La formulation de ces clés n'engage que leur auteur, qui puise tant dans ses recherches et sources d'information que dans son imaginaire leurs révélation et libre mise à disposition suivant la forme et la rédaction retenues.

Il n'y a de ce fait rien à prendre pour argent comptant, seulement à laisser faire en soi le processus d'ouverture de conscience par le discernement, soit le juste équilibre entre cœur et raison. Celui-ci conduira à les invalider, à les valider, à les compléter par d'autres ajouts et compléments.

C'est ainsi que procède le chercheur de vérité.

 

 

Clé de débridage de notre codeur interne

Complément à la Publication L'état de cohérence, voie de sa liberté

 

L’ouverture de conscience nécessite un nouveau paramétrage de notre corps biologique, pour lui permettre d’émettre et de recevoir de l’information dans des dimensions physiques supérieures. Celui-ci nécessite la compréhension de la relation entre notre ADN biologique, la grille de résonance magnétique de la planète Terre, nos différents corps, et les dimensions de conscience.

De la TV en noir et blanc au home cinéma

L’évolution progressive de la technologie biologique et vibratoire du corps physique de l’être humain est à l’image de la télévision. Il y eut d’abord le noir et blanc sur tube cathodique avec un son mono. Puis vint le son stéréo, la couleur, les écrans plats, le home cinéma avec tous ses hauts parleurs pour un son spatial, etc. Si le home cinéma peut toujours recevoir les émissions analogiques transitant par l’antenne classique de télévision, il peut tout aussi bien être branché sur des boîtiers décodeurs, tout en étant sur du numérique pur via la prise internet. Le corps de l’être humain depuis sa toute première fabrication est le meilleur lecteur de toute la création, Ce Qui Est, pouvant lire tous les programmes sur toutes les chaines et dans tous les formats.

 

L’ADN biologique

Dans notre monde terrestre caractérisé physiquement en 3-D, l’ADN – macromolécule dite acide désoxyribonucléique - est expliquée depuis 1953 (travaux de James Watson et Francis Crick) par ses deux brins présents dans toutes les cellules de notre organisme, et censée contenir toute l'information génétique, appelée génome, permettant le développement, le fonctionnement et la reproduction des êtres vivants. Ces deux brins antiparallèles sont enroulés l'un autour de l'autre pour former une double hélice. Depuis a été découvert un nouvel ADN, le quadruple brin alias ADN G-quadruplex (ou ADN G4), dans des cellules cancéreuses humaines. Ainsi la recherche scientifique progresse, certes lentement, pour se rapprocher d’un enseignement métaphysique majeur mais jusqu’alors dissimulé.

 

L'origine de l'ADN

L'ADN est l’explication du " voile de l’oubli ", celui de l’origine première des êtres humains, suite à une manipulation génétique par un corpus prédateur involutif pour leur permettre de faire l’expérimentation de la matière terrestre et de son champ de basse densité magnétique caractérisé par la dualité *. Jusqu’à présent, seules les religions reconnues se sont arrogé le rôle de porte-parole de la Création, tout particulièrement à travers " Son Grand Architecte " nommé Dieu. De leur côté, les scientifiques rationalistes ont établi une explication de l'homme limitée au champ de sa dimension d'appartenance, la 3ème dimension, faisant l'impasse sur la réalité hyper-dimensionnelle de l'univers.

La conséquence est le sentiment de séparation de l’être humain avec Son Créateur, La Source originelle, souvent dans la culpabilité d’un péché originel commis, et dans l’attente d’une promesse de retrouvailles à la fin des temps … Le résultat est celui d’une humanité qui, tout en prétendant être devenue une civilisation avancée, est encore à l’âge préhistorique de la Connaissance, un stade d’évolution très en retard à ce qu’il aurait dû être. Bien enfoncé dans le matérialisme, l’humain célèbre ses faux dieux argent, gloire et beauté, plutôt que de rechercher sa puissance intérieure pour la mettre en œuvre comme co-créateur inspiré. Toutefois les énergies en cours au sein de l’univers changent depuis quelque temps, annonçant un changement majeur dans la conduite de ce monde terrestre. Elles se traduisent, entre autres, par l’émergence d’une nouvelle génération, aux sens subtils plus ouverts, à la conscience plus aiguisée, désireux d’une façon de vivre ensemble différente, de nature holistique *². Toutefois, le " système " prévalant met tout en œuvre pour en empêcher l'éveil de conscience.

* Cf. La dualité décodée. & Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Cf. Nouvelle génération & Fin de cycle : la guidance éclairée de sa vie.

Chaque humain possède un capital génétique qui lui est propre. Cependant, il est nécessaire d'admettre, en dépit des croyances solidement établies et de la résistance de l'égo-mental *, que nos gènes proviennent par génie-génétique de créateurs eux-mêmes d'origines galactiques différentes et aux intentions elles-mêmes différentes nous concernant *². D'ailleurs, ces gènes "cosmiques " sont présents dans l'ADN non décodé, que les scientifiques nomment Junk DNA, l'ADN poubelle. Ainsi notre identité génétique " gravée dans l'ADN " et apparaissant dans nos champs énergétiques (les chakras) signe notre identité galactique.

* Cf. Décryptage de l'égo.

Cf. La nouvelle religion universelle , Vérité civilisationnelle & Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Qui plus est, les différentes lignes temporelles dans lesquelles nous sommes présent - le Temps est un éternel présent - sont mémorisées dans notre ADN, qui représente l'interface avec notre Âme et son cheminement *. Nous ne sommes pas semblables les uns par rapport aux autres, et c'est ce qui fait la richesse de notre humanité. L'univers s'expanse de ce fait à travers sa propre diversité, l'expansion de l'humanité se faisant de même grâce à ses différences. Aussi le fait de reconnaître nos diverses origines cosmiques permet d'accepter notre dissemblance au plus profond de nous, et permet de nous enrichir les uns les autres de nos expériences *².  L'épigénétique selon l'état de notre cheminement réveille dans notre génétique certains codes libérateurs. En quelque sorte, nous pouvons dire que notre initiation originelle à cette 3ème dimension de réalité voyage à travers l'espace et le temps grâce à l'épigénétique relayée par les différents groupes culturels qui s'y reconnaissent. C'est ainsi, par exemple, que nous allons nous ressentir en affinité, ou non, avec telle et telle personne, tel et tel lieu, tel et tel pays ...

Durant notre parcours de recherche de Qui Nous Sommes vraiment, nos parties intérieures – les différents archétypes de la psyché (victime, bourreau, sauveur...) situés sur d'autres lignes temporelles –, apprennent à se reconnaître mutuellement. Cette Connaissance, plus justement cette onde porteuse de Conscience, révèle sa quintessence (fusion alchimique) à travers notre capacité à nous émanciper des lois restrictives de l'existence en 3ème densité. C'est le jeu de la vie, le parcours alchimique de l'oie qui mène à la Connaissance, et transmis au cours des pérégrinations des uns et des autres.

* Cf. Le cheminement de l’Âme.

Cf. L'expérience émotionnelle.

Ainsi, contrairement aux croyances du mouvement " Amour et lumière " du New-Age, l'humain n'est pas originaire d'autres planètes. Il a été créé de " toutes pièces " en tant qu'homo-sapiens, sur Uras/la Terre, il y a environ 250.000 à 300.000 ans par ses créateurs généticiens de 4ème dimension, certains porteurs d'une polarité évolutive (+), d'autre d'une polarité involutive (-)*.  Il est donc constitué d'une proportion plus ou moins équilibrée de séquences ADN de ces " êtres-là ", qui ne sont d'autres que nos " Dieux-créateurs ", dont nous représentons les " consciences fractalisées ".

Notre chemin de vie étant décidé par l'âme de chacun, notre ADN agit comme une interface pour " vibrer et inscrire dans la matière " les expériences que nous sommes amené à vivre. Et notre " petit moi ", l'égo, expérimente la vie rudement aussi longtemps qu'il résiste à la guidance de son âme.

* Ce sont ces derniers qui dominent et asservissent les êtres humains à partir de la 4ème dimension de réalité. Cf. Vérité civilisationnelle.

 

Fonctionnement de l’ADN cellulaire

Au cœur de chacune de nos cellules se trouve l’ADN, qui forme à l’intérieur du noyau de chaque cellule 46 filaments chromosomiques distincts se présentant en 23 paires : 22 paires de chromosomes homologues et 1 paire de gonosomes ou chromosomes sexuels, appelés X et Y. Chaque chromosome est composé de multiples gènes et chaque gène est responsable d’une fonction ou d’une caractéristique biologique spécifique. Pour transmettre ses messages ou ses instructions aux cellules, l’ADN utilise ce que l’on pourrait appeler un " téléphone " : l’ARN (acide ribonucléique).

D’autre part, l’ADN transporte du courant, de l’électricité, et de ce fait, il est une sorte de petit moteur électrique.

Comme la spirale de l’ADN se referme sur elle-même et forme une boucle, ce moteur est sensible aux ondes magnétiques, parce qu’un courant électrique transporté dans une boucle crée son propre champ magnétique. De par sa nature électromagnétique, l’ADN émet de la lumière sous forme de bio photons. Quoi qu’extrêmement faible, sa luminosité étant équivalente à une bougie allumée, cette lumière est ultra cohérente et régulière, ce qui signifie que toutes ses fréquences sont en phases, comme dans les lasers.

 

Le Corps, moteur énergétique

Notre corps biologique possède sept centres énergétiques principaux (six internes et un externe), également appelés chakras. Ceci veut dire que notre lecteur biologique, l’ADN, peut lire sept cassettes différentes simultanément.

En fait, notre corps contient par l’ADN relié par le champ électromagnétique au Grand Tout, au Grand champ de conscience universel, la totalité des expériences qui ont été étudiées et expérimentées par toutes les formes de vie depuis l’origine de la Création. Tel un hologramme, nous sommes une bibliothèque vivante sophistiquée à l’extrême, tout en étant " prisonnier " d’un champ de densité magnétique très bas, la Terre, caractérisé par la dualité. Les écarts de tension, entre nos aspirations profondes et notre confrontation à la réalité physique sans mode d’emploi, sont conséquents et explicatifs du mal-être général de la civilisation humaine en l’état de sa conscience *.

* Les malaises sont en général des migraines, des douleurs musculaires, de la dépression, de la vulnérabilité émotionnelle, des palpitations au niveau du cœur, des difficultés respiratoires, des sensations de chaleur et sueurs nocturnes, de l'extrême fatigue ou excès d’énergie, des pertes de mémoire, une extrême sensibilité, des effets sur appareils électriques et électroniques, le changement de goût à la nourriture.

Cf. Évolution de civilisation (1) - Le mécanisme de l'univers.

Le pourquoi de la souffrance

Dans notre vécu terrestre la souffrance est assimilée aux traumatismes et blessures du corps physique, du corps émotionnel et du corps psychique, mental. Lorsqu'il la ressent, l'être humain recherche la plupart du temps des solutions extérieures propres à l'art médical, très souvent au moyen de la chimie (médicaments). Or la souffrance a une origine, rarement enseignée, qui une fois comprise, permet de l'éviter.

Par-delà ses apparences bien réelles, le monde physique est une illusion, fabriquée par notre seule composante, l'esprit. Pour éprouver la Création, celui-ci va par les lois thermodynamiques de l'électromagnétisme " cristalliser ", condenser les particules constitutives de l'Univers, aboutissant au monde des formes. C'est l'illusion du Vivant. Sa non-conscience, volontairement dissimulée à la connaissance du plus grand nombre, voit les êtres humains être des illusions tout en pensant être réels, et éviter de ce fait leur propre et vraie réalité. Pris au piège de la matière, ils ressentent les peurs liées aux conditionnements assénés et tout naturellement les souffrances qui en découlent, qui ne sont rien d'autre que le sentiment de perte de ce en quoi ils croient.

Pour sortir de ce piège mortifère, ils n'ont pas d'autre choix que de céder le pas et se laisser guider par le " Grand Esprit " qui Est Tout, simplement caché au fond d'eux-mêmes. Laisser les illusions marcher devant la réalité est folie. Laisser l'illusion s'effacer derrière la vérité en la laissant ressortir telle qu'elle est et passer devant soi, c'est la santé d'esprit. C'est une confrontation avec le manipulateur, l’escroc qui se trouve dans notre esprit et qui s'impose lorsque nous lui abdiquons notre propre conscience. La façon d’éviter ce risque est de pouvoir discerner ce qui est authentiquement humain dans nos esprits et ce qui est inhumain, stupide, mécanique, aveugle et procédant par simple imitation. En clair, nous devons prendre conscience de notre potentiel humain de façon à voir comment il est déformé et subverti.

Seul un éveil de conscience, imagé sous forme d’ascension *, peut permettre de nous extirper de cette densité et de tendre vers des dimensions plus légères. En effet, en sortant de la dimension 3-D qui nous restreint par la dualité *², nous allons enfin pouvoir lire et faire fusionner des informations qui appartiennent à d’autres niveaux d’existence spécifiques. Encore faut-il décrasser le moteur pour lui donner sa pleine puissance, ce qui passe par un travail d’harmonisation des sept centres énergétiques (chakras).

* Cf. Le chemin de l'Ascension.  

Cf. La falsification de la 3-D.

Structuration du corps biologique

Notre corps est un immeuble de sept étages (image 1). Chaque étage correspond à un chakra, comprenant six appartements d’une couleur différente * et un couloir violet, gardé par un gardien, celui de la dualité Noir/Blanc (image 2).

Chaque étage est relié aux autres par trois ascenseurs principaux : l’ascenseur émotionnel-sentimental, l’ascenseur mental-intellect, l’ascenseur spirituel. Le bâti de l’immeuble est le corps physique, le corps énergétique assurant l’électricité, la lumière.

Chaque appartement est occupé par des familles, possédant des tas de livres et d’archives ainsi qu’une histoire " familiale ", autrement dit nos mémoires logées dans les cellules de l’ADN. Chacune de ces personnes est une parcelle de notre conscience. Plus nous prenons conscience, et plus nous découvrons celles et ceux qui nous habitent. Ce que nous appelons pensées ne sont que les conversations qui se déroulent à tous les étages.

Pour le respect des autres voisins des étages inférieurs et supérieurs, l’harmonisation de ses comportements est nécessaire. C’est ce qu’indique le règlement de copropriété, celui des règles divines et cosmiques.

* Les longueurs d’onde propres au rayonnement électromagnétique, mesurées en angström, permettent à l’œil humain de percevoir les sept couleurs dites primaires de l’arc-en-ciel : violet, indigo, bleu, vert, jaune, orange, rouge. Elles sont comprises dans une bande d’impulsions très courtes et très rapides entre 7.700 et 3.900 angstrôms. Ces couleurs sont retenues pour chacun des sept chakras caractéristiques du corps humain par les sciences traditionnelles anciennes.


Le Taux Vibratoire de l'être humain

Il n’est pas facile de définir exactement ce qu'est le taux vibratoire d'un individu dans la mesure où tout étant énergie, la matière n’est qu’une sorte d’ultime concentration de l’énergie. On peut à cet effet remarquer que toute matière ne possède pas la même dureté, la même masse, donc la même " concentration " d’énergie.  L’énergie se transmet et se mesure en " vibrations ". Ainsi les sons et la lumière se transmettent par des vibrations qui leur sont propres. Le Taux Vibratoire est la mesure de la qualité de cette énergie structurelle. Elle se mesure grâce au biomètre de Bovis *, qui par ses unités dites " UB ", s’applique absolument à tout : objets physiques inanimés, êtres vivants (plantes, animaux, êtres humains). Selon l’endroit où les mesures sont prises, de très grandes variations de taux vibratoires allant de taux négatifs très bas à des taux extrêmement élevés. Si les êtres humains sont en général entre 6000 et 9000 U.B., certaines personnes, dont le style de vie physique et spirituel est en adéquation avec les grandes valeurs humaines et universelles, ont largement dépassé les 100.000 U.B.  Les lieux sacrés dépassent quant à eux les 5 ou 600.000 U.B (en Égypte, des mesures sur la pyramide de Louxor ont donné des mesures allant de 28 à 30.000 unités). Ces mesures sont menées à partir du " cadran de Bovis ", qui permet de mesurer trois plans vibratoires :  le physique,  qui va de 0 à 10.000 unités, pour l’intensité d’un lieu dont la vibration a un effet sur le physique de l’être humain ; l'énergétique ou corps éthérique, qui va de 11.000 à 13.500 unités ; le domaine spirituel, mesuré dans les lieux sacrés.Il va sans dire que cette mesure n'est absolument pas reconnue sur le plan scientifique.

* Même si un doute subsiste sur son véritable prénom, Jacques Bovis (1871/1947) est un radiesthésiste géobiologue, concepteur de l'échelle éponyme de mesure du taux vibratoire d'un lieu ou d'une personne.

Cf. Univers en partage.

 

Le fonctionnement énergétique

La question se pose de savoir comment nos centres énergétiques, les chakras, assurent notre relation à l’univers, à La Source de tout ce qui EST. Ou comment se concrétise l’énergie en parallèle de la matière terrestre ? Pour l’appréhender, il est nécessaire de faire appel à la loi physique de l’électromagnétisme qui permet d’établir la relation entre deux points. En l’occurrence la matière terrestre (symboliquement la Mère divine, le féminin) est de nature magnétique, engendrant l’électrique énergétique (symboliquement le Père divin, le masculin). En effet, toute variation magnétique entraine obligatoirement une réaction électrique, donc matérielle. Même si l’approche scientifique dite moderne récuse cette démonstration qu’elle qualifie de charlatanisme mystique, elle est irréfutable, mise en œuvre à chaque instant dans le fonctionnement du Vivant. N'oublions pas que l'univers n'est qu'un grand champ de conscience, caractérisé par des particules d'information au sein de différents espaces dimensionnels régis par des lois motrices (gravité, électromagnétisme, force nucléaire).

Sa compréhension permet d’en déduire que l’être humain a toutes facultés en lui pour assurer son harmonie biologique, sans passer par les fausses croyances religieuses d’un monde divin extérieur, ni par la corruption toxique de la chimie scientifique (drogues, médicaments, vaccins…). Dans les deux cas le corps est asservi au détriment de sa libération harmonieuse.

Pour en assurer le fonctionnement adéquat, une prise de conscience est nécessaire, obligeant à sortir de l’enseignement cadenassé du dogme hypocrite officiel. En effet, sous couvert de campagnes préventives concernant l’usage du tabac, de l’alcool, de la malbouffe, des drogues… rien n’est véritablement enseigné concernant la nocivité de la dépendance à ces addictions découlant de la suggestion " marketo-publicitaire ", levier du fonctionnement économique capitalistique, ni du réflexe allopathique conditionné au détriment de sa propre capacité de prévention ou d’auto-guérison. C’est l’encouragement de réponses de nature masculine, rationnelles, et non celles de nature féminine, soit l’utilisation de l’énergie et la maîtrise consciente de sa vibration *.

* Cf. Le chemin vibratoire.

La question de notre état de conscience est déterminant en matière de fonctionnement énergétique. Tant que nous sommes axé sur notre corps biologique (le véhicule terrestre), le Soi inférieur (ou le " petit " Moi), ce sont les deux centres énergétiques du bas – racine et sacral – qui sont principalement sollicités. En nous ouvrant à la conscience du Soi supérieur par l'unité de notre double spirituel (l’Âme), nous sollicitons par le ressenti de leur présence les centres plus élevés – plexus solaire, cardiaque - et ce jusqu’à la conscience de l’UN, réunion de tous ses espaces dimensionnels. Nous maîtrisons alors les 3 moteurs physiques plus le septième chakra, ainsi que les 3 étages de la fusée (Corps, Âme, Esprit) qui pointent vers le Divin *. La nature de la vibration est différente selon les zones, et en accord avec les différentes façons de communiquer avec notre ADN.

* Cf. Le moteur biologique de la co-création.

Il en découle que notre état de conscience influe à l’échelle du corps matériel physique sur notre aura, expression du rayonnement énergétique (de nature électrique) de l’état de notre véhicule. C’est pourquoi sa qualité repose sur l’entretien et la sollicitation adéquate de ses trois moteurs (corps, âme, esprit). Cette expression électrique venant rencontrer les lignes des champs magnétiques externes, terrestre et autres, plus sa puissance s’exprime et mieux nous en recevons les bénéfices.

Ceci veut dire qu’à chaque fois que nous oublions de procéder à sa maintenance par un nettoyage régulier de ses moteurs, par négligence et inconscience, l’encombrement qui en découle par l’absorption de déchets toxiques conduit à la maladie (physique, émotionnelle, mentale ou spirituelle). Celle-ci n’est donc que la révélation des encombrants que nous avons du mal à libérer (les traumatismes en tous genres, les liens affectifs, sociaux et autres, …).

Du bon usage des sens

L’état d’homme aligné passe d’abord par l’équilibre de son corps et de son esprit, à partir d’un travail tant sur les sens physiques, organiques, que sur les sens non physiques, métaphysiques. L’ouïe, le toucher, la vue, le goût et l’odorat sont les cinq organes de perception dits " appareil sensoriel ", grâce auxquels l’homme prend conscience et observe son environnement, par le pouvoir de sélectionner et d’analyser, depuis le stade animal (ou instinctif) de départ - qualifié d’Anima  ou de Moi - jusqu’à son ouverture de conscience à une dimension toute autre, le Soi, plus subtile, celle qui lui permettra d’envisager de se libérer de ses illusions, peurs et souffrances par la réception de cette lumière spirituelle, métaphysique. Leur développement s’avère décisif pour y parvenir. C’est le passage dit du mental inférieur au mental spirituel, le Soi supérieur, celui qui pénètre la réalité dont l’ego formait le dernier obstacle, empêchant la personne de transcender l’état dualiste des formes anthropomorphiques dans la matière (par exemple le " J’aime / Je n’aime pas ").

Pour parvenir à ce stade de supraconscience, il dispose outre de ses cinq sens premiers d’un autre sens, non physique, le discernement, nourri de concentration et d’attention continuelles à partir du mental intellectuel comme de son émotionnel, conjugué à la foi. C'est ce septénaire des sens que la tradition de Sagesse considère indispensable sur le chemin de la perfection aboutie (symbolique du chiffre sept). La bonne utilisation de l’intellect et de l’émotionnel dans toutes leurs dimensions a plusieurs bénéfices : le toucher permet la juste compréhension, avec tact et élégance ; l’ouïe permet la réponse verbale adéquate, l’entendement (clair-audience, soit la troisième oreille) ; la vue permet la vision élargie, la capacité de sentir l’énergie subtile par une perception visuelle (clairvoyance *, soit le troisième œil) ; le goût l’intuition imaginative (ressenti) ; l’odorat la mémoire, synonyme d’intelligence. Il est ainsi passé aux cinq sens métaphysiques, sources de renaissance spirituelle.

Parvenus au sommet de la perfection, les sept sens permettront alors à l’homme son parfait accomplissement, celui d’observer à partir d’une méthode patiente, persistante, persévérante et régulée toutes les dimensions de la Création, et tout particulièrement les plus subtiles.

* Dans son journal intime " Le Livre rouge ", Carl Jung attribue la capacité de prévoir l’avenir à ce degré de supraconscience, permettant à l’énergie de l’Univers d’agir en indiquant le chemin probable. Le subconscient dont parle la psychologie moderne est notre passé évolutif, immédiat et lointain, avec toutes les empreintes de notre vie présente et toutes celles de nos vies passées. Le supraconscient est notre avenir évolutif, le vrai fondement de notre relation à la vie, le lien avec le grand champ de conscience universelle.

 

"Tu as deux yeux, mais tu n’as qu’une vision. Tu as deux oreilles, mais tu n’entends qu’un son. En toi sont le un et le deux. "

Dialogue avec l’Ange - Gitta Mallasz, Entretien 18

 

L’ADN élargi

Comme précédemment indiqué, il apparaît totalement incongru à l'approche scientifique orthodoxe, nécessitant une ouverture de conscience toute autre. De nature sacrée, il détient les directives spirituelles qui contrôlent l’être humain. Il emmagasine les mémoires de toutes nos vies, le code génétique cellulaire permettant de tout savoir au sujet de notre corps, de notre âme, de notre esprit, de nos actes, de nos pensées, de nos attitudes, du passé, du présent, du futur, de notre hérédité ancestrale, de nos vies antérieures… de tout ce qui est enregistré sur " l’ordinateur cosmique ". Tant qu’il est désactivé, nous nous sentons déconnecté de notre Source première. Nous sommes dans le voile de l’oubli, dans les limites étroites d'un champ d'expression tridimensionnel (quadri avec le Temps).

La science matérialiste ne pouvant prétendre à son ouverture, elle est de notre seule et entière responsabilité, ce qui suppose une radicale remise en question de nos croyances et conditionnements, comme de la mise en œuvre d’un nouveau programme de fonctionnement physique, mental, émotionnel et spirituel.

L’ADN élargi est composé de douze spirales auxquelles s’en rajoute une cachée *. Si deux sont ouvertes et deux autres en cours, le chemin à parcourir pour la majeure partie de l’humanité est conséquent. Seul le changement de conscience y conduit, pour nettoyer tous les implants intégrés dans notre ADN subtil ainsi que les mémoires de nos expérimentations humaines. C’est pourquoi la connaissance de nos centres énergétiques, autrement appelés chakras, leur nettoyage et leur activation adéquate - augmentation de leur taux vibratoire - sont déterminants.

* Cf. paragraphe suivant.

 

L’activation des hélices

C’est notre " ADN relatif ", appelé ADN poubelle par la science (sic), qui cache nos possibilités infinies et illimitées. On y trouve tous nos conditionnements, croyances, traumatismes et blessures, qu’ils et elles soient héréditaires, collectives (égrégores), terrestres, galactiques, etc.

La structuration de l'ADN se fait par des brins qui, s’entrecroisant, sont nommés hélices. Les deux connues (quatre en cours) par notre science sont dites physiques, nous structurant dans la dualité propre au monde terrestre en 3-D (4-D avec la dimension temps). Les onze autres sont liées à la multi dimensionnalité qui caractérise la structuration de l’univers, ce que reconnait la science physique à travers diverses théories *. Cette structuration multidimensionnelle est présentée par la science métaphysique à travers l’Arbre séphirotique de la Cabale *², dont chaque sphère (ou séphira) a un rapport avec nos centres énergétiques (ou chakras). Ainsi, l’être humain en l’état de sa conscience fonctionne sur les modes des sept séphiroth inférieures, plus ou moins développés selon son éveil intérieur.

Les 8 cellules souches (cellules indifférenciées capables à la fois de générer des cellules spécialisées par différenciation cellulaire et de se maintenir dans l'organisme par prolifération ou division asymétrique) primordiales sont situées sous le nombril, dans le second chakra dit hara, centre de l’énergie vitale. Elles sont l’empreinte de qui nous sommes, car c’est dans celles-ci que l’on s’incarne (notre personnalité profonde, notre ADN). Nos clés et codes existentiels y sont " imprimés ". L'attention portée à ce centre énergétique est déterminante pour une meilleure capacité d’auto-régénération.

Par la mutation énergétique en cours, l’humanité est en train de s’ouvrir aux cinq chakras (séphiroths) supérieurs. En établissant par la conscience la reconfiguration de notre ADN, nous permettons la matérialisation des dix hélices voilées jusqu’à l’atteinte d’une onzième hélice, sacrée, qui correspond au treizième chakra.

* Cf. Univers en partage

Cf. Le processus création décodé.

Typologie de l’ADN par les Hélices/Chakras

  ADN " dense " -

 Hélice 1 : 1er chakra
Physique, survie.

 Hélice 2 : 2ème chakra
Physique, créativité, pouvoir et sexualité.

 Hélice 3 : 3ème chakra
Clairvoyance (perception intuitive), pouvoir et volonté.

 - ADN " solaire " -

 Hélice 4 : 4ème chakra
Chakra du cœur, le centre de la compassion et du sentiment d’être uni à toutes choses, capacité du corps à vibrer sur les 13 hélices, alignement électrique.

 Hélice 5 : 5ème chakra
La parole, alignement magnétique, capacité du corps à s’aligne sur les hélices, liberté dans la création.

 Hélice 6 : 6ème chakra
Vision, corps subtils, connexion des corps subtils aux 13 hélices, discernement.

 - ADN " atomique " -

 Hélice 7 : 7ème chakra
Ouvre à la connaissance du fait que notre identité va au-delà de la forme physique, lien esprit/matière.

 Hélice 8 : 8ème chakra
Couleurs, reconnexion avec toute la Terre, cause originelle.

 Hélice 9 : 9ème chakra
Formes géométriques de l’Univers, connexion avec les planètes, les astéroïdes, équilibre.

 - ADN " cristallin " -

 Hélice 10 : 10ème chakra
Sons de l’Univers, union, connexion avec l’Univers, l’Âme centrale et le système solaire, Unité.

 Hélice 11 : 11ème chakra
Interaction, interdimensionnel (autres univers).

 Hélice 12 : 12ème chakra
Savoir de façon irrévocable que nous sommes des Êtres ayant un code complet, se sentir comblé et en paix à propos de notre véritable identité, connexion avec La Source.

 - Être Divin -

 Hélice 13 : 13ème chakra
Ancre la reconnexion dans le corps physique, fait circuler librement l’énergie entre les 13 hélices et le corps, et de cette manière parvenir à cohabiter 2 espaces à la fois et obtenir une fusion entre le moi terrestre et le moi céleste. Cette hélice " enveloppe " toutes les autres et forme un 8.

 

La compréhension de la Trinité

Le changement de conscience nécessite de comprendre la trinité Corps/Âme/Esprit *, permettant l’atteinte du point zéro, l’état de non-dualité spatio-temporelle au niveau physique *². En élevant notre compréhension au niveau du cœur (correspondant à la 4-D), l’âme expérimentera l’amour inconditionnel, celui du 4ème chakra, l’ego-mental n’imposant plus sa dictature. C’est alors le passage à la 5-D, qui permet d’expérimenter notre multi dimensionnalité et la communication avec des plans supérieurs au moyen de nos sens subtils.

* Cf. Qu’est-ce que l’homme ?  

Cf. La falsification de la 3-D.

En effet, notre singularité biologique, le Moi autrement nommé l’ego, est la composante de deux énergies : l’énergie masculine, soit l’ego-mental ou intellect qui veut tout diriger et contrôler pour paraître * ; l’énergie féminine, soit le cœur qui ne cherche qu’à être, et qui correspond à notre corps spirituel.

L’ouverture de conscience à d’autres dimensions demande de dépasser obligatoirement le stade de la dualité, nécessitant que le corps vive dans la trinité, c’est-à-dire la dualité unifiée. Il s’agit de se remémorer qui nous sommes, notre nature divine profonde. Pour ce faire, le décrassage de notre ADN cellulaire est indispensable sur les quatre plans : physique, émotionnel, mental et spirituel. C’est la seule solution pour bien recharger les mémoires contenues dans notre ADN.

* Cf. Décryptage de l'égo.

 

L'indispensable prévention électro-magnétique

Les ondes électromagnétiques sont incontournables de notre société technologique : téléphone portable, antenne-relais, appareils électriques divers. La réalité médicale incontestable est qu'elles ont des conséquences sur le fonctionnement de nos cellules, déclenchant douleurs, maux de tête, maux de dents, sonnerie dans les oreilles, sensations de brûlure sur la peau ... S'en protéger est coûteux, ou disgracieux (ex. casque en aluminium). 

Or une propagande massive s'acharne à nier cette réalité, tous les efforts étant faits pour les considérer comme imaginaires. En effet, les enjeux financiers qui se trouvent derrière cette question sont énormes. Si, demain, il était officiellement reconnu que les ondes électromagnétiques rendent les enfants hyperactifs, stressent les adultes, tuent les cellules, accélèrent le vieillissement et donnent le cancer… des pans entiers de l'économie s'écrouleraient. Non seulement l'industrie des télécommunications, mais aussi tous les secteurs qui recourent au wifi, aux téléphones mobiles, aux radios, aux communications par satellite pour fonctionner. C'est toute la société qui serait à réorganiser, chose inconcevable pour le système prédateur destructeur.

Les cas d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques sont des cas cliniques, décrits par des médecins. Ils portent sur des personnes qui souffrent des symptômes les plus divers en présence d'ondes électromagnétiques : maux de crâne, maux de dents et de gencives, acouphènes (sonneries dans les oreilles), troubles du rythme cardiaque, douleurs articulaires, sommeil agité, fatigue, irritabilité… Si elles ne peuvent vivre pour s'en protéger dans les rares forêts, montagnes, grottes qui sont encore préservées des ondes électromagnétiques artificielles, elles doivent impérativement se couvrir de protections métalliques.

Qui plus est, si les ondes électromagnétiques sont officiellement encore " inoffensives ", les assureurs ont pris leurs précautions depuis longtemps. Depuis 2003, ils ont pris soin d'inscrire en toutes lettres dans leurs contrats qu'ils se désengagent des "dommages de toute nature liés aux champs et ondes électromagnétiques " vis-à-vis des opérateurs de téléphonie mobile. Ainsi les dégâts liés aux ondes ont donc acquis le même statut que ceux causés par l'amiante * : ils sont in-assurables, même dans la catégorie " grand risques ".

* Les ondes figurent d'ailleurs aussi aux côtés de l'amiante dans la catégorie 2B des agents cancérogènes possibles définie par le Centre international de recherches sur le cancer de l'OMS, tout comme le plomb et le DDT (produit chimique organochloré synthétisé en 1874 aux propriétés insecticides et acaricides cancérigènes).

Les ondes électromagnétiques, comme leur nom l'indique, interfèrent avec tous les courants électriques et les champs magnétiques. C'est pourquoi elles affectent notre biologie, toutes les cellules vivantes étant polarisées avec un " plus " et un "moins ", comme un aimant. C'est cela qui leur permet de faire entrer et sortir des substances, en les attirant ou en les repoussant, comme les ions sodium et potassium qui sont en flux permanent, ou les ions calcium et magnésium.  

L'électricité sert aussi à nos cellules nerveuses (neurones) pour communiquer : quand nous touchons quelque chose avec notre main, un récepteur dans notre peau produit un petit choc électrique. Il passe d'une cellule nerveuse à l'autre par les synapses, qui sont les connecteurs électriques entre les cellules, jusqu'à notre cerveau.

L'électricité est même utilisée pour penser : quand nous réfléchissons ou ressentons des émotions notre cerveau s'active. Il est d'ailleurs possible de suivre cette activité en faisant passer des ondes magnétiques à travers notre cerveau. Ces ondes sont en effet perturbées par les courants électriques internes, et c'est en mesurant ces perturbations qu'on sait quelle est la partie du cerveau qui travaille. C'est ce qui permet la technique de l'IRM, ou imagerie par résonance magnétique. L'IRM est un énorme électro-aimant qui fait passer à travers notre corps des ondes électromagnétiques et qui mesure ainsi ce qui se passe en nous.

Si ces ondes ont toujours existé, elles étaient historiquement faibles, les plus notables provenant du champ magnétique terrestre, ce qui explique le phénomène de la boussole, où une aiguille aimantée s'aligne spontanément sur l'axe nord-sud. Mais depuis l'invention et la diffusion de l'électricité, des ondes électromagnétiques incomparablement plus fortes ont envahi notre environnement, variant de 20 Hertz (train électrique) à un milliard de Hertz (communication sans fil). Elles ont commencé à se multiplier avec la radio dans les années 1920, le radar dans les années 1940, la télévision dans les années 1950, les ordinateurs dans les années 1970, les téléphones portables dans les années 90 et le wifi dans les années 2000.

Indéniablement elles perturbent le métabolisme de nos cellules, accélérant le vieillissement, favorisant certaines maladies, ayant des conséquences sur notre système nerveux, en provoquant maux de tête, fatigue, stress. Elles hâtent la mort des cellules, telle une expérience en 2007 de scientifiques américains l'a démontré en ayant exposé des cultures de neurones et d'astrocytes (cellules humaines) à un téléphone mobile GSM, les gènes de ces cellules commençant à s'exprimer différemment au bout de deux heures seulement.

Comment prendre ses précautions

La première mesure à prendre, qui est de loin la plus importante pour sa santé, et pas seulement sur le plan des ondes d'ailleurs, est de déménager, voire de changer de métier si nécessaire. Si cela semble radical, inconcevable même à la plupart d’entre nous qui vivons avec cette conviction que l'on nous a enfoncée dans le crâne, qui veut que nous n'ayons pas le choix, ce choix de vivre loin des centres-villes permet une indéniable meilleure qualité de vie.

D'une façon générale dans notre lieu de vie, il est judicieux de placer nos appareils électriques contre les murs donnant sur l'extérieur, et de ne garder aucun appareil électrique dans notre chambre, tout comme du côté du mur contre lequel est placé notre lit.

Il convient d'éviter les lampes basse consommation bon marché dites " fluocompactes ". Leur culot contient en effet un ballast électronique renfermant un générateur d'ondes à basse fréquence. Il est judicieux de les remplacer par des ampoules LED lumière chaude. 

L'utilisation d'un ordinateur est de loin préférable avec un écran plat, en s'éloignant au maximum du moniteur, et en le plaçant le plus loin possible sur le bureau. De même le clavier et la souris doivent être avec fil. Le wifi pour connecter l'ordinateur à Internet est à proscrire, en utilisant de ce fait un fil.

Un ordinateur portable ne se pose pas sur les genoux ou contre nous. Et un clavier, une souris et si possible un écran externe sont à utiliser si nous le pouvons. Sa batterie est à utiliser au maximum plutôt que de le brancher. Lorsque nous devons le recharger, le mettre dans un endroit isolé de notre lieu de vie.

De même l'usage de la lumière électrique est à limiter, et la borne wi-fi à débrancher la nuit.

Les radios, scanners, IRMs, échographies sont à limiter au maximum, en privilégiant un médecin désireux et capable de faire un maximum de diagnostics sans se couvrir avec des examens superflus.

Pour un bébé, le babyphone est à éviter, car il émet des micro-ondes pulsées particulièrement nocives pour le cerveau des petits.

Ne pas dormir à côté de son téléphone portable. Non seulement il faut l'éteindre et le mettre à charger à l'autre bout de la maison, mais il faut qu'il soit le plus loin possible de nous, car un téléphone portable contient un aimant si puissant qu'il continue à émettre des ondes, même éteint. D’ailleurs, si nous le pouvons, nous nous passons tout simplement de téléphone portable !

 

 

La vraie thérapie, c'est à tout moment, en toutes conditions, et certainement pas guidée par quelqu'un que nous payons, mais par sa guidance supérieure qui place les expériences dont nous avons précisément besoin sur notre chemin.

 

 

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur le bouton.