Préalable

Un réel travail de libération n'a besoin d'aucune "technologie", d'aucun objet, d'aucune structure géométrique ou numérique, même s'ils peuvent faire partie de l'expérience par la compréhension de leur apport. Ceux-ci sont évidemment très attractifs pour l'être néophyte en soif de spiritualité et d'évolution, puisqu'ils contiennent de nombreux signes alchimiques et vérités cosmiques, et qu'ils proposent une solution extérieure de reconnexion magique, à première vue bien plus palpitante que de chercher la clé dans nos failles obscures.

Dans l'impossibilité de citer toutes les sources inspirantes, le lecteur est invité à mener ses propres recherches, tout particulièrement en se référant au blog www.mathematiques-spirituelles.com, son auteur ayant mené un travail exploratoire d'importance à partir de l’œuvre initiale d'Oskar Ernst Bernhardt, sous le nom d’écrivain Abd-ru-shin (1875/1941), intitulée "Dans la Lumière de la Vérité  - Message du Graal", et dont certains éléments sont repris dans la publication qui suit.

 

 

Symbolisme des nombres (1) Les neuf premiers nombres

Et si Darwin, qui ne connaissait rien à la cellule, à l'hérédité et à la génétique, s'était trompé ? Les découvertes les plus récentes dans le domaine de la biochimie démontrent sans conteste que les mécanismes de base de la vie sont le résultat d'une conception intelligente, et non d'une lente évolution empirique cellulaire, fruit de forces naturelles comme le hasard (mutation aléatoire) et la sélection naturelle. Les mécanismes de bases de la vie étant de mieux en mieux connus, il apparait que les processus aveugles et non programmés ne peuvent rendre compte de l'apparition et du développement d'un grand nombre de mécanismes de base de la biochimie grâce auxquels la vie existe. Aussi le Vivant, comme toute technologie, serait le résultat d'une conception intelligente, à partir d'un ancêtre commun à tous les êtres vivants. Cette conclusion est basée sur les résultats les plus récents des sciences de la vie, et non pas sur leur négation comme c'est le cas chez les créationnistes, les fondamentalistes de "Dieu". Reste à savoir qui en est le "designer", l'architecte, le maître d'ouvrage comme le maître d’œuvre, qui, dans la maîtrise de son art, fait nécessairement appel aux mathématiques...

Cf. Michael J. Behe, professeur de biochimie états-unien, auteur de "Darwin's Black Box : The Biochemical Challenge to Evolution" & " The Edge of Evolution : The Search for the Limits of Darwinism".  

 

"Le nombre est l’essence de toute chose", disait Pythagore, entendant que les mathématiques sont le seul et unique véritable langage universel (des études mathématiques avancées, comme l'algèbre géométrique, les nombres entiers, la métrique indéfinie et les probabilités négatives, fournissent les clés qui ouvrent les portes entre les univers d'antimatière et de matière). Cet enseignement recèle une profonde sagesse pour qui s'attache à découvrir le sens de la vibration que chacun recèle, capable alors de "révolutionner" la perception unidimensionnelle que nous avons de l’univers. Il existe en effet neuf Lois ou Principes numériques qui correspondent aux nombres entiers de 1 à 9, chacun ayant une signification * dans la structuration, l'organisation et le fonctionnement de l'univers, Ce Qui Est. La géométrie, qui n'est que l'expression de la Raison humaine - le rationalisme ou la rationalité -, permet de représenter chaque nombre. De la sorte, on sait expérimentalement ce qu'il est.

* Conformément à la Loi universelle de polarité, la signification est de nature positive (+), évolutive, comme négative (-), involutive.

Source : Travaux de Romain Lights www.sacredarithmetic.com
Source : Travaux de Romain Lights www.sacredarithmetic.com

La clé cachée de l'arithmétique et de la géométrie

Si le système de numération décimale permet d'écrire une infinité de nombres à l'aide de dix symboles appelés chiffres dont 0, il constitue une rupture d'harmonie dans la mesure où le 0 (zéro) symbolise le Tout à l'état primal, l'état plasmatique pré-densification, et non le néant comme trop souvent pensé (il n'y a pas de vide dans l'univers, si ce n'est apparent pour l'esprit étroit, limité !). C'est pourquoi l'harmonique de Ce Qui Est est produite uniquement par les neuf premiers nombres, leur chaînage - ou partition - conduisant à l'octave, l'harmonique supérieure, palier de remontée à la perfection unitaire (à l'image du solfège musical...). Ceci entend qu'après 9, la seconde harmonique est 19, la gamme de 1 à 9 étant à nouveau jouée -  11, 12, 13 ... - (et ainsi de suite : 29, 39...), participant ainsi de l'agrégation progressive du macrocosme au sein du microcosme, confinant à l'état plasmatique post-densification. Ainsi, dans cette matrice des fréquences, une toute autre symphonie du Vivant peut être jouée, nommée par la Tradition musica mundi (la musique des sphères) *, tout à l'inverse du système institutionnel codifié usité, qui voit par exemple le binaire 0 et 1 (les bits du codage informatique) cadencer l'aliénation de l'être humain à la machine et à l'espace-temps limité, et constitutif de la société transhumaniste*²...

Cette harmonique entre céleste et terrestre constitutive de l'espace-temps universel non falsifié *³  - le Temps-Espace - permet de comprendre comment la dynamique du mouvement énergétique crée les formes dans l'espace, chaque nombre étant ainsi dessiné géométriquement par le combiné du cercle (arrondi) et des lignes droites du triangle selon son positionnement aux intersections (Cf. hexagramme figure). Leur combinaison par effet miroir des deux triangles figurant respectivement l'espace (en rouge) et le temps (en bleu), place le nombre 9 (1/8, 7/2, 5/4), symbole de la cyclicité et du Tout accompli, au cœur du dispositif. C'est "l'âme du monde", telle que définie par Platon dans Timée qui voit le philosophe pythagoricien Timée de Locres exposer une réflexion sur l’origine, la nature du monde et les "médiétés" arithmétiques et géométriques en permettant l'harmonie. Elle est ainsi d'un point de vue musical composée de quatre octaves (on entend par octave le doublement des vibrations), une quinte et un ton : 2/1 x 2/1 x 2/1 x 2/1 x 3/2 x 9/8 = 27 (9) !

Celle ou celui parvenant à percevoir que le cadencement 3/6/9 * constitue l'accès au vortex de franchissement des portes de l'espace-temps, possède alors la clé du langage propre à la création du Vivant dans toutes ses composantes !

* Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers & Fonctionnement de l'architecture du Vivant. Les fréquences du solfège sacré sont 174, 285, 396, 417, 528, 639, 741, 852, 963 Hz .

Cf. Conscience du XXI° siècle.

*³ Cf. La falsification de la réalité en 3-D. Le temps universel est par sa nature intemporelle "discriminant et variable". Pour le comprendre, nous pouvons le considérer comme un juke-box qui comporte de nombreux titres que nous pouvons choisir à notre gré, sans être obligé de les écouter dans l’ordre. Les titres sont toujours là, signifiant par là-même que les événements peuvent se produire dans un ordre aléatoire ! Ce qui fait qu’on ne peut percevoir le temps que de manière séquentielle est en l'état le bridage/restructuration de notre ADN.

*⁴ La "formule secrète" constitutive de l'énergie libre, le "Feu vivant", nommée sous le nom de code initiatique de "Vril" par le romancier et philosophe anglais Lord Edward Bulwer-Lytton (1803/1873) dans son roman The Coming Race ("La Race à venir") paru en 1871, a été redécouverte pour partie à l'ère contemporaine notamment par l'inventeur Nikola Tesla (1856/1943) - voir image ci-dessous -. Elle repose sur la dynamique que permettent les propriétés spécifiques de ces trois nombres... Peut ainsi se comprendre la raison d'être profonde du compas et de l'équerre, et de l'utilisation qu'en font les sociétés occultes à caractère entropique - l'asservissement des consciences - ou les chercheurs de vérité, souvent au péril de leur vie.

Comme beaucoup de chercheurs de vérité mus par les meilleures intentions avant et après lui, Nikola Tesla a commis une "erreur" fatale, induite par son prédateur de 4ème dimension (qu'il ignorait) : imaginer pouvoir "sauver" le monde (terrestre s'entend) en mettant à sa disposition l'énergie libre (telle que mise en œuvre jadis sur les sites de la grande pyramide égyptienne de Khéops ou du site mégalithique druidique de Stonehenge en Angleterre), incompatible avec les intérêts marchands sources de tension prévalant. Cependant, en cette fin de cycle civilisationnel qui voit la société transhumaniste s'ériger, la mise à disposition de tous de l'énergie libre rendant la technologie des hydrocarbures obsolète va devenir l'intention proclamée des acteurs gouvernants du système institutionnel. Si d'aucuns imaginent qu'enfin la conscience humaniste a fini par triompher, ils se leurrent (par leur prédateur attitré) une fois de plus, celle-ci (l'énergie libre) étant incompatible pour son maniement avec les qualités morales du plus grand nombre, qui replongeraient inéluctablement dans une nouvelle forme d'existence robotisée, pâle réplique de l'actuelle société industrialisée !

C'est pourquoi la promesse de mise à disposition des peuples terrestres de l'énergie libre (ainsi l'électricité sans câbles et la production d'hydrogène neutre en carbone découlant d'algues photosynthétiques *), donc gratuite, sera assortie d'une contrepartie, celle du puçage électronique de l'être humain, assurant ainsi au système son total asservissement comme robot biologique... Autrement dit, l'avènement du pouvoir et de la suprématie du Nouvel Ordre Mondial, la ferme des animaux orwellienne !

Dans des conditions finement réglées à l’intérieur de gouttelettes d’eau sucrée, constitutives de mini-usines biologiques, les algues cessent de produire de l’oxygène et dégagent à la place de l’hydrogène chargé d’énergie, soit une ressource rare difficilement trouvable en l'état dans la nature.

 

Les savants atlantes avaient également fait des recherches sur les secrets du "Créateur" - la génétique, la force nucléaire, l'antigravitation - qu’ils n’auraient pas dû connaître en leur état limité de conscience, qui était pourtant bien supérieur à celui de l'actuelle civilisation humaine. Ils en avaient pris connaissance trop tôt, sans s'être libérés de la prédation archontique qui domine la 4ème dimension de réalité. C'est ainsi qu'ils ont utilisé leur savoir pour soumettre d’autres peuples, enfreignant l’ordonnancement divin, la loi de l'Unité par l'Amour de Ce Qui Est. Tout comme les savants de notre actuelle civilisation, ils avaient également étudié d’autres planètes de la galaxie solaire d'appartenance (La Voie lactée), s’y étant même rendus pour constater qu'elles étaient des planètes mortes‚ sans possibilité de vie, devant rester sur la vieille terre Gaïa pour y trouver la clé d'évolution du Jeu du Vivant. Le parallèle est ainsi saisissant avec notre actuelle civilisation et ses programmes de conquête de la Lune (entre autres le programme Apollo) et de Mars par la technologie des Jumprooms trans-dimensionnels *. Tout se répète ainsi à l'identique dans la cyclicité de la vie terrestre - les boucles de rétro-causalité - dominée par la prédation, les hommes reproduisant perpétuellement les mêmes erreurs faute de chercher en eux-mêmes les clés de leur libération constitutives d'un nouveau champ de fréquences. Car celui-ci, constituant leur bouclier de protection, leur permet le franchissement des barrières de l'espace-temps vers la Nouvelle Terre surgissant de l'antimatière, le "futur" ! *²

* Cf. Contrôle mental. Cette technologie a pour raison d'être la constitution sur Mars de bases d'expérimentation de savoir-faire techniques puissants, destinés à assurer la gouvernance totalitaire de la vie terrestre par leurs commanditaires.

Cf. Prophétie du changement & Fin de cycle (2) La guidance éclairée de sa vie.

Exemple d'harmonique créatrice

Le 666 a pour puissance 216 (6x6x6) - soit 9 (2+1+6) -, qui correspond à l'harmonique inférieure au 432, fréquence de référence de la musique (bien meilleure que le 440 Hz actuellement usité). Quand on sait qu'il y a 21600 secondes en 6 heures (43200 en 12), nous constatons l'intrication "divine" de ces nombres créateurs !

 

La dynamique du 3 6 9, ou la mécanique de Ce Qui Est

Le 9 est le Tout organisé, soit l'unité réalisée à chaque fin d'harmonique : il contient le 0 *, le Tout originel non organisé, redémarrant un cycle par le 1 à chaque palier de fréquence supérieure.

Le 3 et le 6 sont les étapes intermédiaires propres au fonctionnement électromagnétique de la dualité (forces centripète et centrifuge), nécessaires à l'organisation de l'unité.

La trinité est le 1-4-7 et le 2-5-8, l'unité étant séparée en 3 entités structurantes.

* Le double 0 - 00 - signifie quant à lui  "le reset", la remise à zéro, le point mort avant de pouvoir embrayer sur la nouvelle harmonique, loi de dualité oblige...


Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Le 3 6 9, dynamique créatrice de l'ADN

Le centriole (structure cellulaire cylindrique creuse perpendiculaire * qui intervient sous forme de centrosome dans la formation des fuseaux mitotiques lors des divisions cellulaires), est composé de 9 triplets de microtubules agencés 3 par 3 entourés de nombreuses autres protéines. Il est maintenu dans un mouvement pendulaire grâce aux propriétés de l'eau et à une molécule de dioxyde de silicium (Si02) *².  Autrement dit, le centriole apporte la "lumière" à l'ARN, l'acide nucléique qui est essentiel dans le transport du message génétique et la synthèse des protéines. De cette compréhension découle le travail de symbiose par la conscience entre notre ADN et celui de la Nature *³.

* Il devient parallèle lors de cellules/tumeurs cancéreuses, qui dans ce cas ne sont plus en connexion avec les molécules d'eau en SiO2 (dioxyde de silicium).

Cf. Fonctionnement de l'architecture du Vivant.

*³ Cf. Processus de transformation de conscience (1).

 

La manipulation occulte du 3 6 9

La connaissance de la magie des nombres par les acteurs officiants du système prédateur terrestre - les "mages babyloniens" - les a conduit à en interdire l'accès aux êtres humains par la manipulation de leur symbolique, pour empêcher l'éveil de leur conscience et, par-là même, leur extraction de la Matrice entropique, autrement dit le garde-manger de la prédation extra-dimensionnelle (le mode "Service de Soi") située en 4ème dimension de réalité. Ils ont pour ce faire entre autres dénaturé le rapport au temps (la pyramide de Gizeh et le sphinx à ses pieds sont une gigantesque horloge à ciel ouvert), créé un référent zodiacal (le Zodiaque de Denderah) manipulé par la prêtrise religieuse, tout particulièrement en charge des grandes religions monothéistes, et conçu les rapports inter-relationnels sur la base du dieu argent, source première de rattachement aux illusions de la matière terrestre et de corruption par la marchandisation des corps comme des âmes (la fausse lumière luciférienne conduisant à la corruption sataniste) *.

C'est ainsi que la dynamique énergétique évolutive du 3 6 9 a été verrouillée par le "12", autrement dit le nombre constitutif du barreau mis sur la conscience par le franchissement du 10 (réintégration du zéro originel, le Tout primal) vers la fausse octave supérieure, le 12. Ce secret est celui de la gouvernance terrestre sectaire des affaires humaines, nommé le "principe du 12/9", gouvernance connue par le grand public sous le nom "Illuminati" et par les initiés sous le nom "Moriah" *². Il voit 12 grandes familles royales à caractère hybride (à leur sommet), avec une treizième en chapeau, être servies par 9 intendants dans la toile d'araignée tendue sur la conscience humaine, principe sous-jacent et relayé dans le fonctionnement de tout groupement humain alimentant la prédation terrestre, issu du catholicisme comme du christianisme dans ses autres composantes, du judaïsme, du cabalisme, du soufisme, du Coran, des jésuites, des francs-maçons, des templiers, des rosicruciens... à travers ses discussions sur les géométries sacrées, toutes les sectes citées utilisant les nombres premiers. Il s'appuie sur des structures pyramidales (la racine "pyr" signifie feu, soit fréquence de la lumière) organisées en essaim, conduisant à des activités totalement chaotiques puisque lorsque une ruche est dérangée, toutes les abeilles viennent et fondent sur l'élément perturbateur (cela s’appelle l’"essaimage"), expliquant que tous les organismes soient dans le chaos. Aux niveaux les plus hauts, l'objectif est de convertir toutes les énergies et tous les pouvoirs spécialisés des relais et troupes négatives - les pions, éléments soumis - en modèles d'information acceptables d'une vaste Matrice contribuant à l'amplification de la connaissance et de la conscience des chefs suprêmes de la pyramide (les 12 grandes familles royales), leur permettant d'étendre encore plus loin le terrain qui tombe sous leur juridiction réglementaire. Ainsi se constituent et perpétuent des "fermes" de plus en plus volumineuses d'énergie-nutriment, dont ils s'abreuvent tels des vampires !

Comme d'habitude, les forces ténébreuses (le "démon") inversent le fonctionnement des forces de lumière (le "monde"), qui voit par exemple sur un plan symbolique le maître Jésus/Jeshua - le Kiristos incarné - avoir 12 intendants (les 12 apôtres) servir le Maître - le 9 -, soit le Tout accompli *³... De la même manière, nous en retrouvons l'application dévoyée à travers le 18, soit le seuil en années de la majorité civile octroyée qui a été abaissé depuis le 5 juillet 1974 en France, 21 ans jusqu'alors - les 21 arcanes du Tarot initiatique -, attribuant par sa vibration la reconnaissance de l'âge soi-disant de raison. 18 (3x6) cache le 666 dans sa polarité -, soit le temps "Chronos" (du dieu grec Cronos ou Kronos) qui maintient l'être humain dans la gueule de Saturne (Satan), celui-ci dévorant indéfectiblement ses enfants dans la cyclicité mortifère du monde astral...

Cette non-connaissance du sens réel (sacré) des nombres comme des principes arithmétiques et géométriques qui président à la structuration et au fonctionnement du Vivant, explique que la plupart des êtres humains croyant trouver le salut de leur âme dans les religions traditionnelles ou les groupements à caractère ésotérique (type Franc-Maçonnerie) sont illusionnés par leur naïveté, leur idéalisme, et la prégnance de leur égo-mental (intellect). N'ayant mené aucune véritable recherche de la Connaissance par leurs propres moyens, émancipés pour ce faire de toutes les croyances et conditionnements dont ils sont porteurs à travers l'inconscient et distillés par leurs faux maîtres instructeurs, et seulement guidés par leur supraconscience (et non autrui) à même de leur délivrer la juste information, ils constituent la force armée psycho-émotionnelle de la prédation. Ils pensent sauver leur âme, alors même qu'ils s'alourdissent pour demeurer dans le royaume des morts-vivants, prisonniers de la cyclicité involutive des temps !

* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen, La falsification de la réalité en 3-D & Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ?

Cf. La nouvelle religion universelle. Le dictionnaire d'anglais d'Oxford indique pour "cult" (secte en français) 1. Un système d'adoration religieuse, spécialement comme exprimé dans son rituel. 2a. Une dévotion ou un hommage à une personne ou à une chose. 2b. Une mode populaire spécialement suivie par une section spécifique de la société 3. Dénotation d'une personne ou d'une chose popularisée de cette façon. Dans sa forme moderne, ce mot est réservé pour n'importe quel groupe formé dans une structure hiérarchique, où une certaine forme de contrainte ou de manipulation des membres de groupe existe, quelle soit psychique et/ou physique (famille, association, fondation, syndicat, ONG, entreprise privée et publique, administration nationale et territoriale, collectivité territoriale, organisation supranationale...).

*³ Cf. symbolique de 12 dans Symbolisme des nombres (2) Autres nombres, Le chemin alchimique & Le sens caché du Tarot initiatique.

 

"Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l’homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m’avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d’Israël."

Parabole du jeune homme riche (Matthieu 19,16-30)

Note : de la compréhension du sens profond de cette parabole découle la lecture géopolitique qui voit Israël comme Jérusalem au centre de la grande manipulation des peuples terrestres par le système prédateur, y compris du peuple juif il va sans dire... De la même manière, alors que la plupart des individus sous l'influence des médias désinformateurs * voient le président états-unien Donald Trump sous un angle négatif (non sans raison sous nombre d'aspects caractériels comme comportementaux), ils gagneraient à bien réfléchir sur le sens de l'épître Corinthien 15:52 "car la trompette va sonner, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons changés." En français, trump signifie trompette, les gesticulations et foucades de l'acteur en scène (qui illustrent le combat des souverainistes populistes contre les mondialistes populicides) recelant bien d'autres significations que les grossières interprétations découlant de l'émotionnel manipulé *². Il joue simplement au "mauvais" sur scène pour être "bon" dans les coulisses, sachant parfaitement à qui et à quoi il fait face. Ne pas oublier qu'en travaillant dans les "affaires", on ne dévoile jamais à l'avance ses plans... On ne devient pas "milliardaire" dans la matrice viciée, même en étant fils de, sans avoir un caractère d’acier et un moral trempé, ou l’inverse !

* Quand on est enfermé dans sa propre bulle d'écho, branché sur l'idéologie, on ne voit et entend que sa propre propagande... Il n'est qu'à voir comment le mainstream médiatique a pris position à l'occasion des élections présidentielles américaines contre Donald Trump (tout comme lors des précédentes), notamment depuis les événements de Minneapolis (mort par brutalité policière d'un afro-américain), occultant la mobilisation de brigades et milices surarmées baptisées machiavéliquement d'"anti-fas" financées par le milliardaire "philanthrope" George Soros, acteur profondément dévoyé de la Matrice des loups et autres crotales. Entre loups et crotales, la loi de dualité voit dans ce combat fratricide l'opposition des forces entropiques lucifériennes (Trump en l'occurrence) et des forces entropiques sataniques (Soros, famille Clinton, Obama et consorts, et leurs manigances n'ayant de cesse d'échouer : élection de Poutine, non-élection d'Hillary, succès du Brexit..., la pression comme le désespoir causant la hâte et la négligence). Le niveau de mal et de corruption qui existe dans l’élite politique états-unienne actuelle est tellement élevé qu'il n'est pas nécessaire d’avoir un saint ou un bon samaritain pour améliorer les choses, juste d’un être humain relativement normal (nombre de gens qui ont voté pour Trump sont vraiment dans le monde réel en travaillant dans trois jobs et sans pouvoir arrondir leurs fins de mois). Ne jamais oublier de regarder le monde à l'envers !

*² Un bon moyen d'apprécier à quel point son émotionnel est manipulé est d'observer sa fréquence de résonance à l'évocation des noms de Jules César, de Donald Trump et de Vladimir Poutine. Celle ou celui qui ressent de l'empathie fait partie de la même famille d'âmes (les âmes peuvent faire partie d'un groupe d'âmes si elles ont la même origine, comme dans quelque âme plus grande ou une âme supérieure fragmentée de 6ème dimension, la connexion avec les centres supérieurs impliquant une connexion spontanée avec les autres êtres du groupe d’âme), autrement nommée groupe tribal ; à l'inverse, en ressentant de l'antipathie, il ou elle est gouverné(e) par la prédation..., autrement dit il est illusionné(e) !

Il est simplement à comprendre que Trump ou Poutine, à l'instar de Jules César à son époque, sont des forces mises en place sur l'échiquier terrestre à l'initiative des Forces positives, non en leur qualité de saint ou d'humaniste accompli, mais pour leur capacité à rééquilibrer dans le fonctionnement terrestre la puissance destructrice des Forces négatives, qui plus est à l'action en cette fin de cyclicité. Mais eux aussi sont utilisés comme les autres par les "réelles personnes influentes" se tenant en coulisse, étant des effets plutôt que des causes. La vraie structure de pouvoir utilise les pays comme des pions pour ses objectifs, les nations étant sacrifiées quand elle ont fait ce qui était requis d'elles.

 

Des douze tribus d'Israël

Elles sont dans le conte biblique hébraïque la figuration dévoyée de l’Âme du monde, soit la représentation de l'Univers comme un être vivant et dont l'âme est Dieu, tel que l'a défini le théologien Origène, père de l'exégèse biblique et l'un des Pères de l'Église (v. 185/v. 253) dans ses "Principes". Son schéma est formé de douze cercles concentriques qui représentent, en partant du centre, tous les éléments constitutifs *, et que nous trouvons figurés dans la Genèse, le premier livre de la Bible hébraïque (l’Ancien Testament), sous la forme des douze fils (ou tribus qu'ils contribuent à fonder) de Jacob, alias Israël, qui s'installent au Pays de Canaan des Hébreux.

* Cf. Le cheminement de l’Âme.

 

Le nombre Un - 1 - : la Force divine cosmique

Premier de tous les nombres, le nombre 1 est celui par lequel tous les autres procèdent et se déclinent. Il est à lui tout seul le "commencement et l’origine" - l'Alpha - de toutes choses, pour l’éternité, les concepts de commencement comme de création n'étant que la manière dont l'être humain imagine et qualifie le processus de l'Univers. Il représente l'énergie essentielle comme substantielle, la Force lumineuse et rayonnante de Ce Qui Est, l'UN, que d'aucuns nomment "Le Créateur" (Dieu pour l'homme religieux), par laquelle Tout a été engendré, plus exactement est engendré, le Temps n'existant pas dans l’Éternel Présent. Nous sommes bel et bien entouré d’une Intelligence qui dépasse ce que nous pouvons même comprendre.

Les Saintes Écritures y font tout naturellement référence :

Ésaïe 44 : 6 - "… Je suis le premier et je suis le dernier, Et hors moi il n’y a point de Dieu."

Apocalypse 1 : 8 - "Je suis l’alpha et l’oméga dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant."

Nombre de la Force divine, sacrée, son éclat illumine le Grand Univers, le cosmos, apportant en tous lieux la chaleur, le mouvement et la vie, pour la promotion et le développement de toutes les créatures qui s’abritent dans ses plis, autrement dit dans ses différentes dimensions de densité et de réalité.

C'est pourquoi le mot "univers" signifie "tourné vers le un", uni vers. De ce premier nombre procèdent l'extension, l'espace, la forme et la succession (ou le temps). Comme dans la géométrie qui voit un point générer une ligne, une ligne une surface, et une surface un solide, de même ici le connatus (le désir qui fait agir l'homme selon le philosophe néerlandais Baruch Spinoza - 1632/1677 -) du point tend à des lignes, à des surfaces et à des solides *. En d'autres termes, l'Univers est contenu in ovo dans le premier point naturel. Il est le UN FINI, "l'Infini"...
* Le Mouvement vers lequel tend le connatus est circulaire, puisque le cercle est la plus parfaite de toutes les figures. Le genre le plus parfait de mouvement doit être le mouvement circulaire perpétuel, c'est-à-dire un mouvement procédant du centre à la périphérie et de celle-ci au centre.

 

Le nombre 1 par sa Force constitue les premiers pas d’un germe d’esprit - l'Esprit Universel -, engendrant par sa démultiplication dans tous les sens le mouvement au sein de l’immensité de Ce Qui Est dans ses deux polarités constitutives à part égale, l’Être - la Lumière - et le Non-Être - les Ténèbres. Il caractérise ainsi tant le désir d’évolution, le germe d’esprit portant en lui de façon inconsciente un "talent", un "don", autrement dit un ensemble de facultés spécifiques qui demandent et exigent d’être développées, que le désir d'involution, l'expérimentation de la matière séparée, de ce fait dégradée et viciée. C'est pourquoi l'être humain est en mouvement, à l'image de l'Arcane Le Mat (ou Fol) dans le Tarot initiatique *. Comme il ne saurait progresser au départ du mouvement "vers le haut" afin d'expérimenter Ce Qui Est, il se dirige "vers le bas", vers le domaine de la matière, agrégat de l'éther *². C’est "l’expulsion du Paradis" originel, laquelle n’est nullement une punition ou un châtiment contrairement au mythe biblique réagencé par ses rédacteurs faussaires, mais au contraire le début d’une fructueuse phase d’évolution et de développement, autrement nommée le Jeu du Vivant, le Je de l'Oie *³.

* Cf. Le sens caché du Tarot initiatique.

Le concept d'éther, le cinquième élément, a toujours posé problème à l'esprit scientifique rationnel, ne concevant pas qu'il puisse être un champ d'informations infini appelé à se densifier par les lois des forces physiques nucléaires et électromagnétiques. C'est ainsi que le physicien et mathématicien écossais James Clerk Maxwell (1831/1879) a introduit le concept d’un champ abstrait, d’un champ électromagnétique, pour se débarrasser de ce concept de l’éther. Et depuis, TOUT est allé de travers ! L’éther est bel et bien l’interface entre l’information et la manifestation, car il y a toujours un lien entre l’information d’une part, et la matière qui en est constituée, l’énergie d’autre part. La gravité, autrement dit la conscience, voyage sur l'éther, l'Eau d'en Haut comme diraient les Anciens !

*³ Cf. Le Jeu de la Vie.

 

Il va de soi que la représentation géométrique du nombre 1 est imparfaite, aucune figure (tout comme aucun vocable) ne pouvant représenter la Force sacrée unique, toute puissante, celle de la Lumière Originelle, la divinité "inessentielle". Seule l'imagination propre à chacun et le ressenti intérieur permettent de traduire la proximité du Très Haut, déclinée en Magnificence, Majesté et Sainteté suprêmes.

Le "UN" ne peut exister si personne ne le regarde, si personne n'a conscience de son existence. C'est pour cette même raison qu'en mathématique quantique le "1" se remplace par 2 x ½ ou ½ + ½ = 2. Cela signifie que celui qui peut avoir conscience du "UN" est obligatoirement séparé du "UN". Là réside la raison d'être de l’Ego *, dont le rôle est de permettre à l'Âme dans son voyage d'expérimentation *² de se croire séparée du "UN" par le voile de l'oubli jeté sur ses mémoires, c'est-à-dire de se différencier de l'Univers qui l'entoure au sein de sa dimension de réalité d'expression. Sinon cet Univers ne pourrait pas exister, puisqu'il n'y aurait personne pour en avoir conscience...

* Cf. Décryptage de l'égo.

Cf. Le cheminement de l’Âme. Il est indispensable de considérer qu'à peu près la moitié des bébés ne reçoivent jamais d’âmes individualisées. Dans certains cas cela peut être très tôt, et dans d’autres aussi tard que l’âge de jeune adulte, tant que le corps n'a pas atteint la fréquence dont elle a besoin (les facteurs de changement de fréquence sont l’expérience, la connaissance, la puberté, les pensées). A contrario, certaines choses comme les vaccinations ou la prise de drogues peuvent changer la fréquence initiale, et provoquer à l'âme des potentiels négatifs, jusqu'à l'expulser définitivement du corps. De la même façon, une opération chirurgicale peut par la technologie utilisée avoir des effets, des personnes se réveillant avec une personnalité différente et une "capacité" nouvelle (comme parler une autre langue)...

 

C'est ainsi que la relation entre Infinitésimale et Infiniment Grand doit être considérée sous un aspect dynamique, c'est-à-dire sous la forme d'un mouvement cyclique perpétuel. Il conduit en ultime abstraction au schéma fondamental de la Création, rendant intelligible sa raison d'être. Ceci entend que la condition première de la Création est la mise en œuvre du principe d'Imperfection, et du principe d'Asymétrie qui en découle : ceux-ci, à leur tour, sont la condition du surgissement et de la
durée de l'Existence dans l'Espace et dans le Temps.

 

Du Principe absolu

Le Principe absolu est le prototype dont furent tirés tous les autres. Il n'est pas "Dieu", parce que ce n'est pas un Dieu. C'est ce qui est suprême comme Cause - l'Essence -, non comme effet - la Substance -. Il est simplement "Réalité" sans temps, le Cosmos qui contient tout, l'Espace Cosmique infini au sens spirituel le plus élevé. Neutre, Il est la Racine immuable, pure, libre, incorruptible et suprême, Unique Existence vraie, Intelligence, Conscience. Il ne peut être connaisseur, CELA ne pouvant avoir aucun sujet de cognition.

La connaissance de l'Esprit absolu n'est, comme la splendeur du soleil, ou la chaleur dans le feu, autre chose que l'Essence absolue même. CELA est l' "Esprit du Feu", non le Feu même. Aussi les attributs de ce dernier, Chaleur ou Flamme, ne sont pas les attributs de l'Esprit, mais de ce dont l'Esprit est la cause inconsciente. "Ceci" ne peut créer, sauf à travers une agrégation collective de créateurs, car Il est une Cause passive, absolue, inconditionnée. Il ne peut Lui être attribué l'omniscience et l'omnipotence, parce que ce sont des attributs tels qu'ils sont réfléchis dans les perceptions de l'homme. Le TOUT Suprême, l'Esprit et l’Âme, sont à jamais invisibles de la Nature. L'Absolu exclut tout naturellement tout rapport avec l'idée de fini ou de conditionné, l'Infinité présupposant l'extension illimitée de quelque chose et la durée de ce quelque chose. Le Tout Un n'est – comme l'Espace, qui est la seule représentation mentale et physique sur cette terre, sur notre plan d'existence – ni un objet ni un sujet de perception.
Si nous devions supposer que le Tout Éternel et Infini, que l'Unité Omniprésente, au lieu d'être dans l’Éternité, devienne, par des manifestations périodiques, un Univers varié ou une Personnalité multiple, cette Unité cesserait d'en être une. L'espace n'est ni un "vide sans limites" ni une "plénitude conditionnée", mais l'un et l'autre. C'est aussi la Divinité à jamais inconnaissable, qui n'est vide que pour les esprits finis. Il est le Contenant absolu de tout ce qui est, manifesté ou non manifesté. Ce n'est pas le Dieu Un et inconnu, toujours présent dans la Nature, ou la Nature in abscondito ("en secret"), qui est rejeté, mais le Dieu du dogme humain et son "Verbe" humanisé ! Dans son immense suffisance et dans sa vanité, l'homme l'a formé lui-même, de sa main sacrilège, avec les matériaux qu'il a trouvés dans sa petite matrice cérébrale, et l'a imposé au genre humain comme une révélation directe de l'ESPACE unique et non révélé. L’Âme du Monde est bel et bien reliée à tous les phénomènes naturels, connus ou inconnus de la Science...

Cf. "La Doctrine Secrète" de la philosophe russe Helena Petrovna von Hahn épouse Blavatsky.

Le Jeu du Vivant consiste pour l'être humain asservi car sous contrôle des Forces involutives de l'Ombre et des Ténèbres - le Non-Être - qui gouvernent la planète Terre au sein de la Matrice de l'Astral *, à retrouver Qui Il Est. Mais l'emprise de ces Forces de prédation est telle que son développement spirituel est lent, avant que de permettre progressivement l'ouverture de sa conscience à la reconnaissance de ses origines. Il n'a pas d'autre possibilité pour ce faire que de dépasser l’emprise excessive de la cérébralité dans l’élaboration de sa pensée, qui découle de la froideur intellectuelle de son égo-mental qui le rend prisonnier des attractions de la matière, de son jugement binaire *², et de leur cortège de souffrances, de luttes, de guerres et autres épidémies psychiques. Tant que son esprit, par la résonance du cœur et l'accès à sa Supra-conscience - l'Esprit universel -, n'est pas en mesure de reconnaître et de comprendre les Lois divines (notamment celle régissant les Influences), l’Amour pur et bienveillant de la Source originelle est masqué par ses désordres névrotiques et psychotiques, se traduisant par la sensualité, l’égoïsme, le mensonge et la tromperie, la recherche incessante du pouvoir, de l'avoir et du paraitre…

Et c'est pourquoi en l'état, seul un petit peuple de bergers - appelés par les textes les "élu(e)s" -, suit le cours naturel de l’évolution prévue pour l’humanité, et non celui de l'involution des Forces astrales, la cyclicité des morts-vivants.

* Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante.

Cf. La dualité décodée.

 

De la théorie de l'évolution

Si cette théorie intrigue, c'est qu'elle caractérise un grand nombre d'événements dont la probabilité de se produire est quasiment nulle. Si son concepteur le naturaliste et paléontologue anglais Charles Robert Darwin (1809/1882) a pu imaginer que les créatures vivantes avaient évolué les unes par rapport aux autres, les évolutions de la science depuis démontrent que cette histoire ne peut fonctionner, en dépit de la farouche résistance de ses partisans. Fabriquer de nouvelles protéines par hasard est tout simplement impossible ! Comment raisonnablement penser que de la "Soupe Primordiale" des propriétés magiques peuvent créer le vivant à partir d'atomes aléatoires, qui s'assemblent au hasard pour former des molécules et aboutir aux produits chimiques, voyant la première cellule vivante apparaitre tout d'un coup pour se répliquer et ainsi créer plus de cellules. Car pour ce faire, elle a eu besoin d'ADN, avec au moins des dizaines de milliers de nucléotides, produits chimiques simples s'unissant pour former une hélice et codant des protéines fonctionnelles... La réalité biologique est que les chances de faire la bonne protéine au hasard sont d'environ une sur 1077 pour une chaîne de seulement 150 acides aminés, alors même que beaucoup de protéines essentielles sont constituées de plus de 1000 acides aminés. Et tout ceci débouche sur l'ADN, code super-sophistiqué pouvant fabriquer des protéines et se répliquer. Tant de  choses se produisant en même temps est si improbable que même les évolutionnistes considèrent cela impossible, sans pour autant remettre en question leurs certitudes ! Absurde ? Pas pour eux, puisque nous sommes des ignorants...
Il en est de même avec l'apparition des virus, de la mutation des bactéries, l'apparition de millions de nouveaux gènes, ou avec la question de comment les organismes unicellulaires se sont transformés en organismes multicellulaires. Nul ne le sachant, le hasard dans les accidents de la "chaîne" a forcément bien fait les choses, ce qui en termes de probabilités va bien au-delà du millionième ! Et comme il n'y a jamais eu aucune intelligence impliquée dans tout cela, tout étant complètement aléatoire, n'importe quelle créature aurait pu évoluer en n'importe quoi. C'est pourquoi, par un hasard très drôle, les humains ont développé le sens de l'humour. Au moins certains d'entre eux...

La poule et l’œuf

Si la première cellule est plus ou moins apparue dans l’eau de mer, environnement vital de base pour la connexion avec le champ d’information cosmique*, il reste toujours la question de savoir comment cette cellule est apparue parce qu’elle est irréductiblement complexe, en ce sens que la cellule a besoin de l’intérieur de la cellule, comme le génome et les protéines, afin de créer la cellule par auto-réplication. A l’intérieur de la cellule, c’est la même chose avec l’ADN : l’ADN a besoin de protéines et d’enzymes pour se répliquer et faire tout ce qu’il fait. Mais les protéines et les enzymes ont besoin d’ADN pour se produire. Il semble que toutes les choses doivent arriver en même temps !

* Le génome fabriqué en 4ème densité est envoyé à travers le rideau dimensionnel d’une manière similaire à la façon dont les virus sont transmis. Ceci entend que la cellule se manifeste simplement. Ça prend forme et on dirait que c’est sorti de nulle part.

Le nombre d'Or

C'est en observant la façon dont la Nature procède en matière de reproduction que se dessine sa dimension sacrée. Le développement mystérieux du germe voit ainsi sa croissance guidée par une force invisible, qu'illustre le nombre "d’or". Il voit ainsi le germe constitué des deux polarités nécessaires à sa croissance, l'une de nature masculine (principe électrique), l'autre de nature féminine (principe magnétique). Elles s'écrivent en langage mathématique 1 et 1, car indissociables, elles sont indifférenciées quant à leur primauté. La loi de développement par leur addition, constitutif d'un nouveau terme résultant de l’union réalisée, qui s'additionne à son tour au précédent pour créer un nouveau terme, et ainsi de suite.

Se forme ainsi la suite complète : 1 ; 1 ; 2 ; 3 ; 5 ; 8 ; 13 ; 21 ; 34 ; 55 ; 89 ; 144 ; 233 ; 377 ; 610 ; 987 ; 1597 ; 2584 ; 4181 ; 6765 ; 10946 ; 17711… Celle-ci, représentée sous forme de quotient et non plus sous forme décimale, permet d'établir le nombre d’or, soit ϕ = 1,6180339887...

C'est bel et bien le nombre 1, la Force sacrée divine, qui engendre très naturellement le nombre d’or, qui traduit la "géométrie de la pensée" * dans notre monde en 3 dimensions.

* Elle explique une inconnue par une inconnue, dans la mesure où nous ne pouvons connaître en notre état limité le monde en quelque sorte flottant des dimensions de densité supérieures. Il y a seulement avec les mathématiques, les nombres premiers et le nombre d'Or des indices, signifiant qu’il existe des structures mathématiques exceptionnelles qui ont été choisies dans le processus création parce qu’elles sont exceptionnelles.


Le secret du Fou

Dans la magie numérologique qui se cache derrière les motifs du Tarot initiatique *, la carte du Fou également appelée "Le Mat" (image 1) est généralement associée au zéro, soit le Tout à l'état primal. Le Fou est l'être humain (l'Ego) en chemin dans le Jeu de la Vie *², appelé à l'éveil de sa conscience pour se souvenir et (re)devenir Qui Il Est, le Tout réalisé. Son premier travail est, en expérimentant la matière, d'en comprendre les symboles pour acquérir la Connaissance. Il est "Le Bateleur", premier arcane (carte) numéroté. C'est pourquoi certains ésotériques le relient à l’aleph, la première lettre de l’alphabet hébraïque (image 2, l'arcane du Bateleur dans ce jeu de tarot italien du milieu du 19ème siècle voit la lettre en hébreu aleph, en haut à droite, se refléter dans la posture de ses bras).

Le secret ("ce qui se crée") du Fou est le conflit apparent entre le zéro - le cercle originel - et l’un, le chiffre un qui se tient seul et droit devant tous les autres nombres. Il est le reflet intime de la nature du Fou, l'être humain, qui se tient toujours seul devant ce qu’il expérimente. Il est l’unique observateur de la pièce de marionnettes qui se produit devant lui et qui le met en tension, en déséquilibre, tant qu'il n'a pas percé le voile de l'oubli de son origine divine pour permettre au Soi supérieur la guidance éclairée de sa vie dans la matière terrestre... Il est à la fois un zéro et un un, représentant quelque chose qui semble être sans fondement – une seule chose séparée du Tout – et qui, en même temps, semble être une unité complète, une individualité unique. Ce conflit entre non-être et être est l’un des thèmes sous-jacents du célèbre monologue du Prince Hamlet dans la pièce de Shakespeare commençant par "Être ou ne pas être...". Il exprime le grand paradoxe de l'univers, où l'apparent vide (99,999999 ... % selon la science quantique) - le non organisé - génère le réel - l'organisé, l'ordonné -. C'est pourquoi en faisant le vide en soi (de toutes les croyances et de tous les conditionnements logés dans l'inconscient), nous retrouvons notre pleine puissance, celle de l'Unité première et dernière, l'Alpha et l'Oméga fusionnés...

* Cf. Le sens caché du Tarot initiatique.

Cf. Le Jeu de la Vie & Le cheminement de l’Âme.

Du zéro

Lorsque deux unités de réalité opposées se rencontrent, cela génère ce que l’on pourrait appeler une friction. Celle-ci, pendant un laps non mesurable de ce que nous appelons "temps", crée un état de non-existence, ou un arrêt des mouvements de toutes les fonctions. C’est ce qu’on appelle un conflit. Entre, ou à l’intersection d’entités en conflit, on trouve toujours zéro temps, zéro mouvement, zéro transfert, zéro échange.


Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Dimension sacrée involutive (1) : le sacre du "Démon"

Conformément à la loi de la dualité prévalant dans la structuration et le fonctionnement du Vivant, chaque nombre est porteur des deux polarités, évolutive et involutive. Le nombre 1, la Force divine, n'y échappe pas, comme l'atteste le sacre des monarques appelés à régner sur la matière terrestre.

2017 - 1 en réduction numérique - a ainsi consacré l'élection d'Emmanuel Macron lors des présidentielles de la République tricolore, autrement dit du royaume de France. Il est alors nécessaire pour en comprendre le sens profond de se référer à l'énigmatique quatrain 39 (XXXIX) des prophéties de Michel de Nostredame (1503/1566) dit Nostradamus, un voyageur du temps venu du futur pour enseigner comme d'autres grands initiés (St Jean, Edgar Cayce...) et tirant ses informations des "annales akashiques"...

    Le pourvoyeur du Monstre sans pareil,

Se fera voir ainsi que le soleil

Montant le long la ligne Méridienne,

En poursuivant l’Éléphant et le Loup,

Nul Empereur ne fit jamais tel coup,

Et rien de plus pis à ce Prince n'advienne.

Le pourvoyeur du "Monstre" sont les puissances financières bancaires qui prédominent depuis Babylone dans l'orchestration prédatrice à l'échelle planétaire de la gouvernance humaine *, leur avidité gloutonne étant destructrice des âmes et consciences afin de nourrir la prédation de 4ème dimension, les Forces de l'Ombre et des Ténèbres, autrement dites lucifériennes (potentiellement évolutives) et sataniques (définitivement involutives). Le nouveau monarque (Macron est l'anagramme de monarque - "Monarc") -, qui en est issu, est appelé à poursuivre leur œuvre de pouvoir et de domination (l’Éléphant, symbole par ailleurs du parti républicain étoilé), servant ainsi le dieu chacal Anubis (le Loup), le gardien des Enfers autorisé à dévorer les âmes n'ayant pas réussi leur individuation. Cette "œuvre" sombre est censée désormais en cette fin de cyclicité entraîner le pire (pis) *²...

Il est porteur par la programmation de sa date de naissance - 21 décembre 1977 - de l'énergie des forces démoniaques célébrées depuis la nuit des temps pendant le solstice d'hiver par les adorateurs de Ba'al *³, et placé sous le signe du Sagittaire, le neuvième signe astrologique du Zodiaque dénaturé car désacralisé gouverné par la planète... Jupiter, également planète rectrice de la nation France, dont le patronyme vicié a subrepticement été substitué à la Gaule (Galliae en latin) par ses concepteurs faussaires au moment de la Révolution des (fausses) Lumières. Ce patronyme sacré cache en effet les clés du mystère du Vivant, pour qui sait décoder le sens profond de sa racine !

* Cf. Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste.

Cf. Prophétie du changement.

*³ Cf. Les psychopathes qui nous gouvernent - La symbolique cachée de Noël. Le 21.12 (miroir inversé) contient la puissance du nombre 6 (voir plus en avant), décuplée par celle se dégageant de 1977 qui équivaut aussi à 6 (1+9+7+7). En sachant qu'il a été élu à 39 ans - 12, soit le verrou du 9, le Tout accompli -, nous pouvons comprendre la nature véritable de la puissance qui le gouverne au sein de la Matrice astrale...

La soirée de son intronisation présidentielle, le 14 mai 2017, suite au "coup d’éclat/État" réalisé par les puissances le soutenant (multinationales et groupes médias d'influence leur appartenant), le voit remonter en "bon marcheur" (photo 1) la ligne méridienne qui traverse la cour du Louvre, anciennement lieu d'élevage de... loups, et haut lieu tellurique d'énergie négative tout particulièrement par la pyramide qui y est érigée (photo 2). Ainsi se fait-il voir, tel le soleil, noir il va sans dire, son pendant rouge (les couleurs du démon) étant figuré par le "3ème Œil" de la pyramide qui rougeoie à ce moment là à son sommet. La couleur blanche quant à elle est celle du drapeau républicain (dans sa partie centrale) comme royaliste (monarchique), correspondant à la ligne méridienne censée l'emmener vers le royaume "céleste", en l'occurrence celui de la Mort, le champ de l'Astral. Cette cérémonie "satanique" n'est rien d'autre que le détournement alchimique de la Conscience universelle, visant à honorer les démons de l'astral et leurs relais terrestres asservisseurs. Et lorsque c'est le groupe ivoirien Magic System qui accompagne la fête du sacre sur scène, nous pouvons par cette signature en forme de clin d’œil (le troisième...) en conclure qu'il n'y a bel et bien aucune place laissée au hasard ! D'ailleurs, dès le lendemain, le nom de domaine giletsjaunes.com était acheté et déposé, sa date d'expiration étant prévue pour le 15 mai 2020...

 

Dimension sacrée involutive (2) : "1792" -1-, le génocide de la mémoire collective

La date de 1792 se trouve dans l’Épître à Henri II des prophéties de Michel de Nostredame, rédigée le 27 Juin 1558. Il est dit qu'il "sera faicte plus grande persécution à l'Eglise Chrestienne que n'a esté faicte en Afrique, et durera ceste-icy iusques à l'an mil sept cens nonante deux (...) que l'on cuidera [croira] être une rénovation du siècle". Cette tourmente révolutionnaire qui va secouer la France entre 1789 et 1799 marque la politique de laïcisation brutale par l'instauration en 1792 du calendrier révolutionnaire de la Terreur afin d'obtenir par le génocide l'effacement de la mémoire collective des Gaulois porteurs pour nombre du génome sémite, le génome du Kiristos (la conscience christique).

L’armee Celtique contre les montaignars,

Qui seront sçeuz & prins à la pipee :

Paysans frez pouseront tost faugnars,

Precipitez tous au fil de l’espee.

IV-63

C'est ainsi que les bretons ("L’armée Celtique") se sont opposés militairement aux révolutionnaires issus du mouvement montagnard, par une armée composée de paysans ayant refusé la conscription militaire pour alimenter en hommes les guerres de l'idéologie révolutionnaire découlant du génome aryen ("frez pouseront tost faugnars"). Cette troupe révolutionnaire a écrasé dans le sang ("Precipitez tous au fil de l’espee") la Bretagne et la Vendée pour mettre fin à l’insurrection, exécutant dans sa rage folle les prisonniers ("Qui seront sçeuz & prins à la pipee")... La France, jusqu'alors considérée comme un parangon de civilisation, a sombré en moins de dix ans dans le chaos complet – 40 000 morts durant la révolution elle-même, puis jusqu’à six millions durant les guerres napoléoniennes qui s’en sont suivies. Une fois encore, les icônes du passé – l’Église, l’aristocratie et la société civile – ont été réduites en miettes. Les prêtres ont dû jurer allégeance au nouveau gouvernement révolutionnaire. A Nantes, ceux qui refusaient étaient enchaînés les uns aux autres et jetés dans la Loire.

 

Des "Fils de la loi d'Un"

Le mystique américain Edgar Cayce (1877/1945)  * a parlé à différentes reprises dans ses célèbres transes sous hypnose des "Fils de Bélial" *² et "Fils de la loi d’Un". Il traduisait par là toute l’idée monothéiste, qui est le concept de base des "Fils de la loi d’Un", autrement dit le moyen de contrôle le plus ingénieux, sournois et malin mis en œuvre pour l'asservissement des humains. Il en découle que les religieux disent qu'ils ont le SEUL dieu, qu'ils sont ses représentants, et qu'en donnant notre argent ils lui diront d’être bon avec nous dans le prochain monde ! C'est astucieux si l’on est dupé, idiot si on ne l’est pas. Cette supercherie, ce mensonge laissant entendre que le "pouvoir" est ailleurs, est incroyable. Les "Fils de la Loi d’Un" ont été pervertis au judaïsme monothéiste, qui a ensuite été transformé en mythe religieux chrétien, et érigé en thème continu depuis l’époque de l’Atlantide.

* Edgar Cayce s’est taillé l’une des plus solides réputations du XX° siècle pour ses pronostics sur les changements planétaires, utilisant pour ce faire une composition biochimique unique lui permettant une ouverture et une fermeture faciles de sa conscience vis-à-vis de sources externes, sans interférence avec son flux électromagnétique. Un grand nombre de ses prophéties ne se sont pas réalisées, et peuvent de ce fait paraître erronées. Par exemple, il avait prophétisé que l’Atlantide referait surface en 1969. Or, ça n’a pas été le cas, bien qu’au large des côtes des îles Bimini (archipel et district des Bahamas), on ait découvert certaines structures que beaucoup considèrent comme des vestiges de l’Atlantide. Il semble qu’elles aient émergé du sable à cette période-là.

Bélial ou Béliar est un terme qui apparaît dans la Bible hébraïque. Il personnifie le Mal dans la tradition juive et chrétienne de l'Antiquité, et figure parmi les démons dans les croyances occultes.

 

Le nombre Deux - 2 - : la Création

Il faut deux éléments pour créer quelque chose. Cette loi universelle s’applique à tous les domaines de la création.

Il en est ainsi de la reproduction sexuée des plantes, animaux et des êtres humains. Les deux genres "mâle" et "femelle" sont le produit d’une longue évolution qui permet la reproduction, c'est-à-dire la création d’un être nouveau de la même espèce.

Il faut également deux composants, un carburant et un comburant, pour créer une combustion - par exemple l’hydrogène et l’oxygène -, l’un n’allant pas sans l’autre.

La médecine ancestrale chinoise distingue quant à elle deux sortes d’énergie dans le corps humain, nommées yin, principe féminin, et yang, principe masculin. L’équilibre parfait du yin et du yang crée un bon état de santé du patient.

Cf. La dualité décodée.

Une pile électrique possède deux pôles, l’un positif et l’autre négatif, sans lesquels elle ne pourrait créer aucun courant électrique.

 

Pour créer un atome, il faut deux sortes d’électricité, l’électricité positive dans le noyau de l’atome et l’électricité négative dans chacun des électrons qui forme l’enveloppe du noyau.

Ainsi l’atome de carbone comporte une enveloppe de 6 électrons, dite charge électrique négative - 6, et un noyau, dit charge électrique positive 6.

Algébriquement, la complémentarité des 2 genres s’écrit 6 + (- 6) = 0. Loin de représenter le néant ou le vide, le zéro traduit l’une des formes de l’équilibre parfait qui existe entre les forces de l’univers.

Il en est de même pour le magnétisme. Un aimant possède toujours un pôle positif (pôle Nord) et un pôle négatif (pôle Sud). C’est intangible. Les deux pôles sont non seulement complémentaires mais aussi inséparables. La complémentarité positif/négatif est une loi suprême de l’univers.

 

A plus grande échelle, la Terre elle-même possède un pôle Nord magnétique et un pôle Sud magnétique autour desquels s’entend une gigantesque enveloppe magnétique protectrice qui l’abrite des vents solaires et sans laquelle la vie terrestre ne pourrait subsister : la magnétosphère.

 


 

Les deux énergies nécessaires au bon fonctionnement de Ce Qui Est sont qualifiées de positive et de négative, chacune ayant ses spécificités propres. Les courants qui en découlent prennent la forme de mouvement elliptiques comme l’ont noté les astronomes en observant la formation des étoiles et des galaxies.

Genre POSITIF (+)

Actif, vigoureux, robuste, structurant, visible, concret, réalisateur.

Il met en forme, exerce l’autorité, pose des limites, cadre et encadre, affirme, affronte.

Genre NÉGATIF (-)

Sensible, fin, intuitif, subtil, délicat, inspirateur, consolateur, guérisseur.

Moins visible, il agit puissamment par le rayonnement de sa seule présence afin d'assurer l'harmonie.


Ainsi, en partant de l'Absolu - le "Big Bang" originel pour une partie du corps scientifique, le "Saint Graal" pour les théologiens -, la Force divine cosmique, principe initiateur créateur (nombre 1), actionne le mouvement de la création par l’irradiation (nombre 2), soit la Lumière jaillissant, celle-ci se scindant en deux courants  pour assurer sa dynamique de fonctionnement : un courant positif et un courant négatif. De ce fait, les 2 genres "positif" et "négatif" se retrouvent dans l’ensemble de la manifestation de Ce Qui Est, leur interaction permanente la structurant. Ils créent des courants qui, prenant la forme de mouvement elliptiques, contribuent à la formation des étoiles et des galaxies. La Lumière ou Clarté, à caractère sacré, est ainsi établie (nombre 3). C'est le passage de l'UN FINI - l'Infini - au DÉFINI, au déterminé. Autrement dit, le passage de l’ÊTRE au PARAITRE !

 

Le nombre 2 permet l’apparition de la forme humaine par des Êtres de Lumière, les Forces planificatrices essentielles du Vivant (les archétypes "archanges et anges" des religions, les "bonnes fées" des contes et légendes). Elles la revêtent de 2 enveloppes, l'une de nature éthérique, l'autre de nature physique. C'est ce qui se nomme les "flammes jumelles". La forme humaine se dirige vers les premiers plans de la matière, freinée puis stoppée par la densité croissante de la matière qui commence à poindre sous l'effet de la gravité. Elle vient d’atteindre le stade intermédiaire, le champ de l'Astral, soit la quatrième dimension de réalité, avant que de s’enfoncer dans son "sol", tel une graine plantée en terre. C’est alors qu'elle va pouvoir s'éveiller après son accouchement terrestre, via deux canaux relais masculin et féminin, à la conscience, individuelle comme collective, sous gouverne de la Force de l'Ombre et des Ténèbres, gardienne du monde involutif qu'est la matière terrestre. Elle doit l'expérimenter de différentes manières, avant que d'aspirer par le canal de son âme où gît l'Or originel * à retourner à la Source, la matrice cosmique, si elle (re)trouve les clés cachées en elle de son ascension *²...

* Cf. Le cheminement de l’Âme.

Cf. Le chemin de l'Ascension.

Le nombre des Cathares et Templiers

 Le chiffre deux revêt une importance particulière pour les Templiers dont le sceau de l’Ordre (Cf. image) représente deux hommes sur un même cheval.

Il signifie d'abord l’expression du principe manichéen que l’on retrouve dans les sectes messianiques (ainsi les fils de la Lumière contre les fils des Ténèbres chez les Esséniens, ou l'Apocalypse chez les Nazaréens). Nous pouvons d'autant mieux comprendre l’irréductible opposition de l’Église de Rome (Roma en italien) et des Cathares - il en a été de même avec les Bogomils * -, que ce soit sur la Terre ou dans le Ciel, ces derniers étant horrifiés par l'utilisation de la croix comme instrument du supplice. Aussi considéraient-ils l’Église romaine comme le mal absolu, opposé au principe d’amour (amor en latin est l'inverse de roma...). Dans le Ciel, les Cathares *² croient en un principe Divin supérieur et pur esprit, tandis qu’à leurs yeux, Rome et le monde matériel sont la création d’un démiurge, Prince de la matière et du Mal, l’ange préféré mais déchu.

Le nombre deux signifie ensuite le dédoublement du nom de Jésus Barabbas - Bar Abbas ("Fils du Père"), le Christ historique, en un Barabbas séditieux et brigand (nom donné par les Romains aux Sicaires et Zélotes). Le Jésus de la Foi (celui des évangiles) masque celui du crucifié, le faux Jésus, se parant insidieusement des habits de vertu du Baptiste et de son successeur...

Il fait également référence au Yin et au Yang, les deux grandes forces énergétiques contributives au fonctionnement de l'univers, que nous retrouvons à travers les Gémeaux (en juin), l’homme physique, et le Verseau (en février), l’homme spirituel.

* Le bogomilisme était un mouvement chrétien hétérodoxe né au Xème siècle (aujourd'hui disparu) dont le nom vient du prêtre bulgare Bogomil. Il s'est développé en Bulgarie, puis en Serbie et ensuite en Bosnie, influençant une grande partie des Balkans. Tout comme le catharisme, il se nourrit de l'enseignement chrétien originel non dénaturé par ses idéologues faussaires, autrement nommé le paléochristianisme, soit l'Unification du but de l'espèce humaine pour survivre et éviter la destruction pesant au-dessus d'elle suite aux machinations de la pathologie qu'est la psychopathie prédatrice découlant des influences hyperdimensionnelles. Ce christianisme "ésotérique" est tout à fait semblable au chamanisme sibérien ancestral, soit le reste dégradé de ce qui doit avoir été la "religion" des Peuples du Nord, les constructeurs de mégalithes, dans les temps préhistoriques.

Cf. "La Science antique : Redécouverte des Mythes et de l'Histoire ", de Laura Knight-Jadczyk (2002).

Du grec Katharos, signifiant "pur", physiquement par le feu de l'Esprit pour ne pas amener d'impureté, moralement (spirituellement) pour être libéré dans la vie terrestre des désirs corrompus, des vices et de toute culpabilité. Autrement dit, être Cathare, c'est être libre de tout mélange à ce qui est faux, être sincère et véritable, authentique à Sa Nature première.

 

Le nombre Trois - 3 - : la Lumière divine (le Masculin Sacré)

Le nombre trois est intimement relié à l’activité de Ce Qui Est, le mouvement du Vivant, qui se nourrit de ses trois grandes composantes, la Volonté, l'Intelligence, l'Amour. C'est pourquoi cette Trinité divine est à l’échelle humaine représentée au moyen d’un triangle, dont la pointe supérieure figure Celui/Celle Qui Est, qui, dans Sa Sagesse et Sa Bonté infinies, a conçu notre cadre d’expression. "Il" peut de ce fait être nommé Notre Père, étant également représenté par trois cercles entrecroisés, constitutifs d’une dynamique de création nommée La Fleur de Vie *. Les différentes religions relient quant à elles chaque élément constitutif de la Trinité divine *² d’une figure spécifique à leur dogme enseigné.

Cette "Loi de Trois" explique que tout ce qui est existe comme résultat de l'action convergente sur un même point et au même moment de trois forces : active, passive et neutralisante. Comme telles, elle représentent dans l'Univers créé la manifestation des trois conditions de la Création conçues dans la préexistence du Monde par la Divinité non manifestée. Ainsi, la force passive est la dérivée de la condition statique : l'Espace ; la force active est la dérivée de la condition dynamique : le Temps ; enfin, la force neutralisante assure le maintien dans l'Univers de l’Équilibre sur tous les plans et à tous les échelons. Ces trois forces sont agissantes, leur désignation étant faite d'après le rôle que chacune d'entre elles joue dans la coopération qui donne naissance au phénomène considéré. C'est pourquoi la vie dans l'Univers n'est qu'un perpétuel processus de création dans tous les domaines, sur tous les plans et à tous les échelons.
L'exemple classique que donnent du jeu des trois forces les écoles initiatiques est le pain. Pour faire du pain, il faut avoir de la farine, du feu et de l'eau. La farine, dans cet exemple, est le conducteur de la force passive, le feu de la force active, l'eau de la force neutralisante. La substance qui sert, dans un cas, de conducteur à la force passive peut, dans d'autres cas, être conductrice de la force active, dans un troisième cas véhicule de la force neutralisante. Selon l'action des trois forces à travers la matière, la Tradition fait les distinctions suivantes : lorsqu'une substance sert de conducteur à la force passive, on l'appelle Oxygène (O) ; lorsqu'elle sert de conducteur à la force active, on l'appelle Carbone (C) ; lorsqu'elle sert de conducteur à la force neutralisante, on l'appelle Nitrogène - Azote (N). Considérée indépendamment des forces dont elle est la conductrice, la substance est appelée Hydrogène (H). Ces forces sont contenues dans le "secret" de le Tétraktis pythagoricienne (Cf. nombre 9).

Il va de soi que si le concours des forces demeure pauvre ou stérile, conduisant à l'échec, c'est que leur coopération ne fut pas intégrale, le défaut pouvant provenir de l'une des trois forces, de deux d'entre elles et même des trois. Ainsi par exemple avec la même bonne farine, le pain sera mauvais ou même immangeable si l'on y met trop d'eau — ou pas assez — ou si le feu est faible ou trop fort... La leçon est que la force passive contient en elle toutes les possibilités de la création du phénomène, alors que la force active y intervient comme le réalisateur et la force neutralisante comme le régulateur des rapports entre les deux autres forces en les dosant de manière optimum. Cela explique et justifie l'attribution de la primauté, dans le monde phénoménal, le monde des formes, à la force passive !

* Cf. Le processus créatif décodé.

Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen.

 

Signification ésotérique

Dans la constitution biologique de l'être humain *, l'accès au centre émotif supérieur constitue l'accès au niveau de la conscience du Moi réel, individuel, ou Soi réalisé en psychologie. De son côté, l'accès au centre intellectuel supérieur l'élève au niveau de la Conscience qui constitue, par la communion intérieure qu'elle comporte, sa participation au Moi universel, la Conscience universelle de Ce Qui Est. C'est alors la fin de l'évolution possible pour l'homme dans les conditions terrestres, la matrice involutive en 3-D gouvernée par les forces involutives du champ de l'Astral situées en 4-D, avant que d'évoluer dans une dimension de densité supérieure, la "5-D". C'est ainsi que l'Apôtre saint Paul a dit à propos de cette perspective grandiose "Nous savons... que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon Son dessein. Car ceux qu'Il a connus d'avance, Il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de Son Fils, afin que son Fils fût l'aîné d'une multitude de frère." (Romains, VIII, 28-29).
Nos centres supérieurs sont ainsi deux étincelles divines : l'une issue de l'autre. Le centre émotif supérieur est l'étincelle du Fils, le centre intellectuel supérieur est l'étincelle du Père sous son aspect consubstantiel de Saint-Esprit. Ici se trouve la différence essentielle, signalée par saint Paul, entre philosophie et tradition humaines d'une part, et, d'autre part, Tradition ésotérique. Il en résulte que le chemin à parcourir depuis la naissance jusqu'au sommet est celui de l'évolution du Moi, prenant des formes toujours nouvelles sans toutefois anéantir les anciennes. Le
poète et homme politique russe Gavrila Romanovitch Derjavine (1743/1816) a défini cette évolution dans sa formule célèbre : "je suis ver, je suis esclave, je suis roi, je suis dieu"... En s'attachant à pénétrer dans sa cage ou caverne intérieure, l'être humain verra la cage extérieure, l'Univers dans toute sa réalité et son unité, car l'une et l'autre ne font qu'un !
* Cf. Fonctionnement du corps biologique. Extrait de "Gnôsis" de l'écrivain russe Boris Mouravieff.

Trois est le nombre de la Lumière/Clarté divine, de ce fait sacrée. Si Ce Qui Est est unique et indéfinissable, Son action de création - Sa Volonté - est inséparable de son Amour et de son Intelligence, l’un étant de polarité passive (magnétique) ou féminine (Son Amour), l’autre de polarité active (électrique) ou masculine (Son Esprit, Son Intelligence). C’est pourquoi la Lumière divine est tri-unitaire, les trois dimensions constitutives étant reliées entre elles par de puissants faisceaux de radiations représentés symboliquement par les trois côtés du triangle (images 1 à 3), les "trois Hypostases" de la Trinité. Lorsque le Christ Jésus (Le Fils) disait : "Croyez-moi, je suis dans le Père et le Père est en moi." (Jean 14 : 11), il enseignait notre filiation issue de l’Amour (principe maternel) du Père (principe paternel).

Le but de la vie est d'apprendre, en organisant les morceaux d’information (les particules élémentaires) du champ cosmique reçus par l'esprit et le corps. La collecte d’information, la recherche et l’apprentissage sont les facteurs les plus importants, tout comme l'application de ce qui est appris. C'est ce qui permet l'expansion de l’être, la conscience, dynamique fondamentale de toute réalité par sa nature d'attracteur de l'énergie cosmique, autrement dit de courant électrique voyant toute une ribambelle d'électrons par ici circulant vers là-bas du fait d'une différence de charge. Le pont entre l’information et la matière, l'impulsion, est établi par la gravité. Les ondes de gravité instables caractérisent l'électromagnétisme, la source de lumière, l'ADN comme macromolécule biologique présente dans toutes les cellules étant le récepteur comme antenne, intermédiaire entre le champ d’information et l’organisme. Comme le champ d’information module quelle partie de l’ADN est activée et quelle partie est désactivée, les pensées manifestées par l'esprit sont déterminantes, sources d'harmonie ou de virus... C'est ainsi que l'être humain peut restaurer les codes originaux de ses codons d’ADN tronqués, et intégrer les nouveaux.

La Lumière divine fait ainsi vibrer l’ensemble de l'Œuvre depuis les plus hautes sphères spirituelles jusque dans les profondeurs et noirceurs de la matérialité terrestre viciée, domaine de densité électromagnétique moindre. Elle est source d'équilibre, d’harmonie bienfaisante lorsque les êtres humains apprennent à s’extraire de la dualité *, ce qui se retrouve dans les associations à trois composants de leurs actions de vie. L'un vient à manquer, et l'harmonie est rompue, d'autant que s'il y a plein de forces positives dans le cosmos, il n'y a simplement pas assez de gens qui travaillent à être éveillés et conscients, qui suivent leurs instincts pour ainsi dire et laissent l'univers - en réalité le champ involutif de l'Astral - guider, conduire et amplifier pour que tout ça se manifeste (ne pas oublier que c'est nous-même dans le futur qui sommes le programmeur qui nous dirige) ! C'est pourquoi elle est représentée par le troisième œil (image 3), en référence à ce passage des Évangiles : "La lampe du corps, c’est l’œil ; si donc ton œil est simple, ton corps tout entier sera plein de lumière." (Mathieu 6:22). En le comprenant, l'être humain sait qu'il possède un corps parfait pour œuvrer dans la matière *², à l'image de tous les soi-disant "arts martiaux", qui ne sont que des tentatives de réaliser physiquement, par le biais de "techniques", ce qui était obtenu autrefois par la parfaite maîtrise de l’énergie. Reste à appliquer la Volonté par la maîtrise de la science atomique, en Intelligence, sa fusion avec l'Esprit universel, dans l'Amour de Ce Qui Est !

* Cf. La dualité décodée.

Cf. Qu'est-ce que l'Homme ?

 

De l'Œil

Le symbole de l'Œil est un des plus prisés et utilisés dans les rituels et cérémonies de la Tradition initiatique (ainsi l’Œil d’Horus chez les Égyptiens - image 4), ou les confréries initiatiques à caractère occulte comme la Franc-Maçonnerie (le troisième Œil du modèle pyramidal - images 5 à 7), de même pour qualifier les "Illuminati", les relais terrestres à haut niveau et aux manettes dans les coulisses du consortium prédateur de la 4ème dimension de densité. L'Œil Moaï (image 8) évoque l'utilisation du symbole de l’œil dans les anciennes civilisations (Inde, Yucatan, îles du Pacifique, Égypte...), faisant le lien avec la précédente engloutie, l'Atlantide. Les yeux des Moaïs que l'on a retrouvés sur l'Île de Pâques possédaient des yeux blancs fait de coraux, l'iris rouge étant en tuf volcanique ou noir obsidienne. Ils indiquent la provenance du pouvoir spirituel, le "mana" *. Il est le symbole de l'union des qualités solaire et lunaire, faisant référence à l'état édénique, "monde parallèle" à un niveau bien plus subtil que notre troisième densité terrestre.

Dans la mythologie grecque, Hypnos (en grec ancien Húpnos - image 9) est le dieu du sommeil, connu chez les Romains sous le nom de Somnus. Il est également considéré comme le gardien de la nuit, qui reste éveillé quand le monde est endormi (le prédateur asservisseur nous maintenant dans l'hypnose). Il est en effet le fils de Nyx, la Nuit, et le frère jumeau de Thanatos, la personnification de la Mort, soit la binarité limitante de nos deux yeux non "ouverts" à la vraie Réalité. Sur les tombeaux, il désigne l'éternel Sommeil. Il est aussi le père de Morphée, dieu des rêves. Il peut endormir aussi bien les hommes que les (faux) dieux, y compris Zeus, le dieu des dieux de la Matrice astrale...

Le message est clair. Tant que l'être humain est endormi à Qui Il Est, il regarde le monde de manière hypnotique par la prédation archontique qui le manipule et l'asservit, ce qui le conduit dans la cyclicité entropique de la Matrice asservissante entropique car mortifère. Ce n'est qu'en sortant de sa léthargie, par l'ouverture de son œil spirituel - l'appel du Soi supérieur par l'âme réunifiée - qu'il peut regarder Qui Il Est et Ce Qui Est à l'endroit et s'extirper du piège de la Matrice de 3ème dimension de réalité.

* Mana constitue la racine étymologique du verbe to manage en anglais ("gérer, administrer"), ayant donné lieu à la science ô combien païenne du management des structures/organisations. Elle est maîtrisée au plus haut niveau par les "élites" qui en ont la charge, la plupart des dirigeants subalternes (les "executives" ou cadres supérieurs) se révélant très souvent ignorants des artifices composant ce pouvoir magique utilisé. Cf. Le modèle pyramidal décodé.

 

"Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne."

Matthieu 5:29

 

Shamash, la pure conscience de la Kabbale hébraïque

Le Sepher Yetzirah, texte sacré hébraïque, fait remonter la Kabbale * à un groupe d'anges qui apprirent les "lois secrètes" et les transmirent à certains humains. Ses 22 lettres représentent les trois premiers éléments - les trois Mères A, M, Sh -, qui émanèrent des trois Pères : l'air, l'eau, et le feu. Ils produisirent 7 lettres "simples", les sept planètes ou mondes (dimensions de réalité). Les trois lettres Mères sont composantes du dieu Shamash (image 10), le dieu du soleil (noir) babylonien, qui représente la trinité, le Triangle du Pouvoir de la Matrice de l'Astral gouvernées par les Forces entropiques tout en donnant à l'initié les clés de son réveil, s'il sait en comprendre les polarités d'enseignement. Dans l'alphabet Maya, en retrouve le "sh" dans la lettre X qui représente le principe de génération. Dans la Bible et les textes mésopotamiens, Shem et Shamain font référence au ciel. En Chine, Shen signifie l'Esprit. C'est l'idée du "troisième œil", ce point central au milieu des couches concentriques d'illusions. Shem signifie aussi l'enceinte interne d'un temple, dont le Zohar (le Sepher ha-Zohar est l'œuvre maîtresse de la Kabbale, rédigée en araméen) nous apprend qu'il s'agit du temple humain. Le Zohar parle aussi de Neshamah, dans lequel se trouve le mot Sham, qu'on peut lier à Shamir, le joyau protecteur du roi Salomon. Dans Shamash, il y a aussi ash, qui est en lien au 17ème jour du pèlerinage de l'homme selon les Mayas. C'est un nombre associé au Graal. En Égypte, on retrouve le mot Shu, la lumière de l'orient. Shu a la même fonction de passage ciel-terre que Shamash. Shu ou Shamash est "la pure conscience".

Cf. Travaux de l'archéologue Elizabeth Douglas Van Buren (1881/1961).

* Le terme "cabala" viendrait de Cybèle ou Kybèle, la femme de Saturne, vénérée sous la forme de la pierre noire en Phrygie et Asie mineure. Le terme "Kabbale" viendrait aussi de Kbl (Kebel), signifiant "recevoir oralement" une certaine connaissance.

 

S'étant incarné dans un corps physique, le germe d'esprit de l'être humain, conformément aux sages dispositions de la Lumière divine, vibre alors dans la loi du 3, car il possède :

- un noyau spirituel, l’étincelle d’Esprit ou germe de l'Esprit universel ;

- des enveloppes subtiles, qui entourent et protègent le noyau spirituel ;

- un corps physique, pour œuvrer sur la Terre pendant la durée de son incarnation.

Il convient de ne pas confondre l’âme et les enveloppes subtiles de l’Esprit. L’âme, c’est l’Esprit entouré de ses enveloppes subtiles mais qui laisse place à l'esprit, le mental égotique ou moi-personnalité, pour expérimenter la matière viciée. Après le décès du corps physique et son inévitable décomposition, c’est donc véritablement une âme humaine qui séjourne dans les plans de l’au-delà les plus rapprochés de la Terre - le champ de l'Astral -, sauf si, pendant l'incarnation, elle a réussi son individuation et sa fusion avec l'Esprit universel souverain * (ce qui était extrêmement rare jusqu'à nos jours *²). L'être humain peut alors poursuivre son chemin d'évolution dans une nouvelle dimension de densité, la "Nouvelle Terre", calée sur une fréquence supérieure, la 4ème dimension + (le mode de l'Être dit "Service d'Autrui").

* Cf. Le cheminement de l’Âme & Le chemin alchimique.

L'Onde du changement initiant la mise en œuvre de la sixième race humaine (voir le nombre 7), destinée à remplacer progressivement la cinquième en cours de périclitation, a lentement démarré à la fin de la seconde guerre mondiale, avec les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki les 6 et 9 août 1945 au Japon faisant suite à la terrible course contre la montre amorcée le 3 août 1939 dans la communauté scientifique (Cf. Le 3 6 9 libératoire du préambule). Ce feu électro-nucléaire destructeur par la fracturation de l'atome d'hydrogène a en effet provoqué une coupure dans le champ magnétique terrestre, constitutif par ses effets d'une rupture dans le continuum espace-temps de la galaxie solaire. Il a ainsi ouvert de nouveaux potentiels dans le champ électronucléaire faible, son pendant, à même de permettre à certains humains-âmes - les élu(e)s - de préparer leur changement de conscience afin d'évoluer dans une nouvelle dimension de réalité, la "Nouvelle Terre". Pour les autres, les évènements du 11 septembre 2001 à New York ont amorcé symboliquement le démarrage de la "3ème guerre mondiale", qui verra la disparition de la cinquième civilisation humaine par la puissance du feu nucléaire purificateur de ses vices non épurés.

Cf. Fin de cycle (2) La guidance éclairée de sa vie.

Triptyque

Amour - Justice - Fidélité

 

Force - Délicatesse - Discernement

 

 

 Autorité -Compassion -Justice

 

 

  Corps - Âme -Esprit

 

 

 Pensée - Parole - Action

 

  Liberté - Égalité - Fraternité

 

 Intuition - Pensée - Sentiment

 Simplicité - Clarté - Naturel

 

 ---

Caractéristiques

Le véritable amour inspire la fidélité. Il est aussi pur et juste pour les êtres concernés.

La force a besoin du discernement pour exercer son action dans la bonne direction. Sans la délicatesse, la force devient brutalité et peut blesser gravement physiquement et psychiquement.

Sans la compassion et la justice, l’autorité se dégrade en autoritarisme et dictature. Un vrai chef militaire possède naturellement ces 3 belles qualités.

Les trois composantes indissociables de l’être humain terrestre. En nous souciant uniquement de notre corps, nous négligeons notre âme et notre esprit, et bloquons notre développement spirituel.

Une belle pensée, c’est bien. Il lui faut toutefois être exprimée en parole afin d’être partagée avec nos prochains et concrétisée en actes.

Nous mesurons chaque jour la difficulté d'en assurer l'harmonie, par-delà la force incantatoire de la devise républicaine.

Elle illustre l'alchimie à réaliser entre l'âme, l'esprit et le corps.

Si l'authenticité ne préside pas à la simplicité et à la clarté de la parole, elle en déséquilibre la manifestation.

 


Le ternaire scientifique

Dans le domaine scientifique, les différentes disciplines utilisent également ces accords ternaires :

Addition -Multiplication - Exponentiation sont les 3 opérations de base de l’algèbre ;

Longueur - Largeur - Hauteur caractérisent l'espace physique dans lequel nous évoluons ;

Passé - Présent - Futur caractérisent la perception (limitée) humaine du temps ;

Expérimenter - Découvrir - Utiliser sont les 3 étapes de la méthode scientifique ;

Données - Théorème - Conclusion permettent une démonstration.

 

Le troisième élément en physique, illustration de la rupture

Le mathématicien français Henri Poincaré (1854/1912) a le premier informé sur la pensée du "système fermé" de la mécanique Newtonienne. En effet, selon la physique classique dite physique Newtonienne, un système fermé est parfaitement ordonné et prévisible. C'est ainsi qu'un pendule dans un vide, sans friction et résistance de l'air, conservera son énergie, et se balancera dans les deux sens pour toute l'éternité. Il ne sera pas soumis à la dissipation d'entropie dans les systèmes en les causant à céder leur énergie à l'environnement. C'est pourquoi les planètes, comme les pendules, ne peuvent pas être dérangées sauf par un "hasard" extérieur, et qu'elles ne doivent pas varier dans leurs promenades autour du soleil.

Cette apparente stabilité du système solaire, observée sur une longue période de temps, et permettant notamment de prévoir les éclipses des années à l'avance, a longtemps constitué un principe de la foi scientifique. Il en découlait que par la connaissance de la loi de force et de masse des corps, n'importe quel bon scientifique était à même de prévoir les interactions avec les équations de Newton. La loi de force, l'inverse du carré de la loi de gravitation, était toute enveloppée dans un paquet agréable, propre.

Mais comme Poincaré avait fait quelques maths, il savait qu'il y avait une petite difficulté : pour un système contenant seulement deux corps, les équations de Newton fonctionnaient, entendant que pour un système à deux corps idéal, les orbites sont stables. Le problème surgit quand on passe de deux à trois corps, comme l'inclusion du Soleil dans les équations. Les équations de Newton deviennent alors non solubles ! Ceci explique que pour des raisons mathématiques formelles, l'équation à trois corps ne peut pas être développée plus près qu'une "approximation". Autrement dit, Poincaré avait compris que si la méthode d'approximation semblait fonctionner pour les premiers termes supplémentaires, lorsque le nombre de termes augmentait par l'ajout de plus en plus de corps au système, incluant par exemple quelques astéroïdes de rechange et leurs perturbations très infimes du système au cours de longues périodes de temps, à un certain moment les orbites changent et le système solaire commence à se séparer sous ses propres forces internes.

Il en résulte que mathématiquement, ce problème est non-linéaire et non intégrable. L'ajout d'un terme à un système de deux corps augmente la complexité non-linéaire, ou les rétroactions du système. Poincaré avait de ce fait découvert qu'avec même la perturbation la plus petite, quelques orbites se comportaient d'une manière irrégulière, voire même chaotique. Ses calculs ont montré qu'une gravitation infime d'un troisième corps pourrait conduire une planète à vaciller et à osciller en titubant sur son orbite, et sortir même entièrement du système solaire ! Il n'est alors qu'à imaginer ce qu'un essaim de comètes pourrait faire... Poincaré avait tout "simplement" découvert que le chaos est l'essence du système non-linéaire, révélant que même un système complètement déterminé comme notre système solaire pourrait faire des choses folles avec la moindre provocation. Les effets les plus petits pourraient être agrandis par des réactions positives et un système simple peut éclater en complexité choquante.

Cf. Manfred Schroeder, "Fractales, Chaos, Lois de la Mécanique" (1991).

Le ternaire spirituel

Toute démarche d'élévation spirituelle, but majeur de chaque vie humaine, consiste dans la réalisation de 3 étapes successives comme intriquées. Elles sont décrites par toutes les traditions, exotériques comme ésotériques :

- ainsi dans la mystique rhénane de Maître Eckart, les étapes ou parties sont qualifiées de Débutant Progressant Parfait ;

- en Franc-Maçonnerie, elles se nomment Apprenti Compagnon Maître ;

- dans le bouddhisme, elles sont appelées Arhat Bodhisattva Bouddha.

La première étape, celle du débutant, est une phase purgative, soit une simplification de sa vie par le lâcher-prise mental de ses croyances et attaches. Il s'agit d'être présent aux choses qui sont ou se présentent, sans jugement ni accusation, en toutes simplicité et humilité. C'est la mise en route, qui passe par un travail incessant et inévitablement douloureux sur tous les poisons de l'âme (orgueil, colère, envie, paresse, luxure...), ce que l’Église romaine a qualifié de péchés capitaux.

La seconde étape, celle du progressant, est une phase de pacification, de paix intérieure. Elle se traduit par le calme de ses émotions, de sa réactivité, par l'auto-observation permanente du roulis émotionnel et son recentrage. C'est l'hésychasme (du grec hesychasmos, hesychia, l'immobilité, le repos, calme, le silence), pratique spirituelle mystique enracinée dans la tradition de l'Église orthodoxe et observée par l'hésychaste. Elle conduit à l'illumination, l'éclairage intérieur.

La troisième étape, celle du Maître, est la phase d'unité avec le Soi supérieur, l’Âme (ré)unifiée (re)libérant l'Esprit *. Elle permet à ce stade la conduite de sa vie par le divin, autrement dit la supraconscience. C'est l'état christique ou bouddhique, celui qui voit son intérieur profond baigné par l'Amour, la Compassion, la Joie, l’Équanimité. Elle n'est pas réservée à des saints, mais à chaque être humain comprenant Qui Il Est vraiment et désireux de s'extirper des barreaux mortifères de la troisième dimension de réalité.

C'est pourquoi l'expérimentation par l'âme de la matière terrestre viciée est au moins triple pour se parfaire, avant que de pouvoir prétendre à évoluer dans une dimension de réalité supérieure, cette triple réincarnation faisant partie des "Lois de Mars, la Lune et Mercure". Mars étant la planète du conflit, la Lune des passions et Mercure de l'Intelligence, ce n'est qu'en ayant fait son apprentissage sous la gouverne de ces trois fondations et coordonnées géométriques de l'expérience que l'être humain peut être complémentaire, "complet en Terre" *² !

* Cf. Qu'est-ce que l'Homme ?

Cf. Le cheminement de l’Âme.

La loi spirituelle ternaire du "Donner et recevoir"

Lorsque nous donnons quelque chose (il ne s’agit pas forcément de quelque chose de matériel : ce peut être un sourire, une marque de gentillesse ou de compassion, une bonne parole, une pensée bienveillante, une action charitable…), les lois supérieures qui gouvernent les univers tant matériels que spirituels entrent immédiatement en action, prennent en compte notre don, le font fructifier et évoluer, et produisent immanquablement un résultat.

Même si souvent nous ne remarquons rien, car une longue période peut s'écouler entre nos semailles et leur récolte, la loi du Donner et recevoir  est immanquablement suivie d'effet, car elle est ancrée dans le nombre 3.

Son processus est le suivant :

1. Nous donnons avec générosité, sincérité et authenticité "quelque chose" à l’univers.

2. Les lois de l’Univers reçoivent notre don, le développent et l'amplifient, et l’acheminent vers sa destination à une époque et sous une forme que seule la providence divine connaît.

3. Nous recevons notre rétribution. C’est le "juste retour des choses".

"Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi." (Galates 6 : 7)

La trinité constitutive de l'Autorité

La véritable autorité de l'être humain initié dans la maîtrise de sa vie découle de l'équilibre créé par l'action harmonisée et la concordance (symbiose) totale de ses trois "cerveaux" de guidance : la raison (coloration mentale) et l'intuition (coloration intuitive) pour la vie planétaire (astrale), la conscience supra-mentale (coloration intelligente) pour la vie cosmique. Point culminant de la conscience humaine au sens universel et non plus astral, la vibration Autorité est le perfectionnement de l'Intelligence, autrement dit la perfection réalisée des trois cerveaux énergétiques, qui permettent à l'être humain par cet état d'esprit de servir de manière alternative et créative les besoins de sa cause dans sa vie terrestre une fois l'égo-mental transcendé. Il est alors à ce centre ou point de vérité un esprit réalisé, parfait, et de ce fait immortel par sa maîtrise des lois de la matière et par-là même du mensonge !

La raison fondamentale du ternaire universel se trouve dans une vue globale de l'unité-complexité de tout être et élément dans la nature. Ce sont les trois phases du Vivant : apparition, évolution, destruction (ou transformation) ; naissance, croissance, décès ; évolution, culmination, involution.

Toutefois, si le 3 est à ce titre le chiffre du Sacré, il n'est pas le chiffre de l'accomplissement unitaire tel que trop souvent suggéré par l'enseignement de l’Église judéo-chrétienne, des sociétés ésotériques (comme la Franc-Maçonnerie) ou des communautés New Age. La clé est donnée par l'ADN biologique. A l'échelle de l'être humain, sa polarité est masculine *, de nature électrique, non à l'image de l'appareil génital de l'homme avec le pénis et les deux testicules, mais par sa composante chromosomique XY. Elle doit de ce fait conduire à considérer l'importance incontournable du 4, la polarité féminine de nature magnétique, qui lui offre le creuset permettant sa réelle transformation par sa composante chromosomique XX *². Leur addition, 3 + 4, conduira alors vers le 7, fruit de leur complémentarité et de leur union harmonieuse. Bien évidemment, ceci n'est pas enseigné. Car si la "Sainte Trinité" est une valeur extrêmement présente et puissante, elle sert avant tout pour ses maîtres artificiers (prêtres, rabbins, imams, vénérables maîtres...) à maintenir l'endormissement plutôt que de permettre l'éveil par la manipulation des mots, des gestes, des lettres, des chiffres, des symboles... C'est pourquoi ils utilisent le 3 porteur de l'énergie masculine et le pervertissent afin d'en faire un chiffre culte destiné à maintenir bloqués à un certain palier leurs adeptes illusionnés "du Père, du Fils et du Saint Esprit" ou autre trinité à caractère masculin. C'est la méthode retenue par le patriarcat prédateur pour laisser croire qu'en ce schéma réside l'accomplissement...

* Il n'y a pas d'opposition avec les lames du tarot, où le 3 est symbolisé par l'Impératrice (le féminin) et le 4 par l'Empereur (le masculin), l'identification par les personnages pouvant occulter la subtilité de l'enseignement dispensé.

Le chromosome X est l'un des deux chromosomes sexuels de l'être humain et de certains animaux. Il existe normalement une inactivation lors de la télomérase (enzyme contribuant à la réplication de l'ARN) de l'un des deux chromosomes, qui prend une forme condensée et visible. Ce processus d'inactivation à partir duquel un des deux chromosomes X de la femelle mammifère est inactivé est appelé lyonisation, du nom de la généticienne britannique Mary Frances Lyon (1925/2014) qui l'a découvert en 1961. Or ce chromosome X, contrairement au chromosome Y, possède de nombreux gènes impliqués dans le fonctionnement des cellules. Sans l'inactivation, la femelle produirait donc deux fois plus de certaines protéines que le mâle. De la compréhension de ce processus résulte la question de notre type d'alimentation, peu à même en l'état de redonner à notre ADN toute sa puissance originelle...

 

Du chromosome Y

Nombre d'êtres humains sont porteurs des gènes des Nephilim, ces géants présents dans la Bible fruits de l'union d’anges déchus et de femmes humaines, variante des Titans de la mythologique grecque, et dont la réalité manifestée dans notre "réalité" civilisationnelle se dissimule à travers moultes indices, tel le mystère autour de Néfertiti l'épouse du pharaon Akhenaton (fils d’Amenhotep III) et responsable du culte du Soleil initié par ce dernier en l'honneur futur de Ra (marquant ainsi le passage du culte de la Lune jusqu'alors en vigueur à celui du Soleil), celle-ci ainsi que ses enfants ayant des caractéristiques physiques particulières comme un crâne allongé (de la même manière que les célèbres têtes d’Ica au Pérou), marque d'une génétique hybride (le nom Néfertiti signifie "Une Belle Femme Est Venue", alors même que personne ne semble savoir d’où elle est venue ni qui elle était, avant que de disparaitre de l’histoire, son corps comme celui d’Akhenaton n'ayant été retrouvés, ce dernier ayant été noyé dans le Nil) *. Ceux-ci constituent une race involutive, masculine, située dans la constellation Orion, plus spécifiquement en provenance de la planète Kantek (elle est la cinquième planète du système solaire, et qui, ayant été détruite, constitue désormais la ceinture des astéroïdes). Ils ont à ce titre contribué à la manipulation du génome humain établie par le corpus prédateur reptilien *².

Sans que ceci ne constitue une règle intangible, nombre d'individus présentant de conséquents troubles de la personnalité (comme des tueurs en série) sont souvent de type caucasien (Celte) et très grands. C'est aussi le cas chez les "motards", souvent porteurs du gène Nephilim, qui forment des "bandes" parfois pour le meilleur, d'autres pour le pire comme certains chapitres du Hells Angels Motorcycle Club (littéralement "Club de moto des anges de l'enfer") ou le "gang des Outlaws" de triste mémoire aux États-Unis, etc... lorsqu'ils sont associés comme relais terrestres aux prédateurs cosmiques de 4ème densité. Sans oublier nombre d'individus œuvrant dans les forces de répression policière, "amateurs" du taser (le pistolet paralysant) ou du lanceur de balles de défense (lbd), dans les forces militaires et leur attirail destructeur, ou encore parmi les chasseurs (les "massacreurs jouisseurs", non les "régulateurs" bénéfiques). Ils sont pour nombre des agents en tant que portails organiques (PO) du consortium prédateur trans-dimensionnel, formatés, conditionnés et contrôlés à distance comme des jouets télécommandés, tout comme des humains avec âme, hommes et femmes conduits puis endoctrinés à jouer ce rôle de prédation par un "idéal de service" de type bourreau sauveur ou victime sauveur découlant souvent d'une blessure narcissique infantile. Tous sont enfermés dans une prison psychique, une toile d'araignée invisible, virtuelle, dont les fils tissés dans leur inconscient les y emprisonnent irrémédiablement.

Peut ainsi mieux se comprendre l’idée de la race supérieure nazie aryenne, qui avait pour but de créer un terrain fertile à la réintroduction des Nephilim en vue d’un contrôle total de la 3ème densité en amont de l’élévation vers la 4ème...

* Cf. Le Judaïsme décodé. Néfertiti s'est en fait enfuie de la cour du pharaon avec Abraham venu la secourir (elle est Sarah, son épouse, qui lui remettra l'Arche d'Alliance, centre majeur de pouvoir en provenance du laboratoire technologique du corpus prédateur d'Orion, volé à Akhenaton), Abraham formant avec Moïse le même personnage (lui et sa troupe passeront environ 40 ans dans le désert comme bédouins). Une autre façon de décoder le conte biblique totalement réagencé par ses concepteurs faussaires, les "preuves" étant tenues au secret dans la partie inaccessible de la Bibliothèque apostolique vaticane (BAV) à Rome... C'est d'ailleurs toujours la même histoire avec l’œuvre de Hérodote avec comme personnages Hélène de Troie/Nefertiti/Sarah et Paris/Alexandre qui ne sont que la même personne qu’Abraham/Moïse, tant le parallélisme est troublant, y compris avec les personnages "secondaires" (la guerre de Troie a été superposée à l’événement biblique de 1600 av. J.-C.).

Cf. Préambule explicatif.

L'hexagramme représenté en figure 1 ci-dessus a été établi par Éliphas Lévi, né Alphonse-Louis Constant (1810/1875 - photo 3), ecclésiastique français et figure reconnue de l'occultisme. Il est en fait la représentation de l'arcane XV du Tarot initiatique, Le Diable ou en alchimie "l'Agent magique", celui qui permet de transférer des informations de bas en haut et de haut en bas. Autrement dit, il est le dragon corrupteur du monde à l'envers, le démon qui divise, et qui conduit le profane comme le pseudo-initié à l'illusion luciférienne, voire à sa dérive satanique entropique, sauf lorsque ceux-ci, en le rencontrant et en le dissolvant, s'engagent résolument sur le chemin d'évolution (le dragon a des ailes...) en se dépouillant de l'avoir et du paraître par leur reliance au Soi supérieur.

Le message caché du nombre 3

Il se retrouve dans le symbole de la pyramide et sa figure géométrique unidimensionnelle correspondante, le triangle. Si nous mettons un triangle pointe en haut, ce qui donne 3, et que nous l'entrecroisons à un triangle pointe en bas, qui donne aussi 3, le résultat symbolique est 33. Cette figure est un hexagramme (Cf. image 1), dit également "Sceau de Salomon" ou "Étoile de David" (le Shrî-Antara des Brâhmanes), présenté comme la figure d’une étoile symbolisant la relation du Divin, de l'Esprit (pointe en haut) et de la Matière, de l'Humain (pointe en bas). Dans les mystères liés au nombre 33, il symbolise la plus haute conscience que l’homme peut atteindre, le troisième œil, soit la conscience du cycle obscurité-lumière permettant de sortir de la "Roue du Changement". La symbolique cachée du 33 est cependant toute autre :  c'est la quadrature du cercle... un cercle dont il est impossible de sortir, sauf (véritable) éveil de conscience !


Le 33 représente en effet le Serpent (ou la Méduse), l’Ouroboros enroulé autour du système, soit la Matrice * au service de l'exercice du pouvoir de la caste élitaire prédatrice (Cf. image 2). Comme dans le yoga, il établit l'union des courants négatifs et positifs de la colonne vertébrale, composée de 33 vertèbres, activant le canal central, sushumna, et qui forme le Caducée… Il renvoie au groupe d'entités extraterrestres et d'humains dotés de connaissances et de pouvoirs supérieurs unis dans la Fraternité du Serpent *², et qui "distrait" les autres humains avec les mathématiques, la géométrie sacrée et la connaissance supérieure pour détourner leur attention du fait qu'ils sont manipulés à un niveau supérieur. Nous pouvons ainsi comprendre pourquoi il correspond au plus haut grade de certaines Obédiences de la Franc-Maçonnerie comme le Rite Écossais Ancien et Accepté, qui retranché derrière ses dénégations humanistes, est au service du système occulte asservissant (même si tous les Frères ou Sœurs maçons ne sont pas à mettre dans le même sac, de vipères ou de mambas s'entend). Contrairement à d'autres obédiences maçonniques, il a choisi de construire son rituel sur la base de trois éléments, et non du quaternaire traditionnel explicatif de la structuration de la Nature.

En effet, le "Seigneur du Serpent" déguisé sous ses oripeaux de Grand Maître promet à ses adeptes la puissance infinie, qu’ils ne pourront obtenir qu’en recherchant la connaissance infinie, à laquelle ils font allégeance infiniment, et qu’ils possèdent soi-disant pour toute l’éternité, pourvu qu’ils trouvent la sagesse infinie qu’ils recherchent de toute infinité. Et c'est bien évidemment un cercle vicieux car vicié… un cercle dont il est impossible de sortir pour l'âme manipulée qui s'y trouve enserrée ! C’est là qu’est la supercherie, ceux dont le but consiste à se servir eux-mêmes par la recherche du pouvoir suprême étant condamnés à en servir d’autres comme eux de par les liens "fraternels" établis, latéralement comme verticalement, et ne voient que ce qu’ils veulent voir. Fort logiquement, par cette voie "Service de Soi" qui est celle d'individus voués à servir le (petit) soi, ils sont égoïstes et égocentriques tout en se parant des oripeaux de l'humanisme éclairé ; ils veulent pousser autrui à les servir tout en prétendant servir le bon fonctionnement sociétal ; ils veulent réduire les autres en esclavage, puisque les considérant comme non initiés ; et ils trouvent des moyens de manipuler les autres pour qu’ils les servent. Mais ils finissent eux aussi par être poussés à servir d’autres êtres qui leur sont supérieurs, et que la plupart ignorent de par leurs arrogance et naïveté. Parce qu’on les a dupés en leur faisant croire qu’ainsi ils attireraient à eux le pouvoir grâce à ces enseignements — y compris ceux des religions populaires qui proclament que se contenter de croire et abandonner son pouvoir procurent le "salut", on en arrive à une pyramide de gens qui prennent aux autres par la tromperie et la manipulation. Celui qui prend devient celui à qui l’on prend. Résultat, tous ceux qui sont en bas de la pyramide, la majorité, n’ont personne à qui prendre, de sorte qu’ils se font absorber par le niveau supérieur, d’échelon en échelon jusqu’au sommet, où tout disparaît. La hiérarchie Négative symbolisée au sommet de la pyramide est bel et bien orientée vers la consommation d'énergie lumière rayonnante dans un flot unilatéral, consistant au plus haut sommet à "Devenir Un" par l'octroi de ce pouvoir progressif résultant de la "capture" et de l'incorporation permanente de toutes les sources de lumière radiante par cette canalisation en entonnoir. L'objectif suprême est de nourrir et étendre une subjectivité de conscience exclusive, dans la mesure où l'effort est dirigé vers la subordination de toute chose au narcissisme magnifié appartenant à la conscience dévote de l'ego, seulement intéressé par la destruction de ce qui résiste à sa domination et par la préservation d'un minimum vital de ressources capturées afin de disposer d'un approvisionnement continu de nutriment. C'est ainsi que l'être négatif au sommet de la pyramide alimentaire, au service des densités supérieures involutives par effet-miroir, le "Vénérable" Grand Maître, prend la configuration d'une présence solitaire menaçante, entité possédant le regard proverbial du basilic (le "Roi serpent") et ne détournant seulement le flot de son attention de cette infinie auto-absorption intensifiée/contractile que par faux égard envers les mondes créés. C'est l'auto-luminance narcissique du postulat de l'Ego négatif, l'Anti-Logos, le Soi autocentré de la Conscience, qui, ne pouvant pas se retirer du monde matériel de la création, doit l'absorber en lui par l'incessant besoin de cette énergie alimentant son infinie auto-contemplation. Comme l'objectif désiré de l’Être au Sommet est l'ultime destruction totale, entendant la consommation totale de même ses séides et zélotes relais, ceci explique qu'elle soit masquée aux êtres situés en dessous de lui. Et même si les niveaux inférieurs peuvent "sentir" ou "deviner" le trou noir menaçant de l'annihilation absolue lorsqu'ils montent dans la hiérarchie, les plaisirs immédiats de leurs festins frénétiques les maintiennent occupés, ce qui renforce leur refus de regarder plus profondément dans le Cœur des Ténèbres.

Alors que dans le mode "Service d'Autrui", le maître-mot est "donner". Tout le monde reçoit, et il n’y a personne en bas ni au sommet, "dans le vide". À la fin, il semble que chacun finit par servir quelqu’un d’autre, le principe étant l’intention, claire, transparente et sincère, car non manipulée. Et comme il s’agit plus d’un cercle, d’un équilibre, personne alors ne peut manquer de rien. Il convient pour le comprendre de ne pas oublier la règle physique de la conscience, qui veut que lorsqu'on sait assister une personne on disperse la gravité, alors que lorsqu’on exerce un contrôle mental ou autre sur autrui, même si l’on n’est pas conscient de drainer l’énergie de cette personne, on accumule de la gravité. On devient alors comme un trou noir, s’affaissant sur soi-même car cette voie mène inéluctablement à la dissolution...

* Cf. Compréhension structurelle de la Matrice asservissante. Voir en complément le "Manuscrit de Voynich", livre illustré anonyme rédigé dans une écriture à ce jour non déchiffrée (dite cryptographie) et une langue non identifiée, et longtemps attribué par erreur au moine Roger Bacon décédé en 1294. Il est tout naturellement présenté comme une mystification. C'est un certain Wilfrid Michael Voynich, antiquaire et bibliophile polonais, qui l'a découvert en 1912 à Frascati près de Rome dans la bibliothèque d'une communauté de jésuites. Depuis 1969, le manuscrit est conservé sous la cote MS 408 à la Bibliothèque Beinecke de livres rares et manuscrits de l’université Yale, aux États-Unis.

Cf. La nouvelle religion universelle. Il y a tout naturellement un lien entre le nombre 33 et la pyramide de Khéops, signifiant que les bâtisseurs de la pyramide faisaient partie de cette société secrète.

Voir en complément "Gods of Eden" (Les dieux de l'Eden) de l'auteur états-unien William Braley (1989).

Le nombre de consécration de la Maçonnerie Noire

La cérémonie du 30ème (3) degré de la Franc-Maçonnerie au REEA (Rite Écossais Ancien et Accepté) initie l'impétrant adepte au grade de Chevalier de Kadosh * (photo ci-contre). Si le maçon illusionné considère qu'il ne s'agit que d'une énième cérémonie symbolique dans sa progression vers l'humanisme éclairé, celle-ci "con-sacre" comme doctrine cachée *² l’œuvre mortifère de la Force des Ténèbres dans l'adoubement de ses serviteurs terrestres, la mort de l'Esprit par l'âme dévoyée et viciée. 

En frappant (figuration d'un poignardage) selon le rituel 3 crânes sur lesquels sont posés une couronne - une couronne royale, une couronne (tiare) papale, une couronne de laurier - en croyant les terrasser, l'impétrant signifie tout au contraire son allégeance aux 3 forces terrestres asservissantes et destructrices : la royauté du pouvoir temporel, la royauté du pouvoir spirituel, la royauté du pouvoir matériel ("l'Or y est"), soit le détournement de l'Ordre initiatique des Templiers protecteur de l'enseignement christique qui avait renoncé aux ors lucifériens *³.

* Le terme "Kadosh" est issu d'un mot hébreu qui signifie "sacré" ou "consacré".

La Maçonnerie Noire s'applique aux grades du 19° au 30° degré.

*³ Cf. La nouvelle religion universelle & L’Église romaine décodée.

Cf. en complément Charles Webster Leadbeater, prêtre et écrivain anglais (1854/1934), "Ancient Mystic Rites" ; Albert Mackey, médecin états-unien (1807/1881), "An Encyclopedia of Freemasonry" ; Eliphas Levi, "Histoire de la Magie".

Symbole alchimique de l'arsenic
Symbole alchimique de l'arsenic

Le nombre 33 correspond au numéro atomique attribué à l'élément chimique arsenic, noté par le symbole As. Ses propriétés intrinsèques sont aussi bien destructrices car corruptrices (de la matière comme de l'esprit) que régénératrices et évolutives pour celles et ceux qui savent le manier et l'associer à ce que de droit * ... En comprenant à quelle polarité vibre ce nombre sacré, christique ou luciférienne, l'être humain possède une clé déterminante pour l'exécution de sa partition dans le Jeu du Vivant.

* Cf. Le chemin alchimique.

 

La folle dérive mystique du 3

Dans l'occultisme, certaines pratiques se réfèrent à "l’Oracle de force astrale", une étrange méthode arithmétique censée mettre en rapport avec de non moins étranges "Petites Lumières", elles-mêmes liées aux "Trois Sages", que l’on ne manque pas de rapprocher d’autres triades plus ou moins légendaires : les Trois Sages de l’Atlantide, les Trois Druides qui créèrent le Ciel et les Dieux, les Trois Vieillards qui recueillirent la parole de Brahma, les Trois Sages qui se prosternèrent devant le berceau de Krishna, et les trois "chefs" de l’Agartha : le Brahâtmâ, le Mahâtmâ et le Mahânga. C'est cet Oracle qui, en 1925, commença à prédire pour ses praticiens dévoyés * la venue de "Celui qui Attend" — un Occidental qui n’était autre que le chef suprême de la race terrestre mutante du corpus prédateur involutif (en provenance de la constellation Orion) nommée les "Polaires" (les "Hyperboréens") ou l'"Alliance nordique", vivant dans des états transdensitaires - en l'occurrence des cavernes aménagées en cryptes depuis des siècles -, soit les Celtes aryens du "Vinland" *² nazi situé dans une vaste base souterraine sous l’Antarctique, celle-là même entraperçue par le contre-amiral aviateur états-unien Richard Evelyn Byrd lors de son exploration polaire nommée "Highjump" en 1946 destinée dans ses raisons secrètes à les y en déloger (ce qui s'est traduit par un sanglant échec *³)... Autrement dit "le dernier Avatâra, manifestation du Verbe à la fin du Cycle ou Manvantara actuel, manifestation représentée sous la figure symbolique du Cheval Blanc dans les Purânas et dans l’Apocalypse."

Nous avons pu en observer et en mesurer les conséquences pour le "bienfait" de l'humanité, Adolphe Hitler s'étant mis en communication vibratoire avec les Forces entropiques de l’Astral quand il a commencé à mélanger sa politique avec de l’ésotérisme, de l’occultisme, le conduisant à vouloir faire sur terre une race parfaite (leurs successeurs ressortent désormais sous la forme des suprémacistes blancs qui surgissent de partout). Hitler faisait en fait partie dans une de ses précédentes incarnations terrestres des "Grands Maîtres de Bélial" (l'un des 7 Rois de l'Enfer) de l'Atlantique, revenu une fois encore par sa magie noire ancienne conduire le projet destructeur des Forces des Ténèbres, en l'occurrence la destruction du peuple juif soutenu par les Forces des Lumières, et allié des États-Unis sur l'échiquier civilisationnel dans le factice combat des forces du bien contre les forces du mal illusionnant l'être humain non individué... Ces Forces contribuent ainsi à soutenir l'indispensable équilibre du fonctionnement de la planète terrestre, et ce quel que soit l'état d'inconscience vicié des Nations et de leurs représentants.

* En l'occurrence ceux de l’association Thulé, "cercle intérieur" du Germanenorden (l’Ordre des Germains), fondée en août 1918 sur l’initiative du baron Rudolph von Sebottendorf, groupement antisémite d’extrême-droite composé d'intellectuels intéressés par l'occultisme, la politique et le mysticisme racial, et dont le maître-adepte était l'activiste politique Dietrich Eckart. Ce groupe, au contact des "Antaréens" avant et pendant la Première Guerre mondiale, nom que s’attribuaient certains groupes de 4ème densité avec lesquels il était en relation, servait de façade à l'Ordre Allemand, inspiré des anciens Chevaliers Teutoniques, qui a contribué à la formation et au financement du Parti des Travailleurs Allemands. Hitler est entré en contact pour la première fois avec des membres de la Société de Thulé quand il avait vingt-neuf ans. Celui-ci reconnaîtra plus tard que cette pratique découlait de l’ancienne Franc-Maçonnerie turque et de son Ordre fondé par Hâjî Baqtâsh au 14ème siècle (ou Hâjî Bektash), à savoir une technique opérative étroitement liée à la venue du Mahdi à la fin des temps. Cf. Die Praxis der alten Tiirkischen Freirnaurerei (Leipzig, 1924 ; trad, française) : "La pratique opérative de l’ancienne Franc-Maçonnerie turque", éd. du Baucens, Braine-le-Comte, 1974.

Vinland est le nom donné par le Viking islandais Leif Erikson au territoire qu’il explora le premier autour de l’an 1000.

*³ Cet échec explique que toutes les bases scientifiques de différents pays - Russie, États-Unis, Grande-Bretagne - présents en périphérie de l’Antarctique, qui servent pour des études et pour surveiller ce qui se passe, ne sont pas implantées à l'intérieur de l'Antarctique. Il est à noter la mort "régulière" de nombre de scientifiques du climat travaillant à proximité sous forme d'expéditions, comme en 2015 celle de quatre Anglais et d'un États-unien alors en plein travail sur la couverture arctique canadienne dans le cadre d'un projet visant à représenter visuellement la gravité avec des satellites pour la zone arctique et la terre en général (ils pouvaient voir la Terre sous la couche de glace avec un genre d'outil à senseur gravitationnel, de ce fait capable de détecter des bases souterraines ainsi que les gisements d'or à proximité qui permet de transiter entre les densités), et ayant découvert certaines anomalies ou quelque chose de spécial non destiné à être révélé... En l'occurrence que la densité de la matière est aussi reliée aux réalités hyper-dimensionnelles !

La symbolique du nombre 3 qui conduit en filigrane "tous" les actes rituéliques des francs-maçons (le cadencement du ternaire) est ainsi à double tranchant, ses adeptes illusionnés n'en retenant que la partie "lumineuse" au service de l'humanisme éclairé. Ils oublient cependant que travailler sur le symbolisme occulte des nombres attire derechef de par la loi des polarités leur partie "ténébreuse" *. Ainsi l'exprime le sceau de Salomon ci-contre. Et c'est selon ce même principe qu'Adolphe Hitler serait né et qu'aurait été programmé son suicide à une date formant le nombre 333, celui-ci étant manipulé secrètement en coulisses par des forces qu'il ne pouvait maîtriser. Une fois qu'il eut rempli son rôle, il fut sciemment saboté et abandonné.

Le nombre 333 est en effet important, représentant plus encore que 33 le troisième œil, car 33,3 est exactement un tiers de 100. Si 10 (1 et 0) est le nombre "Parfait" dans le fonctionnement binaire terrestre, alors 100 est le Nombre Parfait au carré, celui du divin céleste, expliquant pourquoi il est verrouillé par le 101 par ses maîtres artificiers occultes (Cf. ci-dessous). C'est pourquoi il symbolise la mort, la résurrection et l'ascension... Autre exemple, la paume de la main est sacrée car elle mesure 3,33 pouces : elle est la paume de paix du bouddha d'Asie comme celle du salut nazi *²... Reste ainsi à savoir quelle est l'intention véritable qui préside à toute cérémonie occulte, entre l'affichée et la dissimulée, l'adepte une fois embarqué n'étant plus à même de contrôler la puissance de l'égrégore négatif à son encontre, ce qui est le cas pour toutes celles et ceux qui fréquentent la plupart des sociétés et loges secrètes !

Le 333, c’est aussi les 9 degrés de l’initiation, les 9 mois de gestation.

* Cf. La dualité décodée.

Cf. Symbolisme et artifices de la Matrice.


Il est à remarquer au centre du Jeu symbolique de 2018 la 32ème icône, revêtue d'une couleur unique (le violet du 7ème chakra, couleur de l'ordre et de la pureté) par rapport aux autres. C'est un vélo, en l'occurrence celui qui évoque le Giro d'Italia (Tour d'Italie), dont la 101ème édition * s'est tenue en mai 2018, et dont le départ était Jérusalem. Le 101 symbolise l'Arche de Noé *² comme le Temple de Salomon, avec leurs deux piliers énergétiques, le Yin à l'Est et le Yang à l'Ouest (Jakin et Boaz pour les Francs-Maçons). Son sens est double, conformément à la loi de dualité qui prévaut dans le fonctionnement de l'univers. Il indique l'indispensable équilibre à trouver en soi pour la victoire finale (l'extraction de la Matrice entropique), Jérusalem étant appelée à devenir la capitale du Nouvel Ordre Mondial en cours d'édification *³ pour tous ceux appelés à demeurer dans les filets de la prédation, ces deux piliers enfermant le 0 - le Tout primal - comme verrous mis de part et d'autre de la conscience de l'être humain...

* La première étape était longue de 10,1 km...

Cet archétype symbolique de la Bible fait référence à Noé - le Nouveau Soleil -, rescapé de l'Atlantide suite à sa chute et du nettoyage diluvien qui suivit. Celui-ci et ses compagnons inaugurent le nouveau cycle civilisationnel astral qui se déploie de l'Est à l'Ouest, et amené à se clore sous l'égide de la bannière étoilée corrompue, les (faux) États-Unis... Si l'être humain ne s'éveille pas à Qui Il Est, il ne peut devenir "Neo", sa rectification évolutive de "Noé", son pendant devenu entropique, afin de s'extraire de la cyclicité mortifère du champ astral par son retour à l'Est, là où le soleil se lève...

*³ Cf. La nouvelle religion universelle & Prophétie du changement. Ceci est confirmé par le code-barre figurant sur le sac que tient dans son bec la cigogne figurant sur la page de couverture de l'édition 2019, qui renvoie à une société de services télécoms sise à Ephrata (Pennsylvanie) aux États-Unis, autre nom utilisé par les Juifs pour nommer Bethléem, le lieu de naissance et de couronnement du roi David (et non de Jésus de Nazareth comme le pensent les chrétiens)...

Le Jeu de l'Oie alchimique - Cliquer pour agrandir
Le Jeu de l'Oie alchimique - Cliquer pour agrandir

La fin de cycle annoncée

L'agenda occulte de la Matrice asservissante est délivré par des clés ésotériques dissimulées, comme par The Economist, une publication anglaise élitaire dont les rédacteurs en chef (Zaddy Minton Beddoes actuellement comme John Micklethwaith précédemment) ont assisté à plusieurs reprises à la Conférence Bilderberg, la réunion secrète où les figures les plus puissantes du monde de la politique, des affaires, de la finance et des médias discutent des politiques mondiales *. C'est pourquoi les gens de The Economist savent des choses que la plupart des gens ignorent.

C'est ainsi que son édition 2018 comporte sur sa page de couverture 63 - 9 en réduction numérique - icônes (le 3 6 9 libératoire), comme le nombre de cases du Jeu De l'Oie, symbole du Jeu de la Vie *² par ses hiéroglyphes alchimiques (l'oie symbolise la première matière du Grand Œuvre).

La première case en haut à droite (à l'Est) est figurée par le pèlerin (Le Mat du Tarot initiatique), qui engage son chemin initiatique pour parvenir en fin de jeu (case 63) au caducée, icône en jaune (l'or alchimique), soit en retournant à l'Est ... S'il n'a pas réussi son changement de conscience par les "noces chymiques" *³, 2019 (réduction numérique 12 puis 3) annonce à l'être humain par sa page de couverture avec l'Homme de Vitruve robotisé et génétiquement modifié que "Game is over" * ! Il s'agit en effet de la 33ème édition de cette publication...

* Cf. Le modèle européen décodé (2) L'idéologie mondialiste.

Cf. Le Jeu de la Vie.

*³ Cf. Le chemin alchimique.

* Cf. Le jeu de (fausses) pistes de la Matrice.


La clé cachée de 2019 (nombre 3)

À l’automne 2019, le musée du Louvre a organisé une exposition exceptionnelle consacrée au grand génie italien de la Renaissance, Léonard de Vinci, qui mourut au Clos Lucé à Amboise le 2 mai 1519, situé à quelques pas de la résidence royale du roi de France, François Ier. Nommé par ce dernier "premier peintre, ingénieur et architecte du roi", le maître italien y avait vécu les trois dernières années de sa vie, organisant ses notes sur divers sujets scientifiques et artistiques en vue d’en publier des traités, et travaillant à ses tableaux dont il n’avait jamais voulu se séparer : la Sainte Anne, La Joconde, le Saint Jean Baptiste. C'est quelques mois avant sa mort terrestre qu'il écrivit dans son journal - récemment découvert - sa visite de l'année 2019, répondant par ce voyage à l'invitation d'un mystérieux voyageur du temps, en l'occurrence son double, son Soi supérieur, qui l'embarqua dans un périple tout au long de cette année cruciale. Il put ainsi connaître et comprendre la date de basculement de cette fin de cyclicité civilisationnelle, la cinquième de la race humaine, gangrénée et corrompue par sa folle dérive techno-scientiste, le transhumanisme *. Il en rapporta quelques croquis d'objets dans une verve prophétique qui continue d'étonner l'humain contemporain, incapable dans son langage de l'époque de les nommer des vocables usités de nos jours. Nul ne s'étonnera alors de retrouver dans le film hollywoodien Back to the Future II ("Retour vers le Futur") du réalisateur Robert Zemeckis sorti en 1989 la montre connectée, les lunettes en réalité virtuelle, la tablette tactile, les lunettes de jeu sans fil, la biométrie, la vision-conférence, les drones à usage courant, les écrans TV plats, la publicité virtuelle... soit autant d'indices disséminés sur la page de garde de l'édition 33 de The Economist. Sans oublier que ce même film avait prédit 12 ans avant les attentats de septembre 2001 sur le territoire américain !

Tout étant déjà réalisé dans le calendrier de la matrice astrale *², 2019 est bel et bien l'année de bifurcation pour les êtres humains, entre le chemin de leur destinée entropique - le faux Age d'Or - pour le plus grand nombre, et celui de la destinée évolutive, pour celles et ceux - les élu(e)s - qui seront parvenus à la transformation de leur conscience créatrice d'une Nouvelle Terre.

* Cf. Conscience du XXI° siècle.

Cf. Le cinéma de la Matrice (1) et Le cinéma de la Matrice (2) La science-réalité.

Prophétie alchimique du ternaire involutif

Dans son roman "Notre-Dame de Paris - 1482", publié en 1831, Victor Hugo décrivait l’incendie du célèbre monument qui se réalisera le 15 avril 2019, comme allumé par le feu de l'enfer projeté par la Tour Eiffel le dominant, une des épines de la couronne satanique du "Par-Isis" : "Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure. À mesure qu’ils approchaient du sol, les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes, comme l’eau qui jaillit des mille trous de l’arrosoir. Au-dessus de la flamme, les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées, l’une toute noire, l’autre toute rouge, semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel. Leurs innombrables sculptures de diables et de dragons prenaient un aspect lugubre. La clarté inquiète de la flamme les faisait remuer à l’œil. Il y avait des guivres qui avaient l’air de rire, des gargouilles qu’on croyait entendre japper, des salamandres qui soufflaient dans le feu, des tarasques qui éternuaient dans la fumée. Et parmi ces monstres ainsi réveillés de leur sommeil de pierre par cette flamme, par ce bruit, il y en avait un qui marchait et qu’on voyait de temps en temps passer sur le front ardent du bûcher comme une chauve-souris devant une chandelle." Quand on sait que l'emplacement de Notre-Dame était à l'origine celui d'un temple païen gallo-romain dédié à... Jupiter, la découverte du pilier des Nautes *³ découvert en 1711 l'attestant, avant d'être remplacé par une grande basilique paléochrétienne similaire aux basiliques civiles antiques, nous comprenons que ce monument "sacré" contribue bel et bien au déploiement du chaos de cette "fin des Temps".

Cette prophétie est celle de l'ananke grecque * (la "contrainte", "force", "nécessité fatale"), cette déesse du sort (la roue de Fortune du tarot initiatique) dans la mythologie grecque qui signifie la nécessité inévitable comme arbitre du monde dominé par la prédation astrale, les dieux asservisseurs de la 4ème dimension de conscience, qui décident à la naissance d’un homme de son destin et de la fin de sa vie, tramant le fil de sa vie et le coupant à la fin. Autrement dit la fatalité (fatum en latin), qui voit le capitaine volage de la garde Phoebus de Châteaupers (le masculin illusionné) et le disgracieux sonneur de cloches Quasimodo (son effet miroir), sous la coupe du prêtre dévoyé Claude Frollo, "triompher" par lâcheté et rancune de la belle Esméralda (le Féminin sacré), sauf si l'être humain se réveille à Ce Qu'Il Est pour en couper le lien par la transformation alchimique réalisée *², et leur reprendre par son droit divin son pouvoir d’Être souverain.

* Dans la préface de son roman, Hugo décrit le mot ananke par les paroles suivantes : "le sens lugubre et fatal qu’elles [i.e. ces majuscules grecques] renferment [...] ce stigmate de crime ou de malheur [...] rien [...] du mot mystérieux [...] rien de la destinée inconnue qu’il [i.e. le mot]

résumait si mélancoliquement". C'est pourquoi les conséquences d’ananke peuvent être pressenties par "stigmate de crime ou de malheur".

Cf. Le chemin alchimique.

Monumentale colonne gallo-romaine érigée en l'honneur de Jupiter par les Nautes de Lutèce au Ier siècle (confrérie d'armateurs mariniers marchands naviguant sur les fleuves et rivières de la Gaule sous le règne de l'empereur romain Tibère), le pilier des Nautes est constitué par l'empilement de quatre blocs ou autels mettant en scène les dieux du panthéon astral tant latins (Jupiter, Mars, Mercure, Vénus, Fortuna, Vulcain, Castor et Pollux) que gaulois (Esus, Cernunnos ...), y compris sous forme d'animaux (Taureau). Ces blocs ont été mis au jour dans les fondations de l'autel de la cathédrale Notre-Dame de Paris le 16 mars 1711 lors des fouilles entreprises pour la réalisation du Vœu de Louis XIII. Il est le symbole de la première société (personne morale) dont on ait trace à Paris, sacralisée comme telle par sa présence dans la cathédrale de la ville de la fausse Lumière... Le pilier des Nautes est exposé dans la salle du frigidarium des thermes de Cluny.

Le nombre Trois recèle un autre secret d'importance : il est le nombre de la mémoire, celle de Qui Nous Sommes, le système prédateur officiant faisant tout pour en empêcher la remontée à notre champ conscient. C'est ainsi que la trentaine - 33 ans précisément (l'âge de la mort symbolique de Jésus/Jeshua le Christ incarné) * - caractérise une génération dans l'ordonnancement des cycles civilisationnels, soit le passage de témoin à la suivante. Et au bout de trois générations (99 années - 1 siècle), la mémoire collective (familiale par exemple) s'estompe presque irrémédiablement, pour disparaître définitivement au bout de neuf générations (297 années, soit 9 en réduction numérique). Ceci permet aux élites gouvernantes relais terrestres du système prédateur trans-dimensionnel d'imposer leur vision entropique, l'histoire étant toujours écrite par les vainqueurs...

Sans travail en profondeur sur lui-même, l'être humain est ainsi appelé à demeurer l'esclave illusionné de la matrice entropique terrestre, dans l'incapacité de percer le voile de l'oubli de Sa mémoire originelle jeté sur sa conscience...

* Nous retrouvons également le 33ème degré de certaines obédiences maçonniques, signifiant la chape occulte posée sur la conscience humaine par les hauts initiés ayant atteint ce degré, et ce de manière inconsciente pour un certain nombre d'entre eux.

 

Le nombre Quatre - 4 - : la Nature divine (le Féminin sacré)

La matrice utérine magnétique (nombre 4) qui reçoit le Feu sacré engendreur électrique (nombre 3) permet de donner forme à la Création par le principe physique de gravité. C'est la "Materia prima", phénomène psychique (les ondes de forme) prenant forme dans un état dégradé selon l'état de conscience - la fréquence vibratoire - de l'observateur, l'être humain expérimentateur. Constitutif de la Nature, le terrain d'expérimentation du Vivant, le nombre 4 en assure la structuration, l'organisation et le fonctionnement.

C'est pourquoi il s’impose à chaque instant dans le déroulé de notre vie, très souvent à notre insu tellement nous y sommes habitués. Lorsque nous consultons l’heure, nous téléphonons, nous effectuons des achats, nous respectons les limitations de vitesse... il est incontournable comme marqueur d’information et d’échange. De leur côté, les banques de données qui permettent les prévisions (météorologie, élections, marchés financiers…) requièrent l’utilisation de puissants algorithmes mathématiques, nécessitant des quantités énormes de mesures et de calculs. Quelle que soit l’élaboration d’un produit, d’un service ou de tout élément participant du fonctionnement économique de nos sociétés, le recours aux nombres est indispensable. C’est pourquoi les sciences et leurs applications technologiques sont basées sur l’utilisation de nombres et de calculs, se déclinant en températures, pressions, poids et masses, charges électriques, longueurs d’onde, fréquences, gravitation, forces nucléaires, équations, calculs différentiels, tenseurs…

Le nombre est utilisé dans tous les cas comme la mesure d’une quantité. Chacun permet ainsi de mesurer une longueur, d’effectuer un trajet de telle durée, d’acheter un objet de tel prix, de demander un objet de tel poids ou en telle quantité … L’un, toutefois, exprime aussi une idée, une notion, un principe qu’il est aisé d’observer. C’est le nombre 4, qui se retrouve dans toutes les manifestations en rapport avec la Nature, lieu d’expression de notre relation à la vie...

Le quaternaire au sein de la Nature

4 éléments : l’air, l’eau, la terre, le feu

4 dimensions dans notre univers terrestre : trois dimensions spatiales (longueur, largeur, hauteur - 3D -) et une dimension temporelle (4-D)

4 angles égaux (4 angles droits) formés par la direction verticale (le Ciel) et la direction horizontale (la Terre)

4 forces fondamentales dans l’univers : force gravitationnelle, force électromagnétisme et deux types de forces nucléaires (forte et faible)

4 saisons : printemps, été, automne, hiver

4 règnes : minéral, végétal, animal, humain

4 états de la matière : solide, liquide, gazeux, plasma

4 éléments chimiques à la base de la vie : l’hydrogène, l’oxygène, l’azote, le carbone

4 directions fondamentales pour se repérer à la surface de la Terre (points cardinaux) : Nord ; Sud ; Est ; Ouest

4 membres pour les animaux les plus évolués (primates)

4 étapes pour la vie terrestre : la conception, l’incarnation (au milieu de la gestation), la naissance, le décès

4 périodes pour la vie terrestre : l’enfance, l’adolescence, l’âge mur, la vieillesse

4 groupes sanguins humains de base : A ; O ; B ; AB

4 marées toutes les 6 heures * (à l'échelle du globe, soit 2 par hémisphère de 12 h chacune), montantes et descendantes en alternance

C'est ainsi que la Tradition indique que "La Divinité est un arcane, un Feu vivant (ou mouvant), et les éternels témoins de cette Présence Invisible sont la Lumière, la Chaleur et l'Humidité", cette trinité incluant tous les phénomènes de la Nature et en étant la cause.

* Cf. symbolique du nombre 6. Les 4 marées terrestres se succèdent toutes les 6 heures, épousant les cycles lunaires en corrélation avec le lever ou coucher du soleil.

Le nombre 4 exprime une notion, un principe, une qualité, une force énergétique, celle qui structure l’univers, répandant son énergie et ses vibrations dans le cosmos pour la création, le développement et l’entretien de ce que nous appelons la Nature. A cet effet, il a été représenté par toutes les religions sous différentes formes. Ainsi dans le christianisme, les quatre évangélistes* du Nouveau Testament sont les quatre éléments nécessaires au fonctionnement de l'Univers, associés à un archétype, une planète, un élément, une énergie et un attribut.

* Le symbole des quatre évangélistes ne s'est pas imposé d'emblée aux chrétiens tel que nous le connaissons aujourd'hui. Ils ont au départ rapproché les quatre évangélistes des quatre grands prophètes (Isaïe, Jérémie, Ézéchiel, Daniel), puis des quatre pères de l'Église (St Augustin, St Ambroise, St Jérôme, St Grégoire le Grand), et des quatre fleuves du paradis.

Évangéliste

 

Archétype

 

 Planète

 

Élément

 

Énergie

 

Attribut

Marc

 

Lion

 

 Mars ou le Soleil

 

 Feu

(électromagnétisme)

Sexuelle 

 

Majesté

Matthieu

 

Verseau, Homme ou Ange

Vénus, la Lune ou Neptune

Eau

(force de gravitation)

Émotionnelle

 

Souplesse

Jean

 

Aigle

 

 Jupiter ou Mercure

 

 Air

(force nucléaire -)

Intellectuelle/mentale

 

 Justice

Luc

 

Bœuf/Taureau

 

 Saturne

 

 Terre

(force nucléaire +)

Physique

 

Force


La tradition chrétienne découle des quatre gardiens du monde ou quatre porteurs du ciel disposés aux quatre coins du firmament de l'ancien Orient, images qui reposent sur les symboles stellaires du zodiaque de la "croix fixe" qui sont le taureau, le lion, le scorpion et le verseau (le scorpion étant remplacé par l'aigle et le verseau par l'homme chez les chrétiens). Ce découpage quaternaire tire son origine des quatre éléments, du dualisme entre les forces amies et ennemies de l'homme : Le Feu (le lion, l'énergie sexuelle) et l'Eau (le verseau ou l'homme, l'énergie psycho-émotionnelle) d'un côté lui sont bénéfiques, la Terre (le taureau, l'énergie physique) et l'Air (le scorpion ou l'aigle, l'énergie intellectuelle ou mentale) de l'autre côté lui sont hostiles.

C'est ce que figure la structure du Sphinx qui, comme celle des pyramides sur le site de Gizeh en Égypte, est liée aux constellations. Toute la surface du site est en relation avec le Zodiaque, le Sphinx pointant dans la direction de l'actuelle constellation du Lion. Il est un "chérubin chimérique", figure que l'on trouvait en Mésopotamie, combinant le corps d'un Taureau, les pieds du Lion, les ailes et la poitrine d'un Aigle et une tête d'un Homme portant une mitre (coiffe) avec six cornes. Ces symboles alchimiques sont également en association avec les quatre éléments (feu, terre, air, eau). Le Sphinx, le regard tourné vers l'est, incarne le verrouillage du temps par les quatre constellations cardinales du zodiaque. Ces quatre coins du cosmos que sont le Lion, le Taureau, le Scorpion et le Verseau forment une croix centrée sur l'immobile étoile Polaire. C'est la plus grande icône de l'Antiquité, un monument qui commémore la première fois où les quatre éléments se sont réunis, quand la matière a pu enfin devenir solide, que la conscience lui fut enfin rattachée, que les lois de la physique s'organisèrent, et que la datation put être clairement établie.

Ceci entend que les douze signes du zodiaque sont une illusion destinée à égarer l'être humain, à le priver de découvrir en lui la clé de sa libération du faux calendrier astral saturnien institué par ses maîtres prédateurs pour le "dévorer". C'est le secret - le "treize ors" (trésor) - qu'a caché Léonard De Vinci dans son célèbre tableau La Cène (en italien "L'Ultima Cena", soit "le Dernier Souper"), qui représente le cycle annuel du Soleil de façon astrologique, voyant les apôtres regroupés en quatre groupes (saisons) de trois *. Autant dire que consulter un astrologue (comme tout autre magicien de l'illusion archontique type tarologue) pour connaître son avenir ne peut en aucune façon permettre sa libération de la Matrice d'asservissement terrestre, tout au contraire de s'y ancrer !

* Cf. L’Église romaine décodée.

 

Clé de compréhension

Le symbolisme du Sphinx est celui de la représentation d'un cadran d'une horloge au pied de la grande pyramide qui le domine de toute sa puissance luciférienne imposante. Ce cadran indique par 4 archétypes le temps constitué par les éléments générateurs du Vivant : le Lion pour le Feu est à midi (12 heures), le Scorpion ou l'Aigle pour l'Air est à 3 heures, le Verseau ou l'Homme pour l'Eau est à 6 heures, le Taureau pour la Terre est à 9 heures. Ce n'est qu'en s'émancipant par son propre travail de rectification intérieure de l'horloge du temps astral, celui de la "père-version", soit l'espace-temps figé et cadencé asservisseur (le temps saturnien qui dévore ses enfants), que l'être humain peut basculer dans le Temps-Espace universel, l'"effet-mère", redevenant ainsi maître de la création par cette alchimisation des quatre éléments. C'est la quintessence libératoire, l'obtention du cinquième élément lui permettant de passer dans une nouvelle dimension de réalité, la "5-D" !

Ces quatre piliers sont les quatre marches à franchir pour l'éveil de la conscience et la mise en œuvre du processus d'Ascension *, le franchissement des trois  premiers piliers faisant alors surgir le quatrième - la conscience christique - jusqu'alors dissimulé.

Le premier pilier nécessaire est celui d'une volonté de lion et d'un courage à toute épreuve, comme les symbolisent tous les héros dans leur mythe respectif (Ulysse, Hercule, Jésus, Arthur...).

Le second est la force du taureau pour parvenir à l'équilibre harmonieux en soi de ses polarités masculine (nombre 3) et féminine (nombre 4), symbolisé par un cercle ou vortex énergétique (Cf. image) qui offre la possibilité d'allier ces deux énergies complémentaires pour expérimenter par le sept l'équilibre en mouvement *².

Le troisième est la recherche assidue de la Connaissance, pour aiguiser tel l'aigle toujours davantage son discernement, notamment concernant les ruses infinies des prédateurs de l'entropie.

Le quatrième est la mission de l'humain sur terre, s'élever au Soi supérieur divin, sa supraconscience, en comprenant qu'il est Ange, et ce par la fusion et l'intégration par l'expérimentation des trois piliers précédents, le triptyque Volonté-Amour-Intelligence. C'est alors la quintessence, celle du sept accompli (3+4), soit le passage à l'immortalité !

* Quatre, nombre des éléments, est le nombre de portes que doit franchir l'adepte de la voie mystique selon la tradition des Soufis et des anciennes congrégations de derviches turcs. A chacune des ces portes est associé un des quatre éléments, dans l'ordre de progression suivant : air, feu, eau, terre.

La doctrine Soufi est en effet partie du postulat selon lequel ce que nous nommons Réalité n'est qu'un reflet (irréel donc) de la seule Réalité, divine et transcendante, cachée par le voile de dualité qui sépare le non-croyant de Dieu.

* Cf. Le chemin de l'Ascension.

Cf. Conscience et dépassement de la Matrice sexuelle.

 

Ce parcours initiatique se retrouve dans nombre de Traditions. Ainsi dans le Livre des Morts en Égypte antique, qui voit un procès où le "défunt" - l'impétrant qui meurt à lui-même (la crucifixion de Jésus pour les chrétiens) - doit comparaître pour faire reconnaître ses droits à la vie éternelle (l'ascension de conscience) par la pesée du cœur, dont la pureté d'intention et d'amour de l'UN - le mode "Service d'Autrui" - est déterminante. Confronté à un "accusateur" divin - le Soi supérieur lorsque l’Âme est unifiée de ses polarités masculine et féminine - l'impétrant est jugé à l'aune de la Maât, la déesse de la vérité et de la justice, devant rendre compte par l'intermédiaire du fils Horus à Osiris (ou à Rê) le Père de ses actions et de sa manière de vivre sur terre. Si la pesée des polarités opposées +/- est déséquilibrée par la plume (air) mise par la Maât sur la balance, l'âme du "défunt" est dévorée par Âmmout, "la dévoreuse des morts", déesse représentée avec un corps d’hippopotame (terre), une tête de crocodile (eau) et des pattes de lion (feu). Elle est la version kémite du dragon de l'alchimie traditionnelle occidentale, l'archonte prédateur logé dans l'inconscient et qui nous maintient dans le royaume des morts-vivants tant que nous ne l'avons apprivoisé et transmuté.

Si la pesée des polarités opposées +/- est équilibrée de manière juste - leur union a été réalisée pendant la traversée des ténèbres (les trois jours au royaume des morts ou des enfers pour les chrétiens) -, alors le "mort" à son égo ressuscite et ascensionne, et par là-même peut quitter la Matrice involutive (dominée par Seth, Saturne, Satan...) et les boucles cycliques du karma *... Nous en retrouvons les éléments dans la Passion de Jésus-Christ telle que racontée par Le Nouveau Testament.

* Cf. Le cheminement de l’Âme.

 

La mise en quarantaine, ou le retour à l'état naturel

La quarantaine, terme attesté en français depuis les années 1180, signifie "espace de quarante jours". Il est le fait de mettre à l'écart des personnes, des animaux ou des végétaux durant une certaine période. Cet isolement sanitaire forcé, qui avait pour but d'empêcher la transmission de maladies supposées contagieuses, est toujours utilisé en cas de suspicion de ce type de maladies. Il renvoie dans la Bible à la pluie qui tomba sur la terre quarante jours et quarante nuits (livre de la Genèse), au livre de l'Exode dans lequel les Hébreux voyagent pendant quarante ans dans le désert après avoir traversé la mer Rouge. aux fameux 40 jours du Christ poussé par l'Esprit dans le désert dans lequel il est tenté quarante jours durant par Satan, vivant parmi les bêtes sauvages, avec des anges qui le servent. De son côté, la tradition ésotérique enseigne que certaines unités de conscience se dissipent sur une période de 40 jours après la mort, à moins que l’individu n’ait cristallisé une âme individuée pour préparer sa nouvelle incarnation.

La mise en quarantaine est le passage nécessaire dans le processus d'éveil à la conscience de Qui Nous Sommes vraiment. Il correspond à cette période inévitablement douloureuse pendant laquelle nous allons regarder et affronter nos démons prédateurs intérieurs et cesser de les projeter à l'extérieur. Notre résistance égotique tel Satan va tout faire pour nous amener à renoncer, créant des illusions - conjugaison de promesses et de frayeurs - quant à l'aspect inutile de cette démarche. Il faudra une très grande force de caractère pour ne pas renoncer, ce dont bien peu d'êtres humains sont capables. C'est pourquoi les textes sacrés disent qu'il y a beaucoup d'appelés (par le Soi supérieur) et peu d'élus qui parviennent à traverser le chas de l'aiguille...

Le quaternaire alchimique

Les quatre Œuvres de la démarche alchimique permettent à l’Être humain de réaliser sa transformation intérieure, afin de récupérer la pleine puissance de son énergie créatrice et d'évoluer dans une autre dimension de conscience comme de réalité * : conscientisation (l’Œuvre au Noir ou Nigredo) - libération (l’Œuvre au Blanc ou Albedo) - unification (l'Œuvre au Jaune ou Citrinitas) - guérison (l'Œuvre au Rouge ou Rubedo).

Quant au philosophe arménien Georges Gurdjieff (1866/1949), il considère la "Quatrième Voie" comme le mode d'éveil de conscience le plus puissant pour l'être humain afin de se libérer du pouvoir de ses automatismes et de son inconscience, les trois premières voies - celle du fakir par la maîtrise du corps, du moine par la maîtrise des émotions, du yogi par la maîtrise des pensées (intellect) - étant chacune limitée par le centre de gravité correspondant.

* Cf. Le chemin alchimique.

 

Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Ils sont mentionnés dans le Nouveau Testament, au sixième chapitre du livre de l'Apocalypse (6, 1-8), remaniement de deux visions de Zacharie, un prophète de l'Ancien Testament. Leur chevauchée inaugure le commencement de la fin du cycle civilisationnel, car ils apparaissent lorsque l'Agneau, figure de Jésus ressuscité (la conscience christique de l'être humain éveillé à Qui Il Est vraiment), ouvre les quatre premiers sceaux. Bien qu'ils paraissent se succéder dans le temps, le dernier verset semble suggérer que leurs chevauchées sont simultanées : "Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par le glaive, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre."

Chacune de leur couleur porte la spécificité de l'épuration terrestre : le Cavalier Blanc en assure la mise en œuvre par la Puissance ; le Cavalier Rouge Sang apporte le conflit entre les peuples par la Violence de sa Grande Épée ; le Cavalier Noir amène la stérilité des terres et l'amaigrissement des bêtes et des hommes par la Famine ; le Cavalier Blême amène la maladie par sa Faux, puis met fin à toute vie sur la Terre des hommes *.

"Quand il ouvrit le quatrième sceau,

j’entendis la voix du quatrième être vivant qui disait : Viens.

Je regardai, et voici, parut un cheval d’une couleur pâle.

Celui qui le montait se nommait la mort,

et le séjour des morts l’accompagnait.

Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre,

pour faire périr les hommes par l’épée,

par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre."

Apocalypse (Révélation) 6 : 7-8

Si l'ensemble de ce passage (le sixième chapitre) a reçu des interprétations très variées, il traduit sans conteste la nature du processus alchimique préalable à toute renaissance salvatrice, l'avènement de la conscience christique libératrice (Blanc) passant par la douloureuse épuration (Noir et Blême) avant que de couper la tête au dragon pour faire jaillir son sang et renaître au Feu de l'Esprit (Rouge).

C'est ce cheval dont la sculpture (10 mètres de haut en fibres de verre, qui a les veines qui ressortent de son corps et des yeux rouges démoniaques qui brillent dans le noir) accueille le passager ou visiteur au sinistre Aéroport International de Denver, qui livre les clés de cette fin de cyclicité. Cf. Le jeu de (fausses) pistes de la Matrice.

 

Le nombre Cinq - 5 - : l'Amour

 

Quelles que soient les suites de nombres de base utilisées (hors le 0) – suite continue, suite en colonnes, suite des nombres impairs -, le nombre 5 se trouve toujours au centre, point d’équilibre de l’édifice. Il constitue à ce titre ce qu’il y a de plus important dans le fonctionnement de la Création, et tout particulièrement pour les hommes, l’Amour. C’est ce que le Christ Jésus a enseigné avec clarté, rapporté dans Marc 12 : 30-31 :

12: 30 Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.

12: 31 Voici le second (commandement) : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là.


Le nombre 5 est donc celui de l’Amour universel issu du Créateur cosmique, qui protège, guide, apaise, guérit et cherche à faire le bien de toutes les créatures et de tous les éléments, qu’il s’agisse d’une pierre, d’une plante, d’un animal, d’un être humain, d’une planète, d’une constellation... Le nombre sacré 5 est l’Amour, pur, juste et sévère. Car l’Amour véritable c’est "la main de fer dans le gant de velours", qui oblige ainsi à se diriger vers le haut, c'est-à-dire à sortir de sa gangue pour s’élever.

L’observation scrupuleuse de l’univers permet d’y découvrir les manifestations de l’Amour de Ce Qui Est, ce que les artistes n’ont cessé de magnifier dans leurs œuvres respectives. C’est tout particulièrement le chef d’œuvre du corps humain terrestre, " outil " nécessaire à l’évolution de l’esprit lorsqu’il est plongé dans la matière terrestre pour expérimenter la Création. Ainsi la conception d’un enfant passe par une phase de gestation du corps en formation dans le ventre maternel. A son milieu, au cinquième mois, l’embryon est suffisamment constitué pour se préparer à l’arrivée extérieure, l’âme commençant à se manifester par les premiers mouvements.

Quant à la forme générale du corps humain, Léonard de Vinci a parfaitement mis en évidence dans ses dessins et croquis ses cinq extrémités (extrémités des bras et des jambes et sommet de la tête). Cette configuration, inscrite dans un cercle (l'Univers) et un carré (la Terre), a été immortalisée par le Maître italien dans un célèbre croquis inspiré des travaux de l’architecte romain Vitruve.

Au moyen de ses cinq sens physiques, l’être humain fait l’expérience de la Nature (le nombre 4) qu’il complète progressivement par l’ouverture de ses sens subtils. Au contact de celle-ci nait l’Amour de l'Œuvre divine. Ceci est particulièrement visible chez les jeunes enfants, qui éprouvent un amour pur, ardent et sincère pour tout ce qui la compose (pierres, sable, eau, plantes, animaux…). C’est pourquoi numériquement le 5 succède au 4.

 

L’Homme (Anthropos) de Vitruvius, canon attribué à Léonard de Vinci

Anagramme de Léonard de Vinci : "le don divin créa"

L’Homme de Vitruve attribué à Léonard de Vinci a été également réalisé à partir du nombre dit d’or. Il met en exergue les parfaites proportions de l'Anthropos (l'être humain dans son genre masculin et son genre féminin) au sein de l’espace (la sphère) qui permettent son juste alignement, vertical comme horizontal :

plante des pieds – nombril ; nombril – sommet du crâne = a/b = ф

plante des pieds – genoux ; genoux – pubis = c/d = ф

pubis – sternum ; sternum – base du cou = e/f = ф

  base du cou – yeux ; yeux – sommet du crâne = g/h = ф

Sa tête est orientée vers les étoiles, ses pieds sont bien ancrés dans la matière (le carré), le centre se situant au niveau de son nombril (au niveau de son sexe s'il serre les talons). Il rayonne, la lumière (la conscience) pénétrant à travers lui, via l’esprit, la matière dans laquelle il est ancré par le corps, et qui le circonscrit tant qu'il ne la transcende pas. Sa conscience est un processus d'aller et retour, un échange d'information entre le vide quantique et la structure atomique de son corps. Tout l'ensemble reflète l’harmonie, l’unité et l’indivisibilité.

Cette représentation éclaire la relation de l'Homme à la Vie, le moi étant étiré sur le Soi. En épousant gracieusement sa dynamique fluide, en se laissant guider par sa subtile rythmique, il interprète avec maestria son ballet d’harmonie. Tour à tour scénariste, producteur, réalisateur, acteur et spectateur, le but de chaque être humain dans son expérimentation terrestre est ainsi d’équilibrer l’énergie de la manifestation physique du corps avec celle de l’esprit créateur.

La main humaine, instrument privilégié pour manifester et donner de l’Amour

Avec ses cinq doigts, la main humaine (hu-MAIN) * présente sous une forme bien visible la présence de l’Amour. La main est en effet reliée à l’Amour car elle bénit, caresse, guide, console, encourage, guérit. La mère caresse son bébé pour le consoler et le tranquilliser. Nous mettons la main sur la tête d’un enfant pour lui témoigner l’Amour que nous lui portons. Nous serrons la main d’une personne que nous aimons (à condition que notre poignée de main ne soit pas devenue un geste mécanique et sans vie comme c’est souvent le cas). Lorsque nous voulons aider quelqu’un, nous disons que nous lui " prêtons main forte ". Nous mettons une main sur l’épaule d’une personne souffrante pour l’encourager et lui témoigner notre amitié. D’un geste de la main, nous saluons une personne de loin. Le magnétiseur ou le guérisseur pratiquent l’imposition des mains pour soulager leur patient. Et ainsi de suite car c’est inépuisable.

Par nos deux mains dont l’addition 10 ramène à 1 (1+0), nous obtenons le nombre de la Force divine. C’est ainsi que, en joignant nos deux mains pour prier, nous nous préparons pour la réception de cette Force que le Très-Haut renouvelle chaque année à la Pentecôte, jour sacré de l’épanchement du Saint-Esprit, se produisant au mois de mai, le cinquième de l’année.

* C'est ce qui différencie l'humain d'autres espèces humanoïdes qui ne possèdent pas cette spécificité biologique, même si nombre d'êtres humains d'apparence physique ne sont pas (encore) dotés des propriétés de l'âme, la conscience du Soi supérieur (Cf. Les acteurs de la Matrice falsifiée).

Sa figure géométrique est le Pentacle, figurant l’homme qui tente de retrouver l’équilibre en se centrant. Figurant l’union du pair et de l’impair, du masculin et du féminin, il est l’emblème de l’immortalité, l’apex (pointe, sommet) de la pyramide, l’élément de l’Éther.

Être multidimensionnel, en route vers la 5ème dimension

Par définition, chaque organisme vivant est un assemblage de plusieurs dimensions simultanées sinon il ne pourrait exister, tout simplement. Ainsi la matière est la première dimension, celle du corps physique composé de multiples parties s’imbriquant les unes dans les autres, toutes solidaires entre elles. Il est l’enveloppe de notre singularité biologique, dite l’égo *, le moi personnalité, la plus basse vibration par son ancrage dans la densité. La seconde dimension est ce qui l’anime, appelé corps énergétique (ou éthérique), le corps de la santé, du souffle de vie. Il demande un entretien régulier en qualité, pour ne pas le détériorer par des méthodes et contenus toxiques (tabac, alcool, sucres, malbouffe…). Ainsi le corps physique est comparable à un moteur électrique qu’alimente le corps énergétique (l’électricité), lui permettant de bouger et de se manifester au sein d’un environnement matériel.

La troisième dimension est celle du corps mental, permettant l’action du corps et son guidage dans son environnement matériel. Il est au service de la quatrième dimension, celle de l’Âme, de "l’enfant intérieur", soit le corps émotionnel – celui du cœur - lié aux sentiments éprouvés dans l’action. La difficulté vient du fait que le sentiment est au contact de l’égo-mental, pouvant être pollué par celui-ci. Comme l’égo ne peut avoir la mainmise sur nous sans les émotions, il manipule le mental selon ses voies attachées à la survie du "petit moi", les émotions allant ainsi dans la même direction… Tout l’art consiste à se défaire des émotions délétères pour créer des sentiments nourrissant notre bien-être, notre harmonie et notre paix intérieure, qui ne peuvent être compatibles avec la colère, le ressentiment, l’énervement, l’impatience issus de l’égotisme, symbole de la séparation… Cette quatrième dimension est charnière pour se détacher de l’état de séparation, avec ses peurs, ses souffrances, ses états d’âme. Pour en sortir, la conscience de l’individu doit lui permettre de reconnaître que ce n’est pas lui qui décide de la destination, son rôle premier étant de conduire avec dextérité et sérénité sa singularité au sein de la dualité *² par le juste équilibre. Il ne peut s’atteindre que par l’amour inconditionnel, source de joie et de paix. La vibration du cœur fait tourner le compteur de notre richesse intérieure, qui se répercute inévitablement à l’extérieur.

Le corps mental constitue ainsi le support du moteur électrique qu’est le corps physique, au sein duquel circule l’énergie que sont les sentiments, le corps émotionnel, "sous-produit" du corps de sentiment qu’est l’âme ou l’enfant intérieur.

La cinquième dimension est un corps composé de l’esprit créateur, alimenté par le courant issu du rêve, de l’intuition ou assimilé. Il est nommé corps atmique, lui-même en relation avec le corps dit spirituel ou "petit Soi", moteur d’une conscience vibratoire nettement plus élevée que le précédent.

Ces multi dimensionnalités sont emboîtées les unes dans les autres comme des poupées russes dimensionnellement distinctes mais vibratoirement reliées. C’est en raccrochant les opposés complémentaires de la dualité par l’amour inconditionnel, sans jugement, et dans l’acceptation pleine et entière de tout ce qui nous habite que nous pouvons aspirer à retrouver l’Unité. En nous nous aimant le monde nous appartient, notre unicité nous permettant d’être le Tout. Nous en sommes chacun une facette de vie, qui donne la plus grande lumière au diamant appelé La Source. Elle est à l’image du moteur électrique dont nous sommes la vibration qui le parcourt. Nous sommes à la fois dans toutes les dimensions précitées par notre conscience.

* Cf. Décryptage de l'Ego.

Cf. La dualité décodée.

 

Le nombre Six - 6 - : la Puissance

Il existe une puissance capable d’édifier et de bouleverser l’ordre de la nature, de sculpter les paysages, de promouvoir le développement des espèces vivantes et de provoquer leur disparition une fois leur rôle accompli. Cette puissance est capable de fendre la roche la plus dure, d’aplanir les plus hautes montagnes, de provoquer la désintégration d’une étoile. Cette puissance, c’est le temps, intimement relié au nombre 6, le premier livre de la Bible - la Genèse, qui signifie le commencement - relatant la création du monde en 6 "jours", c’est-à-dire en 6 périodes.

Le temps est un élément incontournable des sciences fondamentales, ces dernières étant dans l’incapacité de lui donner une définition précise, la physique n’en comprenant ni la signification, ni le rôle, ni la fonction mécanique *. Comment en effet le monde pourrait-il se créer au fur et à mesure que le temps s’écoule dans le présent ? Perçu généralement par l’être humain comme une ligne rectiligne allant à l’infini, linéaire, chronologique, uniforme et donc quantifiable, ce qui est une réalité incontestable de la dimension limitée 4-D *², la théorie de la relativité d’Einstein a réfuté l’idée selon laquelle le temps est une constante universelle. Le temps est une vibration limitée sur la corde de l’espace infini, dépendant dans son appréciation de la conscience de celui qui le perçoit. Lorsque l’on se déplace dans l’espace, ce n’est pas à travers quelque chose de vide n’ayant aucun effet sur nous : le temps est mû par une forme d’énergie qui forme la trame temporelle. Mais comme nous avançons à une vitesse plus ou moins constante, notre expérience et notre ressenti du temps demeurent stable et uniforme. De son côté, la physique quantique montre que des événements séparés par le temps peuvent être corrélés, intriqués, sans qu’aucune causalité n’intervienne. Le temps est en fait spatial, indépendant de la causalité. Il est un, unifié, simultané, Tout Puissant.

* Cf. Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ?

Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

Cf. en complément Évolution de civilisation (2) Les synchronicités de l'Histoire.

La civilisation sumérienne s'est distinguée par un développement très poussé des mathématiques, à partir d'un système sexagésimal, basé sur le nombre 60, plutôt que notre système décimal fondé sur le nombre 10. C’est à cette civilisation que nous devons la division du cercle et du ciel en 360 degrés et la division des heures en 60 minutes puis en 60 secondes. Si les Sumériens ont choisi le nombre 60 comme base, c'est qu'ils en connaissaient toute la puissance.

Aujourd’hui encore, la mesure du temps est basée sur le chiffre 6. Le cadran d’horloge, en forme de cercle (Cf. figure 1), est divisé en 6 puis en 12 par la séparation de chacune des six parties en deux. Nous divisons aussi 1 heure en 60 minutes et 1 minute en 60 secondes.

Le cercle se laisse naturellement diviser en 6. En effet, pour le diviser en 6, il suffit de choisir un point de départ - le point A -, de prendre pour ouverture du compas la mesure du rayon du cercle, et de reporter cette mesure six fois sur le cercle. De cette façon, nous obtenons les points B, C, D, E et F puis, pour le 6ième report, nous retombons exactement sur le point A.

Cette figure est riche de significations et laisse apparaître un hexagone régulier contenant 6 trigones, soit 6 triangles équilatéraux (Cf. figure 2). Il permet de constituer également deux tétraèdres, un de nature féminine – pointe vers le bas - et l’autre de nature masculine – pointe vers le haut - (Cf. figure 3). Ces deux tétraèdres dessinent un hexagramme, dit également Sceau de Salomon ou Étoile de David, soit la figure d’une étoile (Cf. figure 4).

Cet hexagone étoilé représente l’alliance entre le divin (le triangle dont la pointe est en haut) et l’humanité terrestre (le triangle dont la pointe est en bas). Le triangle divin s’élargit en descendant *, signifiant que la force divine s’épanche de la pointe supérieure pour illuminer l’univers et l’humanité terrestre, l’autre triangle signifiant que l’humanité terrestre cherche la voie de remontée " vers le haut ". Il permet également de comprendre le fonctionnement du Temps et de l'Espace *², et la façon dont les forces involutives l'ont manipulé pour empêcher les êtres humains de s'extirper de la matrice asservissante astrale, soit leur Caverne d'esclavage.

* Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

Cf. La falsification de la réalité en 3-D.

L'hexagone, cette forme répétée dans chaque cellule, est la plus efficace du cosmos. Par son exactitude géométrique elle ne laisse aucun espace vide entre chaque rayon. C'est pourquoi les forces avec lesquelles la Terre crée ces cristaux hexagonaux se trouvent en chaque être humain, puisque le corps humain est plein de quartz sous forme soluble. Notre survie dépend du fait que le corps s’efforce continuellement de former des cristaux à six faces. Il est à noter que le quartz peut se cristalliser en un système hexagonal, comme la glace. On retrouve la forme hexagonale sur le pôle Nord de Saturne dit " hexagone de Saturne " de par son motif nuageux hexagonal *. Saturne étant pour l'initié Satan, l'archétype latin des Forces des Ténèbres, c'est dire si sa puissance entropique domine les affaires terrestres, son vortex isolé au-dessus de son pôle Sud constituant cependant le trou de ver libérateur et salvateur pour l'initié accompli *²...

* Il a été découvert par l'une des sondes du programme Voyager en 1981. Selon les observations du télescope spatial Hubble, il n'y a pas d'hexagone au-dessus du pôle Sud de Saturne, mais un vortex isolé (qui existe également au centre de l'hexagone au pôle Nord).

Cf. Le chemin alchimique.

 

 

Structuration de l'espace

Si le nombre 6 structure le temps, il structure aussi l’espace par l'axe des 6 directions. Aussi, dans le langage scientifique actuel, nous pourrions dire que l’espace-temps est structuré par le nombre 6.

 

 

Structuration des couleurs

Le 6 structure également notre perception humaine des couleurs *, les 3 couleurs dites primaires - rouge, jaune et bleu – et les 3 couleurs secondaires - orange, vert et violet -, correspondant chacune à un centre de conscience autrement appelé chakra *² .

* Trois couleurs sont primaires entre elles si aucune des trois ne peut être reproduite par un mélange des deux autres.

Fonctionnement du corps biologique.

Structuration des sons

Il en est de même pour la gamme musicale * et les tempéraments des sons, et ses 12 notes dans la gamme dite de Zarlino *².

* La gamme musicale, placée entre les limites d'une octave (on entend par octave le doublement des vibrations), comprend sept tons et cinq demi-tons.

Gioseffo Zarlino (1517–1590) fut le premier à reconnaître l’importance de la tierce majeure comme intervalle fondateur de l’harmonie. Il a élaboré une gamme naturelle en reconnaissant une place importante à l’intervalle de tierce "pure", et plus généralement aux intervalles purs, c’est-à-dire correspondant à un rapport de fréquence s'exprimant par une fraction simple.

 

De la création musicale de l'Univers et de notre galaxie solaire

La gamme musicale, placée entre les limites d'une octave (on entend par octave le doublement des vibrations), comprend sept tons et cinq demi-tons, ainsi que deux demi-tons déficients * placés pour l'un entre les notes MI et FA, et pour l'autre entre SI et DO. Le caractère de la progression des vibrations se fait d'une manière discontinue, correspondant à la Loi divine dite de Sept (Cf. le nombre 7), ou Loi d'Octave. Comme tout phénomène existant existe dans le Temps, il est par conséquent mouvement, dont la discontinuité est exprimée en fractions et en nombres entiers et, d'autre part, par la courbe de discontinuité d'une octave musicale.

En parallèle, l'action de l'Absolu qui créa l'Univers voit son existence à tous les échelons être assurée par une deuxième Loi divine, la Loi de Trois (Cf. nombre 3). Celle-ci se développe aussi dans le Temps, donc suivant la Loi de Sept. C'est pourquoi le Rayon de Création, progressant de l'Absolu jusqu'aux satellites des planètes, et jusqu'à la Lune pour la galaxie solaire de la Voie lactée, suit nécessairement la cadence de l'octave. Il est nommé dans la Tradition la Grande Octave, ou l'Octave Cosmique. C'est une octave descendante. Nous en retrouvons la mise en œuvre dans les noms des notes de la gamme musicale qui fut établie par le bénédictin italien Guido d'Arezzo (995-1050 environ), qui utilisa l'hymne à saint Jean-Baptiste, composé deux siècles auparavant par le moine bénédictin, historien et poète lombard du VIIIᵉ siècle Paul Diacre (vers 720-vers 799). L'hymne à saint Jean-Baptiste est ainsi conçu : UT queant laxis REsonare fibris MIra gestorum FAmuli tuorum SOLve polluti LAbii reatum Sancte Johannes, signifiant Pour que tes fidèles puissent de toutes les fibres (de leur âme) chanter les merveilles de ta vie — purifie leurs lèvres souillées (du péché), ô saint Jean !

Nous pouvons ainsi comprendre le parfait ordonnancement musical de Ce Qui Est, à l'échelle universelle comme de chaque galaxie solaire, chaque note ayant sa juste place pour sa juste résonance :

DO - Dieu, l'Absolu, le Soleil central (DOminus)

SI - Ciel étoilé, l'ensemble de tous les mondes (SIdereus orbis)

LA - Notre grand Monde, La Voie lactée (LActeus orbis)

SOL - Soleil (SOL)

FA - Monde planétaire ou astral, agissant sur notre destinée (FAtum)

MI - Terre, monde imparfait régi par la dualité entre Bien et Mal - le microcosmos (MIxtus orbis)

RE - Lune, la régente du sort des humains (REgina astris)

A défaut de connaître, de comprendre et de maîtriser sa partition évolutive, soit de "chanter" juste  - penser, parler, agir -, l'être humain ne peut que subir les couacs disgracieux qui le privent de l'accès à la symphonie suprême !

* Ils correspondent à la notion du Destin (Fatum pour les Anciens), soit la bifurcation ou tendance à la déviation involutive pour l'être humain illusionné gouverné par les Forces de l'Astral, autrement dit le corpus prédateur de la 4ème dimension de densité, dans la mesure où la puissance du Rayon de Création est atténuée dans sa progression descendante.

Cf. En complément Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

 

La puissance de l’eau

Rien ne résiste à l’assaut des vagues, au courant d’un fleuve tumultueux. Sous forme de glace, l’eau fait éclater les rochers, forme des icebergs capables de couler les plus puissants navires, dévale les pentes montagneuses sous forme d’avalanches. L’examen au microscope des cristaux de neige enseigne que si leurs formes diffèrent, chacun cependant comporte exactement 6 axes de symétrie.

 

Du nombre de la "Bête", le 666

Le nombre 666 apparaît dans le dernier texte de la Bible, l’Apocalypse, mot qui signifie révélation : "C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six."  (13: 18). Une indication nous est donnée sur sa nature : "Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. " (13: 11). Le dragon est l’image de Lucifer, l’Archange "déchu" dans la matière viciée, porteur des deux polarités expressives du Vivant, celle à caractère définitivement entropique (-) lui conférant le qualificatif de Satan.

Ce texte, deux mille ans après sa rédaction, évoque un symbole mathématique du Zodiaque égyptien * qui a été détourné de son sens. Il nécessite également de comprendre un langage biblique qui véhicule des images pour transmettre des notions, le langage humain dans les limites de son auteur à son époque tentant d'en décrire la réalité spirituelle. Ainsi les deux cornes de la bête désignent l’horrible "bête" avec laquelle l'être humain est aux prises, le vice ou péché (le prédateur reptilien qui est en soi) contre sa propre nature divine. Comme 6 est le nombre de la Puissance, sa signification est la triple puissance de cette "bête" qui nous menace et nous mène inéluctablement à la mort, non à l'Ascension (changement de dimension, soit le passage à la 5-D, celle du "Service d'Autrui"). Elle passe en cette fin de cyclicité civilisationnelle par la mise en place d'un système de contrôle total des êtres humains, tout particulièrement par le contrôle total des transactions monétaires à partir de la carte de crédit bancaire, la carte VISA (VI équivaut à 6 en chiffres romains, S correspondait à 6 dans l’Égypte ancienne, A était 6 en sanskrit) qui donne 666...

Si un nombre est presque toujours perçu comme la mesure d’une quantité (distance, durée, poids), il possède également une qualité, sorte de personnalité qui traduit la Création *² et ses lois cosmiques. Celles-ci sont des forces données pour l'évolution tant individuelle que globale. Par notre libre arbitre, nous pouvons les utiliser pour une bonne comme une mauvaise cause. C'est pourquoi le 666 fait partie de l'épreuve tant de l'humanité au sens civilisationnel que de l'individu dans l'expérimentation terrestre limitée en conscience, avant que de tenter de retourner à la Lumière originelle. L’Histoire montre ainsi que la Puissance, le nombre 6, a été mobilisée le plus souvent pour opprimer, envahir et asservir les peuples en raison de la prédation astrale de 4ème dimension qui gouverne la conscience humaine. Cependant, l'Apocalypse nous disant que le nombre 666 est celui d’un homme, nous trouvons Jean le Baptiste, qui annonce l’arrivée d’un Fils de Dieu dont l'enseignement permet à l'homme, s'il comprend l'énergie de l'âme qui coule en lui, de se libérer par transmutation personnelle du péché, autrement dit de son prédateur ancré dans sa psyché appartenant aux Forces involutives confinées aux Ténèbres. Dans ce nombre que l'homme comme l'humanité doivent obligatoirement expérimenter, s'exprime une fois encore la loi de la polarité propre au vécu au sein de la matière, soit d’un côté le péché, et de l’autre la toute-puissance de la Vérité par la Clarté conférée. Une fois cette loi comprise et assimilée, et l'énergie de l'âme viciée transmutée par sa fusion à l'Esprit universel, alors le 666 n'a plus aucun pouvoir sur l'être humain, celui-ci ayant réussi son ascension de conscience !
* Cf. Le modèle européen décodé (1) Un ADN impérial païen.

Cf. L'arbre des Séphiroth dans Le processus de création décodé. L'antique système sumérien était quant à lui fondé sur une base soixante qui, avec ses dérivés, se répètent à l'infini à travers l'humain, les planètes, la mesure du temps... Ses séquences incluaient 360, 3600 et 6x6x6 (216).

Cf. en complément lien avec les nombres 23 et 666 dans Symbolisme des autres nombres.

 

Le nombre Sept - 7 - : la Volonté

Les propriétés mathématiques du nombre 7 sont exceptionnelles. C'est pourquoi il est un chiffre extrêmement sacré. Il fait référence à la Grande Ourse, soit les "sept dieux" qui sont descendus sur Terre, autrement dit les sept grandes énergies nourricières, telles qu'illustrées par les chakras (centres énergétiques) de l'hindouisme. Il est en lien avec le 22, celui-ci étant la circonférence d’un cercle d’un diamètre de 7. Dans le Tarot initiatique, le 22ième arcane - non numéroté - est Le Mat *, soit l'impétrant expérimentateur de la matière viciée dans sa configuration en trois dimensions dont les structures exceptionnelles  sont appelées les solides de Platon (il n’y en a que 7), et porteur enfouie au plus profond de lui-même de l'énergie de la Volonté pour exercer avec puissance sa pensée création *².

* Cf. Le sens caché du Tarot initiatique.

Cf. La pensée création.

 

Les 7 éléments de la structure de l'Univers

Ils constituent ce qui est nommé dans la Tradition le "Rayon de Création", ou "Cône de la Création du Monde". Son schéma en partant du bas * voit la Terre avoir la Lune pour satellite. C'est la limite, le dernier échelon de la Création après lequel il n'y a plus rien. La Lune en effet — pas
plus que les satellites des autres planètes — n'a elle-même de satellite. La Terre fait partie du Monde planétaire qui gravite autour du Soleil, maître de notre système. Le Soleil est l'une des étoiles du système connu sous le nom de Voie Lactée, système auquel appartient l'ensemble du système solaire. La Voie Lactée n'est pas unique en son genre, puisqu'on observe d'autres galaxies dans le ciel, semblables à la nôtre, qui constituent des mondes qui ne lui ressembleraient pas. Ces grandes unités, dans leur ensemble, constituent Tous les Mondes, c'est-à-dire tout le contenu de l'Univers qui gravite autour de ce qu'on appelle dans la Tradition le Soleil Central, l'Absolu, le Divin manifesté. Et, de par le principe de l'unité du Monde, ces sept éléments sont sept cosmos *², sept Êtres vivants, qui forment dans leur ensemble, le Macrocosmos, un cycle complet de vie en perpétuelle renaissance.

* Aussi ne représente-t-il qu'un rayon de la Création, et non pas l'Univers dans son ensemble.

Chaque cosmos est un être vivant, tridimensionnel, régi par des lois identiques, comme le Microcosmos, c'est-à-dire l'homme. Comme lui, chacun vit dans le temps.

 

Les 7 solides de Platon

Pour le philosophe grec Platon (428-427/348-347 av. J.-C) dans son ouvrage Le Timée, nourri de l’enseignement prodigué par Socrate, ce sont les cinq codes (ou patterns) de la création tridimensionnelle - Octaèdre, Tétraèdre, Dodécaèdre, Hexaèdre, Icosaèdre -, modèles géométriques dits de base ou élémentaires, dont la surface est entièrement constituée de triangles équilatéraux, de carrés et de pentagones, toutes les arêtes étant égales comme les valeurs des angles inférieurs. Inter-reliés, ils caractérisent l’harmonique, la régularité, de tous les éléments trouvés dans la nature et l’univers. Il les considère comme des formes parfaites, immuables et éternelles, accessibles à l’homme dans certaines conditions. Il les fait correspondre aux quatre éléments fondamentaux (feu, terre, air, eau). Le cinquième, le "dodécaèdre", forme terminale en géométrie, représente le cosmos, l’univers tout entier, soit la forme de conscience la plus élevée. De ce fait, le monde est une structure figée, que des lois mathématiques * intemporelles gouvernent avec précision. Se rajoutent deux autres formes géométriques spécifiques, la Sphère et la Merkaba*², pour en permettre la pleine puissance d'expression.

* L’origine des mathématiques serait non arabe mais d’Inde, ce que tend à démontrer les chants liturgiques et les formules sacrificielles des Vedas comme la nature de la construction des édifices sacrés.

Cf. Le chemin alchimique.

 

Son sens : accompagnement énergétique de l’humanité

La Volonté divine est une Énergie de configurations d’information à permutations et de durée infinies. Autrement dit, les permutations infinies de configurations ou types d’information produisent de l’énergie. Comme ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas, les activités humaines reflètent les processus cosmiques. C'est pourquoi, quand les anciens parlaient de la volonté divine, ils disaient que l’histoire qui se déroule est une conséquence de la volonté divine. Il y a de ce fait des choses qui tout simplement arrivent, et il n’y a rien que l’on puisse faire pour changer cela. Au regard de l'état des lieux actuels, nous pouvons considérer que le chaos précède la création, des éléments devant être décomposés afin qu’ils soient réutilisés dans un procès créatif *. C'est ce que traduit le nombre 7.

* Un processus cosmique créatif peut être imagé comme un géant motoculteur cosmique qui passe à travers l’univers en tournant le sol et distribuant l’engrais pour la nouvelle pousse afin de maintenir l’univers comme un bon jardinier. Nous sommes comme une petite graine, qui ressentons les vibrations du motoculteur pendant toutes nos vies, suivant qu'il soit plus ou moins éloigné... Actuellement le motoculteur s’approche de plus en plus, et certain(e)s vont se coller aux lames du motoculteur de par leur "poids karmique" pour être foudroyés dans l’espace !

 

La Loi de Sept

Après la Loi de Trois (Cf. Le nombre 3), la deuxième loi fondamentale divine est la Loi de Sept. Cette loi ne s'applique ni à la création ni à l'existence des choses et phénomènes dans l'espace, mais à leur évolution dans le Temps. Elle concerne l'action de toutes les catégories de mouvements, sur tous les plans et à tous les échelons de la Création. Sa nécessité objective découle du caractère destructeur du Temps, deuxième condition de la Création après l'Espace. En vertu de ce principe, tout ce qui naît ou qui est créé — y compris l'homme — est voué à l'anéantissement. Ainsi l'Univers, dès sa création, était menacé d'anéantissement par l'action du Temps. Pour faire face à ce danger, la Loi de sept représente le moyen par lequel l'action destructrice du Temps est neutralisée dans une certaine mesure.
Un mouvement ne pouvant être dissocié de sa durée, toute action est mouvement extérieur ou intérieur ; elle se trouve donc engagée dans le Temps. La Loi de Sept consiste précisément en ce que tout mouvement ainsi déclenché subit à un certain moment une déviation, puis, après
un parcours dans une nouvelle direction, une nouvelle déviation et ainsi de suite. Si l'impulsion initiale est assez forte, après avoir décrit un hexagone, le mouvement, par la dernière déviation, revient à son point de départ. Ainsi, sous l'influence de la Loi de sept, toute l'action engagée dans l'Univers se déroule selon des cycles.

Ceci explique que si la Loi de Trois est une loi naturelle, la Loi de Sept est artificielle. En ne neutralisant pas complètement l'action destructrice du Temps, elle la tempère en imposant à toute action ou mouvement des courbures successives pour les enfermer dans des cycles. En premier lieu, le Temps lui-même se trouve courbé, dévié de la ligne droite et enfermé dans un grand Cycle *², englobant tous les cycles subordonnés. Il en résulte que l'anéantissement ne survient au cours du premier cycle ou des cycles suivants que lorsque la force de l'impulsion initiale se trouve épuisée, même si la loi admet la possibilité de raviver le mouvement en perte d'énergie — et de vitesse — en lui imprimant des impulsions complémentaires aux moments et aux points opportuns.

* Le Grand Cycle, qui circonscrit le Temps à partir de la première impulsion de la manifestation divine jusqu'à l'Accomplissement, c'est-à-dire la fin du Monde, est conçu dans la Tradition comme l’Éternité. L’Éternité n'est de ce fait pas infinie. Comme tout ce qui est créé, elle est limitée. Elle embrasse toute la Manifestation de Ce Qui Est, et comprend en elle l'accomplissement de toutes les possibilités et de toutes les promesses.
La courbure du Temps le fait donc revenir lui aussi à son point de départ. Ainsi considérée, l’Éternité a une certaine durée.

Cf. en complément Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ?

 

Ainsi, depuis fort longtemps, le nombre 7 rythme notre perception de l’écoulement du temps par les jours qui passent. Leur groupement par 7 a semble-t-il été utilisé pour la première fois en Mésopotamie par les astronomes chaldéens, qui avaient identifié 7 astres dans le ciel : la Lune (lundi), Mercure (mercredi), Vénus (vendredi), le Soleil (dimanche), Mars (mardi), Jupiter (vendredi) et Saturne (samedi) *. Par la suite, la semaine de 7 jours fut utilisée par les Hébreux, les Chinois et finalement par l’Occident chrétien.

Pythagore lui-même fit appel au nombre 7 dans un tout autre domaine. Découvrant le lien qui existe entre la longueur d’une corde vibrante et le son qu’elle émet, il créa la première gamme musicale de l’histoire. Cette gamme comporte 7 notes.

De leur côté, les 7 "merveilles du monde" du monde antique (le Phare d’Alexandrie, les Jardins suspendus de Babylone, le Colosse de Rhodes…) sont encore évoquées de nos jours. Par-delà les siècles, il n’en subsiste cependant plus qu’une : la Grande Pyramide. Ce célèbre et colossal édifice est donc historiquement le premier et le dernier, c'est-à-dire l’alpha et l’oméga. Construit sur l’ordre de "Dieu", il est porteur d’un message qu’il nous appartient de découvrir *² afin de pouvoir retourner à la Source, une fois les Forces de l'Ombre et des Ténèbres transcendées.

* Ce groupement jours/planètes est appelé le cercle de "saṃsāra", terme sanskrit signifiant "ensemble de ce qui circule". Cf. en complément travaux de Patrick Jarnoüen dans ses livres "Le Cosmos est conscience" et "Le Cosmos est langage" (Éditions Nouvelle Terre).

Cf. Le modèle pyramidal décodé.

De nos jours, la science moderne a établi que la matière est composée d’atomes (carbone, azote, oxygène, fer …), qui se répartissent en 7 groupes d’éléments chimiques dans un tableau * (image 1) élaboré par le chimiste russe Dmitri Ivanovitch Mendeleïev (1834/1907) dans la seconde moitié du XIXe siècle (1869), et que l'on retrouve dans la Tétraktys pythagoricienne (voir plus en avant le nombre 9). Chaque ligne du tableau constitue un groupe ou "période", les éléments étant ordonnés par numéro atomique croissant et organisés en fonction de leur configuration électronique, laquelle sous-tend leurs propriétés chimiques.

Lorsqu’ils sont régulièrement répartis dans l’espace, les atomes forment des cristaux. Dans un cristal, un motif de base (la maille) se répète à l’identique pour former un réseau cristallin. Ainsi, la pyrite cristallise dans le système cubique (image 2). Il existe 7 systèmes cristallins fondamentaux (triclinique, monoclinique, orthorhombique, quadratique, rhomboédrique, hexagonal, cubique). Cette géométrie atomique *² explique la concordance ou non des protons de ces éléments, qui font que lorsque deux éléments sont côte à côte avec un seul neutron comme différence, l’un est très bénéfique et l’autre très toxique.

* Ce tableau a connu de nombreux réajustements depuis lors jusqu'à prendre la forme que nous lui connaissons aujourd'hui. Il est devenu un référentiel universel auquel peuvent être rapportés tous les types de comportements physique et chimique des éléments. Depuis sa mise à jour du 28 novembre 2016, sa forme standard comporte 118 éléments.

Il en est de même sur le plan organique, les molécules ayant des propriétés intrinsèques complètement différentes en raison de leur conformation géométrique par rapport au champ d’information cosmique. C'est ce qui est appelé chiralité en chimie, un composé chimique étant dit chiral s'il n'est pas superposable à son image dans un miroir. Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles une molécule peut être chirale : la présence d'un ou plusieurs centre asymétrique ; une forme en spirale ; un plan de chiralité. C'est ce qui explique que les propriétés du symbole géométrique ne sont pas absolues, mais relatives à notre environnement.

 

Symbolisme mystique du nombre 7

Le symbole du nombre 7 est l’étoile à 7 branches. Contrairement à l’étoile à 5 branches et à 6 branches, l’étoile à 7 branches n’est pas constructible avec les instruments usuels de la géométrie (règle et compas). Il existe certes des constructions approximatives mais aucune construction exacte. Nous sommes bel et bien en présence d’un nombre particulier qui dépasse les limites de la compréhension humaine. Un nombre "surhumain" en quelque sorte... tant que l'être humain ne s'est pas éveillé à Sa véritable essence, la Science atomique ! Le nombre 7 de par sa spécificité est bel et bien le nombre qui organise la complexité dans le cosmos.

Les apparitions du nombre 7 dans la Bible sont innombrables. C’est notamment le cas dans l’Apocalypse, mot d’origine grecque qui signifie "révélation". Ce texte révélé décrit sous forme d’images des réalités et des évènements qui ne sont nullement terrestres mais divins, soit les clés de compréhension du Jeu du Vivant *. C’est pourquoi l’Apocalypse est presque toujours incomprise tant par le simple lecteur que nombre de prétendus érudits maintenus sous hypnose par la prédation astrale de 4ème dimension de densité qui gouverne l'inflammation de leur psyché (le moi-personnalité).

Ainsi dans son chapitre 1, retrouve-t-on les citations suivantes, qui décrivent notamment un Majestueux Personnage s’adressant aux 7 Églises, accompagné par 7 esprits qui sont devant son trône, qui marche au milieu de 7 chandeliers d’or et qui tient 7 étoiles dans sa main droite.

Apocalypse 1 : 4 : "Jean aux sept églises qui sont en Asie : que la grâce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, qui était et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier né des morts, et le chef des rois de la terre !". Avec cette citation se distinguent deux Personnages, puisque la grâce et la paix sont données de la part de "Celui Qui Est, Qui Était et Qui Vient" et de la part de Jésus-Christ, le Kiristos (la conscience christique). Deux Fils de Dieu !

A présent, Jean entend la voix du Majestueux Personnage mais il ne le voit pas encore.   

Apocalypse 1 : 10-11 :  "Je fus ravi en esprit, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’un trompette, qui disait : ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Églises, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée."

Si la tentation est d’assimiler les sept Églises à des communautés terrestres, nous comprenons vite que les descriptions qui sont données concernent les plus hauts évènements spirituels.

* Cf. Le Jeu de la Vie.

Dans le "La Lumière de la Vérité - Message du Graal" de l'écrivain allemand Oskar Ernst Bernhardt, l’explication ultime nous est suggérée. Tout ce que la science actuelle connait de l’univers matériel, c'est-à-dire des milliards de galaxies comportant chacune des milliards d’étoiles et de planètes, constitue une parcelle d’une gigantesque partie cosmique, au sein de laquelle gravite la Terre, dans la galaxie solaire La Voie lactée dont elle est le centre, l'Agartha selon la Tradition. Elle se nomme "Éphèse" (ou Ephesus). Mais, beaucoup plus loin, dans les espaces sidéraux et totalement hors de portée de nos instruments d’observation, existent 6 autres parties cosmiques tout aussi imposantes : Pergame, Sardes, Thyatire, Smyrne, Philadelphie et Laodicée.

Ensemble, les 7 parties cosmiques forment une sorte de prodigieuse "couronne" en rotation dans l’univers matériel et au sein desquelles s’incarnent les germes d’esprits humains en cours d’évolution, selon les niveaux ou états de conscience atteints.

Voici maintenant la description du Céleste Personnage dont Jean a entendu la voix :

Apocalypse 1 : 12-16 : "Je me retournais pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or, et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu ; ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit des grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force." Une Force divine sublime et rayonnante s’échappe de ce Personnage. L’irradiation intense qui émane de sa tête est d’une blancheur éblouissante et son regard est semblable à "une flamme de feu". L’épée aiguë à deux tranchants qui "sort de sa bouche" est la Parole du Divin, Celle qui apporte Justice et Jugement, permettant de préserver l'équilibre de Ce Qui Est, balance entre Être - les Forces évolutives - et Non-Être, les Forces involutives. Le yin-yang taoïste...

Dans les versets 19 et 20 se trouve la signification des "sept chandeliers" et des "sept étoiles" : "Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles, le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises." Nous apprenons ici que chaque "chandelier" est gardé par un "ange". Autrement dit, chacune des 7 parties ou continents cosmiques est fidèlement gardée et protégée par une entité spécifique de la Nature, un Être de Lumière planificateur du Vivant. Compte-tenu de la taille gigantesque de chaque partie cosmique, cette entité ne saurait être de petite taille. Sévère et vigilante, elle s’assure du développement et du bon fonctionnement de la partie cosmique dont elle a la charge et s’efforce d’en garantir les équilibres.

Dans le chapitre 2 de l’Apocalypse, le Majestueux Personnage examine la situation de chaque partie cosmique, énonçant un verdict. Pour ce qui concerne notre partie cosmique (Éphèse), après quelques compliments il prononce de sévères paroles d’avertissement (versets 2: 4 et 2: 5) : "Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres ; sinon, je viendrais à toi, et j’ôterais ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes." Il nous est reproché d’avoir abandonné "notre premier amour", c'est-à-dire la conscience spirituelle lumineuse des premiers âges de l’humanité (l’âge d’or). Nous sommes invités à nous souvenir "d’où nous sommes tombés" et exhortés à pratiquer "nos premières œuvres." Et à deux reprises, nous sommes sommés de nous repentir. Le message est très clair, et d’une actualité brûlante...

7 lampes ardentes qui sont les 7 esprits de Dieu, livre sacré * scellé de 7 sceaux, "agneau" *² qui avait 7 cornes et 7 yeux, 7 anges qui se tiennent devant Dieu et 7 trompettes qui leur sont données, 7 coupes d’or pleines de la colère de Dieu... le nombre 7 est celui de la Volonté du Divin - Ce Qui Est -, avec la concernant ce passage mystérieux : "Quand les sept tonnerres eurent parlé, j’allais écrire mais j’entendis du ciel une voix me dire : "Tiens secrètes les paroles des sept tonnerres et ne les écris pas." Qu'est-ce que Jean tient caché ? Pourquoi a-t-il dit qu’il avait caché quelque chose ? À quoi bon cet intermède bizarre, cette remarque ? Qu’est-ce que l’homme ne doit pas savoir ? Le sens de la Révélation ne consiste-t-il justement pas à ce que l’homme sache? Peut-être la notion même de connaissance nous rend-elle malheureux... Dans ce détail, il y a une noblesse incroyable, absolument inhumaine, devant laquelle l’homme se sent un petit enfant, à la fois sans défense et protégé. Cela permet à notre savoir d’être incomplet, de ne pas profaner l’infini, l'UN fini, de laisser un espoir. Dans l’ignorance de l’homme, il y a un espoir. L’ignorance est noble. Le savoir profane est vulgaire. C’est pourquoi cette préoccupation exprimée dans l’Apocalypse a davantage tendance à nous donner espoir qu’à effrayer, une fois terrassée l'agitation de l'égo-mental par son besoin incessant de savoir !

* Ce livre contient le total des expériences karmiques de l'humain réalisées dans la matière terrestre.

L'agneau symbolise la formation de la conscience pure (christique) chez l'être humain, lui permettant dans son évolution de devenir Intelligent. Il passe ainsi de la conscience spirituelle à la conscience atomique, la conscience de l'Intelligence universelle.

 

Des sept sceaux

Les sceaux représentent les conditions primordiales nécessaires à l'évolution de la conscience humaine au sein d'une planète, autrement dit les capacités de l'âme à faire évoluer l'égo-personnalité vers le Soi supérieur (ou supra-mental) par sa fusion à l'Esprit universel. Ils sont des points de repère dans la voûte étoilée, autrement dit la matrice astrale, permettant lorsque l'être humain parvient à les décacheter par son ouverture de conscience - son intelligence interne - de recevoir les énergies en provenance du champ cosmique placé sous la tutelle des Forces de Lumière à travers ses propres centres d'énergie (ou chakras). Il peut alors, ayant dépassé la temporalité ou cyclicité "saturnienne" de la matrice astrale, assurer son propre rayonnement de créateur de la matière par sa maîtrise de la Science atomique, à même de la sublimer et non plus de la pervertir.

Cf. Processus de transformation de conscience (1).

 

Des sept trompettes

Les trompettes représentent les formes rayonnantes des forces créatives divines (angéliques, deviques...), autrement nommées substances-forces, qui façonnent le mouvement chronique des événements se déroulant sur la Terre en relation avec les événements historiques de la planète. Ces événements sont aussi en relation avec le pouvoir conféré à l'homme ayant réussi à cesser de penser, de changer le cours de sa destinée totalement programmée, et ce par l'éveil de sa conscience et par sa fusion à Qui Il Est vraiment. Selon que le temps passe et que les trompettes résonnent dans la cyclicité mortifère de l'expérience karmique, l'homme a de moins en moins le temps de changer de manière psychologiquement stable sa relation au Vivant et aux autres, se dirigeant alors inéluctablement vers le chaos, le sien comme celui de la civilisation *. C'est pourquoi, lorsque les trompettes *² sonnent, l'Apocalypse manifeste son intention, pour le meilleur - l'extraction des "élu(e)s" de l'illusion du temps terrestre -, ou pour le pire, la descente aux Enfers de l'être humain illusionné !

Appliqué à l'actuelle matrice involutive terrestre, cette sonnerie est appelée à sonner la fin du jeu mortifère (noir) par le feu nucléaire entre Orient et Occident et leurs forces militaires respectives, les super-puissances russe et états-unienne (blanc), chinoise (jaune) et pakistanaise (rouge). En attendant la venue du faux "Seigneur" libérateur par le "portail d'Enlil" (vortex énergétique relié à la planète Orion) dirigé par l’État d'Israël, la 7° trompette ou l'Antéchrist, la 6ème prédit une guerre majeure le long de l'Euphrate, vraisemblablement l'Iran après celle qui fut menée en Irak, ces deux nations étant constitutives de l'antique Perse - "perce (pour) voir"-...

* Cf. Fin de cycle (2) La guidance éclairée de sa vie.

La septième Trompette annonce que l’œuvre entreprise par l'Absolu est achevée, soit l'épuration de la cinquième race humaine involutive et sa renaissance évolutive en tant que sixième race.

 

Du message de l'Apocalypse

Dans le texte biblique prophétique, après que la septième trompette eut résonné, une femme apparaît dans le ciel, revêtue du Soleil et ayant une Lune à ses pieds ainsi qu'une couronne de douze étoiles. La femme représente la nouvelle humanité, la sixième race humaine. Le Soleil représente la conscience universelle, la conscience cosmique, celle du Soi supérieur, le supra-mental. La Lune sous les pieds représente l'impossibilité désormais faite aux forces astrales entropiques d'influencer la conscience humaine dans son champ d'activité expérimenté jusqu'alors (la cyclicité karmique de l’Âme séparée de l'Esprit *). C'est pourquoi elles sont totalement piétinées, l'être humain ayant à présent la tête baignant complètement dans le Soleil. Quant aux douze couronnes, elles figurent les douze tribus de Judas, soit les aspects différenciés de l'humanité, et appelés à être totalement ré-harmonisés.

* Cf. Le cheminement de l’Âme.

La cartographie de l'histoire civilisationnelle secrète par le chef Hopi Ours blanc - Cliquer pour agrandir
La cartographie de l'histoire civilisationnelle secrète par le chef Hopi Ours blanc - Cliquer pour agrandir

Les 7 races racines humaines

De la même manière que les Atlantes - nos prédécesseurs - ont été avalés par les eaux, les quatre peuples (Noir, Blanc, Jaune et Rouge) de cette présente civilisation dans toutes leurs composantes seront frappés par le feu nucléaire, pour être annihilés par son énergie purificatrice de très grande ampleur. C'est ce que révèlent les Écritures : "Les éléments embrasés se dissoudront et la Terre et toutes les œuvres qu'elle renferme seront consumées" (Pierre III, 6-7, 10). Si l'ancienne Terre a été détruite entre autres par l'eau (tel que le raconte le déluge biblique), cette Terre sera détruite (entre autres) par le feu. C'est aussi ce que disent les traditions des peuples Aztèques et Amérindiens, avec la légende des cinq Soleils *, mythe cosmogonique mésoaméricain fondé sur la création puis la destruction de plusieurs mondes (ou soleils) successifs : "Les Fils du Cinquième Soleil périront par le feu et les tremblements de terre…".

Les fils du premier Soleil étaient les humains de la race polaire, autrement dit les extranéens Nordiques à "l'origine de la colonisation de la Terre", des êtres protoplasmiques (mi-densifiés, mi-éthériques), de nature androgyne, établis à partir du génome originel et primitif, et qui allaient se développer selon le mécanisme de l'évolution planétaire *², jusqu'à l'arrivée du prédateur archontique. Beaucoup ont alors changé de dimension de réalité, soit une autre planète à laquelle la prédation n'avait pas accès compte-tenu de son état de conscience limité.

Les fils du second Soleil étaient les Hyperboréens (continuité des précédents), piégés dans la densité physique par la force archontique/reptilienne colonisatrice à son tour de la planète Terre. Ils ont péri par d'extraordinaires tempêtes, ouragans et cyclones.

Les fils du troisième Soleil étaient les Lémuriens (civilisation de Mu ou Lémurie, ou Kásskara pour les Hopis, située dans le Pacifique au large de l'Amérique du Sud), sous contrôle des entités reptiliennes (Anunnaki) qui vivaient à l'ère proto-sumérienne. Ce sont leurs descendants qui ont sculpté les têtes de pierre sur l’île de Pâques, dont les gigantesques pierres ont été placées par vibration tonale (elles représentent des Nephilim, ces personnages surnaturels de la Bible qui sont en réalité une espèce involutive car agressive de la planète Orion). Cette civilisation a été submergée, et ses habitants ont péri par de gigantesques tempêtes magnétiques solaires, des pluies de feu et d'immenses tremblements de terre.

Les fils du quatrième Soleil sont ceux qui formaient la civilisation Atlante et ses 6 milliards d'habitants (sa durée est d'environ 70.000 années, et correspondant grosso modo aux continents Nord et Sud-américains). Leurs facultés, identiques à celles de l'humain contemporain, ont fini par dégénérer, leur sens (surtout la vue) ne parvenant plus à percevoir les fréquences élémentaires que percevaient leurs ancêtres. Ils ont été avalés par les eaux (le déluge biblique, l'histoire de Noé étant le récit symbolique de l'effondrement de l'empire atlante avec une grosse centaine de millions de survivants), le troisième cataclysme, succédant à deux cataclysmes initiaux (les passages à proximité de Mars puis de Vénus avec leurs interactions cométaires respectives). Ceci explique l'incapacité de l'humain moderne (le Sapiens Sapiens) à percevoir les causes des phénomènes naturels qui se passent autour de lui.

L'humanité actuelle serait constituée par les fils du cinquième Soleil. Il est écrit que, compte-tenu de son état de dégénération, elle périra à son tour par le feu (nucléaire) et les tremblements de terre *³, dans la mesure où il n'y a plus aucune possibilité d'évolution constructive au sein de la race humaine, hormis celles et ceux qui ont pris vraiment conscience de la réalité.

Par cette purge génétique, ces "élu(e)s" vont connaître un bond gigantesque dans leur processus évolutif, participant à l'émergence d'une nouvelle race humaine qui représentera la sixième race, dotée d'une conscience infiniment plus élevée !

De nouveau apparaîtront de grandes civilisations éveillées aux lois de l'univers, avant que de clore le processus évolutif par une septième grande race, la dernière car éternelle et non soumise à l'illusion du temps. C'est ainsi, pour toute planète de 3 et 4ème densités existant dans le cosmos, que fonctionne le "Grand Plan", répondant par ce mécanisme à la loi du karma ou de rétro-causalité...

* Cf. Ce sont Ocelotonatiuh (Soleil Jaguar) ou Yoaltonatiuh (Soleil de nuit) ou encore Tlaltonatiuh (Soleil de terre) selon les versions ; Ehecatonatiuh (Soleil de Vent) ; Quiauhtonatiuh (Soleil de Pluie) ; Atonatiuh (Soleil d'Eau) ; Ollintonatiuh (Soleil de mouvement).

Cf. Évolution de civilisation (1) Le mécanisme de l'Univers.

Cf. Prophétie du changement, Fin de cycle (1) Fin du temps ou fin des temps ? & Fin de cycle (2) La guidance éclairée de sa vie.

 

Des Atlantes

Durant la période lémurienne, la 3ème race humaine, il ne se passait que très peu de choses sur la Terre, le corps éthérique de l’être humain commençant à se densifier et à prendre conscience de la dimensionnalité de l’espace et des contours de l’espace. C'est dans la période atlantéenne que l’être humain a commencé à développer énormément d’énergie émotionnelle, pouvant aller facilement sur les plans astraux. Son activité de nuit était de ce fait très importante. Tout naturellement, il commença à faire des dieux de l'astral ses références. Si les initiés présents sur Terre s'attachèrent à lui donner de la connaissance pour l’éveiller un peu et pour qu’il développe des lignes d’évolution, cette information était voilée, partielle, afin de lui permettre d'expérimenter l'espace-temps limité, la matière terrestre viciée. Il était en stage "involutionnaire" !

Même si les Atlantes avaient un certain contrôle sur la gravité, ils demeuraient sous l’influence de la gravité planétaire, incapables de s'en soustraire complètement. Percevant la Lumière comme l'être humain actuel la perçoit dans ses rêves, leur conscience individuelle était presque non existante, au détriment d'une conscience collective très élevée (tout l'inverse d'aujourd'hui). Ceci explique leur développement technologique supérieur, celui de notre actuelle civilisation n'en étant qu'une manifestation directe. C’est pour cela que les États-Unis sont les plus avancés dans le monde au niveau de la technologie (ainsi dans la Silicone Vallée), dans la mesure où l'on y retrouve le plus grand nombre d’incarnations d’anciens Atlantes.

En raison de leur forte astralité, les Atlantes ont fini par choir, leurs caractères extrêmement passionnés ayant entraîné sous l'influence du corpus prédateur du champ astral les dominant nombre de divisions débouchant sur des guerres fratricides, leur haute technologie générant leur inévitable destruction. Nous en retrouverons par la suite les mêmes effets chez les Incas, chez les Amérindiens, et dans toutes les formes de cannibalisme prédatoire de la cinquième race humaine. Les Atlantes se sont détruits, leur conscience limitée sous l'influence de certaines intempéries solaires qui bouleversaient alors la Planète terrestre leur interdisant d'observer en eux la Lumière, qui faisait partie du rayonnement entre eux et les autres plans du Cosmos. En perdant cette Lumière, leur race est devenue aveugle. Ne sachant se tourner vers l’intérieur pour développer des pouvoirs, elle s’est éteinte, passant le témoin à la cinquième race amenée à développer l'Ego *, pour que l'être humain dans sa quête d’évolution puisse atteindre le stade de l’individualité.

En commençant une nouvelle période d’évolution, il prend sur lui la responsabilité de ce qu’il fait, devenant lui-même responsable de ce qu’il est. Le tournant entre l’involution et l’évolution se produisant présentement, il est à comprendre que nous sommes au point de rencontre des deux, démarrant cette nouvelle phase sous l'effet de l'Onde du changement du développement de l’Intelligence Supramentale, marque de la sixième race en cours d'émergence ! Même si les Forces involutives troublent la descente de l'énergie nouvelle, faisant tout pour la retarder, elle est inéluctable. La seule différence est que certain(e)s vont beaucoup plus vite - les élu(e)s -, appelés à s'extirper plus vite de la Matrice involutive pour initier la Nouvelle Terre. Ils éviteront de ce fait de perpétuer encore pendant plusieurs siècles les boucles cycliques de souffrance de leur âme *² non individuée, par son incapacité à communiquer avec des Intelligences qui viennent des Mondes de Lumière…

Cf. Décryptage de l'Ego.

*² Cf. Le cheminement de l’Âme.

 

Perceval et la quête du Graal

Au sommet de l’immense Création, à la limite de la sphère divine, règne Parzival (le chevalier de la Table ronde Perceval en français, Peredur le gallois, ou Persée, le roi argien héros de la mythologie grecque), autrement dit l’Être humain réalisé, (ré)unifié à l'Esprit universel. C’est par l’irradiation de son pur noyau divin que s’est formée la Création, le mouvement de Ce Qui Est, tandis que tous les rayonnements bénéfiques formés dans la création remontent à Lui. Parzival est le commencement et la fin du mouvement créateur - l’inspire et l’expire -, l’alpha et l’oméga des Saintes Écritures, le Roi du Saint-Graal *. Le Graal, principe créateur du cosmos, est la compréhension de sa conscience, la "part royale en soi", son être intérieur, la dimension végétative de l'être humain, appréhendée par le questionnement et la compassion pour découvrir la voie du cœur, voie de l'humanité, la Sagesse accomplie.

Dans le "Message du Graal", Parzival apparaît dans toute Sa Majesté : "Une tête éblouissante aux formes les plus parfaites, entourée du mouvement éternel de la Lumière vivante, une tête dont l’éclat terrasse tout être créé qui la contemple et lui fait perdre conscience. Un corps couvert d’une enveloppe rayonnante, semblable à une souple cuirasse d’écailles, les ailes protectrices de la colombe déployées au-dessus de Sa tête, ainsi pouvez-vous vous Le représenter. Il est puissant, impératif, invincible, inaccessible, la Force divine personnifiée, le flamboiement divin ayant pris forme : PARZIVAL, le Fils de Lumière dans le spirituel-primordial placé au sommet de la création ! Le Pur Portail qui s’est ouvert du royaume divin vers la création, Celui qui conduit de Dieu vers l’homme !" (Message du Graal, tome III, exposé 58). C'est pourquoi le code mathématique de Parzival est... 777 !

* C'est le "Soma" des Hindous, le "Homa" des Perses, le chaudron des celtes.

 

Du Graal

Comme toujours, la clé d'accès à la Connaissance qui libère l'être humain de la Matrice astrale qui l'emprisonne comme nourriture des forces involutives qui le gouvernent, est masquée par la manipulation des pouvoirs des symboles occultes constitutifs de ses illusions. Le Graal, archétype majeur de la quête mystique, en fait partie comme composante électronique des formes destinées à pénétrer son mental égotique pour le maintenir enchaîné au monde des formes. Tant que l'être humain ne s'est débarrassé de cette fièvre des formes (attribution d'un symbole visuel ou représentation archétypale) qui embrume son esprit, et par-là même sa conscience, il ne peut parvenir à franchir les barrières de l'espace-temps prison, le royaume de la folie et de la Mort.

 

Le chandelier à 7 branches

Symbole de la volonté de Dieu, il n’est donc pas étonnant de trouver des représentations du nombre 7 dans les édifices religieux. Il y a dans les temples juifs la Menorah, chandelier à 7 branches qui, pour les Hébreux, symbolisait " la flamme ", c'est-à-dire la présence de Dieu (Cf. photo 1). Les chrétiens eux-aussi placèrent des chandeliers à 7 branches dans leurs églises, comme dans l’église Saint-Roch à Paris (Cf. photo 2).

Le chandelier à 7 branches exprime les sept dimensions de l'Univers.

Les Mondes Créés

Ils sont figurés par les trois premières branches de gauche, soit la 1-2-3ème dimension ou le monde minéral, végétal, animal. Ce sont les mondes visibles, les Mondes Créés (la matière, l'atome perçu et ce qui est lu par notre conscience humaine).

Généralement, l'être humain se croit unique et pense qu'il se trouve soit au dedans, soit en dehors de l'Univers qui l'entoure. Il se retrouve ainsi dans la dualité, restant assujetti à ses croyances, sauf lorsqu'il prend conscience de son Âme, la psyché.

Les Mondes Créateurs

Ils sont figurés par les trois dernières branches de droite, soit la 5-6-7ème dimension. Ce sont la Conscience humaine (l'Ange), la Conscience supérieure (le Séraphin) et l'Impulsion créatrice (L'UN), qui est l'Origine de l'Univers. Ces dimensions évoquent les Mondes Créateurs, l'antimatière, l'Onde créatrice vibratoire, l'Esprit (le pneuma, souffle créateur).

La structure de ces Mondes créateurs est absolument immatérielle, donc insaisissable pour les sens humains limités par l'Espace-Temps.