend la venue pacifique ou belliqueuse d’extraterrestres sans regarder dans la bonne direction, là où ils se trouvent. Ces extraterrestres d’apparence plus ou moins humaine proposés dans les multiples produits culturels (cinéma, bande dessinée, littérature, parcs d'attraction...) sont des intermédiaires, des agents de substitution masquant la réalité qui nous gouverne. Tout le monde attend que quelque chose se produise, comme une révélation ou ce qui surviendrait après une révélation, alors que c’est déjà arrivé. C’est ici et MAINTENANT, depuis fort longtemps ! Par ce paravent, ils essayent de préparer les gens à des extraterrestres physiques, matériels, que ce soit par l’invasion annoncée ou par le "dieu extraterrestre" approprié à la religion du transhumanisme en cours d'érection. Rien pourtant de surnaturel, juste une réalité hyperdimensionnelle que la majorité des individus profondément anesthésiés sont dans la totale incapacité d'imaginer. La réalité est que l'invasion des psychopathes a déjà eu lieu, et qu'elle ne cesse désormais de monter en puissance en cette fin de cyclicité civilisationnelle !

Le culte morbide de la réalité extraterrestre asservissante

De tous temps, les cultes à caractère satanique sont rendus aux dieux entropiques de l'Astral afin d'entretenir l'égrégore terrestre de mort. Parmi les nombreux groupements à caractère religieux qui s'y adonnent, autrement nommés sectes*, se distingue Heaven's Gate, ("La Porte du Paradis"), mouvement religieux ufologique (co)fondé au début des années 1970 aux États-Unis. Il est connu pour le suicide collectif de 39 adeptes qui eut lieu le 26 mars 1997, lors du passage de la comète Hale-Bopp, alors qu'ils croyaient que leur âme allait rejoindre un vaisseau spatial supposé caché derrière la comète et transportant Jésus.

Il était enseigné aux adeptes qu'ils étaient des extraterrestres, plus exactement possédés par des esprits extraterrestres par transfert d'âme (notion de "walk-in"*²). Cette idée permettait au groupe de renforcer la possibilité d'effacer leur ancienne identité d'être humain. La conviction de l'existence d'un vaisseau spatial caché dans la queue de la comète Hale-Bopp a été initiée par l'écoute d'une émission de radio, point déclencheur du suicide collectif en trois vagues par ingestion de phénobarbital mélangé à de la vodka et de la compote de pomme, et en se nouant un sac plastique autour de leur tête.

Si ce mouvement est censé s'être éteint depuis plus de 20 ans, le site web de la secte est toujours en ligne, assuré par les "survivants"...

* Cf. La nouvelle religion universelle.

Cf. Le cheminement de l’Âme.

 

En décodant les textes sacrés et en observant les pratiques des différents peuples de la terre depuis les temps antiques, nous comprenons que se cache derrière le faux divin vénéré l'archétype serpent/dragon* dont parlent toutes les mythologies : le serpent à plumes Quetzalcóatl des Aztèques et Toltèques, le dragon des Scandinaves, de Chine et du Japon, le serpent des Aborigènes d’Australie, le serpent Ananta (Sesha) des Indiens, le serpent d'Afrique noire (Bantous, Dogons...), le Damballah Wedo dans le vaudou haïtien... Lorsqu'il n'est pas dédié à célébrer les forces positives du Vivant - la fertilité et la connaissance -, il honore les forces entropiques que sont les dieux reptiliens prédateurs...

* Cf. Décryptage de l'égo & Le mythe du péché, ou la mise sous tutelle de l'humain.

Les Maîtres du grand jeu planétaire, ou l’imposture secrète de l’élite prédatrice régnante

C'est en coulisses que se trouve le cœur du système prédateur, la vraie cause. Il est structuré et ordonné par une petite élite planétaire que d'aucuns qualifient d'"Illuminati", plus justement "Obscurati", ne représentant que 1/100 000 (0,000001 %) de la population, mais cependant 90% des richesses et du pouvoir. C’est elle qui a conçu méthodiquement depuis la Grande Babylone la règle du grand jeu planétaire, sur quelques milliers de générations. Sa logique figée, de ce fait entropique, est devenue celle de tous. Elle est en passe d'atteindre aujourd’hui son but final, le contrôle total des peuples, pour les soumettre à son service exclusif dans le cadre d'une Gouvernance mondiale*.

Si cette élite occulte tire habilement toutes les ficelles du jeu, c’est parce qu'elle maîtrise seule la technique pour créer les évènements dans le cadre d'un agenda cosmique. Elle a le monopole des causes, de ce fait des effets, et donc de tous les jeux terrestres. Elle contrôle toutes nos vies parce qu’elle nous fait penser à sa place*². Tel un essaim - la ruche - instinctivement nous vivons, pensons et créons pour elle sans le savoir. Nous sommes comme les millions de joueurs hypnotisés dans un immense casino qui ne joueraient que pour un seul joueur. Elle se sert elle-même avec une grande perversion narcissique, à travers le bénéfice des jeux sociaux qu’elle maîtrise complètement. Elle se gave grâce à la peine de tous. Nous sommes de ce fait ses créatures inconscientes, les personnages de ses jeux virtuels, des avatars dans un quotidien que nous vivons si passionnément par les artifices illusoires créés. Bien calés au fond de leurs fauteuils, tout en haut de grandes tours de verre, nos concepteurs jouent avec nos idées et nos émotions. Et pendant ce temps-là, nous les prenons pour Dieu lui-même. C'est le triomphe de l'imposture de fermiers psychopathes infligée à des moutons préférant bêler et se faire tondre plutôt que de rechercher avec dignité Qui Ils Sont...

* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen, La nouvelle religion universelle, Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Cf. Contrôle mental, Prédation manipulatoire, Le contrôle du robot biologique & Symbolisme et artifices de la Matrice.

 

De l’État profond : le "Deep State"

Le Deep State n'est pas une organisation homogène. Il n'a pas non plus de contrôle central. Ce n'est pas une conspiration d'espions qui se réunissent en secret et complotent pour prendre le contrôle d'un pays. Il comprend plutôt des centaines de milliers de gens qui gèrent déjà la nation, dont la plupart sont des "Portails Organiques"*. C'est une alliance souple et tacite entre compères, politiciens, bureaucrates, consultants, experts, économistes, lobbyistes, journalistes, professeurs, tout le complexe des soins de santé ainsi que l'armée et ses sous-traitants. Si les gens qui le composent ont de nombreux intérêts qui se font concurrence, ils ont un programme commun qui l'emporte sur tout cela : transférer le pouvoir, le statut et la richesse du public vers eux-mêmes. Ils ne peuvent s'enrichir qu'en appauvrissant les citoyens, le "peuple" des ignorants. C'est pourquoi les dépenses budgétaires, la dette et la fausse monnaie ne vont que dans une direction, le haut de la pyramide.

Le Deep State compte trois pieds : l'un contrôle les armes, l'autre cherche à contrôler les électeurs, le troisième contrôle l'argent. Le plus puissant et le plus dangereux de ces trois pieds est le complexe militaro-industriel, expliquant l'importance de la dotation budgétaire étatique qui lui est consacré. Puis vient l'élite dite intellectuelle, politiquement correcte et principalement progressiste, qui domine les universités, les médias et le complexe de la santé, de l'éducation et de la protection sociale. Enfin, l'industrie financière, qui ne s'intéresse pas à la politique, fait cependant alliance avec elle car elle sait que la fausse monnaie en découle, afin de s'assurer que l'argent facile continue à couler abondamment.

Il y a bien sûr un combat interne entre les différentes factions du Deep State, qui voit leurs membres agir quel que soit leur bord moins en intendants honnêtes du bien public qu'en hommes de main, nervis ou séides, défendant leur chef mafieux. C'est la recette classique de la Matrice involutive depuis ses origines. De la Rome antique au Venezuela moderne, la route de la ruine est clairement indiquée, bien éclairée et largement parcourue.

Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée & Les psychopathes qui nous gouvernent.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Corporatocratie asservissante

La corporatocratie ou corpocratie, du latin corpocratio ("des personnes qui forment un tout") et du grec Kratos ("pouvoir", "gouvernement"), est un système économique et politique, forme avancée du capitalisme, contrôlé par des sociétés commerciales. Ce terme diffère du corporatisme, qui consiste à organiser la société en groupes ayant des intérêts communs. Il découle de la faiblesse des partis politiques nationaux dans l'orchestration de la vie sociétale, constituant la représentation forte d'intérêts privés individuels n'hésitant pas pour aboutir à leurs fins à financer des campagnes électorales. Il joue la carte de la mondialisation, la globalisation, au détriment des travailleurs et des citoyens. Il s'appuie pour sa pérennité sur l'effet de taille, celui d'une entreprise trop grosse pour tomber (en anglais "too big too fail").

L'auteur sociologue américain Charles Wright Mills (1916/1962) a décrit en 1956 une "élite du pouvoir", soit des personnes fortunées occupant des postes de premier plan dans les corporatocraties. Elles contrôlent les processus qui déterminent l'économie et la politique d'une société, les politiciens "achetés" pour exercer le pouvoir n'étant que leurs valets, leurs laquais, tout comme les "assassins financiers" (traders, spéculateurs, experts économistes, lobbyistes, consultants...) grassement payés pour exécuter la partition mortifère de la prédation sans vergogne des ressources et des peuples, sans oublier les "chacals tueurs" et exécuteurs des basses œuvres pour les "récalcitrants"*.

Ce concept est utilisé afin d'expliquer les sauvetages indignes de banques responsables des constantes dérives des marchés financiers (ainsi lors de la crise économique de 2008), la rémunération excessive des dirigeants, dans des plaintes telles que l'exploitation de trésors nationaux, de personnes et de ressources naturelles, les paradis fiscaux et structures offshore de dissimulation d'argent, la mainmise sur l'information et le divertissement par les médias et autres sociétés culturelles inféodés aux intérêts industriels de firmes transnationales, ou encore de pratiques de prêt déloyales ainsi que par des critiques des accords de libre-échange*².

Il en résulte un colossal et incessant enrichissement sans cause des détenteurs de portefeuilles, ceux-ci bénéficiant d’un droit de prélèvement sur la richesse mondiale qui bouleverse tout par les arrangements politiques, sociaux et économiques pratiqués, qui détruisent les tissus et structures des sociétés. Qui plus est, avec les centaines de milliards tombés du ciel de la politique monétaire telle que pratiquée, non seulement les ultra-riches et les firmes contrôlent et rachètent les start-ups qui innovent ainsi que les parts de marché des sociétés traditionnelles, mais ils s’arrogent sans vergogne le pouvoir de décider de ce qui est adapté et de ce qui ne l’est pas. Le théoricien politique et homme d'État russe Vladimir Ilitch Lénine avait bel et bien raison : le capital, c’est-à-dire le petit capital, celui du public, est tellement bête qu’il tend lui-même la corde pour être pendu !

* Ainsi les assassinats successifs en 1981 des présidents socialistes insoumis du Panama et de l’Équateur, Omar Torrijos et Jaime Roldos.

Cf. Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste.

Cf. en complément le livre de John Perkins "Confessions d'un assassin économique" et le livre de l'auteur homme politique canadien Paul Theodore Hellyer "The money mafia, un monde en crise" dans lequel il explique que nos problèmes ont été provoqués par une très petite élite de gens riches impitoyablement avides de pouvoirs qui ont maintenu la population dans l’ignorance la plus totale. Il y mentionne les différents cartels "non élus"  qui opèrent dans l’ombre, avec au sommet le cartel bancaire et financier suivi du cartel pétrolier, et aborde divers sujets comme le crash de Roswell, l’impasse de la dette, l’arnaque du 11 septembre, le TTIP (partenariat transatlantique de commerce et d'investissement entre l'Union européenne et les États-Unis), le schéma de Ponzi créé par les banques et la mise en esclavage des peuples.

 

L'abîme de l'inéquité et de l'iniquité

Le mot Hébreu traduit par iniquité est Resha, qui signifie "mal, méchanceté et culpabilité". Le mot Grec derrière la traduction "Iniquité" est anomia, a qui signifie "sans" ou "absence" et nomia qui signifie "Loi". Là se trouve l'activité secrète des puissances des ténèbres dans le monde entier, appelée à s'intensifier jusqu'à atteindre son maximum. Alors tout ce qui sera considéré encore comme sacré sera ridiculisé et rejeté. L'esprit de rébellion prévaudra, et l'iniquité grandira au point que l'amour du plus grand nombre diminuera (Matthieu 24 : 10-12).

L'inéquité est l’opposé de l’intégrité et de l’abnégation, qui repose sur un principe absolu énoncé par le Deutéronome, le cinquième livre de la Bible hébraïque (Deut 25 : 13-16) : "Tu n’auras pas dans ton sac deux poids différents, un gros et un petit" (en d’autres mots pas de favoritisme, d’oppression, d’exploitation, de pot de vin, de paroles mensongères, de ruse, de manipulation stratégique etc), "Tu auras un poids exact et juste" (soit une évaluation honnête, sans tirer un profit quelconque d’une faiblesse humaine ou d’une interprétation des valeurs spirituelles), "Car quiconque fait ces choses, quiconque commet une injustice ou une iniquité est en abomination à l’Éternel" (celui qui trompe son prochain, exploite les bénévoles, opprime son prochain par abus de pouvoir se rend abominable devant Dieu).

L'iniquité quant à elle consiste dans la Bible en l’attitude de faire ce que l’on veut, sans aucun égard pour ce que Dieu veut. C’est l’exaltation de la  volonté individuelle au-dessus de la volonté de Dieu. Jésus a dit : ''C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, — que celui qui lit fasse attention !" (Matt. 24:15).

 

Clé 5 : Le code biologique manipulé.

L'emprisonnement de l'être humain dans la matrice de l'illusion prédatrice repose tant sur l'amputation de nombre de ses brins génétiques constitutifs que de sa manipulation psycho-émotionnelle, l'empêchant de pouvoir retrouver tous ses pouvoirs au-delà de ses cinq sens principaux dédiés au culte de la matière. Or la libération de l’Âme, pour permettre à l'esprit l'accès au Soi supérieur et retrouver sa pleine puissance, repose sur le processus de transmutation perpétuelle de l'ADN*, celui-ci reliant l'humain à l'Univers - le grand champ énergétique vibratoire - qui ne font alors qu’Un*². Autrement dit sa reliance à La Source, à la Matrice originelle, la Matrice des matrices.

L'éveil de conscience à Qui Nous Sommes vraiment permet de libérer nos programmes émotionnels et karmiques sous contrôle de la prédation, les changements de comportements qui en résultent impactant directement notre ADN et influençant de cette manière instantanément le comportement de l'Être que Nous Sommes et que l'Âme incarne sur d'autres plans - d'autres lignes temporelles - à travers nos "alter" (tous les plans d'incarnations de l'Âme réalisés depuis notre expérimentation de la 3ème dimension). En retrouvant notre mémoire cachée dans l'ADN, nous trouvons une clé incontournable de notre libération.

C'est pourquoi est cachée aussi bien par les religions que la science la compréhension profonde de l'ADN, celle-ci se prêtant à de nombreuses expérimentations et manipulations dans le cadre du projet transhumaniste de l'"homme augmenté" grâce à des implants cérébraux pour une interface cerveau/machine*³...

* Le travail à réaliser consiste en la libération de l'ADN du processus karmique, à savoir les mémoires-programmes générateurs de peurs et de souffrances liées constitutives de nos limites.

Cf. Le chemin de l'Ascension & Processus de transformation de conscience (1).

*³ Cf. Conscience du XXI° siècle.

 

"Nous avons maintenant atteint le point où nous pourrions potentiellement manipuler l’ADN des gens pour leur donner plus de force, d’endurance et d’autres choses, tout comme nous le faisons avec les animaux. Tout comme nous l’avons fait avec du bétail standard pour leur redonner plus, nous pouvons le faire maintenant très précisément avec les humains."

Michael Clarke, maître de conférences en études de guerre au Kings College de Londres (KCL)

Le code ADN de la matière

Tant que l'être humain illusionné s'identifie à son corps de chair, il répand les traces biologiques de son esclavage : sang, sperme, mèche de cheveu, os, peau... Il en est de même avec son nom, son adresse IP biométrique identitaire, sa traçabilité dans la Matrice cyber. En spiritualisant son corps, il élève sa vibration pour rejoindre par la conscience christique sa supraconscience, guide de sa libération.

 


Clé 6 : L'obsolescence programmée du troupeau.

"Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut". Ce principe hermétique majeur, méprisé par les sceptiques rationalistes, indique que la prédation qui nous domine et conduit nombre d'êtres humains dans des luttes et guerres incessantes pour le pouvoir, découle des forces/entités d'une dimension supérieure, la 4ème dimension de réalité, elle-même soumise à la loi des polarités entre forces planificatrices et forces asservissantes. Ce sont ces dernières qui contrôlent la constitution génétique de l'humain, expliquant sa dénaturation conduisant à son obsolescence - le fameux "chaînon manquant" -, celle-ci constituant la nourriture des forces prédatrices*. Il en découle l'état des lieux constaté de notre planète : des "petits monarques" inféodés ne cessant de se battre à l'image de la "confrérie galactique céleste" supérieure, et trois religions monothéistes - judaïsme, christianisme, islam - consistant à nous diviser pour mieux régner. Seul le label des dieux serpents belliqueux change au gré des époques, cultures et civilisations, constitutif du fanatisme de leurs dévots sous contrôle hypnotique : Anu, Osiris, Amon, Aton, Bel, Baal, Enki, Enlil, Mardouk, Yahvé/Jéhovah, Zeus, Jupiter, Dieu, Allah... Tous ces "dieux" viennent des étoiles, et réussissent la prouesse machiavélique de leur Olympe ou Panthéon à mépriser les humains esclaves - Adam en sumérien signifie "bête de somme" - tout en bénéficiant de leur idolâtrie. Point besoin de rechercher plus loin les racines du syndrome de Stockholm...*²

* Cf. Comprendre et apprivoiser la prédation.

Le syndrome de Stockholm est un phénomène psychologique observé chez des otages ayant vécu durant une période prolongée avec leurs geôliers et qui ont développé une sorte d'empathie, de contagion émotionnelle vis-à-vis de ceux-ci, selon des mécanismes complexes d'identification et de survie. Par extension, il caractérise l'attachement de la victime à son bourreau, comme dans les relations entre le dictateur et son peuple, la violence conjugale, la maltraitance, l'éducation parentale avec violence et contrainte...

Les techniques d’oppression énergétique que nous subissons tout au long de notre vie, et qui fabriquent les mirages de nos existences dès notre enfance, n'ont qu'une finalité : nous emporter loin de nous-même. Elles s'adressent aux différentes composantes du corps*, que nous regardons la plupart du temps en mode passif.

Notre corps physique est généralement intoxiqué par toutes sortes de substances plus ou moins toxiques : mauvaises graisses, excès de sucres, pollution atmosphérique et ondes électromagnétiques, toxines alimentaires, alcool, cigarettes, médicaments, vaccins, drogues en tous genres, etc…

Quant au corps mental égotique*², il est quant à lui insupportable par l'incessant ballet des pensées et des émotions liées, car omniprésent et asphyxiant, insaisissable et incontrôlable, fondamentalement égocentrique et obsessionnel, généralement frustré, paranoïaque, tantôt oppresseur, tantôt oppressé… Il est totalement conditionné par notre éducation et nos multiples expériences quotidiennes. Largement valorisé et constamment plébiscité par nos cultures modernes, nous le subissons chaque jour davantage.

Ils font que notre corps de distribution énergétique - le corps vital -, totalement méconnu et généralement méprisé, est le plus souvent endommagé : ses conduits sont obstrués et il souffre de parasitage. Son potentiel s’en trouve ainsi considérablement réduit et il devient source de pathologies dans les corps physique et mental. Les maladies ainsi provoquées demeurent bien souvent inexplicables pour la médecine conventionnelle. Ce réseau complexe de filaments énergétiques survit tant bien que mal à l’indifférence générale...*³

* Cf. Qu'est-ce que l'Homme ? & Fonctionnement du corps biologique.

*² Cf. Décryptage de l'égo.

*³ Cf. Le choix existentiel : en santé ou malade.

Cannabis et troubles mentaux

Présenté non sans raison comme un puissant médicament efficace, le cannabis justifie de plus en plus sa légalisation et sa vente en supermarché. Pourtant, à y regarder de près, il s'agit d'une manipulation d’un cynisme total dont la majorité des citoyens sont les victimes sans même le savoir. Pour le comprendre, il est nécessaire de distinguer les trois volets de ce sujet sensible.

Le premier est comme à chaque fois une histoire de très gros sous, se chiffrant en milliards d’euros, de dollars et de milliards dans toutes les monnaies, à l'instar des marchés de la drogue, du sexe, autrement dit des vices (plus de 3 milliards d'euros chiffré par l’INSEE pour la France, faisant vivre 200.000 personnes, de la tête de réseau au détaillant en passant par le grossiste). Et pour ouvrir de nouveaux marchés, il faut des idiots utiles, de la propagande, beaucoup de lobbying (relais médiatiques, "influenceurs" et autres "prescripteurs") et donc aussi beaucoup d’argent. Le cannabis n’en manque pas, ce qui permet depuis une quarantaine d'années de légaliser progressivement cette drogue au vu du nombre de ses utilisateurs et de l'importance de sa diffusion.

Le second volet est celui des bénéfices attendus de sa banalisation. Si au départ le discours était articulé autour uniquement de la douceur de la chose, de son aspect "artistique" ou "créatif", il est depuis devenu "récréatif", avant d'être maintenant "médical", plus exactement d’usage "thérapeutique" à même d'apaiser les douleurs et les souffrances physiques comme psychiques (il est utilisé dans la pharmacopée chinoise depuis environ 3000 ans)*. Encadré par des médecins, cet usage apparaît ainsi totalement justifié, et nous n’avons de ce fait pas a priori à nous y opposer. Qui plus est, légaliser permet de contrôler la production, la qualité du produit, et la vente, ce qui présente l'intérêt de rapporter de l’argent à l’État en lui permettant de le consacrer à la prévention, tout en restreignant le gigantesque marché noir qui rapporte gros à ceux qui le dirigent, de couper des voies de financement possible du terrorisme, et d'atténuer les conséquences sanitaires. Sans oublier la récupération à son profit de moyens de corruption et de financement occulte de sa politique, d’organismes paramilitaires ou policiers, et de ses "black projects" (projets dissimulés parce que non avouables)…

Le troisième volet est le véritable mobile du "crime", qui découle d'une étude réalisée dans 6 pays démontrant que la consommation de cannabis transformé, fortement concentré en THC - de 10% à 35% pour certaines variétés - (l’herbe " maison" classique est entre 2 et 5% de THC), multiplie les risques de troubles mentaux de type "psychose"*², son usage n'ayant rien à voir avec celui pratiqué selon un cadre spécifique par certains peuples traditionnels, notamment en Amazonie, par sa capacité d’influer sur la conscience de l’humain, ou celui administré avec justesse par les praticiens responsables du corps médical. Autrement dit, le cannabis présente un intérêt en termes de contrôle social à voir jeunes et moins jeunes sombrer dans la passivité des drogues douces, drogues lentes rendant amorphes.

Quoi de plus "logique" dans cette fin programmée d'un monde cynique, malade et en perte de bon sens, qui permet aux relais asservisseurs du système prédateur de contrôler ses esclaves humains zombies par cet "opium du peuple" qu'est l'addiction à la drogue ingérée sous toutes ses formes (alcool, tabac, joint, anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères, vaccins) comme transposée par la technologie utilisée (Facebook, Twitter…), celles-ci générant la dopamine, l’hormone de la modernité, qui détache inexorablement l'être humain de la réalité. Le "meilleur des mondes " commence bel et bien avec Hanouna pour se terminer avec le plein de psychotiques, car dans un monde sans sens, comment ne pas finir autrement ? Dans nos sociétés viciées, la folie est presque devenue une norme !

Pour mémoire, le laudanum (teinture d’Opium) était en vente libre avant 1915. Quant aux mammifères, ils ont coévolué avec les cannabinoïdes, que nous produisons dans notre cerveau sous forme d'endocannabinoïdes. En matière de douleurs chroniques, le cannabis (surtout le CBD) est infiniment moins dangereux que les opioïdes de synthèse, de nombreux produits aux vertus antidouleurs étant en fait, comme les anticonvulsivants, neurotoxiques. Cf. en complément sur les aspects bénéfiques du cannabis

*² Le THC (Δ9 - tétrahydrocannabinol) est la principale substance responsable des effets pharmacologiques du cannabis chez l’homme. C'est le principe actif contenu dans le cannabis et ses différents composés. L’usage régulier de ce produit transformé afin d'en pousser la puissance entraîne le syndrome amotivationnel (perception spatiale modifiée, apathie, absence d’esprit critique, etc.) 

La nuit de la conscience

Portier du Nuit est un film italien réalisé par Liliana Cavani sorti en 1974. Il narre la relation qui s'établit à Vienne en 1957 entre un ancien officier S.S., portier de nuit dans un palace hébergeant d'anciens nazis, et une femme accompagnant son mari, chef d'orchestre, qui loge dans cet hôtel. Elle est une ancienne déportée avec qui il eut dans le camp de détention une passion sadomasochiste, et qui se trouve à nouveau attirée par son ancien bourreau, redevenant sa maîtresse. Cette liaison "contre nature" se répète, obsédante, dramatique et névrotique. Les amants maudits, traqués par d'anciens nazis qui tentent de faire oublier leur passé, finiront par être abattus...

Ce film illustre le "Syndrome de Stockholm", qui caractérise une personne qui n’est pas consciente du jeu souterrain des forces à l’œuvre dans notre monde, une personne qui compartimente les choses de manière à ne pas devoir regarder les connexions impliquées, s’étant dissociée et identifiée à une interprétation rationaliste et matérialiste de la réalité, la conduisant comme esclave consentante à une inévitable destruction par son bourreau, les forces entropiques qui la dominent.

 

Clé 7 : La ritualisation de l'asservissement.

Les rites tiennent une place considérable tant dans le fonctionnement des structures que des individus. Par leur répétitivité ils impriment dans diverses zones du cerveau des marques durables‚ qui ont de grands effets sur les pensées et les comportements. Par leur aspect conservateur, ils constituent le champ morphique collectif, autrement nommé égrégore ou système de pensée. Si la ritualisation de l’existence est structurante et source de cohérence individuelle comme collective, le rite peut être source d’aliénation, de rigidification, de stéréotypie, de routine, de résistance farouche lorsqu’il est répété mécaniquement sans conscience, vidé de son sens sacré. Il enferme alors l'individu dans un processus de répétition automatique limité car borné et dévitalisé, le conduisant à la robotisation, à un anneau de soumission aliénant et destructeur. C'est le rituel, le "rite tue El", soit l'ange divin que nous sommes par notre âme, dont la réunification ouvre l'accès au Soi supérieur. C'est le sens des pratiques des sociétés occultes*, jusqu'aux sacrifices humains qui parfois s'y déroulent.

* Cf. La nouvelle religion universelle.

 

Le pacte d'asservissement

Le monothéisme est une programmation, s'appuyant sur la faculté de croire de l'être humain lorsqu'il ne sait pas, car non relié à sa supraconscience, l'Esprit universel divin. Il en résulte par le pacte établi avec "Dieu" via son prophète intermédiaire (Abraham, Moïse, Mahomet...) qu'il aurait désigné de différentes façons (buisson ardent, visite d'un archange) la mise en place de l’identité culturelle collective. C'est par ce pacte, en rupture radicale d’avec la Nature, qu'un dieu transcendant fait irruption dans l’histoire d'Israël*, se substituant aux autres dieux jusqu'alors vénérés, en exigeant que le peuple qu’il constitue obéisse à la loi qu’il institue, à vocation universelle ! Et, bien évidemment, la première et plus importante de ces lois est que le peuple lui jure allégeance, à lui et à lui seul. Cette allégeance idolâtre fait de tous ces gens, les fidèles, un peuple unifié par opposition aux "autres", les infidèles, les incroyants, les renégats, les impurs, les maudits... Ceci ne peut qu'aboutir qu'à la violence et aux abominations, à l'intérieur du peuple comme à l'extérieur. C'est ainsi que dans l’Ancien Testament, d’innombrables "autres" peuples sont effacés, et, dans le Nouveau Testament, d’innombrables autres sont colonisés (ou anéantis) et convertis dans le cadre de tels pactes. L'intention du pacte, conditionnelle, est claire : "Croyez en moi et obéissez-moi, sinon je vous anéantirai". C'est pourquoi la croyance en ce pacte qui affirme que sa vérité est La Vérité, interdisant toute autre option au prétexte qu'elle n'est pas sacrée, représente une autorisation tacite, une permission d’accepter "l’acte de vengeance" si l’accord est rompu, déclinée de différentes manières par toutes les structures patriarcales pyramidales (État, armée, entreprise...)*².

La signature par le sang est la marque du pacte. Dans celui passé avec Abraham, dans la Genèse, des animaux sont coupés en deux parties, le feu passant entre elles dans un rituel mystérieux. Il y a la coupure de la chair à la circoncision, ou de la pierre pour le pacte du Sinaï, les lois ayant été taillées dans la pierre. Cette "coupure" n'est rien d'autre que le symbole de la "séparation" de l’ADN, empêchant par les limites et les frontières suggérées l'être humain, de par son androgynie originelle (la polarité électrique masculine, Adam, et la polarité magnétique féminine, Eve), d'exprimer sa pleine puissance créatrice atomique. Celle de l'être multidimensionnel souverain qu'Il Est !

* Cf. Le Judaïsme décodé.

Cf. Le modèle pyramidal décodé.

L'interdiction "originelle" du libre arbitre

Le Père créateur "tout amour" interdit au couple humain originel d'accéder à l'Arbre de la Connaissance et en goûter les fruits sous peine de punition. Désobéissant à l'interdit par la faiblesse coupable cédant au démon (Lucifer et Satan confondus sous forme du serpent) de la femme, Eve, ils en sont chassés, perdant leur immortalité de par leur androgynie originelle, et entraînant dans la foulée la malédiction de toute l'humanité condamnée à expier la faute originelle dans l'enfer terrestre jusqu'à la fin des temps. Il en découle qu'il faut toujours écouter la parole du Père, dévoyé en l'occurrence, le servir et se prosterner, ce qui interdit derechef l'exercice éclairé de son libre arbitre, sinon nous sommes punis des plus atroces souffrances... Ou comment créer l'assujettissement à l'obéissance et à la culpabilité de désobéir !

Le sacrifice "originel" sanglant

Dans le mythe biblique, Caïn et Abel*, les deux frères issus d'Adam et Eve, font tous deux une offrande à Dieu. Abel a apporté les premiers agneaux de son troupeau. Caïn a choisi les plus beaux fruits de ses récoltes. Si Dieu accepte l'offrande d'Abel, il refuse celle de Caïn. Pourquoi ? Le récit ne le dit pas... Furieux, Caïn ne comprend pas, malgré la mise en garde de Dieu qui le met à l'épreuve : "Pourquoi es-tu irrité et pourquoi ton esprit est-il abattu ? Le péché n'est-il pas à ta porte, une bête tapie qui te convoite, pourras-tu la dominer ?". N'arrivant pas à maîtriser sa jalousie, il entraîne son frère dans un champ et le tue.

Les naïfs illusionnés y verront la marque de Satan, la face sombre de l'humain non dévoué à l’Éternel, et son errance jusque dans la tombe... Les lucides y verront le geste protecteur de ce Père manipulateur "aimant", qui décide d'assurer la vie du "frère" assassin en le marquant d'un signe pour le protéger. C'est bien lui le fils chéri dans la matière, qui a offert comme il se doit au système prédateur son rituel de sang et de mort...
Pour les êtres humains éveillés à Ce Qu'Ils Sont vraiment, la marque de Caïn traduit comme polarité évolutive la voie de transformation intérieure à réaliser - la fusion des masculin et féminin sacrés - pour changer de dimension de réalité*².

* Le nom de Caïn est lié à la racine Kan, qui dans diverses langues implique la notion de pouvoir et de puissance. C'est un premier enfant né dans la douleur selon l’Ancien Testament. Après cette naissance arrive un autre fils, né lui aussi dans les mêmes conditions. C'est Abel, dont l’étymologie en hébreu signifie "vapeur", "souffle", "existence précaire".

Cf. Le chemin de l'Ascension.

 

L'errance comme destinée, sauf si...

Caïn est le premier enfant né d’Adam et Eve après qu'ils aient été chassés du jardin d’Éden. Comme son frère Abel, leur innocence est déjà perdue. Caïn est également le premier nomade, celui qui se remet en question continuellement. Après avoir tué son frère, engendrant pour l'éternité la malédiction source de culpabilité, il va chercher à se réconcilier avec Dieu en construisant la première ville à qui il donne le nom de son fils, Hénoch, qu'il a eu avec une femme dont le nom n’est pas cité dans la Bible (on peut se demander pourquoi...). Le symbole de la ville est celui de l’élévation, d'une tentative d’édification de l’homme par son travail personnel en maitrisant la matière pour tendre les bras vers le ciel, comme un arbre cherche la lumière. Caïn a compris qu’au travers de sa faute, il devait s’assumer sans l’aide du créateur pour retrouver sa part de divinité.  L’acte de Caïn est là pour nous montrer notre faiblesse d’homme, avec la possibilité en nous de la dominer et de retrouver le chemin qui mène à la lumière.

Un pays lui a été assigné, la terre de Nod à l’orient d’Éden (Genèse 4.16). Ce pays inconnu est en fait le fruit d'un jeu de mots en hébreu entre "Nod" (verset 16) et le mot traduit par "vagabond" dans les versets 12 et 14 de ce chapitre de la Genèse. Le Pays de Nod, c'est une terre d'errance, sans limites spatiales. A l'est d’Éden, nous pouvons errer indéfiniment jusqu'à faire le tour de la Terre... et revenir par l'ouest. Nous sommes toujours comme Caïn un vagabond, un banni, un paria. Sauf si...

L'Anneau d'asservissement

Tel nous l'enseigne la production hollywoodienne Le Seigneur des Anneaux, l'anneau symbolise une alliance par une "relation privilégiée" contractée avec un autre être ou une communauté d'êtres. Anneau de mariage, contrat de travail ou d'assurance, droit de propriété,... chaque asservissement au système et à ses relais que nous contractons nous emprisonne à la matière et à ses artifices. Ils sont célébrés comme il se doit, y compris en présence de soi-disant livres sacrés, alors qu'ils ne sont que les menottes psychiques de notre appartenance à la matrice du "Service de Soi".

Le culte "sacré" des morts

Les religions comme les autorités civiles laïques célèbrent en grandes pompes la Mort, n'hésitant pas dans sa mise en scène grandiosement (grand Dieu se ment) émotionnelle. Ou comment couper l'humain de l'accès à son éternité par la régénération de l'ADN en se remémorant Qui Il Est vraiment. Pourtant, les premières enseignent que "Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes grandement dans l'erreur..." (Marc 12: 27). Quant aux secondes, elles se prosternent avec ostentation dans les lieux dédiés à la fin du voyage terrestre, l'hommage national respectueux républicain masquant la culpabilité de l’idolâtrie mortifère, y compris pour ses "enfants" sacrifiés sur les champs de ses batailles idéologiques... Ce ne sont que des opérations de récupération d'énergie occulte sous couvert de sacré divin, con-sacrées par les foules conditionnées !

Programmation par traumatisme

Le processus dissociatif est la clé de voûte de la programmation mentale, provoquée par une violente ouverture psychique et spirituelle. Appelé Trouble Dissociatif de l'identité (TDI), il découle de traumas provoqués tout particulièrement au moment de l'enfance, au moyen de sévices psychiques et physiques souvent à caractère sexuel. Pour survivre, l'individu relègue dans son inconscient le traumatisme vécu par la constitution d'un mur amnésique, un "alter" venant se substituer à sa place. Le trauma n'aura de cesse de se manifester tout au long de la vie tant qu'il ne sera pas conscientisé.

Ces TDI font partie de programmes de contrôle mental à caractère sectaire ou institutionnel. Ils peuvent découler également d'une influence d'entités inter-dimensionnelles, la prédation à caractère sexuel en constituant indéniablement un levier.

* Cf. Contrôle mental & Comprendre et dépasser la Matrice sexuelle.

Le "show biz" destructeur

Nombre de personnalités " people " (acteurs, chanteurs, sportifs, modèles...) mais aussi des politicien(ne)s sont victimes, souvent pendant leur enfance, de traumas visant à dissocier sous forme d'alter leur personnalité, afin d'être manipulés dans leurs activités respectives, y compris sous forme d'esclavage ou de prédation à caractère sexuel *. Ceci explique leur comportement erratique, comme Britney Spears, Karen Mulder, Ophélie Winter (photos 1, 2 et 3). Lorsqu'elles tentent de reprendre le dessus, elles sont rapidement remises sous contrôle. Parfois, le mécanisme de contrôle par la dissociation de personnalité et la souffrance sous-jacente en résultant conduit au suicide, comme pour Marylin Monroe...

* Auxquels se rajoutent des "tueurs" spécifiquement dédiés à l'assassinat ciblé, comme Sirhan Sirhan, accusé de l'assassinat de Robert Francis Kennedy.

 


Le rituel du sang

Les rituels collectifs sanglants - à grande échelle (photos 1 à 5) comme en cénacles fermés (image 6) - transfèrent l’énergie des membres participants vers l’égrégore prédateur supérieur pour le nourrir et lui donner puissance (la 1ère guerre mondiale a fait plus de 18 millions de tués, la seconde entre 50 et 85 millions selon les estimations des historiens). 

Le sang est en effet le liquide physiologique qui concentre l’énergie de la tête, puissance psychique, l’énergie du cœur, l'énergie sexuelle et l'énergie du ventre, celle des tripes, permettant de galvaniser. Voici pourquoi le reptilien prédateur, dépourvu de toute transcendance intérieure pour se tourner vers La Source du Vivant, a tel un vampire assoiffé le besoin de s'en repaître, notamment par les sacrifices d'enfants et d'adolescents pour ses entités hybrides terrestres *. Qui plus est, la guerre "sert" à créer un environnement facilitant le remplacement discret du patrimoine génétique (les modifications génétiques effectuées passent inaperçues à cause d’une augmentation sensible de l’échange entre facteurs tant physiques qu’éthériques), toutes les guerres passées ayant à chaque fois permis de créer une race à part entière (une toute nouvelle "race souterraine" d’humains), tant par capture directe suivie d’une "rééducation" que par reproduction entre ces individus et d’autres.

* Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée, Les psychopathes qui nous gouvernent.


Ritualisation spirituelle schizoïde

Nombre d'individus instruits, c'est-à-dire en capacité de raisonnement et de discernement, font profession prédatrice : banquier, technos, chimiste, pharmacopée, armement, sécurité etc etc C'est normal, il faut bien travailler pour vivre, et tel est le système, le monde qui nous a été appris. Le hic, c'est que nombre d'entre eux sont fidèles d'églises, de temples ou de minarets, ou membres de fraternelles secrètes, pour y réaliser l'expression de leur foi mystique, et partager un idéal humaniste soi-disant libérateur pour l'humain. Ils penseront naturellement qu'ils/elles sont des gens "bien", travaillant à leur élévation spirituelle, pendant que d'autres qualifiés de matérialistes irresponsables contribuent à la dégénérescence de la planète. Cette illusion spirituelle est celle du Moi immature, d'un processus d'individuation non réalisé, qui reposant sur de fausses croyances jamais ou peu réinterrogées quant à leurs fondements ainsi que sur une manipulation systémique, refuse d'assumer sa contribution et sa dépendance au système prédateur. Il débouche sur l'illusion du "salut" de l'âme par une pratique rituélique dévoyée*. Entre l'appel profond de leur moi authentique à devenir Ce Qu'Ils Sont vraiment, et leur posture allant à contre-sens, il en découle par ce déséquilibre un Moi schizoïde marqué par le déni, la mauvaise conscience et la culpabilité refoulée. lls constituent l'autre face du système prédateur entropique, les apparents "gentils", le nourrissant tout autant dans leur "combat" contre les présumés "méchants"*² ...

* Cf. Le Judaïsme décodé, L’Église romaine décodée, La nouvelle religion universelle & Prédation spirituelle et voie de sortie.

Cf. La dualité décodée.

 

Clé 8 : Le marquage du bétail.

En cette période d'accélération de cycle, l'évolution technologique conduit à la mise en place d'une "surveillance endémique" de la population à partir de tout un arsenal toujours plus sophistiqué : caméras reliées à des écrans de télévision, radars de contrôle de vitesse, drones télécommandés, code-barres et puces RFID (Radio Frequency IDentification) apposées sur les produits en magasin, téléphones mobiles et appareils photos de ces mobiles, transactions par carte bancaire, cartes de fidélité commerciales, surveillance satellitaire, listes électorales, dossiers médicaux, écoutes téléphoniques, caméras et micros cachés, surveillance vidéo sur le lieu de travail, pass transport, cookies Internet, appels téléphoniques, emails et fax soumis à la surveillance de réseaux dédiés à l'espionnage disséminés à travers le monde, système sans fil type 5-G,...* A quand l'accès aux bases de données ADN généralisées à toutes les populations, l'introduction de logiciels biométriques de reconnaissance faciale, et la généralisation de micros de rue avec filtrage de bruits de fond ?

Quant aux géants d'Internet - les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft...) - ils sont les relais patentés des réseaux de surveillance, adeptes de la censure à-tout-va au prétexte de théories qualifiées de complotistes ou conspirationnistes lorsque celles-ci ne vont pas le sens souhaité. C'est pourquoi nous assistons à la montée continue d'attaques contre la liberté de parole sur les réseaux sociaux, et la tentative de supprimer la "face obscure" du Web, le libre flux de l'information, au profit de la "face positive", permettant à la Toile de traquer, espionner et profiler les utilisateurs.

* Cf. Évolution de civilisation (3) Mythe de la modernité, risques et lois d'évolution universelle.

 

Décrite dans des ouvrages prémonitoires comme Le Meilleur des mondes écrit en 1931 par Aldous Huxley, Hymne (1938) d’Ayn Rand, La Ferme des animaux (1945) et 1984 (1945) de George Orwell, Fahrenheit 451 (1953) de Ray Bradbury, Globalia (2004) de Jean-Christophe Rufin... cette société sous surveillance au prétexte sécuritaire se met désormais en place dans le cadre d'un Nouvel Ordre Mondial censé répondre aux imperfections de la civilisation/nature humaine, alors qu'il n'est que le clou final du cycle entropique de la 3ème dimension d'appartenance sous contrôle du corpus prédateur qui la gouverne*. Il va se traduire par la société sans monnaie et le puçage de l'humain, au prétexte que le paiement sans argent est plus sûr, plus facile et plus pratique pour tous. C'est bel et bien le contrôle de l'éveil des consciences qui en constitue l'enjeu, nécessité absolue pour conserver les êtres humains prisonniers et enfermés dans la matrice cyber de la réalité illusoire. 

* Cf. Prophétie du changement & Fin de cycle (2) La guidance éclairée de sa vie.

Entraînement masochiste au marquage

Tatouage*, scarification, circoncision, excision dite "sunna"*², piercing, chirurgie "esthétique"... Sous couvert de pseudo pratiques sacrées et relayées par les icônes du sport et du divertissement adeptes, l'humain n'a de cesse de "mutiler" par nombre de stigmates (stigma en grec ancien signifie piqûre, cicatrice, marque durable) son corps et de le marquer de l'emprise du prédateur qui l'asservit. Ce dernier est à son comble lorsque le zombie de la conscience de Qui Il Est célèbre le royaume des morts-vivants en mettant fin à ses jours, tel le mannequin et artiste canadien Rick Genest (connu dans le milieu de la mode et du spectacle sous le nom de "Zombie Boy" et ses tatouages composés majoritairement d'insectes et d'os) en août 2018 (photo 14).

* Les tatouages fixent de manière quasi indélébile les attachements, quelle qu'en soit la nature (affective, matérielle...). Ils constituent de ce fait des menottes psychiques.

Ablation ou incision du capuchon du clitoris ; excision ou clitoridectomie : ablation du clitoris et, souvent, des petites lèvres.

"Avant/après" (photos 6 à 13) : Sidney Rome, Emmanuelle Beart, Donatella Versace, Mickey Rourke.


Traçabilité et manipulation invisible

Le berger prédateur astral guide ne doit pas perdre ses moutons qui lui assurent sa nourriture, et en contrôle pour ce faire tout risque d'éveil de conscience. Ainsi par la carte d'identité attribuée, où sur la partie légèrement bombée au verso se trouve une pastille qui s'ajuste à la gorge (chakra de la thyroïde, siège de la créativité) de l'individu de sa photo au verso. Ou comment neutraliser l'expression du verbe créateur en provenance du Soi supérieur...


Algorithmes totalitaires

Les algorithmes sont utilisés pour prendre des décisions ou aider à la prise de décision à l’aide de traitements automatisés. Confier nos décisions à des algorithmes a deux effets majeurs. Le premier est celui de la précision et de l’efficience, incontestable car l’analyse d’une quantité de données extrêmement importante reste sans erreur. Le second, c’est de nous conformer dans un "moule" prédéfini et de ne pouvoir en sortir, nos données personnelles étant bien entendu utilisées à différentes finalités.

Ainsi aux États-Unis, pendant 6 ans à la Nouvelle Orléans, l’entreprise Palantir Technologies* a mis à la disposition des services de police de la ville son logiciel de prédiction des crimes, rappelant le film Minority Report avec Tom Cruise et le logiciel "Precrim"*² ! Cela s’est fait en secret, sans que les habitants ne soient au courant de l’exploitation de leurs données. Une pratique dénoncée par un élu qui a découvert le pot aux roses. On pourrait se dire comme beaucoup "et si cela fait baisser la délinquance et la violence… pourquoi pas "ou/et" moi, je n'ai rien à me reprocher ni à cacher"... Au-delà la question de la liberté de chacun, le résultat laisse pantois. D’abord la criminalité n’a pas baissé, mais les personnes qui ont été identifiées par le logiciel ont été plus souvent arrêtées lorsque se produisaient des incidents près de chez elles. Le "délit de faciès" ou toute autre supposition a ainsi prédominé, montrant une nouvelle fois, si cela était encore nécessaire, que le profilage sur des données personnelles est une bêtise qui peut aussi nous amener doucement au totalitarisme.

Imaginons un système de santé qui analyse nos comportements et gère nos soins en fonction de ceux-ci. En allant au restaurant et en payant en carte bancaire (qui sera bientôt la norme incontournable), le système détecte que nous avons mangé trop riche et bu de l’alcool, nous privant de remboursements de santé pendant une durée déterminée. Un scénario tout à fait possible, qui n'est en aucune façon le fruit d'une imagination féconde. Cette restriction analytique a deux effets : elle ne laisse aucune place à la liberté, et à la différence propose un mode de société totalitaire. Un mot trop fort pour nos esprits idéalistes naïfs ? Loin d'être excessif lorsque l’on évoque la santé, les décisions de justice, les banques et bien d’autres domaines encore qui deviendraient gérés par des algorithmes, l'affaire "Cambridge-Analytica"*³ quant à son rôle pendant la campagne électorale de Donald Trump démontrant la manière de comprendre à partir d'une base psychométrique sur Internet (tests de personnalité) les convictions des électeurs du futur président américain et de les influencer (à partir de 10 "likes" un ordinateur comprend le profil psychologique d’une personne)... Si le réseau social incriminé se défend de toute responsabilité (c'est le concepteur de l'application utilisée à titre académique sur FaceBook qui l'a vendue à l'entreprise d'analyse de données, ce énième cas de figure montre clairement que le modèle économique des géants du Net (les "GAFAM") repose pour l'essentiel sur la monétisation des données récoltés à des fins publicitaires. Et qu'en dépit de leurs déclarations, toutes les personnes présentes sur de tels fichiers n'ont pas vraiment donné leur accord, ceci étant une option par défaut du réseau social. Qui plus est, il a été prouvé que les services de renseignements américains avaient un accès direct aux données récoltées par le fameux scandale "Prism" sur lequel Edward Snowden avait lancé l'alerte en 2013. Une enquête du Guardian a ensuite révélé que cette captation de données par les renseignements américains était permise par la complicité de plusieurs grands géants du Net. Si ce dispositif a été à l'époque justifié comme un outil de lutte antiterroriste, ce lien trouble entre les agences de renseignement des données et les géants d'Internet interroge singulièrement sur la démocratie. Et comme il n'y aura pas de retour en arrière -  si les GAFA respectent des lois plus contraignantes sur les données, ils meurent -, la surveillance de masse est appelée à demeurer, signifiant clairement la mort du contrat démocratique, pour ceux qui y croyaient encore en tout cas !

* Entreprise de services et d'édition logicielle spécialisée dans l'analyse et la science des données, communément appelé Big data ou mégadonnées, basée à Palo Alto en Californie. Elle travaille pour la communauté du renseignement des États-Unis, notamment pour la NSA, la CIA ...

Cf. Le cinéma de la Matrice (2) La science réalité.

Filiale de l’entreprise britannique Strategic Communication Laboratories (SCL), spécialisée dans les campagnes électorales sur Internet, elle affirmait avant sa mise en faillite posséder pas moins de 5 000 données par individu récoltées sur les réseaux sociaux type Facebook pour 220 millions d’Américains, dont 87 millions d'utilisateurs. De quoi pouvoir cibler au plus près des sous-catégories d’électeurs, avec des publicités personnalisées, pour influencer les scrutins.

 

Du trucage électoral

A l'heure de la guerre numérique, l'agence de renseignement CIA (Central Intelligence Agency) a conçu un logiciel "SCORECARD" qui permet de truquer tous les votes par machines à partir d’algorithmes spécifiques. Développé initialement pour permettre de manipuler et truquer à distance les élections étrangères dans le décompte d'électeurs, c'est ce logiciel qui a été notamment utilisé dans le cadre du projet HAMMER pour truquer dans le cadre des dernières élections professionnelles américaines, plus exactement états-uniennes, les listes électorales dans de nombreux États acquis à la cause "démocrate". C'est ce qu'ont établi les lieutenants généraux à la retraite Sidney Powell (désormais avocate) et Thomas McInerney. Mais pour qu'un individu, ou un groupe d'individus, soit reconnu coupable d'une infraction criminelle, il doit avoir commis l'acte illégal (actus reus en droit) et avoir l'état d'esprit requis (mens rea) pour constituer l'infraction criminelle. Il appartient à la Cour de Justice, si bien sûr elle agit de manière totalement indépendante et non idéologique, sans liens d'intérêt ni collusions de quelque nature que ce soit de ses membres, d'établir en cas de saisine ces deux éléments de l'infraction, hors de tout doute raisonnable :
– Actus reus : même caché ou camouflé, le geste a été commis !
– Mens rea : à qui profite le crime ? Si l'intention criminelle est démontrée par le trucage des votes, elle confirme alors l'actus reus.

Reste à connaître l'état d'intégrité de ses composantes "humaines"...

Ce marquage est lié, et de ce fait facilité, à l'attitude généralisée de cocooning*, qui fut prévue dès 1909 par l'auteur britannique Edward Morgan Forster (1879/1910) dans sa nouvelle de science-fiction The Machine Stops ("La machine s’arrête"), celui-ci ayant anticipé les conséquences de l’envahissement d’Internet, Facebook, Skype et autres prothèses numériques. Il y imaginait une humanité dont chaque individu vit à demeure dans sa cellule hexagonale, peu désireux de contacts humains directs ou de voyages, et qui ne communique que par le truchement d'appareils électroniques. Il indique que cette humanité va à sa perte, non seulement parce que les systèmes fonctionnent de plus en plus mal, mais parce qu'elle a perdu le goût de l'action, assistant à cette dégradation avec fatalisme, voire indifférence.

* Le cocooning, coconnage ou coucounage, est un terme inventé en 1987 par la consultante en marketing et prévisionniste de tendances autoproclamée Faith Popcorn pour prédire les tendances de la décennie à venir. Elle désigne l’attitude consistant à se trouver si bien chez soi qu’on n’est guère poussé à en sortir excepté pour les nécessités vitales. L’idée est assez proche de ce que l’on nomme en français plus classique un comportement "casanier" (de casa, "maison"), terme issu du provençal coucoun signifiant "coque d'un œuf", qui a donné cocon en français ainsi que le terme "cocoon" en anglais et son dérivé cocooning.

L'illusion du code d'accès

Le paravent de la protection de nos données se nomme code d'accès, nécessaire pour sécuriser l'accès à nos données : webmail; comptes liés à des réseaux sociaux; comptes associés à des sites marchands; ordinateur connecté à un réseau pédagogique ou d’entreprise afin d’ouvrir une session; environnements numériques de travail...

Si le couple identifiant/mot de passe permet en principe d’identifier l’utilisateur, de lui permettre de retrouver les données/ressources le concernant tout en assurant leur sécurité en matière de confidentialité et d’intégrité, il ne résiste aucunement à l'intrusion par qui "de droit", l'administrateur en chef du réseau, par-delà la promesse de la charte d'utilisation qui n'engage que celui qui a la naïveté d'y croire !

Réseaux sociaux, l'empreinte numérique

Le métier d'un réseau social est de permettre aux gens de se connecter, de créer des initiatives, de partager et d’échanger. Tout cela gratuitement, 24h sur 24. Pour ce faire, il faut des investissements conséquents, et personne ne veut payer... A l'instar hier des chaînes de télévisions commerciales, désormais dépassées, le métier d'un réseau social est de vendre du temps cerveau disponible à ses clients annonceurs, en l'occurrence un temps de cerveau individualisé et qualifiable avec un degré de précision jamais atteint, permettant de savoir précisément qui est l'individu : ce qu'il aime, avec qui il est en contact, à quel type d’informations il réagit, et grâce aux "like/unlike" sous forme de pouces ou "d’émoticônes", quelle émotion cela suscite chez lui ! Le tout analysé par des organismes spécialisés achetant la base de données pour le compte de clients institutionnels (partis politiques par exemple) ou entreprises, permettant ainsi à l’annonceur de cibler les bonnes personnes avec le bon message.

Ce marketing personnalisé individu par individu est la porte ouverte à la propagande et à la manipulation individuelle. Qui plus est, si les données ne sont pas vendues, elles seront piratées, volées. En résumé, les réseaux sociaux constituent le rêve ultime de toutes les dictatures et de toutes les propagandes. Ils sont le produit dont nous sommes le héros…


DARPA, l'inquiétant ancêtre de Facebook

En 2004, il y avait un projet DARPA* (Defense Advanced Research Projects Agency) du ministère américain de la Défense (DOD) appelé LifeLog. Et c'est cette année où celui-ci a mis fin au projet LifeLog qu'est apparue par "magie" Facebook ! LifeLog était en fait l'outil du gouvernement pour la collecte de renseignements. Et comme cette collecte ne peut fonctionner si dans le monde réel les gens savent qu'ils sont directement reliés à la base de données de la CIA (Central Intelligence Agency) ou de la NSA (National Security Agency), quelle meilleure occasion que la manne d'informations issue des sites de médias sociaux à même de donner toutes les données sur soi, sa famille, ses amis et relations ! C'est pourquoi cette collecte secrète s'est poursuivie par l'entremise du secteur privé, et ce sans être obligé de respecter des droits constitutionnels comme la liberté d'expression ou la protection contre les fouilles, les perquisitions et les saisies. Est ainsi entré en scène Mark Zuckerberg et ses copains, le premier devenant rapidement la figure de proue de  Facebook. Le gouvernement US a financé le capital de démarrage de Facebook (et d'autres) par l'intermédiaire de la société de capital-risque In-Q-Tel, puis, dans le cadre d'une sorte de programme d'embauche à porte tournante, il a embauché les dirigeants de la DARPA pour travailler pour ces mêmes entreprises qu'ils avaient aidé à créer ces projets dès leur lancement. Nous sommes bel et bien loin de la success-story idyllique racontée dans les universités et par les médias économiques commentateurs soi-disant avertis de la "réalité" de ce (bas) monde... Tous les cyber-systèmes, à l'instar de Microsoft et Google, sont bel et bien associés à l'idéologie mondialiste, celle de la prédation à outrance ! La DARPA rêve en fait de fusionner l’homme et la machine. Pour elle, les soldats n’ayant aucune limitation physique, physiologique ou cognitive. Ils sont appelés à être la clé de la survie et de la domination opérationnelle à l’avenir selon ses dirigeants. C'est pourquoi transformer les soldats en véritables machines de guerres à la récupération physique et à la forme décuplées sont depuis longtemps dans les projets de ce département, des travaux publiés en 2015 décrivant un projet consistant à créer un super-soldat éveillé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Pour parvenir à ses fins, la Darpa envisage par exemple d’implanter des neuroprothèses dans le cerveau des soldats pour lutter contre les lésions cérébrales traumatiques. Et certaines recherches vont plus loin encore, des scientifiques avançant l’idée d’un transfert de la mémoire entre hommes. C'est ainsi que l'armée américaine travaille sur une puce implantable qui pourrait transformer les soldats en cyborgs en connectant leur cerveau directement à des ordinateurs dans le cadre de son programme NESD (Neural Engineering System Design). L'objectif est d'augmenter l'interaction neuronale cérébrale de dizaines de milliers à des millions à la fois !

* La DARPA est une succursale du Pentagone créée en 1958 pour que la technologie américaine militaire soit à la pointe.

Cf. pour complément Conscience du XXI° siècle.

 

"Les entreprises qui gagnent de l'argent en recueillant et en vendant des rapports détaillés sur la vie privée des gens étaient autrefois qualifiées de 'sociétés de surveillance'. Leur appellation commerciale de 'média sociaux' est la tromperie la plus réussie depuis que le ministère de la Guerre est devenu celui de la Défense." 

Edward Snowden

Surveillance globale

Big Brother est un personnage de fiction du roman 1984 (Nineteen Eighty-Four) de l'écrivain anglais George Orwell, nom de plume d’Eric Arthur Blair (1903/1950). Cette expression est depuis utilisée pour qualifier toutes les institutions ou pratiques portant atteinte aux libertés fondamentales et à la vie privée des populations ou des individus, autrement dit la Surveillance Globale. Déjà mise en œuvre en Chine, elle est pratiquée dans de très nombreux pays, France comprise. Une maîtrise du peuple par la surveillance a pour objectif que chacun(e) se sente "épié" avec plus ou moins de pression, ceci en fonction du degré d’acceptation des peuples selon les pays.

C'est ainsi que par toutes les traces informatiques - navigation Internet (ordinateur, tablette, téléphone) et réseaux sociaux, cartes bancaires, achat sur le web, caméras de surveillance... -, il est presque impossible de passer à travers les mailles du filet, seules les bonnes vieilles méthodes artisanales échappant facilement à la surveillance. Si cette "surveillance" peut venir d'entreprises privées ayant un but commercial, avec un risque de piratage des données bancaires également, elle vient également et en priorité des autorités institutionnelles *, favorisée par la technologie. L’origine en remonte au milieu du XXème siècle avec l’adoption conjointe par les États-Unis et le Royaume-Uni de l’accord secret UKUSA (fin 1940), qui a abouti à la mise en place d’un premier réseau de surveillance mondial connu sous le nom de code "Échelon" (1971). Cela a été révélé par le lanceur d'alerte Edward Snowden, ce qui a provoqué un débat politique mondial en 2013 sur le droit à la vie privée à l’ère du numérique, débouchant sur la fameuse et très récente RGPD européenne (Règlement général sur la Protection des Données). Toutefois, l’Intelligence Artificielle couplée à la multitude de moyens de saisie des données donne un outil redoutable de profilage et de surveillance. Si tout ceci peut s’avérer rassurant lorsqu’il s’agit de lutter contre le crime, la délinquance ou encore le terrorisme, les finalités sont un peu plus larges, tel que le démontre la pratique en vigueur aux États-Unis. Cette surveillance permet de réaliser des "cartes de la vie sociale" des individus à partir de leurs connexions personnelles, professionnelles, religieuses et politiques. Et si le "Big Brother" chinois surveille ses citoyens, les agences américaines elles n’ont pas de frontières !

* Un tribunal américain (la cour d’appel fédérale du neuvième circuit officiant pour les États de l’Est américain et sise à San Francisco) a jugé en septembre 2020 qu’un programme de surveillance massif de l’Agence nationale de la sécurité (NSA) pour collecter secrètement des millions d’échanges téléphoniques, mis au jour il y a sept ans par le lanceur d’alerte Edward Snowden, était illégal - anticonstitutionnel - et que les dirigeants des services du renseignement avaient menti lorsqu’ils l’ont défendu.

 

Surveillance à la sauce tricolore

La surveillance de la toile numérique en France est établie à travers la loi du 30 juin 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information, dite loi DADVSI, issue de la transposition en droit français de la directive européenne 2001/29/CE sur l'harmonisation de certains aspects du droit d'auteur et des droits voisins dans la société de l'information, complétée par la loi du 14 mars 2011 d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure concernant la gestion de la police et de la gendarmerie pour la période 2009-2013 (LOPPSI 2), et la loi du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet, dite loi Hadopi 1 ou loi création et internet, visant principalement à mettre un terme aux partages de fichiers en pair à pair lorsque ces partages se font en infraction avec la législation sur les droits d'auteur.

Se rajoute en 2021 la loi dite "sécurité globale", adoptée définitivement le 15 avril 2021, qui renforce les pouvoirs de la police, l’accès aux images des caméras-piétons, la captation d’images par les drones et la diffusion de l’image des policiers*, la Commission nationale informatique et libertés constatant toutefois, outre les implications éthiques, que le cadre juridique envisagé en l'état n’est pas suffisamment protecteur de la vie privée et des données personnelles. Qui plus, pour elle, "Ces dispositifs de surveillance sont susceptibles d’influer sur l’exercice par les citoyens d’autres libertés fondamentales (droit de manifester, liberté de culte, liberté d’expression)"...

Quant au fichage des individus, un rapport parlementaire de 2018 faisait état de 106 fichiers en France, contre 58 en 2009, mis à disposition aux services administratifs et de police/gendarmerie, confirmant une "multiplication" et la "massification" des fichiers en France, véritables outils de "déshumanisation". Et en décembre 2020, trois décrets gouvernementaux ont davantage élargi les principaux fichiers de renseignement des services de police et de gendarmerie, soit ceux ayant trait aux "Prévention des atteintes à la sécurité publique", "Gestion de l’information et prévention des atteintes à la sécurité publique" et "Enquêtes administratives liées à la sécurité publique". En plus d’étoffer les informations susceptibles de pouvoir être renseignées sur ces fichiers, la collecte de données est désormais autorisée quant il s’agit des "opinions politiques, des convictions philosophiques, religieuses ou une appartenance syndicale" !

* Le nouveau délit de "provocation à l’identification", inscrit dans le Code pénal, punira de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende le fait de provoquer, "dans le but manifeste qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, à l’identification" d’un policier, gendarme, douanier ou policier sanctionné. Cette rédaction reste extrêmement vague et complexe juridiquement, avec un risque d’usages abusifs. »

 

Du système de surveillance à la chinoise

Lancé en 2014, ce projet de surveillance vise à récompenser les bons comportements et à punir les mauvais via un système de points. Il a commencé en 2018, les Chinois ayant une mauvaise "note sociale" se voyant interdire l'achat de billets de train ou d'avion pour une période pouvant aller jusqu'à un an. Les "bons" points s'acquièrent pour l'achat de produits chinois, de bonnes performances au travail, ou la publication sur un réseau social d'un article vantant les mérites de l'économie nationale. Les "mauvais" points le sont en cas d'opinions politiques dissidentes, de recherches en ligne suspectes, ou encore de passages piétons traversés à la hâte alors que le feu est rouge. Les individus ayant une mauvaise "note sociale" sont ainsi depuis 2020 inscrits sur une liste noire. Cette initiative n'est pas sans rappeler le "credit score" américain, note attribuée aux résidents des États-Unis pour évaluer leur capacité à être un bon ou un mauvais payeur. Mais le système élaboré en Chine va plus loin, par le volume de données combinées et par l'intégration d'informations liées à l'entourage des personnes notées pour déterminer leur score. Ainsi rend-t-il envisageable de perdre des points en raison d'une amitié avec une personne pourvue d'une note faible. Nous sommes loin d'en être exemptés en Occident...

Qui plus est, la création annoncée par la Chine de sa propre monnaie numérique, nouvelle version de sa devise le yuan transformée en code informatique, est non seulement destinée à ébranler un pilier de la puissance américaine, le "dieu" dollar*, mais aussi à donner au gouvernement chinois de nouveaux outils importants pour surveiller à la fois son économie et sa population. Cette monnaie est en effet traçable, ajoutant un nouvel outil à l’arsenal de la surveillance d’Etat déjà considérable en Chine. Cette nouvelle devise numérique va ainsi donner au gouvernement un contrôle accru sur les électrons, pouvant décider qui les obtient... et qui n’en a pas.

* Cf. Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste & Prophétie du changement.

 

Radars routiers nouvelle génération !

Ces radars tourelles, boîtes perchées jusqu’à environ quatre mètres de hauteur, peuvent relever la vitesse sur 200 mètres de distance et sur cinq voies de circulation, et jusqu’à 126 véhicules en simultané… Ils peuvent également flasher en cas de non respect d’un feu rouge. Potentiellement, ils peuvent détecter le non respect des distances de sécurité, la détection des dépassements dangereux, le franchissement de ligne continue, le non-port de la ceinture de sécurité, la prise en main d’une téléphone portable… Le tout est filmé et analysé, par Intelligence Artificielle et manuellement pour contrôle, ne laissant aucune chance d’y échapper ! Toutes les cabines n’auront toutefois pas de radar, ceux-ci pouvant être déplacés, laissant de ce fait des cabines leurres. Le déploiement de 1200 radars répartis aléatoirement dans près de 6000 cabines est prévu d’ici fin 2020.

Et à partir de janvier 2021, suite à un accord passé par le gouvernement socialiste de François Hollande pendant sa mandature avec des sociétés privées, 450 voitures banalisées type Renault Megane vont rouler 8h par jour partout en France, avec pour objectif annuel plus de 12 millions de PV!

Surveillance, la liberté sous contrôle

L’ère des caméras de surveillance, dont peu de personnes ne voulaient au début de leur installation, est bien là, leur gestion par des systèmes d’Intelligence Artificielle permettant une surveillance très pointue. C'est ainsi que la reconnaissance faciale est très approfondie avec l'identification de nombreux éléments morphologiques (taille, âge, sexe, etc…) ou contextuel (vêtements…).

Même si elle est très éloignée du réseau chinois Céleste avec ses 600 millions de caméras estimés en 2020, la France est tout de même l’un des champions de ces systèmes de détection, comme le système Morpho Video Investigator de l'entreprise Safran, pointu dans le domaine du Deep packet inspection (DPI, inspection profonde de paquets) *. Ce profilage cybernétique rappelle le scénario du film Minority Report réalisé en 2002 par Steven Spielberg. C'est désormais réalisé avec le National Data Analytics Solution (NDAS) mis au point en Angleterre, qui est un système de de reconnaissance faciale et de ce fait de profilage permettant d’identifier des individus susceptibles de commettre des crimes. Il peut s’affranchir des obstacles comme les masques, cagoules, fausse barbe, lunettes de piscine, l’algorithme de cette IA étant capable de détecter les visages et de reconnaître les personnes en se focalisant sur 14 points précis, ainsi que de détecter le niveau de stress des passants et de voir si une altercation est en cours. 

Il suffit par exemple de porter un "gilet jaune" pour être un criminel potentiel, conduisant à être analysé sous toutes les coutures, complétant le fait d'être déjà fiché à la banque, au centre des impôts, pour sa santé... En résumé, chaque action donne lieu aujourd’hui à une collecte de données et une analyse plus ou moins importante. Et comme nous donnons chaque jour à ceux qui nous gouvernent toutes les informations dont ils ont besoin pour nous contrôler, nous forgeons par nous-même les geôles de notre matrice asservissante !

Bien entendu, l'évolution de la législation permet que tout cet arsenal fait pour la protection de tous soit efficace, et ce sans le contrôle d’un juge. 

Si cette surveillance peut sembler opportune avec le risque d’attentats ou de méfaits en général, l'usage de cette technologie interroge, les dérapages constatant dans la "répression" ciblée des manifestants (ainsi les Gilets jaunes) le démontrant. En effet, pour les blessures occasionnées par les forces de l’ordre, on peut seulement compter sur les vidéos des manifestants. Cette surveillance technologique pointue à l'usage exclusif du gouvernement pose dans le fonctionnement de la "démocratie" la question de la levée progressive de toute forme d’anonymat, comme en ce qui concerne l'usage d'Internet et des réseaux sociaux.

* La France a également pour objectif le projet ALICEM pour "donner aux citoyens français une identité numérique sécurisée". Ce type de système adopté par la Chine est attaché à un "crédit social", visant à encourager les "bons comportements" et mettre une partie de ses ressortissants au ban de la société. A noter également que la Russie  a créé en 2019 un "internet souverain" isolé des grands serveurs mondiaux (baptisé Runet), dénoncé par ses détracteurs comme un moyen de renforcer le contrôle des autorités sur le réseau, et pas seulement de se prémunir d’attaques informatiques ciblées...

L'avènement de l'authentification "forte" du client, ou bienvenue dans l'enfer de la prison numérique

La nouvelle norme des puissances bancaires consiste en un fichage massif de données biométriques de toute la population. En effet, les banques au sein de l’Union Européenne sont tenues de se conformer aux exigences d’authentification forte du client (Strong Customer Authentication, ou SCA) prévues dans la directive sur les services de paiement (DSP2) d’ici septembre 2019. Ceci signifie dans le cadre de leur mise en conformité l'inévitable investissement accru des banques dans l’authentification forte, notamment dans la biométrie. Elle repose sur la capacité des plateformes en ligne à tirer parti des protocoles d’authentification forte standardisée dans l’ensemble des navigateurs web, ainsi que dans Windows 10 et Android, ce qui contribuera à son déploiement vers des millions de nouveaux utilisateurs d’Internet cette même année.

En pratique, un utilisateur fait glisser un doigt, prononce une phrase, regarde un objectif, ou appuie sur le bouton d’un système d’authentification matériel pour se connecter, payer un article, ou utiliser un service en ligne. Cette vérification de l’utilisateur est utilisée comme un facteur initial, pour ensuite déverrouiller un deuxième facteur plus sûr : une clé cryptographique privée qui authentifie l’utilisateur au service. Comme les données biométriques et clés cryptographiques sont stockées sur des dispositifs locaux, et ne sont jamais envoyées sur le réseau – éliminant ainsi les secrets partagés – les identifiants des utilisateurs sont sécurisés, même si les fournisseurs de services sont piratés, ce qui empêche les violations de données à grande échelle.

Autrement dit, c'est un total système de fichage et de bio-maîtrise qui s'établit. Si officiellement personne n’aura accès aux données, "on" pourra évidemment retrouver empreinte digitale, vocale ou faciale, sur simple "réquisition" du parquet, de la police, de la gendarmerie, de la justice, du Préfet, du Maire, de l’huissier... Outre les failles de sécurité et toutes les "portes dérobées" potentielles (espionnage, terrorisme, piratage), ces systèmes sont d’une immense fragilité liée à une immense complexité, ce qui conduira à aggraver certains types de délinquance *.

Bienvenue en l’an 2019, en attendant le système de contrôle social à la "chinoise"...

* Il "suffira" par exemple de prendre en otage le conjoint ou l'enfant pour conduire l'individu ciblé à mettre la tête dans l’écran ou le doigt sur le détecteur pour qu'il vide son compte en banque ... 

 

Du "pass et port" vaccinal, la nouvelle boîte de Pandore

La mise en place envisagée de "passeports vaccinaux", relativisés avec le concept de "simple pass", pour empêcher la propagation du Covid-19 et de ses variants sur le sol des nations s'en prévalant, est une idée en cours d'établissement* qui n’a pas que de bonnes répercussions en matière de libertés individuelles. Si le concept se veut simple, disant que les personnes ayant reçu un vaccin "anti-Covid" pourront avoir accès aux voyages internationaux, aux déplacements au sein d’un même pays, aux bars, aux restaurants, aux arènes sportives ou aux salles de concert, cette mesure étendrait les règles de confinement pour ceux qui ne l'ont pas reçu, et ce indéfiniment. C'est pourquoi cette mesure pose un grave problème d’État de droit, l'imposition de la vaccination étant difficilement compatible avec le concept de liberté individuelle, qui fait par exemple que les choix médicaux sont des choix personnels. Qui plus est, même si les gouvernements n’imposent pas le vaccin, ils ne devraient pas non plus restreindre la circulation et les libertés de ceux qui ne l’ont pas reçu. Un modèle de citoyen de seconde classe est profondément "illibéral" ! A cela se rajoute le risque de conflits frontaliers au sein de l’Union Européenne, les pays exigeant le passeport rendant impossible la poursuite de l’"idéal Schengen". Outre que l'externalisation de l’obligation de vaccination aux compagnies aériennes ne sera ni pratique ni nécessairement légale, qu’en est-il du franchissement des frontières maritimes en ferry, du franchissement d’une montagne à vélo, ou simplement de la conduite d’une voiture ? Les passeports de vaccination seraient, en substance, vérifiés par des contrôles aléatoires, autrement dit des contrôles illégaux*², ceux-ci s'exposant à leur contestation compte-tenu des multiples nouvelles clauses relatives aux droits de l’homme et restrictions constitutionnelles pouvant remonter jusqu'à la Cour de justice européenne. Ceci explique le nombre de recours déposés par des collectifs d'avocats, notamment en Allemagne, décidés à traduire leurs promoteurs exégètes devant des tribunaux réellement indépendants de toute soumission étatique, à l'instar de la Common Law Court, dont l'existence et le reconnaissance officielle par les États-Nations sont bien évidemment tenues au secret, en tout cas à la discrétion...

* L'instauration de ce traçage "sanitaire" généralisé par l’extravagante loi de gestion de la sortie de crise sanitaire, dont l’objet est en réalité de pérenniser des mesures adoptés durant la crise bien au-delà de la crise elle-même, outrepasse même l'avis du fameux Conseil Scientifique pourtant ferme quant aux mesures drastiques imposées jusqu'alors, le ministre de la Santé expliquant que la conservation des données (anonymisées, selon lui) permettra et servira à lutter contre d’autres pandémies. Ce rouleau compresseur qui balaie toutes les oppositions, même celles du parti majoritaire, est ainsi conforme aux attentes du "Great Reset" de Klaus Schwab. Une coïncidence, sans doute !

Les contrôles de cartes d’identité ne sont déjà pas légaux dans tous les États membres de l’UE, car les forces de l’ordre ont besoin d’un soupçon raisonnable pour demander une carte d’identité. Seules la Hongrie (disposition ayant expiré le 28 janvier 2021), le Danemark, la Norvège et la Finlande ont exigé des dérogations formelles à l’accord de Schengen.

 

Les nouvelles technologies ne cessant de progresser, et l’heure étant à la reconnaissance vocale, à la réalité virtuelle et aux micropuces, nous n’aurons bientôt plus besoin de papiers d’identité, de cartes bancaires ou autres documents, tout étant amené à être centralisé dans une micropuce implantée sous notre peau, permettant d’ouvrir la porte de sa maison ou de sa voiture, et d'accéder aux données professionnelles, bancaires et médicales…

D'individus censés être libres de par le paravent magique des promesses de la Constitution découlant de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789, les citoyens ne sont en réalité que des esclaves, des valeurs marchandes rattachées à une entreprise commerciale, une personne "morale" désignée "La République française - Présidence"  inscrite au registre du commerce le 16 janvier 1947 pour une tranche d'effectifs déclarée de 800 à 899... Ce ne sont en aucune manière des êtres humains, libres car souverains sur le plan existentiel.

Ce déploiement généralisé de la surveillance signifie en terme de vie privée, pour une personne "ordinaire", qu'un enfant né aujourd'hui grandira sans conception aucune de ce qu'est la vie privée. Il ne saura jamais ce que cela signifie d'avoir un moment de vie privée, d'avoir une pensée qui n'est ni enregistrée ni analysée. Et c'est un problème, car la vie privée permet de déterminer qui nous sommes et qui nous voulons être...

 

"Par ses manœuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front, et nul ne pourra rien acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom".

Apocalypse de St Jean

 

Clé 9 : Le langage binaire et virtuel de la division.

Notre monde est désormais gouverné par la technologie, de plus en plus sophistiquée, le développement des ordinateurs et supports mobiles répondant à l'évolution constante de la pensée humaine. Ils sont devenus partie intégrante de notre vie.

Les choses étant créées par leur nom (Cf. clé 1), la valeur numérique des lettres d’un nom a toujours été considérée d’une grande importance, l’utilisation d’un langage spécifique étant par définition obscure et incompréhensible aux non-initiés. C'est pourquoi l’ordinateur est basé sur un code binaire - 0 et 1 -, dont la progressivité infinie lui assure sa toute-puissance. Ainsi, pour pouvoir être utilisée par les puces informatiques, toute donnée est transformée en code binaire afin de permettre le passage du courant électrique par les circuits en silicium. Or, la dualité ou binarité n’est pas propice au développement de l’humanité, la maintenant dans les affres de la division*. La binarité est de ce fait un choix limitant, alors que le choix d’ordinateurs ternaires, fonctionnant avec un code de base 3, c’est-à-dire 1, 0, et "entre les deux", offre de toutes autres possibilités. Ces ordinateurs, très performants pour calculer des courbes complexes, ont notamment été utilisés par la NASA pour calculer les trajectoires des fusées. Ils ont été supplantés par les ordinateurs binaires, qui se sont imposés partout sans laisser d’alternative, et dont l'onde énergétique quotidienne immense nourrit un égrégore mondial de division par le tournoiement incessant des logiciels et programmes dans les mémoires des ordinateurs. Les forme-pensées en découlant sont par leur simplification de nature matérialiste, contribuant à la transformation de la pensée humaine en pensée mécaniste sinon robotisée. Une lente et insidieuse transformation de l’homme en automate est ainsi en cours, consacrant peu à peu la victoire des ordinateurs sur les gens par l'utilisation intensive d'internet, source de confusion, de propagande et de mensonges.
Les organes s’adaptant à l’ingestion extérieure, il en découle une fragilisation de la vision mentale située dans la région du cerveau autour de la glande pinéale et de la quatrième cavité cérébrale. L’usage intensif d’Internet modifie ainsi la sécrétion de mélatonine par cette glande, ce qui endommage le niveau vibratoire de la conscience et enferme l’être humain dans une prison mentale. Seule la capacité à trouver le "crack code" de la Matrice cyber permet de sortir de son emprise.

* Cf. La dualité décodée.

Détournement de sens

Le M, l’initiale de Marie pour les chrétiens (image 1), est un symbole très ancien, utilisé entre autres par les Cathares pour représenter la force cosmique pure, la force vierge, la Déesse-Mère du monde. Inversé en W, et répété trois fois comme www. (World Wide Web), il devient le symbole de la force corrompue, déchue et prisonnière de la matière, le fameux 666 "satanique"*. Le prix des premiers ordinateurs personnels, de la marque Apple, était de 666 dollars (photo 2). Quant au logo de Apple (photo 3), la marque mère de la Silicon Valley, il est une pomme, celle du péché originel, la pomme de l’arbre de la connaissance binaire du bien et du mal selon la fable inculquée...

* Cf. Symbolisme des neuf premiers nombres et Symbolisme des autres nombres (nombres 23 et 666).


Le numérotage de la "liberté"

Le système vend au nom de la sécurité et du bon fonctionnement démocratique les numéros de leur asservissement à ses esclaves illusionnés. Et (presque) tous de le valider, ânonnant que l'humain est par nature mauvais selon le mythe du péché originel inculqué... 

Cf. Le mythe du péché, ou la mise sous tutelle de l'humain.


Toutefois, limiter au langage informatique binaire terrestre la non-émancipation de la conscience humaine est réducteur. La matrice de l'Univers, soit le grand champ de conscience universel, est un autre piège tendu à une conscience insuffisamment épurée, pensant trouver dans le refuge "céleste" son salut*. En effet, cette matrice ou toile universelle étant de nature électromagnétique, elle correspond à un système informatique non plus binaire, mais basé sur des multiples de 6, propre à sa nature holographique. Elle peut de ce fait s'avérer illusoire faute de transcendance intérieure et de libération des conditionnements subtils car insidieux ("ainsi - le faux - dieu") de la matière. L'élévation spirituelle constitue un péché d'orgueil classique chez nombre d'individus, rêvant des promesses de l'éveil intérieur sans avoir mené le difficile travail de libération de l'égo-mental*².

Certaines mesures de l’Univers sont ainsi des multiples de 6, comme par exemple le flocon de neige qui a 6 branches, d’où le symbolisme du 6 et l’importance de l’hexagramme dans les cercles occultes vénérant le contrôle, la domination voire le sacrifice de l’humain. Dans chaque partie de l’Univers et de sa matrice, il y a aussi bien les informations pour se libérer que celles pour recréer la matrice asservissante. C'est pourquoi à partir d’une cellule souche on peut recréer le clonage humain...

* Cf. L'illusion de la demande au Ciel et sa résolution.

Cf. Sortir de l'aliénation spirituelle par le processus de la présence.

Réalité virtuelle

D'aucuns voient le mouvement nommé Transhumanisme caractériser la nouvelle relation de l'homme à l'univers, en route pour ses promoteurs et acteurs vers son "immortalité". Un être humain sans cesse augmenté et optimisé, pour une nouvelle espèce "anthropotechnique" omnisciente et éternelle, masquant la finalité entropique de ce progrès factice, artificiel, la victoire des ordinateurs sur les gens. La Matrice de l'illusion est en train de créer une matrice dans la matrice, la Matrice cyber. Elle est destinée à entraîner définitivement l'être humain dans la non conscience, celle d'une réalité virtuelle du Vivant. Cette architecture transhumaniste* est la dernière étape du cycle civilisationnel entropique avant sa chute.

* Cf. Conscience du XXI° siècle.


Le rêve de la société transhumaniste au service de la libération de l'être humain par la prouesse technologique peut vite tourner au cauchemar totalitariste ! C'est ce que nous livre l'expérience de la chercheuse ukrainienne Nataliya Kosmyna* qui a mis au point un casque à électroencéphalogramme connecté en Bluetooth à un ordinateur. La prouesse de son appareil doté d’un algorithme de sa conception est de pouvoir commander un drone par la pensée, ce qui peut se concevoir pour n’importe quel objet connecté. C’est en effet l’activité électrique du cerveau, imaginant une action, qui traduit cette action et la fait réaliser à l’appareil. S'il n'y a aucun doute sur l’utilité de ce système pour des personnes malades ou handicapées qui pourraient tirer un bénéfice énorme de cette avancée technologique, la chercheuse considère que d’ici quinze à trente ans, nous aurons tous des implants dans le cerveau... Elle ne fait qu'exprimer l'intention cachée, celle du contrôle par la pensée*²  à travers l'utilisation d'une toile internet - l'enclos des consciences -, source de prise de contrôle des esprits, de mensonges, de confusion et de propagande...!

* Fondatrice de la société Braini.

Cf. Contrôle mental.

 

L'emprise numérique, ou la colonisation tyrannique de l'esprit

Ce sont les instruments eux-mêmes, dans le cadre de sociétés dites démocratiques, qui sont en train d’asservir les peuples sans qu’aucun dictateur ni autocrate ne l’ait décidé, si ce n'est celui de l'hémisphère gauche du cerveau enflammé, autrement dit l'égo-mental sous emprise du système prédateur*. La tyrannie technologique par l'incessant déferlement numérique qui inonde désormais toutes les sphères cognitives et sociales y compris à l'école voit le couronnement du cycle entropique de la Matrice terrestre dans sa composante néolibérale du monde, œuvrant à la destruction des formes autonomes de culture populaire, à la dissolution des liens sociaux, et à la construction d'un monde d’individus isolés, reliés en permanence aux machines, transformés en consommateurs de produits rapidement renouvelés. Le capitalisme numérique surveille, géolocalise, profile, réifie, infantilise, zappe, et domine à coup de progrès illimité, de Big data, d'obsolescence programmée, de trading automatisé, de tweet, et de convergence des nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives (NBIC), le tout en promettant un avenir transhumaniste radieux.

Subtil paradoxe, tout opposant à la tyrannie technologique, fût-il modéré, est considéré comme un réactionnaire, à l'opposé de celui qui, refusant que la technique soit soumise à la discussion politique, est un conservateur dont l'idée unique est qu'il faut toujours changer en vue d’un progrès infini et aux fins d’accroître la puissance. Autre paradoxe du mécanisme générateur d'illusion du capitalisme numérique, celui-ci a pour caractéristique de se réapproprier les notions et concepts qui lui sont antagoniques – le "partage" et la "révolution" par exemple. Si l’outil facilitateur que peut-être le réseau social au soutien des mouvements populaires est indéniable, les défenseurs de cette utopie révolutionnaire du Web sont plus ou moins reliés de près au capitalisme numérique, y engrangeant de substantiels bénéfices selon le modèle économique adopté, quand ce n'est pas la revente de la start-up valorisée. Il en est de même avec les contradictions finissant par apparaître chez les chevaliers vertueux (WikiLeaks, les Partis pirates, les hackers entrepreneurs, Anonymous...), les apparents milieux anticapitalistes n'étant ni exempts de paradoxes ni de "technolâtrie".

Entre l’entreprenariat féroce des GAFAM (Google,/Amazon/Facebook/Apple/Microsoft) et l'insouciant merveilleux technologique du philosophe Michel Serres, le système prédateur occulte a placé le curseur de la direction suivie, ses relais terrestres attitrés - think tank, désinformateurs, débunkers (démolisseurs de rumeurs), sceptiques rationalistes, trolls - s'attachant tant à en garantir sans état d'âme la propagande mensongère mortifère liée, qu'à tenter d'empêcher et de rendre difficile l'accès à la connaissance salvatrice des chercheurs de vérité. La réalité est que les individus illusionnés baptisent pompeusement d' Intelligence artificielle (IA) des processus qui sont issus des mathématiques statistiques et "probabilistiques". N'est-ce pas le propre de la bêtise artificielle* ?

Cf. Le contrôle du robot biologique.

Cf. en complément Cédric Biagini, "L'Emprise numérique. Comment Internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies", Éditions L’échappée (2012); Alain Gras, "Se libérer de l’emprise technologique", Fayard (2003); lecture d’essais critiques (Jacques Ellul, Bernard Charbonneau, Günther Anders entre autres) et de revues engagées (La Décroissance, Entropia, Offensive).

 

Si pour la plupart des personnes c'est l’État, ou toute autre organisation institutionnelle, qui imprime des billets pour créer toute la monnaie nécessaire, la réalité est que seulement 5% de la masse monétaire totale sur terre se trouvent être des pièces ou des billets. Les 95% restants sont des écritures informatiques, dit "argent scriptural", pour simplifier les échanges et transactions.

Et le principe est exactement le même à l'échelle planétaire : les banques centrales impriment l'argent pour les pays ou fédérations de pays (ainsi l'Union européenne) comme dépositaires du trésor des citoyens. Mais si les échanges entre les individus ne font que déplacer le papier monnaie d'une main à l'autre, l'intérêt exigé par les banques ne peut pas être créé par ces individus, puisqu'ils n'ont pas le droit d'imprimer de l'argent. Dans ce cas, il ne peut y avoir qu'une seule issue, en l'occurrence l'endettement sans limite de tous les pays du monde envers les banques !

Voir le documentaire historique réalisé en 1996 "Money masters" (en anglais) sur la monnaie, la dette publique et l’étalon or. Écrit par Bill Still & Patrick S.J Carmack, narré par Rick James, il raconte la gigantesque fraude des banques centrales et leur bataille pour émettre la monnaie à travers les âges, et retrace les origines de la structure du pouvoir qui régit aujourd'hui les nations du monde.

 

De la monnaie traditionnelle à la monnaie numérique

Le système de reporting digital fait partie intégrante de la "Tech for Good", comme le souligne par exemple le grand cabinet de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC). C'est pourquoi dans le cadre du "Grand Reset" (Cf. Clé n° 15) la monnaie traditionnelle va être remplacée par des "jetons numériques", ce qui va permettre aux géants du numérique - les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) - de s’imposer sur les marchés financiers. Ceci non seulement parce qu’ils disposent de montagnes de capitaux, mais encore plus parce que leurs immenses réseaux d’utilisateurs (particuliers et entreprises) vont leur permettre de collecter des fonds de façon très large à travers toute la société pour les redistribuer ensuite à leur guise. On peut ainsi raisonnablement s’attendre à ce que les GAFAM tuent la banque traditionnelle et s’approprient le gros du marché du crédit, tout particulièrement Amazon grâce à son réseau de partenaires. Nul ne peut être de ce fait surpris par le succès du "crowdfunding", ce mode de financement via plateforme en ligne étant la pierre angulaire du système financier 2.0., y compris pour le financement des collectivités publiques ! Le marché du crédit va inévitablement se resserrer considérablement, les considérations "écologiques et environnementales" servant de prétexte à une réduction considérable des libertés économiques qui restent encore au citoyen comme à l’entrepreneur de base. Reste seulement à déterminer si le changement de système monétaire qui s’annonce n’offrira pas l’opportunité d’introduire un système de "notation sociale" à la chinoise, avec des répercussions potentiellement considérables sur la vie de tout un chacun, puisque l'Intelligence Artificielle sera amenée à jouer un rôle essentiel dans des domaines aussi variés que cruciaux (santé, banque, logement…).

Cf. en complément le livre de Vincent Held, auteur du "Crépuscule de la Banque nationale suisse, d’Après la crise et d’Une civilisation en crise" (Éd. Réorganisation du Monde, janvier 2020).

 

Clé 10 : L'illusion du temps.

La structure ternaire du temps linéaire que nous connaissons - passé/présent/futur - a été construite par les "magiciens" de la Grande Babylone, soit la prêtrise dévoyée au service des élites oppressantes. Elle constitue le filet de la matrice falsifiée, celui d’un espace-temps limité* qui empêche l’être humain d’évoluer par sa conscience. Son code est "666", établissant le lien avec le temps, ce monstre qui nous envahit, oppresse et dévore. Sa construction s’établit sur l’architecture d’une journée divisée en 24 heures (soit 6 en numérologie), 1 heure à 60 minutes, et 1 minute à 60 secondes. Cette division par le 6 est en fait basée sur la moyenne des rythmes cardiaques humains observés pendant une phase de repos. Ainsi le système pervers patriarcal - la "père-version" -, en partant du rythme naturel de l’être humain en phase de repos (méditation, sommeil), et par là-même de son accès au temps fractal (absolu), l’a enfermé dans un temps figé, cadenassé, contenu, propre à une structuration d’oppression. Ce code 666 a permis l’inversion du temps du matriarcat, le temps éphémère, pour le temps du patriarcat, sa forme figée.

C’est le temps de l’égo-mental, qui dans le monde à l’envers – le "démon" - fige uniformément les choses. C’est le temps de l’heure, du "leurre", celui du mirage de l’Âme dans une matière qui la cadenasse, l’empêchant par sa structuration de s’exprimer. C’est lui qui retient le dragon prisonnier en chacun, l’empêchant de se libérer sauf transcendance échappatoire*². C'est le temps de l’esclavagisme psychique exercé.

* Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

* Cf. Décryptage de l'égo.

Le sacrifice des porteurs de vérité

Ce n’est qu’en s’échappant du diktat du temps de la matrice, en s’extirpant de son espace-temps limité, en ouvrant les portes de l’espace-temps pour plonger dans le grand champ d’information de l’univers - l’éther, le ki, le chi – que l’être humain peut gagner le grand secret caché à sa connaissance, l’immortalité, plus exactement l'éternité - "l'éthernité" -. C’est ce qu’enseignent les mythes de Prométhée, d'Asclépios (Esculape en latin), et de Jésus-Christ, tous trois "sacrifiés" en guise d'avertissement...


L'illusion du temps découle de nos mémoires, logées dans le subconscient et gravées dans notre ADN biologique. Comme le temps est un éternel présent, dans un espace-temps multidimensionnel - des champs de différentes fréquences informationnelles -, Tout Ce Qui Est est déjà réalisé. En nous remémorant par la remontée des informations à notre champ conscient, nous pouvons reconstituer notre unité fragmentée et sortir de l'illusion de la 3ème dimension de réalité.

Le clin d’œil du voyage dans les boucles du temps

Pour rappeler aux êtres humains asservis - les robots biologiques - qu'ils sont prisonniers de sa cyclicité entropique, les gardiens de la Matrice n'hésitent pas à établir le lien entre quelques personnalités et leur sosie d'une "autre époque", lui aussi personnalité élitaire... qui sera bien sûr attribué au hasard du mystère génétique.

C'est ainsi que le huitième président de la Ve République, Emmanuel Macron, entretient un lien particulier avec l’un des penseurs de la Renaissance, Nicolas Machiavel (image 7). Au moment de sa nomination au ministère de l’Economie, il a déclaré en effet au New York Times que ses études sur le philosophe italien lui avaient permis de survivre dans le microcosme politique parisien. Ce même Machiavel, qui n'est pas un philosophe de la conquête du pouvoir, mais de sa conservation par sa théorie de l'art combinant la ruse et le force, autrement dit "dissimuler, tromper et tuer si les circonstances l'exigent" !

Ci-contre : Coluche/Christophe Colomb - Michael Jackson/Buste égyptien - Mark Zuckerberg/Philippe IV d'Espagne - Vladimir Poutine/Louis XII - Sylvester Stallone/Empereur Constantin - Emmanuel Macron/Boris Vian...

 


Clé 11 : Le brouillage du genre.

En cette "fin des temps", dernière étape de l'accomplissement d'un cycle cosmique, les Maîtres artificiers babyloniens savent très bien qu'une clé majeure d'extraction de la Matrice par les êtres humains s'éveillant à la conscience de Ce Qu'Ils Sont vraiment est le retour à leur état d'androgynie originelle, en réalisant la fusion en eux de leur polarité masculine, électrique, et de leur polarité féminine, magnétique*. Cette androgynie est bien sûr de nature spirituelle, intérieure, nullement la remise en cause du genre mâle ou femelle qui caractérise leur singularité biologique extérieure.

C'est pourquoi la perversité du système va s'ingénier sur ce terrain à brouiller les codes du genre, afin de mener l'humain à l'androgynie désacralisée, celle du robot humanoïde de la société scientiste érigé par le courant transhumaniste en cours de déploiement*².

* Cf. Conscience et dépassement de la Matrice sexuelle.

Cf. Conscience du XXI° siècle.

La sacralisation du robot

L'Arabie saoudite est la première nation à avoir accordé en octobre 2017 la citoyenneté à Sophia, le robot humanoïde hyper-réaliste de la firme hongkongaise Hanson Robotics (images 1 et 2), ouvrant la boîte à Pandore des questions éthiques associées à l'octroi d'un statut légal* à un robot qui pourrait entraîner des dérives. L'objet, ou du moins son propriétaire, pourrait en effet prétendre à des droits humains, comme celui à la dignité, à l'intégrité, à la rémunération... voire à la citoyenneté et le droit de vote, à l'instar de la directive Prime de la série de science-fiction Star Trek... A qui le tour désormais ? 

* D'aucuns envisagent l'octroi d'un statut juridique en distinguant les spécificités des modèles de robots et machines dites intelligentes.

En Europe, l'attribution d'un nouveau statut juridique à certains robots dotés d'intelligence artificielle trouve son origine dans un rapport d'une eurodéputée (Mady Delvaux) datant de début 2017, l'Estonie se questionnant quant à sa mise en place. Une première qui serait inévitablement suivie d'autres...

Quant au Japon, a été célébrée en janvier 2018 au temple de Kofukuji de la cité de Nara une cérémonie pour l'enterrement de son animal domestique décédé, en l'occurrence 114 Aibos, des chiens-robots fabriqués par la société Sony, et vendus à 150 000 exemplaires entre 1999 et 2014 (photo 4). Avec moult fleurs et encens, les robots ont été disposés sur des estrades recouvertes de draps blancs, avant que les litanies ne les accompagnent dans leur dernière demeure... Le remplaçant de l'Aibo est arrivé en janvier 2018, dans une version capable d’interagir avec son environnement via Internet. Un robot qui sera sans doute capable d’organiser les funérailles de son maître lorsque celui-ci décédera...


L'humain génétiquement modifié

Comme à l'accoutumée, Hollywood livre les clés de l'agenda occulte de la Matrice dévoyée*. C'est ainsi que dans Gattaca*², film américain d'anticipation réalisé par Andrew Nicol et sorti en 1997, le choix du génotype des enfants est devenu courant dans cette société hautement technologique pratiquant l'eugénisme à grande échelle. Autrement dit, les gamètes des parents sont triés et sélectionnés afin de concevoir in vitro des enfants ayant le moins de défauts et le plus d'avantages possibles. De même, et bien que cela soit officiellement interdit, entreprises et employeurs recourent à des tests ADN discrets afin de sélectionner leurs employés, les personnes conçues de manière naturelle se retrouvant de facto reléguées à des tâches subalternes.

* Cf. Le cinéma de la Matrice (2) La science-réalité.

Gattaca est un centre d'études et de recherches spatiales pour des gens au patrimoine génétique impeccable. 

Le "transgenre" ou "trans-identitaire" est un courant qui est né dans les années 1970, regroupant toutes les personnes qui, temporairement ou durablement, décident de dépasser les variables de l'identité de genre, soit en adoptant l'apparence d'un autre sexe ou une apparence androgyne (c’est-à-dire non déterminée sexuellement), soit en demandant des modifications hormonales, médicales ou chirurgicales de leurs corps. Souvent abordées sous l'angle des podiums, des concours de beauté ou des transformations spectaculaires de corps réduits au statut de bêtes de foire, les questions de la transsexualité et du trans-générisme vont bien au-delà. On en retrouve la trace dans l'histoire à travers quelques exemples :  le favori du roi chinois, Long Yang Jun, en -250, devenu emblème de la communauté gay asiatique ; l'abbé de Choisy, mort en 1724 après avoir passé de nombreuses années sous les traits et les habits d'une femme ; Charles de Beaumont, chevalier d'Éon, militaire et conseiller politique de Louis XV à l'apparence ambiguë ; le comédien britannique du XVIIe siècle Edward Kynaston, connu pour ses rôles féminins ; Philippe de France, duc d'Orléans, fils de Louis XIII, élevé comme une fille pour ne pas faire d'ombre à son frère Louis XV ; le chirurgien militaire de l'armée britannique James Miranda Stuart Barry ; la papesse Jeanne, personnage encore mystérieux qui aurait tenté de se grimer en homme pour devenir pape ; Zheng He, célèbre eunuque et aventurier chinois des XIVe et XVe siècles.

Chez nos contemporains : Michel(le) Lambert, membre du groupe rock québécois Noir Silence ; Wendy Carlos (née Walter Carlos), pionnière du Moog, clavier fondateur de la musique électronique ; le jazzman Billy Tipton, né Dorothy Lucille Tipton ;  Ben Barres (né Barbara Barres), professeur de neurobiologie à la prestigieuse université de Stanford ; Beatriz Preciado (ou Paul B. Preciado), philosophe, écrivaine, célèbre notamment pour ses travaux sulfureux sur la questions des genres, de la chimie et du porno ; la Française Maud Marin (née Jean Planchard), première avocate transsexuelle au monde, combattant pour avoir le droit d'exercer... 

Qu'elles se sentent à la fois homme et femme, parfois l'un parfois l'autre, entre les deux, aucun des deux, il existe désormais une débauche de termes non homologués par l'Académie française pour distinguer ces infinies nuances : bigenre, intergenre, genderfluid, agenre, neutrois, pangenre, androgyne, demi-boy ou demi-fille… Et autant de pronoms qui fleurissent pour sortir de l'alternative "il" ou "elle" : "ul", "ol", "iel", "ele", "ille". En d'autres termes, toute la palette de couleurs qui se déploient entre le noir et le blanc...

Suprême reconnaissance, les candidats LGBT+ (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, queers, intersexes et asexuelles) ont remporté plusieurs victoires importantes lors des dernières élections présidentielles de novembre 2020, comme Sarah McBride (photo 15 ci-dessous) qui est devenue la première personne ouvertement transgenre à remporter un siège au Sénat. C'est ainsi que plus d'une trentaine (sur 574) de ces nouveaux genres ont décroché un siège au Congrès, Ritchie Torres (photo 16) devenant le premier Afro-Latino homosexuel et Mondaire Jones le premier Noir gay à y siéger.

Les icônes transgenres

Laverne Cox, Caitlyn Jenner, Andreja Pejic, Lea T, Janet Mock, Geena Rocero, Aydian Dowling, la journaliste belge sur la chaîne flamande VTM Boudewijn (dit Bo) Van Spilbeeck (photos 1 à 8)... Depuis la couverture retentissante de Caitlyn Jenner (ex William Bruce Jenner) pour Vanity Fair, c'est une nouvelle visibilité et un nouveau regard qui sont mis en avant sur les personnes transgenres, dévouées à la cause et au combat des LGBT+*. Ces femmes et hommes transgenres, dont Boy George, Justin Bieber, Conchita Wurst, Bilal Hassani ou l'actrice Ellen Page devenue Elliot Page (photos 9 à 13) complètent le tableau, sont désormais érigés comme véritables icônes, au service du combat du droit à la différence pour les uns, de la dénaturation de l'humain et du brouillage de l'androgynie sacrée par les relais de l'industrie de la mode, du divertissement musical et de la presse pour les autres. Le relais est pris sur le terrain du politique (Cf. Annick Ecuyer et Sarah Mc Bride photos 14 et 15) comme du sportif, de la pensée et de l'activisme.

* "Lesbiennes, gays, bisexuels, trans et autres spécificités sexuelles". LGBT+ est un sigle utilisé pour désigner les personnes non hétérosexuelles et/ou non cisgenres, soit des personnes dont l'identité de genre est en accord avec le sexe biologique assigné à la naissance.


Les défilés technos-asexués

Si des hommes sont amenés à se "grimer" en femmes dans le cadre de traditions ancestrales comme chez les Peuls (ethnie sahélo-saharienne) ou les Écossais, il en est tout autrement avec l'objectif des défilés asexués de l'industrie de la "mode". Sous couvert de défendre la cause LGBT, ils participent d'une opération de dénaturation de la raison d'être de la création de l'humain dans son genre biologique spécifique, participant au fonctionnement harmonieux du Vivant. Ils contribuent à la transition en cours de l'ère biologique à l'ère robotique, d'autant que le domaine de la mode consacre désormais aux robots une part prépondérante de la présentation des collections. Ainsi la marque milanaise Prada qui a confié son compte Instagram à Lil Miquela (photo 4), jeune fille influente des réseaux sociaux qui est une Intelligence Artificielle avec un profil géré par des algorithmes pour séduire les ados. Quant à Dolce & Gabbana, la marque a utilisé des drones en lieu et place des mannequins (photo 5), mis sur la touche pour l’occasion. Ces "grandes maisons" ne font que s’adresser aux jeunes clients ou futurs clients, les "digital natives", nés avec le digital, une tablette sur les genoux, un portable dans les mains et friands de provocation. Nul ne s'étonnera alors que Gucci utilise un bébé dragon comme accessoire de mode (photo 6), rappelant que c'est bien la prédation archontique qui les/nous conduit dans les limbes de la conscience...


La star "modèle"

Miley Ray Cyrus (photo 1), de son vrai nom Destiny Hope Cyrus, est une auteure-compositrice-interprète et actrice américaine. Elle a rencontré la célébrité à l'adolescence en incarnant Miley Stewart / Hannah Montana dans la série de Disney Channel, Hannah Montana (photo 2).

Miley en gaélique signifie "le démon des profondeurs", Cyrus étant lié à Babylone par le roi éponyme dit le Grand. En suivant l'évolution de la jeune femme "bien sous tous rapports" en quelques années (prise de drogues, tenues scéniques et gestuelle provocatrices, bi-sexualité), nous comprenons de quelle façon le système pervertit les codes dans les esprits de ses relais comme des humains, tout particulièrement la jeunesse, auxquels ils s'adressent...


La discrimination positive, priorité du capitalisme transnational

Dans le cadre des politiques orchestrées à l'initiative du Forum mondial (World Economic Forum) de Davos, réunion annuelle de dirigeants d’entreprise, responsables politiques du monde entier ainsi que d'intellectuels et de journalistes (Cf. Clé n° 15), l'appel à un "nouveau contrat social"  afin de créer une "société globale" plus "inclusive" figure en tête de liste des préoccupations des élites, outre l’inévitable "lutte contre le changement climatique".

Il résulte d'un groupe de travail composés "d’entrepreneurs sociaux", telle la société suédoise IKEA, chapeauté par l’ONG américaine B Lab qui délivre des certifications dites "B Corp" (aussi connues comme certification "B Corporation" ou label "B Lab") aux sociétés commerciales (à but lucratif) répondant à des exigences sociétales et environnementales, de gouvernance ainsi que de transparence envers le public. Cette organisation de la société civile "sans but lucratif"  bénéficie du soutien actif de diverses multinationales (McDonald’s, Unilever, Danone, Adidas…).

Il s'agit d’avoir un groupe de propriétaires, de cadres et de directeurs issus de la diversité, et de remplir les postes vacants de femmes, de personnes de couleur, de LGBTQ. Cet argumentaire a été repris dans la foulée par le grand cabinet de conseil transnational McKinsey, qui présente depuis 2015 la "diversité" et "l’inclusion" comme des facteurs de productivité essentiels.

Si le World Economic Forum assure le spectacle avec ses initiatives, c’est en réalité l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui est au cœur de ce projet de reprise en main de la société, depuis l’adoption en 2015 de son "Agenda 2030" qui oblige les États-membres à produire chaque année un rapport détaillé en vue de mesurer leurs progrès en termes de "développement durable". Le Forum de Davos propose aujourd’hui d’étendre cette même logique aux entreprises, tel que l'a déclaré son initiateur l'économiste allemand Klaus Schwab le 3 juin 2020. A cet effet, l’ONU et B Lab ont développé en 2019 une plateforme commune pour "mesurer l’impact social" des entreprises, la discrimination positive y occupant une place centrale sous couvert de contribution à "l’égalité de genre" qui concerne tout autant les femmes que les LGBT. A noter que B Lab est bien consciente du fait que la systématisation des discriminations (positives) en entreprise n’entraîne pas nécessairement de meilleures performances financières, indiquant de manière laconique qu'une entreprise doit simplement accepter de sacrifier de la rentabilité financière… Comme les

multinationales les plus "engagées" en faveur du politiquement correct tiennent à leurs rendements, il s’agira donc d’inciter financièrement les entreprises à se plier aux exigences idéologiques des élites mondialisées. C’est là que les GAFAM (Google Apple Facebook Amazon Microsoft) entrent en jeu, n'ayant pas attendu les recommandations du World Economic Forum pour produire des rapports annuels sur "la diversité et l’inclusion", ceci étant leur grand dada depuis plusieurs années déjà…même si elles ne sont pas encore elles-mêmes tout à fait prêtes à mettre n’importe qui à n’importe quel poste il va sans dire !

 

Clé 12 : La dénaturation du vivant.

L'accélération du cycle de cette "Fin des Temps", plus exactement fin du temps*, est un cycle incontournable d'un fonctionnement dénaturé de la conscience humaine dans sa relation aux Lois intangibles et intemporelles de l'Univers et aux cycles de la Nature, caractérisé par son état de débauche, de corruption et de matérialisme exacerbé. Les étés comme automnes meurtriers qui se succèdent depuis 2017 (ainsi les inondations de la vallée de la Roya dans les Alpes-Maritimes en octobre 2020) aux quatre coins de la planète n'ont fait qu'en illustrer le déroulé, et constater la dénégation de l'être humain illusionné et esclave quant à sa réalité. C'est ainsi que l'étendard du réchauffement climatique et de ses méfaits, liés notamment aux produits chimiques des activités humaines (les plus maléfiques que les gens accumulent dans leurs corps parviennent des tuyaux d’échappement des véhicules, des produits de nettoyage, et des produits chimiques industriels libérés des usines de production) agite fiévreusement experts, commentateurs et spectateurs, et que la fatalité face à la Nature continue d'entretenir le déni de l'humain prétendument évolué.

Sur le terrain des conflits géopolitiques, les foyers venimeux sont nombreux, prêts à s'enflammer, la confusion et bruits de bottes se propageant déjà de manière impitoyable à travers le monde - Libye, Irak, Syrie, Arabie Saoudite, Qatar, Iran, Israël, État Palestinien, Ukraine, Turquie, Corée du Nord - avec en toile de fond les quatre grandes puissances qui s'observent (Russie, Europe, États-Unis, Chine) et se défient.

Les prémices du changement dimensionnel qui se profile sont bel et bien incontestables, caractérisés par une biosphère qui change d'état, produisant comme une sorte de basculement vers l'inconnu : disparition de la biodiversité, intensification des incidents climatiques extrêmes, augmentation des mouvements tectoniques, intensification des manifestations d'origines cosmiques (chutes de corps célestes et de comètes), mutations rapides des courants de production et de dépense d'énergie… C'est ainsi que des populations entières subissent déjà des dommages catastrophiques et irréparables causés par les éléments déchaînés de plus en plus fréquents, qui participent de l'indispensable rééquilibrage des énergies : inondations, séismes, tempêtes, feux, ouragans... Ils ne sont pas le fruit du hasard, seulement de l'écocide généré par le système prédateur et ses relais inféodés*². Quant aux expérimentations cachées sur l'espèce humaine, elles préparent le grand plan de remplacement en cours, "l'hybridation extraterrestre" ! Mais bien entendu, tout ceci relève d'un délire comploteur, "puisqu'ils nous ont expliqué pourquoi au JT du vingt heures"...

* Cf. Fin de cycle (1) : fin du temps ou fin des temps ?

Cf. Le nouvel ADN sociétal.

Anesthésie de conscience

L'opération "dé-zingage" du Vivant est basée sur une orchestration des mouvements de défense et de protection de la nature, des espèces et de l'environnement - "les os à ronger émotionnels" -, dont la tête de proue est Greta Thunberg* au visage métallique de cyborg (cybernetic organism), avec en parallèle un flux d'informations sans intérêt majeur prioritaire (sport, people, divertissement, faits divers, vie politique...) destinés à empêcher l'éveil de la conscience des êtres humains sur la réalité du fonctionnement du système. Croire en effet que par la lutte le monde va s'améliorer est un leurre qui ne fait qu'entretenir la Matrice prédatrice. Seuls ceux qui en ont conscience peuvent véritablement changer leur propre réalité intérieure, ce qui aura pour effet de modifier la réalité extérieure. La pollution et les bouleversements terrestres ne font en fait que traduire les luttes incessantes entre égos humains...*²

* Désignée par le magazine Time personnalité de l'année 2019, la jeune suédoise est un pur produit marketing servant d’égérie à la propagande climatique. Caricature de l’outrance d'une jeunesse donneuse de leçons, elle a pour objectif de créer toute une génération d’angoissés et anxieux "climatophiles" qui pensent que la planète va mourir demain dans d’horribles souffrances. Pur produit de la manipulation du système prédateur, nous sommes bel et bien avec Greta dans le catéchisme écolo, autrement dit dans la religion et le dogme.

Cf. Libération émotionnelle.

L'anesthésie de conscience à la sauce hollywoodienne

Dark City (Cité obscure) sorti en 1998 montre tous les habitants de la cité s'évanouir au 12ème coup de minuit par le phénomène de la syntonisation émise par ses maîtres. Quant à la série Flashforward sortie en 2010, l'humanité perd connaissance pendant un black-out (trou noir) planétaire de 2 minutes et 17 secondes, chaque habitant voyant son futur à sept mois, la fréquence obtenue résonnant directement avec la conscience individuelle et collective. Les oiseaux noirs* (black birds) y étaient également sensibles, comme une révélation du funeste destin à venir ...

* Les corbeaux comme les mésanges sont considérés comme des messagers.


Pour faire face aux effets du changement climatique, a été lancé fin 2019 le Pacte vert européen, appelé aussi "Green New Deal européen", dont le plan d’investissement a été pensé pour mobiliser au moins 1 000 milliards d’euros d’investissements publics et privés au cours des 10 prochaines années. Il a pour objectif de faire de l’Union européenne une économie climatiquement neutre d’ici à 2050, et ce grâce à des investissements conséquents dans les technologies énergétiques propres. Selon les estimations de la Commission européenne, 260 milliards d’euros d’investissements annuels supplémentaires sont nécessaires pour atteindre l’objectif intermédiaire de réduction des gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030...

Naïf et ignorant du mode de fonctionnement de l'Univers, l'être humain oublie une des règles essentielles du jeu du Vivant, à savoir que le comportement humain de masse, étant un reflet des conditions cosmiques (rien n'arrive jamais par hasard et rien n'est gratuit dans l'univers), la réaction de la nature à la folie humaine ne peut s'exprimer que par les catastrophes climatiques et cosmiques qui, en riposte à son déni, prennent toujours et encore plus d'ampleur...

Propagande totalitaire verte

Voitures*, trottinettes et vélos équipés de batteries électriques constituent le nouveau credo de l'idéologie verte au service de la survie de la planète, illusionnant une grande partie de la jeunesse engagée un i-phone à la main droite et un hamburger version fast-food à la main gauche (ou inversement), tout comme les bobos urbains angoissés dégoulinant de leur guimauve mentholée quant à leur rêve d'un monde meilleur. Ils oublient que les batteries sont produites en Chine, tuant au passage pleins de petits Chinois au contact de leurs métaux toxiques constitutifs, non sans avoir contribué au passage à dénaturer l'environnement avec l'installation de moultes bornes de recharge. Et une fois utilisées, les batteries des i-phones, des trottinettes, des vélos, et des voitures partent au "recyclage" en terminant sous forme de déchets "ultimes", dont on ne sait pas quoi faire à part les enterrer ou les jeter à la mer, de préférence en Afrique où le slogan Black Lives Matter ("Les vies noires comptent") ne semble plus d'usage... Les éoliennes en constituent l'exemple concret par le recyclage des pales et rotors à base de métaux rares et cancérigènes, avec une demande mondiale de fibre de carbone qui ne cesse de croître (estimée à 20 880 tonnes en 2018). Quelques dizaines seulement de ces moulins à vent ont été démantelées en France depuis l’installation du premier parc en 1996, et d'ici cinq ans ils seront 1 500 à laisser la place à des modèles plus puissants. Leur nombre va inévitablement augmenter compte tenu de l’accélération des investissements en matière d’énergie renouvelable. Au final, nous avons un truc qui pollue encore plus avec un bilan écologique global désastreux.

Il est ainsi à comprendre que s'il y a une "industrie du recyclage", c'est parce qu’en face il y a une industrie de la surconsommation propre au consumérisme de notre "modèle" libéral babylonien, et que ce dernier est indissociable du système prédateur asservisseur propre à cette dimension de réalité viciée. C'est pourquoi les éoliennes, c’est du vent, comme toute l’écologie actuelle, dont les "Khmers" verts font la même chose que les Khmers rouges*². De la propagande, des méthodes fascistes, et de l’endoctrinement de la jeunesse, déguisant subtilement le Nouvel Ordre Mondial en cours d'établissement par l'adhésion de foules aveugles car manipulées !

* Alors que l’Europe lance un plan pour faire décoller l'hydrogène comme carburant (celui qui propulse les fusées depuis des décennies), qui à la différence du moteur thermique ne rejette que de la vapeur d’eau et offre une autonomie de 200 kilomètres en seulement trois minutes de charge, il est à se demander pourquoi la France s'engouffre aussi massivement dans le moteur électrique. D'autant que l'ONG Transport & Environnement (T&E), qui a analysé le comportement de trois des modèles hybrides les plus vendus en 2020, est arrivée à la conclusion que les émissions de CO2 de ces véhicules hybrides rechargeables restent supérieures à ce que les constructeurs annoncent officiellement.

Surnom d'un mouvement politique et militaire communiste radical d'inspiration maoïste, qui a dirigé le Cambodge de 1975 à 1979 en faisant un véritable génocide du peuple cambodgien (environ 1,7 million de victimes, soit plus de 20 % de la population de l'époque).

 

Qui sont les "écolos" ?

À la fin des années 1970, les membres les plus astucieux des classes dominantes ont compris que la globalisation n’était pas soutenable écologiquement. Au lieu de changer de modèle économique, ils ont décidé de renoncer à l’idée d’un monde commun, s’immunisant contre la question écologique en se coupant du monde pour forger le leur, un monde de "gated communities", des quartiers résidentiels fermés jusqu'aux bunkers luxueux enterrés en Nouvelle-Zélande, en Terre de feu (Argentine) et au Kamchatka (Russie), les trois endroits de la planète appelés à être les moins touchés par le réchauffement climatique.

Par cette subtile influence non comprise par l'être humain endormi, ils ont généré de nos jours principalement les "petites élites", les habitants des grandes métropoles, les bourgeois dit bohèmes (bobos), les gagnants de la mondialisation, plus exactement les "anywhere", les gens de n’importe où résident leurs intérêts, qui portent le discours de l’écologie politique et de ses revendications. C'est cette population aisée, la grande gagnante du système économique marchand qu'est la mondialisation, qui est à l’origine de l’essentiel de la pollution mondiale, car profondément antiécologique derrière ses discours et prêches sirupeux. Qui plus est, elle a souvent tendance à défendre des innovations sociétales comme la Gestation Par Autrui, qui enfreignent manifestement les lois et les limites de la Nature. Ne jurant que le bio, elle vit pourtant dans des grandes villes, ignorant tout de la Nature réelle et concrète. Les "pauvres" de leur côté, les laissés pour compte, condamnés à la malbouffe par manque de moyens suffisants, se moquent de l’écologie politique. Pour eux, l’emploi, le pouvoir d’achat notamment pour la facture énergétique (gaz, électricité), le logement, la sécurité, l’immigration, l’identité, sont des priorités autrement plus importantes que la protection de l’environnement. Quand on peine à boucler ses fins de mois, le climat parait bien lointain. Et lorsque l'on habite dans la France périphérique compte-tenu du coût immobilier de centre urbain, la dépendance à l’automobile est un fait absolument fondamental. Qui plus est, ils sont victimes des éoliennes*, avec leur bruit infernal audible à plusieurs kilomètres, et leur cortège de nuisances qui font fuir les animaux et rendent malades (migraines, problèmes d’audition…), se rajoutant leur effet sur la baisse de valeur de leur bien immobilier. Autant dire que le coût de cette fantaisie capricieuse d'irresponsables patentés est conséquente pour une économie déjà peu reluisante, plombée par des normes environnementales qui vont détruire encore davantage d’emplois, faire perdre davantage en compétitivité, et désindustrialiser encore plus. L’écologie politique semble bel et bien à la fois punitive, complètement inefficace, et contre-productive sur le plan environnemental ! Et pour cause, l’écologie politique étant avant tout une façon de se définir soi même, de renvoyer aux autres et surtout à soi même une certaine image sociale de soi, celle de la fatuité, de la prétention, de la suffisance, en d'autres termes du mépris ! 

Une éolienne, avec des pâles de 50m qui s’appuient sur un mât de 100 mètres, repose sur un socle en béton armé de 300m3. Il faut 1 500 tonnes de béton par éolienne, soit 30 millions de tonnes pour les 20 000 éoliennes qu’il est prévu d’installer. Ce béton est transporté par 1,2 million de voyages de camions-toupies, qui fonctionnent... à l’essence. Elle est bourrée de ferraille et de plastiques, ainsi que d’huile de vidange qui risque à tout moment de polluer les nappes phréatiques, sans compter les métaux rares nécessaires à sa fabrication et extraits à l’autre bout du monde de manière très polluante. Et lorsque ses pâles sont gelées, il faut faire fondre la glace en pulvérisant par hélicoptère de l’eau à 60 degrés, chauffée dans un camion au fioul. 

 

La voix qui fait autorité sur l'état et le comportement de l'atmosphère terrestre, son interaction avec les océans, le climat qu'il produit et la répartition des ressources en eau qui en résulte, est celle de l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM), agence spécialisée appartenant au système des Nations Unies, et relayée dans chacune de ses nations membres qui compte 193 États membres et territoires.

Géo-ingénierie, ou le contrôle du climat et de l'activité solaire

Le Diagramme global d'interaction ou diagramme d'interactivité (diagram global dimming) est un diagramme utilisé pour rendre compte de l'organisation spatiale des contributeurs à l'interaction d'un phénomène de contrôle, d'une manière qui permet une vue d'ensemble de ses flux. Celui exposant le contrôle de l'activité solaire par la technologie du système prédateur terrestre (ci-contre) explique le plan en cours de dénaturation à grande échelle de l'humanité*.

C'est ainsi que, par sa conviction que Dieu lui a ordonné d'utiliser la technologie pour le salut de l'humanité, Bill Gates finance des scientifiques de Harvard pour qu'ils utilisent la géo-ingénierie afin de bloquer le Soleil pour inverser le soi-disant réchauffement de la planète*² et agir sur le changement climatique. Vu que nous nous dirigeons plutôt vers un refroidissement global, il utilise en fait le prétexte "poule-aux-œufs-d'or" du réchauffement climatique pour autre chose... en l'occurrence un projet modèle à la fois d'orgueil, d'hypocrisie et de risque, soit l'expansion massive de l'utilisation du sans fil et le réseau sans fil de la 5G, facteur le plus important dans l'augmentation de la consommation d'énergie ! L'expansion du réseau sans fil entre 2012-2015 équivaut en effet à l'ajout de 4,9 millions de voitures sur les routes. La 5G devrait ainsi augmenter de manière exponentielle la consommation d'énergie de plus de 170 % d'ici 2026. C'est pourquoi proposer d'utiliser le réseau "intelligent" sans fil pour lutter contre l'empreinte carbone grâce à la géo-technologie est une idée saugrenue, et non une solution au changement climatique !

* Cf. Contrôle mental & Prophétie du changement.

Cf. Vérité climatique.

Mutations génétiques et dégénérescence humaine

Les zoonoses sont des maladies ou infections qui se transmettent des animaux vertébrés (dromadaire, chauve-souris, civette...) à l'homme, et vice versa. Les pathogènes en cause peuvent être des bactéries, des virus ou des parasites. Selon l'OMS, elles représentent 60% des maladies infectieuses. Un exemple parmi beaucoup d'autres de la dégénérescence humaine programmée est celui des mutations génétiques. Elles ont commencé chez l’humain suite aux vaccins, avant d'être recueillies par les moustiques, qui subissent de nouvelles mutations en combinant les nouvelles modifications des insectes. Ensuite, les moustiques piquent les humains et sucent leur sang. Le sang avec les modifications génétiques se mélange au sein des moustiques. Enfin, les moustiques piquent quelqu’un d’autre en leur injectant ce nouvel amalgame. Cette combinaison des modifications génétiques des moustiques et des mutations des humains vaccinés constitue un cocktail mortifère, expliquant l'émergence de virus tel Zika* (ce nom fait référence à une forêt en Ouganda où il a été isolé en 1947, en sachant qu'il existe une deuxième lignée en Asie) qui induit des malformations, des défauts (difformités du crâne et du cerveau) de naissance... Après les H1N1 (virus de la grippe A contenant des gènes de plusieurs virus connus d'origines porcine, aviaire et humaine), SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère des poumons du à un virus de la famille des coronavirus*²), Ebola (agent infectieux provoquant des fièvres souvent hémorragiques), MERS (coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient hautement pathogène provoquant en particulier un symptôme de pneumonie aiguë)... la dernière arrivée en 2020 est l’épidémie du nouveau coronavirus à ARN simple brin à sens positif (le  Covid-19 *³) dans la ville chinoise de Wuhan, dit virus de la pneumonie du marché aux fruits de mer, générant une ambiance de "fin du monde", alors même que "l’affaire" ne se révélera pas si grave que ça (le taux de létalité mondial pourrait avoisiner entre 0,1 et 0,2 %), ses raisons occultes étant toutes autres ! Est-il nécessaire de rappeler que dans notre "belle civilisation" des pseudo Lumières, 8 500 enfants meurent chaque jour de dénutrition, 14 000 individus meurent tous les jours du paludisme, 15 000 par EBOLA, 16 000 en raison d'une hypertension artérielle, 19 000 à cause du tabac et de l'alcool, 8 500 à cause du Sida et des maladies sexuellement transmissibles, la grippe fait chaque année 290 000 à 650 000 décès selon l’OMS, un nombre incalculable en raison des guerres et des attentats, et qu'en 2019 il y a eu 800 000 suicides dans le monde, soit un toutes les 40 secondes ! En France, avec moins de 30 000 morts (moyenne d’âge 81 ans), le bilan est très loin derrière le cancer (170 000 décès par an), les maladies cardiovasculaires (140 000 décès par an), et loin derrière les démences séniles (40 000 morts par an). Qui plus est, malgré les diverses alarmes, la Covid-19 n’a que très peu tué de jeunes.

L'être humain subissant des mutations rapides quand il s’agit d’un virus à ARN, c'est de cette manière que, selon les marqueurs génétiques présents dans les codons de son ADN, il peut attraper par ces sortes de parasites - l'infestation parasitaire - des maladies infectieuses qui provoquent l'athérosclérose, les maladies cardiaques, le cancer, l'arthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques, le lupus, ou l'une de ces maladies dites auto-immunes (l’ADN, en raison de sa forme spiralée, agit en effet comme un amplificateur et une antenne universelle, tandis que les protéines agissent comme un spécificateur de l’information reçue en raison de leur structure géométrique). De la même manière, les êtres humains deviennent des individus qui "acceptent" (inconsciemment) les mauvaises ondes, la maltraitance, la torture sous ses différentes formes (psychiques comme physiques), et ainsi de suite... Autrement dit, ces maladies ne sont pas génétiquement causées, mais conçues pour ces personnes comme instructions génétiques viralement implantées, et ensuite étiquetées comme le gène responsable. Dans la mesure où lorsque différentes personnes attrapent le même virus, celui-ci a la possibilité d’être nocif ou bénéfique suivant la fréquence vibratoire électromagnétique de la personne, loi de dualité oblige, la protection immunitaire passe par la forte résistance en conscience de leur nocivité (ce qui suppose la connaissance, passant par le renforcement de la puissance du cerveau, le récepteur), sinon chez certain(e)s par la présence de codons compensatoires qui neutralisent la réaction, sans oublier l'indispensable régulation du métabolisme par la prise quotidienne d'eau salée et d'iode, celle-ci étant nécessaire à son chef d'orchestre, la glande thyroïde (elle a besoin d’iode pour permettre à l’énergie d’être utilisée par les cellules). Ainsi se fortifie le système immunitaire, à même d'affronter la bouffe industrielle ultra transformée, les pesticides, la nourriture de plus en plus pauvre et carencée, les perturbateurs endocriniens, la pollution électromagnétique, le stress…

* Ce fut le même mode opératoire que pour le virus Simien 40 ou SV40, ou virus vacuolant, trouvé chez le macaque rhésus. Ce virus à ADN peut induire potentiellement des tumeurs. Plutôt que de s'interroger sur son lien avec les vaccins, les scientifiques ont commencé à blâmer la cigarette pour le cancer...

*² Nul ne sera surpris(e) de la constante diffusion de virus nommés "Corona", signifiant en latin couronne, soit le 7ème centre énergétique (chakra) dit solaire, afin d'empêcher par tous moyens l'accès des êtres humains à leur Soi divin, la conscience de Qui Nous Sommes vraiment ! Et c’est aussi pourquoi, pour détecter le Sras-Covid-2, la procédure consiste à enfoncer une sorte de coton-tige de 15 cm dans le nez, afin d’atteindre la "plaque piriforme, une structure étudiée comme étant un lieu qui permettrait de passer des nanoparticules directement au niveau du cerveau", tel que l'a rapporté la généticienne française Alexandra Henrion-Caude.

*³ Il découle d'une simulation de pandémie nommée Event 201 à l'initiative du Johns Hopkins Center for Health Security, en partenariat avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill & Melinda Gates, destinée sur stricte invitation à des dirigeants leaders pour les préparer à ses conséquences, celle-ci ayant eu en octobre 2019 au Pierre, un hôtel de luxe de Manhattan à New York. Elle était construite autour d’un virus fictif dénommé CAPS, un coronavirus naturel (semblable au SRAS ou au MERS) provenant de chauves-souris, et apparaissant dans la simulation chez les porcs. A noter la participation de médias tels que Bloomberg, une sélection de vidéos et d’audio de haute qualité ayant été mise à la disposition de la presse présente. Trente jours après l’exercice de simulation, le 17 novembre 2019, le premier cas documenté du coronavirus COVID-19 serait apparu, selon des rapports des médias sur des données du gouvernement chinois.

Cf. en complément Fonctionnement du corps biologique & L'état de cohérence, voie de sa liberté.

      

Clé 13 : L'inversion des pôles.

La Terre possède un pôle Nord magnétique et un pôle Sud magnétique autour desquels s’entend une gigantesque enveloppe magnétique protectrice qui l’abrite des vents solaires et sans laquelle la vie terrestre ne pourrait subsister : la magnétosphère. Son inclinaison sur l'écliptique, due à la Lune, et les déplacements périodiques du pôle terrestre déterminent ce que la Tradition nomme "la grande année cosmique", cycle de 26.000 ans environ. Si l'équateur et l'écliptique se confondaient, la Terre serait dans un état d'harmonie physique, au point de vue des saisons et des climats, ce qu'elle ignore totalement. Cette harmonie n'existant pas, les pôles terrestres oscillent périodiquement, et c'est de cette oscillation que dérivent les transformations subies par les continents et gravées dans la mémoire des hommes sous forme de cataclysmes géologiques et de déluges*. Ainsi les typhons, ouragans et tempêtes résultent de certaines configurations planétaires, et s'amplifient lorsqu'une ou plusieurs planètes se retrouvent alignées par rapport à la Terre sur leur orbite respective. Celles-ci se comportent alors comme d'énormes condensateurs capables de stocker de l'énergie et de la transférer aux autres astres alignés avec elles. Les planètes sont donc capables de retransmettre leurs fluctuations énergétiques les unes aux autres.

C'est ce phénomène d'inversion magnétique qui est en cours, participant d'un réagencement cosmique qui traduit l'évolution de l'Esprit universel - Ce Qui Est -, et par là-même l'évolution de la conscience humaine*².

* Cf. Vérité climatique.

Cf. Évolution de civilisation (2) Les synchronicités de l'Histoire.

 

Quant au champ magnétique du Soleil, dont l’influence appelée héliosphère s’étend à des milliards de kilomètres au-delà de Pluton, il change de polarité approximativement tous les 11 ans, à l’apogée de chaque cycle solaire quand la dynamo magnétique intérieure du soleil se ré-organise. Ceci entend que les champs magnétiques du soleil faiblissent, tombent à zéro, puis réémergent avec une polarité opposée. Ce phénomène est nommé la "spirale de Parker", surface étendue qui surgit de l’équateur du soleil, là où le champ magnétique en rotation lente induit un courant électrique. Quand la Terre tourne autour du soleil, elle entre et sort de cette nappe de courant. Les transitions d’un côté à l’autre peuvent susciter un temps spatial orageux autour de la planète. Les rayons cosmiques sont également touchés, étant des particules à haute énergie que des explosions de supernova ou d’autres événements violents dans la galaxie accélèrent jusqu’à presque la vitesse de la lumière. S’ils sont dangereux pour les astronautes et les sondes spatiales, ils affectent les nuages et le climat de la Terre.

 

En "physique électrique", la dépolarisation d'un champ magnétique provoque toujours un "appel d'énergie" pour compenser ce déséquilibre. Comme la surface de la Terre est recouverte par un champ magnétique global en continuel mouvement, qui fluctue sans cesse en fonction de l'activité qui se déroule "sous son manteau", toute activité humaine, qu'elle soit physique, intellectuelle, émotionnelle... génère en permanence des champs électromagnétiques. Il en découle que l'état du fonctionnement humain terrestre a une incidence sur les manifestations énergétiques.

Par exemple la population d'un pays où règnent la misère, la paupérisation, la corruption, les sentiments de peur, de violence, de tristesse... - ainsi le continent indien - constitue progressivement un agrégat psychique (égrégore) très dense de vibrations infiniment basses. De ce fait, il constitue un champ magnétique déséquilibré dans son écosystème, qui attire une charge de flux d'électrons provenant du système solaire. Selon la configuration de certaines planètes, un flux d'électrons orienté vers la Terre est libéré afin de compenser sous forme de typhon ou tempête la dépression formée sous le manteau magnétique terrestre. Nous sommes très loin des explications fournies quant au réchauffement de la planète et de l'effet de serre lié à la pollution, cette dernière étant volontairement entretenue par la prédation économique des ressources et l'utilisation à grande échelle de la technologie prédatrice comme les épandages chimiques toxiques, le réseau HAARP*, les ondes à hyper fréquences, les technologies à énergie dirigée...

* Le projet High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP) est un programme américain à la fois scientifique et militaire de recherche sur l’ionosphère mené sur une plateforme dédiée en Alaska. Cf. Contrôle mental.

 

Les conséquences de cette inversion des pôles ont été prophétisées par le mystique américain Edgar Cayce (1877/1945), qui a annoncé en 1936 : "Le glissement de l'axe des pôles, c'est-à-dire le commencement d'un nouveau cycle, se fera d'abord en douceur. Puis, il viendra un temps où, le processus s'accélérant, il deviendra violent, sous forme d'éruptions volcaniques, séismes, pluies diluviennes, tsunamis, etc." (lecture 826-8 du 11 août 1936) "Le renversement de l'axe des pôles aura comme conséquence que les pays à climat froid et semi-tropical deviendront tropicaux, avec des mousses et des fougères" (lecture 3976-15).

Les zones climatiques, en effet, sont la conséquence de l'inclinaison de l'axe de la Terre par rapport au plan de son écliptique*. Autrement dit, l'axe des pôles n'est pas à angle droit de l'écliptique (c'est-à-dire du trajet de la Terre dans sa course autour du Soleil (voir illustration ci-dessus) Si cet axe se met à bouger, les saisons vont se télescoper ! Le changement, d'ailleurs, ne se fera pas d'un seul coup, mais progressivement, au moins au début. L'axe des pôles Nord/Sud changeant de position, plus rien ne sera pareil : "La Terre se rompra dans l'ouest de l'Amérique. La plus grande partie du Japon doit s'effondrer dans la mer. La partie supérieure de l'Europe se trouvera changée en un clin d'œil. De la terre ferme apparaîtra au large des côtes est de l'Amérique. Il y aura des soulèvements dans l'Arctique et l’Antarctique, ce qui amènera des éruptions volcaniques dans les régions torrides." (même lecture 3976-15).

* La Terre est normalement inclinée sur le plan de l'écliptique, c'est-à-dire son trajet autour du Soleil, et c'est cette inclinaison (actuellement de 22°27) qui provoque les "ceintures climatiques", c'est-à-dire les saisons.

La chaîne du stress sismique

San Diego, San Bernardino, Bakersfield Nord, Barstow en Californie : tous sont des points de fracture liés à la faille de San Andreas (photos 2 & 3). Hollister, Palo Alto, Imperial, Ukiah, Eureka, Point Mendocino, Monterrey, Offshore San Luis Obispo, Capistrano, Carmel : tous sont des points de rupture dans la chaîne de stress, constitutifs d'une probabilité de rupture et d’affaissement dans l’océan le long de la faille littorale parce qu’il s’agit d’une ligne de fracture majeure*. Ils participent de la destruction graduelle de l’économie de la Californie (13 % du PIB des États-Unis, et 6e puissance économique mondiale), avant que l’exode des masses ne commence lorsque le mont Shasta (photo 4) entrera en éruption, que le parc national volcanique de Lassen se mette en activité, et que le plancher océanique ne commence à s’affaisser...

A moins que le plus puissant tremblement de terre à frapper l’Amérique du Nord ne se passe en Colombie-Britannique, en partie, et surtout dans la région de Seattle et Portland, dans le nord-ouest américain. C'est ce qui se nomme la zone de subduction de Cascadia, ou parfois faille de Cascadia, endroit où la plaque Juan de Fuca s'enfonce sous la plaque nord-américaine (images 5 & 6). Cela va de l'île de Vancouver au nord au nord de la Californie au sud. Mesurant plus de 1000 km et traversant le nord de la Californie jusqu’à la Colombie-Britannique, cette faille est responsable de tremblements de terre de magnitude 8 et 9, survenus tous les deux à cinq siècles d'intervalle.

* Les séismes sont presque tous causés par le déplacement des plaques tectoniques, ces gigantesques segments de roche solide qui forment la surface de la Terre et se déplacent de quelques centimètres par an. Lors de ces déplacements, elles vont se frotter l’une contre l’autre ou se chevaucher.

Le réveil des volcans

En Europe, la chaîne du stress est volcanique, avec Le Stromboli (photo 7), en italien Isola di Stromboli, une île volcanique d'Italie faisant partie des îles Éoliennes située au nord de la Sicile, dans le bassin tyrrhénien de la mer Méditerranée. Son  nom provient du grec antique Strongyle, littéralement "la ronde", donné à l'île en raison de son pourtour circulaire. Ce volcan est le plus régulièrement actif des volcans européens, ayant vu le 3 juillet 2019 selon l’Institut national italien de géophysique (INVG) deux fortes explosions se produire sur le versant centre-sud du cratère du volcan. Elles étaient précédées de coulées de lave "depuis toutes les bouches actives", projetant un panache de fumée de deux kilomètres de haut.

Quant au mont Vésuve* (photo 8), monte Vesuvio en italien, il est un volcan italien d'une hauteur de 1 281 mètres, bordant la baie de Naples, à l'est de la ville. Il s'agit du seul volcan d'Europe continentale à être entré en éruption durant les cent dernières années (en 1944), même s'il est actuellement en sommeil. Considéré comme l'un des volcans les plus dangereux du monde en raison de sa tendance explosive et surtout de la population importante qui vit à ses abords, il est à l'origine de la destruction des villes de Pompéi, Herculanum, Oplontis et Stabies, ensevelies le 24 août 79 sous une pluie de cendres et de boue, ce qui a permis de les conserver jusqu'à nos jours dans leur état antique.

* L'origine du mot "Vésuve" est liée à Héraclès, fils du dieu Zeus et de Alcmène de Thèbes. Zeus était également connu comme dieu de la pluie et de la rosée, sous le nom de Huēsou huios. En translittérant en V d'autres upsilons comme habituellement fait (au lieu du HY habituel) et en changeant le mot en nominatif latin finissant en us, le résultat obtenu est VESVVIVS —Vesuvius.


Compte-tenu du changement énergétique en cours et de ses répercussions fréquentielles sur le cerveau humain (celui-ci est déboussolé), le résultat est la montée continue d'un sentiment de peur des populations conjugué aux souffrances des victimes, soit tout ce qui convient au festin de la prédation. En effet, l'esprit créant la réalité, nos peurs créent le chaos*. Les clés explicatives n'étant pas livrées, les peuples se déchirent quant aux responsabilités, manifestent et s'illusionnent quant aux déclarations solennelles professées par leurs pompiers pyromanes. Ils ne font pourtant que revivre la cyclicité des boucles du temps de la Matrice involutive, basée sur la conception mortifère du Vivant, et qui par sa technologie sophistiquée dévoyée fait tout pour empêcher l'éveil de la conscience libérateur de l'esclavage humain ... "Toutes choses sont en travail au-delà de ce qu'on peut dire ; l’œil ne se rassasie pas de voir, et l'oreille ne se lasse pas d'entendre. Ce qui a été, c'est ce qui sera, et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, il n'y a rien de nouveau sous le soleil." Ecclésiaste (1:8 et 9).

* Cf. Esprit global.

Sphère, ou l'effet miroir de la prédation

Sphère (Sphere) est un film américain réalisé par Barry Levinson, sorti en 1998, adapté du roman éponyme de Michael Crichton publié en 1987. Des scientifiques américains préparés pour communiquer avec d'éventuels extraterrestres sont embarqués dans une expédition sous-marine, le but étant d'observer un vaisseau spatial immergé depuis trois cents ans au fond de l'eau. Ils y trouvent une sphère dorée luisante qu'ils pensent être venue de l'espace, qui s'ouvre alors mystérieusement. Elle recèle une forme de vie extra-terrestre semblable à une minuscule planète insondable, douée d'une intelligence perverse qui va tordre l'esprit de l'équipage à coups de cauchemars, d'épreuves du feu et de paranoïa. Le film montre comment nos peurs peuvent créer le chaos, la raison d'être de ces prédateurs étant en l'occurrence d'empêcher le réajustement cosmique du système solaire, autrement dit d'empêcher l'éveil de la conscience humaine... 

 

Clé 14 : La perte de mémoire (le black-out).

Dans les Évangiles, Jésus se désigne habituellement d'un titre énigmatique : "Fils de l'Homme". Si cette expression à la troisième personne est souvent associée à la précarité de l'homme, sa fragilité, sa petitesse devant le Tout-Puissant - Ce Qui Est -, son sens se trouve dans le livre de Daniel (Daniel 7, 13), désignant le vainqueur des puissances du monde représentées par autant de bêtes féroces. Le Fils de l'Homme est le vainqueur du combat, et la royauté universelle lui est remise.

Dans les paraboles du livre d'Hénoch, le Fils d'Homme est un être mystérieux, séjournant auprès de Dieu, possédant la justice. Il doit venir à la fin des temps où il siègera sur son trône de gloire, juge universel, sauveur et vengeur des justes qui viendront auprès de lui après la résurrection.

L'expression laisse ainsi ses interlocuteurs libres. Libres d'ignorer qui est Jésus, la conscience christique, ou de se mettre à sa suite. Finalement, "celui qui a des oreilles qu'il entende !" C'est pourquoi la perte de mémoire de Qui Nous Sommes vraiment, autrement dit le voile de l'oubli, est accentuée en cette fin des temps par les Maîtres artificiers de la Matrice, préparatoire à la venue de l'Antéchrist, le faux Sauveur de l'humanité*, et préalable à la perte de mémoire de l'humanité toute entière.

* Cf. Prophétie du changement.

 

Dans cette expression "Fils de l'Homme" est cachée la fausse lumière destinée à éclairer les hommes, soit le Soleil, culte de l'adoration païenne des élites dévoyées*. Le fils - son en anglais, sohn en allemand - du soleil - sun en anglais, sonne en allemand - est le faux Christ solaire devant régner à l'instauration du Nouvel Ordre Mondial, appelé à se mettre en place par tous les dirigeants de la planète selon l'agenda occulte établi. C'est ce que le projet Blue Beam (rayon bleu) prépare*², le grand chamboulement dans l'obscurité, avant que tout ne recommence à nouveau à l'issue du grand nettoyage magnétique (le déluge de feu, "reset" de l'ordinateur de la Matrice), à la recherche une fois encore de la mémoire perdue pour les survivants de l'Apocalypse !

* Cf. L’Église romaine décodée, Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen & La nouvelle religion universelle.

Cf. Contrôle mental.

L'agenda occulte

La Matrice falsifiée cyber, fonctionnant tel un programme informatique, répond à un calendrier cosmique, plus exactement astral, parfaitement scénarisé, où tout est déjà réalisé*. Il s'inscrit dans le cadre de la cyclicité des temps, éternelle répétition de la pièce involutive jouée, seules les formes changeant. C'est pourquoi les textes sacrés tel l'Apocalypse de Saint Jean en livrent la clé de manière codée. Seuls les êtres humains ayant procédé à leur transformation profonde de conscience peuvent en modifier la trajectoire pour évoluer dans une nouvelle dimension de réalité*².

Jeux de société, stars du divertissement, dessins animés, films, magazines (images 2 à 9)... toutes les clés du calendrier occulte sont ainsi livrées sous forme symbolique à l'inconscient des êtres humains, bien des années avant leur réalisation. Les rationalistes sceptiques y verront le fruit du hasard, de l'obsession conspirationniste maladive*³ ou des probabilités quand les détails entrent en collision avec la fiction. D'autres, ayant éveillé leur conscience, s'en détacheront pour initier leur changement de réalité, le black-out civilisationnel étant désormais imminent par le triomphe de la société transhumaniste, tel l'annonce la page de garde de The Economist pour 2019 (image 11) avec l'Homme de Vitruve robotisé devenu une marionnette (image 12) !

* Cf. Fin de cycle (1) : Fin du temps ou fin des temps ?

Cf. Fin de cycle (2) : La guidance éclairée de sa vie.

Cf. Symbolisme et artifices de la Matrice & Le cinéma de la Matrice (2) La science réalité.

Programmation des esprits

Ainsi la cérémonie d'ouverture des JO de Londres 2012 (photo 1), illustrant la planification de la Covid-19, cette sombre, maléfique et sinistre cérémonie voyant des références à la 5G par les dizaines de triangles "Illuminati" entourant le stade et des enfants torturés par des démons (les élites mondiales) pour annoncer le rituel de l'hystérie mondiale de la Covid-19 de 2020, avec un premier ministre britannique crachant ses tripes dans un lit d'hôpital, des infirmières dansantes, des couettes "Greta" (Thunberg), un timing en mode 5G, le "virus" partout, des pyramides sans couvercle*. De son côté, l'auteur de fiction américain Dean Koontz avait décrit dans son livre de 1981 Eyes of Darkness ("Les yeux de l’obscurité") une arme bactériologique intitulée "Wuhan 400", tout comme sous un autre nom l'auteure Sylvia Browne dans son livre End of Days ("Fin des jours") publié en 2008.

Quant aux créateurs de la célèbre série Simpson, ils avaient dès 1996 mis en scène l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis en 2016 (image 5). Ou encore l'édition 2018 de The Economist (photo 10), qui comporte 63 icônes, comme Le Jeu De l'Oie. La première case en haut à droite est le pèlerin, qui engage son chemin initiatique pour parvenir en fin de jeu (case 63) au caducée, icône en jaune (l'or alchimique). S'il n'a pas réussi son changement de conscience, 2019 lui annonce que "the game is over" ! Il s'agit en effet de la 33ème édition*²...

* Cf. https://youtu.be/5krD8zJ6-bY

Cf. Symbolisme des neuf premiers nombres...


Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

De l'Agenda 21 (ou Action 21) à l'Agenda 30

L'Agenda est un plan d'action pour le XXI ème siècle qui a été adopté par 173 chefs d'État lors du sommet de la Terre, à Rio de Janeiro, en 1992. La Déclaration de Rio mettait en avant, dans son article 28, le rôle essentiel qui revient aux territoires et aux collectivités locales en matière de développement durable. C’est ainsi qu’à chaque niveau de collectivité, revient la responsabilité d’élaborer, pour son territoire, et de mettre en œuvre, un programme d’action répondant aux principes de l’Agenda 21, programme d’actions pour le 21e siècle orienté vers le développement durable.

Coordonné par les Nations-unies (ONU), il vise dans sa doctrine cachée la fin de la souveraineté nationale, la planification et la gestion étatisées des territoires pour toutes les ressources et écosystèmes (déserts, forêts, montagnes, océans, eau douce, agriculture, développement rural, biotechnologie), la définition étatique du rôle des entreprises et des ressources financières, l'abolition de la propriété privée, la "restructuration" de l’unité familiale, des enfants élevés par l’État, des restrictions majeures pour les déplacements, la création de "zones de peuplement humain", le repeuplement de masse, l'éducation des esprits, et la dépopulation mondiale massive à la poursuite des éléments ci-dessus*.

Au Sommet sur le développement durable du 25 Septembre 2015, les États membres de l'ONU ont adopté un nouveau programme de développement durable, qui comprend un ensemble de 17 objectifs mondiaux pour mettre fin à la pauvreté, lutte contre les inégalités et l'injustice, et faire face au changement climatique d'ici à 2030.

* Cet horrible programme est mis en scène dans le film de 2012 The Hunger Games, qui met en scène une nation post-apocalyptique nommée Panem dans laquelle une élite super-riche, super-choyée et totalement insensible, vit dans un luxe high-tech alors que le reste de la population se bat quotidiennement pour survivre à une pauvreté abjecte, enfermée derrière les grilles de prison des "zones à peuple" bondées. Panem vient de l’expression latine panem et circenses, qui veut dire "du pain et des jeux (du cirque)", terme romain signifiant donner aux gens des diversions et distractions pour cacher ce qu’on leur fait subir.

L'aurore rouge sang qui se lève

Le journaliste d'enquête, poète, essayiste et auteur canadien Serge Monast (1945/1996) a publié en 1985 avec son associé le Père catholique Jean-Pierre Régimbald (1931/1988) dans leur livre "L'Aurore Rouge" l'agenda du Nouvel Ordre Mondial ou Nouvelle Société Globale en cours d'érection. Y figurent notamment ses moyens de financement (contrôle du F.M.I., du G.A.T.T., de la Commission de Bruxelles, de l’OTAN, de l’O.N.U. et d’autres organismes internationaux)*, ayant pour objectif l'édification d'un "Réseau Électronique Mondial" où les frontières des États-Nations auront été à tout jamais abolies, anéanties jusqu'à leurs racines les plus profondes, et ce par la chute de l'Économie des États-Nations. Particulièrement prédictif, les révélations qui y figurent furent apparemment suffisamment dérangeantes pour que ces deux enquêteurs meurent subitement et prématurément (officiellement Serge Monast est mort d'une crise cardiaque en prison). 

Cf. Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste.

 

"Le jour où la liberté d'expression est empêchée par la peur, les professions politiques, économiques ou autres, cela signifie que l'on assiste à l'agonie de cette démocratie, au profit d'une forme d'esclavage, quelle que soit cette dernière et quelles que soient les raisons pour lesquelles nous l'avons acceptée. Même si ma vie est en danger à cause de la diffusion d'informations comme celles-ci, la vôtre l'est encore plus par l'ignorance de ces mêmes informations".

Serge Monast - 1994.

Les mégalopoles de l'homme robot

Neom, association de neo ("nouveau" en latin) et M pour Mostaqbal ("futur" en arabe), et contenant dissimulé en lui l'acronyme N.O.M. (Nouvel Ordre Mondial), est le projet de ville futuriste VIP entièrement automatisée située au Nord-Ouest de l'Arabie Saoudite, à proximité de la frontière avec la Jordanie et l'Égypte. En plein cœur du désert, ce projet pharaonique saoudien dont la première partie des travaux devrait être achevée en 2025 aura une superficie d'environ 26.000 km carrés (la surface de la Bretagne ou 250 fois la taille de Paris), et coûtera plus de 500 milliards de dollars. Il prévoit de fournir de l'internet haut-débit sans fil et gratuit, et de fournir un modèle complet d'e-gouvernement pour assurer la vie administrative et sociale de la ville. Il n'est rien d'autre que la signature explicite de la fin de cette cyclicité civilisationnelle viciée de par la folie scientiste de ses ordonnateurs (et ordinateurs) prédateurs, les consciences psychopathes du bas astral !

De son côté, afin de garder le contrôle d'une méga-infrastructure destinée à la maintenance et l'analyse des données collectées par une infrastructure 5G nécessitant des ordinateurs massifs, le milliardaire Bill Gates, fondateur du géant Microsoft, est en train de construire sa propre "ville intelligente" en Arizona. Il a à cet effet dépensé 80 millions de dollars pour un terrain de 10 000 hectares près de Phoenix, dans le but d'en faire une "ville intelligente" où tout est interconnecté via un réseau sans fil, y compris des flottes de véhicules autonomes. Les 80 000 habitants de la ville de Gates travailleront principalement dans des centres de données.

Contrôle de population et plan de grand remplacement

Largement occulté en notamment en France par le mouvement des gilets jaunes de fin 2018, le Pacte mondial sur les migrations (PMM) ou Pacte de Marrakech, officiellement appelé Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, est un pacte mondial de l'Organisation des Nations unies visant à "couvrir toutes les dimensions de la migration internationale". Il a été formellement adopté le 19 décembre 2018 par l'Assemblée générale des Nations unies. Il constitue la pierre d'achoppement de la souveraineté nationale, qui après la finance internationale à travers ses institutions supranationales sous l'égide d'une oligarchie agissant pour ses intérêts privés*, est appelée par cette offensive onusienne à laisser place à un Nouvel Ordre Mondial totalitaire. Elle prévoit à cet effet un déplacement massif d'environ 258 000 000 (258 millions) d'individus, principalement originaires d'Afrique, en leur fournissant papiers d'identité, accès aux services sociaux et à l'emploi, accès à des comptes en banque et octroi de prêts.

De son côté, le milliardaire Bill Gates via sa fondation "Bill & Melissa Gates" a investi environ 18 millions de dollars dans MicroCHIPS, une société qui, entre autres dispositifs à base de puces électroniques et de boîtes quantiques, développe des implants contraceptifs munis d'interrupteurs marche/arrêt sans fil, et d'autres pour l'administration de médicaments qui permettent à un seul implant de stocker et d'administrer avec précision des centaines de doses thérapeutiques sur des mois ou des années. Pour délivrer les médicaments, les implants seront actionnés sans fil par le patient. Connaissant le zèle missionnaire de Gates pour le contrôle de la croissance de la population*², certains usagers pourraient toutefois craindre que le système soit également activé à distance... Ce à quoi il est rétorqué que la technologie liée aux boîtes quantiques est distincte de la puce électronique, cette technologie devant "simplement" permettre à un smartphone proche de la peau de lire l’information vaccinale sans contenir aucun outil permettant de géolocaliser une personne en permanence (tout comme les "certificats numériques" évoqués concernant la pandémie de Covid-19 et les carnets de vaccinations sous-cutanés n’auraient pas pour but de pister la planète..), mais de constituer une sorte de carte d’identité permettant de savoir si une personne a été testée positive au Covid-19. Au royaume de l'angélisme les illusionnés et autres naïfs sont rois !

Microsoft, dont Bill Gates est un des fondateurs, est, à l’instar d’Amazon et Google, l’un des géants mondiaux de l’hébergement de données. Il ne s’agit toutefois pas d’espionner la population, mais comme l’expliquait Le Figaro à l’époque, d’entraîner des intelligences artificielles, par exemple à l’analyse d’imagerie médicale. Cette autorisation dans un secteur sensible pose toutefois des questions de souveraineté numérique et de sécurité informatique. Soumise à des normes strictes, elle est renouvelable.

Il n'est qu'à se demander pourquoi l’industrie pharmaceutique européenne tente d'assurer ses arrières via la Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques (EFPIA) quant à sa responsabilité des risques financiers et juridiques, et d'obtenir une protection financière en cas de problèmes avec les futurs vaccins - les effets secondaires inattendus -, tout particulièrement avec le futur vaccin Covid-19, et ce compte-tenu du déploiement de milliards de doses de vaccins. Elle a d'ores et déjà reconnu à ce titre que "tous les médicaments et vaccins peuvent entraîner des effets secondaires chez certaines personnes" ! Si les actions légales contre les laboratoires pharmaceutiques sont soumises aux lois des États membres de l’Union européenne, encadrant la responsabilité pour les dommages subis par les patients, le volet financier pourrait se traduire par la prise en charge par les autorités européennes si la responsabilité du fabricant était mise en cause en cas de dommages futurs, en tout cas pour "certaines responsabilités encourues". Autant dire que les choses sont loin d'être claires, le précédent du vaccin contre la grippe du H1N1 ayant été désastreux (les laboratoires avaient utilisé dans la précipitation de nouveaux adjuvants nocifs pour l’organisme). 

* Cf. Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste.

Bill Gates, dont la fondation finance massivement les programmes de l’OMS pour améliorer la santé des femmes, des nouveau-nés et des enfants, ainsi que la lutte contre la poliomyélite et le paludisme, deux maladies qui touchent les enfants, a indiqué en 2010 lors d'une conférence TED (Cf. ci-dessous) que "Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards de personnes. On devrait atteindre 9 milliards. Avec de très bons résultats sur les nouveaux vaccins, les soins de santé, le contrôle des naissances, on pourrait le réduire de, peut-être, 10 ou 15 %, mais on gardera un facteur d’augmentation d’environ 1,3." Selon le biais de lecture pour ses défenseurs, c’est le facteur d’augmentation, c’est-à-dire la dynamique de croissance de la population, qu’il déclare vouloir réduire, non la population elle-même.

Cet ami qui nous veut du bien

Le milliardaire "philanthrope" Bill Gates a affirmé publiquement en 2015, à l'occasion d'une conférence TED (conférences organisées au niveau international par la fondation à but non lucratif nord-américaine The Sapling foundation, avec pour but selon son slogan "de diffuser des idées qui en valent la peine"), qu'"il FAUDRA que 7 milliards d’individus soit vaccinés". Il n'a pas dit pas "peut-être” ou ce "serait bien" mais bien "il faudra que". L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) suit ce que dit Bill Gates, parce que celui-ci la finance via sa fondation*. Et les gouvernements européens suivent ce que dit l’OMS, ayant annoncé qu’ils avaient acheté 300 millions de doses de vaccins contre le Covid-19. Les mesures autoritaires s'enchaînent pour préparer cette obligation, comme en France où ont été créées des Brigades sanitaires. C’est le nouveau cadre légal dans lequel les médecins, généreusement subventionnés pour leurs prescriptions vaccinales, peuvent dénoncer leurs patients et leurs amis qui sont atteints du virus qui, à l’heure actuelle, fait moins de 200 morts par jour en France pour 1700 décès en moyenne en tout, soit un taux de létalité comparable à la grippe (selon l’INSEE, toutes causes de mort confondues, la mortalité sur l’année, en septembre 2020, est identique à celle de 2019, de 1% plus élevée qu’en 2018 et, pour l’instant, plus faible qu’en 2017). Mais bien évidemment, toute interprétation ou projection allant en sens contraire de la propagande institutionnelle est qualifiée immédiatement de théorie complotiste ou conspirationniste par ses chiens et chiennes de garde hystérisés.

*La fondation Gates est l’acteur non étatique le plus puissant de la planète, avec une dotation financière d’environ 46,8 milliards de dollars en 2018 (si la fondation était un État, elle serait le 91e plus riche du monde selon les données de la Banque mondiale). Son cœur d'activité étant la santé, elle est le deuxième plus important contributeur au budget biennal de l’OMS, s’apprêtant même à passer premier après le gel des financements américains). Elle est par ailleurs, devant les États-Unis, le principal financeur de l’alliance GAVI, l’Alliance pour les vaccins.

 

Le vaccin contre l'âme humaine

Le baptême a été remplacé par la vaccination, procédé semblable censé nous assurer la protection absolue. Pratiquée de manière massive, elle a en effet d'étroites similitudes avec le rituel du baptême. Elle est comme un miracle qui doit sauver l'humanité de toutes ses maladies, comme le Sauveur a racheté ses péchés. Le prêtre a été remplacé par le médecin, et le pouvoir médical est allié à l’État, comme l’Église l'était dans le passé. On disait alors "hors de l’Église catholique, point de salut". Désormais on dit "hors de la médecine point de salut". D'ailleurs, les assurances maladie sont obligatoires. Pourtant, ce ne sont pas les lumières de la science qui combattront l'obscurantisme qui perdure sous des formes nouvelles, mais bien les Lueurs de la Conscience que chacun peut Éveiller en Soi*.

Le scientifique et occultiste autrichien puis suisse Rudolf Steiner (1861/1925)*² a théorisé qu'aux médecins matérialistes sera confiée la tâche de retirer l'âme de l'humanité, notamment envers les enfants qui seront vaccinés avec une substance qui peut être produite précisément de telle manière que les gens, grâce à cette vaccination, seront immunisés contre la "folie" de la vie spirituelle. S'ils pourront pour certains être extrêmement intelligents, ils ne développeront pas de conscience, ceci étant le véritable objectif de certains cercles matérialistes.

"Il ne faut pas se leurrer: on est en présence d'un mouvement bien déterminé. Autrefois, au concile de Constantinople, l'esprit a été éliminé, on a institué un dogme: l'homme n'est fait que d'une âme et d'un corps, et parler de l'esprit devint une hérésie. On aspirera sous une autre forme à éliminer l'âme, la vie de l'âme. Et ce temps viendra, dans un avenir pas très lointain où l'on dira : parler d'esprit et d'âme, c'est pathologique ; seuls sont bien portants les gens qui ne parlent que du corps. On considèrera comme un symptôme pathologique le fait qu'un être humain se développe d'une façon telle qu'il en vienne à penser qu'il existe un esprit et une âme. Ces gens seront considérés comme des malades, et l'on trouvera, soyez-en sûrs, le remède qui agira sur ce mal. Dans le passé, on a éliminé l'esprit (la foi dans un principe spirituel individuel). On éliminera l'âme au moyen d'un médicament. En partant d'une "saine vue des choses", on trouvera un vaccin grâce auquel l'organisme sera traité dès la prime jeunesse autant que possible, si possible dès la naissance même, afin que le corps n'en vienne pas à penser qu'il existe une âme et un esprit. Les deux courants, les deux conceptions du monde s'opposeront radicalement.

"L'une réfléchira à la manière d'élaborer des concepts et des représentations qui soient à la mesure de la réalité véritable, de la

réalité d'âme et d'esprit. Les autres, les successeurs des actuels matérialistes, chercheront le vaccin qui rendra les corps "sains", c'est-à-dire constitués de telle façon qu'ils ne parleront plus de ces "sottises" que sont l'âme et l'esprit, mais, parce qu'ils sont "sains", ils parleront des forces mécaniques et chimiques qui, à partir de la nébuleuse cosmique, ont constitué les planètes et le soleil. On obtiendra ce résultat en manipulant les corps. On confiera aux médecins matérialistes le soin de débarrasser l'humanité des âmes."

Rudolph Steiner, propos issus d'une conférence donnée le 7 octobre 1917, reprise dans l'ouvrage "La chute des esprits des ténèbres"

* Cf. livre '"Médecine, religion et peur : L'influence cachée des croyances" de l'auteur Olivier Clerc.

Steiner était franc-maçon, créateur de son propre rituel de l'Ordre égyptien de Misraïm (Mystica Aeterna). 

 

Du nouveau cheval de Troie

Dans la mythologie grecque, l'épisode du cheval de Troie est un événement décisif de la guerre de Troie narrée dans l'Iliade du poète Homère. À l'initiative d'Ulysse, des guerriers grecs réussissent à pénétrer dans Troie, assiégée en vain depuis dix ans, en se cachant dans un grand cheval de bois, harnaché d'or, offert aux Troyens. Cette ruse de guerre entraîne la chute de la ville et permet le dénouement de la guerre.

La guerre d'aujourd'hui est vaccinatoire, visant à dispenser à la population mondiale une pseudo protection qui dissimule d'autres objectifs. C'est ainsi que les porte-voix des plus grandes structures et think tank militaires de l’Occident prévoient sur leurs sites officiels qu’en 2025 la population aura baissé de manière drastique en occident de l'ordre global de 40 %, leurs hypothèses situant la population des USA à 99 milions, de la France à 39 M, de l'Italie à 42 M, de l'Allemagne à 28 M, du Royaume-Uni à 14 M…. Certaines organisations européennes demandent bien sûr sur quel modèle reposent leurs prévisions si catastrophiques, mais aucune réponse n'est communiquée. Il sera intéressant d'observer dans les 18 à 24 mois post-vaccination les réactions auto-immunes amenant au décès si les vaccinés sont mis en contact avec un coronavirus, de quelque variant qu’il soit*...

40% de la population... ou l'économie 4.0 qui se profile !

* Le programme de vaccination ARNm majoritairement (type Pfizer) est une course contre la montre entre un virus qui mute très régulièrement et sévit sur la totalité de la planète, et nos capacités à produire des vaccins et à les injecter à tous le plus vite possible. Or, s'il faut au moins deux ans pour vacciner le monde entier, un virus qui mute a minima de façon biologiquement significative tous les 15 jours, soit globalement 26 fois par an (52 fois sur cette période de temps), aura anihilé tout le bénéfice escompté de la vaccination, les scientifiques reconnaissant à l'unanimité que celle-ci ne protège aucunement des variants ou mutants... C'est ainsi que d'ores et déjà en Israël, les dernières données montrent sans l’ombre d’un doute que la variante sud-africaine actuelle en avril 2021 est déjà capable de percer les défenses induites par le vaccin Pfizer.

 

 

"Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront des prodiges et des miracles pour séduire les élus, s'il était possible. Soyez sur vos gardes : je vous ai tout annoncé d'avance."

Marc 13

 

 

Clé 15 : Game-over (fin de partie).

La finalité en cours est la transformation technologique de la Matrice "artificielle" en une Matrice cyber, soit la transformation de chaque individu en robot. C'est le triomphe de la société scientiste, ayant définitivement triomphé de l'humain co-créateur animé par la substance du Vivant, l'Amour. Le nier en s'abandonnant aux douces illusions des marchands du rêve transhumaniste* constitue le poison de la conscience, inoculé par les différents artifices du système prédateur.

* Cf. Conscience du XXI° siècle.

C’est bien tout notre écosystème civilisationnel qui est en faillite ! Et, sauf changement radical de conscience, nous n’en n’avons pas d’autre. C’est la fin du film, voyant 7.800.000.000 d’individus tournant en rond sur un caillou dans l’espace, la première planète vivable étant à des dizaines d’années lumière. Et tous les jours, nous comptabilisons d'avantage de naissances que de décès… Or, peut-on continuer à croître de de manière exponentielle dans un espace fini ? C'est la leçon de l'Apprenti sorcier (Mickey) dans Fantasia*, le troisième long-métrage d'animation des studios Disney sorti à la fin de l'année 1940, qui ne peut plus arrêter la folle sarabande des balais ensorcelés et de leurs seaux d'eau, avant que le maître magicien initié Merlin ne reprenne les affaires en mains en mettant fin aux forces énergétiques sombres destructrices !

Aussi le cycle entropique de la fausse Matrice conduit inéluctablement à un chaos destructeur, correspondant à un nettoyage cosmique, préalable nécessaire à l'émergence d'un nouveau cycle source de rééquilibrage, conformément à la loi d'équilibre présidant au fonctionnement de Ce Qui Est. Amorcé par la lente et progressive dépolarisation magnétique, appelée Transition (Cf. Clé 13), il voit une multiplication de phénomènes cométaires (ouragans, incendies, éruptions volcaniques...) conjugués aux vicissitudes du fonctionnement civilisationnel corrompu, contribuant au sentiment d'oppression et de peur ressenti par un grand nombre d'individus.

Cette "Onde de choc" énergétique, lorsqu'elle atteindra son apogée à l'image du sommet de la vague d'un tsunami, va entraîner un dédoublement des corps subtils du manteau terrestre et de toute forme de vie qui l'habite, se traduisant par plusieurs réalités appartenant à des mondes différents. Ces dimensions de réalité vont se "télescoper", se traduisant par des changements géologiques, climatiques, politiques et sociétaux, matérialisant en quelque sorte la frontière entre notre monde actuel et une réalité nouvelle qui le constituera après son passage.*²

* Le scénario est tiré du poème Der Zauberlehrling écrit en 1797 par le romancier allemand Johann Wolfgang Goethe , sur la musique de L'Apprenti sorcier (1897) de Paul Dukas.   

Cf. Fin de cycle (2) La guidance éclairée de sa vie.

"Le Grand Reset", ou l'avertissement prémonitoire de Davos

Le Forum économique mondial ou FEM (en anglais World Economic Forum, abrégé WEF) est également appelé forum ou rassemblement de Davos, commune de Suisse. Rebaptisé en 1987, il succède au Symposium européen du management créé en 1971 par l'ingénieur et économiste allemand Klaus Schwab, initialement professeur de management industriel à l’Université de Genève. C'est une fondation à but non lucratif, dont le siège est à Genève. Sa réunion annuelle à Davos réunit des dirigeants d’entreprise, des responsables politiques du monde entier ainsi que des intellectuels et des journalistes, afin de débattre les problèmes les plus urgents de la planète, y compris dans les domaines de la santé et de l’environnement. Tous ces "illustres" de ce monde globalisé et interconnecté ont pour dieux les profits, les bénéfices, le libre-échange, le "sans-frontiérisme",... autrement dit des intérêts qui ne sont pas ceux des "simples" gens de cette planète.

Dans son dernier ouvrage intitulé "Covid-19 : The Great Reset" qui fait suite à la dernière réunion qui s'est tenue fin janvier 2020, Schwab expose les défis de notre monde ainsi que les solutions appelées à être mises en place. Cette "bible du saint Reset", manuel d'ingénierie sociale à des fins dictatoriales (la signature 666 dissimulée dans les trois voyelles O du logo traversées par le demi cercle est à cet égard explicite), expose le remplacement des idées, des institutions, des processus et des règles actuelles, en d'autres termes le nouvel ordre mondial adossé à une nouvelle "gouvernance" mondiale. Il faut comprendre que nos idées, nos pensées étant "mauvaises", elles doivent être changées…

C'est tout l'enjeu de ce Grand Reset, dont la raison d'être est que nos dirigeants et nantis organisent simplement le sauvetage de leur caste face aux crises réelles (épuisement énergétique, des matières premières, du phosphore, effondrement de la biodiversité,…) en provoquant l’effondrement social, sanitaire et économique des "80%" restant. Ils ont fait le choix de ne pas freiner à temps, et de sauter du train avant le mur ! Telle la célèbre réplique de la série Game Of Thrones* Winter is coming ("L’hiver vient"), le message délivré aux masses par les puissants en charge de leur gouvernance*² est celui de la grande réinitialisation, que résume la publication de la vidéo officielle qui a été mise en ligne fin juin 2020 sur You Tube *³.

"Our World has change". Notre monde a changé.

"Our challenges are greater". Nos défis sont plus importants.

"Our fragilities exposed". Nos fragilités sont exposées.

"Our systems need a reset". Nos systèmes ont besoin d’une réinitialisation.

"Everyone has a role to play". Tout le monde a un rôle à jouer.

"The Great Reset". La grande réinitialisation.

"Join Us". Rejoignez-nous.

* Game of Thrones, également appelée "Le Trône de fer" selon le titre français de l'œuvre romanesque dont elle est adaptée, est une série télévisée américaine médiéval-fantastique diffusée entre avril 2011 et mai 2019 sur la chaîne américaine câblée HBO. Il s'agit de l'adaptation de la série de romans écrits par l'auteur américain George R. R. Martin depuis 1996.

C'est le cas de Justin Trudeau, qui a évoqué ce concept par vidéoconférence le 29 Septembre 2020 lors d’une réunion des Nations-unies, qualifiant la pandémie de Covid-19 d’"opportunité de réinitialisation", rajoutant que "C’est notre chance d’accélérer nos efforts prépandémiques pour réinventer des systèmes économiques qui répondent réellement aux défis mondiaux tels que l’extrême pauvreté, les inégalités et les changements climatiques."

*³ Cf. https://youtu.be/8rAiTDQ-NVY.

 

Les prophéties de Schwab

Dans son livre "Covid-19: The Great Reset", le mondialiste Klaus Schwab affirme que le monde ne reviendra "jamais" à la normale. Il y fait pression pour que le virus COVID soit exploité afin de promouvoir un nouvel ordre mondial*, affirmant que "le moment historique est venu non seulement de combattre le… virus mais aussi de façonner le système… pour l’ère post-corona". Il précise à cet effet que l’élite financière ne permettra jamais à la vie de revenir à la normale, suggérant que les confinements et autres restrictions deviendront permanents. "Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses reviendront à la normale (...) La réponse courte est : jamais. Rien ne reviendra jamais au sens de normalité qui prévalait avant la crise, car la pandémie de coronavirus marque un point d’inflexion fondamental dans notre trajectoire mondiale". Il fait toutefois cette affirmation en admettant que la menace posée par le/la COVID est faible par rapport aux pandémies précédentes. "Contrairement à certaines épidémies passées, le COVID-19 ne constitue pas une nouvelle menace existentielle".

Schwab indique clairement que la "quatrième révolution industrielle" ou "la grande remise à zéro" va fondamentalement changer la façon dont le monde fonctionne. "Des changements radicaux d’une telle importance sont à venir que certains experts les ont qualifiés d’ère "avant coronavirus" (BC) et "après coronavirus" (AC). Nous continuerons à être surpris par la rapidité et la nature inattendue de ces changements – "COVID-19 a accéléré notre transition vers l’ère de la quatrième révolution industrielle".

C'est par le consentement tacite donné à la vaccination progressivement imposée par les autorités avec un pseudo-vaccin de haute technologie, simple sérum contenant des cristaux liquides sous forme de nanoparticules*², et ce en échange d'un revenu minimum garanti et de l'annulation de ses dettes personnelles, que le génome des individus ignorants est destiné à être breveté, devenant alors propriété de la compagnie pharmaceutique administratrice. Dépossédé ainsi de son ADN organique dont la compagnie contrôlera l'accès et le prix de ses propres organes de rechange de l'individu qui ne lui appartiendront plus, l'individu devenu hologramme par cette fusion entre informatique et biologie sera un esclave total du système psychopathe assis sur l'Intelligence Artificielle, privé de sa souveraineté corporelle comme mentale par le contrôle de ses pensées. Connecté par ces nanoparticules au réseau internet, il perdra par cette interface cerveau-ordinateur son humanité, pour être définitivement catalogué comme un objet, rangé au rayon approprié !

* Ce virus a été "étrangement annoncé" dans un rapport de l'agence d'espionnage américaine CIA dès 2005, publié dans un livre de l'historien et journaliste français spécialiste des relations internationales Alexandre Adler (publié chez Robert Laffont). Dans un encart intitulé "Le déclenchement possible d’une pandémie mondiale", des experts de la CIA décrivaient un scénario très proche de la crise du Covid-19, évoquant "l’apparition d’une nouvelle maladie respiratoire humaine virulente, extrêmement contagieuse, pour laquelle il n’existe pas de traitement adéquat." Qui plus est, le rapport prévoyait aussi dans quelle zone et dans quelles circonstances ce nouveau virus pourrait émerger : "Si une maladie pandémique se déclare, ce sera sans doute dans une zone à forte densité de population, de grande proximité entre humains et animaux, comme il en existe en Chine et dans le Sud-Est asiatique où les populations vivent au contact du bétail."...

Cette technologie de vaccination sous-cutanée utilise des nanocristaux (3,7 nanomètres de diamètre) à base de cuivre encapsulés dans des microparticules de 16 micromètres (appelées "boîtes quantiques" - quantum dots en anglais), et qui deviennent fluorescents à l’approche d’une lumière proche de l’infrarouge. Le tout est injecté par un patch de micro-aiguilles de 1,5 millimètre de longueur, fabriquées à partir d'un mélange de sucre soluble et d'un polymère ainsi que du colorant (après avoir été appliquées, les micro-aiguilles se dissolvent en deux minutes, laissant seulement derrière elles les petits points de colorant qui sont invisibles à l’œil nu mais détectables lorsqu'ils sont exposés à une partie du spectre lumineux proche de l'infrarouge). Un smartphone modifié, pointé sur la peau, permet de les faire apparaître fluorescents sur l'écran. L'étude de sa faisabilité a été présentée par des chercheurs du MIT le 18 décembre 2019 à Washington, et publiée dans Science Translational Medicine, une revue médicale interdisciplinaire créée en octobre 2009 par l'American Association for the Advancement of Science qui couvre la recherche fondamentale, translationnelle et clinique sur les maladies humaines. D'après ses conclusions, les "quantum dots" peuvent ainsi être utilisés pour coder les informations vaccinales de manière fiable et peuvent être injectées en même temps qu'un vaccin à l'aide d'une seringue et d'une aiguille traditionnelles...

 

Derrière le langage et le verbiage, le décodage des intentions

Dans la pénombre de Davos, les groupes experts travaillent à de nouvelles "solutions" qui ont pour objectif unique de maintenir l’essentiel de l’ordre ancien, soit l’ordre social hérité de la phase de financiarisation du capitalisme. Le sanitaire, le climatique n'en constituent que des prétextes. C'est ainsi que la "post-modernité" va être accélérée, instrumentalisée, dans ce qu’elle a de plus rétrograde : les vessies vont se substituer aux lanternes, les dépossessions vont devenir les normes. Le transhumanisme va tenter de mettre au monde un homme nouveau, adapté à la reproduction "pacifique" du système.

L’ancien credo sur la liberté des prix et des marchés va être mis au rencart de l’Histoire. En effet, la création monétaire, la socialisation de la finance et les prix fixés sur tout ce qui est du ressort des autorités – taux d’intérêt, actifs financiers, change – imposent à long terme le contrôle de tous les prix, en chaîne. Ceci entend que les prix actuels des actifs et des dettes contiennent en germe tous les prix futurs. Le contrôle des prix et des revenus est notre avenir.

Dans tous les cas, la socialisation va fortement accélérer, avec le règne du sens dirigiste, étatiste ou supra-étatiste, constructiviste. Et ce qui était encore plaisant dans le système ancien faussement libéral, l’aspect liberté individuelle, va rétrograder jusqu’à devenir un luxe réservé aux super-élites. Nous allons vers un monde de conformité, de contrôle et d’encadrement ! Il va se présenter comme imposé par l’intérêt général, mais il ne sera que le masque des intérêts très particuliers...

 

De la Gouve, le réservoir des âmes

Dans la Tradition Ésotérique, l'endroit où sont nés les Âmes qui apparaîtront sporadiquement à travers les incarnations sur la Terre, se nomme "La Gouve", soit la même racine que "gouvernement" et "gouvernemental", plus exactement "(qui) gouverne ment" parce que "gouverne (par le) mental". Cet endroit est presque vide, signifiant que le réservoir de toute la quantité d'âmes qui étaient prévues pour la planète Terre est en train de se tarir. Il n'y aura plus tellement de possibilités de nouvelles incarnations... Autrement dit, c'est la fin d'un cycle civilisationnel dans cette dimension de réalité ("la 3-D"), le cinquième, la transition avec le nouveau, le sixième, étant amorcée.

Le "réservoir des âmes" (estimé jadis de l'ordre de 7 milliards d'âmes, en réalité moitié moins*) est issu de la kabbale hébraïque : "Les temps messianiques ne pourront survenir que si le Réservoir des âmes, ou l’Adam Primordial ou le plérôme divin, est vidé de son contenu. Après son ou ses parcours terrestres, après sa purification par "la rivière de feu ou de lumière", l’âme naît dans la Rivière céleste et elle est stockée dans le "Réservoir" (gouph), appartenant au 7ème ciel (A’rabot). L’âme attend le corps auquel elle est assignée, car elle est prédestinée. Parfois elle se rebiffe et descend sans son gré, notamment quand elle sait qu’elle sera souillée dans le corps assigné. Avant de descendre, l’âme passe nue devant le Créateur, à travers la "chambre d’amour", et jure devant lui de réaliser sa mission sur terre et d’atteindre les mystères de la Connaissance et de la Foi."

L'Apocalypse de St Jean rajoute de son côté que l'Enfer va sortir pour le "Jugement final", s'incarnant par des démons avec en naissant une marque sur le front et dans la main", marque dite de "La Bête", qui n'est d'autre qu'une PUCE*². L'Enfer doit en effet être vide pour que tous les êtres comparaissent devant le Christ. Ceux qui sont marqués de la Croix (la conscience christique) ne passeront pas par la RÉTRIBUTION (payer par la souffrance pour ses fautes/péchés), soit environ 80% des humains. Ils vont la faire sur Terre, en passant par des persécutions constitutives de L'AVERTISSEMENT CÉLESTE. Mais ils seront des BIENHEUREUX, c'est-à-dire qu'ils auront réussi leur ascension de conscience pour entamer une nouvelle étape, à l'étage "supérieur", dans leur retour à l'Unité primordiale... Tel le veut le Grand Jeu/Je du Vivant !

* Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Tout lien avec le programme de vaccination obligatoire actuellement en cours de déploiement (l’État d’Israël en a donné le "la"), notamment à destination des enfants et nourrissons, est bien sûr totalement fortuit, ou découlant d'une approche de nature forcément comploteuse...

L'image 2, la Statue de la Liberté*, célèbre le triomphe de l'ISIS égyptienne ou l'Isthar Babylonienne, la fausse lumière luciférienne de la Matrice involutive cachée sous la figure de la flamme de la Liberté, le féminin sacré dévoyé...

* La statue de la liberté est un cadeau de la France aux Etats Unis pour le centenaire de leur indépendance. Son concepteur, Frédéric Gustave Bartholdi, était Franc-maçon, tout comme Gustave Eiffel qui en a conçu l'ossature en fer de l'édifice. Elle repose sur un socle pyramidal à trois niveaux, correspondant au trois degrés maçonniques : apprenti, compagnon, maître. Elle tient une table de la loi, celle des constitutionnalistes américains.

Destinée entropique vue par Hollywood

"La Planète des singes" (Planet of the Apes) est un film américain réalisé par Franklin J. Schaffner, sorti en 1968, premier volet de la saga adaptée du roman éponyme de Pierre Boulle (1963). Il raconte le monde entropique constitué d'hommes primitifs dominés par une race de singes prédateurs très évolués technologiquement. Y est abordée la question du fameux chaînon manquant de l'histoire de l'évolution, qui pour être découvert nécessite de franchir la "zone interdite"...

Battlefield Earth ("Terre, champ de bataille") est un film américain de science-fiction de Roger Christian. En 3000, la Terre n'est plus qu'un désert et l'humanité une espèce en voie de disparition, sous la coupe de féroces entités (les Psychlos) qui l'ont envahie mille ans auparavant.


L'hypocrisie eugéniste*

Sous couvert de méthodes et pratiques visant à améliorer le patrimoine génétique de l’espèce humaine, le système prédateur conduit en parallèle deux pratiques mortifères. L'une consiste à rechercher l’"enfant parfait", contributeur émérite au système productiviste. Si hier à Sparte l'on jetait l'enfant dénaturé ou difforme par-delà le mont Athos, et qu'au Moyen-Age il était dans les fermes donné au cochon, les scientifiques et médecins alliés au mouvement transhumaniste ont pour objectif sous couvert de morale et d'éthique d'éradiquer des caractères jugés handicapants et de favoriser des caractères jugés bénéfiques, les techniques de procréation médicalement assistée s'inscrivant en ce sens.

L'autre est d'assurer aux élites les moyens de leur reproduction dans les conditions optimales des gènes humains, tout en diffusant à large échelle par leurs technologiques eugénistes des pratiques mortifères en matière de santé publique (vaccins, Gardasil, autisme, sécurité sociale, cancer, chimiothérapie, alimentation, OGM…), la dernière se nommant Covid-19*².

C'est la raison cachée du scientisme transhumaniste en matière d'utérus artificiel, appelé aussi matrice artificielle, qui est un dispositif théorique d'ectogénèse permettant une grossesse extracorporelle, à savoir la croissance d'un embryon ou d'un fœtus en dehors du corps d'un organisme femelle qui mènerait normalement cet embryon ou fœtus à terme. L'idée en fut pour la première fois formulée par le biologiste généticien britannique John Burdon Sanderson Haldane (1892/1964), dans les années 1920. Comme un organe de substitution (ex. : le rein artificiel), il est considéré comme pouvant en l'état être utilisé pour aider les femmes dont l'utérus est endommagé ou malade à développer le fœtus à terme, et de déplacer le seuil de viabilité des prématurés à un stade beaucoup plus précoce de la grossesse. Les chercheurs indiquent penser pouvoir effectuer les premiers essais chez l'homme entre 2020 et 2022, avant que de passer au stade de fabrication du robot biologique !

En France, le projet de loi sur la bioéthique, adopté récemment avant que de passer au Sénat en janvier 2019, voit ce courant par le biais de l’AFT (Association Française Transhumaniste) montrer son hostilité au texte de cette loi en raison du fait de ne pas rendre le séquençage ADN possible en dehors des raisons thérapeutiques, et ne pas autoriser certains dépistages génétiques (elle considère également le vieillissement comme une maladie !). Autrement dit, dans le cas d’une fécondation in vitro, elle souhaite que les embryons soient techniquement "triés" en fonction de certains critères, dont la trisomie 21, et dès lors éliminés (comme à Chypre par exemple, où il est possible de trier ces embryons en fonction du sexe de l’enfant). L'intention est bel et bien d'étendre ces dépistages, tant pour conduire à "l’enfant parfait" que de travailler sur les cellules pour les empêcher de vieillir… Si le tri génétique peut parfois être opportun (l’association défend ainsi un programme de cellules artificielles qui permettait de ne plus réaliser d’essais cliniques sur des êtres vivants), "l’homme augmenté" grâce à la robotique masque un programme d'eugénisme (élimination des maladies génétiques, sexe, caractéristiques physiques), y compris si l’enfant choisi ne devait pas répondre parfaitement à la demande et aux attentes des parents. Non seulement la similitude génétique conduit à une bien plus grande fragilité de l’espèce, mais cette uniformisation dangereuse n’est que l’utopie d’une société soi-disant parfaite, ne pouvant que la conduire à sa perte.

* Le terme eugenics a été employé pour la première fois en 1883 par le scientifique britannique Francis Galton, dont les travaux participèrent à la constitution et à la diffusion de la mouvance eugéniste

Cf. Dossier complet, étayé et sourcé établi par Philippe Alexandre Jandrok dans "Pandora, la bible du vivre et laisser mourir".

 

De la transformation de l'ADN

Le 7 octobre 2020, le prix Nobel de chimie a récompensé la Française Emmanuelle Charpentier et l’Américaine Jennifer Doudna de l'université de Californie à Berkeley pour avoir développé et mis au point depuis 2012 un outil simple, rapide et peu coûteux, capable de modifier les gènes. Son nom, CRISPR-Cas9, aux allures de code secret. Ce sont des "ciseaux moléculaires", capables de repérer et de couper une séquence d’ADN dans une longue chaîne et de la remplacer par une autre (c’est l’équivalent des fonctions "couper" et "coller" d’un traitement de texte). Le mécanisme a été découvert dans des bactéries dans un laboratoire de l’Université Laval, ayant été rapidement été repris par les généticiens pour manipuler le vivant avec une précision inégalée. Cette protéine d'origine bactérienne aux propriétés anti-virales a ainsi la capacité à couper l'ADN au niveau de séquences spécifiques. Il s'agit plus précisément d'une endonucléase d'ADN guidée par ARN, c'est-à-dire une enzyme spécialisée pour couper l'ADN avec deux zones de coupe actives, une pour chaque brin de la double hélice.

Depuis sa découverte, la protéine Cas9 a été largement utilisée comme outil d'ingénierie du génome pour produire des ruptures du double brin d’ADN ciblé (les premières applications avaient été réalisées sur des animaux et notamment des primates, permettant par exemple la création de vaches sans cornes pour éviter qu'elles ne se blessent). Le 18 avril 2015, des chercheurs de Canton ont publié un article dans la revue scientifique Protein & Cell,  annonçant avoir utilisé la technique CRISPR/Cas9 pour modifier génétiquement des embryons humains. Puis en juillet 2017, une équipe de chercheurs de Portland dans l'Oregon a annoncé elle-aussi avoir modifié avec succès des embryons humains défectueux à l'origine de maladies héréditaires. Plus inquiétant, l'industriel Monsanto, filiale du groupe chimique allemand Bayer, a acquis fin 2016 les droits d’exploitation de Crispr-Cas9, d'autant qu'en novembre 2018, He Jiankui, un chercheur chinois, a annoncé dans une vidéo diffusée sur YouTube la naissance des premiers bébés génétiquement modifiés, deux jumelles, affirmant avoir utilisé à cet effet la technique CRISPR-Cas9 sur les embryons (conçus par FIV) afin de les protéger d'une infection par le VIH.

Tout comme une équipe américaine a réussi à rendre un moustique résistant au paludisme grâce à CRISPR-Cas9, prévoyant de le libérer dans la nature pour transmettre ce gène de résistance à l'ensemble de l'espèce afin d'éviter les 500 000 victimes humaines annuelles liées à cette maladie, CRISPR-Cas9 ouvre également la voie à de nombreuses solutions de thérapie génique telles que la guérison du cancer, de la mucoviscidose, de l'hémophilie, Alzheimer ou du SIDA*. En somme, "rendre les humains plus résistants" et rallonger notre espérance de vie ! 

* A noter qu'une jeune entreprise américaine spécialisée sur Crispr et financée par Bill Gates souhaite également réaliser ses premiers essais sur un être humain pour venir à bout d'une maladie rare touchant les yeux.

Des créatures hybrides homme-animal

Dans une prophétie dévoilée en 1958 par Marie-Bernade Soubirous de Lourdes, plus connue comme sainte Bernadette (1844/1879), était révélé que l’homme essaierait de créer une entité hybride en croisant un animal avec l’homme : "…La fin du XXème siècle sera la fin de l’ère des sciences. Et le siècle suivant sera le début de la fin de la science en laquelle les hommes ne croiront plus. Des millions d’humains se tourneront de nouveau vers le Christ et la puissance de l’Eglise sera plus grande que jamais. La raison pour beaucoup d’hommes de se détourner des scientifiques sera l’attitude hautaine des docteurs travaillant à la réalisation d’une créature issue d’un croisement entre l’homme et l’animal. Les hommes ressentiront au plus profond de leur cœur que c’est là une chose injustifiable. Dans un premier temps on ne sera contrecarrer la création de ces monstres, mais les scientifiques seront finalement chassés comme on chasse une horde de loups..."

Cent cinquante embryons hybrides animaux-humains ont été produits par des scientifiques fous du Collège Royal de Londres, de l’Université de Newcastle et de Warwick au Royaume Uni en 2011 avec l’approbation entière du gouvernement sous l’égide de la Loi sur l’embryologie pour la fécondité humaine. Parmi les monstruosités qu’ils ont créé, il y a eu des oeufs fécondés avec du sperme humain et des "cybrides" (cytoplasmic hybrids) par des cellules animales injectées dans des noyaux de cellules humaines. Ils ont également créé des chimères (photo ci-contre), un mélange de cellules humaines et de cellules animales ressemblant beaucoup à la représentation de science-fiction de la Planète des singes, la science qui tourne mal ! En effet, plus les codes génétiques des animaux sont proches de ceux des humains, plus les embryons ont une probabilité de viabilité. Même si la loi britannique demande en l'état leur destruction rapide, ce n’est qu’une loi, susceptible d'évoluer. Qui peut savoir le type de science démente menée dans les sous-sols de laboratoires, hors de la vue des organismes de contrôle britanniques et bien hors la loi. Il s'agit bel et bien de créer toujours plus de monstruosités au nom de la science...

 

Cette dépolarisation magnétique est un "big bang" au service de l'évolution de la conscience, participant de l'état d'équilibre de Ce Qui Est. Si cette indispensable phase de réajustement, de rééquilibrage est inévitablement douloureuse pour beaucoup, elle est également salvatrice pour les êtres humains s'étant éveillés à leur dimension supérieure, celle de l’Âme qui (ré)unifiée libère l'Esprit divin en eux, et qui utilisent la connaissance des Lois régissant l'Univers - Ce Qui Est - pour construire une nouvelle dimension de réalité, basée sur une conscience supérieure, le mode Service d'Autrui. Cette portion de l'humanité va ainsi être amenée à changer de dimension de réalité, l'autre partie ayant pour "mission" de perpétuer un nouveau cycle de 3ème dimension humaine ou de 4ème dimension de prédation, mais cette fois-ci dans un nouvel équilibre qui verra à nouveau une phase le conduisant vers l'apogée, avant une phase vers son périgée... 

Ainsi fonctionne le Vivant une fois les clés de la Connaissance vraie retrouvées...

Zombies et morts-vivants

La série Walking Dead*, qui pourrait se traduire par morts-vivants, met en scène une fin du monde en raison de la transformation des humains en zombies… Ils ne sont que la réplique de l'état actuel de ce que l’on appelle les entreprises zombies, qui ne tiennent debout que parce que les taux d’intérêt sont tellement bas qu’elles peuvent se financer "à pas cher" en maintenant une solvabilité de façade ce qui ne serait pas le cas dans un monde de taux normal... Le nouvel épisode en cours, qui passe sur les écrans "boursiers", s'intitule Profit Warning Dead ("Avertissement sur les profits morts"), ou les morts-vivants de l’avertissement sur résultat ! Cela a démarré en  2020 avec l’impact du coronavirus chinois, l'emblématique Apple ayant été la première à préparer la communauté financière sur la non-atteinte de ses objectifs annuels, suivie par toutes les entreprises dépendantes de près ou de loin de la Chine (ainsi la banque britannique HSBC qui,  engrangeant l’essentiel de ses revenus en Asie, a décidé la suppression de 35 000 emplois dans le monde et des cessions brutes de 100 milliards de dollars d’actifs, une réduction de sa banque d’investissement et une refonte de ses activités en Europe et aux États-Unis). Quant à nombre de compagnies aériennes, dont certaines ont été à l’arrêt total comme Cathay Pacific ou Singapore Airlines, des compagnies de paquebots de croisière en rade et en quarantaine, et des magasins de luxe vidés de leurs clients asiatiques, les avertissements se sont succédé au pas cadencé, inaugurant la lugubre sonnerie aux morts de l'après-confinement.

Désormais, la crise se prolongeant sinon s'accentuant en 2021, que ce soit dans les banques, l’aéronautique, l’automobile et de façon générale dans quasiment tous les secteurs, les restructurations sans plans de "sauvegarde" de l’emploi sont à l'ordre du jour, annonçant un plan massif de destructions d’emplois, de licenciements et de calamités humaines. De leur côté, des usines partout à travers le monde ferment, notamment à cause de la pénurie de composants électroniques sinon d'acier*². Le matériel manque parce que les usines ne tournent pas à plein régime, parce que le plein régime n’est pas compatible avec la distanciation sociale, avec les gens malades, avec les mise en quarantaine dès que l’on a un malade ou deux. Entre le télétravail, les problèmes de gestion de flux logistiques et la distanciation sociale, c’est la productivité mondiale et globale qui s’effondre !

* The Walking Dead est une série télévisée d'horreur et dramatique américaine, adaptation de la bande dessinée du même nom, et diffusée depuis 2010.

La crise sanitaire a entraîné l’arrêt brutal de l’activité industrielle en Europe mi-mars 2020. Du fait de l'effondrement de la demande finale, les sidérurgistes ont décidé d’arrêter les hauts fourneaux, soit environ 50 % de la production européenne. Si le redémarrage économique a été effectif au printemps, les producteurs ont fait le choix de ne pas les redémarrer, ce qui a conduit à l'épuisement des stocks. Il en a découlé un décalage entre le manque d’offre et une forte demande, d'où des tensions sur les prix d’autant plus fortes que l’importation s’est tarie du fait de la mise en place par l’Union européenne depuis 2018 de quotas d’importation. Ainsi se conjuguent hausse brutale des prix et raréfaction voire pénurie de produits notamment galvanisés (avec revêtement de zinc), expliquant la baisse importante de la productivité globale des entreprises industrielles et du secteur du BTP, se rajoutant à l'augmentation des coûts sociaux liés au chômage technique. L'impact sur la croissance économique française rejaillira alors sur les finances publiques (plus de dépenses sociales et moins de rentrées fiscales) ! Ce qui se passe pour l’acier se passe en réalité pour presque tout, expliquant que le redémarrage sera plus poussif que ce que l’on pouvait attendre à la lecture des prévisions enthousiastes des "experts" en charge de l’économie.

Les festivals de l'Enfer

Le Hellfest Festival, autrement appelé "festival des musiques extrêmes" (photos 1 à 3), est devenu depuis son lancement en 2006 le premier festival de metal* en Europe. Doté d'un budget colossal d'environ 25 millions d'euros nécessaire aux décors gigantesques, à la pyrotechnie et à l'"esthétique" soignée de son environnement telle que usitée dans les parcs Disneyland, il rassemble des foules chaque année plus conséquentes, toutes de noir vêtues. Par ses tenues et ses codes "carnavalesques", il se veut à rebours du politiquement correct, n'hésitant pour ce faire à multiplier les références sataniques. Si d'aucuns considèrent cette "culture de mort" comme une catharsis subversive salutaire, car purgatoire à l'esprit vicié d'un temps contemporain marqué par les excès du libéralisme et de la pensée unique moralisatrice, le festival de l'Enfer est avant tout une ode "artistique" à Mammon, Prince de l'Enfer en tant que dieu de référence de la société de consommation pervertie jusqu'à la moelle, voyant son public adorateur de référence - nombre de cadres et de professions intellectuelles - se ruer vers les espaces de merchandising divers et de tatouage en y laissant des sommes rondelettes. Sans conscience de l'indispensable nécessité à explorer le refoulé dans l'inconscient ou le mythe, ils croient purger la société décadente par cette célébration païenne, alors qu'ils ne font que s'enfoncer dans les abîmes et les profondeurs du système prédateur qui les consomme à petit feu en ce crépuscule de l'actuelle civilisation humaine.

Quant au carnaval de Rio de Janeiro au Brésil (photos 3 à 6), qui voit chaque année un demi-million de personnes à moitié nues transpirer abondamment et danser toute la nuit sans interruption dans des rues bondées, jonchées d'ordures, au son retentissant des orchestres de samba, il consacre le summum de la torture diabolique qu'illustrait déjà en son temps le poète et homme politique florentin Dante Alighieri dans son Enfer, premier des trois volumes qui composent son œuvre la Divine Comédie (vers 1300).

* Le metal ou heavy metal est un genre musical dérivé du rock, qui est apparu au Royaume-Uni et aux États-Unis à la fin des années 1960 (entre 1969 et 1974). Il puise son inspiration dans des groupes tels que Black Sabbath, Deep Purple et Led Zeppelin, qui, en combinant notamment blues et rock, ont créé un genre hybride aux sonorités intenses, lourdes, épaisses et puissantes, centré sur les impulsions de la batterie et de la guitare à la distorsion très amplifiée. Il se décline depuis en une multiplicité de sous-genres variés.

Le démoniaque Aéroport International de Denver

L’Aéroport International de Denver (photo 1), construit en 1995 sur une surface de 34 000 hectares, est l’aéroport le plus important en Amérique, État du Colorado. Il a coûté plus de 4.8 milliards de dollars, avec nombre d'irrégularités dans ses infrastructures et matériaux troublantes, laissant à penser que sa vocation cachée est celle notamment d'une base militaire souterraine (tout comme ceux d'Orlando, de Tallahassee et Miami en Floride ou d'Albuquerque et de Taos au Nouveau-Mexique) de nature "transdensitaire" par sa qualité de portail temporel dédiée à des opérations secrètes*. Appelé "La cathédrale New-Age" ou encore "The Aliens Temple", il est rempli de symbolisme occulte et de références aux sociétés secrètes, livrant en quelque sorte la "philosophie" démoniaque et les buts de l’élite globale terrestre qui gouverne, au service des Forces du "Mal", les Seigneurs entropiques de la 4ème dimension de densité astrale. Ce n'est pas un hasard si, par la vue aérienne de l'aéroport, est visible du ciel une forme de croix gammée nazi ! (photo 2)

Pêle-mêle sont jetés à l'inconscient des visiteurs et passagers un cheval apocalyptique avec des yeux rouges qui luisent (photo 3) rappelant le quatrième cheval dans le livre de l'Apocalypse de la Bible qui figure la Mort, des peintures murales cauchemardesques (dépopulation massive de la Terre, gouvernement mondial...) alors qu'elles sont supposées représenter la paix, l’harmonie et la nature (photos 4 à 6), des symboles maçonniques (photos 7 et 8), mots et symboles étranges incrustés dans le sol, des gargouilles (créatures moitié animale moitié homme) qui s’assoient dans des valises (photo 9), des couloirs en forme de svastika nazie (photo 10) jusqu'à un disque noir cachant le soleil (photo 11), en référence au soleil noir (Aldebaran) vénéré par les Nazis. Rien de plus explicite que le déroulé du scénario mortifère appelé désormais à se dénouer, l'holocauste civilisationnel !

* Nombre de personnes disparues s'y retrouvent considérées comme des conteneurs d'âmes, en particulier les enfants disparus... Il est à noter que le système de tunnels souterrains et les activités "aliens" qui s’y déroulent sont bien antérieurs à l'année 1947, et s'établissent depuis la fin des années 1990 dans de nouveaux lieux comme Washington, Buenos Aires ou encore Paris...


The Final Countdown

Comme sur le Titanic, place à The Final Countdown (Le Compte A Rebours Final) en musique!

We're leaving together
Nous partons ensemble
But still it's farewell
Mais ça reste tout de même des adieux
And maybe we'll come back
Et peut-être que nous reviendrons
To Earth, who can tell ?
A la Terre, qui sait ?

I guess there is no one to blame
J'imagine que ce n'est la faute de personne
We're leaving ground
Nous quittons notre terre
Will things ever be the same again ?
Les choses seront-elles toujours pareilles ?
It's the final countdown...
C'est le compte à rebours final...

We're heading for Venus and still we stand tall
Nous nous dirigeons vers Venus et nous gardons la tête haute
Cause maybe they've seen us and welcome us all
Car peut-être qu'ils nous ont vus et nous ont tous accueillis
With so many light years to go and things to be found
Il y a tant d'années lumière pour y aller et pour que les choses soient découvertes
I'm sure that we'll all miss her so
Je suis certain qu'elle nous manquera à tous terriblement

It's the final countdown...
C'est le compte à rebours final...
The final countdown...
Le compte à rebours final...
It's the final countdown...
C'est le compte à rebours final...

La "Doomsday Clock" va bientôt retentir

La Doomsday Clock* (l’horloge de la fin du monde ou horloge de l'Apocalypse), est une horloge conceptuelle qui a été créée peu de temps après le début de la guerre froide. Elle est régulièrement mise à jour depuis 1947*² par les directeurs du Bulletin of the Atomic Scientists de l'université de Chicago, dont treize Prix Nobel, sur laquelle minuit représente la fin du monde.

Depuis le 25 janvier 2018, l'horloge affichait minuit moins deux minutes (23 h 58) - elle avait été initialement réglée sur 23 h 53 - en raison de l'"incapacité des dirigeants mondiaux à faire face aux menaces imminentes d'une guerre nucléaire et du changement climatique"... Elle vient de passer en ce début d'année 2020 à minuit - 100 secondes !

A minuit pile se produira le black-out provoqué par la gigantesque onde magnétique en cours*³, l'Onde du changement, qui désactivera pendant quelque temps tous les appareils électroniques de la planète, entraînant par là-même la défaillance du système de contrôle électronique établi, jusqu'à ce que se produise son redémarrage dans un nouveau paradigme de réalité en 4ème dimension de densité. Une (petite) partie de l'humanité y évoluera alors dans un mode "Service d'Autrui", la Nouvelle Terre, pendant que la plus importante poursuivra son évolution entropique en mode "Service de Soi", le Nouvel Ordre Mondial...

* Le héros de BD avatar de Jésus-Christ Superman est mort dans Superman (vol. 2) en 1993, qui fut un évènement éditorial très médiatisé. L'adversaire de Superman était Doomsday, une créature de destruction ultra-puissante qui s'était engagée dans un saccage apparemment sans fin à travers les États-Unis...

Cf. spécificité de cette année dans Prophétie du changement.

*³ Une impulsion électromagnétique (IEM), également connue sous le nom EMP (de l'anglais electromagnetic pulse) est une émission d'ondes électromagnétiques brève et de très forte amplitude qui peut détruire de nombreux appareils électriques et électroniques (reliés au courant et non-protégés) et brouiller les télécommunications. Les conséquences d'une telle impulsion sur une zone habitée pourraient être dévastatrices, surtout dans les pays développés.

Ce type d'impulsion a été découvert en 1945, lors d'essais nucléaires américains, en tant qu'effet secondaire d'une bombe atomique. Depuis, elle est devenue une arme à part entière.

Il existe deux types de bombes créant des IEM. La plus simple est l'UWB à bande ultra large qui tire profit d’un explosif générant un champ magnétique, généralement une bombe H, la seconde est la HPM qui utilise un générateur de micro-ondes de haute puissance. Les effets d'une IEM dépendent de nombreux facteurs notamment de l'altitude à laquelle la bombe va exploser et de sa puissance. Une bombe qui explose à haute altitude (IEM-HA ou HEMP en anglais) provoque une IEM bien plus étendue qu'une explosion près du sol.

Il existe aussi des impulsions électromagnétiques d'origine naturelle, provoquées par le Soleil ou par la foudre, qui sont assimilées aux IEM d'origine nucléaire, mais qui n'ont pas exactement les mêmes caractéristiques, ni exactement les mêmes effets.

Les applications des IEM sont surtout militaires, mais plusieurs usages industriels ont aussi été découverts.


 

 

 

La vraie thérapie, c'est à tout moment, en toutes conditions, et certainement pas guidée par quelqu'un que nous payons, mais par sa propre guidance supérieure qui place les expériences dont nous avons précisément besoin sur notre chemin.

 

 

 

 Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos connaissances.