La formulation de ces clés n'engage que leur auteur, qui puise tant dans ses recherches et sources d'information que dans son imaginaire leurs révélation et libre mise à disposition suivant la forme et la rédaction retenues.

Il n'y a de ce fait rien à prendre pour argent comptant, seulement à laisser faire en soi le processus d'ouverture de conscience par le discernement, soit le juste équilibre entre cœur et raison. Celui-ci conduira à les invalider, à les valider, à les compléter par d'autres ajouts et compléments.

C'est ainsi que procède le chercheur de vérité.

 

 

Vérité climatique

" Apres grand trouble humain, plus grand s’appreste

Le grand moteur des siecles renouvele.

Pluye sang, laict, famine, fer & peste,

Au ciel veu, feu courant long estincele. "

Nostradamus, Centurie II.46

 

Réchauffement climatique, changement climatique, déplacement climatique, refroidissement climatique, ère glacière... Où est la vérité ? En abordant ce sujet " brûlant ", il est utile de rappeler une règle essentielle pour l'être humain, malheureusement non enseignée aux fins de son asservissement : le monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur. Alors s'il y a modification du climat sur la planète Terre, il n'est que le reflet des changements qui se produisent en l'Humanité *.

Dans l'histoire des civilisations, les conditions météorologiques extrêmes, les tempêtes, les inondations et autres calamités ont toujours été interprétées par les hommes-sages, les chamans, comme la manifestation de " la colère des dieux ". Compte-tenu que notre dimension de réalité, la 3-D, est sous la coupe d'un corpus prédateur involutif logé en 4ème dimension de conscience qui en a profondément perverti le fonctionnement, ces dieux en colère sont tout simplement les entités qui s'y trouvent, quel que soit leur mode de conscience, " Service de Soi " ou " Service d'Autrui " *². Ils s'expriment selon les lois cycliques de l'Univers, et les ajustements qui en permettent l'équilibre. Les phénomènes cométaires les traduisent...

* Cf. Prophétie du changement.

Cf. Comprendre et apprivoiser la prédation.

Ceci veut dire que lorsque naissent des conflits énergétiques entre les consciences créatrices évolutives " Service d'Autrui " et les consciences involutives, entropiques " Service de Soi ", ils se manifestent dans notre dimension humaine à travers les fluctuations météorologiques (du grec metéōros signifiant " qui est en haut " et " logique ", terme dérivé de lógos signifiant "raison ", le tout se traduisant " langage et raisonnement qui s'élèvent dans les airs ").

Les changements climatiques correspondent en somme aux migrations de certaines zones d'influences climatiques vers d'autres régions, tout en sachant qu'au niveau mondial les températures moyennes restent toujours stabilisées dans la même fourchette. Ces migrations énergétiques augurent que des zones de sécheresse et de fortes chaleurs soient soudainement recouvertes de glace ou de déluges d'eau, et inversement.

Ainsi, la théorie du réchauffement climatique comme celle du refroidissement climatique, même si elle est vérifiée dans certaines grandes régions, ne sont sous certains aspects qu'un leurre. Et ce leurre constitue un écran de fumée qui cache bien autre chose.

 

Observation climatique

Depuis plusieurs années la Terre subit une recrudescence d'événements météorologiques extrêmes et destructeurs. Les perturbations climatiques que certains confondent sciemment avec un réchauffement, représentent les prémices de changements d'une ampleur bien plus considérable. Ainsi l'année 2017 s'est caractérisée par nombre d'événements de forte ampleur, à l'instar d'Ophelia, le 11ème ouragan majeur de la saison, qui était l'ouragan de catégorie 3 le plus au nord-est jamais observé depuis le début des observations climatologiques. De même, les gros séismes du Chili, Italie, Taïwan, Équateur, Mexique, Inde, Japon, Russie et les centaines d'autres de moindre importance apportent la preuve qu'un événement majeur est en cours de préparation.

La communauté scientifique et le monde politique s'évertuent à occulter la raison de ces bouleversements, laissant croire au grand public qu'ils sont la résultante de l'activité humaine et de la pollution atmosphérique qui en découle. Cependant, les désordres climatiques et géologiques touchent aussi toutes les planètes de notre système solaire sans aucune exception, et pourtant il n'y a aucune activité humaine recensée.

Sur la Terre, même les astronomes amateurs peuvent observer un accroissement important du nombre de météores, d'astéroïdes et autres objets inconnus, traverser la voûte céleste. Si nous regardons le soleil au moment de son coucher, nos yeux sont devenus incapables de soutenir sa brillance, même lorsqu'il disparaît à l’horizon. Il a changé de couleur et cela depuis quelques petites années seulement pour devenir quasiment blanc. Qui plus est, au niveau individuel, nombre d'individus commencent à ressentir de la fatigue extrême, voire des brûlures oculaires de plus en plus insupportables surtout lorsqu'ils omettent de se protéger les yeux. Ces moments de fatigue parfois handicapants sont fonction de la pénétration des énergies électromagnétiques dans le bouclier magnétique terrestre. Ils sont essentiellement ressentis par ceux qui ont commencé à développer une certaine sensibilité énergétique. Quant aux brûlures oculaires, elles sont provoquées par l'augmentation des rayonnements ultraviolets (UV), qui forcent la pupille de l'œil à s'adapter à ces pics de luminosité extrême. Elles témoignent de la baisse de l'efficacité du bouclier électromagnétique terrestre, qui a essentiellement pour rôle de protéger la vie terrestre des rayonnements solaires et cosmiques et des bombardements cométaires. 

Ainsi, peu à peu, chaque individu sur Terre a la possibilité de s’apercevoir que quelque chose est en train de changer. Cependant ce qui est visible n'est que le résultat d'un bouleversement beaucoup plus gigantesque qui, paradoxalement, touche chaque atome de la Création, plus exactement de Ce Qui Est. De nombreuses informations sont déjà à la portée de chacun, mais ni la science officielle, ni les médias, ni les gouvernements ne les divulguent. Elles sont pourtant d'une importance capitale puisque dans l'ensemble de notre système solaire, le champ magnétique de chaque planète est en train de s’affaisser progressivement. Dans un avenir proche, ces champs deviendront quasi nuls. Dans le langage de la physique quantique cela s'appelle basculer au point zéro.

 

Observation astrophysique

Nous vivons dans un univers de nature électrique et magnétique, régi par ses propres lois électromagnétiques. Depuis chaque atome en chaque être vivant aux milliards de planètes dans chaque galaxie, tout n'est que champs d'ondes et de particules intelligentes qui s'imbriquent de façon fractale et holographique *. C'est pourquoi les conjonctures planétaires influencent sans cesse notre quotidien, leurs descentes d'énergies sur la planète Terre ayant une incidence sur la psyché et la biologie par les différents centres d'énergie humains *². Elles modifient de plus en plus profondément les structures atomiques et pénètrent les champs magnétiques des égos humains, diluant peu à peu les égrégores de croyances.

* Cf. Univers en partage.

Cf. Fonctionnement du corps biologique.

 

Conjonctures planétaires

Les typhons, ouragans et tempêtes (Cf. photos) résultent de certaines configurations planétaires, et s'amplifient lorsqu'une ou plusieurs planètes se retrouvent alignées par rapport à la Terre sur leur orbite respective. Celles-ci se comportent alors comme d'énormes condensateurs capables de stocker de l'énergie et de la transférer aux autres astres alignés avec elles. Les planètes sont donc capables de retransmettre leurs fluctuations énergétiques les unes aux autres.

En " physique électrique ", la dépolarisation d'un champ magnétique provoque toujours un " appel d'énergie " pour compenser ce déséquilibre. Prenons l'exemple de la Terre dont la surface est recouverte par un champ magnétique global. Celui-ci est en continuel mouvement et fluctue sans cesse en fonction de l'activité qui se déroule " sous son manteau ". Ainsi, toute activité humaine, qu'elle soit physique, intellectuelle, émotionnelle... génère en permanence des champs électromagnétiques.

Par exemple la population d'un pays où règnent la misère, la paupérisation, la corruption, les sentiments de peur, de violence, de tristesse... - ainsi le continent indien - constitue progressivement un agrégat psychique (égrégore) très dense de vibrations infiniment basses. De ce fait, il constitue un champ magnétique déséquilibré dans son écosystème, qui attire une charge de flux d'électrons provenant du système solaire. Selon la configuration de certaines planètes, un flux d'électrons orienté vers la Terre est libéré afin de compenser sous forme de typhon ou tempête la dépression formée sous le manteau magnétique terrestre.

Inversion en cours du champ magnétique du Soleil

Le champ magnétique du soleil – dont l’influence appelée héliosphère s’étend à des milliards de kilomètres au-delà de Pluton - change de polarité approximativement tous les 11 ans, à l’apogée de chaque cycle solaire quand la dynamo magnétique intérieure du soleil se ré-organise. Ceci entend que les champs magnétiques du soleil faiblissent, tombent à zéro, puis réémergent avec une polarité opposée. Ce phénomène est nommé la "spirale de Parker ", surface étendue qui surgit de l’équateur du soleil, là où le champ magnétique en rotation lente induit un courant électrique. Quand la Terre tourne autour du soleil, elle entre et sort de cette nappe de courant. Les transitions d’un côté à l’autre peuvent susciter un temps spatial orageux autour de la planète.

Les rayons cosmiques sont également touchés, étant des particules à haute énergie que des explosions de supernova ou d’autres événements violents dans la galaxie accélèrent jusqu’à presque la vitesse de la lumière. S’ils sont dangereux pour les astronautes et les sondes spatiales, ils pourraient affecter les nuages et le climat de la Terre.

Si les tempêtes, comme les tremblements de terre et les éruptions volcaniques, servent à dissiper cet afflux d'énergie provenant du cosmos, ils font également souvent office de passage inter-dimensionnel pour certaines âmes ou groupes d’âmes. Les textes sacrés désignent ces événements par " les tribulations de la fin des temps " *. Elles sont supposées débuter par la purification par le feu, l’eau, le vent... au moment des grandes révélations. L'observation factuelle des événements géo-climatiques qui se succèdent de plus en plus fréquemment conduit à considérer que nous sommes entrés dans cette fin de cycle planétaire.

* Cf. Prophétie du changement & Fin de cycle : la guidance éclairée de sa vie.

 

Cyclicité cataclysmique

Les épisodes de cataclysmes sont fréquents, coïncidant avec la chute des civilisations, comme l’âge sombre en Europe. Ainsi à la fin des années 530, tout l’hémisphère nord a été touché par un cataclysme, entraînant une détérioration climatique soudaine. Les comètes sont périodiques. On retrouve les comètes en 1346-1350 causant la peste noire.

Ils expliquent l’extinction de la mégafaune il y a 10 à 12.000 ans av. J.-C., événement qui marque la fin de l’âge glaciaire où plus d’espèces se sont éteintes qu’en 3,5 millions d’années. C’est à cette époque que des mammouths ont été congelés vivants. Ceci est dû aux frappes cométaires qui causent un appel d’air glacial de la haute atmosphère.

Les comètes ont ainsi causé des tsunamis, des changements magnétiques, une déviation du Gulf Stream. C'est toujours une comète énorme qui est à l’origine des fragments cycliques tous les 2.000 à 4.000 ans. Quand des gros fragments impactent la terre, c’est deux mille fois la puissance d'Hiroshima. Les anciennes civilisations ont très probablement été détruites de la sorte.

Ainsi, l’Atlantide, le Déluge " de Noé ", Sodome et Gomorrhe, l’Exode d’Égypte, les Âges Sombres, le Graal, la Peste noire, le procès des sorcières de Salem, le grand incendie de Chicago, le World Trade Center… constituent autant d'événements parmi d'autres qui se sont déroulés à une époque où la Terre était impactée par des essaims de comètes et d’astéroïdes.

Chute des civilisations

On peut corréler la chute des civilisations aux passages des comètes, périodiques comme Encke * par exemple ou ponctuelles comme ISON en 2012 (désintégrée en 2013). Les comètes étaient jadis considérées comme des dieux du ciel, dont les noms ont été plus tard donnés aux planètes. Ceci explique pourquoi on donnait aux planètes des caractéristiques propres aux comètes (Jupiter " barbu ", Mercure comme une " lance ", etc). La comète nommée " Saturne/Chronos ", brillante et géante, était la plus importante ; elle devait illuminer comme un " second soleil ". La diminution des comètes a ensuite permis au rationalisme grec de se développer. Aristote a détruit ces connaissances anciennes par sa vision réductrice, mélangée à des buts politiques. La cosmologie aristotélicienne est composée de " sphères " planétaires parfaites, et les mythes sont alors devenus incompréhensibles.

* Découverte le 17 janvier 1786 par l'astronome français Pierre Méchain depuis Paris. Elle est nommée en l’honneur de l'astronome allemand Johann Franz Encke qui détermina sa périodicité.

Toute la mythologie a été influencée par les comètes. C’étaient les " dieux dans le ciel ". C’est l’électricité qui " active " les comètes, l’espace interstellaire étant composé de plasma. L’idée centrale est que la dynamique des gaz ionisés joue le rôle principal dans la physique de l’univers. C’est la théorie du physicien suédois prix Nobel Alfred Alfvén (1908/1995), qui voit les adorateurs d’Einstein s’y opposer, cette explication contredisant celle du maître selon lequel la gravité est la force principale. Pourtant l’électromagnétisme est beaucoup plus puissant, laissant à penser que la gravité n'en serait qu'un effet secondaire.

L’ionisation, c’est l’expulsion d’un électron, d’un atome qui devient un ion positivement chargé. Comme l’espace n’est pas un vide parfait, il est traversé de courants électriques appelés " courants de Birkeland ". Ce sont comme des fils électriques, qui transportent des électrons. Ils ont une forme de filament à cause de la force magnétique générée par le courant lui-même. Les courants de Birkeland sont responsables de la création des étoiles. Si le soleil a un compagnon sombre, alors il y aurait de puissants courants. Les comas * et les queues des comètes sont les témoignages des échanges électriques avec le soleil.

* Le coma est une graine de Langmuir qui entoure la comète, et la queue est un courant de Birkeland ionisé. Cette hypothèse de l’univers électrique est déjà ancienne (XIX° siècle). Le chercheur scientifique Ralph Juergens (1924/1979) en 1960 a développé la théorie de l’univers électrique, considérant que le soleil est un corps chargé. Il explique ainsi pourquoi les comètes forment une queue en s’approchant du soleil.

Météore observée en 2013 à Tcheliabinsk (sud de l'Oural)
Météore observée en 2013 à Tcheliabinsk (sud de l'Oural)
Groupe de comètes innombrables partageant la même orbite
Groupe de comètes innombrables partageant la même orbite

Le soleil n’est pas un système fermé qui un jour manquera de carburant. Il trouve en effet son énergie dans les courants électriques de la galaxie. Si le compagnon du soleil - nommé naine brune - approche, cela explique l’augmentation des comètes et la diminution de l’activité solaire, le soleil se déchargeant. Comme c’est le champ électrique intense du soleil qui détruit les comètes (par des décharges), l’approche du compagnon sombre désactive ce phénomène protecteur, et les comètes posent alors un danger.

L’augmentation croissante des boules de feu traversant le ciel

NEOs (Near-Earth Object, Objets géocroiseurs)

463 événements en 2005,

517 événements en 2006,

590 événements en 2007,

728 événements en 2008,

695 événements en 2009,

951 événements en 2010,

1631 événements en 2011,

2127 événements en 2012,

792 événements en 2013 jusqu’à avril


Nos ancêtres savaient quelque chose que nous avons oublié depuis longtemps, leurs secrets étant profondément enfouis dans le patrimoine archéologique et les mythes transmis depuis des générations *. Mais les preuves historiques de destructions massives et de pestes d’origine cométaire jonchent notre passé. Les indices montrant que le même sort nous attend ne cessent de s'amonceler. En effet, si l’on passe en revue avec attention ces derniers milliers d’années à la recherche de l’orbite générateur des comètes, astéroïdes et météores, nous trouvons que de nombreuses pluies de météores sont liées les unes aux autres, comme les Taurides, Perséides, Piscides, et Orionides. De même, de très gros objets cosmiques sont liés : les comètes Encke et Rudnicki, les astéroïdes Oljato, Hephaïstos. Ils sont tous et toutes la progéniture de la même comète massive qui entra dans notre système solaire, qui affecte la planète Terre tous les 2.000 à 4.000 ans, et qui l'a bombardée il y a 13.000 ans, se fragmentant dans les cieux sous les yeux horrifiés de l’humanité *².

Si l’on tient compte de tous les débris retrouvés éparpillés dans notre système solaire depuis une vingtaine d'années déjà, l’objet original devait être bel et bien énorme. Il devrait venir de la constellation du Verseau. Cette étrange planète - appelée sous différents noms comme Nibiru ou planète X - possède un champ électromagnétique immensément plus puissant que celui de la terre. Son influence sur la vie de notre sphère planétaire, à maintes fois appuyée par de puissants séismes, des bouleversements géophysiques et climatiques extrêmes - ouragans, inondations, éruptions volcaniques, immenses feux de forêts - ayant lieu à chaque fin de cycle humain, correspond précisément à son transit dans notre système solaire caractérisé, lorsqu'elle est parfaitement alignée avec la planète terre l'une derrière l'autre face au soleil, par son cortège de météorites incandescentes pénétrant l'atmosphère et ses énormes masses d'eau (soit d'énormes quantités d'hydrogène et d'oxygène) transportées par les décharges plasmatiques lors des ouragans. Celles-ci, en pénétrant le bouclier de protection magnétique terrestre, se transforment en flocons de neige et de glace (grêlons) qui se déposent " normalement " aux pôles. Mais comme ce bouclier magnétique ne joue plus son rôle lors des alignements planétaires, l'hydrogène et l'oxygène sont convertis en d'énormes quantités d'eau, directement aux points de pénétration dans l'atmosphère créant des déluges. Les ouragans matérialisent ainsi ces vortex de pénétration de l'énergie plasmatique, se transférant d'une planète à l'autre.

* Cf. Évolution de civilisation (3) Mythe de la modernité, risques et lois d'évolution universelle.

Les impacts multiples sur la planète en rotation produisirent des raz-de-marée, des incendies, des explosions de l’ampleur d’explosions nucléaires… Ils produisirent aussi l’extinction massive de nombreuses espèces préhistoriques comme le mammouth et le tigre à dents de sabre – et la majeure partie de l’humanité –, et laissèrent le monde dans les ténèbres pendant des mois.

Cf. Ouvrages de l'astrophysicien Victor Clube et Bill Napier " Hiver cosmique " & de Richard Firestone, Allen West, Simon Warwick-Smith " The Cycle of Cosmic Catastrophes ".

Masses d'eau transportées par les décharges plasmatiques lors des ouragans - Cliquer pour agrandir
Masses d'eau transportées par les décharges plasmatiques lors des ouragans - Cliquer pour agrandir

Observation géopolitique

En observant ce qui se passe au niveau planétaire, et en le rapportant à certains passages du récit mythique biblique, l'exode du peuple d'Israël et de ses conséquences, nous sommes frappés de la coïncidence avec la situation actuelle. Les Hébreux, réduits en esclavage depuis des siècles par la civilisation égyptienne dominante, fuient par l'entremise de Moïse leur libérateur la dictature du pharaon régnant et s'en émancipent. Ils affrontent le désert, guidés par " l'Esprit de Dieu ", pour après quarante ans de pénitence poser pieds sur la terre promise (image 1).

Si nous décelons les messages cachés de cette histoire avec la vision " chamanique " contemporaine, nous établissons le constat suivant. Les hébreux représentent ceux qui perçoivent la manipulation de leurs pharaons gouvernant, les gouvernements et représentants des grandes institutions dominantes, publiques comme privées. Ce sont les consciences éveillées qui recherchent le moyen de se libérer de leur emprise. Israël (pas l’État *) signifie " peuple élu de Dieu ", non pas des (faux) dieux, soit un peuple capable de se relier à la Conscience créatrice de l'Univers, au Grand champ d'information de l'Univers, soit la Terre promise ou la 4ème dimension en mode " Service d'Autrui ". Le désert quant à lui figure le vide intérieur, la transition. Les quarante ans correspondent à une " quarantaine " *², soit le temps de l'indispensable mise à l'écart et de la guérison, en l'occurrence des mémoires traumatisées d'esclaves de la Matrice en 3-D.

Il est de ce fait tout à fait logique que la climatologie s'imbrique avec l'état géopolitique actuel.

* Dans les textes religieux, la définition du mot Israël n'a strictement aucune correspondance avec Israël, l'état hébreux d'aujourd'hui, principal protagoniste des conflits au Proche-Orient. Cette confusion a été intentionnellement entretenue pour servir de prétexte aux belligérances entre juifs et musulmans.

La locution " quarantaine " a été utilisée pendant les grandes épidémies de peste survenus lors d'événements cométaires, désignant la période d'isolement destinée à empêcher la propagation de l'épidémie. Ces périodes de peste à travers l'histoire ont toujours été en concordance comme encore aujourd'hui avec des accidents cométaires qui, invariablement, ont rythmé les fins de cycles humains.

Sous l'effet des conflits orchestrés à l'initiative des États-Unis soutenus par les forces de l'OTAN, les migrants d'aujourd'hui reproduisent de manière archétypale le rôle des Hébreux d'antan, et des ghettos lors du second conflit mondial. Ils sont placés en quarantaine dans des camps de réfugiés et attendent, dans des conditions de précarité extrêmes, d'être accueillis quelque part (les quarante années d'exode dans le désert), contribuant à déstabiliser les populations civiles des pays d'accueil - l'Union européenne - *, elles-mêmes confrontées à un contexte économique et social dépressionnaire. Qui plus est, beaucoup d'enfants parmi ces réfugiés disparaissent sans laisser de traces. En observant la météo, nous pouvons constater qu'un refroidissement extrême et des chutes de neige se produisent dans les pays d'où proviennent ces réfugiés (Crète, nord de l'Algérie, Turquie, Proche-Orient). Le blanc de la neige ne symbolise-t-il pas l'innocence des enfants disparus ? De même, certaines régions sont noyées dans le brouillard – la tristesse – ou submergées par la colère – le vent et la tempête –. Et d'autres pays sont noyés par des inondations (fortes pluies rarissimes constatées sur les Émirats en mars 2016), alors qu'ailleurs les feux ravagent d'immenses étendues de terre (États-Unis - Californie et État de Washington -, Canada, Espagne, sud de la France).

Quant au réveil constaté de nombre de volcans, n'évoque-t-il pas la colère bouillonnante de la conscience Terre ou celle de l'égrégore humain ?

* Cf. Le mythe européen décodé (2) L'idéologie mondialiste.

 

Observation technologique

La planète Terre est entourée naturellement d'un champ magnétique *. Mais ce qui généralement n'est pas révélé ou simplement ignoré, c'est qu'elle est également maintenue dans un champ magnétique artificiel, généré par une technologie trans-dimensionnelle. Ce système high-tech a été élaboré grâce au transfert technologique du corpus prédateur de 4ème dimension, et ce dès leur colonisation de la Terre *². Cette technologie concerne les présumés hauts-lieux telluriques sacrés, les édifices religieux, les pyramides, les temples (Cf. photos 1, 2, 3), renforcée par les technologies modernes hertzienne type HAARP *³, antennes relais, satellites, etc (photos 4, 5, 6). Si ces endroits sont très puissants en énergie, c'est seulement parce qu'ils constituent les piliers de cette fameuse grille artificielle. Non seulement ce champ magnétique artificiel contrôle la psyché humaine et emprisonne l'Âme humaine dans un champ évolutif à une seule possibilité de dimension, c'est à dire la 3ème dimension, mais il a aussi pour fonction de contre balancer le champ magnétique naturel de la Terre, et, accessoirement d'attirer, les chercheurs friands de mystères... Seuls quelques endroits privilégiés de la Terre recèlent des portes dimensionnelles permanentes, comme le désert de Gobi ou les montagnes d'Irak… Ils sont étroitement surveillés par le consortium prédateur, et l'on comprend mieux une des raisons de l'invasion de l'Irak par les troupes de l'Oncle Sam...

* Cf. Univers en partage.

Cf. La nouvelle religion universelle.

Le projet High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP) est un programme américain à la fois scientifique et militaire de recherche sur l’ionosphère mené sur une plateforme dédiée en Alaska. Il porte officiellement sur les communications longue distance. Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante.

Tout comme la manipulation nutritionnelle * et le recalibrage initial de la génétique des humains au moyen de la destruction de certains de leurs brins ADN, le déploiement d'un champ magnétique artificiel a pour objectif de les empêcher de venir en résonance avec le champ magnétique naturel de la Terre, comme cela devrait se faire naturellement. C'est ce champ magnétique artificiel renforcé de nos jours par la technologie des communications, de l'optique, du son, du numérique et du hertzien (hautes et basses fréquences) qui a contribué à atrophier la cognition de l'humain en détériorant ses cinq sens, et surtout en court-circuitant les capacités intellectuelles et intuitives du cerveau.

Ces hautes technologies ont donc été spécialement inventées pour influencer directement la majorité des six ou sept milliards de cerveaux que constitue l'espèce humaine. L'appréciation des modes sensoriels physiologiques étant brouillée par cette technologie high-tech, elle permet l'induction et la propagation de " fausses informations " neurales d'origine artificielle – micro ou infra ondes –, dans l'environnement naturel de l'humain. C'est aussi l'emploi à outrance de cette haute technologie qui contribuera à participer à l'effondrement de l'humanité en mode " Service de Soi " actuelle, et contribuera à son extinction dans son futur.

* Cf. Conscience nutritionnelle.

Aussi ce champ magnétique artificiel contribue à la mise en place des modifications climatiques liées aux fins de cycles des civilisations humaines involutives. Racontées par les prophéties de façon cataclysmique, elles contribuent à l'indispensable purge terrestre avant que de voir un nouveau cycle se mettre en place.

 

Observation sanitaire

Depuis fin 2013, une épidémie due au virus nommé Ébola sévit dans le sud de la Guinée, s'étant étendu à d'autres États comme la Sierra Leone, le Libéria et le Nigéria dans la partie ouest de l’Afrique. L’origine de cette épidémie sur la côte atlantique demeure mystérieuse. En général, la contamination s’effectue lors d’un contact étroit avec un animal contaminé, comme les gorilles, les chimpanzés et autres singes, les chauves-souris, certaines antilopes ou même les porcs épics. D’où vient-elle cette fois ? Mais surtout, où et quand s’arrêtera-t-elle ?

* Le virus Ebola a été nommé ainsi en référence à une rivière passant près de la ville de Yambuku, dans le nord du Zaïre, aujourd'hui République démocratique du Congo. C'est à l'hôpital de cette localité que le premier cas de fièvre hémorragique Ebola est identifié, en septembre 1976, par le médecin belge Peter Piot de l'Institut de médecine tropicale d'Anvers.

En se plongeant dans l'histoire, nous trouvons les épidémies de peste noire dont la bactérie aurait été transmise par les piqûres de puces. Apparue au 14ème siècle *, elle a tué au moins 25 millions de personnes — plus d’un quart de la population — sur une période de 300 ans et provoqué le dépeuplement de l’Europe médiévale. En fait, les manuels d’histoire se trompent sur la peste noire, quand ils disent que c’est la peste bubonique transmise par les rats et leurs puces. Une nouvelle étude a en effet suggéré qu’elle était en fait causée par un virus de type Ebola, transmis directement d’une personne à l’autre. Si les résultats sont valides, cela signifie qu’une forme moderne de la peste noire n’a pas besoin de l’insalubrité du Moyen-Âge pour se répandre.  

* La première épidémie constatée de peste noire eut lieu dans le port sicilien de Messine en 1347 et a été introduite par des galères italiennes revenant de Crimée, dans la mer Noire. Un an plus tard, la maladie atteignit le West Country d’Angleterre et se répandit bientôt dans les villes où elle sema la panique dans une population superstitieuse qui pensait que les taches rouges sur la poitrine des personnes touchées étaient des signes de Dieu.

Si la peste bubonique endémique est essentiellement une maladie rurale, car c’est une infection des rongeurs, la peste noire, en revanche, frappa indistinctement dans les campagnes et les villes. Ses symptômes indiquent qu’il s’agissait d’une fièvre hémorragique causée par un virus de type Ebola. La fièvre arrivait soudainement, provoquant des douleurs et des saignements des organes internes, ainsi que des taches rouges provoquées par des effusions de sang sous la peau, qui sont des symptômes classiques des maladies de type Ebola.

Dans la mesure où les comètes ont toujours annoncé les préliminaires à l'extinction de tout ou partie de l'humanité, nous ne pouvons exclure le lien entre les épidémies de peste noire ou autres maladies virales et leur provenance trans-dimensionnelle, les êtres humains n'ayant pas préparé leur biologie en conséquence. Ainsi chaque fin de cycle est ponctuée par les bombardements de poussières cométaires porteuses de ce genre de virus et entraînant de gigantesques épidémies (limitées à une région) ou pandémies (extension mondiale). Elles sont décrites dans les Prophéties de l'Apocalypse comme " la mort noire ", une maladie envoyée par les dieux pour punir les félons.

Ces pestilences portent bien leur nom, composé de trois syllabes, chacune ayant un sens particulier : pes = tempesta, soit la tempête ; te est le temps ; lencia = clarda, soit la clarté, la lumière. Pestilence signifie ainsi " le temps de tempête causé par la lumière des étoiles ", qui se propage sous la forme de pestes noires, pestes buboniques, varioles, maladies virales de tous genres... Le virus opérant Ebola n'est visiblement pas " tombé du ciel " tout seul... Nous pouvons émettre l'hypothèse que les scientifiques affiliés au consortium prédateur ont intentionnellement contaminé ces populations africaines au moyen d'échantillons de virus recueillis sur des poussières cométaires dans la stratosphère. Infectant des populations cobayes, ils tenteraient ainsi de développer un vaccin efficace et capital pour leur propre survie, en prévention des périodes où la véritable "épidémie d'origine céleste " sévira sur Terre...

 

Nous entrons dans un âge glaciaire

Après des années de militantisme en faveur des thèses relatives au réchauffement (changement) climatique, la revue de référence Nature, périodique hebdomadaire scientifique pluridisciplinaire, a mis en ligne en octobre 2015 les travaux de l'astronome ukrainienne Valentina Zharkova. L’analyse minutieuse des " battements du cœur du Soleil " qu’a réalisée cette mathématicienne démontrent sans conteste qu'un optimum climatique moderne vient de se terminer, et que nous nous acheminons vers un petit âge glaciaire qui perdurera jusqu’en 2100, avant que les battements du soleil continuent avec une périodicité d’environ 400 ans.

Il s’agit d’un énorme pavé dans la mare des adeptes inconditionnels du réchauffement climatique d’origine humaine. En effet, ces travaux permettent de décrire avec précision à l’aide d’équations mathématiques un phénomène physique complexe, les variations passées de l’activité magnétique solaire.

Le modèle utilisé est spectaculaire dans sa précision, puisqu’il permet d’expliquer par le calcul chaque cycle solaire passé sur une longue période – il a été ainsi possible de remonter avec une exactitude jusqu’à l’optimum climatique en 17 siècles avant l’ère présente. Il est donc entièrement validé par les données expérimentales et observations du climat passé à l’aide des proxys tels que l’abondance des isotopes de l’oxygène ou du béryllium qui permettent de reconstruire les variations du champ magnétique solaire.

La prédiction mathématique de l’évolution des cycles magnétiques solaires pour les années à venir ressemble sans en atteindre la même durée au petit âge glaciaire. L’activité magnétique du Soleil est déjà entrée dans une période de faiblesse qui se prolongera au-delà de 2.100 pour retrouver vers les années 2.200 une amplitude comparable à celle de l’optimum moderne.

Qu’en déduire pour le climat terrestre puisque celui-ci est directement lié à l’activité magnétique du Soleil via l’effet des rayons cosmiques sur les hautes couches de l’atmosphère ? On sait d’ores et déjà que le climat va se refroidir comme ce fut le cas lors du minimum de Dalton (fin XVIIIe – début XIXe) et du minimum de Maunder (1600-1715). Cependant, on ne peut en aucun cas déduire des travaux de Valentina Zharkova une évolution précise du climat à venir, seule la tendance générale vers un refroidissement généralisé pouvant être raisonnablement admise. Par exemple on peut être certain que les hivers seront notoirement plus rigoureux, les étés plus frais et les intersaisons – printemps et automnes – " pourries ". Tout ça parce que les rayons cosmiques seront moins bien déviés par le bouclier magnétique solaire et atteindront plus violemment la Terre provoquant une augmentation significative du pouvoir de réflexion des hautes couches de l’atmosphère par la formation de micro-cristaux de glace et la formation soutenue de nuages dans les basses couches de l’atmosphère.

On assiste donc bien actuellement à un changement climatique mais celui-ci n’a rien à voir avec les activités humaines et il n’est pas orienté vers la hausse des températures mais vers la baisse peut-être brutale de ces dernières.

 

La prédiction des lions blancs

Le lion blanc (panthera leo krugensis) est un mutant. Ce n'est pas une espèce à part entière. C'est en 1975 qu'une première portée de lions blancs fut repérée dans une réserve d'Afrique du Sud, le parc National Kruger. Les lions blancs sont extrêmement rares : il existe moins de 100 lions blancs au monde, dans des parcs zoologiques. Il se trouve qu’à Bethlehem, en Afrique du Sud, au pied des montagnes du Drakensberg et en plein hiver, deux lions mâles sont nés en l’an 2000. En 2016, trois jeunes lionceaux blancs sont nés au parc de La Flèche dans la Sarthe. Ce n'est ni anodin, ni une coïncidence...

D’un point de vue génétique, les lions blancs sont une anomalie. Une forme albinos produirait des yeux roses. Or ils ont les yeux bleus ou jaune d'or. Selon les chamanes africains, ce n’est pas une mutation récente. Ces lions seraient apparus il y a très, très longtemps, leur présence actuelle n’étant qu’une " réapparition ". La Voie Lactée, cette " rivière d’étoiles ", serait le lieu d’origine des lions blancs *. D'après la transmission des anciens, " quand la rivière est dans le ciel, un très grand nombre de personnes meurent ". Or une multitude de signes avant-coureurs - changement de l'électromagnétisme terrestre, météorites, fréquentes visites extraterrestres ou extranéennes, grandes épidémies, bouleversements climatiques accompagnant une forte activation des modifications épigénétiques - annoncent une fin de cycle permettant à certains humains, par une élévation de leur conscience, de profiter de ce changement électromagnétique afin de préparer leur changement de dimension *².

* Le lion est lié aux étoiles, spécialement aux trois étoiles de la ceintures d’Orion. Il est aussi lié à la constellation appelé " Lion exilé ", c’est-à-dire Leo. Selon l'auteur états-unien Anton Parks, il fait partie d'un peuple galactique nommé Urmah, qui a une génétique humano-féline et un tempérament guerrier, et dont le rôle est de veiller à l'équilibre interstellaire.

Cf. Fin de cycle : la guidance éclairée de sa vie.

Le nom des constellations correspond à l’origine à des animaux, toutes les familles d’étoiles ou constellations tout autour du globe ayant contribué à implanter les animaux sur terre à un moment de la création. Pour les chamanes *, la Terre Mère a demandé au " Lion exilé " d’envoyer de grands carnivores sur terre – lions, léopards, et chats sauvages – pour protéger l’humanité des entités négatives. L’homme ayant trop peur de vivre avec des lions, il a alors choisi d’apprivoiser les chats sauvages et les avoir à la maison. Par ce compromis, il s'entoure de " mini-lions ", plutôt que de rencontrer véritablement son lion ou lionne intérieure pour vaincre ses peurs.

Quant à la genèse selon les égyptiens, elle se nomme Zep Tepi (Zep = temps, tepi = premier). Cela signifie aussi " les ancêtres ", ceux qui viennent en premier. Tepi-aui sont les divinités ancestrales qui créèrent la civilisation durant l’Âge d’Or. Le hiéroglyphe correspondant montre un lion, ce qui indique que les premiers ancêtres étaient léonins. Horus descend donc d’un lignage de divinités léonines.

* Il est intéressant de relever que dans la langue des oiseaux, " chat-man " exprime les deux polarités du féminin et du masculin. Le chamane par cette androgynie a atteint un état de conscience comme de réalité supérieur pour transmettre aux êtres humains sur le chemin de l'éveil les clés d'évolution.

La " fin du monde " n’est pas un événement soudain et inattendu. C’est plutôt la conséquence de la destruction systématique par les humains de leur propre habitat. Ils œuvrent activement à leur propre extinction. Pour les chamanes, l'arrivée des lions blancs annoncent des changements à venir sur cette terre. Comme ils sont de toute évidence des animaux de neige, habitués à évoluer dans des conditions glaciaires compte-tenu de l'épaisseur de leurs pattes et crinières, ils annoncent l'arrivée d'un nouvel Âge de Glace, celui qu'annoncent depuis un certain temps un certain nombre de scientifiques comme l'astrophysicien de Cambridge, John Gribbin. Si l’idée qu’un gène blanc unique puisse apparaître en prévision d’un changement climatique radical n’a pas encore été prouvé scientifiquement, la perspective des Lions Blancs comme messagers prophétiques est tout à fait cohérente. Le défi de l’humanité à l’heure actuelle semble bel et bien être d’une nature spirituelle, élever notre conscience, notre mentalité actuelle ne pouvant conduire qu’à un désastre. Les Lions Blancs sont en réalité des animaux en avance sur leur temps, précurseurs du prochain âge glaciaire, des messagers angéliques revenus sur terre à un moment de fragilité écologique et psychologique, afin d'aider l’humanité dans ses prochains défis.

 

Bibliographie

Chris Mc Bride : " The White Lions of Timbavati " (1977)

Linda Tucker : " Mystery of the White Lions " (Hay House, 2010)

Pierre Lescaudron et Laura Knight-Jadczyk : " Earth Changes and the Human Cosmic Connection " (2014)

 

Parallèle avec une prophétie amérindienne

Dans la Tradition amérindienne il est raconté que la Nation Lakota-Dakota-Nakota (Sioux) reçut il y a plusieurs siècles la visite physique d’un être d’aspect féminin, dont la pureté du visage n’était pas sans évoquer la figure de Marie, celle que l’ésotérisme christique blanc considère comme la Vierge Cosmique. Cette femme irradiante de Lumière était habillée à la mode indienne d’une robe de daim blanc, et fut appelée White Buffalo Calf Woman, c’est-à-dire " la Femme Bison Blanc ". Elle apporta aux Indiens Lakotas de très hauts enseignements spirituels, leur transmettant un rituel de paix symbolisé par la fameuse " Chenupa " (le Calumet de la Paix), et destiné à être partagé avec toutes les autres tribus de "Turtle Island " comme les Indiens appellent l’Amérique du Nord, sans distinctions de races ni de territoires.

Après le passage de Buffalo Calf Woman, des prophéties furent révélées à diverses tribus amérindiennes. Elles annonçaient que l’homme blanc viendrait bientôt, qu’il détruirait non seulement leur civilisation, mais peut-être aussi la planète toute entière. Puis viendrait ensuite le temps de la " Nation du Bison ", fusion dans l’unité et l’harmonie de la race rouge avec une partie des races blanche, noire et jaune. La " Nation du Bison " serait le ferment d’une nouvelle société de paix, de justice et de fraternité. Les prophéties annonçaient que la création de la " Nation du Bison " coïnciderait également avec le retour sur la Terre des " Nations des Étoiles ", civilisations des autres systèmes stellaires. Elles révélaient enfin que le commencement de cette Nouvelle Époque serait annoncé par la naissance d’un bébé bison blanc femelle, dont la robe changerait de couleur, pour devenir jaune, rouge et noire. Or, en 1995, naquit dans le Wisconsin un bison blanc femelle nommé " Miracle ". Ce bébé bison était la première femelle au poil entièrement blanc à naître depuis des générations. C’est Floyd Hand, un " homme-médecine " Lakota qui révéla cette naissance à la presse américaine, ajoutant : " Pour nous les Indiens, c’est comme le Retour du Christ pour les Blancs ".

Comme pour confirmer l’imminence de la réalisation des prophéties, d’autres bisons blancs femelles naquirent après " Miracle " (photo), dont l’une dans une réserve indienne du Dakota. Devant ces signes patents, Arvol Looking Horse, le " Gardien de la dix-neuvième génération du Calumet Sacré de la Femme Bison Blanc pour la nation Lakota-Dakota-Nakota ", décida de réunir différents chefs religieux, notables et dignitaires amérindiens, mais également des Occidentaux. Cette réunion se tint le 21 juin 1996 dans le Wyoming à Grey Horn Butte au pied de l’endroit nommé Devil’s Tower, qui est la montagne sacrée des Cherokees rendue célèbre par Steven Spielberg dans son film Rencontres du 3ème type.

D’autres chamanes d’autres peuples indigènes - Chefs Maoris, les Samis chez les Lapons... - ayant vu des signes d’anciennes prophéties se réalisant maintenant, disent que le temps est venu de révéler leurs origines des étoiles, l’influence des visiteurs de l’espace sur leurs cultures, croyances spirituelles et cérémonies, ainsi que l’annonce du retour imminent des Nations des Étoiles.

Cf. Prophétie du changement

 

 

 

Clin d’œil hollywoodien

L'Âge de glace ou L'Ère de glace au Québec (Ice Age) est un film d'animation américain de Chris Wedge et Carlos Saldanha, sorti en 2002. C'est le premier opus de la série de films éponyme, suivi par L'Âge de glace 2 en 2006, L'Âge de glace 3 en 2009, L'Âge de glace 4 en 2012 et L'Âge de glace 5 en 2016. Ce dernier opus est sous-titré " Les lois de l'univers ", l'affiche mettant en scène des météorites et comètes dans le ciel...

 

 

 


La vraie thérapie, c'est à tout moment, en toutes conditions, et certainement pas guidée par quelqu'un que nous payons, mais par sa propre guidance supérieure qui place les expériences dont nous avons précisément besoin sur notre chemin.

 

 

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos connaissances en cliquant sur le bouton de votre choix.