L'art de prévoir

" Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent " a dit Henri Queuille (1884/1970), plusieurs fois président du conseil et également ministre des finances et de l’intérieur sous la 3ème République. Il fut ministre et secrétaire d’État plus de trente fois ! Un véritable professionnel de la machine politique, et sa fameuse petite phrase est incontestablement le fruit d’une expérience professionnelle riche.

Le monde économique recèle nombre d'Henri Queille - entrepreneurs, dirigeants, experts financiers et prévisionnistes ... - qui utilisent l'art de la prévision dans leur sémantique afin de répondre aux attentes du " marché ", des investisseurs comme des clients. A y regarder de près, nombre de leurs prévisions se sont pourtant révélées totalement fausses. Cela ne les a pas  empêché d'être riches et considérés. Pourquoi ? Parce que ce qui importe dans la vie, ce n'est pas la fréquence à laquelle on a "raison" sur les conséquences, mais combien rapporte le fait d'avoir raison. Se tromper en fait ne coûte rien, cela ne compte pas. Ce qui rapporte, c'est d'avoir raison.

Les risques que l'on prend dans la vraie vie, en dehors du contexte spécifique des jeux, sont toujours trop compliqués pour se réduire à un " événement " bien défini que l'on puisse aisément décrire avec des mots. Dans la vraie vie, le résultat n'est pas comparable au résultat d'une partie sportive que l'on peut réduire à l'alternative binaire " perdu " ou " gagné ". Ainsi nombre de prises de risques sont extrêmement non linéaires : s'exposer à la pluie ou au soleil peut être bénéfique, mais non s'exposer à des inondations ou à la canicule. Il en découle que les prévisions, surtout quand elles invoquent des critères " scientifiques ", sont souvent l'ultime refuge du charlatan, et il en va ainsi depuis la nuit des temps. En fait, ceci procède de la confusion entre prévoir et spéculer, entre prévision et spéculation.

Sémantique éclairante

Du latin praevidere - de prae, avant, et videre, voir - prévoir signifie " concevoir, envisager, imaginer d'avance ce qui doit arriver ". En envisageant les événements à venir, l'être humain prend les mesures et les précautions nécessaires, disposant et organisant d'avance.

De son côté, du latin speculatio signifiant spéculation, lieu d’observation, espionnage, le verbe spéculer indique le calcul, l'action de miser. A la différence de la prévision, la spéculation a pour objectif de créer des théories, non à les mettre en pratique.

La plupart du temps en économie comme en politique, les soi-disant prévisionnistes ne sont en fait que des spéculateurs ... Si leur spéculation s'avère juste, ils en retirent tous les bénéfices et diront que leur " prévision " était excellente. Si elle s'avère fausse, ce n'est que partie remise, disant que des paramètres et facteurs indépendants de leur volonté n'ont pas permis la réalisation de leur " prévision " ...

 

La théorie du Cygne noir

Il existe en mathématiques la notion de " problème inverse ", qu'on ne peut résoudre qu'en mettant sa peau en jeu. En la simplifiant, elle théorise qu'il nous est plus difficile de procéder à une ingénierie inverse qu'à une ingénierie. Autrement dit, si nous voyons le résultat des forces de l'évolution, leur opacité causale nous empêche de les reproduire. Ces processus ne peuvent de ce fait qu'aller de l'avant. Il en est ainsi de l’œuvre du temps, que nous capitalisons, son caractère irréversible nécessitant le filtrage que permet le fait de risquer sa peau. C'est cette théorie que le philosophe Nassim Nicholas Taleb a baptisé la " théorie du cygne noir " *.

* Cf. " Le Hasard sauvage " (2001) & " Le Cygne noir " (2007), essais.

La théorie du cygne noir ou théorie des événements cygne noir

Dans cette théorie, on appelle cygne noir * un certain événement imprévisible qui a une faible probabilité de se dérouler. Il est appelé "événement rare " en théorie des probabilités. S'il se réalise, il a des conséquences d'une portée considérable et exceptionnelle. La théorie s'applique au rôle disproportionné d’événements majeurs rares et extrêmement durs à prédire, qui sont hors des attentes normales en histoire, science, finance ou technologie. Ils sont considérés comme des données aberrantes extrêmes, jouant collectivement un rôle bien plus important que les faits ordinaires. Dans cette impossibilité de calculer la probabilité de ces événements rares à l'aide de méthodes scientifiques (due à la nature même des très faibles probabilités), nous pouvons d'autant mieux comprendre les biais cognitifs qui rendent les gens aveugles, individuellement et collectivement.

* L'expression " cygne noir " est utilisée au moins depuis l'époque de l'écrivain latin Juvénal (Satire VI), qui utilise l'expression " rara avis in terris nigroque simillima cygno " (un oiseau rare dans le pays, rare comme un cygne noir). On pensait alors qu'il n'existait pas de cygne noir, tous les témoignages historiques rapportant qu'ils avaient les plumes blanches.

L'importance de la métaphore du cygne noir est qu'elle constitue une analogie montrant la fragilité des systèmes de pensée. Un ensemble de conclusions est potentiellement réfuté dès que l'un de ses postulats fondamentaux est réfuté. En l'occurrence, l'observation d'un seul cygne noir pourrait réfuter la logique d'un système de pensée, ainsi que n'importe quel raisonnement qui suivait la même logique sous-jacente. C'est ainsi que presque toutes les découvertes scientifiques majeures, les événements historiques et accomplissements artistiques sont des " cygnes noirs " : Internet, ordinateur personnel, la Première Guerre mondiale, la chute de l'URSS, les attentats du 11 septembre 2001 ...

Le cygne noir se caractérise par trois éléments : l'événement est une surprise (pour l'observateur), qui a des conséquences majeures, et qui est rationalisé a posteriori, comme s'il avait pu être attendu. Cette rationalisation rétrospective vient du fait que les informations qui auraient permis de prévoir l'événement étaient déjà présentes, mais pas prises en compte par les programmes d'atténuation du risque. La même chose est vraie pour la perception des individus.

Cette théorie démontre l'imposture de ceux qui ont formalisé la théorie de la rationalité. Comme l'indique le mathématicien, économiste et théoricien anglais du jeu Kenneth Binmore, celle-ci par son côté rigoureux et cohérent enferme les gens dans une camisole de force. D'ailleurs on ne trouve même pas de telles revendications en économie orthodoxe néo-classique. C'est dire si la majorité de ce qu'on lit sur le " rationnel " dans la littérature verbeuse n'a strictement aucune rigueur !

Un événement cygne noir est l'illustration d'un biais cognitif. Si on ne croise et n'observe que des cygnes blancs, on aura vite fait de déduire par erreur que tous les cygnes sont blancs. C'est ce qu'ont longtemps cru les Européens avant de faire la découverte de l'existence des cygnes noirs en Australie. En réalité, seule l'observation de tous les cygnes existants pourrait nous donner la confirmation que ceux-ci sont bien toujours blancs. Cependant, prendre le temps et les moyens d'observer tous les cygnes de la Terre avant de confirmer qu'ils sont tous blancs n'est pas envisageable. Il paraît préférable de faire la supposition hâtive qu'ils sont blancs, dans l'attente de voir la théorie infirmée par l'observation d'un cygne d'une autre couleur. Ainsi construisons-nous des raisonnements à partir d'informations incomplètes, ce qui nous conduit à aboutir à des conclusions erronées.

Paradoxalement, plus nous accumulons d'informations sujettes à ce biais, plus nous sommes susceptible de voir ces informations infirmées par l'apparition d'un " cygne noir " totalement imprévisible. Dès lors, toute prévision du futur et projection de probabilités apparaissent comme une supercherie, et ne font que renforcer l'impact de ces " cygnes noirs ". C'est ainsi que dans Le Cygne noir, Nassim Nicholas Taleb illustre son propos par l'exemple tiré des travaux du mathématicien et philosophe anglais Bertrand Russell (1872/1970) d'une dinde qu'on nourrit chaque jour de son existence dans le but de la manger à Noël. De son point de vue, la dinde se fait une idée de la vie qui se résume à " on va me nourrir tous les jours jusqu'à ma mort naturelle, et cela ne changera jamais. " Chaque jour qui passe semble confirmer cette prévision, mais la rapproche paradoxalement du " cygne noir " de son exécution la veille de la fête ...

Ce qui contribue à résoudre le problème du Cygne Noir comme d'autres liés à l'incertitude, tant au niveau individuel que collectif, est le fait de risquer sa peau, car ce qui a survécu a révélé sa robustesse face aux événements de ce type. Si l'on ne met pas sa peau en jeu, on ne peut comprendre l'Intelligence du Temps, qui élimine ce qui est fragile et conserve ce qui est robuste, l'espérance de vie de ce qui n'est pas fragile augmentant avec le temps. Parce que les idées mettent indirectement leur peau en jeu, les gens qui les nourrissent aussi.

Si cette pratique peut paraître irrationnelle à un observateur trop instruit et naïf, c'est parce que nous ne sommes pas assez intelligent pour la comprendre. Et pourtant elle fonctionne depuis longtemps. Bien qu'irrationnelle, il n'y a pas de raison de la rejeter. Car ce qui est clairement irrationnel est ce qui menace la survie du collectif en premier lieu, celle de l'individu en second. Et, d'un point de vue statistique, aller à l'encontre de la nature (et de son importance statistique) est irrationnel.

Si mettre sa peau en jeu est une nécessité générale, elle ne doit pour autant nous conduire à l'appliquer dans ses moindres détails à tout ce que nous voyons, surtout quand les conséquences sont maîtrisées. Il y a une différence entre les déclarations de pompiers pyromanes - politiciens, prédicateurs religieux ... - qui conduisent des milliers de gens à aller se faire tuer à l'étranger et un avis inoffensif formulé par une personne dans une conversation ou une déclaration émanant d'une diseuse de bonne aventure utilisée à des fins thérapeutiques et non décisionnelles.

Aussi ceci nous conduit à devoir identifier les individus qui, de par la structure même de leur activité, sont professionnellement asymétriques, causant des préjudices sans avoir l'obligation de rendre des comptes. Si ces individus éminemment dangereux sont rares, ils le sont d'autant plus qu'ils se dissimulent derrière le vernis de la respectabilité sociale. Et contrairement à la majorité des gens que l'on rencontre dans la vraie vie (boulangers, cordonniers, plombiers, chauffeurs de taxi, comptables, conseillers fiscaux, éboueurs, assistants dentaires, préposés au lavage des voitures, sans compter les spécialistes de la grammaire espagnole), ils ne paient pas le prix de leurs erreurs.

 

Sortir du néant pour voir l'inconnu

Créer, c’est sortir du néant. Notre cerveau ne cesse de mettre de l’ordre, de tirer du néant - le grand champ de conscience universel relié à notre inconscient * -, le monde qui se présente à nous. L’hémisphère droit du cerveau capte en permanence des millions de perceptions dont la grande majorité n’est pas traitée, seules quelques informations jugées utiles sont prises en compte et émergent au conscient via l’hémisphère gauche, siège de la raison. L’hémisphère droit aime traiter les systèmes complexes, pas l’hémisphère gauche, et les informations qui lui parviennent doivent avoir une cohérence acceptable pour lui. C’est ainsi que nous créons en permanence, sans le savoir, de façon complètement inconsciente, une vision du monde dans laquelle il nous est possible de vivre. Toutefois cette perception du monde n’est pas la réalité, ce n’en est qu’une image partielle, une interprétation.

* Cf. Esprit global.

Ainsi créer c’est tirer du néant, soit ce qui ne nous est pas accessible, perceptible, intelligible. Le créateur est en quelque sorte celui qui s’aventure dans la zone d’ombre de la réalité. Il nous donne à voir une facette du monde jusque-là inconnue, non parce qu’elle n’existe pas, mais parce que nous ne sommes pas à même de la percevoir. Notre hémisphère droit nous donne accès à une perception globale du monde, mais nous le voyons un peu comme si nous étions très myopes, nous en gardons une sensation générale sans en percevoir les détails. Les créatifs, en développant leur faculté de perception, se dotent de lunettes qui leur permettent d’accéder aux détails qui ne nous sont pas perceptibles. Pour eux comme pour nous, tant que la perception reste au niveau de l’hémisphère droit elle n’est pas directement disponible, elle demeure dans l’ordre de la rêverie vague, il faut un véritable effort pour la concrétiser.

Le rituel comme mode d’accès

Si tout le monde rêve, tout le monde ne traduit pas ses rêveries en création, et, sans justifier forcément tous les excès (prise de psychotropes par exemple), il semble bien indispensable pour les créatifs de retrouver à chaque fois un état particulier qui leur permet d’exercer leur art. Le moyen d’y parvenir est différent pour chacun. La plupart du temps, la connexion avec l’hémisphère droit se fait au travers de rituels. Tel écrivain doit tailler deux ou trois crayons de papiers, et les disposer selon un ordre précis par rapport à la feuille blanche avant de pouvoir écrire le premier mot ; tel peintre doit se préparer pendant une heure avant de pouvoir toucher son pinceau, en écoutant un morceau de musique précis, en se préparant un thé, en s’habillant avec des vêtements spécifiques ; tel photographe va user plusieurs pellicules avant de commencer à faire une vraie photographie ... Tous ces rituels, abondamment décrits dans les biographies des grands artistes, témoignent de la difficulté que tous éprouvent à trouver cet état spécifique qui leur permet d’exercer leur talent. Le rituel est un type d’expression qui permet de traduire l’énergie brute d’une forme de violence profonde de l’individu dans une dimension sacrée. La violence, le sacré, sont des domaines de compétence de l’hémisphère droit. Dans ce cadre, le rituel sert à conjurer la crainte fondamentale de tout artiste de ne plus avoir accès à son talent. C’est une sorte de superstition qui n’épargne aucun auteur, même ceux qui sont conscients de l’absurdité de la chose. Par ailleurs, le rituel est répétitif, et cet aspect est très important dans le rôle qu’il joue pour faire capituler l’hémisphère gauche, très peu patient, et laisser s’exprimer l’hémisphère droit.

 

Traduire la vision

On pourrait aujourd’hui proposer une approche de définition de la créativité comme étant le passage au conscient, la mise à jour pour tous, et non plus pour soi seul, du décryptage du monde. Pour créer, il n’est pas suffisant d’avoir accès à la vision, encore faut-il faire l’effort de la traduire dans le conscient, dans un aller et retour permanent d’intuitions et de compréhensions. Les créatifs visionnaires sont, dans tous les domaines d’activité, ceux ou celles qui ont des structures cognitives souples, c’est-à-dire capable de s’adapter facilement aux changements, variations de mode, modifications de stimuli etc. et de les traduire dans un conscient lisible, compréhensible par tous. Ce sont ceux dont " l’image du monde " consciente, celle que propose l’hémisphère gauche, est capable de voler en éclats avec joie pour se reconstruire sur les nouvelles bases proposées par la vie et directement perçues par l’hémisphère droit.

L’intuition

Le processus créatif n’est pas une exclusivité du domaine de l’art tel que nous le définissons. Beaucoup de savants ou de dirigeants disent avoir eu, comme dans un rêve, l’intuition ou l’image soudaine de la solution à un problème qu’ils cherchaient depuis longtemps. Cette solution se présente à eux en un instant, elle est évidente et globale. Elle est de type intuitif. Il leur faut ensuite des semaines, des mois et parfois des années pour démontrer avec les mots de la logique et de la raison, avec l’hémisphère gauche, ce que l’hémisphère droit leur a révélé en une fraction de seconde. C’est en prenant un bain qu’Archimède poussa son fameux cri " Eurêka " lorsqu’il comprit en une fraction de seconde que l’on pouvait calculer le poids d’un objet par le volume d’eau qu’il déplace.

Être créatif, c’est en quelque sorte permettre que le conscient élaboré par l’hémisphère gauche soit en permanence nourri par les images de l’hémisphère droit. L’hémisphère droit est en effet capable de visualiser intérieurement une image qui n’est pas directement accessible dans le présent. C’est l’imaginaire. Cette capacité, a priori, accessible à tout le monde, nécessite cependant d’être développée, travaillée et nourrie en permanence pour devenir un vrai talent, et ceci dès le plus jeune âge. Le directeur artistique va analyser le monde en termes esthétiques, le compositeur va percevoir le monde à travers les sonorités de la vie quotidienne, et les souvenirs du " nez " seront peuplés de parfums inaccessibles aux autres. Chacun dans son domaine aura développé, très tôt, une acuité de perception hors du commun. Il va voir, entendre, sentir des choses que les autres ne perçoivent pas. Cette finesse particulière de perception n’est toutefois pas suffisante pour devenir acte de création. Il faut encore, par une alchimie originale, réussir à la concrétiser dans une œuvre, un livre, une mise en page, un parfum, une architecture ou une symphonie de façon à la rendre perceptible à tous. C’est bien un aller-retour permanent entre les deux hémisphères qui permet un bon travail créatif, qui permet l'élaboration d'une bonne prévision. Cette souplesse n’est pas acquise d’emblée, nécessitant un très gros travail.

Notre société, qui traite tout par la raison, la logique, la séquence temporelle, a considérablement développé le mode de traitement cérébral de l’hémisphère gauche, comme le montre de façon dramatique notre système éducatif *. Le mode de l’hémisphère gauche, devenu dominant, inhibe totalement ou partiellement le traitement de l’information de l’hémisphère droit. Jerre Levy, un psychologue américain de l'Université de Chicago, pense même que le système éducatif de son pays, de la maternelle au doctorat, est susceptible de détruire complètement l’hémisphère droit. L’hémisphère gauche semble ne jamais récupérer complètement d’une longue période d’inactivité. On connaît les conséquences d’une pratique insuffisante des facultés verbales et arithmétiques qui, passé l’adolescence, peuvent rester un handicap à vie. On peut ainsi légitimement se demander ce qu’il advient de l’hémisphère droit qui lui ne bénéficie d’aucune pratique dans le système éducatif actuel ...

* Compréhension structurelle de la Matrice asservissante & Le contrôle du robot biologique.

 

 

C'est pourquoi l'art de prévoir consiste à se dégager de deux emprises allant à son encontre.

La première est l'intellectualisme, qui consiste à croire qu'on peut dissocier une action de ses conséquences, dissocier la théorie de la pratique, et qu'il est toujours possible de réparer un système complexe par des approches hiérarchiques, c'est à-dire de façon top-down. Le monde professionnel regorge d'intellectuels, certes brillants sur le plan académique, mais qui conduisent par leur mécanisation intellectuelle la prévision à son échec.

La seconde est le scientisme, autrement dit l'interprétation naïve de la science comme un phénomène complexe plutôt que comme un procédé et un domaine enclin au scepticisme. Recourir aux mathématiques quand ce n'est pas nécessaire n'est pas de la science mais du scientisme. C'est comme remplacer sa main ou son pied, qui fonctionne bien, par quelque chose de plus technologique, quelque chose d'artificiel.

Ceci entend que remplacer le " naturel ", c'est-à-dire des processus millénaires qui ont survécu à plusieurs milliards de facteurs de stress de grande dimension, par une chose (concept, théorie) empruntée à une publication " scientifique " ayant fait l'objet de " critiques par ses pairs ", n'est ni de la science, ni une bonne pratique. Elle ne fait qu'exprimer la peur de mettre sa peau en jeu, et par là-même de rester un simple spéculateur du vivant ...

 

 

Vous avez apprécié cet article ?

Alors partagez-le avec vos connaissances en cliquant sur le bouton de votre choix.