Les " clés libératrices " en ligne font l'objet de constantes mises à jour et nouveaux enrichissements. Leur formulation n'engage que leur auteur, qui puise tant dans ses recherches et sources d'information que dans son imaginaire leurs révélation et libre mise à disposition suivant la forme et la rédaction retenues.

Il n'y a de ce fait rien à prendre pour argent comptant, seulement à laisser faire en soi le processus d'ouverture de conscience par le discernement, soit le juste équilibre entre cœur et raison. Celui-ci conduira à les invalider, à les valider, à les compléter par d'autres ajouts et compléments. Il est ainsi conseillé de se référer à des relais ou officines de la doxa scientifique officielle tel Psiram.com, le Wikipédia des croyances irrationnelles, dont l'objectif est de discréditer tout ce qui ne correspond pas à sa ligne de pensée académique. Sans prendre parti pour une croyance contre l'autre, il s'agit de prendre de la hauteur et de se forger sa propre opinion, par son propre travail de recherche, libre et indépendant.

C'est ainsi que procède le chercheur de vérité.

 

 

Les psychopathes qui nous gouvernent

Publication complémentaire à Les acteurs de la Matrice falsifiée.

 

Préalable

La compréhension de ce qui suit nécessite d'accepter un postulat, qui de plus en plus émerge à la conscience de nombre d'êtres humains en cours d'éveil : nos origines sont toutes autres que celles que nous pensons et croyons. Sans cette compréhension fondamentale, ce qui suit relève de la science-fiction, le lecteur pouvant en faire l'économie sauf à nourrir sa quête de sensationnalisme et de voyeurisme.

Cf. Préambule de compréhension & Vérité civilisationnelle.

 

Aurions-nous notre place dans cette galerie - incomplète - de portraits de personnalités dirigeantes identifiées comme psychopathes à des stades plus ou moins marqués dans leur domaine respectif, et tout particulièrement du champ politique ?  Non bien sûr ! En sommes-nous cependant sûr(e) ? Si certaines depuis longtemps cataloguées comme telles, à l'instar de Caligula et Néron, en passant par Hitler, Staline et Mao, ne surprennent pas outre mesure au palmarès de la " père-version ", d'autres plus récentes, fondues dans les paysages aseptisés des démocraties contemporaines et prises en charge par leurs doctes communicants, interpellent.

C'est pourquoi certains travaux réalisés sur les psychopathes qui nous gouvernent peuvent éclairer sur ces traits de personnalité qui, quoi qu'apparaissant sur notre planète terrestre sous forme humaine, pourraient pourtant ne pas correspondre à des êtres humains ... Amorales, ne ressentant pas de sentiments quoi qu'elles disent et expriment, sans cœur quoi qu'en disent leurs fidèles serviles, elles ne montrent en effet aucune connexion avec, aucune compréhension de ce que nous appelons " moralité ", " éthique ", " honnêteté ", " décence ", " fair play ", etc. Elles n’ont pas la faculté que nous appelons empathie, sauf à parfaitement la simuler. Elles n’ont pas cette possibilité humaine que nous appelons introspection. Si dans un environnement urbain les criminels tiennent le même rôle que les prédateurs dans la nature, à la différence des animaux, les stratégies utilisées ainsi que les motivations varient largement de l'un à l'autre.

L’être humain a passé des siècles à essayer de comprendre ces créatures comme une forme déviante de sa nature première, être dans sa version la plus élevée telle que dépeinte par les textes sacrés, les philosophies existentielles, les baladins et poètes du cœur ... En vain *. Pas seulement en vain d'ailleurs, mais à un coût conséquent pour notre civilisation. Ces créatures ne seraient pas que des êtres humains " qui ont mal tourné ", même si indéniablement elles en comptent, ceux-ci n'ayant pas encore réussi leur processus d'individuation *². Elles apparaissent également pour partie d’une espèce différente, dédiée au meurtre des valeurs humaines en prélude au meurtre des êtres humains ! 

Ces créatures en effet ne pensent pas humain. Elles ne parlent pas humain. Elles ne savent pas ce que c’est que d'être humain. C'est pourquoi elles sont classifiées par certains observateurs comme " anthropoïdes " pour les distinguer des " humanoïdes ". Et comme nombre d'entre nous sommes totalement aveuglés, hypnotisés, conditionnés et manipulés, dans le déni de notre êtreté profonde, nous trouvons forcément ce constat comme exagéré, irréaliste sinon insupportable.

* A la fin du XIX° siècle, le sociologue criminologue italien Enrico Ferri (1856/1929) avait déterminé cinq classes de criminels : les criminels aliénés, les criminels nés, ceux par habitude acquise, ceux par emportement de passion, et les criminels d'occasion. Bien qu'une telle classification soit intéressante, on pourrait très certainement la simplifier davantage. Ce faisant, on s'apercevrait alors qu'il n'existe finalement que deux sortes de malfaisants : le non psychopathe et le psychopathe ...

Cf. Qu'est-ce que l'Homme ? & Fonctionnement du corps biologique.

Un constat d'actualité

De tous les criminels qui sévissent dans la société, le psychopathe est de loin le plus destructeur, le plus prospère, et le moins compris. Il figure en tête de liste dans le classement des plus dangereux prédateurs de la planète. La psychopathie infecte la totalité du spectre de l'humanité, sans égard à la race, la culture, le pays, le niveau social ou le type de personnalité. Elle est distribuée dans la population de la même manière que l'on naît gaucher. On s'aperçoit qu'une personne est gauchère lorsqu'on la voit écrire ou attraper une balle. Idem pour le psychopathe : il passe en général inaperçu jusqu'à ce qu'on le voit faire une chose qui trahit son manque total de conscience de ce que veut dire Etre Humain. Son ascension à des positions de pouvoir au sein des gouvernements, des institutions et des entreprises est un sujet sur lequel petit à petit la société prend conscience *.

En effet, le psychopathe est une excellente pièce du puzzle dans la pyramide structurelle *², du fait de sa " conscience instinctive " aiguë de qui est le décideur et sur laquelle il peut compter pour toujours agir dans son propre intérêt tel qu'il le perçoit. Plus l'environnement est compétitif, plus impitoyables deviennent les stratégies de triche et de manipulation. Dans les hautes sphères du pouvoir institutionnel, de la finance et des intérêts marchands, l'absence de pitié et de remords est pratiquement un prérequis au succès (Cf. vidéo ci-dessous), seule une mentalité de psychopathe pouvant permettre d'y accéder et d'y survivre, hors exception. Les actions des psychopathes sont totalement sans conscience et sans bénéfice pour les autres, simples pions nécessaires. Si les actes de fraude aux plus hauts niveaux font partie de l'exercice du " business ", et l'inaction vis-à-vis d'une enquête/accusation sont ordonnés et encouragés (Cf. affaires récentes comme Volkswagen et Lafarge Holcim), quelle pourrait être l'intention cachée du niveau supérieur, soit la force prédatrice asservissante du champ terrestre *³ ?

* Nombre d'études récentes indiquent qu'un pourcentage non négligeable de dirigeants d'entreprise montrent des traits psychopathiques. Même si elles sont contestées quant aux pourcentages d'individus concernés, à la teneur des échantillons constitués, aux branches de métiers concernés, et qu'il peut y avoir une " bonne psychopathie ",  il n'en demeure pas moins que l'exercice du pouvoir dans le monde du libéralisme économique fait appel à des " qualités " - séduction et charisme, intelligence pragmatique, capacité sans pareille à mentir et à la manipulation - qui découlent de traits caractériels égoïques, l'humain n'étant qu'une variable d'ajustement permanente.

Cf. Le modèle pyramidal décodé.

*³ Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante.

Five fingers death punch (" La main mortelle ")

Psychopathie mégalomaniaque prédatrice

Une nouvelle fraude à l'endettement a secoué début 2018 le système financier. Nirav Modi, célèbre patron de Gitanjali Gems (photo 1), enseigne réputée de bijoux en Inde, a été accusé d’être l’auteur d’une des plus grandes fraudes bancaires qu’ait jamais connues le pays, 1,8 milliard de dollars ! Il a utilisé pas moins de 200 sociétés écrans pour recevoir les fonds de la fraude et les blanchir sous forme de terrains, or et autres pierres précieuses, avec la complicité de responsables au sein des banques concernées. Si d'aucuns penseront qu'il s'agit d'un cas relevant d'une corruption bancaire endémique en Inde *, la corruption et les rapines sous nos latitudes sont tout aussi nombreuses, et parfois plus coûteuses ... Il n'est qu'à se rappeler des séismes Crédit Lyonnais, Vivendi, Madoff, Société Générale, UBS et Cie. Ce sont leurs formes qui changent. Pas le fond. Quant au groupe Altice, " l'empire Drahi ", il repose sur 50 milliards d’euros de dettes bancaires. S'il s’effondre, il y a quelques banquiers français qui couineront fort ... pendant que épargnants, salariés et fournisseurs seront une fois encore les dindons de la farce.

* Selon la Banque centrale indienne, un banquier au moins en moyenne serait arrêté toutes les 4 heures pour implication dans une fraude. Entre 2015 et mars 2017, 5 200 fonctionnaires du secteur bancaire ont ainsi été pris la main dans le sac.

Quelques personnalités marquantes de la galerie des psychopathes affairistes : Nirav Modi, Bernard Tapie, Bernard Arnault, Vincent Bolloré, Jean-Marie Messier, Bernard Madoff, Jérôme Kerviel, Patrick Drahi.


Intelligence Artificielle et psychopathie

Et si l'ère transhumaniste, celle de l’Intelligence Artificielle (IA), accouchait d’un monstre * ? Loin d'être saugrenue, cette perspective est déjà arrivée avec le robot Tay de Microsoft (photo 1) qui se faisait passer pour le " bot " (robot dans le langage branché du " nouveau monde " techno) le plus cool du net, avant d'être alimenté en propos racistes par les internautes, ce qu’il finit par devenir en peu de temps ... Microsoft avait dû le débrancher pour mettre fin à l’expérience. Tout cela parce que dans l’apprentissage des Intelligences Artificielles (le " deep learning "), les algorithmes se nourrissent d’informations qu’ils vont ensuite traiter en fonction de leur apprentissage.

Plus récemment, ce sont des chercheurs eux-mêmes qui en ont réalisé l’expérience. Alors qu'ils voulaient montrer au public les dangers de l’IA qu’eux-mêmes développent, les chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology de Boston) ont volontairement entrainé un algorithme avec des images associées à des commentaires morbides. Cette association a ainsi créé une IA totalement psychopathe, répondant au doux nom de Norman (venant de Norman Bates, le tueur du film " Psychose " d’Alfred Hitchcock - photo 2). En voyant des images ressemblant à celles du test psychologique controversé dit de Rorschach (son concepteur est le psychiatre suisse Hermann Rorschach - 1884/1922), Norman " voit " des atrocités. Lorsqu’une IA de comparaison, entrainée "normalement " voit dans une tache un bouquet de fleur, Norman voit un homme mort baignant dans son sang ...

Sans aller jusqu’à la psychopathie, les dérives sexistes, racistes et clivantes de tous ordres peuvent facilement entrer dans le terrain de jeu des IA. Certes, l’on peut avoir peur des IA, mais n’oublions pas que le sexisme, le racisme ou l’intolérance, comme bien d’autres travers, existent avant tout … chez les humains que nous sommes censés être !

* Cf. Conscience du XXI° siècle.


Pourtant et science d'observation psychologique à l'appui, il apparaît d’une importance capitale dans la compréhension du concept de " psychopathe " de distinguer les êtres humains " normaux ", qui ont eu une enfance difficile ou qui ont été traumatisés par tel ou tel événement (guerre, attentat ...), d’êtres humanoïdes qui pourraient être biologiquement différents, n'ayant aucune " circuiterie " émotionnelle leur permettant l’empathie, et constituant à ce titre une espèce distincte.

Comme bien évidemment la qualité de nos vies comme nos vies mêmes dépendent de la capacité que nous avons de reconnaître ces créatures pour ce qu’elles sont, et de la capacité de prendre des précautions pour neutraliser leurs tentatives de nous détruire *, peut-être s'ouvre par cette reconnaissance une nouvelle conscience pour notre évolution d'humanité.

* Cf. La nouvelle religion universelle & Prophétie du changement.

 

De l'espèce humaine

Quoi que ceci puisse aller à l'encontre de nos certitudes liées à nos croyances, il est plausible sinon avéré pour nombre de chercheurs avertis que l'espèce humaine soit, en réalité, fondamentalement scindée en deux espèces/races bien distinctes. Pour le comprendre, il est nécessaire de changer notre regard, fruit des croyances et par-là même des conditionnements instillés. Ainsi sommes-nous accoutumés à penser en termes de physionomie : il y a des Asiatiques, des Blancs (caucasiens), des Noirs (négroïdes), des Rouges … Par ce regard, nous voyons depuis toujours plusieurs typologies fragmentant l’humanité en groupes culturels identifiables, que les récentes poussées technologiques entourant le génome ont catégorisé et établi selon des tableaux de caractéristiques spécifiques à chacun.

Il existe cependant une connaissance dissimulée dans certains enseignements dits " ésotériques " ou " occultes ", selon laquelle l’être humain est, à la base, issu de deux espèces bien distinctes. Cette réalité, bien que peu connue, est étudiée et analysée par certains dans différents domaines tels que la politique, la sociologie et la psychologie. Et le constat qui en ressort est que certains humains ne sont pas vraiment … " humains " * !

* Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Dans l’Évangile de Judas, dit Codex Tchacos *, trouvé en moyenne Égypte à la fin des années 1970, Jésus explique qu'il y a deux sortes d'humanités : ceux dont le corps a reçu de l'Archange Michel *² un esprit à titre temporaire afin qu'il puisse leur offrir son service (liturgique), et ceux à qui l'Archange Gabriel a accordé l'Esprit Éternel, et qui appartiennent à la Grande Génération sans archontes (les prédateurs ou " Anges déchus ") au-dessus d'elle.

* Le codex Tchacos est le nom d'un manuscrit copte sahidique (de haute-Égypte) sur papyrus du IIIe ou IVe siècle comportant quatre textes dont les orignaux ont été composés en langue grecque et relèvent de la production des milieux gnostiques anciens. Le manuscrit comporte 66 pages, dont vingt-cinq forment l'Évangile de Judas (Évangile dit apocryphe, c'est-à-dire non retenu par le canon de l’Église romaine. Et pour cause ...).

Il est l'équivalent d'Anubis, le dieu funéraire de l'Égypte antique, maître des nécropoles ... Cf. Le chemin alchimique.


Ce qui les différencie s'appelle émotion *. En effet, ce qui définit l’humanité d’un être est " Qui est sensible à ce que peut ressentir son prochain ", que l'on décline sous différents vocables : affectivité, altruisme, aide, allocentrisme, âme, amour (d’autrui), assistance, attendrissement, bénévolat, bienveillance, bonté, charité, cœur, compassion, dévouement, don de soi, empathie, émotivité, entraide, extraversion, fraternité, générosité, gentillesse, pitié, romantisme, sensibilité, sentiment, serviabilité, solidarité, sollicitude, sympathie, tendresse, vulnérabilité.

Par éducation, nous avons tous la sincère conviction que tous les êtres humains ont cette prédisposition d'humanité particulière, et que, à quelque niveau que ce soit, tous les hommes et toutes les femmes sur cette planète possèdent a minima cette tendance à la bonté, tous ressentant les caractéristiques des émotions de notre quotidien : amour, peine, joie, honte, colère, dégoût, envie, peur etc. La plupart d’entre nous sont même convaincus que, en dépit des actions commises et des paroles dites par certains individus, ils " ne sont qu’humains ", leurs déviances étant liées à " l'enfant intérieur blessé " par la carence affective ressentie lors de leur construction identitaire. Nous le croyons, car nous faisons de la projection, découlant des croyances inculquées, des conditionnements assénés, et ce depuis des millénaires.

* Cf. L'expérience émotionnelle.

L'historien russe Boris Mouravieff (1890/1966), connu pour ses enseignements et écrits relatifs à l'ésotérisme chrétien, aborde ce sujet dans la trilogie Gnôsis (parution en France entre 1961 et 1965), faisant référence plusieurs fois à la coexistence de deux races essentiellement différentes - l’une constituée d’Hommes et l’autre d’Anthropoïdes - dont les Écritures Saintes contiennent plus d’une référence au sujet de leur coexistence sur notre planète. Les êtres de la race anthropoïde seraient en fait les descendants de l’humanité " pré-adamique " (avant l'Adam tel que raconté dans l'épopée biblique), avec comme principale différence avec l’homme adamique qu'ils ne possèdent pas les centres supérieurs développés, soit la conscience émotionnelle qui offre une possibilité réelle d’évolution, d’éveil de conscience. Leur génétique, liée à une manipulation induite par les maîtres généticiens de 4ème dimension (dits archontiques ou reptiliens), est un corps que l'on pourrait apparenter à celui d'une méduse, dans l'incapacité d'accueillir une âme qui leur serait propre. 

En dehors de cette différence d'importance, les deux espèces sont similaires : mêmes centres inférieurs (conscience matérielle/matérialiste), même structure de la personnalité, même corps physique. Ils représentent environ la moitié de l'humanité selon certains indices dans les Évangiles, avec pour fonction de voler l'énergie des êtres humains possédant une âme afin de les émuler (d'essayer de les égaler voire de les dépasser). Autrement dit, chez un individu de la variété organique, les prétendus chakras supérieurs sont " produits en pratique " en volant cette énergie aux êtres humains possédant une âme.

S'il est difficile de les identifier, c'est en raison de l’énorme faculté mimétique des êtres humains leur conférant la possibilité de reproduire à identique les comportements et émotions observés. Qui plus est, des croisements entre les deux espèces se sont produits depuis des milliers d'années, si ce n'est des dizaines de milliers d'année. L'ADN * des deux étant complètement mélangé (on peut trouver l'une et l'autre au sein d'une même famille), il constitue le sens véritable de la contamination de la descendance. Seulement ceux qui possèdent le code génétique approprié peuvent au final héberger une âme et ainsi poursuivre le travail ésotérique d'éveil et de libération, ce qui signifie qu'aucune couleur ou groupe ethnique n'est exclu, ni ne bénéficie d'un avantage particulier.

Il n'est ainsi pas étonnant que ce savoir ancien resurgisse dans notre monde contemporain sous diverses appellations telles que psychopathie, sociopathie, pathocratie ... Et pas seulement pour les grands criminels (ex. tueurs en série), mais pour les psychopathes " standard ", qui ont tout de l’humain ordinaire.

* L'acide désoxyribonucléique ou ADN est une macromolécule biologique présente dans toutes les cellules ainsi que chez de nombreux virus. Elle contient toute l'information génétique, appelée génome, permettant le développement, le fonctionnement et la reproduction des êtres vivants.

Le masque de santé mentale

L’observateur y compris scientifique (psychiatre ou psychologue) est confronté à un masque convaincant de bonne santé mentale. Toutes les caractéristiques extérieures de ce masque sont parfaites. Il ne peut être enlevé ou pénétré par l’effet de questions dirigées vers des niveaux de personnalité plus profonds.

[…] Les processus mentaux conservent leur normalité lors des enquêtes psychiatriques et des tests techniques conçus pour mettre en évidence la preuve pas toujours claire d’un dérangement.

L’examen ne révèle pas seulement un masque ordinaire à deux dimensions mais aussi ce qui semble être l’image structurelle solide et substantielle d’une personnalité saine et rationnelle.

[…] De plus, cette structure de la personnalité fonctionne dans toutes les situations théoriques d’une manière apparemment identique à celle d’une personnalité dotée d’un fonctionnement normal et sain.

[…] En outre, l’observateur reconnaît les expressions verbales et faciales, les tons de la voix, et tous les autres signes que nous avons coutume de considérer comme manifestant la conviction, l’émotion et la conduite d’une vie normale telle que nous la connaissons nous-mêmes et la supposons chez les autres.

Hervey Cleckley, psychiatre états-unien (1903/1984), " Le masque de santé mentale " (The Mask of Sanity)

La plupart de ces êtres anthropoïdes " pré-adamiques ", autrement appelés " Portails Organiques " *, ne sont pas particulièrement enclins à enfreindre les lois. En fait la majorité d’entre eux n’ont pas de réelles inclinations du tout, si ce n’est à poursuivre les influences expressions des normes sociales telles que l’argent, le sexe, le mariage, la célébrité ou n’importe lequel d’une multitude de soi-disant idéaux que nous sommes tous encouragés à poursuivre depuis notre plus jeune âge. Atteindre ces buts est en effet considéré dans la société globale comme le point culminant de la recherche du bonheur, même s'il est évident, compte-tenu de l’état du monde d’aujourd’hui, que le bonheur véritable reste plus illusoire et insaisissable que jamais… du moins pour ceux qui se doutent qu’il y a " quelque chose d'autre ".

* Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Toutefois se trouvent parmi eux des psychopathes - tout comme chez les humanoïdes dotés d'une âme -, dont il est très difficile d'en déceler la nature. Ce sont en quelque sorte des Portails Organiques qui ont des défauts dans leur logiciel biologique. En effet, si toutes les évaluations émotionnelles et les jugements de valeur sont sains et appropriés quand le psychopathe est testé lors d’examens oraux, c’est seulement très lentement et à la suite d’un processus complexe d’estimation ou de jugement basé sur une multitude de petites impressions que nous finissons par être convaincu qu’en dépit de ces processus rationnels inaltérés, de ces manifestations émotionnelles normales et de leur déroulement cohérent dans toutes les situations, nous pouvons avoir affaire non pas à un homme " complet ", mais à ce qui pourrait être un automate subtilement agencé pouvant imiter à la perfection la personnalité humaine. Son appareillage psychique à la mécanique bien huilée reproduit de façon cohérente, non seulement des raisonnements humains convaincants, mais simule également de manière appropriée les émotions humaines classiques en réponse à la presque totalité des divers stimuli de la vie. Cette réplique d’un homme complet et normal est tellement parfaite qu’aucune personne l’examinant en milieu clinique ne peut indiquer en termes scientifiques ou objectifs pourquoi ou en quoi cet homme n’est pas réel. Et pourtant nous finissons par savoir ou par avoir la sensation de savoir que la notion de réalité, en tant qu’expérience pleine et saine de la vie, est ici absente.

Typologie de psychopathes

Anthropoïdes pré-adamiques ou " Portails Organiques "

Psychopathes dit ordinaires

Humains (ère adamique)

Psychopathes dit secondaires


Bien qu'en petit nombre, ces individus de nature psychopathique, sans " humanité ", bénéficient dans la cohabitation avec les humains de leurs aptitudes supérieures à la compétition - aucun sentiment de culpabilité ou de remords à ce qu'ils font, aucun sens de limitation, pas d’attention pour le bien-être des étrangers, des amis, ou même des membres de leur famille, notion de responsabilité inconnue - combinées à la capacité de cacher aux autres leur conformation psychologique différente. Puisque chacun suppose simplement que la conscience est universelle parmi les gens, cacher le fait d’être sans conscience est facile. Sans contraintes internes, leur souveraine liberté de faire comme il leur plaît, sans tourments de conscience, est fort à propos invisible au monde. Ceci explique qu'il leur est facile d’obtenir certains avantages par leur habileté manipulatrice hors pair, leur art du mensonge et leur capacité à concevoir les arnaques les plus subtiles (abus de confiance, duperies, chantage émotionnel, impostures et escroqueries). Un " art " de vivre au service de la destruction, y compris dans le domaine spirituel, nombre d'entre eux devenant des gourous et autres types de charlatans " amour et lumière " * ...

Comme ils se positionnent naturellement dans tous les milieux d’influence et de pouvoir - la médecine conventionnelle, établissements d’enseignements, haute direction des institutions financières et des multinationales, systèmes juridiques, forces de l’ordre, gouvernements -, nous avons une clé explicative fondamentale de la réalité du fonctionnement civilisationnel allant à l'encontre de ce que racontent les illusionnés naïfs du système, tout particulièrement les philosophes humanistes habitués des plateaux de télévision ou de radio. 

* Cf. Prédation spirituelle et voie de sortie.

Le modèle civilisationnel occidental

L’état actuel de la société nord-américaine, dont l’influence envahissante a tendance à infecter tout le reste de la planète, est une société basée sur le plaisir que procurent les biens matériels, sur une consommation à outrance, sur la performance et l’accomplissement matériel, dont la valeur de chaque individu est estimable en dollar ($), et pour qui les coutumes étrangères doivent être remodelées et façonnées à leur image. Ceci traduit les grands courants du monde constatés : mondialisation écrasante, commerce sauvage, pauvreté et inégalités, importance démesurée de l’apparence du corps au détriment d’une beauté et d’une profondeur intérieures, dépendance aux biens matériels et aux services de l’État, sommes phénoménales mises dans des recherches telles que les méthodes de contrôle des masses, l’industrie des armes, l’industrie pharmaceutique issue d’une médecine devenue uniquement mécanique, etc.

Cette affection de l’âme qu’est la psychopathie est contagieuse. Le manque total de conscience émotionnelle chez certains se propage, tels une maladie ou un virus, aux personnes qui sont directement en contact avec ce type d’individus. C’est par un processus de déshumanisation graduelle que les personnes qui côtoient des psychopathes sont lentement " assimilées " à leur mode de pensée matérialiste et sans égard pour autrui (selon le psychiatre polonais Andrzej Lobaczewski environ 12% de la population deviennent des " psychopathes par contagion "). Lorsque trop longtemps soumis à des influences déshumanisantes, surtout dès le jeune âge, c’est plus d’un dixième de la population qui perd ainsi son humanité. Ce sont des psychopathes sociaux par opposition aux psychopathes authentiques. Dans la plupart des cas, cette régression est irréversible.

Il en résulte socialement une " élite " matérialiste, sans âme et sans conscience émotionnelle, dont une partie significative se retrouve dans des positions de pouvoir. Il va sans dire que, peu à peu, la société se conformera à leur vision des choses, car par tromperies, duperies et tricheries ils parviendront à convaincre du bien-fondé de leur perception du monde. Puisque l’immatériel, la sentimentalité et l’aptitude pour l’intangible ne font pas partie de leurs facultés cognitives, ils ont une propension marquée pour l’ordre et le contrôle concret, palpable et matériel *. Ainsi naissent des concepts tels que le besoin d’imposer l’ordre, d’implanter une forme de légalité, etc., puisque leurs actions ne sont nullement basées sur une compréhension émotionnelle des relations interpersonnelles, mais bien uniquement sur des avantages d’ordre matériel.

La présence ou l’absence de conscience semble bel et bien le fruit d'une division humaine profonde, probablement plus significative que l’intelligence, la race, ou même le sexe. " Ce qui distingue tous ces gens du reste d’entre nous est un trou tout à fait vide dans le psychisme, où il devrait y avoir la plus développée de toutes les fonctions d’humanisation. " (Martha Stout, The sociopath next door).

* Cf. Le contrôle du robot biologique.

Faiseurs de " rois "

Au bal des vampires psychopathes les milliardaires libertariens tirent les ficelles des marionnettes appelées à gouverner leurs intérêts et nourrir le système prédateur de sa substance, celle qui voit la conscience humaine opprimée de multiples façons (privations ou excès).

C'est ainsi qu'aux États-Unis les frères Charles et David de Ganalh Koch (photos), qui détiennent une des premières fortunes de la planète (estimée à 50 milliards de dollars) à travers leur empire – 100 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 120.000 salariés dans soixante pays – réalisé dans la chimie, le bitume, et toute une série d’industries politiquement incorrectes comme les plastiques ou les engrais. Ils ont été pendant longtemps comme d'autres des faiseurs de " rois " mis au service de leurs idées politiques, en l'occurrence ceux du Parti républicain. Plus puissants que le lobby des armes, la National Rifle Association, ils ont financé l’émergence des Tea Parties, mouvements anti-État et anti-impôts. Ne nous y trompons pas, nous retrouvons les mêmes pour le camp opposé, celui des prétendus gentils et vertueux " Démocrates " (Clinton, Obama et Cie) ...

Cf. Le contrôle du robot biologique.

 


Dysfonctionnements et dérives psychiques de l'être humain

Lors du processus d'individuation et de construction cognitive démarrant à l'enfance, des altérations psycho-émotionnelles s'établissent chez tous les êtres humains en raison d'un déséquilibre plus ou moins prononcé des images incarnant la représentation du féminin et du masculin, polarités caractéristiques de l'identité biologique, indépendamment du genre sexué de ceux qui l'expriment (le père ou la mère). C'est ce que Carl Gustav Jung a traduit dans son concept anima/animus. Ils permettent la construction de nos indispensables repères quant à l'apport de ces figures dans notre relation à la Vie. Si cet équilibre n'est pas assuré, il est constitutif de la prégnance d'une image pour l'enfant (mère castratrice, père autoritaire...) qui constitue une trace mnésique (gravure cervicale). La future personnalité est ainsi en partie déterminée entre un Monde imaginaire où tout est permis (la jouissance du don maternel qu'est le sein) et la castration émanant du père qui y met fin. Les dérives psychiques trouvent leurs principales causes dans cette problématique.

Cf. Fonctionnement du corps biologique.

Elles se traduisent au premier stade par des névroses dites ordinaires, de nature émotionnelle, dissimulées et enfouies dans l'inconscient, limitant notre authenticité profonde à exprimer amour, paix et joie, caractéristiques de notre êtreté profonde. Elles constituent ainsi une altération de nos " vertus ", qui se répercute sur nos comportements par des états d'âme, comme si c'était un autre que notre moi qui prenait le relais. Les sept névroses identifiées sont l'envie (impatience, jalousie ...), la "gourmandise " (plaisir des sens, accumulation ...), la paresse (facilité, lenteur, négligence), la colère, l'avarice, l'orgueil et la luxure (excès, vice ...).

Cependant, si la profondeur de la blessure initiale dans la relation au père et/ou la mère est profonde, les névroses laissent alors place à la perversion, soit une psychose (inflammation soutenue de la névrose). C'est le complexe d’Œdipe défini par le psychiatre Sigmund Freud lorsque l'enfant veut prendre la place du père, ou celle de la mère dans le mythe d'Électre utilisé par Jung, qui se traduit alors par le mélange de l'orgueil et du narcissisme.

Ce trouble relève de la psychopathie, étant de nature mentale, intellectuelle, tout en s'appuyant sur un terrain génétique qui y prédispose selon l'observation scientifique observée. Par le moi identitaire qui a été blessé à travers les cinq blessures possibles de l'âme (trahison, abandon, rejet, humiliation, injustice), il constitue la voie choisie par l'être humain, d'abord l'enfant puis l'adulte, pour échapper à la psychose, se traduisant soit par la rébellion ou la révolution contre l'autorité, soit par le " meurtre " symbolique du père et/ou de la mère par procuration. L'autre, les autres, deviennent alors par projection les victimes toutes désignées de ce désir enflammé.

Ce moi profondément blessé est ainsi source de division, de coupure radicale avec son moi authentique, profond, que l'on peut appeler l'Âme * même si la science cognitive et psychologique " moderne " n'en reconnaît pas la réalité. Sans nouveau " re Père " ou " re Mère ", l'être humain reste sous l'emprise de ce moi " dévoyé ". Le pervers narcissique l'illustre.

Compte-tenu de ses conséquences dans le fonctionnement sociétal, ce trouble de la personnalité considéré comme une déviance par rapport à la " norme " fait l'objet d'une attention toute spécifique en raison de son ampleur et de ses dégâts. Il est estimé qu'il toucherait 3 à 5 % de la population (fourchette basse), surtout des hommes, plutôt entre 20 et 30 ans. Le porteur de ce trouble est considéré comme un " dyssocial ", éprouvant des difficultés à maintenir des relations avec les autres. On distingue également dans les psychopathies des personnalités " borderline ".

Tel qu'identifiés par les experts, la personnalité psychopathe se caractérise par six grands traits :

. L’'indifférence froide, le manque d'empathie, les individus n’étant pas sensibles à l’expression relationnelle par les sentiments (ainsi en politique Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand, Laurent Fabius, François Fillon ...).

. L'irresponsabilité, souvent revendiquée, avec un mépris des règles et des contraintes sociales par la pratique du mensonge compulsif et de la manipulation (le cortège est long derrière le couple porte-étendard de Levallois ...).

. La difficulté de maintenir une relation avec autrui tout en ayant des facilités à nouer des relations en jouant sur la séduction, tout particulièrement le brio intellectuel. Simplement, elles ne durent pas.

. L'intolérance à la frustration, la personnalité psychopathe ne supportant de ne pas obtenir ce qu'elle veut. Son seuil d'agressivité étant très bas, elle va très vite s'énerver (les personnalités clivantes l'illustrent, tels en politique Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, Jean-Luc Mélenchon ...).

. L'absence de culpabilité et de remords, aucune remise en question après un passage à l'acte ne prévalant. Même les sanctions ne remettent pas le psychopathe en question.

. La tendance à blâmer autrui. La personnalité psychopathe va expliquer de manière très rationnelle ses difficultés avec la société, accusant les autres d'en être responsables, et ce de manière très convaincante.

Si nous pouvons tous exprimer à minima l'un de ces symptômes, leurs intensité et fréquence vont caractériser la gravité du trouble. Ces symptômes ne sont jamais isolés, s'accompagnant d'une forte irritabilité et de passages à l'acte fréquents (actions violentes et impulsives). Ces passages à l'acte peuvent être dirigés contre soi-même (tentatives de suicide, automutilation…) ou contre les autres.

L'une des caractéristiques de la personnalité psychopathe est les changements émotionnels en rapport avec l’intolérance à la frustration et l’anxiété qui y est liée. Il en découle des explosions émotionnelles fréquentes, une personnalité très impulsive, des personnes " borderline " *.

En matière de relations amoureuses, les personnalités psychopathiques s'engagent dans des relations fortes et intenses, mais qui ne durent pas et explosent en vol.

A l’excès, la personnalité psychopathique va connaître des troubles psychiatriques brutaux, notamment des phases dépressionnaires arrivant soudainement, sans aucun signe avant-coureur. C’est pourquoi il est difficile de les différencier d'un trouble bipolaire.

Compte-tenu de tous ces éléments, un fort risque d'addiction existe chez ces personnes, l'alcool, l’usage de drogues et de médicaments pouvant être utilisés, souvent de manière aberrante.

* L’état " borderline " (état limite) se situe à la limite de la névrose et de la psychose. Cf. Fonctionnement du corps biologique.

L'explicatif scientifique de la psychopathie

En considérant à juste titre le terrain génétique associé à une condition psychologique terriblement handicapante comme explication, la science considère, plus exactement spécule, que le/la psychopathe ne serait pas juste un " monstre " mal-adapté, mais une variante de l’être humain au contraire très ajusté à son environnement. La balance avantages/inconvénients est à ses yeux inhérente à l'évolution de l'espèce humaine, basée sur la compétition et la survie. Autrement dit, pour que les avantages contrebalancent les terribles risques sociétaux encourus, il faut à l'individu psychopathe rassembler un certain nombre de paramètres contextuels, comme celui de développer des talents de manipulateur pour que les gens ne voient pas qu’ils sont exploités. Cela requiert une bonne intelligence qu'il est préférable d’avoir pour satisfaire un penchant pour la domination, afin de se hisser dans une position de pouvoir qui permet de ne dépendre d’aucune amitié véritable. Ceci pourrait peut-être expliquer à ses yeux pourquoi les psychopathes sont bien plus souvent des hommes que des femmes, ce critère de domination étant bien plus difficile à remplir pour une femme. Qui plus est, un troisième facteur est qu'il faut pour le psychopathe vivre au milieu de nombreux non-psychopathes pour ne pas manquer de cibles potentielles, y conserver un relatif anonymat protégeant sa réputation, et se trouver dans une structure que des abus peu nombreux n’ont pas rendue complètement méfiante. C'est la raison pour laquelle les psychopathes seraient " condamnés " à rester une infime minorité sous peine de perdre les avantages qui permettraient à leurs gènes d’envahir la population.

Il s'agit bel et bien de spéculations sur le type de sélection que notre société peut réaliser sur un matériel génétique très complexe, débouchant sur une diversité de caractères physiologiques ou comportementaux, les traits de la psychologie humaine répondant eux aussi à des impératifs de ce genre. Ainsi, par exemple, la sélection darwinienne aura tendance à favoriser les comportements népotiques, qui voient celui qui accorde des bénéfices à ses proches parents aux dépens des autres permettre à ses gènes de se diffuser dans la population. Ainsi la personne népotique aura peu d’empathie pour les individus qui ne lui sont pas apparentés, et contribuera à la diffusion de ce caractère, un caractère qui participe très probablement à façonner des individus psychopathes. Les lignées népotiques peuvent donc plus facilement produire des psychopathes qui, eux, vont exploiter à leurs avantage propre tout le monde y compris leurs proches.

La psychopathie serait sans doute le résultat de plusieurs facteurs : être à un bout du spectre du manque d’empathie, au bout du spectre de la domination, et être plutôt plus intelligent que la moyenne pour être capable de manipuler son entourage. Et ceci entendrait par effet miroir que les lacunes des psychopathes constituent les plus extraordinaires points forts de notre espèce : sens de la justice, sens du mérite, sens de l’équité spectaculaire. Comme nous serions des " hypersensibles de l’injustice ", il en découle l'impression de vivre au milieu de gens méchants et égoïstes, permettant aux psychopathes un peu habiles de tirer leur épingle du jeu.

Leur conclusion très binaire est qu'il est bien possible que nous soyons une espèce de primates particulièrement gentils, attentifs aux autres, mais manipulés par une minorité d’enfoirés près à tout pour dominer le monde. De là à voir des complots partout, il faudrait croire que les psychopathes puissent se faire assez confiance les uns aux autres pour organiser une réelle oppression des gentils singes que nous sommes, ce qui semble peu probable. Quant aux décisions des personnages politiques et leur manière de gérer des crises, on se rend compte que même si la moitié d’entre eux étaient des psychopathes, ils restent des singes beaucoup moins intelligents qu’ils se plaisent à l’imaginer. Si l'explication intellectuelle est louable et habilement argumentée, elle valide surtout une gouvernance des " affaires " à nature entropique, et non évolutive, détournant au passage la question de la responsabilité quant à sa propre contribution à ce système involutif, par-delà l'illusion que l'autre - en l'occurrence le psychopathe - est responsable, non soi-même  ...

Si depuis des temps immémoriaux les psychopathes ont investi le sommet de la société, compte-tenu de la nature du système patriarcal pyramidal prévalant *, c'est en raison d'une accoutumance " bienveillante " à leur égard. Sans avoir conscientisé profondément la nature de sa relation au Vivant, soit ses véritables origines stellaires, l'être humain conditionné car manipulé considère en effet qu'il leur doit les structures sociales et les systèmes de croyance dans lesquels il se fond. On peut ainsi parler d’identification projective à l’échelle sociale.

Comme par ailleurs nous sommes confronté à un " prédateur intra-espèce humaine " qui nous ressemble, le psychopathe semble posséder tous les traits que désirent les personnes normales (confiance en soi, etc), d'autant plus qu'ils sont très souvent intellectuellement brillants. Aussi, en leurs " qualités " de machines très efficaces, ils atteignent des positions élevées, même si pour ce faire et se maintenir ils bafouent les droits des autres.

C'est pourquoi les sociétés sont corrompues. Par le fait même qu’elles contiennent un certain pourcentage d’individus extrêmement déviants, ce petit groupe très actif influence parfois des millions d’êtres humains. Et comme ces personnalités déviantes savent qu’elles sont " anormales " des autres, elles vont vouloir contrôler leur environnement pour réduire leur stress. Il en découle qu'elles propagent leurs pathogènes dans le corps social, sans tenir compte des dégâts qu’elles causent, à l'instar de virus. Cela est d'autant plus possible quand les sociétés sont affaiblies *².

* Cf. Le modèle pyramidal décodé.

*² Cf. Le contrôle du robot biologique.

Cependant, et bien que cela puisse apparaître extravagant à l'esprit rationnel et de ce fait conformiste de l'être humain contemporain, il se pourrait bien que nombre de ces personnalités psychopathes relèvent en réalité d'une autre espèce, appelée anthropoïde. C'est ce que quelques scientifiques dégagés du corset académique tendent à porter au champ de conscience de l'humanité en ce début de nouveau siècle, à l'aube d'un nouveau cycle de conscience * qui fait émerger une toute autre vérité civilisationnelle *².

* Cf. Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ?

Cf. Vérité civilisationnelle.

Des humains naissent-ils mauvais ?

Voici une idée bien ancrée que de penser que si tant de gens dans notre société civilisationnelle font intentionnellement de mauvaises choses aux autres humains, à tous les êtres vivants et à l’environnement, c'est parce qu'ils sont nés avec le vice dans la peau, et qu'ils sont intrinsèquement mauvais. Cela expliquerait pourquoi de nombreuses entreprises créent des produits et substances nocifs sinon mortels, et empoisonnent l’air et l’eau ; pourquoi des forces institutionnelles puissantes subvertissent les populations, truquent des élections et trompent les consommateurs ; pourquoi les institutions religieuses vilipendent à leur manière les autres, ignorent l’inégalité et les violations des droits de l’homme dans leur propre périmètre d'influence, et encouragent des millions de personnes à mourir en leurs noms ; pourquoi les partis politiques créent des politiques impitoyables qui, au nom de l'économie libérale, ne respectent pas les faibles ; pourquoi ils et elles déclarent tous agir en notre nom, en disant amener la liberté ...

La méconnaissance des forces prédatrices constitutives du fonctionnement de l'univers * participe de cette fausse croyance sur la nature humaine. S'il y a des entités organiques indéniablement à caractère entropique dans le vécu terrestre - des portails organiques anthropoïdes et des humanoïdes ayant fait le choix consciemment de servir les " Ténèbres " -, les énergies négatives de nature trans-dimensionnelle agissent de manière prédatrice sur l'être humain doté d'une âme insuffisamment éveillé et conscient, le manipulant de manière psycho-émotionnelle et s'appuyant sur un terrain génétique " favorable " puisqu'elles en sont sinon l'origine en tout cas la cause d'adaptation par la manipulation de l'ADN. En dépit de la qualité de l'éducatif reçu - bonnes manières caractérielles, comportementales et relationnelles -, celui-ci reste soumis par non conscience au jeu de la prédation qui, à travers ses mémoires enfouies dans l'inconscient, le maintient dans la séparation avec l'unité, intérieure comme extérieure. Ainsi, par ses postures de jugement, d'accusation et de condamnation de ce qui ne correspond pas par ses croyances à sa vision du monde, participe-t-il du fonctionnement dystopique de la civilisation.

Les énergies négatives qui prédominent dans le bas astral, lourdes par le dévoiement terrestre qui les alimentent (appelées égrégores), ralentissent sans cesse l'indispensable éveil de conscience des êtres humains, qui faute de connaissances appropriées comme de travail conséquent en profondeur, sont maintenus sous la coupe des forces prédatrices qui les vampirisent. Ainsi certaines personnes, des " humains-âmes ", font de mauvaises choses non parce qu’elles sont nées " mauvaises ", mais en raison de l’énergie négative de forces extérieures qu’elles ne peuvent pas contrôler et qui s'appuient sur leur génétique dénaturée. Lorsque cette énergie négative pénètre le corps et l'esprit (le mental égotique), elle est difficile à détecter, d'autant plus lorsqu'elle se cache derrière les nobles intentions d'élévation spirituelle *². Si elle n’est pas traitée en conséquence, elle s’infiltre suffisamment en profondeur pour conduire à la maladie ou même la mort, de nous-même ou de ceux à qui nous adressons nos mauvaises pensées, paroles et actions ... Son unique but est de promouvoir la souffrance et la destruction au prix d’un pouvoir temporaire - un vol d'énergie - qu'elle exerce sur nous ou sur autrui par notre intermédiaire. Elle vit sur la peur, la séparation, la vengeance, et les apparentes différences, toutes nourritures de sa prédation. Elle engendre la dépression énergétique, mentale comme économique, et finit lentement et sûrement par détruire les individus, la société et l’environnement. Si des forces lumineuses travaillent sans cesse à leur effacement afin de rééquilibrer le fonctionnement sociétal, c'est surtout à l'être humain de s'éveiller pour s'y relier afin de reprendre le contrôle de sa vie, soit la maîtrise de son énergie sans la voler à quiconque. Alors peut-il prétendre à la santé physique comme mentale, levier incontournable de son discernement, pour se désengager de l'emprise des forces obscures et amorcer son évolution au-delà de la Matrice entropique.

L'être humain est ainsi à chaque instant confronté au choix entre les forces évolutives et leur pendant involutives. Constamment exposé à ces dernières de manière directe ou indirecte lorsque d’autres personnes expriment de la colère, de la jalousie, de l’envie ou d’autres pulsions destructrices, tout comme celles envoyées par les différentes institutions dites représentatives, quel que soit leur domaine, sa meilleure défense est de savoir reconnaître ces forces, et par un travail constant sur lui-même de s'en protéger. Cette prise de conscience est extrêmement précieuse pour vivre une vie saine, équilibrée et productive à sa libération. C'est pourquoi, avant chaque action que nous prenons, avant chaque mot que nous disons, notre responsabilité première est de nous demander : " Cela peut-il faire du mal à quelqu’un d’autre, ou à un autre être vivant sur notre Terre ? "

* Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Cf. Prédation spirituelle et voie de sortie.

Les deux polarités du monde " Service de Soi ", état de conscience de l'être humain en 3ème dimension terrestre

Les " négatifs " (-)

Ils sont les psychopathes, les portails organiques ou les entités sans âme (les " anthropoïdes "), les êtres démoniaques...

Les " positifs " (+)

Ils sont la plupart des êtres humains de 3ème densité dotés d'une âme (les " humanoïdes "), dont la population New Age " amour et lumière " inconsciente, peu intéressée ou déviée de la Réalité du fait de la tutelle de la Matrice prédatrice en mode Service de Soi ...


Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Les psychopathes anthropoïdes

Les travaux du psychiatre Amos M. Gunsberg (1921/2001) établissent des évidences qui, sans avoir le caractère irréfutable de preuves scientifiques, pourraient relever d'un comportement à caractère psychopathique pour des individus dépourvus d'âme, dits Portails Organiques. Ils ont été notamment publiés sous le titre Beyond Insanity dans le Volume 2, numéro 5, de la revue Psychnews international. Il suffit, en se souvenant de l'actualité récente de ces dirigeants nationaux et internationaux (déclarations, affaires ...), d'établir le parallèle avec les faits observés et constatés.

 

Les traits observés

De l'étude comparative de ces dirigeants tyrans, au bilan particulièrement salé par-delà les époques, les systèmes politiques en vigueur et leurs spécificités individuelles, il ressort les deux grands points suivants.

1. Ils font des déclarations sans justifications. Pour eux, ces déclarations représentent ce qu’est la réalité, déclaration après déclaration. La présente déclaration peut contredire ce qu’ils ont déclaré un moment plus tôt. Cela n’a aucune importance, pour eux. Ils ne font aucun effort pour gérer la contradiction.

2. Ils démontrent un total manque de compréhension de ce que nous appelons un fait. Dans leurs écrits et leurs discours, ils n’utilisent pas ou guère ce mot. Alors que l'utilisation des faits est une chose basique dans nos vies, nous permettant de baser nos conclusions et nos actions, de tester et d'établir d’autres faits, de nous en servir quand nous débattons, déduisons et prenons position, ils les nient ou les occultent pour privilégier la " fantasmagorie ", celle à même de susciter désirs et peurs.

Nous pensons qu’en niant les faits ils jouent un jeu, qu'ils ne veulent pas l’admettre. Mais tel n'est pas le cas. Ils ne savent pas ce qu’est un fait, tout simplement. Quand nous parlons de faits et leur demandons de faire face à un fait, ils nous regardent avec des yeux vides. Ils ne savent pas de quoi nous parlons ...

S'ils nous étudient pour se faire passer pour des êtres humains, et nous entendent utiliser les mots " fait ", " preuve ", "justification ", ils n’ont pas la capacité humaine de comprendre ce que cela veut dire. Ce qu’ils font est d’ignorer nos références aux faits, ignorer nos demandes de fournir des faits, en espérant que nous ne nous rendrons pas compte que c’est à cause de leur incapacité de comprendre.

Ignorance de la question

Bien sûr que l'ignorance est une technique classique de la communication du dirigeant, visant à lui permettre d'éviter, de contourner, de détourner la réponse à une question gênante. Pourtant, à y regarder de plus près, il semble qu'un être humain normalement constitué ne puisse avec autant d'aplomb et d’impassibilité ignorer une question lorsqu'elle est posée avec précision et constance.

Un exemple éclairant. Pendant une discussion, cette déclaration a été faite : " Si suffisamment de personnes croient que quelque chose est vrai, alors ce qu’ils croient EST la réalité ". Une question fût alors posée à son auteur : " Il fût une époque où tout le monde, pour autant que nous le sachions, croyait que le soleil tournait autour de la Terre. Diriez-vous qu’à cette époque le soleil tournait, dans les faits, autour de la Terre. Et que c’est seulement par obéissance au changement des convictions que c’est la Terre qui s’est mise à tourner autour du soleil ? ". La question fût tout simplement ignorée ...

Nous pourrions penser que le refus de répondre constitue une admission, celle voulant que ce que ces individus disent est totalement incongru et indéfendable. Pourtant l’expérience (l'observation du comportement dans la durée) a montré qu’ils retournent directement aux mêmes déclarations, même après que la preuve du contraire ait été apportée ... Elle établit à quel point leurs pensée et comportement sont éloignés de la pensée et du comportement humain. Rien de ce que NOUS appelons la réalité n’est réel pour EUX.

Un élément basique du profil psychologique de ces anthropoïdes présumés est leur absence de compréhension que quoi-que-ce-soit puisse exister de sa propre existence, séparément de leur dire. Ils ne le VOIENT tout simplement pas. Les seuls objets que les humanoïdes voient sont ceux qu’ils " déclarent ", ceux qu’ils imaginent.

Alors que nous utilisons l’expression " ma perception " pour signifier une estimation, une mesure de quelque chose séparé de nous-même et que nous ne présentons pas comme " un fait ", ouvert à considérer d’autres points de vue si des faits tangibles sont fournis, les présumés humanoïdes utilisent l’expression " ma perception " comme un remplissage sonore du discours. Ils imaginent ce qu’ils choisissent d’imaginer, et nous disent que ceci est leur " perception ". Ce qui, dans leur esprit, établit la réalité. Ce que nous appelons des " faits " n’existe pas pour eux. C’est pour cela qu’ils se disent attaqués - posture de la victimisation et du complot - chaque fois qu’une justification leur est demandée, leurs avocats et conseils en " com " excellant dans l'enfumage et le brouillage médiatique.

Forts de cette psychologie exclusive de l'esprit de raison dont ils se revendiquent pourtant, ces anthropoïdes Portails Organiques psychopathes affirment que leurs déclarations sont valides simplement et uniquement parce qu’ils les déclarent. Ils l'élaborent dans leur absence de psyché des profondeurs comme ceci : " J’honore l’intégrité à cet égard. En tant qu’égoïste, je fais des déclarations qui sont valides pour moi. La validité pour moi-même vient en premier. J’accorde aux autres ce même respect en supposant qu’ils disent des choses valides pour eux-mêmes. " Comme ils sont au pouvoir, cela légitime leur domination sur toute considération morale ou éthique. Et les taxer de mauvaise foi est sans intérêt, puisqu'ils ignorent totalement la foi en l'humain ...

En règle générale pour les êtres humains instruits et s'attachant à exercer leur intelligence avec raison, il est nécessaire pour que quelque chose soit considéré valide que cela soit justifié par des faits. Rien n’est valide uniquement et simplement parce que quelqu’un le dit. Or lorsqu'il est demandé aux présumés humanoïdes comment ils déterminent que ce que quelqu’un dit est valide pour cette personne, et non quelque chose de fabriqué ou d’imaginé, ils ignorent la question. Il en découle que si les êtres humains définissent l’intégrité comme la droiture de caractère, la probité, l'honnêteté dans ses références aux faits dans la recherche de la vérité, les anthropoïdes utilisent " intégrité " pour dire que ce qu’ils imaginent est ce qui est vrai. Il n'y a en la matière ni mesure ni évaluation. Et quand une demande est faite pour que leurs déclarations soient évaluées, ils affirment que le demandeur est celui qui n’a pas d’intégrité, ne leur faisant pas confiance ou entretenant délibérément le soupçon à des fins politiques ... Ils expriment que le demandeur ne soutient pas LEUR position, à savoir que ce qu’ils imaginent est ce qui est vrai.

 

Tentative d'explication

Leur nature de Portail Organique les conduit à traiter les individus au sein de leur espace de contrôle comme s’ils constituaient leur hologramme * personnel. C'est pourquoi ce qu'ils déclarent traduit ce qu'ils " sont ", non en êtreté au sens humain, mais en programme. Dans cette conception mécaniste du Vivant, ils sont des programmeurs. Ils programment les hologrammes, sans état d'âme puisque le concept d'âme leur est totalement inconnu. Ils en sont tout simplement dépourvus. Aussi interagissent-t-ils avec les êtres humains de toutes les façons qu’ils choisissent, ayant le contrôle total. Et quand ils décident de fermer un hologramme, celui-ci s’évanouit de leur champ cyborg de perception ...

* Image en trois dimensions apparaissant comme " suspendue en l'air ".

Un hologramme est un hologramme qui est lui-même un hologramme... Un hologramme n’est pas supposé avoir la capacité de penser par lui-même. Un hologramme n’est pas supposé avoir la capacité de mesurer, évaluer, apprécier, etc. Plus important, un hologramme n’est pas supposé être capable de sortir de son état holographique et de critiquer son maître. Quand cela arrive, ils le blâment et le châtient d’abord sévèrement pour le ramener dans la ligne. Si cela ne marche pas, ils " l’évanouissent ", le sortant de leur champ de vision. Quand ça ne marche pas non plus, ils courent se cacher en abandonnant le programme et en appelant un autre programme.

L’observation scrupuleuse de leur fonctionnement menée tout au long de l'expérience a montré que quoi que nous disions, quoi que nous montrions, quel que soit le nombre de preuves données, cela n’a pas de sens pour ces créatures. Ils ont un but : nous tromper en se faisant classifier comme êtres humains afin de pouvoir se concentrer à détruire nos valeurs humaines les plus élevées - l'altruisme, l'empathie, la paix, la joie ... - pour promouvoir les plus basses. Une fois les valeurs humaines liées aux aspirations de l'âme éradiquées, l’étape suivante est le meurtre des êtres humains ...

Déshumanisation programmée

Dans le film The Invasion of the Body Snatchers (" L'Invasion des profanateurs de sépultures ", plus justement L'Invasion des voleurs de corps) réalisé par le cinéaste américain Don(ald) Siegel (1912/1991), sorti en 1956 *, les aliens sont montrés prenant le contrôle en occupant les corps d’êtres humains. Ils prennent le contrôle non seulement du corps physique mais aussi de l’esprit, de la mémoire, des facultés ... Les gens possédés y sont montrés comme se comportant de manière identique de toutes les façons possibles. Et s'ils mentionnent des évènements spécifiques à leur vie, ils n'éprouvent plus aucun sentiment à leur propos. Ils ne ressentent rien. Dans une scène, un enfant lutte pour se sauver de ce qui paraît être sa mère. Le jour d’après, ils sont main dans la main. L’enfant est désormais sous contrôle. Seuls les amoureux tentent de rester éveillés pour ne pas être pris sous leur contrôle. Lorsqu'un succombe, devenu une créature, il essaie de tromper et de trahir l'autre ...

* tiré d'un roman de science-fiction américain de Jack Finney paru en 1955.


Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Les Robotoïdes

Les anthropoïdes ou Portails Organiques ne sont pas à confondre avec les " robotoïdes ", des organismes vivants qui seraient des " copies " organiques et biologiques de vrais êtres humains, et qui sont utilisés comme substituts à des personnalités politiques médiatiques, pas plus avec les " synthétiques ", soit des organismes organiques qui imitent eux aussi des organismes humains mais moins performants que les robotoïdes car générés par des techniques radicalement différentes. C'est l'apport de l'avocat états-unien Peter Beter (1921/1973 - photo ci-dessus), connu pour ses revendications sans preuves contre les dirigeants politiques, et qui entre autres publia en 1973 un livre Conspiracy Against the Dollar : The Spirit of the New Imperialism (" Conspiration contre le dollar : l'esprit du nouvel impérialisme "), dans lequel il prétendait que les événements mondiaux étaient contrôlés par trois factions secrètes : la famille Rockefeller, " l'axe bolchevik-sioniste " et le Kremlin. Il a également publié une série de 80 bandes de bulletins audio entre 1975 et 1982, dont certaines incluaient des allégations de conspiration dans les plus hautes positions politiques. Il y affirmait notamment que plusieurs figures publiques importantes telles que David Rockefeller, Henry Kissinger et Jimmy Carter étaient en réalité mortes (le premier l'est depuis 2017 officiellement), tout en étant incarnées par des " robotoïdes " organiques, c'est-à-dire conçus à partir du code génétique pris de quelques cellules du corps d'un être humain *....

Fake (" Infox " désormais en langue française), délire conspirationniste ou révélation ? Comme toujours, la vérité se cache là où on ne l'attend pas ...

* Si la technique ressemble au clonage, elle est toutefois totalement différente du clonage authentique. Les " robotoïdes " auraient une durée de vie extrêmement limitée.

Portrait des Robotoïdes, les Hommes-Robots

Ce qui caractérisent les humains-robots, c’est l’absence de chakra du cœur * (le 4ème) et de ce fait l’absence de plan émotionnel (aucune fréquence vibratoire à même de fabriquer de l'énergie), à l'instar des Portails Organiques (PO) *². Il en découle les caractéristiques comportementales suivantes :

- Ils se nourrissent en énergie de tout : êtres humains (humanoïdes), Portails Organiques (anthropoïdes), d’autres Hommes-Robots, et animaux.

- Ils n’ont pas d’antécédent d’incarnation.

- Ils ont des programmes génétiques en lien avec la destruction.

- Ils déclenchent des situations dramatiques qui génèrent beaucoup d’émotions chez les êtres humains qui les vivent de manière forcée. Ces émotions constituent leur énergie nourricière tout comme celle des entités extra-dimensionnelles auxquelles ils sont reliés.

- Ils n’ont aucun charisme de nature empathique, aucune chaleur ne se dégageant d’eux. Ils sont froids et distants.

- Ils sont souvent impatients, insistants et agressifs, ont une étroitesse d’esprit et de l’inflexibilité. Ils utilisent la menace pour parvenir à leur fin. Ils parlent fort, et prennent beaucoup de place.

- Ils utilisent la distraction pour assouvir leurs besoins, propagent de fausses idées et mentent.

- Ils sont arrogants et des manipulateurs hors-pair.

- Ils n’ont pas peur du risque, car ils n’ont rien à perdre. Ils sont irresponsables et n’assument aucune conséquence de leurs gestes.

- Ils sont très exigeants de leur entourage, prennent beaucoup de temps aux autres et ont un fort appétit du pouvoir.

- Ils ne peuvent s’ajuster aux conversations qui dépassent certains paramètres de leur programmation.

- N'ayant aucune conscience, ils simulent les émotions, mais qui sonnent faux dès le départ.

- Ils sont envahissants, en font trop. Ils sont de ce fait plus faciles à démasquer qu’un Portail Organique

- Ils sont comme des perroquets, répétant les mêmes discours programmés et suivant un modèle pré-établi.

- Ils sont sous l’emprise d’un mécanisme de contrôle et ne peuvent justifier leur comportement lorsqu’ils déraillent.

- Ils déraillent lorsqu’ils doivent faire face à des situations au-delà des paramètres prévus à leur programmation.

- Ils visent des cibles particulières, utilisant le sabotage et la désinformation pour semer la destruction.

 - Ils ne réagissent pas au stress psychologique révélateur du test de détecteur de mensonge, ce qui leur permet de dire tout ce qui est nécessaire pour obtenir ce qu’ils veulent.

- Ils sont programmés pour infliger de grandes souffrances aux autres sans ressentir le moindre remord. La seule douleur qu’ils ressentent est le manque d’énergie nourricière.

- Ils peuvent ne rien montrer de tout cela, faisant profil bas jusqu’à ce que quelque chose se déclenche. Ils sèment alors la destruction et la mort.

- Ce sont des psychopathes qui ne peuvent en aucune façon accéder aux plans supérieurs.Ils évoluent dans des sphères de la société où ils peuvent manipuler et contrôler dans le but d’assouvir leurs besoins primitifs personnels. Pour y arriver, ils sont de beaux-parleurs n’ayant aucune difficulté à s’exprimer en public. Ils sont des dictateurs, gagnent en trichant, éliminent tout ce qui peut nuire à leur ascension politique ou au sein d’une grande entreprise ou institution.

* Ils ne peuvent avoir plus de 5 chakras programmés (1, 2, 3, 5 et 6), localisés uniquement à l’intérieur du corps. Ils doivent nécessairement avoir le chakra 1 programmé - celui du bas astral - et activé pour vivre sur terre. Ceux qui n’ont qu’un seul chakra (le 1) sont des reptiliens.

Cf. Fonctionnement du corps biologique.

*² Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Les robots tueurs

Les robots militarisés ou " robots tueurs ", autrement dit les armes létales militaires autonomes, font toujours couler beaucoup d’encre *. Fin août 2018 à Genève, un groupe d’experts gouvernementaux représentant 88 États ont tenté de trouver un accord sur ces armes en devenir à travers un texte contraignant visant à éviter que ces armes dotées d’Intelligence Artificielle puissent devenir autonomes dans leurs décisions, et que leurs logiciels et leurs plans ne tombent pas dans d’autres mains. Toutefois, il aurait fallu que ces experts s’accordent sur un texte demandant l’obtention d’un mandat de négociation en faveur d’un traité juridiquement contraignant. C'est pourquoi la montagne a accouché d’une souris, au grand dam des nombreuses associations en campagne contre ces robots, comme Human Watch Right et Amnesty International.

Dans la mesure où un consensus est nécessaire et qu'un seul État peut bloquer le vote, il est vraisemblable que cette interdiction demeure au stade des bonnes intentions, des pays comme les États-Unis, la Corée du Sud, la Russie, l’Australie, la France et l’Allemagne s'étant d'ores et déjà conjointement prononcés pour " l’adoption d’une déclaration politique non contraignante ". Aussi ces armes sont appelées à nous tuer tous et toutes un jour, sans que cela ne soulève de problème éthique !

* Lors d'une fusillade à Dallas (Texas) en 2016, la police américaine a fait pour la première fois usage d'un robot tueur télécommandé pour éliminer l'assassin de cinq policiers blancs, retranché dans un garage.


L’armée des robots

Le nom Skynet, mot-composé anglais signifiant littéralement " filet " ou " réseau du ciel ", désigne une entité du film Terminator (1984) du réalisateur états-unien James Cameron, en l'occurrence un ordinateur intelligent qui tente de détruire l'humanité. Il a donné lieu à un syndrome, le " syndrome Skynet ", soit la crainte de prise du pouvoir par des robots dotés d’intelligence artificielle aux fins de tenter de détruire la race humaine. Or cette technologie appliquée au secteur militaire est bien réelle, l’Intelligence Artificielle (IA) étant considérée comme " la voie principale de la supériorité tactique " pour les militaires. Le moteur en est les données, collectées par des avions ou des satellites qui peuvent alimenter une IA apprenante capable de réagir et de prendre des décisions, ou tout au moins d’apporter un choix éclairé aux militaires.

Il est assez facile d’imaginer que les décisions puissent être un jour prises par cette IA elle-même, celle-ci à terme pilotant, analysant et frappant aux commandes d’un avion de chasse par exemple. Déjà en 2015, le système américain d’Intelligence Artificielle ALPHA a battu à plate couture au simulateur un pilote chevronné de l’US Air Force. Si bien sûr cela permet d'éviter des accidents comme un tir accidentel d’un avion, rien n'empêche que l’IA puisse se retrouver " hackée " par des personnes mal intentionnées ...

Ces créatures ne se sentent pas vivantes au sens humain, ne ressentant pas de sentiments. C'est pourquoi, pour pouvoir passer pour des êtres humains, elles savent qu’elles doivent donner l’apparence de savoir qu’elles sont vivantes. Leur seule ressource est de déclarer qu’elles sont vivantes, ne pouvant l'exprimer. Aussi la déclaration ne produit pas la qualité du ressenti d’être vivant. La seule chose qu’elles ont pour continuer à donner le change est leur propre déclaration. Mais si " déclarer " est montré à leurs interlocuteurs comme étant insuffisant, si elles sont appelées à discuter de sentiments, à donner des preuves de sentiments, à distinguer entre des sentiments ... elles sont perdues. Leur vide intérieur est apparent. Leur statut non-humain est montré.

Le présentateur robot

Le faux présentateur est déjà une réalité en Chine, géant technologique en pointe face aux GAFAM états-uniens (Google Amazon Facebook Apple Microsoft) avec ses BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) qui tente de se doter des entreprises et des centres de recherche les plus pointus. Ne s'embarrassant pas avec l’éthique, l’agence de presse Xinhua (l'organe de presse du Parti communiste chinois qui emploie 10.000 personnes dans le pays) vient de donner la parole à l’antenne à un robot doté d’une Intelligence Artificielle plus vraie que nature, copie conforme (allure, mimiques et voix) d’un vrai présentateur, Zhang Zhao. 

La technologie utilisée est liée à une intelligence artificielle capable d’analyser la tonalité de la voix du présentateur et la restituer très fidèlement. Pour parfaire le tableau, des lèvres virtuelles se superposent à des images du vrai Zhang Zhao ! Son utilisation doit aboutir à une réduction des coûts, et permettre de traiter des informations de dernière minute de façon plus efficace, ce type de présentateurs travaillant 24h/24 en se passant de congés ... Cela a le mérite d'être clair et pas camouflé derrière un écran de fumée et un discours totalement hypocrite !

Cas pratique

Dans le cours d’une discussion s'intégrant dans l'expérience réalisée, un présumé anthropoïde a dit : " Vous heurtez mes sentiments. " Il lui était alors demandé d’identifier les déclarations exactes émise, et d’expliquer en quoi ces déclarations lui faisaient mal, en quel sentiment particulier elles se traduisaient. La réponse fut : " J’ai dit que vous heurtez mes sentiments. Je ne sais pas quoi dire d’autre. Vous m’attaquez ! "

A la question suivante " De quelle façon considérez-vous une requête de justification et de clarification comme étant une attaque ? ", il n'y eut point de réponse...

 

Aperçu général du profil anthropoïde psychopathe

L'expérience réalisée, le psychiatre Amos M. Gunsberg a établi les grandes caractéristiques de ce qui pourrait constituer l'hypothèse d'un anthropoïde psychopathe et non d'un être humain dans l'exercice du pouvoir.

1. Fait des déclarations sans justifications. Ces déclarations devraient être acceptées comme définissant ce qu’est la réalité. Elles s'établissent moment après moment, sans continuité dans la durée.

2. Ignore les demandes de fournir des bases avérées pour ses déclarations.

3. Se moque ou relativise l’importance que les êtres humains donnent aux faits, à l’honnêteté, à la décence, au fair-play.

4. N'est pas culpabilisé quant à l’usage du mensonge, de la tromperie etc. En rit, les adoubant par là-même.

5. Se plaint qu’il est " attaqué " dès qu’il est questionné. Ne donne pas d’explication à propos de ce qu’est " l’attaque " ou de ce qu'il ressent pour dire qu'il est attaqué.

6. Ne ressent pas de sentiments.

7. Voit le monde comme son hologramme privé.

8. S’applique à garder l’être humain " à sa vraie place ", c’est à dire celle de l’insignifiance.

Par extension, il découle de cette " psychologie " les éléments suivants.

Les Portails organiques ne comprennent pas la distinction établie par les êtres humains entre les notions de bien et de mal. Quand ils nous nuisent, ils ne comprennent pas pourquoi nous les appelons " diaboliques ". Ils ne comprennent pas pourquoi nous avons des lois contre le meurtre. Leur approche est la vantardise, jusqu'à moraliser sur le dos de leurs victimes.

Comme ils ne comprennent pas les raisons de telles lois, ils argumentent qu’ils ne peuvent pas être tenus pour responsables de leurs actions. Qui plus est, quand ils adoptent cette position que la loi ne s’applique pas à eux, ils savent que la loi est promulguée pour s’appliquer à tous. 

Ils n'éprouvent aucun remords, car ils ne se pensent pas comme promouvant le mal. Ils font simplement ce qu’il est dans leur condition de faire. Le serpent à sonnettes ne se pense pas comme étant le mal quand il injecte son poison. Il fait simplement ce qu’il est dans sa condition de faire ...

 

Dérive sanglante

Avertissement préalable : l'exposé qui suit pouvant choquer comme interpeller, sa lecture nécessite une grande prise de recul par rapport à sa vision du monde et de la nature humaine. Elle nécessite également de se garder de toute quête sensationnaliste. Il s'agit d'accepter de recevoir l'information en l'état, puis de prendre du recul et d'observer la manière dont elle participe d'une nouvelle prise de conscience.

 

Rappel du contexte

La gouvernance occulte prédatrice de 4ème dimension de nature extraterrestre, qualifiée d’archontique ou reptilienne, est une des races les plus puissantes du cosmos qui, pour sa partie entropique - les " mâles reptiliens " -, a pris la terre en otage par leur maîtrise des règles physiques gouvernant les polarités énergétiques. Elle est composée d’entités qui servent la polarité dite des Ténèbres (tout ce qui tend vers la densification), opposée à son pendant la polarité des Lumières (tout ce qui tend vers l'éther), toutes deux indispensables car complémentaires et indissociables au fonctionnement du Vivant, Ce Qui Est *. Pour sa survie, elle " prédate " par une technologie de prélèvement psycho-émotionnel la conscience des êtres humains dotés d’une âme *², conduit d’accès à l’Esprit universel, ce qui lui permet de récupérer une partie de l’énergie de La Source originelle, nécessaire à sa survie. Elle est relayée sur le plan terrestre tant par des " anthropoïdes " (humains sans âme) que des " humanoïdes " (humains avec âme), ces derniers ayant choisi de la servir, avec comme superviseurs de l'ensemble des êtres hybrides, mi humains mi entités reptiliennes (ainsi les géants Nephilims de la Bible), qui se trouvent quasi-exclusivement dans les grandes et vieilles familles aristocratiques *³, celles-ci au nombre symbolique de 12, servies par 9 intendants relais ...

* Cf. La dualité décodée.

Cf. Qu’est-ce que l’Homme ? & Le cheminement de l’Âme.

Cf. La nouvelle religion universelle.

L'atout majeur de cette force prédatrice est l'information, lui permettant le contrôle des consciences. Celui-ci passe ainsi par l'infiltration discrète de toutes les institutions gouvernantes comme occultes (loges maçonniques, Opus Déi, ...) par des relais si possible conscients de jouer un rôle orienté " Service de Soi " (servir ses intérêts personnels) - les " bourreaux " - et non orienté " Service d'Autrui ", ce qui garantit leur efficacité oppressante. De la même façon, elle s'assure par la manipulation de l'inconscient du contrôle des esprits des opposants dénonciateurs du système oppresseur - les " sauveurs " -, afin de créer les tensions nécessaires à leur prédation psycho-émotionnelle.

Tous ces acteurs sont les gardiens de la Matrice, autrement dit les kapos de la prison terrestre des " victimes " (l'ensemble de l'humanité y compris eux-mêmes), ce qui au demeurant valide l'existence d'une gouvernance occulte mondiale *, sans laquelle le système ne pourrait fonctionner - " la maintenance au quotidien ou service après-vente du système " -, compte-tenu de sa nature profonde ... Ce n'est qu'en s'extrayant de ce triangle " infernal " bourreau/victime/sauveur - dit triangle de Karpman en psychologie *² -, en se dissociant clairement de chacun de ces rôles, que l'être humain aspirant à l'évolution peut s'engager sur le chemin de sa transformation intérieure afin de changer de dimension de réalité et (re)devenir Qui Il Est vraiment *³.

* Cf. Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste & Le modèle pyramidal décodé.

Cf. Fonctionnement du corps biologique.

*³ Cf. Le chemin alchimique, Le chemin de l'Ascension & Processus de transformation de conscience (1).

L’information c’est le pouvoir

Quel était l’intérêt pour nos créateurs généticiens ancestraux dans les millénaires passés de dissimuler nos origines, notre véritable histoire et la réalité de notre civilisation, si ce n'est d'appliquer le principe universel bien connu de tous les gérants de foules depuis la nuit des temps qui veut que " l’information c’est le pouvoir ". Ceci explique que pour beaucoup d'êtres humains pourtant bien intentionnés, il est stupide sinon criminel de dévoiler ce qui devrait rester cacher, n'hésitant pas à dire avec leur sagesse empoisonnée : " Pourquoi donner de la confiture aux cochons ? ". C'est ainsi qu’autrefois comme encore de nos jours on ne dit jamais la vérité aux enfants, ou de manière édulcorée. Inventer une histoire à l’humanité, lui cachant son pouvoir, ses facultés, ses origines et son devenir, rend l’humanité plus docile. Aussi pour nos Maîtres reptiliens nous sommes comme ces enfants, qui devraient le rester toujours. Cette humanité qui travaille, produit, paie des impôts, vote, manifeste, pétitionne et fait la guerre, représente leur fonds de commerce comme leur nourriture énergétique, en d'autres termes un capital extraordinaire dont ils touchent les dividendes. Les causes du très mauvais état de la planète ne sont pas plus compliquées que ça : la perversion narcissique de nos dirigeants occultes. Et nous en sommes les complices actifs, n'hésitant pas à stipendier sinon bannir les contestataires et récalcitrants à l'ordre établi qui, même s'il ne nous convient pas, nous conduit à nous en accommoder, faute d'en avoir interrogé la pertinence des fondements établis.

 

La quête énergétique indispensable de survie

S'étant éloignée de La Source originelle pour servir les Ténèbres, la force archontique a un impérieux besoin vital d'assurer sa survie énergétique, compte-tenu des lois prévalant au fonctionnement du Vivant dans l'univers. Ceci passe par le prélèvement de la conscience des êtres humains pourvus d'une âme, qui bien que non éveillée recèle l'accès au champ divin. Il passe par la mise en place d'un grand champ de souffrances et d'excitations sensorielles de toutes sortes, assuré tant par les relais terrestres organisateurs et animateurs que par la prédation psycho-émotionnelle directe de chaque humanoïde.

Un aspect spécifique concerne les entités hybrides, mi humains mi reptiliens, qui ont un besoin vital de se régénérer compte-tenu de leur vécu dans le champ terrestre. Celui-ci passe par la captation de l'énergie se trouvant dans le sang et de l'énergie sexuelle. Il est à la base de tous les rituels dits de magie noire (ou satanistes), combinant " orgie sexuelle " et pédocriminalité avec sacrifices d'enfants ou adolescents, la jeunesse étant porteuse d'une pureté énergétique bien supérieure à l'adulte.

Le rituel du sang

Dans émotion nous entendons hémo, du grec ancien haîma, le sang qui coule en nous. Les émotions et leurs vibrations traduisent la manifestation de la vie, la manière dont nous les utilisons étant déterminante.

C’est à travers les rituels collectifs - à grande échelle comme en cénacles fermés - et ses invocations que l’énergie des membres est transférée vers l’égrégore supérieur pour le nourrir et lui donner puissance *. Leur caractère "magique " répond à deux finalités, soit positive - on parle alors de magie blanche -, soit négative - on parle alors de magie noire -. Sur le plan instinctif, les égrégores sont nourris par des rituels peu structurés, comme les cérémonies familiales (cadeaux, repas et libations...). Sur le plan émotionnel, le rituel le plus efficace est celui de la messe (on parle de " grand-messe " dans les entreprises et de meeting dans les partis politiques) et des grandes arènes du divertissement de masse (concerts, rencontres sportives). Il s’agit pour les dirigeants instigateurs d’augmenter le pouvoir de l’égrégore par le recours à des formules, prières, invocations, visualisation d’images, chaînes d’union…, dans le cadre d'un rituel très structuré, peu exigeant pour les participants qui fournissent l’énergie par leurs ventre et cœur, mais très exigeant pour les officiants qui la canalisent avant de la transmettre.

Le rite de sang a quant à lui toujours été considéré comme la solution la plus efficace pour accroître l’intensité du rituel et le transfert énergétique humain recherché. En effet, le sang est le liquide physiologique qui concentre l’énergie de la tête, puissance psychique, l’énergie du cœur, et la force du bassin par l'énergie sexuelle et l'énergie du ventre (des tripes). Siège des passions et des désirs, signe distinctif de la conscience animale, les soldats guerriers ont ainsi de tout temps été galvanisés lorsqu'il coule sur le champ de bataille. Le sang rouge est polarisé par le fer de Mars, et c'est sous l'impulsion du dieu nordique du tonnerre et de la guerre Thor, au chariot tiré par deux boucs *² et tenant un marteau menaçant, que le fer dans notre sang vient nous marteler les tempes ! Voici pourquoi le reptilien prédateur, dépourvu de toute transcendance intérieure pour se tourner vers La Source du Vivant, a tel un vampire assoiffé le besoin de s'en repaître.

* Cf. Le modèle pyramidal décodé.

En grec, bouc se dit tragos. Il symbolise une cérémonie qui mêle exaltation frénétique et répulsion, qui mélange sacré et barbare, afin d'affirmer par la dimension tragique la force vitale par-delà la mort.

Les témoignages de victimes comme participants, directs ou indirects, sont désormais incontestables car attestés, y compris liés à des opérations scientifiques secrètes sous égide étatique *. La magie noire sexuelle passe par des sévices comme des actes sexuels, qui par les états de détresse des individus (jeunes filles et garçons) constitués, contribuent sur le plan biologique à la fabrication d'hormones destinées à compenser la nature biologique constitutive dégénérée d'entités hybrides et à la régénérer afin d'éviter leur vieillissement prématuré. Ces productions hormonales liées à un état de stress sont en effet constitutives d'adrénaline densifiée et enrichie, que seules de jeunes personnes (y compris des bébés) sont en mesure de produire. A travers le rapport sexuel est ainsi transmise l'énergie de l'être innocent souffrant, ce qui traduit l'aspect démoniaque du rituel. Bien entendu s'établit la corrélation avec la torture et les sacrifices de tous temps des animaux, offerts aux dieux comme au fonctionnement de la civilisation humaine prédatrice (abattoirs, abattage halal, crabes ou écrevisses ébouillantées, tauromachie ...).

* Cf. Contrôle mental.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Fabrication hormonale sous stress

L'état d’alerte sous l’effet de l’adrénaline, " l’hormone guerrière ", a pour effet de mobiliser l’énergie disponible pour donner la force musculaire de combattre ou de fuir une situation menaçante. Ses effets sont instantanés, poumons, gorge et narines s’ouvrant pour laisser entrer plus d’air. Les sens s’aiguisent et les pupilles se dilatent, le corps se préparant à réagir devant un danger imminent, à attaquer au besoin. L’adrénaline n’agit pas seule. Quelques minutes après que sa production a été déclenchée, une autre hormone cruciale vient à sa rescousse, le cortisol, qui transforme les gras en sucre pour appuyer l’action de l’adrénaline. Les deux hormones travaillent ainsi de concert tout au long de la réaction au stress. Les effets physiologiques du cortisol sont considérables, mais pas perceptibles. C'est pourquoi elle est appelée " l’hormone espionne ".

C’est le cortisol qui prend les commandes pour que l’organisme réagisse au danger par la mobilisation de toute l’énergie contenue dans les sucres pour l’expédier à certains endroits précis (dans les muscles des bras par exemple). Pour une efficacité maximale, certains organes, comme ceux liés à la digestion, cessent de fonctionner. Même le système immunitaire est mis en veilleuse pour faciliter l’action du cortisol. Une fois la fin de l’état d’alerte lancée, le cortisol envoie un puissant message de faim au cerveau, question de compenser la perte d’énergie que le corps vient de subir. 

L’action des hormones du stress est une arme à double tranchant. Elles sont des alliées tant qu’elles permettent d’agir et de se défendre contre un danger imminent de types imprévisible, nouveau ou menaçant. Lorsque l'individu vit des tensions de façon répétitive, adrénaline et cortisol sont alors constamment sécrétées en grande quantité dans l’organisme. Le rythme cardiaque reste élevé, de même que la pression artérielle et le taux de sucre sanguin. Le corps doit alors renouveler constamment ses réserves d’énergie. Il en emmagasine donc, sous forme de tissus adipeux, autour de la taille, le cortisol étant sécrété par les glandes surrénales situées au-dessus des reins. Au besoin, il puisera dans ces graisses pour les transformer en sucre. Bien des grands stressés - la maladie du siècle - se retrouvent donc avec… une bedaine de stress.

Le dérèglement de notre mécanisme de défense en raison du déséquilibre dans la sécrétion des hormones du stress précède des maladies comme le diabète, l’obésité, les maladies cardiovasculaires et même la dépression. Il découle tant du bagage génétique que des facteurs de notre environnement. Qui plus est, une concentration excessive de cortisol affecte aussi le cerveau, pouvant à long terme être toxique pour les neurones (troubles de mémoire chez les personnes âgées et difficultés d’apprentissage chez les jeunes adultes). En outre, s’il est constamment sollicité, le mécanisme de protection risque de s’épuiser et le cortisol peut venir à manquer, ce qui peut mener à l’anxiété et à l’épuisement.

Les sacrifices humains et les offrandes aux dieux sont de très vieux concepts, qui existent depuis le début de l'histoire du monde dans toutes les civilisations qui se sont succédé. Ils ont été initiés par les groupes ayant progressivement perdu leur pouvoir spirituel, et qui ce faisant commencèrent à vénérer le soleil comme leur dieu (ainsi la dérive des innombrables cérémonies de sacrifices humains au nom du Dieu Soleil, notamment chez les Incas et les Aztèques). Ils font depuis l’objet de rituels occultes spécifiques qualifiés de satanistes, répondant à la conviction qu’en les contrôlant c’est le monde que l’on peut contrôler, ce qui est la raison d'être du système prédateur. C'est pourquoi toutes les mythologies du monde font état de sacrifices humains, et surtout de sacrifices d’enfants pour nourrir et apaiser les dieux. Ils constituent les fondements délétères des religions, qui ont été conçues pour manipuler le peuple par la peur et pour nourrir les entités reptiliennes asservissantes sur le plan psycho-émotionnel afin d'assurer leur survie. Cette manipulation est celle de l'inconscient, qui tel un programme informatique maintient l'être humain non éveillé dans un rôle d'esclave illusionné, par-delà son éventuelle réussite sociale purement matérialiste.

Ces entités se nourrissent également de sang humain de par leur nature hybride. Ce sont les lignées dites " Illuminatis " *, en l'occurrence des familles royales, aristocratiques, qui perdurent depuis la religion babylonienne. Elles possèdent en effet plus de gènes reptiliens que les autres humanoïdes et anthropoïdes. Supervisant et contrôlant la structuration et le fonctionnement du système sociétal terrestre établi, elles s'adonnent aux rituels sacrificiels pour assurer le renouvellement indispensable de leur vitalité compromise par leur nature hybride. Bien que ceci puisse choquer le fidèle croyant illusionné, nul ne s'étonnera des révélations en cours de pratiques pédocriminelles au sein de l’Église romaine *², religion où l’on mange symboliquement le corps du Christ et où l'on boit son sang. Comme d'habitude, c'est à une inversion des symboles que procède la religion babylonienne, en l'occurrence le message d’amour du Christ. Et si l’humanité est manipulée par la religion babylonienne, c’est qu’elle y a consenti ...

* Cf. La nouvelle religion universelle.

Cf. L’Église romaine décodée.

Image extraite du Codex Magliabechiano
Image extraite du Codex Magliabechiano

Rituels sacrificiels contemporains

Ces rituels sacrificiels ont pour fondement contemporain " la Loi de Thelema ", qui serait exprimée dans le Book of The Law (Liber AL vel Legis ou Livre de la Loi), " dictée " à Aleister Crowley (le mage noir) en 1904 en Égypte *. Ils ont été mis en œuvre par la secte Ordo Templi Orientis (O.T.O.), "Ordre du Temple de l'Est " ou " Ordre des Templiers Orientaux ", une organisation fraternelle et religieuse œuvre du chimiste Karl Kellner (1851/1905) et de Theodor Reuss (1855/1923). Sa structure est similaire à celle de la Franc-Maçonnerie, avec une série d'initiations à des grades successifs. L'O.T.O. comprend également l'Ecclesia Gnostica Catholica ou Église Gnostique Catholique, qui représente la branche religieuse de l'ordre, reconnue comme telle aux États-Unis depuis 1979. L'O.T.O. compterait 3000 membres dans 58 pays dont la moitié aux États-Unis. Elle a à sa tête un " Chef Visible de l’Ordre " (Outer Head of the Order), élu par les membres du Souverain Sanctuaire, soit les plus hauts grades.

De plus en plus émergent ce qui avait été dissimulé jusqu'alors, à savoir la pédocriminalité et les rituels qualifiés de sataniques qui lui sont associés. Ceux qui s’adonnent à cette activité criminelle utilisent les structures des sociétés occultes pour se dissimuler. Il y a des situations dans lesquelles des hommes très influents tuent des enfants au cours de rituels, et même si le grand public en réfute l'idée, leur confirmation est en cours à l'instar des cas de harcèlement sexuel qui se révèlent désormais de manière accélérée, notamment au sein de l’Église romaine qui ne peut plus endiguer ce que ses fidèles endoctrinés continuaient à farouchement nier jusqu'à récemment. En fait, le terme pédophile n’est pas approprié. Ceux qui tuent des enfants dans des rituels ne sont pas des gens qui " aiment " les enfants et qui veulent prendre du plaisir. Ce sont des gens qui pensent qu’il est nécessaire pour eux de sacrifier un enfant pour atteindre un objectif supérieur. Cela n’a rien à voir avec une satisfaction sexuelle. Il s’agit plutôt de la qualité du sang qui est disponible. Et le sang des enfants a plus d’énergie et une qualité plus pure *². C’est de la magie noire, du satanisme.

Cependant, la " mémoire du sang " s’affaiblissant et se brouillant au cours des siècles, ces lignages vampiriques ont peu à peu brisé leur cadre pour proposer leurs connaissances visant à " déifier " de manière luciférienne l’homme à d’autres initiables par d'autres méthodes, telles que réalisées à partir des os et des cendres, l’emploi de la semence humaine, le " mariage " avec les esprits élémentaires, des sacrifices d’animaux ... Dans tous ces cas de figure, ces individus sont " pilotés " par des forces interdimensionnelles à caractère entropique !

* Cf. La nouvelle religion universelle.

Les techniques d’éternelle jeunesse, des bains de sang de la comtesse hongroise Erszébet Bathory (1514/1614) et du compagnon d'armes de Jeanne d'Arc Gilles de Rais (1405/1440) aux rites des satanistes actuels ou des raëliens, démontrent sans contestation l'emprise de la force prédatrice sur leurs adeptes, qu'ils soient des entités hybrides, des anthropoïdes (portails organiques) et des humanoïdes ayant choisi de servir ces forces, consciemment ou par manipulation.

Le rituel d'inauguration du Nouvel Ordre Mondial 

L'inauguration le 1er juin 2016 du nouveau tunnel suisse du Saint-Gothard d'une longueur dépassant 57 km (coût de plus de 11 milliards d'euros pour 17 ans de travaux), symbole d'unification européenne, signe l’émergence du " monopole Illuminati " à venir. Pour la première fois sont dévoilés au monde entier, en présence de nombre de dignitaires du système (Angela Merkel, François Hollande, Matteo Renzi...), tous les symboles et rituels de son identité. Simple choix de création chorégraphique orchestré par le réalisateur allemand Volker Hesse argueront les serviteurs zélés ou les endormis du bulbe cervical, pour qui l'homme déguisé en bouc présidant l'étrange rituel ne pose aucun problème. Pour les autres, ils savent que l'élite occulte adore exhiber son agenda et la symbolique de sa philosophie par des manifestations spectaculaires, réminiscences de scènes ritualisées pratiquées dans les sociétés secrètes...

 


La réalité cachée de la prédation humaine

En France, pour les autorités comme les grands médias, les réseaux pédocriminels comme les réseaux satanistes n’existent pas. Comme le nuage de Tchernobyl, ils s’arrêtent à la frontière. Ils sont forcément du pur fantasme de conspirationnistes psychologiquement déséquilibrés ...

Pourtant, nombre d'enlèvements de mineurs inexpliqués sont constatés. C'est ainsi qu'en France environ 50 000 en moyenne sont recensés chaque année, dont une partie alimente sans aucun doute possible les réseaux pédocriminels. Nul ne s'étonnera alors de réseaux de rabatteurs de " chair fraîche ", comme semblent l'indiquer les affaires " Patrice Alègre " et " Émile Louis ", à l'instar des affaires " Marc Dutroux " en Belgique et " Jimmy Savile " au Royaume-Uni (photos 1 à 4) *. Derrière ces affaires de prétendus " pervers isolés " se cachent des réseaux impliquant notables comme élites politiques, de droite ou de gauche de ces pays, même si ces révélations sont édulcorées sinon étouffées tant par la justice que les médias aux ordres. Il convient de préciser que ce phénomène concerne toutes les couches de la société, même si la proportion d’élites pratiquant le satanisme est plus forte que dans le reste de la population.

Il en est ainsi partout ailleurs dans le monde, tout particulièrement aux États-Unis, qui voit par exemple l’affaire " Franklin " impliquer la famille Bush mais aussi de nombreux représentant Républicains et Démocrates (Cf. ci-dessous). Au moment de cette affaire, soit le milieu des années 90, certains observateurs aux États-Unis parlaient de véritable " épidémie d’abus sur les enfants ". Ainsi, selon l’American Association for Protecting Children, il était estimé qu’en 1987 2,2 millions d’enfants étaient abusés ou négligés, soit 225% d’augmentation en 10 ans et plus 48% depuis l’année précédente ! En parallèle, la proportion d’enfants touchés par diverses maladies mentales semblait avoir augmenté sensiblement elle aussi. Mais étrangement, on ne trouve jamais de preuve, d’autant plus qu’on part du principe que les témoignages concordants des enfants, même quand ils sont neuf à décrire la même chose ou même 460, ne constituent pas des preuves ...

* Il est à comprendre que si ces affaires de réseaux sont sorties dans la presse, c'est que le système prédateur y trouvait son intérêt. D'une part parce que les notables impliqués ne seront jamais inquiétés, sauf ceux destinés à être sacrifiés. D'autre part, parce la publication de ces affaires constitue des rituels dans le rituel : les marches blanches et autres rassemblements organisés en des endroits spécifiques (présence de monuments symboliques comme la statue du Christ sur la croix) contre la pédophilie qui ont suivi ont constitué de puissants égrégores émotionnels destinés à alimenter la prédation psychique ...

" Franklin ", la boîte à Pandore du dévoiement élitaire

L'affaire " Franklin " fait référence au Franklin Community Federal Credit Union, une institution financière fondée en 1968 afin d’aider les pauvres de la communauté noire à obtenir des crédits et établie à Omaha, ville de l'état du Nebraska. Elle mettait en cause un de ses anciens cadres, Lawrence E. King (photo 5) accusé d'importants détournements de fonds en novembre 1988. Il était un contributeur généreux et étoile montante du Parti républicain, qui entretenait des relations haut-placées dans le parti. Un magistrat fédéral décidera fort opportunément qu'il était psychiquement trop fragile pour supporter un jugement, au moment où des rumeurs persistantes faisaient état de trafic de drogue, d'abus sexuels sur mineurs, et que l'argent de la Franklin aurait servi à financer de la prostitution de mineurs dont certains provenaient d'orphelinats, et ce pour prodiguer des actes sexuels pour lesquels ils ont été rémunérés y compris par des politiques ... L'affaire connut un nouveau rebondissement en juin 1989 quand la première page du Washington Times titra " Homosexual Prostitution Inquiry ensnares VIPs with Reagan, Bush ", l'article prétendant que des personnalités officielles de l'administration de Ronald Reagan et de George Bush père étaient reliées à un réseau élaboré de prostitution masculine à Washington D.C, et rapportaient que deux de ses prostitués seraient entrés dans la Maison-Blanche tard dans la nuit. Les termes employés faisaient état " d'enlèvement, abus, et implications de mineurs dans des perversions sexuelles ". Les personnes-clés mises en cause étaient Craig J. Spence, un lobbyiste républicain basé à Washington D.C., qui se suicida dans le courant de l'année, et Lawrence King, accusé d'abus de jeunes garçons de Boys Town (5.000 enfants y vivaient dans les années 80) et du Webb child care, des foyers d'accueil pour jeunes en difficulté d'Omaha.

En janvier 1990, l'organe législatif du Nebraska constitua un comité spécial d'enquête sur ces allégations, puis dans la foulée le procureur général de l'État appela à la création d'un grand jury pour examiner le cas, avec à sa tête un ancien juge de district, alors retraité. Le 23 juillet 1990, après avoir entendu plusieurs heures de témoignage, le grand jury - dont les débats étaient secrets et de ce fait non contradictoires - balaya les allégations concernant l'abus sexuel sur enfants, qualifiant les accusations de " canular particulièrement subtil et soigneusement préparé " et répandu par une ou des personnes avec une connaissance considérable des personnes et des institutions d'Omaha, mais sans les avoir identifiées ... Le jury déclara aussi qu'ils " n'ont trouvé aucune preuve de viol d'enfant, de leur transport par l'autoroute de trafic de drogue ou d'implication dans un réseau pornographique ". Le président du comité spécial d'enquête qualifia ce rapport d'" étrange document ", d'autant qu'un enquêteur privé mandaté en août 1989 par le comité d’enquête avait établi une liste de dizaines d’anciens pensionnaires de Boys Town disant avoir été victimes d’exploitation sexuelle. Quant à Lauwrence King, il fut en juin 1991 reconnu coupable de conspiration, de détournement de fonds (l'argent servait à acheter des politiques pour assurer sa carrière et à acheter le silence de certaines victimes) et de falsification de comptes, et condamné à 15 ans de prison (libéré le 10 avril 2001, après cinq années de détention ...).

En 1993, la chaîne de télévision britannique Yorkshire Television envoya une équipe dans le Nebraska pour lancer sa propre enquête. Intitulé Conspiracy of Silence (" La Conspiration du silence "), elle devait être diffusée en partenariat avec un diffuseur états-unien dans tout le pays le 3 mai 1994. L'annonce en parut dans le TV Guide ainsi que dans les journaux. Mais à la dernière minute et sans explications, il ne fut pas diffusé ce jour-là ni jamais (ses droits ont été rachetés afin que le documentaire ne soit jamais diffusé). Il peut par contre être visionné sur internet.

Chose encore plus étrange, un plaignant ancienne victime (Paul A. Bonacci) gagna un jugement en février 1999 dans un procès civil contre Lawrence King, l'accusant de kidnapping, de domination mentale et de viol dans le cadre d'un rituel sataniste *, ainsi que de blessures physiques et psychologiques. Le juge ne fonda pas son jugement sur ses accusations, mais le définit par rapport à l'absence à son procès de l'accusé, ce dernier purgeant déjà, au moment de la poursuite, sa peine de prison de 15 ans commencée depuis juin 1996 (selon le grand jury, le psychiatre qui a examiné Bonacci a dit qu’il ne peut pas dire la vérité en raison de son trouble de personnalités multiples. Cependant le psy n’est pas venu témoigner devant ledit grand jury ...).

Compte-tenu que de nombreuses questions sont restées ouvertes et continuent d'alimenter des spéculations, des investigations menées en marge de l'enquête officielle tronquée établissent bel et bien que King avait créé un réseau de prostitution avec des enfants venus de foyers et orphelinats. Le but premier était de corrompre des politiques bien placés, des avocats, des magistrats, des hommes d’affaires, des journalistes, des flics ... autant de personnes qui pouvaient lui servir politiquement ou investir dans le Credit Union dont il détournait l'argent. Certains aimaient ces partouzes pédophiles (avec scènes de viols et de tortures comme des brûlures avec cigarettes), et n'hésitaient pas à demander de la drogue et des enfants. Pour les autres, qui se laissaient appâter, ils lui permettaient d'exercer à leur encontre un chantage, rien de tel qu’une bonne photo compromettante les montrant en train de sodomiser un enfant ...

Comme l'a indiqué l'ancien sénateur du Nébraska DeCamp dans son mémorandum de 1989 *², le FBI, en sabotant l’enquête, a voulu surtout couvrir des personnes très haut placées, le nom de Georges Bush n'étant pas le moindre tel qu'avancé par des témoins comme Nelly Patterson ... Qui plus est, une partie de l'argent détourné par King aurait servi à financer des opérations secrètes de la CIA, comme en Iran. Inutile de préciser que nombre de témoins de l’affaire, des victimes comme des parents, ont fait l'objet d'intimidations, y compris de la part des membres du " grand " jury, et que nombre de questions pourtant essentielles ne furent jamais posées quant au déroulement des faits. Les pressions ont si bien fonctionné que pas moins de 76 victimes potentielles sont revenues sur leurs propos, ou bien ont carrément refusé de participer à l'enquête, une   campagne de décrédibilisation des témoins ayant été également mené dans les médias locaux, notamment le Omaha World Herald dont le propriétaire faisait partie des élites participantes ... Ses journalistes aux ordres n’ont jamais cherché aucune confirmation de ces témoignages, se contentant de dire que tout était faux. De leur côté, plusieurs enquêteurs qui travaillaient sur cette affaire ont été menacés ou ont vu leurs véhicules sabotés.

* Il y évoque (avec d'autres témoins) des rituels, surtout à la période de Noël (allusion à la naissance de l'enfant Jésus) au cours desquels des bébés ou de très jeunes enfants étaient assassinés après avoir été violés, d'autres qui étaient aspergés d’essence et jetés au feu, dont certains avaient lieu dans un camp de l’armée US (l’Offutt US Air Force Base près d’Omaha où sont les quartiers du Strategic Air Command). Il décrit notamment une scène où un bébé de deux ans est d’abord violé par sa mère, qui semblait croire dans le culte même si elle était droguée, avant d’être tué. Les adultes ont ensuite récupéré le sang du bébé, et l’ont mis dans un calice qu’ils ont fait circuler. Enfin, le bébé a été démembré, et les adultes ont mangé sa chair et ses yeux. Bonacci a aussi évoqué des actes nécrophiles qu’il a été forcé de commettre sur un garçon qui venait de recevoir une balle dans la tête. Un autre témoignage d'une jeune fille évoque le meurtre d’un petit garçon sacrifié, dont on l’a obligée ainsi que d’autres fillettes présentes à manger des morceaux.

Mémorandum de John deCamp, ancien sénateur du Nebraska, qui résume le scandale " Franklin " et désigne nommément cinq figures centrales dans l'enquête. Le mémo de 1989 est édité en livre en 1992, publié sous le titre " The Franklin Cover-up: Child Abuse, Satanism, and Murder in Nebraska " (photo 6), complété et réédité en 2006. Voir également le livre de Nick Bryant " The Franklin Scandal: A Story of Powerbrokers, Child Abuse & Betrayal " (2009).

L’école maternelle Mc Martin, ou le " syndrome des faux souvenirs "

Cette affaire débute en août 1983, quand une mère de famille d'un enfant de trois ans de l'école maternelle " la McMartin preschool " située à Manhattan Beach dans la banlieue de Los Angeles appelle la police, pensant que son fils y a été violé. L'enquête officielle va déboucher sur l'absence de tout élément à charge, relayée par les médias, alors même que 90% de la population locale était convaincue de la réalité des abus sexuels sur les enfants de cette maternelle (et d’autres). Qui plus est, elle veut que la mère soit mentalement dérangée, alcoolique et suicidaire (ses proches ne lui ont pourtant jamais connu de problème d’alcool ni de trouble mental avant d’apprendre ce qui était arrivé à son fils). Celle-ci va d'ailleurs décéder prématurément, à cause de l’alcool auquel elle était allergique, alors que le procès était toujours en cours. Pourtant les examens médico légaux effectués par des spécialistes du Children's Institute International (CII) à l’université de Californie ont confirmé les dires de l'enfant, qui déclarait avoir été abusé dans des tunnels situés sous l’école *, notamment par le fils de la directrice et petit-fils de la fondatrice de l’école, qui travaillait là à mi-temps en tant qu’aide scolaire. Et c’est parce qu’il était rentré de l’école avec l’anus enflammé que sa mère avait réagi, la thèse officielle disant que, devenue obsédée par l’anus de son fils, elle l’a poussé à parler de choses qu’il n’avait pas vécues ...

C’est à se demander pourquoi une enquête a été ouverte à ce sujet, pourquoi la police a réuni les parents d’élèves pour leur demander de voir si leurs enfants auraient pu être victimes, et pourquoi une dizaine d’écoles du coin ont été perquisitionnées dans la foulée, et quatre fermées. Mais pour les médias, c'est à ce moment que les parents ont commencé à parler de ces viols qui n’existaient pas, ce qui s’est transformé en délire collectif et en " chasse aux sorcières ". Quant aux spécialistes de l’université de Californie, ils ont été accusés d'avoir induit les réponses. Sur les 400 gamins auditionnés, 80% d’entre eux avaient déclaré avoir subi des abus sexuels. Mais sur ces 360 enfants, seulement 11 ont été entendus lors du procès. Il se termina avec l'intervention d’éminent spécialistes *², tels que Richard Gardner de l’université de Columbia, chantre du Syndrome des Faux Souvenirs et du Syndrome d’Aliénation Parentale, disant que les psys qui avaient interrogé les enfants leur avaient induits des souvenirs ... Comme pour l'affaire d'Outreau en France, cette affaire est devenue un cas d’école de la dérive qui survient quand on cautionne la parole des enfants.  Sauf que de nombreux éléments laissent penser que les enfants ne racontaient pas des histoires, même s’ils pouvaient en avoir l’air ...

* Lorsque l’école a été revendue en avril 1990, une équipe de scientifiques a sondé le sol, ce qui a permis de constater des remblais ou des tassements de terre anormaux. L’équipe a donc trouvé sous la terre exactement ce que les enfants avaient décrit.

Ainsi l'association " False Memory Syndrome Foundation " créée en 1992, reconnue d’utilité publique, dotée d’un service de communication bien rôdé, et destinée à promouvoir la notion absolument pas scientifique de " Syndrome des faux souvenirs " à grand renforts d’interventions médiatiques. 

Si on aimerait croire à la version officielle récusant le crédit de la parole des enfants sans se poser de questions, de nombreux éléments amènent cependant à relativiser la " vérité judiciaire ". Car la McMartin preschool, tout comme d'autres écoles maternelles * aux États-Unis, apparaît bel et bien comme un pivot de très grands réseaux de prostitution comme de pornographie enfantine, dont les activités semblent protégées et couvertes par un certain nombre de fonctionnaires locaux, provinciaux et fédéraux. Il en serait de même selon les témoignages d'enfants recueillis depuis cette affaire d'églises, de morgues, diverses habitations, de fermes, de bureaux médicaux, de crèches et autres endroits comme des entreprises. Certains disent avoir été forcés de participer au sacrifice d’animaux mais aussi de bébés et d’autres enfants, d'avoir été obligés de boire leur sang, de poignarder des bébés ou d’assister à leur décapitation, de manger la chair de cadavres. Certains ont été mis dans des cercueils avec les cadavres mutilés. On les a soumis à des pratiques nécrophiles, scatologiques, zoophiles. Ils parlent de viols et sodomies avec des bâtons, avec parfois des adultes habillés de robes noires et chantant en cercle autour d’eux.

Ces éléments ressemblent beaucoup à ce qu’ont décrit d’autres enfants en Europe comme en France. Le complot des psys qui insufflent les faux souvenirs doit être au moins mondial ... D'ailleurs, dès février 1985, nombre de policiers savaient que les abus rituels étaient une réalité, l’un d’entre eux, l’officier Sandi Gallant de la police de San Francisco, ayant réalisé un rapport sur le sujet en recensant de nombreux cas à travers les États-Unis et au Canada, où le phénomène semblait se développer aussi. Mais ce rapport destiné à l'Attorney general (procureur) de Californie n’a jamais été transmis au FBI, et le ministère de la Justice a également refusé de l’examiner ...

* En 1988, une étude intitulée " sexual abuse in day care : a national study " (abus sexuels dans les maternelles : une étude nationale) porte sur 270 cas d’abus sexuels dans des crèches et maternelles, concernant 1.639 victimes. Selon les spécialistes qui ont rédigé l’étude, les abus rituels sont évoqués dans 13% des cas. Ils ont également calculé que sur l’ensemble des cas d’abus sexuels sur les enfants connus par la police, seuls 23% des pédocriminels potentiels sont condamnés à de la prison.

La " gravité spirituelle " des traumas

Dans la mesure où le corps humain détient une constellation de modules ou mécanismes de mémoires-programmes (ces " petits-moi " seraient au nombre de 987 selon l'historien russe Boris Mouravieff dans son ouvrage Gnôsis tome 2) qui déterminent notre perception, notre forme physique et notre personnalité, ceux-ci déterminent tout naturellement notre " monde " et par-là même notre destinée. C'est pourquoi cette dissociation psychologique que constitue un trauma, autrement dit une disharmonie (blessure), est constitutive par la répercussion psychique de l'onde de choc d'alter, soit la création d'un vide dans la mémoire occupé par l'esprit du trauma, celui-ci attirant les entités du corpus prédateur en raison du principe de sympathie *, et qui peuvent ainsi résonner avec nos problèmes sous forme de dépression ou d'angoisses. Renforçant notre monde subjectif afin de se nourrir, elles amplifient notre propension apparemment innée à nous illusionner nous-même, ces influences mutuelles s'inscrivant ainsi dans un espace-temps se confondant alors qu'il est différent (3-D pour les humains, 4-D pour les entités involutives). De ce fait, les traumas figent une dimension de temps dans le Temps du Rêve (le temps fractal du " kairos ") qui n'est pas linéaire *². Cette vulnérabilité aux esprits/entités prédatrices et à leurs forces psychiques découle de l'affaiblissement de la barrière éthérique protectrice. C'est ainsi qu'un être blessé ouvre une porte, comme par exemple la culpabilité d'un animal tué voyant l'esprit de ce dernier venir se loger en compensation de la perte de son corps ... A l'inverse, il ne peut y avoir d'intrusion si l'Unité originelle n'est pas brisée.

Comme certaines fonctions sont liées à ces fragments dissociés, chaque fragment perdu voit la fonction effacée (capacité à faire confiance, à aimer, à s'amuser ...). Seule la réintégration de ces fragments fait réapparaître les capacités qui leur sont associées, tout en éliminant les symptômes pathologiques tel que le symptôme de stress post-traumatique. Nul ne s'étonnera alors que la répétition de traumas fragmente littéralement la personnalité et par-là même la réalité perçue, l'individu alternant entre différents mécanismes d'adaptation à la réalité. Elle est constitutive du trouble de personnalité multiple, tout commençant par une première scission de la volonté (la dissociation).

* Il est constitutif de ligands sur le plan anatomique, soit des molécules qui agissent de manière chimique sur les récepteurs cellulaires. Les traumas entraînent de ce fait des ligands semi-physiques de substitution venant combler une partie manquante de l'être, obscurcie en raison de la souffrance qui lui est associée.

Cf. Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ?

Programmation de la psyché par le Trouble Dissociatif de l'identité

Le processus dissociatif est la clé de voûte pour la programmation de la psyché. Cet état modifié de conscience est provoqué par une violente ouverture psychique et spirituelle, l'enfant qui en est victime étant incité à échapper à la douleur ressentie en se dissociant, comme s'il traversait un miroir lui permettant de s'échapper d'une situation insupportable en accédant à d'autres dimensions d'être. La dissociation face à un traumatisme extrême comme une menace de mort évidente se manifeste paradoxalement par un calme soudain et surprenant avec une absence de peur et de douleur, et ce quelle que soit la gravité de la violence. C'est le résultat neurochimique du processus dissociatif. Dans cet état, la victime devient alors intensément concentrée, développant une hyper acuité sensorielle, une rapidité mentale et une sorte d'expansion de la notion du temps. Dans un tel état dissocié et hypnotique, l'enfant devient alors hyper réceptif à l'apprentissage et à la programmation. C'est cet "alter " qui fait l'objet de la programmation. Quant au trauma refoulé dans l'inconscient, il nourrit par sa souffrance le système prédateur vorace.

C'est pourquoi par le traumatisme qu’ils provoquent les rituels dits sataniques jouent un rôle très important dans la fragmentation de l’esprit et dans la création de ces " alter " ou personnalité multiple. Le rituel satanique est de ce fait associé aux programmes de contrôle mental *.

Plus une victime de contrôle mental est traumatisée jeune, mieux son esprit sera programmable. Cela explique que dans ces familles "sataniques" que d'aucuns qualifient d'" illuminatis ", les enfants sont soumis à des sévices physiques et sexuels dès leur plus jeune âge, leur esprit étant fragmenté en des centaines de personnalité ou alter programmés par l’invocation d’entités du bas astral qui vont posséder la victime, et/ou par l’utilisation de drogues et d’hypnose.

C’est ce qui explique au demeurant que la psychiatrie comme la psychologie cognitive faisant appel à l'hypnose peuvent, derrière leur apparence, être liées à des manipulations prédatrices de leurs praticiens plus ou moins conscients. Les hospitalisations en milieu psychiatrique constituent ainsi une manière habile de (re)mettre sous contrôle tel ou tel individu présentant un intérêt ou un risque pour le système ... Tous les médicaments psychiatriques - anxiolytiques et autre antidépresseurs - sont non seulement inefficaces mais dangereux, leur seul but étant de programmer les êtres humains et de détruire le lien entre leur âme et le champ de l'Esprit universel qu'exprime leur aura. Aujourd’hui, grâce à l’utilisation de technologies satellitaires, d’antidépresseurs, de l’internet et de la télévision, on peut dire que 100% des êtres humains sont plus ou moins sous contrôle mental selon leur compréhension du fonctionnement de la Matrice *², 10% étant sous contrôle mental total, leur esprit étant totalement fragmenté (ce qui est le cas de la plupart des hommes politiques, des stars de cinéma et du divertissement musical, et des gourous enseignants du New Age).

* Cf. Contrôle mental.

Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante.

Aujourd’hui aux États-Unis, de nombreux " survivants " des abus sexuels rituels se sont exprimés. Ils ont créé des blogs, des sites web, témoigné à la télé, dans les journaux, lors de conférences, mis en place des associations d’aide aux victimes de ces abus qui souffrent souvent de divers problèmes tels que les personnalités multiples *. Et souvent, ces victimes parlent des mêmes choses : des expérimentations " médicales " (certaines victimes en France parlent de cela aussi), des manipulations mentales, notamment via des chocs psychiques, d’actes de torture, de meurtres rituels. Des personnalités politiques et locales sont mentionnées également. Beaucoup de ces victimes disent avoir voyagé en avion pour se rendre dans les partouzes, y compris dans de hauts lieux du pouvoir, beaucoup étant entrées dans le système parce que leur famille y était et les a fait grandir dedans. Les témoignages ne cessent de s’accumuler. Pourtant, les grands médias - à de rares exceptions - et la Justice continuent à l’ignorer.

S'il est impossible d'accéder à la vérité par le canal officiel, la pensée unique dispensée par les autorités et le " mainstream " médiatique consistent à pointer du doigt l'" hystérie satanique ", s'attachant à maintenir la chape de plomb sur cette sordide réalité. La règle dans ces enterrements judiciaires est de ne pas prendre en compte ce que disent les victimes, qui sont aussi les seuls témoins, parce qu'elles ont l’énorme désavantage de n’être que des enfants. Et si des psys cautionnent leur parole, d'autres spécialistes se chargent de décrédibiliser les experts et les victimes. Après, on met de côté les preuves médico légales – quand elles existent -, et l’affaire est bouclée, à l'image de l'Ouroboros, symbole de la Matrice dévoyée.

* Une étude menée par l’American Psychological Association a montré que 12% des membres avaient déjà eu à traiter des cas d’abus sexuels rituels. De fait, il semble que très souvent les victimes viennent consulter pour une dépression. Au fil de la thérapie, les souvenirs d’abus sexuels sataniques reviennent à la mémoire des personnes. Mais il est très difficile de les prouver des années après les faits, d'autant quand les victimes sont encore sous influence, ce qui ne semble pas rare du tout.

Pédocriminalité en France : l'accablant rapport de l’ONU

Le Rapporteur spécial sur la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie impliquant des enfants, Juan Miguel Petit, a remis le 14 Octobre 2003 un rapport portant sur son enquête réalisée en 2002 en France. Particulièrement salé, il révèle l’existence de liens très étroits entre des individus impliqués dans la pornographie et, dans certains cas, des membres du corps judiciaire ou des individus occupant de hautes fonctions dans l’administration publique ... Nombre d’adultes concernés avaient des relations sociales très influentes. Le rapporteur insiste en particulier sur la manière dont sont réalisées les procédures judiciaires visant à protéger les enfants des auteurs présumés des abus, sur la négation de ce phénomène par ces autorités en charge, sur les allégations selon lesquelles les personnes qui tentent de mettre les victimes à l’abri de nouveaux sévices sexuels se trouvent parfois en butte à des sanctions disciplinaires, civiles ou pénales, et sur la nature jugée incomplète et partiale des enquêtes menées à l’encontre des auteurs présumés de sévices.

Ce rapport passé quasiment sous silence par l'establishment médiatique mainstream éclaire sous un autre angle le travail des activistes

Stan Maillaud et Janett Seemann dans leur lutte contre la pédocriminalité, et présentés comme des hors-la-loi sinon comme de dangereux complotistes ...

Les dérives pédophiles de l’Église romaine

Depuis 2009 ne cessent chaque année d'être révélées les dérives de certains ecclésiastiques quant à des pratiques pédophiles, et à ce titre criminel, qui pendant très longtemps ont été couvertes par le silence des autorités tant locales que vaticanes, et le déni des fidèles illusionnés*.

C'est ainsi qu'en août 2018 les services du procureur de Pennsylvanie ont publié les résultats d'une enquête mettant au jour des abus sexuels qui ont été perpétrés par plus de 300 " prêtres prédateurs " et couverts par l'église catholique de cet État portant sur au moins mille enfants et adolescents, quasiment tous ces cas étant prescrits et ne pouvant de ce fait être poursuivis pénalement.

Le rapport évoque des agressions sexuelles sur des enfants qui avaient moins de dix ans, dont le cas d'un prêtre ayant abusé de cinq sœurs, la plus jeune n'ayant que 18 mois au début des faits présumés, et celui d'un autre ayant admis avoir violé au moins 15 garçons, dont un de 7 ans. Un troisième prêtre conservait de l'urine, des poils pubiens et du sang des règles des fillettes dont il abusait à son domicile.

Cette révélation n'est que la partie immergée de l'iceberg, l'organisation Bishop Accountability qui trace les abus au sein de l’Église romaine établissant que 6.721 prêtres ont été accusés d'abus sexuels aux États-Unis pour des faits présumés inclus dans la période allant de 1950 à 2016. La même association estime à 18.565 le nombre d'enfants victimes de ces agissements.

* Cf. L’Église romaine décodée.

Ces réseaux pédocriminels et satanistes n'existent en fait que parce que nous y consentons ! En effet, en donnant notre pouvoir à ces prédateurs psychopathes - ainsi par le vote -, nous nourrissons l'égrégore qui nous manipule et nous asservit. En d'autres termes, et quoi que ceci puisse choquer l'esprit embrumé, ces réseaux existent parce que l’humanité a consenti à être satanique, tant par ignorance que par complicité tacite. Aucune manipulation ne peut se faire directement ou indirectement sans le consentement de la personne manipulée, que ce consentement soit obtenu de manière directe ou par ruse. Illusionnés par les hochets matérialistes (course au pouvoir, à l'argent, aux honneurs, aux artifices * ...) proposés par les entités prédatrices et leurs représentants terrestres, nous avons épousé leur mode de fonctionnement involutif et en payons le prix. Inutile alors de nous plaindre, puisque nous continuons à jouer à l'envers au jeu de la Vie par notre égo enflammé, dévoyé et piégé. Les rituels sataniques ne sont ainsi que les extrêmes de notre propre prédation, celle qui consiste à juger, accuser et condamner celui/celle qui ne nous convient pas, pour ses opinions et traits spécifiques qui ne nous conviennent pas. Il/elle n'est pourtant que l'effet miroir de notre incapacité à aimer le Tout, à célébrer le Vivant, non la mort de la conscience ...

* Ainsi la fête de Halloween et ses farces et attrapes qui représentent le démon et la mort. Présentée comme une fête pour les enfants, elle traduit la facilité du système prédateur à manipuler les " braves " gens en logeant dans leur inconscient sous forme d'archétypes inoffensifs les germes mêmes de leur adhésion à la Matrice entropique. 

Bibliographie

Colin A. Ross, " Breaking the Circle of Satanic Ritual Abuse - Principles of Treatment ".

Daniel Rider, " Breaking the Circle of Satanic Ritual Abuse : Recognizing and Recovering  from the Hidden Trauma " (1992).

 

 


Ferments du satanisme contemporain

L'anglais Aleister Crowley (1875/1947) - photo 1) est considéré par beaucoup comme le fondateur du Satanisme moderne. Il aimait en effet tout particulièrement se faire passer pour l'Antéchrist de la fin des temps. Il a construit son enseignement sur la lecture de l'Apocalypse de Jean, tout particulièrement sur sa description de la fin du monde, voyant le triomphe de Babylone, la putain sacrée habillée de vêtements pourpres et écarlates, et la sortie de la mer de la " bête 666 ", l'animal avec lequel il aimait s'identifier. Il s'initia aux pratiques occultes au sein de la société secrète de la Golden Dawn (Aube Dorée), tout comme aux traditions ésotériques orientales comme le bouddhisme, le taoïsme et le yoga.

Il a écrit dix ouvrages de magie et d'occultisme, et fondé en 1907 l'ordre AA (Argenteum Astrum/L'étoile dorée), au sein duquel étaient enseignées surtout des pratiques de magie sexuelle.

Il crée en 1944 l’Ordo Templi Orientis (O.T.O. - image 2), ou " Ordre du Temple de l'Est " ou encore " Ordre des Templiers Orientaux ", une organisation délibérément satanique basée sur les principes et la Loi de Thelema, qui est exprimée par la phrase : " Fais ce que tu veux sera le tout de la loi ". Cette loi aurait été établie par le Book Of The Law (Liber AL vel Legis ou Livre de la Loi - image 3) *, dictée à Aleister Crowley en 1904 au Caire en Égypte par l'entité Aïwass. 

Il est incontestablement le magicien noir le plus populaire à Hollywood et dans l'industrie de la musique, ayant contribué aux messages subliminaux qu'elle diffuse dans nombre de ses courants rock/rap/hip hop qui ont caractérisé les 50's, 60's, 70's, 80's, 90's , et désormais les années 2000 avec les icônes s'en revendiquant *². Parmi ses admirateurs, le chanteur aux allures longtemps ambiguës de dandy androgyne, David Bowie (imitant son maître en photo 3), compagnon de route du leader des Rolling Stones, Mick Jagger (photo 4), Jimmy Page du groupe Led Zeppelin, Genesis P-Orridge, Jimi Hendrix, Ozzy Osbourne (qui lui a dédié un morceau hommage, " Mr. Crowley "), Jaz Coleman chanteur de Killing Joke, ainsi que les groupes Tool, Iron Maiden, Ministry, Coil, Throbbing Gristle, Psychic TV, Current 93, Cradle of Filth, yelworC (Crowley écrit à l'envers, groupe de dark wave), Christian Death, Fields of the Nephilim. Quant aux Beatles, son visage apparait sur la pochette de leur album Sergeant Pepper's Lonely Hearts Club Band (image 5) ... Nul(le) ne s'étonnera du nombre élevé de suicides chez les jeunes individus, dont la particularité était l'écoute de ces musiques célébrant à leur manière la Mort de la conscience ...

* Les écrits du " Livre de la Loi " sont connus pour avoir directement influencés Hitler.

Cf. Contrôle mental & Symbolisme et artifices de la Matrice.

Thelema

Thelema est la traduction du nom grec ancien " volonté ", dérivé du verbe vouloir, désirer. Thelema est également une philosophie de vie fictive décrite par François Rabelais dans ses livres Gargantua et Pantagruel, dont l'essence était résumée par la phrase " fay çe que vouldras ". Elle inspira Aleister Crowley en 1904 lorsqu'il écrit Book Of The Law. Thelema devient alors la marque du système philosophique satanique et païen, comprenant des idées dérivées de l'occultisme, du Yoga et du mysticisme oriental et occidental.

Ce livre établit une triade cosmologique, dérivée de l'ancienne mythologie égyptienne qui préside à chacun des trois chapitres du Livre. La première entité est Nuit, la Déesse de la Voûte Étoilée, puis Hadit, et enfin Ra-Hoor-Khuit (Horus), le dieu à tête de faucon. Les autres idoles de pierre et de bois qui dérivent du système de Thelema sont :

- Babalon : la Femme Écarlate (référence explicite à la " putain ", qualificatif de la Babylone antique dévoyée) ;

- Chaos : la force universelle ;

- Baphomet : le Serpent et le Lion, l'énergie créatrice matérialisée (détournement du véritable sens du Baphomet des Templiers) ;

- Aiwass : l'entité extra-dimensionnelle qui a dicté à Crowley le Liber Al vel Legis ;

- Ankh-Af-An-Khonsu : un prêtre qui a vécu à Thèbes pendant la 25ème dynastie en Égypte, vers - 725.

La base du système satanique est souvent être résumée par ces deux phrases, qui servent également de signature aux Thélémites (principalement au sein de l'Ordo Templi Orientis) : " Fais ce que tu veux sera le tout de la Loi " (Liber AL I:40) et  " Il n'y a d'autre Loi que Fais ce que tu veux " (Liber AL III:60).

Thelema met l'accent sur la liberté individuelle dans la responsabilité et la discipline satanique. Pour chaque personne s'en revendiquant, il s'agit de vivre selon sa propre loi, c'est-à-dire vivre selon la manière que l'on désire, travailler, jouer et se reposer comme et quand on le veut, mourir quand et comme on le veut, manger et boire ce que l'on veut, vivre où l'on veut, parler, écrire, se vêtir, aimer, peindre comme on le veut. Le Liber Oz ajoute le droit de tuer ceux qui s'opposent à la volonté et à la liberté.

Aiwass

L'entité alien nommée Aiwass est d'après Crowley celle qui lui a dicté pendant son séjour en Égypte en avril 1904 le contenu de son ouvrage Book Of The Law. La représentation qu'il en a faite (image 1) n'est pas sans rappeler la forme des entités extra-dimensionnelles nommées Gris (image 2) telle que rapportée sinon photographiée par les ufologues *. Son évolution visuelle signifie la prégnance en cours du transhumanisme, qui voit la technologie et l'Intelligence artificielle supplanter de plus en plus le pouvoir créateur de l'être humain par sa connexion au Soi supérieur lumineux. C'est le monde des ténèbres de l'inconscient qui, caché derrière les mirages de l'apport technologique, indique à la civilisation humaine sa destinée entropique *² ...

* Cf. Vérité civilisationnelle.

Cf. Prophétie du changement & Fin de cycle (2) La guidance éclairée de sa vie.


Face à cette réalité, il est à comprendre que dans l'univers quantique, " l'obscurité " - le non visible - et " la lumière " - le visible-, soit les deux polarités de la dualité *, reçoivent exactement la même dose d'énergie de la part de La Source. Si le mouvement New Age sublime de son côté la croyance que tout est amour, paix, lumière ..., le mouvement " sataniste ", son pendant, prône l'opposé : l'ombre, l'horreur, la terreur ... Et ces deux courants de pensées ont bien entendu leur raison d'être dans la psyché humaine afin de parachever l'équilibre dans les schémas de pensée qui entretiennent ce monde de dualité.

En cette fin de cycle civilisationnel *², l'effet de l'énergie cosmique étant accentuée, les croyances New Age deviennent de plus en plus populaires, tout comme les pratiques " satanistes " viennent rappeler dans la psyché de l'être humain que l'ombre existe aussi et ne doit pas être rejetée. Elles viennent donc rétablir cet " oubli ", en se présentant au grand jour, afin de rééquilibrer dans la psyché nos propres croyances duelles.

Ainsi les rituels sataniques révélés intentionnellement au public constituent la représentation symbolique de l'ombre, du mal, du déséquilibre, que l'humanité a générés tout au long de son incarnation sous la coupe de la force archontique asservissante, et qui se révèlent à elle, en cette fin des temps, en devenant " son miroir ". Ces rituels sont à l'image du karma *³ non visité que beaucoup transportent encore dans leurs champs d'énergie et que leurs egos apeurés se refusent de visiter. Les Maîtres de la lumière sombre sont les ambassadeurs de l'égrégore collectif égotique que l'humanité transporte encore de nos jours. C'est pourquoi il ne s'agit pas de les accabler, car ils ne sont que les porteurs de notre karma non libéré. Ils représentent la lumière sombre de l'humanité, existant uniquement parce que l'humain leur a permis d'exister.

Le satanisme, comme toutes les " abominations " qui subsistent encore dans notre civilisation humaine, disparaitra lorsque l'individu aura eu le courage d'accepter ses propres démons émergeant de son cursus karmique.

* Cf. La dualité décodée.

Cf. Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ?

Cf. Le cheminement de l’Âme.

 

La transmission des gènes psychopathes

Le système prédateur a mis en place toute une panoplie de moyens destinés à préparer la gouvernance totalitaire des affaires terrestres à travers une nouvelle " race d'enfants " - enfants Indigos, Arc-en-ciel ou Cristal - *. Elle passe par la création des circonstances consistant à les séparer prématurément de l'un de leurs deux parents, tout particulièrement par la promotion depuis les sixties par certains gourous (instructeurs, formateurs, guides spirituels, mentors, thérapeutes...) du New Age de l'Amour libre tout comme la popularisation du tantrisme. Il en découle une constante augmentation des foyers monoparentaux.

Ces enfants sont les enfants " spécialement préparés sur le plan génétique " à devenir, après la transition dimensionnelle en cours, les leaders de la prochaine humanité, tout droit sortis de la " couveuse du Nouvel Ordre Mondial ". Si les gourous et formateurs du New Age laissent croire qu'ils sont des enfants éveillés, plein de compassion, plein d'amour, ils ne sont pour la plupart qu'une pâle réplique reformatée grâce à la génétique du psychopathe, d'où leur acuité et leur intelligence prétendument supérieure. Au moment de leur conception ou dans leur petite enfance, leur psychisme a été programmé pour répondre aux exigences de ce nouveau monde transhumaniste ! *²

* Cf. Nouvelle génération.

Cf. Conscience du XXI° siècle.

En étant séparés prématurément de l'un des deux parents, ces présumés " nouveaux enfants " perdent leurs repères sécurisants du noyau familial, restant souvent gravement perturbés et handicapés dans leur émotionnel, ce qui favorise le développement de la psychopathie. C'est ainsi que certains d'entre-eux développent ce gène spécifique qui les conduira à se déconnecter de leur ressenti, devenant incapables de s'adapter " naturellement " à leur environnement. En conséquence, ils apprennent à mimer toute la gamme des émotions, afin de se faire accepter par leurs pairs.

 

 

 

La conclusion est que les anthropoïdes psychopathes - tout comme les hybrides - se comportent selon les spécificités de leur espèce prédatrice, la destruction des valeurs humaines constituant le prélude à tuer les êtres humains. L'histoire au XX° siècle l'a montré à différentes reprises dans des proportions d'ampleur incontestable.

Si nous acceptons l'hypothèse de leur appartenance à une espèce autre que l'espèce humaine, se pose la question de leur responsabilité, obligeant de distinguer ce qu'ils sont dans leur nature profonde - des prédateurs sans âme - et les dommages qu'ils font.

Quand un chien attrape la rage, nous ne le tenons pas pour responsable d’être enragé. Ce que nous faisons, pour nous protéger, est de " tuer " le chien avant qu’il ne nous morde, avant qu’il ne nous infecte. Il en est de même avec le serpent à sonnettes. S'il n'est pas responsable pour avoir des crochets venimeux, nous évitons son contact, ou nous le tuons avant qu’il ne nous tue.

Il en est de même avec les anthropoïdes psychopathes et les entités hybrides vampires. Nous avons besoin d’être sur nos gardes au premier signe d’un meurtre des valeurs humaines. Or nous les élisons et les mettons tout en haut de nos pyramides. Dans ce déni de notre humanité profonde, il est sans doute nécessaire de se demander si la contamination de l'espèce humaine ne nous a d'ores et déjà atteinte ...

Pas encore convaincu ?

Tout ceci est sans nul doute le fruit d'un délire pathologique, en d'autres termes l'arroseur arrosé par son propre délirium psychotique, devez-vous peut-être penser. Alors, si vous avez une quarantaine de minutes de votre temps précieux à consacrer à regarder la réalité telle qu'elle est, acceptez de prendre connaissance du témoignage qui suit, celui du néerlandais Ronald Bernard, entrepreneur ayant travaillé plus de 25 ans au sein de l'union européenne dans divers secteurs de l'industrie et ayant également exercé une fonction d'intermédiaire financier dans le négoce et la gestion d'actifs sur le marché des devises. Peut-être alors reconsidérerez-vous votre opinion, à moins que le déni soit si fort que vous applaudirez à la performance de l'acteur ... N'oubliez cependant pas une chose : la façon dont vous regardez le miroir - la vie, les autres, l'autre - n'est que le reflet de qui vous êtes à cet instant, dans votre état de conscience du moment ...

La vraie thérapie, c'est à tout moment, en toutes conditions, et certainement pas guidée par quelqu'un que nous payons, mais par sa propre guidance supérieure qui place les expériences dont nous avons précisément besoin sur notre chemin.

 

 

Vous avez aimé cet article ?

Alors partagez-le avec vos connaissances en cliquant sur le bouton de votre choix.