La formulation de ces clés n'engage que leur auteur, qui puise tant dans ses recherches et sources d'information que dans son imaginaire leur révélation et libre mise à disposition suivant la forme et la rédaction retenues.

Il n'y a de ce fait rien à prendre pour argent comptant, seulement à laisser faire en soi le processus d'ouverture de conscience par le discernement, soit le juste équilibre entre cœur et raison. Celui-ci conduira à les invalider, à les valider, à les compléter par d'autres ajouts et compléments.

C'est ainsi que procède le chercheur de vérité.

 

 

Processus de transformation de conscience (1)

 

Complément à la Publication L'état de cohérence, voie de sa liberté

 

C’est par le simple accueil de sa vraie nature, en l’état, que l’homme ordinaire, ayant soulevé le voile de l’ignorance, demande à son Esprit de pouvoir " ascensionner " et, ainsi, pouvoir " ressusciter ", car tel est son droit le plus absolu selon la loi de l’Un. L’individu, libéré de ses implants involutifs, a ainsi la capacité de co-créer son ascension vibratoire. Plus qu'un phénomène mental ou spirituel, c'est une évolution naturelle de la matière devenant consciente.

Le processus décrit ci-après présente les différentes étapes incontournables de l'ouverture et de l'ascension de la conscience * à une " dimension d'évolution supérieure ", permettant de ne pas rester " prisonnier " des boucles du temps propres à notre actuelle dimension d'appartenance, la 3-D. Dans le langage alchimique, cette étape est appelée la transmutation du corps humain en un corps divin *². Pour une présentation plus exhaustive des éléments de contenu cités, il est nécessaire de se reporter à l'explicatif au sein des différentes publications rédigées.

* Ce que le mouvement " New Age " nomme à tord " ascension " est en fait une descente des énergies universelles. L'effort de l'humanité est de les recevoir en commençant par les accepter. Ce qui ne lui est pas du tout facile, tellement la culture universelle est à l'opposé de la notre.

Cf. Le chemin alchimique.

Ce processus combine une maîtrise des lois et principes tant physiques que biologiques, tout particulièrement concernant l'ADN cellulaire, avec les lois métaphysiques propres aux interactions entre les trois dimensions de l'être humain que sont le corps, l'âme et l'esprit *, avec comme point d'impulsion central le cœur (plus que le mental). Ces deux dernières dimensions ne reçoivent en l'état aucune caution scientifique, si ce n'est ce qui est admis par ses branches neurosciences et psychologie, tout particulièrement la notion de conscience objective, à savoir la conscience des sens résultant essentiellement d'un processus chimique, nerveux et cérébral.

Aussi, sauf à s'en extirper, la démarche d'ouverture de conscience et l'accès à ses capacités insoupçonnées, soit nos vrais pouvoirs intérieurs *², ne peuvent être menés dans les clous du dogme scientifique en vigueur. L'expérienceur, celui qui veut découvrir, n'a pas d'autre choix que de s'engager par la force de son intention dans sa propre démarche expérimentale d'entrée en résonance avec la Conscience universelle, ainsi que par la confiance et l’ouverture à cette énergie (autrement appelée lâcher-prise), et en valider suivant les grandes étapes présentées ci-après la pertinence comme les bénéfices que sont la santé, la vitalité et la stabilité. C'est alors l'état de cohérence avec Qui Nous Sommes vraiment.

* Cf. Qu'est-ce que l'Homme ?

Dons de guérison par les mains ou le verbe, télépathie, clairvoyance, clair-audience, intuition instantanée ...

Changement de regard

La mythologie évoque ce changement dans la lutte entre le géant Antée et Hercule le latin (Héraclès en grec). Le géant comme fils de la Terre ne peut conserver sa force et sa vie que par le contact avec le sol. C'est l'homme qui vit uniquement avec le monde matériel, dans son incarnation charnelle. Lorsque Hercule, l'homme à la recherche d'une vie plus haute, le soulève au-dessus du sol, il est épouvanté et, ne possédant aucune valeur psychique, périt.

Du changement

" Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. " Confucius, philosophe chinois.

Le monde actuel se divise en deux grandes catégories d’individus : ceux qui ont tourné leur regard vers leur soleil intérieur, la lumière, et ceux qui restent à la rechercher à l’extérieur, ne faisant que regarder la désolation au-dehors. Il y a ainsi d’un côté ceux qui essaient de trouver la Lumière, la paix intérieure, en favorisant leur écoute intérieure, et de l’autre, ceux qui comptabilisent le sombre, le lourd, tout ce qui stimule leurs peurs. Ils auront beau se débattre en cherchant des réponses extérieures, personne ne pourra les leur donner. Nous oscillons tous entre ces deux catégories, jusqu’au jour où l’une prend définitivement le pas sur l’autre.

Pour faire en sorte que nous choisissions d’aller vers la Lumière plutôt que vers la peur, il est nécessaire de comprendre avec son cœur et pas seulement avec sa tête. La déconstruction de l’ancien état n’est jamais aisée, joyeuse, d’autant plus pour ceux qui ne voient aucune lumière, aucun espoir. C’est à l’image de la larve qui devient libellule. La période de sortie de la chrysalide est quelque peu éprouvante, mais elle n’est qu’une étape vers une façon de vivre différente dans un monde qui devient alors différent. La larve de libellule est dans l’eau, dans l’émotion. Le jour où elle arrive à sortir de l’eau via une branche d’herbe pour commencer sa mue, cela semble catastrophique. Toutes les autres sous l’eau lui diront " Ne va pas dans l’autre monde, dans le monde de l’air, dans le monde de la légèreté, dans le monde de la lumière aveuglante, car tu seras détruite ! " C’est vrai que la larve sera détruite, et qu’elle prendra une autre forme qui était cachée en elle. En suivant sa petite voix malgré toutes les douleurs, elle découvrira quelle était la véritable divinité qui se cachait en elle. Elle aura découvert une autre dimension où elle peut voler, contrairement à sa nage aquatique. Ce qui peut paraître horrible aux yeux de ceux restés dans les peurs devient majestueux à ceux qui comprennent et vivent la transformation dans la lumière de l’incertain mental tout en étant dans le ressenti intérieur profond et certain. Celui qui ne sait pas voit la chenille se dissoudre dans le néant et la peur. Celui qui sait attend sa vie de libellule avec joie. Il piaffe même d’impatience, mais il faut bien laisser passer les gelées de printemps, sinon ça va grelotter dur de l’autre côté. La patience est de mise sous peine de se faire ramasser par un retour de froid, comme les forces de l’ombre, celles pilotant notre égo-mental, l’aiment bien. Pour celles et ceux qui osent se préparer au déshabillage intégral, le passage se fera, inéluctablement. En pleine acceptation et en plein lâcher-prise, ils vivront cette transformation en pleine conscience. En toute liberté, ils découvriront la maîtrise de ce qui se cachait en eux contre toute attente. Ce n’est que lorsque notre mue est finie que nous pourrons faire la cour à d’autres entités aussi lumineuses que nous.

Aussi est-il indispensable de choisir son camp une fois pour toutes, et de ne pas se poser la question de savoir si nous avons fait le bon choix. Le monde étant dual, toute tiédeur ne fait que nous pénaliser. Une fois la décision prise, ne laissons plus personne remettre en cause notre décision car, après tout, ce sont ceux qui disent nous aimer le plus qui se révèleront les plus nocifs pour notre liberté. Personne n’aime le changement, encore plus nos proches qui devront obligatoirement faire des efforts pour se mettre au niveau. Et comme il y en aura toujours un qui ne sera pas d’accord avec nous, il est inutile d’essayer de le convaincre. Donc pas de panique, juste l’affirmation franche et claire de la direction où nous allons. Celui qui ne s’engage pas consciemment à réaliser ce qui est important, s’engage inconsciemment à réaliser ce qui n’est pas important. En changeant notre regard sur nous-même, nous verrons que le regard du monde changera à notre propos.

 

Étape 1 : le changement de référentiel

Nous vivons sur une planète vieille de plusieurs milliards d'années, au sein d'un système solaire intégré dans une galaxie nommée Voie lactée. L'Univers contient une multitude de galaxies et de systèmes solaires, qui sont mus par des forces énergétiques dites gravitationnelles, nucléaires, électromagnétiques, transportant par cette énergie vibratoire de l'information sous forme de particules subatomiques. Cette interrelation énergétique concerne tous les éléments constitutifs de cet univers, dont bien sûr l'être humain. Ce dernier évoluant dans un champ magnétique de faible densité caractérisé par la dualité, l'opposition des apparents contraires, il lui est difficile d'accéder à d'autres dimensions vibratoires plus élevées, d'autant plus si le système de croyances enseignées et les conditionnements qui en découlent vont à l'encontre de cette compréhension, faisant écran. Il est alors prisonnier d'une matrice, appelée la " matrice cyber " compte-tenu de son orientation scientiste (le mouvement transhumaniste).

Cf. Conscience du XXI° siècle ; Univers en partage ; La dualité décodée ; Compréhension structurelle de la Matrice asservissante.

Le champ de conscience actuel en vigueur sur la planète Terre est limité par le paradigme du modèle physique standard de l'univers et de ses caractéristiques dites en 3-D, 4-D si l'on rajoute la dimension du temps relatif : l'espace, la masse, l'individualité ou singularité. Elles ne sont que les conditions résultant de la Création - Ce Qui Est - par la Conscience universelle, sans réalité propre si ce n'est dans ce monde spécifique terrestre, afin de le maintenir en ordre pour garantir l'expérience que nous sommes venu y vivre. Ce champ de conscience est dit en mode " Service de Soi ", soit impulsé et sous contrôle de l'égo-mental, lui-même sous domination d'un " corpus prédateur " de nature involutive *.

En appréhendant l'Univers comme un Tout énergétique cohérent du macrocosme au microcosme, structuré et organisé selon des Lois spécifiques et immuables d'harmonie appelées cosmiques ou universelles, où tous les éléments le composant sont indissociablement interreliés et contenus en chacun comme un processus holographique, l'homme prend conscience de l'existence de champs multi-dimensionnels, interstellaires, ce que la science matérialiste reconnaît d'ailleurs avec le concept du " multivers " *². Ainsi les notions de topologie et de géométrie, dépassant les dimensions spatiales, n’ont plus rien de commun ou de comparable aux concepts de notre " espace-temps ".

* Cf. Décryptage de l'égo.

Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers & Fonctionnement de l'architecture du Vivant.

Intrication de la pensée

Lorsque nous pensons à quelque chose ou à quelqu’un, nous établissons un pont entre nous et cette chose ou cette personne. C’est un réel circuit d’énergie qui crée un lien supplémentaire dans notre tissu de connexions. Et c'est la fréquence vibratoire de la pensée qui détermine la vitesse à laquelle elle atteint sa cible et nous affecte tous les deux. Les pensées et les sentiments d’une haute fréquence sont reçues immédiatement si leur cible est dans la même octave. Ceci entend que plus il y a de lumière, de clarté parmi nous et en chacun de nous, plus il est facile à chacun de se connecter. Tout comme s'il n’est pas difficile de voir la lumière dans une pièce remplie de lampes, cela est plus difficile s’il n’y a qu’une bougie dans un coin. De même, si nous assistons à des funérailles où tout le monde est triste et déprimé, nous pouvons facilement nous laisser submerger par ce sentiment de désespoir et y céder nous-même. C'est pourquoi en entretenant le bonheur, la joie, la paix ... dans tous les aspects de notre vie, nous contribuons à inciter " tout le monde " à faire de même.

Cf. Esprit global.

Mais, dans une culture civilisationnelle globale notamment occidentale circonscrite aux cinq sens physiques, bases du rationalisme scientifique, les êtres humains sont peu sensibilisés à l'existence des sens dits subtils, seuls à même de leur permettre d'accéder par leur non-localité à une " communication interdimensionnelle ", qui les conduit à une dimension supérieure, la 5-D, non soumise aux limites du temps et de l'espace. Cette dimension de conscience est dite en mode " Service d'Autrui ". Même si l'intuition, le rêve, des techniques thérapeutiques comme l'hypnose, ou la prise de substances végétales - les psychotropes - (avec toutes les précautions et réserves d'usage *) en constituent des rampes d'accès potentielles, elles ne sont que ponctuelles, et ne s'inscrivent pas dans la durée.

* L'ayahuasca ou Yagé, breuvage à base de lianes consommé traditionnellement par les chamanes des tribus indiennes d'Amazonie, utilisé pour sa capacité curative associée aux croyances et pratiques locales, tue chaque année plusieurs touristes. L'ingestion de toute substance non agréée peut conduire à des risques graves si elle n'est pas assortie d'un soutien médical et psychologique ad'hoc.

Drogues et perception

Le système physique filtre les pulsions énergétiques de la vie car en excès, nous ne pourrions les traiter. En consommant des drogues psychédéliques ou des psychotropes, l’élimination de certains filtres mentaux et émotionnels peut faire ouvrir les yeux tout en désorientant et en faisant peur. Les connexions provoquées chimiquement sont simplement une dissolution de certains filtres mentaux ou émotionnels, laquelle peut procurer temporairement un aperçu d’une autre façon de voir, mais non une véritable connexion aux autres sphères de la réalité. Nous pouvons les utiliser pour obtenir cet aperçu, mais c’est là leur seul avantage. Si nous découvrons quelque chose d’important pendant que les filtres sont suspendus par ce moyen-là, son sens n’apparaîtra que par un changement de notre mode de connexion.

Si nous pouvons affecter notre réalité physique, notre cycle évolutionnaire pourrait en souffrir si nous ne sommes pas prêt. C'est pourquoi un mauvais usage des drogues peut avoir le même effet. Notre cerveau fonctionne avec des impulsions électriques d’une certaine fréquence vibratoire. Certains psychotropes peuvent changer ces fréquences artificiellement et ouvrir la porte à des perceptions que nous ne sommes pas prêt à gérer, pouvant alors court-circuiter notre aptitude à créer ces voies d’une manière organique. Nous pouvons littéralement brûler nos voies électriques vers des dimensions supérieures en nous connectant à un voltage trop élevé pour la capacité de nos fils.

Changement de dimension

Dimension en 3-D (4-D avec le temps relatif)

Conscience locale

Perception d'un mouvement d'énergie entre un point A vers un point B (temps perçu comme linéaire)

Dimension en 5-D

Conscience non-locale

Le point A entre en résonance avec le point B, dans un éternel instant présent.


Or, sous l’influence des vents solaires tout ce qui vibre sur la planète aujourd’hui voit son Taux Vibratoire (T.V.) augmenter fortement depuis quelques dizaines d'années, jusqu’à changer bientôt de catégorie dimensionnelle. Voici révélée la vraie raison, inavouable par les autorités, du réchauffement climatique, cette fenêtre d'ouverture spatio-temporelle une fois refermée appelant une période de glaciation *. Nous sommes en train de passer en 4ème dimension, voire rapidement en 5 D, après avoir séjourné des centaines de milliers d'années dans la 3ème dimension.

* Cf. Vérité climatique.

 

Mode de fonctionnement de l'humain en 3-D

Les trois premiers centres énergétiques (1, 2, 3) assurent par leurs bandes de fréquences progressives la propulsion de l'homme au sein de la matière. C'est au stade basique la relation à l'argent (1), gage de survie, puis à la famille et à la sexualité (2), et enfin au pouvoir - statut, affirmation sociale - par la volonté de l'égo-mental (3). La dimension relationnelle aux autres - altruisme, empathie, charité ... - vient du cœur sous contrôle de l'égo (4), point d'équilibre nécessaire vers les aspirations supérieures des trois autres centres énergétiques (5, 6, 7).

Celles-ci découlent de l'effet miroir des trois premiers centres, projetés au stade supérieur. Elles se traduisent d'abord par un positionnement dans une famille élargie (tribu), en religion et/ou en politique (5), puis par une sensibilité plus prononcée aux aspects paranormaux/occultes/cachés (6), avant que de permettre un état de fusion de nature spirituelle (7) dans l'espoir de sauver l'âme.


Cette réalité en 3-D " Service de Soi " est limitée, conditionnée sous l'effet de fausses croyances et de conditionnements délétères par les affres de l'égo-mental sous contrôle du corpus prédateur involutif *, coupé ainsi par le " voile de l'oubli " du Soi supérieur (l’Esprit universel en relation avec l'Âme, sa petite voix intérieure), du Grand Soi substance (Ce Qui Est, le Soi divin, Dieu) et du Grand Soi essence (l'Un, le Tout, La Source). Il en découle les affres des pensées erratiques, des émotions exacerbées et des sentiments chargés, ainsi que des regards polarisés, confinant aux jugements (+ ou -), aux accusations et aux condamnations. La fusion spirituelle qui en découle ne peut en fait qu'être un leurre, rassurant pour l'égo, mais totalement inefficace dans le pouvoir de " co-création " conféré. Elle n'est alors que " spiriduelle ", une spiritualité dans la dualité.

* Cf. La falsification de la réalité en 3-D & Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Cf. Le moteur biologique de la co-création & Le chemin vibratoire.

Aussi l'ouverture d'une conscience en 5-D (passage d'abord en 4-D +), le mode " Service d'Autrui ", passe par un changement radical, touchant aux croyances comme aux conditionnements inculqués et à leur reprogrammation. Si nous voulons retourner en arrière pour changer l’ " Histoire " par rapport à ce qui était jusqu'alors perçu universellement (tout comme nos relations par rapport à des personnes), nous devons d’abord créer un univers alternatif pour ce faire, soit une ligne temporelle parallèle. C'est pourquoi l'ouverture de conscience va à l'encontre de la représentation classique de la Vie et de son apparente réalité, telles qu'inculquées et volontairement entretenues par les institutions liées au corpus prédateur qui en ont la charge, pour des raisons évidentes de captation du pouvoir énergétique créateur de l'être humain. Lorsque celui-ci le délègue à autrui, il perd par ce transfert de sa puissance. S'il souhaite se le réapproprier, il n'a pas d'autre choix que d'aller à l'encontre du mouvement général et d'entreprendre le " Voyage du Héros ", en traversant le monde en solitaire mais non en indifférent...

Cf. Le modèle pyramidal décodé & Le Jeu de la Vie.

Le travail en réseau

Il nous est peut-être difficile d’imaginer un monde de coopération quand nous regardons ce qui se passe aujourd’hui autour de nous. Pourtant, tout en gouvernant seul la conduite de notre vie, il est possible d’exister dans une réalité où règne le partage, de sorte que tous y gagnent et que personne ne soit privé d’un enrichissement personnel. La satisfaction personnelle sera toujours différente pour chaque individu, mais ensemble chacun sera encouragé à réaliser son meilleur potentiel parce que tous travailleront pour atteindre le même objectif. Si quelqu’un est oublié, l’équipe le récupérera parce qu’elle aura besoin de l’énergie de chaque membre pour réussir. Nous travaillerons ainsi ensemble à maintenir l’énergie du groupe à haut niveau. C'est pourquoi celles et ceux qui développent l’aptitude à la coopération énergétique mental et spirituelle hériteront de la " Nouvelle Terre ", fruit de leur création. Il se produira un échange d’énergie au niveau moléculaire entre toutes les formes de vie, avec un objectif commun de création. Au niveau profond, le don mutuel profite à chaque être impliqué dans la relation. Cet échange dynamique requiert une sensibilité à la tonalité émise par tous les êtres vivants et au mouvement sous-jacent des particules atomiques de l’un à l’autre. Lorsque nous échangeons de l’énergie, nous échangeons des particules de vie qui ont également une conscience. Ces unités d’énergie consciente circulent entre les grandes formes vivantes en une danse vibratoire spectaculaire. Quand notre conscience est une vibration plus légère, cet échange se produit facilement et chaque battement est alors intense.

 

Mécanisme de la conscience

L'atome, en d'autres termes la particule de matière constitutive de notre terrain terrestre d'expression, n'existe que s'il est observé ou perçu par nos sens. Autrement cette particule atomique ne pourrait exister, puisqu'elle ne serait qu'onde vibratoire* ou antimatière, sa nature. Absolument tout notre environnement visible et invisible est constitué d'ondes, la plupart (quasi totalité) des êtres humains n'en ayant pas conscience, même s'ils ont pu l'apprendre, tant ils sont illusionnés par leurs sens physiques et les croyances quant à la réalité de la matière distillées par les institutions et leurs représentants inféodés au consortium prédateur.

Ainsi ces ondes projetées et mises en mouvement le sont :

- soit par notre propre conscience humaine, afin de les permuter en infinités d'atomes matérialisant directement le quotidien de notre propre bulle de perception (l'univers n'étant que mental, nous créons (plus justement modelons) à chaque instant notre réalité...) ;

- soit en étant générées par un égrégore de Consciences supérieures de 6ème et 7ème dimensions (le Champ Divin) pour matérialiser notre environnement, notre milieu de vie (la terre, l'eau, les éléments, la chaleur... et les circonstances, les " aléas ou les hasards " de la Vie échappant à notre conscience limitée ...) *².

Transposée au niveau atomique, la conscience humaine peut jouer à la fois le rôle de l'onde créatrice ou de la particule créée, autrement dit du créateur et de sa création. Ainsi se comporte la forme subatomique la plus élémentaire de l'atome, le Boson de Higgs, parfois appelé particule de Dieu, selon la fréquence vibratoire dans laquelle se situe la conscience créatrice, onde ou particule. En d'autres termes, selon qu'une conscience s'exprime au travers d'un corps d'incarnation ou au travers d'un Esprit non incarné (scientifiquement parlant : qu'elle soit ou non soumise à une interaction nucléaire forte ou faible, une interaction électromagnétique ou de la gravitation), le Boson de Higgs est à la fois onde devenant particule ou particule redevenant onde.

Ces deux formes de consciences créatrices – séparées uniquement par notre égo/intellect –, ne font de ce fait qu'une seule entité, que tout humain appelle Dieu, Goth, God, Allah, Dios, le Grand Esprit, le Grand Architecte, le Grand Tout, l'UN, La Source ...

Entre ces deux extrêmes dimensionnels, c'est à dire entre la 1ère et la 7ème dimension, les consciences s'expriment par leur densification sur les trois premiers plans (1ère, 2ème et 3ème densité) qui sont ceux de la matière, de l'atome et des éléments (le minéral, le végétal et l'animal-humain), la 1ère dimension, celle du minéral, étant la seule densité commune à toutes les autres.

La 4ème dimension est véritablement le siège de la conscience humaine. Elle se projette en 3ème dimension au travers de son propre corps de matière, " l'humain ", celui-ci étant le seul à posséder dans cette 3ème densité une conscience de soi potentiellement évolutive car réflective.

Cependant, d'autres réalités parallèles existent dans cette même 3ème dimension. Elles représentent celles de notre passé et de notre futur, l'univers étant multidimensionnel dans un éternel Présent. Finalement, la 4ème dimension n'est qu'une autre 3ème dimension parallèle à notre 3ème dimension humaine, plus ou moins décalée dans l'espace-temps. Ainsi, lorsqu'une fenêtre dimensionnelle s'ouvre dans notre réalité, celle-ci provient uniquement de notre subconscient individuel ou collectif, qui se décale légèrement de notre temps présent et qui projette, densifie et manifeste sa réalité dans notre présent, par un nouvel agencement gravitationnel qui devient dense, réel et tangible.

* Cf. Univers en partage & Esprit global.

Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

La personnalité

La raison pour laquelle nous sommes si nombreux à souffrir d’une faible estime de nous, c’est que nous ne voyons pas notre vrai soi. Bien sûr que nous n’aimons pas ce que nous voyons pour telle ou telle raison (aspect physique, situation sociale ou professionnelle, situation matérielle, maladie, névroses ...), mais ce n’est pas nous. Ce n’est même pas réel. Ce que nous voyons dans le miroir, c’est l’énergie négative à laquelle nous nous sommes connecté(e) dans cette vie-ci et dans les autres. Elle s’accroche à nous et nous continuons à y croire en rétablissant constamment le lien avec elle. Il s’agit en réalité d’une entité distincte, d’une basse énergie vibratoire. Nous pouvons l’écarter, ce qui nous procurerait la liberté d’incarner l’être de lumière que nous sommes réellement. Mais comment notre fréquence vibratoire pourrait-elle se connecter si elle est enfoncée dans une vallée obscure ? Notre luminosité est cachée et elle doit être libérée. Nous sommes le seul à pouvoir le faire en choisissant la conscience.

Le mécanisme de l'Intégration des niveaux par la Conscience

La Conscience réalise un même processus d'intégration d'un changement, et cela en trois temps :

1. Tout d’abord, la prise de contact avec les éléments du niveau (perception, action…)

2. En deuxième lieu, analyse de ces éléments pour les intégrer dans un mécanisme fonctionnel grâce au maniement répété des actes/objets qui correspondent au niveau.

3. Finalement, maîtrise de ces mécanismes.

Lorsque le résultat est acquis, la Conscience, avec ses prérogatives " d’absolu ", se transfère au niveau immédiatement supérieur pour y répéter le même processus et le niveau abandonné devient automatiquement au service des niveaux supérieurs. Malheureusement, dans un grand nombre de cas, les erreurs pédagogiques par ignorance n’ont pas rendu possible cette maîtrise, entraînant des conséquences psychologiques tant individuelles et sociales au fur et à mesure du déroulement évolutif. La famille, l’école, la société toute entière assument la responsabilité de ces conséquences tragiques pour l’avenir de l’individu et du groupe social.

Ces trois étapes successives sont nommées innovation, intégration et équilibre. Chez les enfants, il est observé généralement qu’à la première de ces étapes l’enfant fait preuve d'un enthousiasme maladroit souvent incompris de l’entourage, du fait qu’il venait d’acquérir une maîtrise satisfaisante sur l’objet de son précédent intérêt. La répression inconsidérée à cette période, avec refoulements concomitants, rend alors définitivement impossible le travail d’organisation et d’intégration de la Conscience, d’où les désastres psychologiques qui s’ensuivent ...

Cf. Travaux du psychologue et pédiatre états-unien Arnold Lucius Gesell (1880/1961).

 

 

Étape 2 : la conscience du Moi/Soi supérieur

" Frappez et l'on vous ouvrira "

Opposé du " petit " moi, le moi égotique ou égo-mental *, expression de notre singularité biologique, le Moi ou Soi supérieur caractérise notre sentiment d'appartenance au Grand Tout unifié. Il est également connu sous les vocables d’Être Supérieur, de Principe ou Moi Christique (ou Bouddhique selon le référentiel culturel), de Moi ou Soi Divin. C'est l'énergie d'amour du Créateur ou de la Source constitutive de l'Univers, la fameuse quintessence aristotélicienne. Elle a pour fondement les caractéristiques du Principe créateur du cosmos, de son mécanisme, soit l'archétype " Père/Mère " appelé par commodité réductrice " Père " et/ou Dieu, qui à partir de la mise en mouvement de l'énergie primordiale indifférenciée, donne naissance à l'archétype " Fils ", le Christ cosmique, l'âme universelle de la Création, l'Amour et la Sagesse, la sphère émotionnelle expression de la planète, l'âme individuelle ou conscience dans chaque créature, l'idéal de perfection que doivent atteindre toutes les âmes incarnées. Il confère à la substance le pouvoir de créer des formes par le pouvoir combiné de l'énergie et de l'Amour.

* Cf. Décryptage de l'égo.

Cette conscience supérieure ou supra-conscience permet à l'être humain, par l'intuition, le rêve, la prémonition, de se libérer de ses limites et entraves terrestres et d'exprimer par sa création inspirée sa singularité biologique, à sa juste place, afin de jouir de la matière sans limites. Son mental est alors au service exclusif de la manifestation de sa plus haute version, dégagée des parasites, tentations et autres illusions sources d'égarement et de dispersion d'une psyché sous l'emprise des peurs et des souffrances. Enfermé dans le monde sensible, c'est bien pour en sortir en vue de parvenir à un monde ultra-sensible qu'il change de conscience pour trouver la certitude de l’Éternel en lui. Soulevant le " voile de l'oubli " par cet éveil aux hautes fréquences spirituelles, il peut alors être aligné avec le programme de son âme *, qui le conduit vers la conscience la plus pure et le meilleur chemin pour accomplir avec perfection son programme de vie sur Terre.

* Cf. Le cheminement de l’Âme.

Le voile de l'oubli

C'est le mécanisme spirituel qui nous maintient dans la réalité tri et quadridimensionnelle, cachant la réalité des autres dimensions et de notre conscience supérieure afin de nous permettre de vivre pleinement la condition humaine sans les réminiscences perturbantes de nos vies passées. Ce voile fait partie du corps subtil de chaque humain, expliquant que tout éveil ne peut être qu'individuel. Il s'appréhende par l'hémisphère droit du cerveau, en lien avec le corps énergétique. La reprogrammation intracellulaire de notre ADN (Cf. étape 5) permet de le dématérialiser, révélant des aspects précis de notre personnalité multi-dimensionnelle.

Les états de perception du divin

Dans la réalité tridimensionnelle source de densité, l'être humain en mode " Service de Soi " se définit à ce qu’il est et pense être, soit sur le plan matériel (voiture, maison, terrains, possessions, argent), sur le plan social (famille, santé, relations, centres d'intérêt), et sur le plan professionnel (métier, études, carrière, rang hiérarchique). Il peut aussi être poussé à avoir une certaine forme de vie religieuse, exo ou ésotérique, lui permettant d'exprimer les émotions et sentiments du cœur. Sa spiritualité est cependant très liée au mental, qui entretient la vision duale entre le Paradis inaccessible en cette vie et l'enfer de sa réalité terrestre, suite de malentendus, de coups du sort et d’acharnement de la fatalité.

Puis, en s'éveillant, il va commencer à comprendre la supercherie qui lui a fait gober Lucifer et ses maléfices *. Il commence à lâcher prise et se détache des conceptions lourdes qui l’empêchent de suivre son cœur, ses intuitions et ses ressentis. Il aspire à être en paix, à vivre dans la joie de la simplicité, de l’humilité, de l’intégrité, grâce à un discernement qui n’est plus basé uniquement sur son mental. Il remet en cause les fondations de ce qu’il pense être, fait du ménage intérieurement, et en assume la pleine responsabilité quand ça se matérialise extérieurement. Il a pleinement conscience qu’il est plus qu’un mouton que le système tond et de tout ce qu’on lui a raconté sur son compte. Il ose se lever et marcher selon les voies et voix qu’il ressent en lui, même s’il est rejeté par son entourage. Il s'attache à vivre en conscience, afin d’être présent à sa propre divinité que l’on appelle le Soi, l’Âme unifiée, l'Ange *².

Lorsqu'il pénètre dans la cinquième dimension, passé en mode " Service d'Autrui ", il est prêt à se présenter devant l’énergie Christique qui règne en maître dans le Grand SOI. Il est prêt pour la " crucifixion " définitive de son moi et la " résurrection " au Soi, car il sait par son cœur que sa divinité personnelle - son Soi supérieur - touche La Source en direct. Il a emprunté le chemin de l’Unité intérieure, nourri de paix intérieure et d'amour inconditionnel. Il ne cherche plus à convaincre pour avoir raison ou pour sauver d’autres que lui. Il EST dans sa simplicité, tout étant simple quand on s’abandonne totalement à cette intelligence innée située en son cœur.

* Cf. La dualité décodée & Fabrication de l'illusion et voie de sortie.

Cf. Qu'est-ce que l'Homme ?

 

Étape 3 : la conscience de l’Âme

Progressivement gommée depuis des siècles en Occident du référentiel théologique chrétien, assimilée à l'esprit, et déniée par le rationalisme de la révolution dite des " Lumières " comme attentatoire à l'esprit moderne, l’Âme, pourtant seule vraie réalité de l'être humain, peine à murmurer aux oreilles des consciences fermées sur la délivrance éternelle des chaînes de la matière qu'elle porte en elle. Si elle gère le corps humain de façon subtile et se reflète dans notre caractère, elle commande aux cellules par l'ADN spirituel, enregistrant les mémoires propices à la guérison des maux et limitations qui nous entravent. La seule possibilité d'y accéder est l'accès par la conscience au Moi (ou Soi) supérieur, au Moi Christique, afin que l'Esprit universel la nourrisse, établissant alors le Soi divin.

Essence de notre personnalité, l’Âme se manifeste et crée tant dans le monde physique que dans le monde spirituel. En communiquant avec elle par le biais d'une guidance intérieure que d'aucuns nomment " les guides ", nous acquérons une grande sagesse et la paix intérieure. Elle ne s'impose à nous qu'avec notre plein consentement. Par la pratique d’auto-thérapies, nous pouvons progressivement la nettoyer des traces des chocs émotionnels de toute nature qui l'empêchent de s'exprimer en toute puissance, barrée par l'ego-mental castrateur.

Cf. Qu'est-ce que l'Homme ? & Le cheminement de l’Âme.

Comment entrer en contact avec ses propres guides ?

1 - C'est le besoin d'établir ce contact qui entraîne le contact, et ce généralement lorsque nous sommes au " pied du mur ", en prise avec une épreuve source d'intense souffrance. Elle va faciliter la nécessité absolue de communication avec nos guides. Cette communication étant intérieure elle est très difficile compte tenu de notre situation aux abois, dans un stress ambiant, et avec une biologie dénaturée et atrophiée par toute la pollution générale et les toxicités qui s'y trouvent, notamment sur le plan alimentaire. C'est un défi, qui requiert une énorme motivation.

2 - Il est impératif de se faire confiance, de s'aimer et de ne pas être en guerre intestine. Cette communication est en effet très subtile, et de ce fait très fragile. Dans un climat hostile le contact devient très difficile, les causes pouvant être l'alcool, la drogue, la violence etc. Il nous faut être calme et en paix intérieurement.

3 - Il s'agit ensuite d'établir le silence en Soi, en se détachant au mieux du bruit de fond incessant. Autant dire que la qualité du sommeil est déterminante, en veillant à la purification du lieu (limitation des ondes électromagnétiques), à la suppression de toute prise chimique, et à la durée du sommeil, sa prise avant minuit étant bénéfique. 

4 - Il convient d'aménager régulièrement des moments de solitude et de grand calme dans la journée, a minima de l'ordre de la demi-heure. 

5 - Laisser nos guides s'exprimer entend un mode de communication qui se situe dans une autre dimension, même si le contact s'établit par notre ADN vibratoire. Les messages n’arrivent pas directement dans notre cerveau, nos corps dits subtils en recevant les messages. La réalité matérielle de ce flux de communication est électromagnétique à travers une grille quantique universelle, les impulsions traversant nos différents corps en mode sortant comme entrant. C'est notre cerveau, en terminal de chaîne et simple application d'enregistrement, qui en décode le contenu. Selon les personnes cette perception sensorielle se présente sous forme visuelle, sonore, au niveau du toucher, ou parfois du goût et de l'odorat. C'est par les sens que nous recevons les réponses et, parfois, leurs questions. C'est pourquoi la fréquentation de la nature facilite notre communication sensorielle avec notre corporalité.

6 - L'observation de notre sensibilité et des synchronicités est comme la lecture de nos mails, car lorsqu'une personne appelle ses guides ils répondent toujours.

Ce qu'il faut comprendre c'est que nous ne sommes pas ici pour réinventer les voies du Vivant, de Ce Qui Est. Elles sont déjà ouvertes. Si chacun de nous est en résonance de façon différente avec les énergies multidimensionnelles, c'est en trouvant la voie énergétique qui nous convient que nous trouvons notre groupe d’âme et pouvons graviter. Il n'y a de ce fait de voie meilleure qu’une autre, sauf que certaines voies, corrompues et affaiblies, conduisent à l'involution et aux limbes du Temps. Plus nous sommes près de la Source, plus notre connexion est pure.

La liberté ou la conformité

La vraie vie est la liberté de l’Âme unique. C’est pourquoi il est tellement satisfaisant pour nous d’être dans une énergie lumineuse lorsque notre âme se libère de l’égo qui a succombé aux diktats de la société, de la Matrice asservissante. Quand nous rompons avec la conformité, nous devenons le vrai nous, soit un être de lumière créatrice en mouvement. Lorsque cette lumière pénètre dans le courant de l’âme unifiée, elle devient une force puissante. Si nous nous soumettons à une exigence sociale contrôlée par l’égo dévoyé par le prédateur qui s'en nourrit, nous ne pouvons répandre notre lumière. Nous devenons une copie conforme d’un soi mort qui alimente la basse fréquence de la désunion et de la destruction. Nous ne donnons rien à l’âme, notre Double, qui vit auprès de nous. C’est la destruction de la force vitale de l’âme.

 

Étape 4 : la conscience de l'indispensable nettoyage intérieur

Implants, empreintes, ancrages, mémoires cellulaires, miasmes, engrammes, liens, parasites, interférences, blocages ... Quels que soient les vocables, l'être humain est porteur de nombre de dysfonctionnements psychiques et émotionnels qui entravent son ouverture de conscience à une dimension supérieure. Même la science médicale occidentale, très réticente à toute considération métaphysique, reconnaît désormais par la neurogenèse le lien entre la nature des pensées et leur effet sur les gènes moléculaires. Ces entraves sont aussi bien logées dans les spirales de notre ADN que dans les tréfonds de notre inconscient. Elles peuvent également provenir des groupes culturels et sociaux auxquels nous appartenons.

Leur conscientisation permet alors d'établir une intention de nettoyage préalable à un changement de programmation, qui passe par un travail tant sur le corps que sur la psyché (mental conscient et subconscient).

Chercher la vérité

En cherchant inlassablement la vérité sous les couches de déchets sociaux et émotionnels qui se sont accumulés autour de nous, nous finissons par voir la poésie intérieure de notre âme. Notre lumière intérieure est brillante et vraie, prête à se partager avec le monde. C'est pourquoi nous avons à être notre soi véritable et permettre aussi aux autres d’être ce qu’ils sont. Quand nous sommes notre véritable essence, il n’y a rien à craindre, car nous sommes alors en parfaite synchronie avec la vibration de notre source. Cette source, c’est l’amour pur et inconditionnel.

 

Déconditionnement

Les habitudes, traditions (du latin traditio, tradere, de trans " à travers " et dare " donner ", " faire passer à un autre, remettre "), mœurs, rituels, obligations... ne font que perpétuer le passé dans le futur, contribuant ainsi à maintenir en place la matrice de 3ème dimension.  Aussi le cheminement consiste à démanteler toutes les fausses croyances ou croyances limitantes, à réinterroger et à déconstruire mœurs, religions, habitudes, traditions, croyances, devoirs, obligations... afin d'ouvrir des brèches sur de nouvelles réalités permettant de lire la nouvelle réalité que propose la Conscience supérieure. Alors l'être humain peut commencer à percevoir ce qui lui était invisible, impalpable et inexistant auparavant. Et au plus il persévérera d'arrache-pied dans sa quête, au plus cet " invisible et impalpable " deviendra tangible et concret.

Ces schémas de pensées, nichés au plus profond de notre ADN cellulaire, relèvent incontestablement de comportements mécaniques et programmés (conditionnements générateurs d'illusions *) dans la psyché par le prédateur manipulateur de 4ème densité de réalité. Leur déconstruction doit permettre la résonance de notre nouvelle fréquence vibratoire.

* Cf. Fabrication de l'illusion et voie de sortie.

Mécanisation

La mécanisation à outrance de la vie de l'humain dans son quotidien opère uniquement par automatisme, machinalement : parce qu'il faut le faire, parce que c'est bien, par convention, par devoir, par obligation, par morale, par culpabilité, pour faire comme les autres... tout cela pour ne pas être pointé du doigt comme le vilain mouton qui voudrait sortir du troupeau.

Tant qu'il reste inféodé à un mode mécanique ou technologique, l'homme n'utilise pas ses capacités, son intelligence, son intuition innées. Aussi seul un travail conscient peut être utile dans toutes les entreprises vers la quatrième voie. L’homme mécanique ne peut pas fournir de travail conscient...

Il s'agit bel et bien de s'employer sans répit à déconstruire tous nos programmes de mécanisation et d'attaches émotionnelles * qui nous menottent à cette matrice, afin que la résonance de notre nouvelle fréquence vibratoire puisse offrir à l'humanité la possibilité de renverser son système entropique de l'intérieur, et ce en le débusquant au sein même de notre ADN, bien au-delà de ses fonctions apparentes. C'est en ce sens que s'exprimait le philosophe Georges Gurdjeff cité par Piotr Ouspenski : " Aucun travail de la quatrième voie ne requiert une aide mécanique. Seul un travail conscient peut être utile, dans toutes les entreprises de la quatrième voie. L’homme mécanique ne peut pas fournir de travail conscient. "

* Cf. Libération émotionnelle.

Les illusionnés de la Matrice prédatrice n’y verront malice, et qualifieront de pisse-froid les contempteurs du pacte que, par tacite reconduction, la plupart d'entre les hommes renouvellent chaque fin d’année avec la force prédatrice, les retenant prisonniers dans la Caverne de Platon. C’est en fêtant et en célébrant leur propre asservissement par les artifices déployés que replongent dans le grand bal de la niaiserie humaine les ignorants, les peureux, les tièdes et les paresseux.

Cf. Prédation manipulatoire & Symbolisme et artifices de la Matrice.

Déconditionnement du traditionnel " festif "

Ainsi convient-il de revisiter le programme ancré en soi de fêter Noël, nouvel An, les Rois, saint-Valentin, Pâques …, c’est-à-dire tous les rituels de fête assujettis à la matrice en mode " Service de Soi ", et dont les raisons occultes nous ont habilement été dissimulées et maquillées. Ceci vaut aussi bien pour ceux et celles qui y croient que ceux et celles qui, n'y croyant pas ou plus vraiment, perpétuent ces traditions par obligation familiale et/ou sociale, de peur de ne pas faire comme tout le monde, par attachement, par culpabilité, par habitude, pour faire marcher le commerce...

Ils comprendront, peut-être, que ces traditions basées sur un tissu de mensonges et propagandes séculaires ne servent au final qu'à nous enorgueillir de fausses politesses, nous noyer sous les cadeaux, nous gaver de gâteaux et de sucreries… Autant de faux semblants qui alimentent le système prédateur en nous affaiblissant sur le plan énergétique et en nous maintenant esclaves de nos illusions.

 


Conscience du prédateur interne

Le prédateur logé au fond de notre psyché n'est pas le fruit du hasard de la vie. Pour en comprendre l'origine, ce que nous qualifions de cerveau reptilien semble depuis la nuit des temps sous emprise d'entités exo-terrestres ou extra-dimensionnelles* situées au départ dans une autre dimension, la 4-D, puis dans notre dimension en 3-D. Ce n'est qu'en possédant une conscience élargie du puzzle multidimensionnel de l'univers *² que nous pouvons obtenir les clés de sortie de la gigantesque programmation collective qui, dans la plupart du temps, par le biais d'une méthode d'hypnose de masse, ne fait qu'entretenir la psychopathie humaine *³ et ses affres, l'asservissement, la peur et la souffrance. En usant de toute la panoplie des blessures de l'Âme, c'est la forme de manipulation mentale la plus efficace qui soit.

* Cf. La nouvelle religion universelle, Les acteurs de la Matrice falsifiée & Comprendre et apprivoiser la prédation.

Cf. Univers en partage.

*³ Cf. Contrôle mental & Le modèle pyramidal décodé.

 

Nettoyage mémoriel

Ce nettoyage des mémoires intracellulaires est difficile et douloureux. Difficile car ces mémoires sont logées dans le subconscient (l'inconscient). Difficile car en provenance d'une multitude de sources qui se sont succédé depuis notre venue au monde (parents, famille, éducatif, relationnel de toute nature, représentation institutionnelle diverse), du transgénérationnel familial, des différents égrégores collectifs, et des mémoires liées à d'autres incarnations lorsque nous y portons crédit. Douloureux car nous confrontant à nos blessures émotionnelles et autres traumatismes psychologiques découlant de peurs enfouies en nous. Douloureux car nous obligeant à sortir de l'apparente carapace protectrice que nous nous sommes construit en mode survie. Tous les êtres humains ne sont pas prêts à l'exigence de ce travail, à se confronter avec leur propre miroir, préférant le déni et la cohabitation plaintive * avec leur mal-être.

* Le statut de " victime ", pour inconfortable soit-il, permet de recevoir l'attention dont nous manquons.

Transmutation intérieure

C'est l'indispensable descente aux Enfers *, la descente chamanique dans le monde souterrain, pour lutter contre les démons qui s'y trouvent. C'est le démembrement du corps, le décollement de la chair, le dépouillement jusqu'à l'os, suivis de la reconstruction du soi sur une autre fondation, une fondation de vérité spirituelle. Cette sensation, cette épreuve solitaire au cours de laquelle l'âme est pesée par le soi, finalement et complètement, est effrayante, réellement. Vue par ce qu'elle a vraiment fait jusqu'alors, tout au long de ses voyages précédents et même dans cette vie, nous voyons à quel point la vérité nous fait défaut, en raison de toutes les croyances inculquées et promulguées par la Matrice d'appartenance, et soigneusement entretenues par nos émotions et par les tromperies du prédateur interne qui nous convainc que nous sommes " bons " sinon " purs ", que tout est " Un ". Effectivement, on voit qu'il y a bien une " unité ", mais la lumière qui est vécue à ce niveau de réalité n'est que la gueule noire et béante de notre ombre qui aspire et dévore tout. On voit que le véritable Amour n'est guère manifesté – ou si peu – à ce niveau d'être. On voit que toutes nos illusions sur la bonté, la vérité et la beauté sont des mensonges. Ce sont des masques dissimulant la prédation. Et cette initiation, cette épreuve de transmutation est si horrifiante que peu réussissent à la surpasser.

* Cf. Le Jeu de la Vie & Le chemin alchimique.

La lance de Longinus

Même si l'histoire de Jésus telle que racontée n'est pas avérée, la crucifixion du Christ recèle tout de même un enseignement essentiel. Elle symbolise la difficulté du cheminement de l'individu candidat au service d'Autrui et non plus de lui-même. C'est pourquoi le chemin de croix du Christ est une métaphore de toutes les épreuves initiatiques que nous vivons dans notre chemin d'ascension de conscience. La lance de Cassius Longinus *, en perçant le flan du Christ, symbolise le déversement hors du corps de toutes les mémoires émotionnelles – donc cellulaires – accumulées durant la vie terrestre.

La coupe, qui d'après la légende recueillit le sang du Christ, est le Saint Graal. Le Graal représente l'ensemble des mémoires d'incarnation qui sont résolues avant notre changement de dimension. Elle est l'image des croyances libérées, laissant place à la Connaissance.

* Du nom du soldat légionnaire la portant, devenu saint Longin dans l’Église romaine.

Le meilleur moyen de puiser dans les souvenirs de nos mémoires passe par le ralentissement des ondes cérébrales à une fréquence utilisée en hypnose, celle équivalente à l'état de méditation. Ces ondes dites alpha, plus lentes, facilitent automatiquement l’accès aux souvenirs de nos possibilités passées et futures, lesquelles sont fondées sur notre position présente dans l’espace-temps. Lorsque nous méditons, nous ralentissons aussi notre fréquence vibratoire afin d’accéder à certaines parties de notre conscience et à l’énergie environnante, pour atteindre un état de conscience dépassant notre état d’éveil actif normal. Si nous sommes capable d’élever notre fréquence vibratoire, ce que nous pouvons faire facilement en passant de l’état bêta à l’état alpha ou thêta, nous pouvons voir ce qui, dans notre mental, est prêt pour un changement.

 

Étape 5 : la reprogrammation de l'ADN

L'ADN * détiendrait ainsi le secret de la Vie pour chacun, l'homme comme tout autre élément de la Création - Ce Qui Est - étant considéré comme un hologramme de celle-ci selon le concept d'unicité de l'Univers. Il est l'outil de la véritable transformation alchimique, qui ne concerne ni l'or ni le plomb, mais l'ensemble de nos programmes génétiques. Et c'est ce que les véritables alchimistes, les rares ayant accompli le Grand Œuvre, ont laissé de manière codée dans leurs écrits hermétiques pour ne pas qu'ils tombent entre les mains de lecteurs ordinaires *². Ils nous ont laissé une procédure à découvrir au fur et à mesure de la progression de notre propre alchimie intérieure : celle de la délivrance puis de la métamorphose de notre ADN aux fins d'acquérir une véritable puissance magnétique capable d'attirer et de solidifier d'invisibles éléments astraux – les ondes et particules – dans nos quatre corps (le corps physique, génétique, spirituel/éthérique et celui de la Conscience) qui déterminent les quatre composantes de la manifestation humaine en 3ème et 4ème densité.

En l'état de la science, les généticiens sont dans l'incapacité d'y trouver les codes de la conscience, tout simplement parce qu'elle ne nécessite pas des séquences identifiables comme l'ADN " normal " qui codifie la protéine. Ils sont subtils, au même titre que nos sens subtils par rapport à nos cinq sens physiques majeurs.

* Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

Cf. Le chemin alchimique.

L'ADN, l'acide désoxyribonucléique, est une macromolécule biologique de nature électromagnétique qui contient le code génétique de notre identité corporelle, celle qui nous rend unique, à travers ses deux spirales * supports de stockage de l'information génétique nécessaire au fonctionnement de l'organisme. La science classique la circonscrit au corps physique et aux caractéristiques de caractère, tempérament, attitude, comportement, aptitudes et potentialités telles que validées par les neurosciences et la psychologie. La science métaphysique l'élargit aux " directives spirituelles " contrôlant tout l'être humain, faisant intervenir les notions d'âme, d'esprit, de réincarnation, dans un rapport au temps non plus linéaire mais intemporel. Les croyances de chacun comme le ressenti intime décident de la justesse ou non à accorder à cette position, validée ensuite selon le travail intérieur effectué. La réponse appartient bien à chacun.

* En l'état de l'observation scientifique classique, soit la génétique, l'étude des gènes.

 

Des mémoires cellulaires

La membrane cellulaire de l'ADN est conçue pour recevoir et absorber les programmes génétiques émis par les rayonnements du cosmos qui nous entourent. Elle est en quelque sorte un " récepteur cosmo-génétique ", déterminant notre activité physique et psychologique pour toute notre vie. Autrement dit, elle recèle l'Intelligence de l'Univers -  étoiles, notre galaxie, notre système solaire, phylogenèse, humanité entière, nos sociétés, nos parents et ancêtres -, et l'exprime à travers notre corps. Elle a pour fonction de libérer l'ADN cellulaire de ses anciens programmes (nommés par la métaphysique les annales akkachiques et le karma *), et de réceptionner de nouveaux codes pour autoriser l'ADN par l'entremise de l'ARN *² à l'intégrer dans sa génétique. C'est ce que les chercheurs en épigénétique sont sur le point de confirmer.

Ainsi les mémoires cellulaires recèlent notre passé comme notre futur personnel, celui que nous sommes déjà en train de créer en ce moment dans notre présent. Elles constituent notre empreinte cosmo-génétique. Lorsqu’un enfant naît, il reçoit par gravitation une impression de la structure du système solaire, organisme vivant. Autrement dit cet enfant est " bombardé " par un paquet d’informations provenant de l’Intelligence de l’Univers. Et cette impression vient " recadrer " l’engramme générique déjà présent avant la naissance.

* Cf. Le cheminement de l’Âme.

L'acide ribonucléique messager, ARN messager ou ARNm, est une copie transitoire d'une portion de l'ADN correspondant à un ou plusieurs gènes. L'ARNm est utilisé comme intermédiaire par les cellules pour la synthèse des protéines. Le concept d'ARN messager a été émis puis démontré par Jacques Monod, François Jacob et leurs collaborateurs en 1960.

Si nous retenons l'hypothèse d'existence de l'ADN " spirituel ", invisible à l'observation scientifique, l'information concernant notre hérédité ancestrale, nos vies antérieures et notre famille d'état de conscience y figure. Tant que nous n'actionnons pas ce code nous sommes limité à notre égo-mental et à ses croyances, et vivons avec les dysfonctionnements qui nous affectent la plupart du temps à notre insu, ou qui peuvent surgir à l'occasion de certains traumatismes physiques (accident) ou émotionnels (événement ou personne qui nous affectent).

La nature biochimique et électromagnétique de l'ADN, soit des substances chimiques fabriquant des acides aminés, permet par ses propriétés semi-conductrices un travail de reprogrammation ou réinitialisation intracellulaire *, tout particulièrement sur les cellules souches ou maîtresses en provenance de la moelle osseuse, prioritaires dans le rapport à la maladie et la régénération du corps (équilibre hormonal, élimination des toxines, longévité ...). Ainsi, par les pensées positives, le ressenti du bonheur, du bien-être, de la reconnaissance, nous pouvons activer de par l'effet de résonance harmonique les gènes bénéfiques et circonscrire ceux qui ne le sont pas, en comprenant toutefois que nous ne les obtenons pas mais les recevons par l'interaction avec l'onde de fréquence supérieure qui s'approche si la vibration est alignée (des changements psycho-physiologiques apparaissent) ... Nous pouvons également activer les banques de mémoires à même de nous délivrer des informations jusqu'alors inconnues, et découvrir comme activer des talents non identifiés.

* Le travail de reprogrammation intracellulaire est comparable aux protocoles usités en thérapie individuelle ou collective, soit l'écoute active et la formulation de phrases et de mots ayant un effet vibratoire intérieur. Chaque méthode et praticien thérapeute étant spécifique, il est conseillé de faire jouer son discernement pour trouver la réponse adéquate à soi-même, la meilleure réponse étant de mettre en œuvre son propre pouvoir d'intention.

L'étude de ce travail relève de l'épigénétique, discipline de la biologie qui étudie les mécanismes moléculaires qui modulent l'expression du patrimoine génétique en fonction du contexte.

 

L’ADN vivant

Notre ADN est aussi vivant que n’importe laquelle de nos cellules. Il agit et réagit en fonction du milieu afin d’être en accord avec les forces de vie. Lorsqu’il est à bout de souffle suite aux nombreux traumatismes causé par nos comportements alimentaires, émotionnels, mentaux et spirituels, il arrive à un point de non-retour qui entraîne inéluctablement la mort physique. La plupart du temps, hors enchaînement de causes qui échappent à notre compréhension limitée (accident, attentat, meurtre…), nous ne mourrons pas parce que c’était prévu, mais parce que nous faisons tout pour y arriver par nos inconséquences. S’il existe plein de manières pour tenter de rénover nos fondations biologiques, la seule véritablement efficiente porte sur notre ADN.

Celui-ci comporte en l’état de la connaissance scientifique deux brins " solides ", caractéristiques de nos monde et état de dualité et correspondant à notre vibration atomique dans le monde en 3-D où nous nous trouvons. La science métaphysique, rejetée par notre culture rationnelle occidentale, en rajoute dix, correspondant aux douze plans de création enseignés et qui sont en nous. Ces deux brins fabriquent les molécules " vitaminiques " dites acides aminés. Les autres plans sont des plans magnétiques, où sont stockées les informations nécessaires pour faire fonctionner toute notre machinerie biologique, tout particulièrement celle de nos sens subtils permettant d’accéder moyennant leur ouverture à la Connaissance globale. Autant dire qu’en l’état de nos croyances et conditionnements elle est significativement limitée, même si nous ressentons de plus en plus la nécessité de nous extirper des limitations qui nous contraignent et asservissent.

Aussi le travail porte sur le déblocage du " code d’accès " propre à chacun de ces plans par les centres énergétiques - autrement appelés chakras - qui permettent au corps humain sa reliance à l’univers, au Grand Tout. Les deux premiers brins d’ADN correspondent aux deux premiers centre énergétiques - chakra racine et chakra sacré -, l’un étant la force de la Terre qui garantit la cohésion matérielle du corps, l’autre concernant la reproduction sexuée. En d’autres termes, le premier porte sur la survie individuelle du corps dans la matière, et l’autre sur la survie collective d’une espèce au niveau d’un clan, d’une tribu, d’une famille. Le développement biologique à réaliser concerne désormais le troisième brin d’ADN, celui du troisième centre énergétique lié à la survie au niveau collectif global, inter-ethnique comme inter espèce. Tant que nous n’accepterons pas la diversité, la différence des autres humains et des autres formes de vie, notre évolution biologique sera limitée. Ce désir d’évolution, caractéristique du chakra dit du plexus solaire, puise dans le quatrième centre énergétique, celui du cœur (chakra du thymus), siège de l’amour inconditionnel.

Pour y parvenir, il est indispensable de vivre en conscience le troisième brin d’ADN sur le plan atomique et moléculaire, afin de le matérialiser. Autrement dit de spiritualiser la matière. La conséquence est la fiabilisation progressive de sa clé de décodage, qui permettra d’aller lire consciemment ce qui s’y trouve, par-delà les limites de l’ego-mental. Dans cet état de conscience particulier que permet notamment la méditation, nous ouvrons l’accès à de l’information nous indiquant la marche à suivre, et traçons ainsi un chemin parmi la jungle informationnelle qui nous habite.

Le " Nouveau Monde ", celui de l’éveil à notre version élevée, divine, correspond au passage à la dimension 4-D/5-D, celle de notre âme, qui vit dans l’amour inconditionnel parce qu’elle n’est plus sous la direction du dictateur qu'est le troisième chakra, celui de l’ego-mental qui vit en 3-D. Cette dimension supérieure suppose l’activation du chakra du cœur et du chakra laryngé, porteur du souffle créateur, de l’intention créatrice dans la matière. C’est un lâcher-prise, celui des lourdeurs aussi bien mentales, émotionnelles, spirituelles que physiques.

 

Reconnexion à l’ADN

Chaque couche de l’ADN a une qualité qui est, dans la majorité des cas, indissociable du fonctionnement des autres. Ainsi par exemple le deuxième chakra, soit le corps énergétique, affecte le corps physique (maladie, santé), dépendant du corps émotionnel (joie, peine) ainsi que du corps mental (pensées, mémoires, idées préconçues) et du corps spirituel (croyances associées). Dès que l’une des couches réagit, l’ensemble des autres est mis au courant instantanément. Si nous pouvons regarder chaque couche isolément pour mieux sentir quelle est sa qualité, nous ne pouvons la traiter comme une pièce détachée isolée du reste.

Ceci signifie que la reprogrammation de l’ADN suppose un état de conscience global, unitaire, non un travail d’approche et de modification spécifique, impossible tant la machinerie de ses rouages est subtile et complexe. Ceci ne ferait qu’entretenir les illusions de l’ego-mental, persuadé qu’il peut obtenir ce qu’il désire. Nous ne pouvons modifier aucun rouage de l’ADN, notre mécanisme d’unité, sans aboutir inévitablement à son arrêt. Il n’est qu’à voir le nombre d’attaques bactériologiques et virales (vaccins…), chimiques (nourriture, pollution, médicaments…), rayonnantes (radioactivité, rayons X, wifi, tél portable, antenne radio…) et contraignantes (infos, religions, enseignements, éducation…) que nous subissons pour comprendre combien notre ADN est surprotégé contre toutes les corruptions de l’ego. L’ADN est le moteur quantique de l’Unité, l’UN, la Source en action.

Aussi, pour qu’il exécute nos ordres parfaitement, il faut apprendre à communiquer avec lui, non pas avec les parasites du mental mais dans la paix intérieure, dans le calme intérieur, qui est le langage de l’UN, le langage universel. Ceci n’est possible que lorsque le degré de respect et d’amour envers nous-même atteint un certain seuil vibratoire, lorsque nous lâchons les lourdeurs, les ralentisseurs en tous genres qui affectent tous nos corps ou chakras. Incarnation de l’UN en nous, il possède toutes les informations nous concernant, a toute autorité à enclencher les programmes d’activation de la conscience. Il n’a aucun jugement de valeur, raison pour laquelle il est important d’accepter toutes les parties qui nous composent. En les acceptant totalement, nous ne faisons que nous reconnecter avec notre ADN, que recâbler ce qui a été coupé et séparé par une dualité incomprise. En coupant les liens de ce qui nous affecte, nous nous reconnectons au sentiment unitaire qui est le pilier central de l’UN. Faire Un avec nous-même, c’est faire Un avec la totalité de ce qui fait que nous sommes unique. En le mettant en œuvre à chaque instant, nous marchons sur notre chemin intérieur, dans notre légende personnelle. Nous sommes l’UN en action, ce qu’il y a de plus sacré au monde. Le respect de la vie est la clé de voûte de cet ensemble. Sans respect, il ne peut y avoir harmonie. Et sans harmonie il ne peut y avoir unité. Et sans Unité, il ne peut y avoir une fréquence d’amour capable de permettre l’accès à notre ordinateur intérieur, la conscience de l’UN. En s’aimant soi-même, le reste nous est donné de surcroit.

Cf. Le chemin vibratoire.

Thérapie et biologie moléculaire : les alarmes de la MIVILUDES

Les autorités de la science internationale nient avec virulence toute idée de conscience spirituelle de la matière. Selon cette logique imposée, elles n'hésitent pas à pourfendre toute approche thérapeutique y faisant référence, en la qualifiant au besoin de sectaire. Ainsi le rôle de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires en France - la MIVILUDES -, créée en 2002 sous l'autorité du Premier Ministre, et composée d’experts attachés au respect des "valeurs républicaines ". Si elle ambitionne de prévenir le plus grand nombre des risques inhérents à certaines pratiques dangereuses pour la liberté, l’intégrité physique et mentale et la dignité de l’homme, non sans raison dans nombre de cas, elle constitue également le fer de lance le plus actif des serviteurs zélés du " Gouvernement Planétaire Occulte " *.

Pour autant, certains scientifiques courageux, tels Jérémy Narby, docteur en anthropologie de l’université de Standford (USA), établissent le lien entre d’une part, la tradition des connaissances ancestrales en matière de biologie, botanique et médecine, et d’autre part les connaissances scientifiques modernes du domaine de la biologie moléculaire. Ainsi écrit-il dans son livre " Le serpent cosmique – L’ADN et les origines du savoir " (Éditions Terra Magna, 1998) : Dans la vision chamanique, la conscience est située au niveau moléculaire. Les chamanes accèdent par différentes techniques à de l’information en provenance de l’ADN. Ils l’appellent " essences animées " ou " esprits ".  Les cultures indigènes savent depuis des millénaires que le principe vital est biologiquement unique pour toutes les formes de vie présentes dans la nature. Il ressemble à un double serpent entrelacé. L’ADN constitue la source chamanique du savoir botanique et médical. Cette voie de connaissance ne se révèle que dans des états modifiés d’une conscience défocalisée et non rationnelle. Ainsi les explications métaphoriques des chamanes correspondent-elles aux descriptions que la science occidentale commence tout juste à fournir en matière de biologie moléculaire. L’émission permanente de biophotons en provenance de l’ADN explique l’aspect des visualisations et des " éclairs fulgurants de connaissance " expérimentées durant ces états. La source unique du savoir chamanique est donc bien l’ADN serpentin qui vit dans l’eau biologique cellulaire et émet des photons comme le dragon de la tradition crachait du feu. Ce double serpent aux caractéristiques " gémellaires " est bien matériellement le transmetteur de la création et de la connaissance pour tous les règnes du vivant. Il est présent au cœur de toutes les traditions, mythes et religions car il est la base matérielle de toute intention active ".

Le Serpent mythique serait donc bien réel et potentiellement actif en chaque créature indépendamment de son statut culturel. Nous pouvons comprendre pourquoi les écrivains de la Bible *² ont appelé " démon corrupteur " l’Esprit d’un tel Serpent, capable d’enseigner aussi facilement et directement aux hommes la science divine de l’Arbre de vie. La fonction de toute religion a ainsi été logiquement de " masquer " un tel danger potentiel pour le filtrer et le distiller au profit de quelques élus initiés. Cette évolution actuelle du chamanisme ancestral, en liaison avec les découvertes sur la biologie moléculaire, constitue bien un enjeu politique et religieux qui n’a pas échappé aux dirigeants français en alerte, comme le montrent les alarmes de La MIVILUDES ...

* Cf. La nouvelle religion universelle.

Cf. Le Judaïsme décodé.

 

Étape 6 : le nettoyage des centres de conscience énergétiques

Pour que l'effet de résonance harmonique s'établisse entre notre intention d'ouverture de conscience, les pensées émises et leur ressenti émotionnel, l'expression orale des protocoles de reprogrammation de l'ADN, il est indispensable que notre matrice énergétique propre à notre vécu terrestre comme la matrice énergétique universelle au sein de laquelle nous vivons soient mises en cohérence vibratoire. Aussi les différents champs d'ouverture de conscience énergétiques du corps humain *, autrement nommés chakras par les hindouistes, doivent être purifiés pour le permettre.

* Cf. Voir la présentation plus complète dans L'état  de cohérence, voie de  sa liberté.

Carte des centres des corps * et centres de conscience

Cf. Qu'est-ce que l'homme ?

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Également non reconnus sur le plan scientifique, ces centres énergétiques connus depuis des millénaires dans les pratiques médicales en Asie permettent à l'énergie vitale de circuler dans le corps. Le mot sanskrit chakra signifie " roue de lumière ", soit un mini-vortex (Cf. image) d'environ 3 pouces (7,5 cm) réparti sur différents points du corps et constituant une porte énergétique avec le monde des plans subtils, c'est-à-dire hors de notre réalité en 3-D. L'énergie vitale dite cosmique pénètre dans le corps par le chakra dit couronne ou coronal (fontanelle), avant que de se diffuser dans les autres, tous étant inter-reliés. Ensuite cette énergie s'achemine dans tous l'organisme par les glandes endocrines.

Ces centres sont dits inférieurs (sept à partir des pieds jusqu'aux hanches), traditionnels (les sept plus connus), et supérieurs (de huit à treize), les inférieurs tournant plus lentement que les traditionnels et les supérieurs. Leur harmonisation permet celle des organes et de toutes les cellules. Le travail de nettoyage et de purification est également basé sur des protocoles de formulation spécifique, pouvant être accompagnés d'acupuncture et de lithothérapie (utilisation de pierres minérales).

Cf. Fonctionnement du corps biologique.

Les centres de conscience énergétique

Centres inférieurs

Chakra des plantes de pied

Chakra des pieds

Chakra des chevilles

Chakra des mollets

Chakra des genoux

Chakra des cuisses

Chakra des hanches

Centres traditionnels

Chakra racine (haut du pubis)

Chakra sacré (nombril)

Chakra solaire (estomac)

Chakra du cœur

Chakra laryngé (gorge)

Chakra du 3° œil (front)

Chakra coronal (fontanelle)

 

Centres supérieurs

Chakra de l'âme

Chakra christique

Chakra divin

Chakra multidimensionnel

Chakra de la création

Chakra suprême


Étape 7 : le travail sur l'égo-mental

Cf. Fonctionnement du mental : Esprit global. Fonctionnement des émotions : L'expérience émotionnelle & Libération émotionnelle.

Le contrôle tant du mental que de l'émotionnel lié constitue une part très importante sinon déterminante dans le changement de conscience, tant leur programmation est source d'automaticités difficiles à modifier. Il repose sur une forte volonté, un engagement tenace, une vigilance de tous les instants et une discipline quotidienne stricte. Il ne faut pas se le cacher, peu d'êtres humains pris dans les sollicitations diverses de la société des désirs et des plaisirs sont à même de mener à bon port les exigences et les efforts requis, qui supposent la remise en question de nombre d'habitudes, perturbante pour soi comme pour son proche entourage. Ce n'est pas pour rien que ce chemin de transformation intérieure s'appelle le " Voyage du Héros " ...

Le simple fait de parler de conscience Christique est source de confusion sinon de réticence de par la coloration religieuse qu'elle évoque. Dans une société se voulant rationnelle à l'excès ou attachée à une pratique religieuse spécifique qui célèbre la souffrance comme rédemptrice des péchés, cette projection de conscience suppose un lâcher-prise que l'ego-mental conditionné ne peut facilement permettre. Il en est de même pour appréhender le fonctionnement de l'inconscient, qui par définition fait intervenir un vocabulaire et des référents très éloignés de la vie et des pratiques de tous les jours. Enfin, l'approche par l'âme (via le supra-conscient), concept très peu compris, et le cœur, concept mis à toutes les sauces, suppose une capacité de détachement telle de la prégnance matérialiste qu'elle finit par décourager rapidement l'impétrant entreprenant.

Se développant dès l'âge de deux ou trois ans à partir des frustrations refoulées dans l'inconscient, puis de notre éducation, de la société et de l'ensemble de nos expériences et ressentis, l'ego * - le faux moi - est constitué par l'accumulation dans les mémoires cellulaires de l'ADN de toute l'information reçue en provenance de l'extérieur, lui conférant autonomie et quasiment toute puissance dans le pilotage de nos vies si nous n'y prenons garde. Il est très malin pour donner par son emprise l'illusion de notre toute puissance sur les autres et dans les choix de comportement dans notre vie. Il vit en fait dans l'illusion de son inconscience et de de ses croyances erronées, sa perception du réel étant illusoire et instable. Tout le travail vise à le rendre coopératif et ouvert au Moi (ou Soi) supérieur qui le dirige. Cela passe par la réconciliation du Masculin, notre polarité électrique, et du Féminin, notre polarité magnétique, leur union harmonieuse nous conférant la complémentarité de leurs spécificités réciproques.

* Cf. Décryptage de l'égo.

L'union harmonieuse

Dans les mythes grecs, le seul couple véritablement accompli est celui de Persée et d'Andromède qui après leur union, partirent combattre le mal et redresser les torts.

Nous retrouvons cette union dans le concept extrêmement ancien de " chaman ", qui signifie véritablement union du masculin et du féminin divins, sacrés, en gardant aussi à l'esprit que la plus vieille idée du chaman était celle d'un guerrier luttant contre les forces des ténèbres (la prédation asservissante).

Ce thème a été adapté dans la tragédie romantique par William Robert Shakespeare avec Roméo et Juliette, qui raconte l'histoire de deux jeunes amants dont la mort réconcilie leurs familles ennemies, les Montaigu et les Capulet, qui symbolisent deux lignées de prédateurs.

 

Le non-jugement

La réalisation de son unité intérieure est liée à l'état de non jugement de ce qui est. Nous avons à comprendre que dans l'univers, l'obscurité et la lumière, les deux polarités de la dualité *, reçoivent la même quantité d'énergie de la part de la Source originelle. Ceci implique que la polarité de la " lumière inversée ", sombre, propre au Moi autocentré, est proportionnelle à celle de la " lumière divine", celle du Soi supérieur. La lumière étant de l'information, elle transporte à part égale autant de mensonges que de vérités. C'est donc au discernement, le juste équilibre entre raison et intuition, et propre à la conscience de l'homme, qu'il revient de faire la part des choses.

L'effet miroir, soit ce que projette à notre encontre un événement ou une (ou plusieurs) individus, nous enseigne et nous apprend à nous extraire du jugement envers autrui. Il nous permet de prendre nos propres responsabilités. Il sert également à conscientiser notre multidimensionnalité pour retourner à l'origine de l'Être.

Il n'est donc nullement question d'opposer la " lumière sombre " à la " lumière divine ", mais d'admettre que " l'obscurité " n'est qu'une énergie plus dense que " la lumière ", ou inversement la " lumière divine " n'est que le prolongement spectral de la " lumière sombre ".

* Cf. La dualité décodée.

Résister à l’influence de la masse

Il nous appartient entièrement de décider du degré d’ouverture de notre conscience. Quand nous pouvons nous élever au-dessus du statut de ceux qui nous entourent et les inciter à élever aussi leur vibration, nous éprouvons la satisfaction que nous recherchons comme créateurs du Vivant, non la satisfaction égotique flatteuse et de ce fait vaniteuse. Ceux qui se laissent ballotter sans conscience sont facilement influencés par la conscience de masse et ils tombent sous l’emprise de motifs négatifs. Si nous nous laissons ballotter ainsi, nous n’avons aucun pouvoir et nous céderons inéluctablement à la volonté du mouvement de masse.

En tant qu’âme consciente d’elle-même, nous pouvons gouverner notre cheminement et transcender toute vibration qui ne nous convient pas. En reconnaissant les basses fréquences, nous pouvons les éviter ou utiliser la force de notre esprit pour les transformer. Pour cela, il faut avoir une mentalité de dirigeant, non de suiveur. Pour résister à de telles forces, vous devons être conscient du pouvoir de notre âme et de notre connexion aux autres à ce niveau de vibration supraconducteur.

La vie étant électromagnétique, nous sommes des êtres électromagnétiques, de véritables aimants, qui attirons à nous ce que nous vibrons. Nous attirons de ce fait irrémédiablement les circonstances et les personnes appropriées qui entrent en résonance avec nous. Cela ne peut être autrement. Dans la mesure où seules les croyances et les peurs freinent notre Ascension * vers des paliers de conscience plus élevés, l'effet miroir nous permet de décrypter nos conditionnements inconscients, afin de " mettre en lumière " des émotions refoulées. Pour accepter le processus dans sa globalité, il est essentiel d'éviter de laisser monter toutes critiques envers soi-même ou envers l'autre. Tout préjugé doit être neutralisé.

* Cf. Le chemin de l'Ascension.

 

Résolution karmique

Les schémas karmiques, fruits de la totalité de nos incarnations/expérimentations de la matière dans le monde de la 3ème dimension, expliquent les rôles que nous jouons dans notre vie actuelle, nous donnant des indices quant à notre lignée originelle de dominant ou victime, de prédateur ou bâtisseur, qui est dissimulée dans notre génétique (l'ADN) et dans notre subconscient depuis la genèse de l'humanité actuelle.

Pour les comprendre, nous devons d'abord consentir que la vie est cyclique. Que ce soit dans notre famille, avec nos amis, notre travail ou alors avec nos " adversaires ", détracteurs, concurrents, opposants..., les problématiques qui sont soulevées en leur présence ne sont que le résultat d'une lutte de notre personnalité/égo qui se répète par séquences, au travers de divers rôles ou situations. Notre existence d'aujourd'hui n'est rien d'autre que la résultante d'un cycle karmique.

De ce fait, nous avons toujours été le même genre de personnage, sous différentes formes (sexe, race...), dans un contexte de plus en plus moderne, maniant des technologies adaptées à notre ligne temporelle. Nous n'inventons absolument rien, car tout est déjà encodé dans notre génétique. La finalité de nos rôles karmiques y est inscrite. C'est pourquoi l'accroissement de l'énergie/lumière déclenchée par le réveil de conscience et sa répercussion dans notre ADN mettra un terme à ce cycle.

Ainsi, à travers ses multiples incarnations, l'âme a expérimenté la vie et enregistré les résultats de toutes ses expériences (bonnes ou mauvaises) dans les corps énergétiques qu'elle a habité. Ces résultats retranscrits dans l'ADN, au fur et à mesure du déroulement des vies découlant de ce processus karmique, a recréé des circonstances similaires pour que le cerveau par l'égo-mental puisse les conscientiser, parvenir à les comprendre, puis s'en libérer. C'est pourquoi, nos problématiques d'aujourd'hui de colère, déni, abus, rejet, abandon, soumission, peurs de toutes sortes ... sont le résultat de nos actes lors des diverses incarnations de notre âme. Ces problématiques sont dues à la nécessité d'un rééquilibrage de notre karma dans lequel notre âme a joué le rôle de tyran, inquisiteur, bourreau, victime... ce qui correspond à l'expérimentation des deux polarités antagoniques qualifiées de bien et de mal. Le fait de trouver la maîtrise entre ces deux polarités pour vibrer neutre dans son corps énergétique permet ainsi de ne plus reproduire son karma.

Aussi la résiliation des rôles karmiques passe par leur conscientisation et par le fait de ne pas les minimiser. Toutes les expériences, qu'elles soient agréables ou difficiles, découlent de nous-même. Nous les attirons et manifestons uniquement à travers les vibrations de notre corps énergétique. Dès que nous en prenons conscience et que nous acceptons de cesser nos jeux d’incarnation de prédateur, de victime ou de sauveur *, nous entamons notre propre libération. Il devient alors absolument impossible et non négociable d'essayer de continuer à fonctionner avec nos vieux schémas. Dès cet instant, nous devons absolument modifier notre comportement et réajuster nos actes à nos pensées. En alignant nos paroles, actes et pensées sur les vibrations qui émanent de nos corps énergétiques, nous " vibrons " notre vérité.

* Cf. Fonctionnement du corps biologique.

C'est en contactant les émotions enfouies * dans notre inconscient, celles que nous évitions jusqu'alors de toucher, que nous nous dégageons de notre fonctionnement d'automate au quotidien. Sortir de l'inconscience est la première étape pour briguer l'éveil, l'amour permettant l'état d'équilibre vibratoire. Il ne peut être réalisé que si notre ADN est déprogrammé de son karma et revenu à la vibration au point zéro, en comprenant que ce jeu karmique a été nécessaire pour enraciner l'Amour au plus profond de la matière.

La paix qui découle de l'amour est un état d'être intérieur, qui répond uniquement à la vibration de résonance parfaitement équilibrée et neutre de notre ADN. Cet équilibre intérieur se projetant dans le monde extérieur devient effectif lorsque la parole et les actes sont en parfaite concordance avec la vibration que nos champs énergétiques impriment dans notre quotidien *². C'est pourquoi il est essentiel de ramener la conscience akashique, le karma, de notre être multidimensionnel dans notre physicalité actuelle, afin de trouver la paix en soi et de pouvoir la vibrer au sein de notre environnement. De cette manière, en acceptant ce processus, nous nous libérerons de nos rôles karmiques obsolètes pour que se modifie notre avenir. En nous laissant guider par notre âme, nous apprenons à nous orienter à travers les multiples potentiels de futur que nous offrent les densités supérieures. La " Nouvelle Terre " est un Monde où les âmes se retrouveront après avoir ancré une vibration de neutralité et d'équilibre les uns envers les autres.

* Cf. Libération émotionnelle.

* Cf. L'état de cohérence, voie de sa liberté.

 

Étape 8 : l'Ascension de la conscience

Un saut quantique

De nos jours, nombres d’auteurs spirituels " canalisés " parlent de saut quantique. A part pour ceux qui ont fait de la physique quantique, qui nous amène dans une autre dimension totalement différente des lois physiques que nous connaissons de la 3-D, cela reste un flou assez conséquent. Ce mot vient de quanta, pluriel de quantum, qui est la quantité indivisible d’une grandeur physique. Elle permet de comprendre le mouvement des planètes autour des soleils, tout comme des électrons autour des noyaux des atomes. Si les planètes restent sur leur orbite, se baladant dans le vide intersidéral comme en suspension, c’est parce que ce que nous prenons pour le vide est en fait plein à ras bord d’une autre énergie, non visible par les télescopes scientifiques. Ceci explique la réalité d’autres dimensions dans l’univers que celle mesurée en l’état de la science dans la dimension 3-D, non visible à nos yeux. Autrement dit de manière imagée, lorsque nous passons d’un état solide à un état liquide, puis de l’état liquide à un état gazeux, et ce instantanément, ceci s’appelle sublimation, soit un saut quantique.

Quand un électron passe à un niveau supérieur d’énergie, cela veut dire qu’il a accumulé une énergie suffisante pour le faire. Cette quantité est équivalente à un quanta d’énergie. Puis, lorsqu’il redescend sur sa piste d’origine, il redonne ce quanta d’énergie sous la forme d’un photon qui est la particule lumineuse que nous connaissons.

Il en est de même pour l’être humain, le passage dans un plan dimensionnel supérieur étant permis grâce à l’acquisition d’une énergie thermique et/ou lumineuse minimale, en l’occurrence l’amour. Le thermique est apporté par le cœur, tandis que le lumineux par l’esprit. Comme en chauffant l’eau liquide pour lui donner la possibilité de devenir vapeur (elle est toujours eau, mais dans un état différent), un changement de plan fait que nous sommes toujours le même, sauf que nous nous sentons léger, débarrassé de toutes les impuretés psychiques et émotionnelles par l’action de l’amour et du pardon de nos culpabilités. La chaleur nous aura donné la possibilité de faire le tri en nous. C’est ce que sous-tend le lâcher prise. Plus vite nous abandonnons nos vieilles conceptions, peurs et appréhensions, plus vite " l’eau va bouillir " et permettra notre changement de plan de conscience.

L'ascension de conscience ne repose pas sur une simple assertion, à savoir la puissance d'un esprit transcendantal et la foi qui va de pair, mais sur une mutation génétique dûment scientifique. Certes le mécanisme énergétique de l'action de l'esprit sur l'ADN cellulaire reste une hypothèse non certifiée sur le plan scientifique rationnel. Seule l'observation attentive de ses effets suivant le protocole défini * permet de le valider. L'exigence comme l'engagement personnel dans une démarche de nature spirituelle déterminée, sincère, assidue et persévérante, sont susceptibles de produire les effets liés aux nouveaux schèmes de pensée. Ils sont le gage d'un changement de taux vibratoire plus élevé pour accéder, progressivement, à un nouveau plan de conscience.

* Méditation, écoute intérieure active, analyse des rêves, intuition, visualisation créatrice ... à partir de la formulation préalable de phrases et de mots ayant un effet vibratoire intérieur.

L'élévation de conscience prend appui sur le centre spirituel de l'être - l'esprit -, son point de conscience avec la " Source universelle " l'amenant à entrer en résonance avec toutes les fréquences vibratoires qu'un état de conscience élargi permet, celles du " Moi Christique " comme du " Moi multidimensionnel (ou Divin) ". Cette clé de syntonisation, basée sur l'unité corps-âme-esprit, est le point de rencontre de sa verticalité céleste/terrestre et de son horizontalité transfrontière, soit le cœur. En en ressentant la force vibratoire, et par la clarté et la force de son intention, l’individu se met alors en résonance pour faire chanter sa vie.

 

Mécanisme opératoire

Il convient de rappeler la nature du champ éthérique dans lequel baigne la planète Terre, sorte d'onde d'énergie de matière-antimatière en vibration constante. Ce mouvement vibratoire est une perpétuelle alternance du passé-futur, l'antimatière, et devient instant présent, la matière, lorsqu'il est perçu par la conscience *. C'est ce mécanisme quantique, soit un champ de torsion induit par un état de conscience supérieur de nature divine (conscience du Tout, de l'UN par le Soi supérieur), qui enclenche par résonance ce même type de processus, et autorise l'ouverture de fenêtres dimensionnelles dans lesquelles toutes les anomalies génétiques (celles d'organismes génétiquement modifiés qui nous limitent) sont déjà réparées. Ceci engendre alors la possibilité d'un nouveau futur.

Lorsque la génétique de certains organismes commence à se régénérer, comme par exemple celle d'un certain nombre d'humains, le génome primordial provenant de l'ère paléolithique et pré-paléolithique se réveille dans sa génétique et se répare spontanément en chacun grâce à l'influence de ces champs de torsion. Puis par l'intermédiaire des champs morphogénétiques et de ces champs de torsion, cette " réparation génétique " influence les champs morphogénétiques de l'ADN de tout être vivant, en réparant petit à petit les parties codées défaillantes. C'est ce ré-encodage du génome primordial qui, à un moment donné, provoque l'ouverture d'une porte dimensionnelle qui, cette fois-ci, s'ouvre vers un futur non encore réalisé. Ce dernier s'exprime alors en dehors de la matrice en 3-D du prochain cycle préparé pour le " bétail " humain par les prédateurs de 4ème densité (bas astral) et leurs relais en 3-D *².

* Cf. Univers en partage.

*²  Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée.

Cette ouverture trans-dimensionnelle, grâce à un égrégore de conscience à vocation au " Service d'Autrui " et non plus au "Service de Soi " (même avec des intentions élevées), provoque l'Ascension d'une partie de la Vie terrestre vers des dimensions supérieures de Conscience et d'existence. De la même manière que lors de la chute de la précédente humanité il y a quelques 10 à 12.000 années.

Cette 4ème densité orientée astral supérieur, appelée " Service d'Autrui ", est un transit vers la 5-D. Elle constitue la seule alternative à la 3ème densité actuelle, soit un univers parallèle ré-encodé par un état de conscience nouveau qui, pour la durée de la transition, forme une réalité parallèle sur notre planète, imperceptible au commun des mortels. Cette néo-réalité se détachera peu à peu du monde dit du " Service de Soi ", qui lui restera plafonné au bas astral.

C'est en rééquilibrant les préjudices causés par le corpus actuel et en supprimant les codes/programmes limitants et destructeurs de la génétique humaine, que la nature par résonance avec le génome du futur humain " Service d'Autrui " reprendra ses droits et soignera les blessures infligées à sa génétique en 3ème densité. Dans ce domaine, les prédateurs de 4ème densité savent que s'ils perdent la main mise sur la génétique de l'homme, ils perdent aussi le contrôle de sa pensée et, de ce fait, le contrôle d'une bonne partie de leur cheptel humain...

L’Onde de changement

Elle représente une frontière entre deux mondes de fréquences de résonance différente, point de séparation entre notre réalité en 3-D et une autre. Ainsi, en " changeant " notre manière de penser, de réfléchir et d'agir, il devient possible de devenir créateur d'univers parallèles. En d'autres mots, cela implique d'arrêter de supposer, de ressasser le passé, et cesser d'anticiper un futur qui finalement n'est que celui que nous connaissons déjà.

Dans notre 3-D, la conscience se déroule de manière linéaire. Aussi vouloir rester sans penser ou réfléchir au passé-futur est quasi impossible, puisque notre prédateur attitré se charge irrémédiablement de nous ramener dans un espace-temps qui lui est familier. La 4-D + (astral supérieur) synchronise quant à elle la conscience de toutes nos mémoires passées résolues, pour nous offrir le choix de multiples possibilités de " futur ", en fait un éternel présent réagencé. Nous avons de ce fait la possibilité de choisir un embranchement de futur à partir de nos expériences et leçons intégrées, alors que sous l'emprise du prédateur, il nous est résolument imposé une vision du futur rassurant pour lui, soit de nature entropique. Cette dernière représente simplement une ligne temporelle pré-établie. Par conséquent, en la refusant, nous ne serons plus tributaire d'une dimension de réalité imposée par le corpus prédateur, mais deviendrons maître et même virtuose de notre propre réalité.

Dans la dimension en 3-D, la conscience crée la gravitation, qui elle modifie la conscience. Ce qui sous-entend que soit notre conscience se croit victime, soit elle se croit maître des circonstances de la Vie. En aucun cas elle ne peut être créatrice. A partir de la 4-D +, une fois créé " naturellement " par gravitation, notre nouvel univers correspond simplement à l'interprétation que nous donnons à son sujet *. Toute la puissance nécessaire à modifier la réalité se trouve dans le centre de conviction de l'esprit, là où la " physicalité " n'est plus une prison mais une demeure que nous pouvons modifier à notre guise. En d'autres termes, un nouveau potentiel de futur débute non pas par le mental, " ce que nous croyons ", mais par " une conviction ", qui n'est autre que l'intime expérimentation de la réalité telle qu'elle est, et non pas telle qu'on nous laisse penser qu'elle est ...

* Cf. Le processus création décodé & La falsification de la réalité en 3-D.

Les portes dimensionnelles ne s'activent absolument pas par des rituels de magie, contrairement aux vaines pratiques des sociétés occultes. Ces champs de torsion de l'Espace/Temps envoyés par la Conscience supérieure répondent simplement à la fréquence de résonance qui émane de celui/celle qui fait l'effort de sa transformation " alchimique " intérieure. Percevoir les erreurs du passé pour ne plus les reproduire dans un nouveau futur, est l'unique clé pour que s'ouvrent les portes du Temps...

 

Mécanisme physique de fonctionnement trans-dimensionnel

L'univers étant tout énergie et esprit, le mouvement planétaire par ses lois physiques (gravité, forces nucléaires, électromagnétisme) caractérise la structuration de l'inter et de l'intra-dimensionnalité (le multivers des physiciens), le fonctionnement de la Vie au sein de chaque dimension correspondant à un calendrier zodiacal (cyclicité du temps) qui lui est spécifique. Conformément à la loi des polarités (principe de symétrie, d'équilibre), ce mouvement voit les spirales galactiques générer des fenêtres temporelles au moyen de trous de ver * d'accès à d'autres dimensions (évolution) ou des dissociations/destructurations au sein de trous noirs (involution). À grande échelle, ces trous noirs, au cœur des spirales galactiques, sont l'expression ultime de la force entropique d'énergie amenée à redevenir non-existence, non conscience, autrement dit de la poussière galactique... Au contraire de la force évolutive, dite " Service d'Autrui ", qui rayonne constamment vers les extrémités des spirales galactiques d'énergie et qui, grandissant en Conscience (l'univers n'est qu'Esprit), forme des terreaux de Vie pour engendrer un nouveau big-bang, une nouvelle Création ...

Cf. Univers en partage & Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

* Un trou de ver (en anglais : wormhole) est, en physique, un objet hypothétique qui relierait deux régions ou dimensions distinctes de l'espace-temps, se  manifestant d'un côté comme un trou noir et, de l'autre côté, comme un trou blanc. Un trou de ver forme ainsi un raccourci à travers l'espace-temps.

Les spirales galactiques séparent en deux champs électromagnétiques les Mondes vivants telle la Terre, l'un migrant de manière involutive vers un trou noir, l'autre propulsé à l'extérieur de la galaxie d'appartenance (système solaire) pour évoluer dans une dimension supérieure.

Le monde entropique du corpus prédateur (dimension 4-D -) se concentre sur le trou noir pour y maintenir la Terre (dimension 3-D), rendant impossible le passage à la dimension supérieure évolutive.


Lorsque ces fenêtres temporelles s'ouvrent, elles voient ainsi la collision de deux univers d'espace-temps différents, l'un dans une nouvelle dimension de réalité, supérieure, l'autre se dissociant et se déstructurant. C'est alors l'état de conscience de l'être humain qui détermine son positionnement.

La collision dimensionnelle

Le changement de densité

Même si le passage à la dimension suivante semble se produire graduellement, il y aura un moment où se produira la poussée ultime et où la perception sera complètement modifiée. Avant ce moment, ceux qui s’y préparent auront des aperçus d’un nouveau domaine, et ils en ont sans doute déjà depuis un certain temps. Ces moments d’incursion dans une autre sphère de réalité seront de plus en plus fréquents et de plus en plus intenses jusqu’à ce que la nouvelle conscience devienne la norme plutôt que l’exception. Ce sera alors l’expérience même de notre vie. La navigation dans ce monde nouveau sera toute une nouvelle expérience d’apprentissage.

Quand l’énergie culminera et que le moment de la transition sera venu, l’accélération deviendra évidente, spécialement pour ceux qui seront les mieux préparés, et elle le sera moins pour ceux qui sont sur le seuil de l’éveil. Pour ceux qui ne seront pas préparés, l’accroissement d’énergie amplifiera tout ce qui se trouvera dans leur conscience, et ce ne sera peut-être voire sans doute pas joli. Cela pourra aussi s’évacuer avec le temps. Ceux qui effectueront la transition auront toujours une chance d’attirer les autres au changement tandis qu’ils coexisteront entre deux octaves. Il y aura cependant un point où il sera trop tard et où la planète exécutera son mouvement final avec ceux qui seront alignés sur elle.

Il est à noter que pour dissimuler aux êtres humains l'existence des trous de ver, chemins d'accès à des fenêtres interdimensionnelles, la NASA a conduit des essais scientifiques à très haute altitude, consistant à faire exploser plusieurs bombes nucléaires dans les ceintures dites de Van Allen * (Cf. image), et ce aux fins de disperser plusieurs dizaines de tonnes de fines aiguilles de cuivre dans leur champ électromagnétique *². Il s'agissait non pas de générer comme annoncé un miroir artificiel à l'usage des satellites, mais de masquer les trous de ver que certains observateurs initiés à la Vérité pourraient voir, soit les passages interdimensionnels échappatoires à la 3-D. Sachant que la ceinture de Van Allen caractérise la bulle de conscience de l'être humain, ses limites de perception, une telle pollution intentionnelle a pour  objectif d'empêcher toute prise de conscience autre que la réalité de l'univers assénée par les gardiens de la Matrice...

* Les ceintures de Van Allen (nom du scientifique physicien et astronome états-unien James Alfred Van Allen - 1914/2006 - qui étudia les propriétés des confins de l'atmosphère, notamment sur les propriétés magnétiques) ne sont pas des ceintures de radiations proprement dit, mais des ceintures magnétiques et électriquement chargées qui piègent les particules à haute énergie issues du soleil. Elles " piègent " ainsi les radiations et protègent la Terre. La radioactivité y est donc très élevée. Ces deux ceintures, interne et externe, ont des origines différentes. Celle découverte par Van Allen occupe une région au-dessus de l'équateur. Elle est un sous-produit du rayonnement cosmique de haute énergie (primaire).

Cf. Contrôle mental.

 

Mécanique gravitationnelle et son relais biologique

La conscience crée la gravitation, qui elle modifie la conscience. Il s'agit d'une règle quantique qui est d'une logique implacable. La Conscience, qu'elle soit humaine ou universelle, ce qui au final est la même conscience, utilise l'antimatière – la forme ondulatoire de l'éther – pour s'exprimer et lui donner une forme concrète et tangible. Elle la modèle en solidifiant cette antimatière dans le présent, par l'effet de gravitation. Cela correspond au véritable sens du mot " créer " et c'est ainsi, qu'à partir de la Conscience de 7ème dimension universelle, que se crée l'Univers, la Création *.

La gravitation agit tel un aimant. L'aimant n'est autre que l'observateur qui voit ou ressent, son rôle étant d'agglomérer puis de figer la forme ondulatoire de l'éther, pour la densifier en de multiples champs de particules atomiques. Ils prennent alors une forme et une consistance tangible : la matière, que la conscience humaine peut lire et ressentir, au travers de ses cinq sens humains.

La Conscience est donc l'unique vecteur de la gravitation qui, de cette manière, matérialise sa réalité, dans le seul but de générer un terrain d'expériences pour l'Âme. Lorsque l'Âme parvient à assimiler l'expérience que lui propose la Conscience, elle contribue à accroitre la Conscience/Intelligence de l'Univers, qui de cette façon s'enrichit de cette expérience et s'expanse vers son futur.

La Conscience de l'Univers, par sa substance, le Divin, est obligée de se créer des myriades de réalités densifiées par la dualité, pour pouvoir grandir et se développer. Ce n'est qu'au travers de dimensions densifiées qu'elle peut acquérir de l'expérience et évoluer.

* Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers & Le processus création décodé.

L'action de transformation de l'ADN par l'intention de l'individu met en œuvre la DMT, soit la diméthyltryptamine. C'est une substance psychotrope puissante (considérée comme un stupéfiant dans certains pays), souvent synthétique, mais aussi présente de façon naturelle dans plusieurs plantes. La DMT est une hormone également produite naturellement pendant le sommeil par la glande pinéale, aussi appelée épiphyse. Habituellement et beaucoup plus en journée, l'épiphyse produit de la mélatonine, la molécule de l'horloge biologique induisant le rythme sommeil/éveil. Cette glande * située au milieu de la boîte crânienne entre les deux lobes du cerveau, est naturellement très perméable et perceptible aux variations du champ magnétique qui entourent le corps et par conséquent, extrêmement sensible aux effets d'une modification éphémère ou définitive de la gravitation. De telles modifications du champ magnétique dans notre environnement se produisent assez fréquemment. Ainsi dans la nature, elles ont lieu parfois très subitement, par exemple lors d'un impact de foudre. Lorsqu'elles se déclenchent de manière plus progressives et soutenues, elles peuvent également être génératrices d'un courant électrique induisant une différence de potentiel important au sein même de notre ADN.

* Cf. Le processus création décodé.

Biologie de la création

Lorsque l'esprit humain se branche à la Connaissance – c'est à dire lorsque nous activons notre intuition – notre système biologique fabrique de nouveaux réseaux neuronaux, afin d'augmenter son rendement cérébral. L'accroissement de l'activité intellectuelle provenant du décryptage de votre subconscient – le Soi supérieur – provoque dans le complexe pinéale-pituitaire, des stimuli électriques très particuliers qui libèrent de grosses quantités d'hormones comme entre autres la mélatonine, la sérotonine... Ces hormones, qui sont des neurotransmetteurs, jouent un rôle prépondérant dans la régulation des rythmes biologiques. Lorsqu'elles sont déchargées dans le corps par une suractivité du " subconscient " et lorsque ce genre d'information est transmis et analysé par le système rationnel de l'ego/mental, il se produit une réaction chimique très particulière qui augmente l'excitation intellectuelle et qui a pour effet d'affaiblir la partie résistante de l'ego.

Le récepteur de pensées est la glande dite Pituitaire (Cf. 1 de l'image), nommée en anatomie hypophyse. C'est le point de contact à l’intérieur du cerveau, qui active tant la capacité de recevoir des formes-pensées d’autrui, quelle que soit la distance, que de construire des formes dans l’éther, le champ de Conscience universel. Il représente notre féminin intérieur, l'intuition. Il est relayé par les cellules du nerf optique (2) spécialement conçues pour former par le cerveau des images mentales de nature tridimensionnelle à partir des photons. Dans cette glande réside l’Ego réalisé, le Soi de l’individu parvenu à transcender l'ego-mental, qui interprète les images mentales créées comme des messages complets incluant les sons, couleurs, et autres stimuli sensoriels.

Le transmetteur de pensées est la glande Pinéale (3), nommée en anatomie épiphyse. Cette glande se situe à l'endroit où la moelle épinière vient se rattacher à l'encéphale, partie du système nerveux contenue dans la boîte crânienne, comprenant le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral. Elle n'est pas protégée par la barrière hémato-encéphalique, dont le rôle est d'isoler le cerveau des substances indésirables qui peuvent se trouver dans la circulation sanguine. Elle est l'organe de perception spirituelle du dessein de l'âme, le masculin intérieur, dont la glande Pituitaire est la borne ou point négatif de contact. Elle est essentielle au rythme du sommeil et du réveil, et à la préservation du système immunitaire.

Ce couple récepteur-émetteur constitue le conduit énergétique entre le corps physique et l'Univers, autrement le " corps astral ", l'âme, comparable à un câble de fibre optique. Dans le cortex encéphalique, la glande Pinéale est le relais de l'âme, transmettant la lumière telle le Soleil, et la glande Pituitaire, expression de la personnalité humaine, peut en modifier ou réfléchir les visions, telle la Lune. Ceci signifie que pour que la réflexion humaine soit possible, elles ont toutes deux nécessité d'être au bon endroit, en bon alignement, donc en parfait état harmonieux de marche.

Dans la pénombre, l'épiphyse stoppe la synthèse de mélatonine pour produire de la DMT endocrine. La pinéale se met alors en fonction, autorisant l'Esprit à quitter le corps pour la 5ème dimension pendant les phases de sommeil paradoxales. Cette phase du sommeil est celle au cours de laquelle se produisent des rêves dont on se souvient. Elle se caractérise par des mouvements oculaires rapides, une diminution voire disparition du tonus et de la contractilité musculaire, une respiration ainsi qu'un rythme cardiaque irrégulier et une température corporelle déréglée. Mais c’est aussi à ce moment que se produisent les attaques (manipulations) trans-dimensionnelles nocturnes par des entités prédatrices de 4ème dimension. On peut donc parfois observer sur un plan strictement physiologique, une dilatation des organes pelviens et, occasionnellement, des érections nocturnes.

L'activité électrique du cerveau en ces moments-là est proche de celle de l'éveil. Ceci signifie que l'Esprit ayant quitté le corps, il en contrôle les fonctions vitales mais n'est plus maître des activités musculaires. Cet état de semi-éveil explique certaines visions pendant une méditation profonde ou un état d'hypnose, résurgences de mémoires vives et de visions provenant d'autres plans d'existence. Celles-ci correspondent à un furtif coup d'œil par une fenêtre ouverte sur un autre monde, soit sur une dimension parallèle, soit sur d'autres dimensions d'existence. Elles parviennent à notre conscience, seulement au moment où notre Esprit réintègre son corps de 3ème dimension.

La protection de ces deux glandes essentielles à notre pouvoir créateur, afin de contenir toute tentative de manipulation extérieure, passe par l’évitement des drogues hallucinogènes ou autres alcaloïdes, surdosées en DMT, qui submergent certaines tâches du cerveau et l'entravent dans ses fonctions de sélection des perceptions. Il devient alors incapable de procéder au tri de ces sensations visuelles, auditives, olfactives ou autres... Il en est de même pour la prise d'antidépresseurs ou de consommation de sucre à outrance *, ces substances bloquant littéralement la faculté que possède l'Esprit d'aller et venir à sa guise d'un corps d'incarnation à un autre, d'une dimension à une autre.

Il n’est pas à chercher plus loin la raison d’être de toutes ces substances prescrites ou encouragées plus ou moins explicitement (ex. publicité) dans le fonctionnement de nos sociétés, par-delà les discours hypocrites des autorités institutionnelles et le sérieux du travail de prévention sanitaire réalisé. Aussi est-il crucial de comprendre que la nourriture végétarienne et ensuite le régime omnivore, modes alimentaires encouragés par le corpus prédateur via le mouvement du New Age, engendrent lentement et sournoisement les plus importantes intoxications aux glucides, compte-tenu des méfaits du fructose et des glucides engendrés par la surconsommation de certains aliments, dont font partie certains fruits et légumes trop riches en sucre.

* Les astronautes adoptent une diète très hypocalorique mise au point par la NASA, qui a pour but d'optimiser les apports alimentaires et de supprimer tout apport glucidique, et ce dans l'optique de réduire les effets de la microgravité et de la gravité. En effet, un abus de glucides risquerait d'entraver par ses effets sur l'épiphyse le retour de l'Esprit dans le corps pendant son sommeil, conduisant l'astronaute à une sorte de coma végétatif jusqu'à son retour sur Terre ou dans un milieu où règne la gravité. Ce phénomène a déjà tué plusieurs cosmonautes, mais jamais révélé, il a toujours été mis sur le compte d'une défaillance technologique ou humaine. Le verrouillage de la pinéale par les glucides se produit de la même manière dans la vie d'un individu consommant trop de glucides. L'esprit devient difficilement apte à ce moment-là de voyager entre les portes dimensionnelles quasi verrouillées.

De ce fait, le changement progressif du champ gravitationnel provoqué par la différence de potentiel entre le centre de pensées/consciences provenant des dimensions supérieures de densité - le champ de Conscience universel - et la conscience humaine de 3ème dimension, lorsqu'elles parviennent à se relier et à communiquer, est le moyen pour un individu de parvenir à reconnecter sa supra-conscience, qui affecte et modifie naturellement les programmes de son ADN.

Comme cet ADN projette ses programmes dans le quotidien de l'individu, sa réalité ne se modifiera qu'à condition que la mécanique qui génère l'intégralité de ses croyances profondes permette qu'elles soient totalement jugulées, répudiées et affranchies (croyances représentant l'attachement, la culpabilité, la peur, le contrôle, la possession, le désir... qui représentent toutes les formes pensées de la prédation), qui plus est à partir d'une régénération cellulaire permise par la qualité des télomérases découlant de la nutrition adéquate *.

Aussi la métamorphose ne peut se faire que par la volonté, la force de caractère, le courage, la témérité, l'acharnement que possède l'individu à vouloir changer en outrepassant tous ses conditionnements. Elle induit du même coup une modification plus ou moins rapide de son champ gravitationnel, donc de son environnement, et une variation notable dans son propre champ de conscience et d'expérience.  Alors seulement la véritable Connaissance peut être intégrée jusqu'au plus profond des cellules. C'est la seule et unique façon d'étendre, d'accroître sa Conscience pour enfin parvenir à modifier sa réalité.

* Cf. Conscience nutritionnelle.

Alors l'extériorisation de l'Esprit, changeant de dimension de conscience, passe quasi invariablement par un phénomène que nous avons déjà tous connu à un moment de notre vie *. Il s'agit d'une sensation hyperkinétique, qui forme un tourbillon ou une sorte de vortex, le vertige. C'est ainsi qu'un vertige insupportable provoque le jaillissement ou la projection de l'Esprit hors du corps. Et c'est précisément lors de vertiges intenses que nous avons la capacité d'influencer les ondes de gravitation, conduisant notre environnement à se déformer, les conditions de cohésion moléculaire de sa matière constitutive commençant à cesser d'exister.

Ainsi, lorsque nous parvenons par une concentration intense à focaliser une pensée, un acte de volonté, sur un point unique pendant cet épisode de vertige intense, notre pensée gagne en puissance et réveille des facultés inutilisées dans notre état ordinaire. Cette forme-pensée focalisée devient alors une sorte d'impulsion, un levier qui mobilise l'énergie vitale et la dirige vers le point où elle doit opérer. De cette manière l'Esprit localisé en dehors du corps, c'est à dire dans l'antimatière, devient capable de déplacer des montagnes ...

* Cette sensation kinétique (ou kinésique) de tourbillon et de renversement arrière peut être éprouvée du haut d'une falaise ou d'un gratte-ciel, lorsqu'on se déplace à reculons, lorsqu'on ingère des psychotropes, lorsqu'on subit une programmation hypnotique, lorsqu'on se balance en arrière sur un siège suspendu...

 

Mode de fonctionnement de l'humain en 5-D

Les trois premiers centres énergétiques sont bien sûr identiques à ceux de la 3-D. Cependant, la relation à l'argent (1) est perçue et vécue comme un échange d'énergie harmonieux, tout comme la relation à la sexualité et à la famille (2), apaisée et sans culpabilité. Le mental (3) est mis au " service de ", et non plus centré sur l'affirmation du pouvoir. Il écoute la petite voix en provenance du cœur (4), qui conduit l'être humain au don, à l'amour inconditionnel, lui permettant d'offrir son essence authentique.

La relation à l'âme, à la conscience du Soi (7) permet d'accéder au processus de co-création (5), et de se nourrir dans d'autres dimensions (6) comme le rêve lucide. " On est ce que l'on est ", dégagé des besoins de se réaliser par la religion ou la politique.


Remaniement énergétique

Si jusqu'alors la compréhension et la maîtrise des centres énergétiques (chakras) participaient de la révélation du potentiel d'évolution, ceux-ci sont conduits à s'effacer pour laisser place à une nouvelle relation énergétique à Ce Qui Est. En effet, ces centres, sorte de pilotage automatique, permettait à la matière de prendre forme sans que l'être humain n'ait conscience de son énergie constitutive. Or dès lors que la conscience advient, ils deviennent insuffisants pour insuffler le renouveau au sein du corps physique. C'est désormais une nouvelle carte fréquentielle qui s'établit, expurgée des anciens protocoles vibratoires qui visaient à permettre l'irradiation énergétique - la montée de " kundalini " -, levier de la conscience.

Cette carte est uniquement faîte de ressenti, sans outil protocolaire tel que promu par les enseignants et thérapeutes de l'éveil. Il porte sur tout sur le système cellulaire, de la tête aux pieds, de façon uniforme et globale, sans distinction de points énergétiques spécifiques. Nous sommes devenu un point UNIQUE, comme une cellule totalement interconnectée et unifiée.

La 5ème dimension de conscience, située au-delà de la 5ème dimension de densité (ou de réalité), ordonne et organise les différents plans de densification de la matière et réalise sa manifestation dans l'univers que nous percevons. Notre puissance création * s'exprime pleinement. En effet, la Vie n'est plus réellement compartimentée, rassemblée sur un seul plan comme le perçoivent les humains en 3-D. Tout au contraire, la Conscience universelle s'expanse dans toutes les densités et dimensions à la fois, à travers les cycles de la Vie. Elle devient capable de se manifester de manière fractale sur tous les plans où elle a déjà donné naissance à un monde de matière où évolue les multiples formes de vie (le végétal, l'animal, l'humain). Ces mondes manifestés représentent " l'Univers de la Création ".

Simultanément, pour maintenir l'équilibre dans ses mondes (loi de symétrie), la Conscience universelle autorise la destruction d'une partie de sa création. Elle en manifeste les circonstances au travers du subconscient entropique de la partie " Service De Soi " de l'humanité, limitée à la 4-D -, afin que la matière puisse redevenir onde ou antimatière et accomplir son cycle dans l'ordre naturel de l'Univers. La déstructuration des mondes ou l'ultime chaos aboutissant dans un trou noir participent ainsi de l'ordre naturel de l'Univers. Une fois passée par le trou noir, l'Onde pourra redevenir particule lorsqu'une Conscience manifestera les conditions gravitationnelles pour ce faire. Cette Connaissance des sept dimensions de l'Univers est exprimée dans la symbolique du chandelier à sept branches, la Ménorah.

* Cf. Le processus création décodé.

Les sept dimensions de l'Univers *

* Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

Les Mondes Créés

Ils sont figurés par les trois premières branches de gauche, soit la 1-2-3ème dimension ou le monde minéral, végétal, animal. Ce sont les mondes visibles, les Mondes Créés (la matière, l'atome perçu et ce qui est lu par notre conscience humaine).

Généralement, l'être humain se croit unique et pense qu'il se trouve soit au dedans, soit en dehors de l'Univers qui l'entoure. Il se retrouve ainsi dans la dualité, restant assujetti à ses croyances, sauf lorsqu'il prend conscience de son Âme, la psyché.

Les Mondes Créateurs

Ils sont figurés par les trois dernières branches de droite, soit la 5-6-7ème dimension. Ce sont la Conscience humaine, la Conscience supérieure et l'Impulsion créatrice, qui est l'Origine de l'Univers. Ces dimensions évoquent les Mondes Créateurs, l'antimatière, l'Onde créatrice vibratoire, l'Esprit (le pneuma, souffle créateur).

La structure de ces Mondes créateurs est absolument immatérielle, donc insaisissable pour les sens humains limités par l'Espace-Temps.


Entre les deux, la quatrième branche est l’Être humain, dans son Univers de 3ème dimension. Il doit trouver l'équilibre, en passant de l'Homme au Service de Soi à l'Homme au Service d'Autrui, lorsqu'il acceptera enfin dans " son présent " de le redevenir. C'est alors la jonction des deux mondes, le symbole de la Croix chrétienne. C'est le rôle de la conscience humaine.

 

Indispensable changement de regard

La dualité propre à l'expression de la Création et par-là même à la vie sur Terre oppose classiquement les polarités Bien et Mal, constitutives des interprétations et réflexions philosophiques et religieuses proposées à l'homme. Sans le Mal, le Bien n’existe pas, et mieux encore, sans le Mal, on ne peut ressentir cet attrait fondamental pour le Bien. C'est pourquoi le nouveau regard proposé par l'ouverture de conscience est de ne plus ressentir de " haine ", de colère, de frustration, à l'encontre de celles et ceux qui, par leur attitude et comportement, dispensent le " Mal ", comprenant qu'ils participent en fait à notre comme à leur évolution positive. Ils sont des enseignants. Sans leurs " méfaits ", nous n’en serions pas là aujourd’hui, à évoluer dans nos consciences, nos compréhensions, et à essayer de trouver des solutions. Le but métaphysique dévolu à l’accélération de la propagation du Mal est de nous faire évoluer le plus rapidement possible, et à nous émanciper des tutelles asservissantes qui nous égarent dans notre accomplissement le plus élevé. En effet, seule une humanité émancipée peut survivre aux cataclysmes naturels cycliques qui accompagnent depuis les origines les mutations civilisationnelles, constitutives d'autant de paliers nécessaires à notre retour à l'unité *.

C'est en faisant la paix avec nous-même et avec tout le monde que nous sortirons de l'enfer de la division *². Cette compréhension collective, via aujourd'hui le support de notre plus grande révolution intellectuelle qu'est Internet - l'accès libre pour tous à la Connaissance -, nous conduit au Salut, soit la guérison de l’Humanité par la disparition des peurs. Le Maître Jésus n’était-il pas venu d'ailleurs non pour nous apporter la Paix, mais l’Épée, celle de la confrontation entre les humains pour permettre de faire triompher le Bien ?

Matthieu 10.34. : Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée.

35 Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère;

36 et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison.

Par Son enseignement Il nous a libéré du poids du péché, afin que nous puissions librement pécher et comprendre de nos erreurs. Car c’est ce péché, le Mal, source de souffrances et de manque existentiel majeur, qui nous pousse à sortir de nos gonds et à aller résolument vers le Bien par l'Amour, notre véritable et unique substance.

* Cf. Prophétie du changement.

Cf. Le mode de réalisation unifiée.

Conscience de l’Unité, ou la montée de l’échelle

Notre évolution passe par la sortie de la dualité pour rencontrer ce que l’on appelle la loi de l’UN. Cette dernière se concrétise, dans notre quotidien, par une vision d’unité derrière toute chose. C’est ce que l’on appelle la conscience de l’Unité. Pour ce faire, un cheminement est nécessaire, à l’image des barreaux d’une échelle que l’on gravit. On ne peut passer d’un barreau à l’autre qu’à la seule condition que l’on veuille monter ou descendre cette échelle. Ceux qui ont peur de l’altitude vont plutôt rester scotchés sur l’un des barreaux tellement ils ont peur, s’agrippant de toutes leurs forces aux deux montants latéraux avec, dans le meilleur des cas, une descente vers les barreaux inférieurs plutôt que la poursuite de la montée.

Il y a six barreaux, chacun correspondant à un centre énergétique (chakra). La limite naturelle se fait entre le Ciel et la Terre, qui nous voit d'une part respirer l’air (l’esprit), d'autre part baigner et nager dans l’eau (corps émotionnel), notre corps physique représentant l’élément terre (la matière). L’élément feu, le souffle vital, nous anime, aussi bien en corps qu’en esprit.

1. Premier barreau.

C’est celui qui est tout au fond, c’est-à-dire celui qui est le plus proche de la densité terrestre, des choses les plus lourdes. C’est le monde où le minéral règne en maitre. Ce niveau est en relation avec la conscience de sommeil, où, lorsque l’on dort, nous sommes comme un caillou, une bûche. Notre corps devient minéral, notre mental étant éteint. C’est une phase de repos. Si le repos devient prolongé, c’est que nous avons rendu l’âme. Nous redevenons alors poussière, tout naturellement.

2. Second barreau.

C’est le niveau des courants et remous émotionnels. Il s’appelle la conscience de rêve. Quand nous y descendons pour cause de sommeil, nos rêves prennent le visage de nos remous intérieurs immédiats. En clair, si ça sent le cauchemar, c’est que quelque chose de profond en nous est en train de faire surface, nous délivrant ainsi un message précieux. En remontant plus haut, nos rêves seront plutôt plus calmes.

3. Troisième barreau.

C’est le niveau normal où nous évoluons. Il correspond à la conscience de veille. Nous avons les yeux ouverts, conscience de notre corps physique et qu’il nous faut respirer pour vivre. Nous baignons dans les deux mondes à la fois, l’eau et l’air. En respirant l’air, nous nous sentons connecté à " l’amour " du champ universel, à l’Esprit, tandis que notre corps dense flotte comme il peut dans la matière. Nous gigotons dans l’émotionnel, sans nous soucier des conséquences quant aux remous créés. Nous vivons à ce stade comme dans un rêve, où se mêlent plus souvent les cauchemars que les rêves agréables. Très peu ont envie de croître, de se développer en levant la tête, d’autant plus que certains gardent l’accès au quatrième barreau, empêchant les autres d’y grimper *. Les plus dangereux sont ceux qui portent les armoiries d’une religion…

4. Quatrième barreau

A partir de cette hauteur nous quittons définitivement le stade du robot biologique qui, sans renier les joies de la matière, respire désormais un air beaucoup plus pur et jouissif en hauteur plutôt qu’au ras de l’eau. Nous prenons conscience qu’il existe d’autres " nous " au sein du cosmos, et comprenons la nécessité de respecter chacun d’entre eux. Nous devenons tolérant et aimant au fil du temps, ressentant une fraternité, un lien de cœur, et développons un amour de type inconditionnel qui fait accepter la différence et l’unicité de chacun. Comprenant que la Vie commence vraiment par cette prise de conscience, nous avons franchi le voile d’oubli, le voile de séparation d’avec notre nature profonde qui s’exprime à travers le corps.

5. Cinquième barreau.

Fort de toute notre gratitude envers les autres, nous commençons à découvrir qu’une étincelle de vie anime chaque forme qui nous entoure. Cette conscience est dite la conscience divine, permettant de ressentir en son cœur l’invisible caché derrière le rideau de la compréhension. Si nous n’arrivons pas à nous l’imaginer dans la tête, notre cœur nous pousse à continuer à grimper à l’échelle. Cette prise de conscience permet de respecter la Vie quelle que soit sa forme, et de comprendre que l’environnement est notre livre de découverte intérieure. Nous nous abandonnons par le silence avec une profonde gratitude et bienveillance à la Nature, détaché de nos bruits mentaux. Nous sommes à l’écoute de notre intériorité, amené à découvrir qu’un langage universel existe au-delà de toutes les différences de forme.

6. Sixième barreau.

C’est le barreau le plus haut, le plus éloigné de la surface de l’eau. De cette position, nous découvrons l’ensemble du tableau qui s’offre à nous et ses séparations apparentes. Nous découvrons la richesse inouïe et quasiment infinie du Vivant tirée vers un même objectif. C’est le stade de la conscience de l’Un, de l’unité, de l’UN-unité, de l’UN-unifié, de l’unicité, de l’UN uni vers son objectif originel, celui qui répond à la question " qui suis-je ? ". Nous découvrons qu’unic-ité vécu en un-ité forme un uni-vers.

* Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

L’ascension est une élévation de fréquence impliquant que notre regard change, surtout à propos de nous-même. Si beaucoup pensent que l’ascension c’est quitter son corps, c’est tout le contraire. Sa réussite passe par le fait de l'aimer et l'accepter, de cesser de le martyriser en le dénigrant. En lui envoyant un autre regard, le reste suivra…

Redevenir son état originel

Le processus d'éveil conduisant à sa transformation de conscience a pour effet de structurer son nouveau Moi (re)devenu Soi. En cette fin de cycle civilisationnel, il accompagne le passage dans une nouvelle dimension de conscience constitutive d'une nouvelle dimension de réalité (ou densité). Aussi voit-il un effacement progressif de " sa présence " dans le monde en 3-D, celle-ci étant expurgée de toutes les attaches constitutives des illusions de la fausse lumière. Ainsi par exemple sa présence, obsessionnelle - narcissique - ou utilitariste des réseaux sociaux (YouTube, Facebook, Twitter ...), y compris lorsqu'elle était partagée gracieusement avec le monde extérieur.

L'expérimentation du centre que nous devenons actionne ainsi la réalité, soit notre création, rien en soi n'étant appelé à frémir ou s’émotionner. Ce vide absolu est la source de vie, qui nous voit le programmateur détaché, neutre et pragmatique. Ce faisant, subtil paradoxe, nous sommes devenu de plus en plus humain, être créateur n’empêchant aucunement d’être créature. Ces deux états fusionnant l'Alpha et l'Oméga se complètent en toute harmonie, à l'image du mélange alchimique d’une structure mathématique avec celle d'un monde imaginaire fait de poésie et de rêve. Le travail de dissolution a remanié définitivement l'espace neuronal initial et reparamétré la pensée primaire dénaturée. Comme il n'y a plus désormais plus que NOUS, le MOI unifié centre des données de création, TOUT est notre création, la notion de service à autrui disparaissant à son tour. Quel sens en effet donner à toute projection extérieure destinée à offrir à autrui des clés, puisque la notion d'un autre qui ne serait pas nous (moi) est devenue vide de sens ...

C'est désormais notre monde extérieur qui doit faire l'effort de venir à nous/moi, et non plus l'inverse. Et c'est ce mouvement vibratoire des "centres " que nous sommes qui permet d'amorcer les nouvelles communautés conscientes, dans la mesure où nous choisissons les communautés qui résonnent en nous. L'être éveillé ne donne plus rien au collectif, notion devenue étrangère à son intégration du Tout. Il EST, intervenant uniquement dans cette dimension de lui-même dans laquelle se fond autrui, tout en restant lui-même/eux-mêmes dans cette dimension. Il est un centre de gravité, attirant naturellement à lui tout le reste, le fruit de sa création. Retiré du verbe partagé, il perçoit que plus rien en lui ne frémit à cette idée, son humanité - sa version la plus élevée - ayant parfaitement ancré cette évidence.

 

Les pièges de l’ascension de conscience

Grimper à l’échelle de conscience n’est pas une chose simple. Les glissades sont courantes parce qu’en fait, tous les jours, nous montons et descendons de l’échelle selon l’état de notre météo intérieure et des conditions de notre vécu terrestre. Nous allons en effet dormir, rêver et vaquer à nos occupations, ce qui met en scène notre corps émotionnel * et ses inévitables remous qui se répercutent sur nos pensées.

Pour maîtriser du mieux qui soit cette ascension, nous nous devons d’être léger (pas de croyances et de rappel du passé), assuré (confiance en soi), tenace (sans peur de recommencer), humble (pour ne pas s’enorgueillir de nos prouesses), intègre. En effet, il existe comme un plafond de verre, qui fait qu’à chaque fois que nous pensons être parvenu tout en haut, nous butons contre quelque chose d’invisible et dégringolons illico presto si nous y sommes arrivé trop vite. C’est tout à fait normal, puisqu’il nous est demandé de vivre dans la matière et non au Ciel !

Trois pièges guettent ainsi l’apprenti escaladeur.

Le premier se vérifie dans la difficulté de nos relations avec les autres, tout particulièrement avec les " dormeurs " de la grande illusion humaine. Notre ego étant alimenté selon la classe à laquelle il aspire, en l’occurrence être reconnu comme quelqu’un de bien sinon d’exceptionnel, nous allons causer d’humanisme, de respect et d’amour inconditionnel, dans un vocabulaire assez raffiné que personne ne comprend bien d’ailleurs. Nous allons baratiner au sujet d’un " Nouveau Monde " avec aisance tant nous en savons. Le piège est ainsi en place pour nous faire croire que les tempêtes et remous émotionnels ne sont plus là, et que nous sommes déjà auprès des " dieux ". Il en découle que les troubles de l’esprit vont se faire ressentir, le mental pouvant partir alors à la dérive... Tout en continuant à lâcher prise sur l’apparence, sur le paraitre, sur l’extérieur, nous allons entendre beaucoup de commentaires sur notre dépouillement extérieur comme intérieur, incompris de ceux qui vivent à fond la densité. Leurs commentaires peuvent être désagréables, nous voyant comme éthéré, perché, mystique. Même si notre ressenti de communion et de connexion avec le Vivant nous comble, nous continuons à vivre dans le marigot, à sentir la pollution, et surtout à connaître les atrocités perpétuées sur toutes les formes de vie.

Le second piège va alors consister à se couper des autres, ce qui sera traduit assez rapidement comme une asociabilité de plus en plus grande, voire totale. L’ego nous aura ainsi transformé en " zombie de l’éthéré ", qui croit être libre alors qu’il s’est tout simplement encore plus séparé des autres comme sait si bien le faire l’ego-mental. Notre différence est tellement mise en avant dans nos attitudes qu’en fait nous n’appartenons plus à ce monde, paumé à la dérive des vents divins de hautes altitudes !

Le dernier piège se rapporte au vécu selon la loi de l’UN, qui est d’abord et surtout un état d’être et non un état de compréhension mentale, dont au passage se délectent tous les enseignants gourous du New Age. Vivre la chose n’est pas comprendre ou penser la chose, ce que le mental veut par notre conformation à des attitudes projetées de ce que nous pensons être la conscience de l’unité. C’est là le troisième et le plus grand piège. La conscience de l’unité n’est qu’un environnement qui rend propice l’avènement de cette chose indescriptible appelée l’Unité. Si nous la simulons, nous n’obtenons rien, sinon le fait que nous sommes en pleine illusion. En conscience de l’unité, croire qu’il va nous arriver des choses merveilleuses est une carotte de l’ego-mental tout simplement. L’Unité, avec ses éclairs de conscience pure, ne se révèlera qu’au moment même où nous n’aurons plus aucune volonté ou pensée de quelque chose. Elle nous tombe dessus au moment où nous nous y attendons le moins, ne pouvant se décrire car n’appartenant pas à notre monde. En clair, qui parle de l’Unité est en fait à côté de l’Unité. Il ne peut que parler de la conscience de l’unité. C’est seulement quand nous sommes dedans que nous savons réellement, car avant, tout n’est que mots ou supputations, soit les illusions du mental.

Plus on s’élève haut, plus les vertiges sont nombreux et plus nous allons nous casser la figure. C’est dans le jeu incessant de montée à l’échelle que nous apprenons, patiemment, à éviter les glissades plus ou moins douloureuses. En choisissant les voix et consignes du cœur plutôt que les voies de de l’ego-mental, nous nous donnons toutes les chances d’y parvenir.

* Cf. Fonctionnement du corps biologique.

De la tri à la quintuple dimensionnalité

Notre monde défini scientifiquement en 3-D par les dimensions hauteur, profondeur et largeur (4-D avec le facteur temps) voit ces trois dimensions conjuguées au féminin avoir un rapport avec la trinité Corps-Âme-Esprit.

Ainsi, la plupart du temps, la hauteur caractérise le désir de l’homme, au masculin s’entend, d’être grand, physiquement comme en esprit par sa profondeur de pensée. Autrement dit pour lui, " il vaut mieux en avoir une plus longue que trop courte", la largeur " d’épaule " indiquant la carrure nécessaire pour assumer, imposer et dominer les choses. Cette vision de la hauteur limitée aux aspects physique et mental est inversement proportionnelle à celle de ses sentiments, au même titre que leur profondeur, un peu mince, et leur largeur, riquiqui.  Pour la femme, c’est quasiment l’inverse. Physiquement, il faut qu’elle soit plus petite à tous les niveaux pour que l’homme ait la superbe et se croit justement dimensionné. Mentalement, elle suivra en se faisant discrète en réputation (la hauteur), inexistante ou pas trop (en profondeur de pensée), et carrément rangée professionnellement comme petite main sans responsabilité (la largeur). Par contre, sur le plan de l’âme, sa hauteur ou grandeur d’âme est sans commune mesure avec celle de son alter-ego masculin, tout comme sa profondeur et largeur de sentiments.

Nous sommes tellement habitué à ce schéma manipulé, bien ancré au fin fond de notre psyché, que nous y voyons les éléments d’une bonne complémentarité. Sauf que la Vie ne voit pas vraiment cela de la même manière. Pour le comprendre, il suffit d’observer le vocabulaire que nous utilisons. En effet, qu’en est-il des pensées, domaine de l’esprit ? Sont-elles profondes, larges ou élevées ? Il est vrai qu’en 3-D nous préférons parler de pensées profondes plutôt que de dire des pensées élevées. Pourtant, si une pensée profonde dit qu’elle sort de l’ordinaire par sa pertinence et qu’elle ne fait pas dans la superficialité, elle est élevée dans sa fréquence. Pour les sentiments, nous aurions plutôt tendance à dire " avoir des sentiments élevés ", ce qui nous touche profondément… Les vrais, les bons sentiments sont donc du lourd quand ils nous touchent si profondément.  Aussi les trois dimensions hauteur, profondeur et largeur correspondent à des strates d’influence bien précises. La hauteur se réfère à l’élément air comme la pensée, tandis que la profondeur se rattache à l’élément eau, c’est-à-dire les sentiments. Une montagne a telle altitude, alors qu’un lac a une profondeur. Selon ce principe, la largeur correspondrait au champ d’action, à l’activité qui se résume en surface, et elle pourra être aussi vaste que la surface de la planète. Elle est donc en rapport avec le corps qui, avec ses deux jambes, arquera pour aller d’un point à un autre… En regardant ces trois dimensions, nous découvrons qu’elles recèlent en elles une autre façon de voir les mensurations. Ce que nous prenons seulement pour un espace dimensionnel extérieur est aussi intérieur.

Alors, quelle est la hauteur de nos pensées, la profondeur de nos sentiments et la surface de nos actions dans le quotidien ? Que faisons-nous pour éclaircir nos pensées au point qu’elles soient de hautes fréquences ?  La réponse est simple. En virant de notre cerveau toutes les pollutions mentales et toutes les impuretés conceptuelles, nous permettons à la lumière qui traverse le cristal contenu dans notre cerveau de faire émerger la pureté des fréquences d’amour de l’arc-en-ciel. Il en est de même pour nos profondeurs émotionnelles, les sentiments purs éprouvés chassant les impuretés pour agir puissamment sur la Terre entière.  Quand l’homme arrête de vouloir être grand (hauteur), de vouloir être profond dans son ego et ses misères sentimentales, il découvre que la largeur du chemin vers le " Nouveau Monde " est devenue désormais très étroite à l'heure de la mondialisation. L’homme de la 3-D est arrivé à la fin de son expérience, car il s’est lui-même perdu dans ses dimensions extérieures sans comprendre qu’elles avaient un réel impact dans son intériorité. Il lui appartient désormais de passer à la dimension supérieure, et de comprendre que sans la Nature dans toute sa diversité il n’est rien. Il doit comprendre que pour avoir des pensées élevées, il doit avoir des sentiments aussi purs que profonds. Ce n’est qu’ensuite que sa surface pourra enfin donner de son effet, et étendre son activité pacifique aux nouveaux horizons qui l'attendent.

 

Au-delà de la conscience

Une nouvelle illusion se présente pour le voyageur, croire que la conscience est la seule réponse. Ceci ne fait qu'illustrer les limites de tout programme spirituel, qui ne peut contenir l'impétrant dans sa globalité, l'unification au Tout échappant à toute balise conceptuelle. Vivre la descente de l'Esprit en soi fait en effet disparaître toute conscience, celle-ci marquant la séparation par l'observation et le discernement, alors même qu’Être conduit à ne plus éprouver, y compris les aspects émotionnellement douloureux. L'interface humaine - l'entité incarnée - s'est estompée pour laisser place à Ce Qui Est, sans aucun préconçu spirituel de quelque nature que ce soit.

Il est passé dans l'espace de déconscientisation, ayant compris que la conscience n'était pas le Saint Graal, la clé ultime. Il se situe désormais au-delà de la conscience, du verbe et de la pensée, rien n'existant pour définir cet état originel, celui d'une cellule originelle aussi bien vivante que non vivante.

 

 

En résumé, c'est l'autre partie de nous-même, notre " double spirituel ", qui est une conscience plus élevée présente dans les dimensions supérieures et que nous appelons l'Ange, le Soi supérieur par l’Âme réunifiée, qui nous aspire sans cesse vers " Sa Réalité ", seule voie d'évolution pour ne pas rester prisonnier de la Matrice asservissante et mortifère, involutive, de la 3-D.  

Aussi notre Ascension personnelle ne se fera que lorsque les réalités multidimensionnelles habitées par des fractales (parcelles ou alter) de notre Âme auront fusionné avec la parcelle d'Âme de notre réalité présente. Ce n'est qu'à ce moment-là que nous pourrons transiter dans une autre dimension d'existence.

Cette métamorphose est génétique, puisque se répercutant sur notre ADN cellulaire afin de permettre la transformation de conscience et du corps physique associé. Elle s'effectue au travers d'impulsions électromagnétiques d'origine cosmique et naturelles, qui préparent notre psychisme et notre biologie à passer en 4ème dimension d'existence. Ce n'est donc pas un phénomène mystique.

Ce processus d'interpénétration dimensionnelle, de la même façon qu'il se manifeste au sein de notre biologie, peut aussi se réaliser directement dans le champ de conscience qui crée et modèle notre réalité. Il provoque de ce fait un changement radical dans notre quotidien, car lorsque dans notre ADN de nouveaux codons sont activés, nos programmes d'incarnation se modifient et de nouvelles possibilités de réalité fusionnent avec celles déjà existantes.

Ce processus synthétise, par une succession de prises de conscience, le cheminement d'un individu de 3ème densité en mode "Service de Soi " à partir du moment où il commence à ouvrir les yeux jusqu'à l'intégration de la réalité de 4ème et 5ème densité en mode " Service d'Autrui ".

 

" Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. "

Jean 15:19

 

La vraie thérapie, c'est à tout moment, en toutes conditions, et certainement pas guidée par quelqu'un que nous payons, mais par sa propre guidance supérieure qui place les expériences dont nous avons précisément besoin sur notre chemin.

 

 

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos connaissances en cliquant sur le bouton.